Facebook

Nouvelles, données, politiques et tendances concernant Facebook et ses services, avec une perspective québécoise [voir aussi: GAFAM+, Marketing, Médias, Médias sociaux]

Facebook: plus de 40% des commentaires sur les vaccins sont anti-vaccin

Publié le 19 sept. 2021
Facebook: plus de 40% des commentaires sur les vaccins sont anti-vaccin

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook (Source: YouTube)

  • En mars dernier, le patron de Facebook Mark Zuckerberg annonçait sur sa propre page Facebook son ambition de convaincre 50 millions de personnes de se faire vacciner grâce à la portée de son média social. 
  • Mais, selon des notes internes de Facebook consultées par le Wall Street Journal, les activistes anti-vaccin inondent de tellement de commentaires les publications portant sur les vaccins que, en fin de compte, Facebook nuit aux efforts de vaccination au lieu de les favoriser. 

Pour répondre à l’objectif qu’avait annoncé son PDG de promouvoir la vaccination, Facebook avait décidé de mettre de l’avant des publications factuelles liées aux vaccins. 

  • L’idée était de fournir à un maximum d’usagers de Facebook de l’information fiable. 

Mais des chercheurs de l’entreprise ont constaté que, sous ces publications factuelles, les commentaires regorgent de désinformation venant d’utilisateurs anti-vaccin.

  • Selon une analyse interne de Facebook terminée quelques jours avant que Mark Zuckerberg annonce son projet d’encourager la vaccination, 41% des commentaires étaient défavorables à la vaccination.

À l’intérieur même de Facebook, des chercheurs employés par l’entreprise craignaient que cette forte proportion de commentaires négatifs sur les vaccins influence les usagers hésitants et les décourage de se faire vacciner.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Pour faire du social au soleil, voici des Ray-Ban signées Facebook

Publié le 9 sept. 2021
Pour faire du social au soleil, voici des Ray-Ban signées Facebook

Les Ray-Ban Stories, produites par Facebook en partenariat avec Ray-Ban (Source: Ray-Ban)

  • Le média social a lancé en partenariat avec le célèbre lunetier Ray-Ban une paire de lunettes intelligentes, les Ray-Ban Stories, qui peuvent prendre des photos, capter des vidéos et répondre à des commandes vocales. 
  • Facebook et Ray-Ban considèrent ces lunettes de soleil, d’apparence ordinaire, comme un premier pas vers d’éventuelles lunettes de réalité augmentée qui pourraient superposer des images au monde réel.

Les Ray-Ban Stories sont dotées de 2 caméras à l’avant de la monture. 

  • Ces caméras peuvent être activées soit à l’aide d’un bouton physique, soit avec une commande vocale. 
  • Les images captées sont ensuite transmises à l’application Facebook View, qui permet de modifier et de partager les images à d’autres applications – pas seulement celle de Facebook. 

2 haut-parleurs permettent d’écouter le son provenant d’un téléphone. 

  • On peut écouter des balados ou prendre des appels avec les lunettes. 
  • Un pavé tactile intégré sur le côté du cadre permet de lire un contenu audio, de le mettre en pause et d’en modifier le volume.

Les lunettes ne disposent pas de système de réalité augmentée.

  • Mais Facebook, qui est déjà un acteur important dans la réalité virtuelle avec ses casques Oculus et veut devenir un acteur de premier plan du métavers, souhaite familiariser de plus en plus de personnes avec ce type d’accessoires et sortir du cadre des écrans rectangulaires.  

Les Ray-Ban Stories se vendent 369$ au Canada. [Alain McKenna fera un compte-rendu de l’essai de ces lunettes dans sa chronique des meilleurs produits techno dans le bulletin InfoBref Matin de samedi.]

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Facebook veut dépolitiser son fil d’actualité

Publié le 1er sept. 2021
Facebook veut dépolitiser son fil d’actualité

(Source: Christoph Scholz)

  • En février, Facebook avait lancé une expérience pour réduire la distribution de contenu politique dans le fil d’actualité de certains utilisateurs aux États-Unis, au Canada, au Brésil et en Indonésie.
  • Le média social affirme que cette expérience est concluante, qu’il étend maintenant son test à quatre autres pays, et qu’il souhaite l’étendre encore davantage par la suite.  

La plupart des utilisateurs de la plateforme ne veulent pas être inondés de contenu politique, selon ce qu’avait indiqué en février Mark Zuckerberg, grand patron de Facebook.

Aux États-Unis, Facebook évalue que le contenu politique occupe en moyenne 6% du fil d’actualité des utilisateurs. 

  • Cela peut paraitre peu élevé compte tenu des débats depuis plusieurs années sur le rôle de Facebook dans les élections. 
  • Mais, selon le média social, ses utilisateurs trouvent que c’est trop.

Pour modérer l’apparition de contenu politique, Facebook veut modifier son algorithme. 

  • Plutôt que de seulement privilégier les publications qu’un utilisateur a de fortes chances de commenter ou de partager; 
  • l’entreprise veut davantage tenir compte, dans la sélection du contenu de politique et d’actualité qu’elle propose, de la probabilité qu’un utilisateur se plaigne à Facebook d’être exposé à ce contenu. 

Ces modifications pourraient réduire le trafic vers les médias de nouvelles, a admis Facebook.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Face aux talibans, les médias sociaux adoptent chacun leurs propres règles

Publié le 22 août 2021
Face aux talibans, les médias sociaux adoptent chacun leurs propres règles

(Source: Flickr)

  • Avant qu’ils soient chassés du pouvoir en 2001, les talibans avaient banni l’usage d’internet en Afghanistan. 20 ans plus tard, les talibans se servent désormais des médias sociaux à des fins de propagande. 
  • Cependant, Facebook, Twitter, YouTube et TikTok ont adopté des politiques pour contrer les messages talibans.

Facebook, YouTube et TikTok interdisent tous les contenus faisant la promotion des talibans.

  • Ces interdictions s’appliquent aussi à Instagram et WhatsApp, des applications qui appartiennent à Facebook. 
  • Cependant, les messages échangés dans WhatsApp pourraient échapper à la surveillance de Facebook, puisqu’ils sont cryptés. 
  • De son côté, YouTube continue d’autoriser le contenu éducatif concernant les talibans. 

Twitter, de son côté, ne supprime pas systématiquement les contenus talibans. 

  • Le média social n’a pas pris position, puisque le statut du groupe islamique est ambigu: son nom figure sur la liste des organisations terroristes établie par le Trésor américain, mais pas sur celle du département d’État, responsable de la politique étrangère des États-Unis. 
  • Twitter supprime toutefois tout contenu jugé violent. 
  • Des élus républicains ont reproché à Twitter de ne pas intervenir à l’égard des comptes talibans, alors que le compte de l’ancien président Donald Trump avait été supprimé.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Facebook propose des réunions de travail en réalité augmentée avec Horizon Workrooms

Publié le 19 août 2021
Facebook propose des réunions de travail en réalité augmentée avec Horizon Workrooms

(Source: Oculus)

  • Le réseau social a lancé une version bêta d’Horizon Workrooms, une nouvelle application de réalité augmentée pour tenir à distance des réunions qui ressemblent davantage à des réunions «en présentiel». 
  • L’application réunit sous la forme d’avatars, autour d’une même table virtuelle, des intervenants qui peuvent ensuite discuter, bouger et même écrire sur un tableau.   

L’application est gratuite.

Mais pour en profiter, il faut porter un casque de réalité virtuelle Oculus Quest 2 vendu par Facebook – à 460 $ l’unité actuellement.

Horizon Workrooms réunit jusqu’à 16 participants pour une réunion d’équipe.

  • 34 personnes supplémentaires peuvent les rejoindre par simple appel vidéo, sans casque de réalité virtuelle.

Chaque participant prend la forme d’un avatar qu’il contrôle. 

  • Le participant peut prendre des notes sur un clavier virtuel et dessiner sur un tableau virtuel.
  • Il peut partager son écran avec d’autres personnes, comme dans une vidéoconférence. 
  • Une fonction d’audio spatial module la voix des intervenants selon leur emplacement dans la pièce virtuelle.

Vers le Métavers:

Facebook considère le lancement d’Horizon Workrooms comme une première étape vers la construction du «Métavers», une sorte d’univers virtuel en 3D créé essentiellement pour socialiser.

L’entreprise a beaucoup investi en réalité virtuelle ces dernières années.

  • Elle a développé ses propres casques de réalité augmentée Oculus VR, ainsi que des lunettes et des bracelets. 
  • Elle a acquis plusieurs studios de jeux en réalité virtuelle. 
  • En juillet, elle annonçait la création d’une équipe entièrement consacrée au Métavers. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Facebook Messenger vous permet de rendre vos appels entièrement secrets

Publié le 15 août 2021
Facebook Messenger vous permet de rendre vos appels entièrement secrets

(Source: Facebook)

  • L’application Messenger permet désormais à ses usagers d’activer le chiffrement de bout en bout pour des appels audio et vidéo. 
  • Ce chiffrement fait en sorte que seuls les appareils utilisés pendant un appel entre 2 usagers peuvent accéder au contenu échangé. «Personne d’autre, pas même Facebook, ne peut voir ni entendre ce qui est envoyé ou dit», assure Facebook. 

Cette fonctionnalité, optionnelle, était déjà disponible pour les conversions textuelles entre 2 personnes dans Messenger.

Le chiffrement de bout en bout des appels est déjà assuré:

  • dans WhatsApp, une autre application de Facebook; et
  • dans plusieurs applications populaires proposées par d’autres entreprises, telles que FaceTime, d’Apple, et Zoom.

Facebook envisage maintenant d’étendre l’option de crypter de bout en bout:

  • aux conversations textuelles de groupe et aux appels de groupe dans Messenger; et
  • aux messages directs dans Instagram.

La généralisation du chiffrement des communications numériques n’est pas du goût de plusieurs gouvernements.

  • Ils craignent de ne pas pouvoir décrypter des messages ou des conversations liés à des activités criminelles ou terroristes.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Ottawa veut réglementer les contenus indésirables dans les médias sociaux

Publié le 29 juil 2021
Ottawa veut réglementer les contenus indésirables dans les médias sociaux

(Source: Unsplash)

  • Le gouvernement Trudeau voudrait faire adopter cet automne un projet de loi pour contrer les discours haineux et l’exploitation sexuelle sur les médias sociaux. 
  • Les nouvelles règles s’imposeraient aux médias sociaux tels que Facebook, Twitter, YouTube ou TikTok, et aux «services de communications en ligne» comme Pornhub. Elles les obligeraient à supprimer de leurs plateformes les contenus violents, haineux, terroristes ou liés à de l’exploitation sexuelle dans les 24h suivant leur signalement. 

Pour faire respecter ces règles, Ottawa propose la création de plusieurs nouvelles instances.

Un commissaire à la sécurité numérique pourrait recommander des sanctions contre les réseaux sociaux récalcitrants. 

  • La pénalité financière maximale encourue par une plateforme pourrait atteindre le montant le plus élevé entre 3% de son revenu brut et 10 millions $. 

Les sanctions seraient imposées par un tribunal créé en vertu du projet de loi C-11, qui encadre la façon dont les entreprises collectent et utilisent les données liées à la vie privée.

En dernier recours, le gouvernement pourrait demander aux fournisseurs de service internet de bloquer l’accès aux réseaux sociaux qui persistent à ne pas supprimer leurs contenus indésirables.

Il y aurait aussi une commission de la sécurité numérique, un conseil de recours en matière numérique, et un comité consultatif spécialisé sur le sujet.

Dans l’immédiat:

  • Le gouvernement fédéral a lancé vendredi une consultation publique pour recueillir les commentaires des Canadiens sur le futur projet de loi. Cette consultation sera menée jusqu’au 25 septembre.
  • Le gouvernement prévoit ensuite de déposer un projet de loi cet automne.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Facebook veut construire le Metaverse. Qu’est-ce que le Métavers?

Publié le 27 juil 2021
Facebook veut construire le Metaverse. Qu’est-ce que le Métavers?

(Source: Oculus)

  • Facebook forme une nouvelle division «Metaverse» – un terme utilisé dans la science-fiction pour désigner des environnements virtuels. Facebook veut que cette division crée un espace social 3D à l’aide des technologies de réalité virtuelle et augmentée.
  • Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a dit au site américain The Verge qu’il considérait le Metaverse comme «le successeur de l’Internet mobile». 

Le métavers, pour «méta-univers», est décrit pour la première fois en 1992 dans le roman Snow Crash de Neal Stephenson. 

  • Ce monde, créé artificiellement par ordinateur, permet de regrouper virtuellement plusieurs utilisateurs qui prennent chacun la forme d’un avatar et peuvent s’y déplacer et interagir.

L’ambition de Mark Zuckerberg et que Facebook soit, dans 5 ans, considérée avant tout comme une entreprise de métavers. 

L’entreprise dispose déjà d’une division de réalité virtuelle et augmentée, Facebook Reality Labs. 

  • Le produit phare de cette division est le casque de réalité virtuelle Oculus, qui permet de jouer à des jeux dans un environnement immersif.
  • Ce casque pourrait peut-être servir de porte d’entrée vers le Métavers de Facebook s’il se concrétise. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Des anti-masques attaquent la réputation numérique de commerces promouvant les mesures sanitaires

Publié le 22 juil 2021
Des anti-masques attaquent la réputation numérique de commerces promouvant les mesures sanitaires

[Source: Pixabay]

  • Au Québec et en Ontario, certains commerçants ont reçu ces derniers jours de mauvaises notes ou de mauvais commentaires associés à leur commerce ou à leur page Facebook, qui n’étaient pas justifiés par le mauvais service de ces commerçants.
  • Leur tort: ils avaient promu des mesures sanitaires anti-Covid, ou les avaient simplement appliquées.

En Ontario, le site SafeTO-Do avait été mis en ligne la semaine dernière pour répertorier les entreprises dont le personnel est entièrement vacciné, ou qui demandent à leurs clients une preuve de vaccination. 

  • Mais ce site a rapidement dû être fermé, parce qu’un groupe de personnes s’est attaqué aux entreprises répertoriées en donnant, dans Google Mon entreprise, de faux avis négatifs sur ces entreprises – par exemple, en leur attribuant une seule étoile.

Au Québec, InfoBref a constaté dans un groupe Facebook qui s’adresse à des gestionnaires québécois de médias sociaux que plusieurs gestionnaires s’occupant de commerçants disent que leurs clients ont été, ces derniers jours, la cible de groupes Facebook anti-masques – dont le groupe «sansmasque», qui semble avoir été fermé depuis peu. 

  • Ces groupes auraient incité leurs membres à attribuer des avis négatifs et de mauvaises notes, dans Google Mon entreprise et dans Facebook, à des commerces qui respectent ou promeuvent les mesures sanitaires gouvernementales. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Joe Biden veut stimuler la concurrence dans l’économie américaine

Publié le 10 juil 2021
Joe Biden veut stimuler la concurrence dans l’économie américaine

(Source: Twitter)

  • Le président américain Joe Biden a signé hier un décret exécutif qui comprend 72 initiatives pour limiter la concurrence déloyale dans l’économie américaine – parce que beaucoup de secteurs de l’économie et du numérique sont dominés par quelques grands joueurs qui étouffent la concurrence.  
  • L’objectif ultime du président est de faire baisser les prix, d’augmenter les salaires des travailleurs et d’accroitre la compétitivité des entreprises américaines sur l’échiquier mondial.  

Parmi les secteurs ciblés par le décret, le président veut que:

  • les fournisseurs de services internet donnent aux consommateurs des informations plus claires sur leurs services et sur la façon dont ils utilisent les données personnelles de leurs clients;
  • les grandes entreprises de technologies telles que Facebook et Amazon soient plus encadrées pour qu’elles ne puissent plus aussi facilement acheter de petites entreprises pour éviter qu’elles les concurrencent; 
  • les États puissent importer des médicaments sur ordonnance du Canada, où la réglementation gouvernementale fait en sorte que le coût des médicaments est plus bas qu’aux États-Unis.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Trump à la tête d’une action collective contre Facebook, Twitter et Google

Publié le 7 juil 2021
Trump à la tête d’une action collective contre Facebook, Twitter et Google

Donald Trump (Source: Wikimedia)

  • L’ancien président américain a déposé, avec d’autres personnes, une action collective contre Facebook, Twitter, Google et leurs patrons respectifs Mark Zuckerberg, Jack Dorsey et Sundar Pichai, que Donald Trump accuse de «censure illégale et inconstitutionnelle».
  • Cette action collective demande à un tribunal fédéral américain «d’ordonner l’arrêt immédiat de la censure honteuse» de ces réseaux sociaux, qui ont banni l’ancien président. Avant que ses comptes ne soient suspendus, Trump avait près de 89 millions d’abonnés sur Twitter, 35 millions sur Facebook et 24 millions sur Instagram. 

Un juge rejette les plaintes pour pratiques anticoncurrentielles contre Facebook

Publié le 28 juin 2021
Un juge rejette les plaintes pour pratiques anticoncurrentielles contre Facebook

(Source: Christoph Scholz)

  • Aux États-Unis, un juge fédéral du District de Columbia a rejeté les plaintes portées contre Facebook en décembre par l’autorité américaine de la concurrence (FTC) et par les procureurs de 48 états et territoires. Elle alléguait que l’entreprise élimine systématiquement ses concurrents pour obtenir un monopole. 
  • Facebook avait notamment acquis deux applications qui lui faisaient de l’ombre: Instagram en 2012 et WhatsApp en 2014. Selon la FTC, ces acquisitions avaient engendré une situation de monopole des médias sociaux. 

La FTC et les états plaignants souhaitaient:

  • que Facebook cède Instagram et WhatsApp à des tierces parties; et
  • que les futures acquisitions de Facebook soient sujettes à l’approbation réglementaire des autorités. 

Or, selon le juge fédéral:

  • la FTC n’a pas démontré que Facebook détient le monopole sur le marché des réseaux sociaux; et 
  • la demande des états pour que Facebook se départisse d’Instagram et de WhatsApp survient trop longtemps après leur acquisition. 

Suite au rejet des plaintes, l’action de Facebook (Nasdaq: FB) a grimpé hier de plus de 4%, ce qui a porté pour la première fois la capitalisation boursière de l’entreprise au-delà du seuil symbolique des 1000 milliards $US. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus