AFFAIRES, argent et carrière

Félix Côté

avec Félix Côté

Journaliste à InfoBref

Les salaires dans le privé devraient augmenter de 3% l’an prochain

Mis à jour il y a 18 h
Les salaires dans le privé devraient augmenter de 3% l’an prochain

(Source: Unsplash)

  • Selon un sondage auprès des membres de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, les PME canadiennes s’attendent à augmenter de 3,1% en moyenne les salaires de leurs employés en 2022. Ce serait la hausse la plus élevée depuis 2009. La hausse moyenne a été de 1,6% ces dernières années.
  • Au Québec, la hausse moyenne, toutes entreprises confondues, devrait se situer entre 2,9% et 3,1%, selon le Conseil du patronat du Québec. Il explique cette hausse par le contexte d’inflation et la pénurie de main d’œuvre, qui font pression sur les salaires.

Conseils pour vos FINANCES

Comment vous pouvez mieux investir dans l’innovation

Mis à jour il y a 16 h
Fabien Major
par Fabien Major
Comment vous pouvez mieux investir dans l’innovation

[crédit photo: Sandro Katalina | Unsplash]

  • Depuis 5 ans, les investissements liés à l’innovation ont enrichi des millions d’investisseurs.
  • Cette tendance peut-elle s’essouffler? Comment y investir tout en diversifiant ses actifs afin de réduire le risque de correction ou de perte financière importante?

Le Nasdaq 100 est l’indice boursier qui contient le plus de titres liés à l’innovation au sens large.

  • Sa performance annualisée moyenne depuis 5 ans est de 28,25%.
  • L’investisseur qui y a investi 100 000 $ en 2016 a accumulé aujourd’hui un magot de 347 000 $.

Impressionnant, n’est-ce pas?

Si on le compare à l’indice principal de la bourse américaine, le S&P 500, sa performance est encore plus saisissante.

  • Au cours de la dernière décennie, le Nasdaq 100 a rapporté 556%, contre 292% pour le S&P 500 (rendements calculés en dollars canadiens).

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Il est sage de réfléchir aux risques après une telle croissance.

Se pourrait-il que les beaux jours des technologies de l’information qui dominent le Nasdaq soient derrière nous?

On sait que l’innovation n’est pas près de s’arrêter.

  • Depuis la maitrise du feu, l’humanité ne cesse d’innover.

Mais, les progrès de demain seront différents de ce qui a caractérisé les récentes décennies.

L’investisseur qui veut à la fois encaisser ses gains passés et profiter des technologies du futur doit être fin stratège.

Une seule certitude: tout va changer!

Les Canadiens peuvent actuellement investir dans plus d’une douzaine de fonds communs et de FNB ciblant les innovations.

Ils sont inégaux, parce que leurs gestionnaires et leurs distributeurs ont des définitions de sous-secteurs technologiques qui varient grandement.

Soyez donc très attentifs aux titres que contiennent ces fonds.

Dans le segment des technos, il ne suffit pas de choisir les grandes entreprises les plus capitalisés: il faut aussi identifier les joueurs plus agiles.


­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Certaines tendances lourdes attirent énormément de capital.

Avoir dans son portefeuille des titres qui profiteront de ces tendances pourrait engendrer des gains lorsque d’autres segments de l’économie tireront de la patte.

Voici quelques secteurs qui, à mon avis, sont plus prometteurs que d’autres :

Combiner l’innovation aux facteurs ESG peut améliorer les résultats.

Invesco Canada met en marché ce mois-ci un FNB digne d’intérêt: le Nasdaq 100 ESG (QQCE).

  • C’est le petit frère du QQC, un des principaux fonds indiciels calquant le Nasdaq 100.
  • QQCE ajoute simplement à l’indice Nasdaq 100 des filtres de type ESG (environnement, impact social et saine gouvernance). 

Découvrez les autres chroniques Conseils pour vos finances de Fabien Major, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin [pour les recevoir par courriel, inscrivez-vous gratuitement à nos infolettres]


La méthodologie ESG appliquée dans ce FNB exclut les entreprises liées aux armes et munitions, aux sables bitumineux, au gaz et pétrole de schiste, à l’industrie du nucléaire, au charbon, au tabac, aux jeux de hasard, au cannabis et à l’exploitation sexuelle. 

Comme de nombreuses entreprises sont imbriquées les unes dans les autres, Invesco a resserré les mailles du filtre en éliminant également les sociétés qui gagnent plus de 5% de leurs revenus ou qui possèdent plus de 10% d’une autre entreprise dans les secteurs exclus.

Juste en appliquant ces critères d’exclusion, on parvient à augmenter un peu le rendements du Nasdaq 100.

  • De 2016 à aujourd’hui, l’indice Nasdaq 100 «filtré» ESG a rapporté 250% contre 243% pour l’indice pur.

7% en bonus! Pourquoi s’en passer?

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Balados partenaires d’InfoBref

À ÉCOUTER cette fin de semaine

Mis à jour il y a 16 h
À ÉCOUTER cette fin de semaine

InfoBref vous suggère des balados québécois indépendants de qualité, qui traitent de sujets connexes à ceux que nous couvrons:

  • Balado Le Planif de Fabien Major –> Entretien avec les auteurs du livre Du porte-monnaie au portefeuille! | Écoutez ici
  • Une tasse de tech d’Alain McKenna –> Une techno qui vous fournira le café idéal à tous les coups! | Écoutez ici
  • Pour votre info de Laurent Therrien –> Comment faire grandir nos petites entreprises? | Écoutez ici 

La chaine de lunetterie montréalaise BonLook est vendue à FYidoctors

Publié hier
La chaine de lunetterie montréalaise BonLook est vendue à FYidoctors

(Source: BonLook)

  • Fondée en 2011 sur un modèle de distribution en ligne, BonLook conçoit et vend sa propre marque de lunettes de prescriptions. Ses 36 magasins rejoignent le réseau de 300 boutiques et cliniques de FYidoctors, une entreprise de Calgary qui exploite déjà plusieurs bannières de lunetteries, dont Visique et Grimard Optique. 
  • La transaction permettrait à BonLook d’obtenir «de nouvelles opportunités stratégiques», a indiqué par communiqué Sophie Boulanger, cofondatrice et PDG de BonLook. Le fonds d’investissement montréalais Walter Capital et des anges providentiels d’Anges Québec, qui étaient actionnaires de BonLook, bénéficient de cette transaction.

La Banque du Canada devrait avoir sa propre monnaie numérique, croit l’institut CD Howe

Publié avant-hier
La Banque du Canada devrait avoir sa propre monnaie numérique, croit l’institut CD Howe

(Source: Unsplash)

  • La Banque du Canada devrait émettre une cryptomonnaie stable liée au dollar canadien, affirme dans un rapport le groupe de recherche CD Howe. 
  • L’institut croit qu’une monnaie numérique stable pourrait être attrayante si elle était convertible en dollar canadien et si elle était bien réglementée.  

Une cryptomonnaie stable (stablecoin en anglais) est une monnaie numérique dont la valeur est liée à celle d’un actif reconnu et relativement stable, comme le dollar canadien.  

Une monnaie numérique de la Banque du Canada devrait être émise sous forme de jeton, en s’appuyant sur une technologie décentralisée pour en gérer les transactions, selon les auteurs de l’étude.

  • Ils croient que ce mécanisme permettrait de conserver avec cette monnaie numérique les mêmes avantages qu’avec le dollar canadien. 

La Banque du Canada retirerait plusieurs bénéfices d’émettre une cryptomonnaie, selon l’étude. La Banque pourrait ainsi:

  • faciliter l’émergence des cryptomonnaies au Canada; 
  • conserver le dollar canadien comme principale monnaie au pays;
  • encourager le secteur privé à introduire de nouvelles cryptomonnaies stables; et
  • faciliter l’accès au dollar canadien sur les plateformes de cryptomonnaies.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Le prix des maisons près des stations de ski a grimpé de 22% en un an

Publié avant-hier
Le prix des maisons près des stations de ski a grimpé de 22% en un an

(Source: Unsplash)

  • Le prix médian des propriétés unifamiliales aux abords des principaux monts de ski du Québec atteint 422 500 $, selon une étude de Royal LePage. Il s’agit d’une hausse de 22% par rapport à 2020.  
  • Parmi les 8 régions étudiées, c’est celle de Bromont, en Estrie, où la hausse est la plus forte: le prix médian des maisons unifamiliales y atteint 607 000 $, soit 59% de plus que l’an dernier. 

Le prix médian des copropriétés situées près des centres de ski a lui aussi augmenté, mais plus modestement. 

  • Pour l’ensemble du Québec, ce prix est de 299 200 $ (+9% sur un an). 

Hausses de prix médians par région

Mont-Tremblant (Saint-Faustin–Lac-Carré, La Conception)

  • Maison unifamiliale: 405 000 $ (+22%)
  • Copropriété: 329 000 $ (stable)

Mont Saint-Sauveur (Saint-Sauveur, Morin-Heights, Piedmont)

  • Maison unifamiliale: 470 000 $ (+32%)
  • Copropriété: 312 000 $ (+26%)

Saint-Côme et Saint-Donat

  • Maison unifamiliale: 369 000 $ (+42%)

Mont Brome (Bromont)

  • Maison unifamiliale: 607 000 $ (+59%)
  • Copropriété: 381 000 $ (+41%)

Mont Sutton (Sutton, Brome, Lac-Brome)

  • Maison unifamiliale: 452 500 $ (+2%)

Mont Orford (Orford, Magog)

  • Maison unifamiliale: 410 000 $ (+30%)
  • Copropriété: 230 000 $ (+15%)

Stoneham et Lac-Beauport (Stoneham-et-Tewkesbury, Lac Delage, St-Gabriel-de-Valcartier, Lac-Beauport)

  • Maison unifamiliale: 251 500 $ (+9%)
  • Copropriété: 125 000 $ (+14%)

Mont Sainte-Anne (Beaupré, Sainte-Anne-de-Beaupré, Saint-Ferréol-les-Neiges, Saint-Joachim)

  • Maison unifamiliale: 410 000 $ (+17%)

[rapport en PDF]

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Entrevue

Il y aura moins de constructions résidentielles l’an prochain en raison des prix élevés

Publié le 24 nov. 2021
Il y aura moins de constructions résidentielles l’an prochain en raison des prix élevés

(Source: Unsplash)

  • L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) s’attend à ce qu’il y ait 56 000 mises en chantiers résidentielles au Québec l’an prochain, soit 18% de moins que cette année. 
  • Les maisons et les logements sont de moins en moins abordables, observe l’APCHQ. Cela devrait ralentir la demande de nouvelles habitations pour propriétaires occupants. 

Le coût d’achat des nouveaux logements a augmenté de 18,4% entre septembre 2020 et septembre 2021, selon Statistique Canada. 

  • La hausse du coût des nouvelles maisons individuelles est encore plus prononcée, à 21,4%. 

L’APCHQ explique ces hausses par:

  • les problèmes d’approvisionnement;
  • la «flambée» du prix de la plupart des matériaux de construction; et
  • le coût élevé de la main d’œuvre, en raison de la pénurie de main d’œuvre.

2021 aura cependant été une bonne année pour la construction résidentielle au Québec. 

L’APCHQ estime que le total des mises en chantier d’habitations résidentielles s’élèvera à 68 300 au 31 décembre, soit 26% de plus qu’en 2020. 

  • 2020 était déjà une bonne année, avec un peu moins de 55 000 mises en chantier résidentielles, un nombre en hausse de +13% par rapport à 2019.
  • Le record absolu du nombre de mises en chantier résidentielles en un an est de 74 179. Il a été enregistré en 1987.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

La moitié des 18-34 ans n’ont pas de plan financier

Publié le 24 nov. 2021
La moitié des 18-34 ans n’ont pas de plan financier

(Source: Unsplash)

  • Selon un sondage Som réalisé pour l’Institut québécois de la planification financière (IQPF), près de 40% des répondants n’ont pas de plan pour leur avenir financier. La proportion monte à 48% chez les moins de 35 ans. Au chapitre des connaissances, c’est pire: 68% des répondants estiment qu’ils n’ont pas les connaissances financières suffisantes pour bien planifier leurs finances.
  • Chantal Lamoureux, PDG de l’IQPF, a indiqué en entrevue à InfoBref que ces résultats s’expliquent par le «tabou que représente encore l’argent dans la société québécoise» et «le niveau de littératie financière qui n’est pas suffisamment élevé». 

«Heureusement, les choses changent», estime Chantal Lamoureux. Elle souligne 2 changements:

  • Le gouvernement fédéral a mis en place à l’automne une stratégie nationale pour la littératie financière. 
  • Depuis 2017, le cours d’éducation financière est obligatoire dans les écoles du Québec pour les élèves de secondaire 5. Ce cours était absent du cursus depuis 2009. 

La majorité des Québécois gèrent eux-mêmes leurs finances, selon le sondage de l’IQPF.  

  • 61% des Québécois n’ont jamais eu recours aux services d’un planificateur financier. 
  • «Beaucoup pensent que le planificateur ne fait que gérer des placements, mais ce n’est pas son seul rôle, explique Chantal Lamoureux. Il peut aider à planifier d’autres aspects, comme une succession, une stratégie de retraite, ou un retour aux études.»

L’IQPF a mis sur pied une série de formations, dont une gratuite, pour apprendre certaines bases des finances personnelles.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

L’IA dans la finance: l’AMF appelée à établir un cadre de pratiques acceptables

Publié le 24 nov. 2021
L’IA dans la finance: l’AMF appelée à établir un cadre de pratiques acceptables

(Source: Unsplash)

  • Un comité de l’Université de Montréal a émis une série de recommandations pour faire une utilisation responsable de l’intelligence artificielle (IA) en finances. 
  • 3 recommandations concernent l’Autorité des marchés financiers (AMF). Elle devrait: établir un cadre modèle de valeurs et de principes pour l’utilisation de l’IA en finances; définir les sources et types de données qu’il est légitime d’utiliser; et faciliter la formation aux principes de l’IA des acteurs financiers et des consommateurs. [rapport en PDF]

Entrevue

Plus de défis pour retenir les travailleurs de l’informatique du gouvernement?

Publié le 23 nov. 2021
Plus de défis pour retenir les travailleurs de l’informatique du gouvernement?

(Source: Unsplash)

  • Alors que le gouvernement veut créer un nouveau ministère de la Cybersécurité et du Numérique, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) demande au gouvernement d’être moins dépendant des fournisseurs privés en services numériques et cybersécurité.
  • Il faudrait pour cela que le gouvernement embauche plus de personnel. Mais pour attirer les travailleurs, les conditions d’emploi devraient changer: «le gouvernement doit offrir à ses travailleurs de l’informatique, en plus de salaires plus concurrentiels, des défis professionnels et leur permettre de se surpasser, comme dans le secteur privé», explique à InfoBref Christian Daigle, président général du SFPQ.

Le gouvernement a de plus en plus recours à des consultants en informatique et en cybersécurité.

  • En 2017, environ 2300 consultants faisaient affaire avec le gouvernement ou avec des organismes publics.
  • En 2020, ils étaient près de 3200, soit une hausse de 35%. 

La fonction publique québécoise souffre, comme tous les employeurs, de la pénurie de main d’œuvre

  • Elle semble particulièrement forte dans le domaine informatique.
  • Le SFPQ recense 970 postes vacants, soit 12% des postes de ce domaine dans la fonction publique.

Pour attirer et retenir des travailleurs en informatique, le gouvernement doit confier plus de projets de développement à ses propres travailleurs, argumente le SFPQ. 

  • «À l’heure actuelle, la fonction publique n’offre pas les mêmes défis qu’au privé», explique Christian Daigle.
  • «Les fonctionnaires devraient se faire confier des défis plus intéressants, explique-t-il, comme l’opportunité de réaliser davantage de tâches de développement pour que le travail soit au moins aussi attrayant qu’au privé.»
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les travailleurs d’entrepôt de la SAQ entament une grève illimitée

Publié le 23 nov. 2021
Les travailleurs d’entrepôt de la SAQ entament une grève illimitée

(Source: Unsplash)

  • Les 800 employés syndiqués des entrepôts de la Société des alcools du Québec (SAQ) ont déclenché une grève illimitée hier matin. Ils revendiquent de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail.
  • Cette grève pourrait perturber la chaîne d’approvisionnement des entrepôts et la livraison des bouteilles dans les succursales, les bars, les restaurants et les autres points de vente. Les succursales demeurent tout de même ouvertes, car les employés qui y travaillent sont syndiqués avec un autre syndicat. 

Les Canadiens veulent un peu moins dépenser en cadeaux cette année

Publié le 23 nov. 2021
Les Canadiens veulent un peu moins dépenser en cadeaux cette année

(Source: Unsplash)

  • Selon un sondage réalisé par la firme NielsenIQ, les Canadiens prévoient cette année de dépenser 555 $ en moyenne pour leurs cadeaux, soit moins que les moyennes de 588 $ en 2020 et de 583 $ en 2019.
  • Les Canadiens seront plus nombreux dans les magasins: selon le même sondage, 35% comptent faire leurs emplettes en magasin, contre 30% l’an dernier. Toutefois, ils prévoient de dépenser 2 fois plus dans les grandes surfaces et chez les géants du commerce en ligne que dans les PME, selon un sondage réalisé par Maru Public Opinion pour la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).