Relance post-Covid

Idées, projets, politiques, programmes d’aide, investissements et innovations pour relancer l’économie du Québec après le choc de la pandémie de Covid-19 (voir aussi Aides financières, Politique économique)

Les priorités des femmes à la tête de 3 grandes villes

À Gatineau, France Bélisle veut une administration plus transparente et dynamiser le centre-ville

Publié le 3 janv. 2022
À Gatineau, France Bélisle veut une administration plus transparente et dynamiser le centre-ville

La nouvelle mairesse de Gatineau France Bélisle

  • Pour entamer la nouvelle année, InfoBref vous propose une rencontre avec 3 femmes déterminées élues l’an dernier mairesses de grandes villes québécoises. Premier arrêt: Gatineau.
  • L’ancienne journaliste de Radio-Canada France Bélisle est la première mairesse de la ville. La candidate indépendante a réussi à «construire sa propre machine à vitesse grand V» pour battre dès sa première campagne le parti installé à l’Hôtel de Ville depuis 2 mandats. 

Ses priorités pour Gatineau

1) Gérer la ville de façon transparente et inclusive 

La mairesse dit qu’elle veut être à l’écoute des citoyens et des partenaires de Gatineau. 

Pendant sa campagne, France Bélisle a promis d’incarner le changement. 

  • Elle dit vouloir apporter plus de transparence dans les affaires de la Ville. 
  • «Les citoyens le demandent, explique-t-elle à InfoBref, et cette envie est désormais partagée par l’ensemble des gens autour de la table.» 

La politique municipale est «contaminée par un jargon technique» qu’elle compte «vulgariser», dit-elle. 

France Bélisle voudrait que la Ville soit capable «de mâcher le travail aux citoyens» pour s’assurer qu’ils comprennent bien toutes les décisions qui sont prises. 

  • «On ne peut pas présumer qu’on parle à des universitaires. Il faut s’adresser à tout le monde et sortir des acronymes.»
  • Offrir des explications «claires et accessibles, ça ne coûte pas grand-chose, dit-elle, seulement de la rigueur».

2) Développer le centre-ville et ses infrastructures 

«Gatineau est victime de son succès, explique sa nouvelle mairesse: la ville a connu une croissance démographique fulgurante. Mais les transports et les infrastructures routières, culturelles et sportives n’ont pas suivi.»

La relance économique de la ville était au cœur de sa campagne. 

Elle a promis plus de développement grâce aux partenariats public-privé, notamment pour construire des écoles et des services de garde.  

Elle s’est engagée:  

  • à présenter «une vision du centre-ville cohérente et ambitieuse» un an après le début de son mandat; et 
  • à nommer un directeur du centre-ville responsable de la mettre en œuvre.

Gatineau est la 4e ville du Québec

Elle «a fait un gain de notoriété, dit sa mairesse, et ce combat doit se poursuivre».  

La ville frontalière fait partie de la capitale nationale du Canada, rappelle-t-elle.  

«Cette particularité pose certains défis, mais présente aussi des occasions économiques.» 

  • «Nous sommes chanceux et heureux de la présence fédérale. 
  • Mais elle nous condamne à redoubler d’efforts pour apporter une diversification économique.»

3) Bâtir une ville plus résiliente et plus verte

«C’est une priorité unanime du conseil de ville», affirme France Bélisle.  

La mairesse compte se doter «d’un plan climat ambitieux». 

Dans son programme, elle prévoyait  de: 

  • créer une Commission sur l’environnement, qu’elle coprésiderait; et 
  • développer «un test climat» pour favoriser les projets «à haute valeur environnementale». 

Pour que Gatineau devienne un «leader en matière d’innovation durable», elle propose: 

  • de créer des partenariats avec les citoyens, employeurs et organismes; et 
  • d’augmenter le budget annuel des associations de quartier qui mettent en œuvre des projets de proximité, comme des jardins communautaires. 

Sa première action au lendemain de son élection?

«J’étais prête à commencer, raconte-t-elle. Mais le plus important était d’aller rencontrer les gens avec lesquels je vais travailler pendant les 4 prochaines années.»

France Bélisle dit qu’elle souhaitait s’assurer que tout le monde pourrait «travailler ensemble» et aurait «le courage et le respect de se dire les vraies affaires».

À lire aussi:

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Mise à jour économique 2021 du gouvernement fédéral – voici l’essentiel

Publié le 14 déc 2021
Mise à jour économique 2021 du gouvernement fédéral – voici l’essentiel

La ministre des Finances Chrystia Freeland (Source: compte Twitter de la ministre)

  • Le gouvernement Trudeau prévoit plus de 8 milliards $ de nouvelles dépenses sur 5 ans, dont 3,7 milliards $ pour lutter contre la pandémie en 2021-2022, alors que le variant Omicron se propage rapidement à travers le pays.   
  • La ministre des Finances Chrystia Freeland a présenté sa mise à jour économique de façon virtuelle mardi. Plus tôt dans la journée, elle avait annoncé que 2 membres de son équipe étaient positifs à la Covid-19.  

Au cours de l’exercice 2021-2022, le gouvernement fédéral dépensera:  

  • 1,7 milliard $ pour acheter 180 millions de tests de dépistage rapide qui seront distribués aux provinces; 
  • 2 milliards sur 2 ans pour acheter des pilules anti-Covid à Merck et Pfizer; et
  • 420 millions pour aider les écoles, les bâtiments communautaires et les petites entreprises à mettre à niveau leur système de ventilation. 

Ottawa a mis 4,5 milliards $ de côté pour faire face au variant Omicron.

  • Le gouvernement Trudeau croit que de nouvelles mesures pourraient s’avérer nécessaires pour contrôler les frontières et soutenir les Canadiens et les entreprises.

Pour les entreprises: Ottawa prolonge jusqu’au 31 mars 2022 le programme de prêts allant jusqu’à 1 million $ pour aider les entreprises des secteurs les plus touchés par la pandémie à relancer leurs activités. 

Pour les télétravailleurs: la déduction pour dépenses de travail à domicile passe de 400 $ à 500 $ pour 2021 et 2022.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Parmi les autres mesures:

  • 5 milliards $ pour aider la Colombie-Britannique à se rétablir après les terribles inondations qu’elle a connues le mois dernier; 
  • 1,3 milliard $ sur 6 ans pour accueillir 40 000 réfugiés afghans; 
  • 85 millions $ pour traiter plus rapidement dès l’an prochain les demandes de résidence permanente et les permis de travail temporaire;
  • 62 millions $ pour les travailleurs du secteur des spectacles sur scène; et 
  • 50 millions $ pour aider les ports à augmenter leur capacité d’entreposage. 

La mise à jour économique comprend également les 40 milliards $ annoncés hier par Ottawa pour indemniser les victimes des pensionnats autochtones et réformer le système de protection de l’enfance. 

Mais ce budget ne tient pas compte des 78 milliards $ de promesses faites par les libéraux au cours de la dernière campagne électorale. 

L’équilibre budgétaire n’est pas envisagé avant 2027-2028.

Après un déficit record de 328 milliards $ entre avril 2020 et mars 2021 (qui sera en fin de compte 26 milliards $ moins élevé que le montant qui était estimé dans le dernier budget déposé en avril), Ottawa prévoit désormais des déficits annuels de:

  • 145 milliards $ en 2021-2022 (soit 10 milliards de moins qu’anticipé jusqu’à maintenant); puis 
  • 58 milliards $ en 2022-2023; 44 milliards $ en 2023-2024; 29 milliards $ en 2024-2025; 23 milliards $ en 2025-2026; et 13 milliards $ en 2026-2027. 

D’ici 2026-2027, la dette du Canada atteindrait 1359 milliards $, ou 1,359 billion $, soit près du double de son niveau prépandémique.  

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

La consommation pousse le PIB canadien, en hausse de 5,4% sur un an

Publié le 1er déc 2021
La consommation pousse le PIB canadien, en hausse de 5,4% sur un an

(Source: Pixabay)

  • Le produit intérieur brut (PIB) canadien a gagné 5,4% en rythme annualisé au trimestre qui s’est terminé en septembre. Statistique Canada explique cette poussée par la hausse des dépenses des ménages ainsi que par un plus gros volume d’exportations. 
  • Selon des calculs de Bloomberg, les consommateurs canadiens ont économisé 319 milliards $ depuis le début de la pandémie. Ces économies leur ont permis d’augmenter de 18%, en rythme annualisé, leurs dépenses de consommation au cours du troisième trimestre.  

Mini-budget du Québec: combien pour les entreprises?

Publié le 25 nov. 2021
Mini-budget du Québec: combien pour les entreprises?

Le ministre des Finances Eric Girard (Source: Patrick Lachance MCE / compte Twitter du ministre)

  • Le gouvernement Legault prévoit d’injecter 350 millions $ supplémentaires pour stimuler la croissance et la productivité des entreprises et «combler l’écart du niveau de vie avec l’Ontario».
  • Québec souhaite accélérer les projets d’investissement des entreprises, et soutenir la mise en place des premières zones d’innovation et de projets innovants sur le sol québécois. Mais ces mesures doivent être détaillées ultérieurement par le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon. 

Lors de sa mise à jour automnale, le ministre des Finances Eric Girard a fait le point sur la situation économique et financière du Québec [voir notre article Mini-budget du gouvernement Legault – voici l’essentiel].

Ce mini-budget prévoit 160 millions $ de plus sur 5 ans pour: 

  • augmenter la productivité et la compétitivité des entreprises;
  • accélérer leur numérisation et leur automatisation; et 
  • réduire leur empreinte environnementale.

Mais on ne sait pas encore quels projets y seront admissibles. 

Les premières zones d’innovation obtiennent 100 millions $ supplémentaires – 40 millions $ avaient déjà été annoncés.

  • Ces zones, présentées l’automne dernier, doivent réunir en un seul endroit l’enseignement, la recherche, les entreprises en démarrage et les grands acteurs économiques [détails sur le site du gouvernement]. 

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Québec assouplit les modalités du Programme d’aide financière à l’investissement (Pafi) qui permet d’obtenir un rabais d’électricité de 20%. 

Pour profiter de ce rabais, les entreprises doivent investir au moins 40 millions $ pour améliorer leur productivité ou réduire leurs émissions de GES. 

  • Ce rabais pourra désormais s’échelonner sur 6 ans, au lieu de 4 ans. 
  • Il couvre jusqu’à 50% du coût des investissements admissibles.

Par ailleurs, 90 millions $ seront octroyés à des projets «innovants» qui présentent «un fort potentiel de développement économique pour le Québec».

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Mini-budget du gouvernement Legault – voici l’essentiel

Publié le 25 nov. 2021
Mini-budget du gouvernement Legault – voici l’essentiel

Le ministre des Finances Eric Girard et François Legault (Source: Émilie Nadeau / compte Twitter du premier ministre)

  • Le ministre des Finances Eric Girard a présenté cet après-midi la mise à jour économique et financière du gouvernement. Le déficit anticipé pour l’année en cours est de 6,8 milliards $, soit environ 5,5 milliards $ de moins que les 12,3 milliards $ prévus en mars.
  • Le gouvernement prévoit 5 milliards $ de nouvelles dépenses pour faire face à la hausse du coût de la vie et la pénurie de main-d’œuvre. 

Au total, le Québec a 9 milliards $ de plus que prévu dans ses coffres. 

Le PIB devrait grimper de 6,5% cette année, soit 2,3% de plus que la croissance prévue en mars. Par rapport aux prévisions de mars:

  • Les revenus du Québec augmentent de 5 milliards $. 
  • Les transferts fédéraux augmentent de 2,6 milliards $, grâce aux ententes signées avec Ottawa sur les services de garde et le logement.
  • Les revenus des sociétés d’État sont plus élevés de 831 millions $, surtout grâce aux revenus d’Hydro-Québec et d’Investissement Québec. 

Québec prend 5 milliards $ pour financer les mesures de son «mini-budget» annoncé aujourd’hui. 

Le gouvernement Legault va:  

  • offrir en janvier un chèque de 200 à 275 $, pour une personne seule, à 400 $, pour un couple, aux 3,3 millions de Québécois à faible ou moyen revenu pour les aider à faire face à l’inflation; 
  • bonifier le crédit d’impôt pour le service de gardes – de 1310 $ par an, par exemple, pour une famille dont les revenus annuels sont compris entre 60 000 $ et 100 000 $; et 
  • doubler de 209 $ à 400 $ dès cette année le montant de soutien pour les aînés de 70 ans ou plus qui ont des revenus de 31 575 $ ou moins.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Contre la pénurie de main-d’œuvre, Québec met en place: 

  • des bourses qui atteindront, à la fin d’une formation de 3 ou 4 ans, jusqu’à 9000 $ au collégial et jusqu’à 20 000 $ à l’université pour les étudiants inscrits en santé et services sociaux, éducation, services de garde, génie, technologies de l’information et construction; et 
  • une prime salariale temporaire jusqu’au 31 mars 2023 pour inciter les retraités de l’enseignement, des services de garde et des soins infirmiers à revenir au travail – elle sera, par exemple, de 3000 $ par an pour un revenu de 40 000 $.

Le déficit structurel, qui resterait à long terme après la crise sanitaire, passe, lui, de 6,5 milliards à 4 milliards $ par an. 

  • Plus ce déficit structurel baisse, plus le Québec se rapproche d’un retour à l’équilibre budgétaire. 
  • Le gouvernement conserve son objectif d’atteindre l’équilibre d’ici 2027-2028.

[voir notre autre article sur les mesures pour les entreprises dans ce mini-budget]

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Discours du Trône 2021 – voici l’essentiel

Publié le 23 nov. 2021
Discours du Trône 2021 – voici l’essentiel

Justin Trudeau et la gouverneure générale Mary Simon (Source: compte Twitter du premier ministre)

  • La gouverneure générale du Canada Mary Simon a lu aujourd’hui – en inuktitut, en anglais et en français – l’un des plus courts discours du Trône de l’histoire pour ouvrir officiellement la nouvelle session parlementaire.
  • 20 mois après le début de la crise sanitaire et 2 mois après les dernières élections fédérales, la priorité du troisième gouvernement Trudeau demeure de mettre définitivement fin à la pandémie en rebâtissant l’économie. 

La «priorité absolue» du Canada reste de contrôler la pandémie. 

  • Pour y parvenir, «la vaccination est le meilleur outil», insiste la gouverneure générale, alors que la vaccination des 5 à 11 ans va débuter au Québec.  

C’est «la meilleure chose à faire pour l’économie», dit-elle.  

Mary Simon a rappelé les priorités d’Ottawa, dont celle d’aider les secteurs économiques les plus touchés par la pandémie et de protéger les travailleurs de la santé.

En revanche, elle n’a pas mentionné les transferts en santé, chers aux provinces. 

  • Le gouvernement s’engage seulement à «travailler avec les provinces pour obtenir des résultats qui répondent aux besoins des Canadiens».

La reprise doit surmonter un autre obstacle: la hausse du coût de la vie. 

«L’inflation est un défi mondial, souligne la gouverneure, et nous devons continuer à lutter contre l’augmentation du coût de la vie.»

  • Selon le discours, le gouvernement Trudeau s’appuiera sur 2 de ses priorités pour lutter contre l’inflation: le logement et les services de garde d’enfants.

Le Canada doit en faire plus pour le climat.

Ottawa mettra «l’accent sur l’innovation, les bons emplois verts, et la collaboration avec les pays aux vues similaires», dit-elle, pour bâtir «une économie plus résiliente, plus durable et plus concurrentielle».

La gouverneure a aussi souligné que la prospérité du Canada dépend de «la solidité et de la résilience de nos chaînes d’approvisionnement», et des «échanges commerciaux ouverts». 

  • Justin Trudeau était à Washington jeudi dernier pour le sommet des 3 amigos où il s’est heurté au protectionnisme de Joe Biden [détails (18 novembre)]. 

«La décennie est encore jeune», a conclu Mary Simon. «Avec de la compassion, du courage et de la détermination, nous pouvons corriger son mauvais départ.»

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les Canadiens veulent un peu moins dépenser en cadeaux cette année

Publié le 23 nov. 2021
Les Canadiens veulent un peu moins dépenser en cadeaux cette année

(Source: Unsplash)

  • Selon un sondage réalisé par la firme NielsenIQ, les Canadiens prévoient cette année de dépenser 555 $ en moyenne pour leurs cadeaux, soit moins que les moyennes de 588 $ en 2020 et de 583 $ en 2019.
  • Les Canadiens seront plus nombreux dans les magasins: selon le même sondage, 35% comptent faire leurs emplettes en magasin, contre 30% l’an dernier. Toutefois, ils prévoient de dépenser 2 fois plus dans les grandes surfaces et chez les géants du commerce en ligne que dans les PME, selon un sondage réalisé par Maru Public Opinion pour la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Les Canadiens ne veulent plus consommer autant qu’avant la pandémie

Publié le 2 nov. 2021
Les Canadiens ne veulent plus consommer autant qu’avant la pandémie

(Source: Unsplash)

  • Selon un récent sondage réalisé pour la Banque Scotia, 63% des Canadiens ne veulent pas consommer autant qu’ils le faisaient avant la pandémie. 
  • 53% souhaitent même réduire encore plus leurs dépenses. Si cette intention se concrétise dans les faits, cela pourrait décevoir les attentes de beaucoup de commerçants.

Selon ce sondage, 42% des Canadiens sont inquiets pour leurs finances personnelles. 

  • Cette inquiétude touche même 51% des 18-34 ans.
  • Par comparaison, seulement 31% des 55 ans et plus s’inquiètent pour leurs finances. 

Les Québécois sont un peu plus sereins que les autres Canadiens.

  • 24% des Québécois se disent inquiets pour leurs finances, contre 42% dans l’ensemble du pays.
  • 76% des Québécois s’inquiètent de l’augmentation du coût de la vie, contre 84% dans l’ensemble du pays.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

À quoi ressemblera le mini-budget d’automne de Québec?

Publié le 27 oct. 2021
À quoi ressemblera le mini-budget d’automne de Québec?

Le ministre des Finances Eric Girard (Source: Patrick Lachance MCE / compte Twitter du ministre)

  • Le ministre des Finances Eric Girard déposera une mise à jour économique le 25 novembre prochain. 
  • Ce mini-budget doit permettre au gouvernement de prendre de nouvelles mesures pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre et la hausse du coût de la vie. 

Eric Girard veut «donner l’heure juste» aux Québécois. 

L’exercice sera l’occasion de faire le point sur les finances et l’économie du Québec. 

  • Dans le dernier budget [détails dans notre article du mois de mars], le déficit du gouvernement était de 15 milliards $ pour l’année en cours. 

Le gouvernement en profitera aussi pour renouveler son engagement de retrouver l’équilibre budgétaire à compter de 2027-2028.

L’économie a été impactée par l’inflation

  • L’inflation oscille normalement autour de 2% par an, précise le ministre. 
  • Mais, cette année, elle pourrait atteindre 4%, soit 2 fois sa valeur habituelle. 

Selon Eric Girard, cette hausse s’explique par «des éléments temporaires et des éléments permanents».

  • L’une des raisons est que l’économie «sort très bien de la crise».  
  • L’économie du Québec se porte si bien, dit-il, que le gouvernement doit composer avec le spectre d’une surchauffe économique.

Cette accélération de l’inflation se traduit par une augmentation particulièrement rapide du prix des carburants, de l’électricité, des paniers d’épicerie ou du logement. 

Le revenu disponible doit augmenter au moins aussi vite que l’inflation, selon le ministre.  

Le gouvernement prévoit donc d’aider les Québécois «qui ne bénéficient pas des hausses de revenu pour faire face aux hausses du coût de la vie».

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Legault a présenté ses priorités pour sortir le Québec de la crise sanitaire

Publié le 19 oct. 2021
Legault a présenté ses priorités pour sortir le Québec de la crise sanitaire

François Legault (Source: CPAQ)

  • Le premier ministre a prononcé cet après-midi un discours pour ouvrir la deuxième session parlementaire de son mandat [explication publiée il y a 2 semaines sur la prorogation du parlement]. 
  • «Après 20 longs mois» de pandémie, François Legault croit qu’«il est temps pour le Québec de se projeter dans l’avenir». 

Les Québécois ne veulent pas retourner en arrière, dit Legault, ils veulent:  

  • «consolider les avancées»; 
  • réparer «ce qui est brisé et usé»; et 
  • saisir «les opportunités exceptionnelles qui sont devant nous».

Legault s’engage à tenir ses promesses de 2018

  • Selon lui, aucun gouvernement «n’a autant respecté ses promesses électorales» et il compte «finir le travail». 
  • Grâce aux mesures adoptées, il dit que son gouvernement «a remis 2,3 milliards $ par an dans les poches des Québécois». 

La santé sera le plus grand «chantier».

Le premier ministre s’est engagé aujourd’hui à: 

  • décentraliser le réseau de la santé vers les régions; 
  • mettre fin au temps supplémentaire obligatoire (TSO) des employés; 
  • attirer plus d’étudiants vers le secteur de la santé; et 
  • s’affranchir des agences privées – en créant un «mécanisme de dépannage» dans le réseau public pour ne plus «dépendre des agences privées». 

Il promet aussi aux Québécois

  • d’installer l’internet haute vitesse dans toute la province d’ici la fin de son mandat; 
  • de créer «rapidement» les 37 000 places qui manquent en garderies;  
  • de trouver des solutions «à très court terme» pour recruter des travailleurs essentiels, dont des infirmières; et
  • de rajouter «100 000 travailleurs qualifiés» dans 3 secteurs névralgiques : la construction, les technologies de l’information, et le génie. 

Québec répondra «à l’urgence climatique».

  • Le gouvernement renonce «définitivement à extraire des hydrocarbures sur son territoire», confirme-t-il. 
  • Legault a aussi annoncé son intention de créer «un pôle mondial» de construction de véhicules électriques, de fabrication de batteries et de production d’hydrogène vert. 

L’Urgence sanitaire est maintenue jusqu’en 2022

  • L’état d’urgence sanitaire, qui permet au gouvernement de prendre des mesures exceptionnelles depuis le début de la pandémie, sera levé lorsque les enfants de 5 à 11 ans seront vaccinés, a annoncé Legault. 
  • Il croit qu’ils devraient être adéquatement vaccinés en début d’année prochaine.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les étrangers de retour au Canada, s’ils sont adéquatement vaccinés

Publié le 6 sept. 2021
Les étrangers de retour au Canada, s’ils sont adéquatement vaccinés

(Source: Rudy et Peter Skitterians / Pixabay)

  • À compter d’aujourd’hui, presque tous les voyageurs étrangers peuvent à nouveau séjourner au pays pour des raisons non essentielles, comme le tourisme, à condition qu’ils aient reçu 2 doses de vaccin. Jusqu’ici, seuls les Américains y étaient autorisés. 
  • Selon Ottawa, «les preuves scientifiques et la situation épidémiologique» permettent la réouverture des frontières – sauf pour les voyageurs en provenance d’Inde et du Maroc: les vols directs venant de ces pays ont été suspendus.

Malgré une hausse du nombre de cas de Covid-19 au Canada, le gouvernement fédéral assure que les mesures sanitaires en place sont assez efficaces.

Ottawa a choisi de maintenir sa décision de rouvrir des frontières aux étrangers parce que: 

  • le nombre d’hospitalisations reste stable; 
  • le nombre de Canadiens vaccinés continue d’augmenter; et 
  • très peu de voyageurs pleinement vaccinés sont porteurs du virus: au mois d’août, seulement 0,19% des tests effectués sur des voyageurs adéquatement vaccinés se sont avérés positifs.  

À leur arrivée, les voyageurs étrangers devront présenter: 

  • une preuve vaccinale sur l’application ou le portail en ligne ArriveCAN pour prouver qu’ils ont reçu 2 doses de vaccins homologués au Canada –  Pfizer, Moderna, AstraZeneca ou Johnson & Johnson;  
  • un test de dépistage négatif à la Covid-19, de moins de 72h, ou un résultat positif obtenu entre 14 et 180 jours avant leur départ – pour prouver qu’ils ont récemment été immunisés contre la Covid-19;

et ils ne doivent avoir aucun symptôme de la maladie.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Une majorité de travailleurs montréalais craignent de travailler avec des non vaccinés

Publié le 3 sept. 2021
Une majorité de travailleurs montréalais craignent de travailler avec des non vaccinés

(Source: Unsplash)

  • 47% des travailleurs montréalais ont recommencé à travailler en présentiel à temps plein ou à temps partiel, selon un sondage Léger commandé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.
  • 70% des répondants au sondage sont préoccupés par la possibilité de revenir travailler à côté de collègues non vaccinés. La moitié des répondants pourraient même remettre en question leur désir de travailler en présentiel s’ils ignorent si leurs collègues ont été vaccinés.