Relance post-Covid

Idées, projets, politiques, programmes d’aide, investissements et innovations pour relancer l’économie du Québec après le choc de la pandémie de Covid-19 (voir aussi Aides financières, Politique économique)

Ottawa veut faciliter l’accès aux tests de dépistage rapide de la Covid-19

Publié le 7 mai 2021
Ottawa veut faciliter l’accès aux tests de dépistage rapide de la Covid-19

(Photo Unsplash)

  • Des projets pilotes de distribution de tests de dépistage rapide sont déjà en cours en Ontario: les employés de certaines petites et moyennes entreprises peuvent s’y faire tester dans des pharmacies désignées. Ottawa compte étendre le modèle aux autres provinces – la date n’est pas encore connue.  
  • En prévision de cette expansion, toutes les entreprises et organisations du pays peuvent dès aujourd’hui s’inscrire sur un portail de Santé Canada pour déposer une demande d’accès aux tests de dépistage rapide. Ce portail avait ouvert le mois dernier, mais était jusqu’à présent réservé aux plus grandes organisations.

La pandémie a ralenti la progression des carrières

Publié le 5 mai 2021
  • Selon un sondage réalisé par le cabinet de recrutement Robert Half, 27% des travailleurs canadiens pensent que leur carrière est en pause depuis le début de la pandémie. La proportion monte même à 55% chez les 18 à 24 ans. La Covid-19 a changé la perspective de près du tiers des répondants: ils veulent désormais occuper un emploi plus significatif ou plus satisfaisant.
  • Du côté des gestionnaires, 49% d’entre eux admettent qu’ils ont reporté la promotion d’employés performants en raison de la pandémie.

La reprise économique s’accélère aux États-Unis

Publié le 29 avr. 2021
  • Au cours du premier trimestre, la croissance du PIB américain a atteint un rythme annualisé de 6,4%, soit la plus forte croissance pour un premier trimestre depuis 1984. 
  • Ce regain de l’économie survient alors que la vaccination s’accélère et que le gouvernement fédéral investit massivement dans l’économie, notamment en allégeant la fiscalité des entreprises et en aidant les ménages défavorisés. Plusieurs économistes croient que les États-Unis auront entièrement récupéré de la crise vers la fin de 2023. 

La Banque du Canada parie sur une croissance économique soutenue

Publié le 21 avr. 2021
La Banque du Canada parie sur une croissance économique soutenue

Tiff Macklem, gouverneur de la Banque du Canada [image: Banque du Canada]

  • Elle prévoit maintenant un taux de croissance de l’économie de 6,5% cette année, 3,75% l’an prochain et 3,25% en 2023.
  • Dans l’immédiat, la Banque maintient son taux directeur à 0,25%, mais elle envisage de l’augmenter dès le milieu de l’an prochain – plus tôt qu’elle le prévoyait auparavant.

La Banque du Canada a publié hier son plus récent Rapport sur la politique monétaire du Canada.

Ses prévisions de croissance sont plus optimistes que les précédentes.

  • «Les perspectives économiques se sont améliorées tant à l’échelle mondiale qu’au Canada, note le communiqué de la Banque qui accompagne son rapport. L’activité a mieux résisté que prévu à la pandémie de Covid-19 et la vaccination avance.»
  • Même si la Banque est consciente de l’impact négatif de la troisième vague, elle croit que «la progression de la vaccination et la réouverture de l’économie devraient entraîner au second semestre de l’année un fort rebond de la consommation». 

L’intervention exceptionnelle de la Banque due à la pandémie se poursuit, mais elle s’amenuise progressivement.

  • À court terme, la Banque va réduire d’un quart ses achats d’obligations du Canada.
  • Elle prévoit de continuer ces achats, que l’on appelle «l’assouplissement quantitatif» et qui visent à soutenir l’économie.
  • Mais elle les ajustera chaque semaine, à mesure que la reprise devrait les rendre moins nécessaires.

Les taux d’intérêt pourraient remonter l’an prochain.

  • Alors que la Banque n’envisageait pas auparavant d’augmenter son taux directeur avant 2023, elle envisage maintenant de le faire à partir de la mi 2022.

Même si aucune de ces annonces ne constitue un changement drastique, la Banque de Canada apparaît maintenant comme l’une des banques centrales du monde occidental les plus optimistes sur la reprise post-pandémie, et les plus prêtes à cesser son intervention exceptionnelle.

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Québec prévoit plus de 6 milliards $ pour les infrastructures de transport

Publié le 19 avr. 2021
Québec prévoit plus de 6 milliards $ pour les infrastructures de transport

(Source: Pixabay)

  • Le gouvernement Legault va investir 6,4 milliards $ sur deux ans pour entretenir et améliorer les infrastructures routières, ferroviaires, maritimes et aéroportuaires.
  • Selon le ministre des Transports François Bonnardel, il s’agit des investissements les plus importants consacrés à ces infrastructures dans l’histoire du Québec. 

Le gouvernement espère que ces investissements contribueront de façon importante à la relance post-Covid, en permettant:

  • de maintenir plus d’un demi-million d’emplois; et
  • de générer plusieurs milliards de dollars chaque année.

L’enveloppe globale doit notamment servir à:

  • réparer des structures et des chaussées;
  • améliorer l’efficacité et la sécurité;
  • entretenir des structures ferroviaires abandonnées; et 
  • des projets ferroviaires, aéroportuaires et maritimes.

Québec avait annoncé précédemment un investissement de 1,2 milliard $ pour la réfection des infrastructures routières de la région de Montréal. 

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Budget fédéral: un plan de relance de 101 milliards $ sur trois ans

Publié le 19 avr. 2021
Budget fédéral: un plan de relance de 101 milliards $ sur trois ans

La ministre des Finances Chrystia Freeland (Source: Twitter)

  • La ministre des Finances Chrystia Freeland a présenté cet après-midi son premier budget. Il met l’accent sur une relance économique verte et il vise, dit-elle, à «guérir les blessures économiques» provoquées par la pandémie.
  •  Le déficit du Canada pour l’année 2020-2021 (terminée le 31 mars) est de 354 milliards $, soit 28 milliards $ de moins que prévu grâce à la bonne reprise de l’économie au dernier trimestre de l’an dernier. 

Chrystia Freeland estime que le déficit devrait être d’environ 155 milliards $ cette année (2021-2022). 

  • Il devrait ensuite se réduire à 51 milliards $ l’année suivante, et diminuer progressivement jusqu’à 30 milliards $ en 2025-2026.
  • Mais Ottawa n’a pas de plan pour revenir à l’équilibre budgétaire.

La dette fédérale gonflerait à 1234 milliards $ en 2021-22. En deux ans, elle est passée de 31% à 51% du PIB.

Pour relancer l’économie, Ottawa prévoit 101 milliards $ sur trois ans:

  • 49 milliards $ en 2021-22;
  • 28 milliards $ en 2022-23; et
  • 24 milliards $ en 2023-24.

Relance verte: 5 milliards $ supplémentaires sont prévus pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

  • Ce montant devrait notamment servir aux entreprises pour réduire leur empreinte environnementale, et aux propriétaires qui souhaitent rénover leurs maisons.
  • Ils s’ajoutent aux 3 milliards $ annoncés en décembre dernier.

Le gouvernement Trudeau prolonge la nouvelle formule d’assurance emploi jusqu’à l’automne 2022. La subvention salariale pour les entreprises et la Prestation canadienne de relance économique sont maintenues jusqu’en septembre 2021 [détails dans cet autre article].

Pour préparer l’avenir, le gouvernement Trudeau propose d’investir:

  • 3 milliards $ sur cinq ans pour améliorer les services dans les centres de soins de longue durée; et
  • plus de 2 milliards $ pour que le Canada puisse fabriquer ses propres vaccins.  

Ottawa prévoit une réouverture complète de l’économie d’ici la fin de l’été.

  • Selon le gouvernement, tous les Canadiens qui le souhaitent seront vaccinés d’ici la fin du mois de septembre. 


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le gouvernement Trudeau présentera aujourd’hui son premier budget depuis plus de deux ans

Publié le 18 avr. 2021
  • La ministre des Finances Chrystia Freeland déposera le budget fédéral à la Chambre des communes vers 16 h, alors que l’économie canadienne se relève plus rapidement que prévu, et que la troisième vague de Covid-19 frappe durement le pays.
  • Fin novembre, lors de sa mise à jour économique, Chrystia Freeland estimait que le déficit du Canada s’élèverait à 382 milliards $ pour l’année 2020-2021, terminée le 31 mars. Le gouvernement prévoyait alors de lancer un ambitieux plan de relance économique de 70 à 100 milliards $ sur trois ans, qui devait créer un million d’emplois et mettre en place un réseau national de garderies.

Les entreprises canadiennes ont accumulé 130 milliards $ en liquidités excédentaires l’an dernier. Serviront-ils à la relance?

Publié le 15 avr. 2021
Les entreprises canadiennes ont accumulé 130 milliards $ en liquidités excédentaires l’an dernier. Serviront-ils à la relance?

(Source: Unsplash)

  • Les entreprises canadiennes ont mis de côté durant la pandémie un montant encore plus important que celui – estimé à 100 milliards $ –épargné par les ménages canadiens, estime l’économiste en chef de la CIBC Benjamin Tal.
  • La façon dont les entreprises réinvestiront – ou pas – cet argent aura un impact majeur sur la croissance de l’économie canadienne après la pandémie.

Le total de 130 milliards $ correspond aux montants que les entreprises canadiennes ont reçus l’an dernier, qu’elles détiennent dans une banque canadienne et qui ne servent pas à financer leurs activités quotidiennes. Ces montants viennent notamment de leurs profits et de l’aide reçue des gouvernements.

Les liquidités excédentaires des entreprises sont à un niveau record. Elles sont 20% plus élevées qu’il y a un an.

«On s’attend à ce que les ménages dépensent une bonne partie de l’épargne accumulée en 2020. Les entreprises sont assises sur encore plus d’argent mais risquent de dépenser beaucoup moins», indique la CIBC dans une note aux investisseurs.

Pourquoi?

  • D’abord, parce qu’une partie de cet argent a été obtenue dans le cadre de prêts d’urgence que les entreprises devront bientôt rembourser.
  • Ensuite parce que, selon la CIBC, deux entreprises sur trois qui ont vu leurs liquidités excédentaires augmenter l’an dernier n’auront pas besoin d’investir à court terme.

Plusieurs entreprises ont mis l’aide fédérale d’urgence dans leurs poches et n’ont pas de projet pour l’investir après la crise, conclut la CIBC.

Ottawa pourrait être tenté d’adopter des mesures fiscales pour les décourager de laisser dormir cet excédent de liquidités.

  • Sinon, la CIBC croit qu’il y aura un déséquilibre entre les entreprises qui ont un réel besoin d’investir mais qui n’en ont pas les moyens, et celles qui ne savent pas quoi faire de leurs liquidités.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Investir 100 milliards $ dans la relance de l’économie canadienne, est-ce vraiment nécessaire?

Publié le 14 avr. 2021
Investir 100 milliards $ dans la relance de l’économie canadienne, est-ce vraiment nécessaire?

Justin Trudeau (Source: PLC)

  • La vive reprise économique depuis l’automne a permis au Canada de revenir à 80% du niveau d’emploi et à plus de 95% du niveau d’activité économique d’avant la pandémie. Dans ces circonstances, il peut apparaître moins indispensable d’adopter un ambitieux plan de relance pour l’ensemble du pays.
  • Moins d’une semaine avant la publication par le gouvernement Trudeau de son budget pour l’exercice 2021-2022, des économistes se demandent s’il ne serait pas plus sage de réduire les dépenses – et surtout, l’endettement – du gouvernement fédéral.

L’économie canadienne n’est pas si mal en point, avancent des observateurs.

  • L’aide d’urgence fédérale dès les premières semaines de la pandémie a bien soutenu l’économie nationale. Faut-il s’endetter encore plus maintenant que la crise semble s’estomper?
  • Les effets du méga-plan de relance des États-Unis pourraient suffire à pousser le PIB canadien au-delà de son niveau d’avant la pandémie.

Le Canada peut s’endetter à faible coût présentement. Alors que des rumeurs d’élections hâtives s’intensifient, les libéraux pourraient voir un avantage électoral à adopter un budget très généreux.

  • «Évitons de trop stimuler l’économie», a averti plus tôt cette semaine le PDG de la Banque Royale David McKay, à l’occasion d’une table ronde avec les médias. «Voyons comment l’économie se remet de la crise, puis réagissons rapidement si les choses ne se produisent pas comme prévu.»
  • Le patron de la RBC croit que les taux d’intérêt historiquement bas et l’épargne record accumulée par les Canadiens depuis un an suffiront à ranimer l’économie, sans qu’Ottawa ait besoin d’endetter davantage le pays.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Ottawa lance un nouveau programme d’immigration pour les personnes jugées essentielles à la lutte contre la pandémie et à la relance post-Covid

Publié le 14 avr. 2021
  • Le ministre fédéral de l’Immigration Marco Mendicino a annoncé qu’un statut de résident permanent serait accordé à 90 000 travailleurs étrangers temporaires et étudiants internationaux qui se trouvent actuellement au Canada.
  • À compter du 6 mai, ce programme concernera les personnes qui ont les compétences dont le Canada a besoin pour lutter contre la pandémie et contribuer à la relance économique. Une centaine de métiers sont concernés [liste]. Selon le ministère de l’Immigration, ce programme devrait permettre à Ottawa d’atteindre son objectif d’accueillir 401 000 nouveaux résidents permanents cette année. 

Le PDG de la Banque Scotia propose à Ottawa d’augmenter l’allocation pour enfants à 20 000 $

Publié le 13 avr. 2021
  • Brian Porter propose trois mesures, qui ont été analysées par la Scotia, pour que la croissance économique du Canada ne retombe pas sous la barre des 2% annuellement, soit son rythme moyen de croissance des 20 dernières années.
  • Ces mesures sont: hausser l’allocation pour enfants de 8000 à 20 000 $ par an; égaler la somme qu’investissent les entreprises pour moderniser leur équipement; et mettre fin une fois pour toutes aux barrières tarifaires interprovinciales.

Québec investit 1,2 milliard $ dans la réfection de routes et de ponts

Publié le 7 avr. 2021
Québec investit 1,2 milliard $ dans la réfection de routes et de ponts

(Source: Pixabay)

  • Le ministre des Transports François Bonnardel a annoncé que cette somme permettrait d’assurer le maintien et l’amélioration des infrastructures routières de la région de Montréal au cours des deux prochaines années.
  • Selon le gouvernement Legault, ces investissements devraient contribuer à la relance économique du Québec et maintenir plus d’un demi-million d’emplois. 

Parmi les principaux chantiers qui ont été confirmés ou annoncés dans le cadre de ce budget de 1,2 milliard $ sur deux ans:

  • la réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine entre Montréal et Longueuil;
  • la reconstruction d’une portion de la chaussée de l’autoroute 40 en direction est, entre Sainte-Anne-de-Bellevue et Kirkland;
  • la reconstruction du pont d’étagement du boulevard des Galeries-d’Anjou, au-dessus de l’autoroute 40; et
  • la réfection des tunnels Ville-Marie et Viger. 

«Il y aura des entraves et des cônes orange», a prévenu la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal Chantal Rouleau. Mais elle a assuré que tout serait mis en œuvre pour limiter les inconvénients pour les automobilistes.   

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus