Covid-19

Toute l’actualité liée à la pandémie du coronavirus (voir aussi Aides financières, Relance post-Covid, Santé)

Les itinérants sont temporairement exemptés de couvre-feu

Mis à jour il y a 4 h
  • La Cour supérieure du Québec a suspendu jusqu’au 5 février l’application du décret imposant le couvre-feu aux personnes en situation d’itinérance. Les policiers ne peuvent plus leur donner de contraventions s’ils sont dans les rues après 20 h.
  • Après le décès d’un itinérant à Montréal, le maintien de la mesure par Québec était très critiqué. Dans sa décision, la juge Chantal Masse souligne que la sécurité et la santé des itinérants sont mises «en péril par l’application qui est actuellement faite» du couvre-feu.

Québec investit plus de 90 millions $ sur deux ans pour requalifier les travailleurs touchés par la pandémie

Mis à jour il y a 4 h
  • Pour aider les 125 000 Québécois au chômage à cause de la pandémie à retrouver un emploi, le gouvernement souhaite bonifier l’offre de formation dans les secteurs en demande: la construction, le bioalimentaire, la fabrication industrielle, la santé et les technologies de l’information.
  • Québec va investir 75 millions $ pour augmenter le nombre de diplômés à la formation générale pour adultes qui intégreront le marché du travail, et 13 millions $ pour ajouter de l’offre en formation et en orientation professionnelle.

Où en sont les vaccins canadiens?

Mis à jour il y a 4 h
Où en sont les vaccins canadiens?

(Source: Unsplash)

  • L’entreprise torontoise Providence Therapeutics commence les essais cliniques de son vaccin anti-Covid qui sera fabriqué au Canada. 
  • Ce n’est pas le seul vaccin canadien. L’entreprise pharmaceutique québécoise Medicago mène ses essais cliniques depuis juillet 2020. Et un troisième vaccin est en développement à Vancouver. 

À Toronto, Providence Therapeutics

  • Les premiers résultats des essais cliniques de phase 1 devraient arriver le mois prochain.
  • L’entreprise espère entreprendre la phase 2 au mois de mai.
  • Si les essais sont concluants, la commercialisation du vaccin est prévue pour la fin de l’année ou janvier 2022. 

Pour produire son vaccin, l’entreprise dispose déjà d’un laboratoire de fabrication de 2000 mètres carrés dans la région de Calgary, en Alberta.

À Québec, Medicago

  • Son vaccin a obtenu des résultats encourageants lors des essais de phase 1.
  • En novembre dernier, l’entreprise a obtenu l’autorisation de Santé Canada de passer aux phases 2 et 3.
  • La commercialisation est prévue pour cette année. 

À partir de 2023, lorsque la construction de son usine de fabrication à grande échelle au Québec sera terminée, Medicago devrait être en mesure de produire plus d’un milliard de doses chaque année.

La société biopharmaceutique utilise des plantes pour produire des structures non infectieuses de virus appelées particules pseudo-virales (PPV).

  • Selon Medicago, les PPV imitent l’architecture d’un virus et provoquent une réponse immunitaire chez les personnes vaccinées. 

À Vancouver, Precision NanoSystems

  • Son vaccin en est encore à un stade préclinique.
  • L’entreprise espère débuter ses essais cliniques en milieu de l’année, et terminer la phase 2 d’ici la fin de l’année. 

Comme Pfizer, Moderna et Providence Therapeutics, le vaccin développé par l’entreprise de nanomédecine vancouvéroise utilise la technologie à ARN messager (ARNm).

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Québec devrait assouplir les mesures sanitaires dans certaines régions à partir du 8 février

Mis à jour il y a 10 h
Québec devrait assouplir les mesures sanitaires dans certaines régions à partir du 8 février

(Photo bureau du premier ministre)

  • Si la tendance à la baisse observée ces derniers jours se confirme, François Legault annoncera la semaine prochaine un assouplissement des mesures sanitaires qui pourrait être différent d’une région à l’autre.
  • Dans les dernières 24 h, moins de 1200 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés au Québec. La moyenne du nombre d’infections au cours des sept derniers jours se situe désormais autour de 1500 nouveaux cas par jour.

Il n’y aura pas de relâchement avant le lundi 8 février. 

On ne sait pas encore quelles mesures seront allégées à cette date.

  • Mais une levée du couvre-feu n’est pas encore envisagée, a dit le premier ministre. 

La situation n’est pas la même partout au Québec.

  • La région du Grand Montréal reste la plus touchée par la pandémie.
  • Les habitants de la métropole doivent donc s’attendre à ce que des restrictions importantes restent en vigueur au-delà du 8 février.
  • D’autres régions pourraient bénéficier d’allègements.

Par ailleurs, l’objectif de Québec de vacciner 225 000 Québécois d’ici le 8 février vient d’être atteint avec deux semaines d’avance.

  • À cause des retards de livraison de Pfizer, le programme de vaccination a été temporairement perturbé, notamment dans les résidences pour aînés (RPA).
  • Mais, selon le ministre de la Santé Christian Dubé, le nombre de doses qui devraient être livrées à partir du 8 février permettra une «reprise massive» de la vaccination.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les partis d’opposition ont refusé d’adopter l’amendement qui vise à priver les voyageurs de la prestation fédérale de 1000 $

Publié avant-hier
  • La Chambre des communes n’a finalement pas adopté hier l’amendement qui vise à empêcher les vacanciers de retour de l’étranger de demander une prestation fédérale pendant leur quarantaine obligatoire.
  • Les partis d’opposition veulent aller plus loin. Le Bloc québécois demande que les voyages concernés remontent au mois de septembre, et non seulement au 3 janvier. Le NPD souhaite apporter d’autres modifications au programme d’aide fédéral. 

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Les pharmaciens peuvent pratiquer plus d’actes et leurs clients auront moins de frais à payer

Publié avant-hier
  • Pour alléger la lourde tâche imposée par la pandémie aux professionnels de la santé, les pharmaciens sont autorisés depuis hier à prescrire certains médicaments et à traiter des symptômes pour des problèmes de santé mineurs.
  • De leur côté, les clients des pharmacies n’auront plus à payer de frais pour certaines activités cliniques. Jusqu’ici, par exemple, un patient devait payer des frais lorsqu’un pharmacien prolongeait une ordonnance à la place d’un médecin. 

Couvre-feu: de violentes émeutes secouent les Pays-Bas

Publié avant-hier
  • Pour la deuxième nuit consécutive depuis l’instauration du couvre-feu aux Pays-Bas, des émeutes et de violentes altercations avec la police ont éclaté dans plusieurs villes du pays. Lors de la première nuit de dimanche à lundi, plus de 250 manifestants avaient été arrêtés.
  • Le premier ministre Mark Rutte a condamné la violence criminelle de ces émeutes, les pires que le pays a connues depuis 40 ans. À Eindhoven, dans le sud du pays, des véhicules ont été incendiés et des commerces ont été pillés. Le maire de la ville craint une guerre civile et a demandé l’intervention de l’armée.

Le gouvernement fédéral pourrait invoquer la Loi sur les mesures d’urgence pour limiter les voyages

Publié le 24 janv. 2021
  • Le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau a dit hier sur CBC que le gouvernement examine toutes les possibilités, y compris un recours à la Loi sur les mesures d’urgence. Cette loi permettrait à Ottawa d’imposer de nouvelles contraintes aux voyageurs et même d’interdire les voyages à destination ou en provenance d’une zone désignée.
  • Selon le ministre, le gouvernement envisage également d’appliquer des tests de dépistage le long de la frontière terrestre canado-américaine.

Le nombre d’hospitalisations continue de baisser au Québec

Publié le 24 janv. 2021
  • 1327 Québécois étaient hospitalisés hier, soit 56 de moins que samedi. Parmi ces patients, 219 personnes étaient traitées aux soins intensifs.
  • Moins de 1500 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés hier, près de 1700 samedi. Au cours du weekend, 117 personnes sont décédées à cause du virus.

Détecteur de rumeurs

Transmission du virus: ce qu’il faut savoir sur les aérosols

Publié le 24 janv. 2021
Transmission du virus: ce qu’il faut savoir sur les aérosols

(Source: Pixabay)

  • Chaque expiration, chaque toussotement, chaque parole expulsent dans l’air des gouttes d’eau de différents formats. Les plus grosses gouttelettes tombent rapidement au sol, mais les plus petites, les aérosols restent en suspension dans l’air de plusieurs minutes à plusieurs heures.
  • Depuis des mois, ces aérosols suscitent de grandes inquiétudes dans les milieux fermés et mal ventilés, comme les salles de classe.

Sans s’en rendre compte, tout le monde produit continuellement des aérosols.

  • Sauf par les journées les plus froides de l’hiver, lorsqu’on expire et qu’on voit un «nuage» de condensation se former, ils sont rarement visibles à l’œil nu. 
  • Mais, même quand il ne fait pas froid, ce «nuage» est présent à chaque respiration.
  • Or, ces millions de microgouttelettes d’eau peuvent contenir le virus. 

Pourquoi certaines restent en suspension dans l’air et pas d’autres?

La taille des gouttelettes est déterminante pour savoir si une gouttelette va «tomber» ou «flotter».

  • Historiquement, on considérait qu’une microgouttelette devait faire entre 1 et 6 micromètres de diamètre pour flotter, explique l’ingénieur titulaire d’un doctorat en génie mécanique Stéphane Bilodeau [1 micromètre = 1 millième de millimètre].
  • Mais des recherches récentes sur la propagation du virus de la Covid-19 par aérosols ont permis de découvrir que des microgouttelettes peuvent atteindre un diamètre de 100 micromètres et continuer de «flotter» dans l’air, souligne Stéphane Bilodeau. 

Pour comparaison, le coronavirus responsable de la Covid-19 fait un peu plus d’un dixième de micromètre [0,125 micromètre].

Combien de temps un aérosol reste-t-il en suspension?

Cela dépend du diamètre des particules. Mais il faut aussi tenir compte du fait que l’air n’est pas immobile.

  • Si tel était le cas, dans un air parfaitement stagnant, une microgouttelette de 5 micromètres lâchée d’une hauteur de 1,5 mètre mettrait environ 33 minutes à se déposer.
  • Dans un endroit où l’air se déplacerait horizontalement et sans aucune turbulence à 20 cm/s (0,72 km/h), la microgouttelette pourrait alors être transportée sur 400 mètres avant de toucher le sol.

Qu’en est-il dans une salle de classe?

Dans une pièce remplie d’enfants qui s’agitent, l’air est parcouru de vagues et de turbulences.

  • Ces mouvements peuvent faire «remonter» les microgouttelettes d’aérosol à plusieurs reprises et les maintenir en suspension plusieurs heures après leur émission, voire toute la journée.
  • Ce n’est que le soir, lorsque la pièce est vide et calme, que les aérosols se déposent au sol et sur les surfaces, et que l’air s’assainit.

Si ces aérosols transportent des particules virales, l’idéal serait donc de les éliminer des espaces clos à mesure qu’ils sont émis, d’où les discussions actuelles sur la filtration de l’air et la ventilation.

Agence Science-Presse
En savoir plus En savoir plus

Les États-Unis imposent de nouvelles interdictions d’entrer sur leur territoire pour lutter contre la propagation du virus

Publié le 24 janv. 2021
  • Joe Biden devrait prolonger aujourd’hui l’interdiction aux voyageurs non américains qui se sont rendus au Brésil, au Royaume-Uni et en Europe d’entrer aux États-Unis, alors que Donald Trump avait ordonné la levée de cette restriction à partir de demain.
  • Par ailleurs, pour contenir la propagation du variant identifié en Afrique du Sud, selon l’agence Reuters, la plupart des citoyens non américains qui ont récemment séjourné en Afrique du Sud ne pourront plus entrer aux États-Unis à partir de samedi prochain. 

Le variant de Covid-19 découvert au Royaume-Uni serait 30% plus mortel

Publié le 22 janv. 2021
Le variant de Covid-19 découvert au Royaume-Uni serait 30% plus mortel

(Source: Pixabay)

  • On savait déjà que la transmissibilité de ce variant était plus élevée. La sévérité des symptômes qu’il produit chez les gens infectés serait aussi beaucoup plus importante, indique un rapport tout juste publié par le gouvernement du Royaume-Uni. 
  • Pour les gens de 60 ans ou plus, les chances qu’une infection à partir de ce variant s’avère mortelle seraient de 13 à 14 sur 1000, alors qu’elles sont de 10 sur 1000 dans le cas du virus original, a annoncé le premier ministre Boris Johnson.