Vidéo

Tendances MÉDIAS

Comment Netflix uniformise la façon de raconter des histoires

Publié le 19 mars 2021
Steve Proulx
par Steve Proulx
Comment Netflix uniformise la façon de raconter des histoires

[Image de la série Les tribus d’Europe. Crédit: Netflix]

  • Netflix avait écrit une page d’histoire l’an dernier en récoltant 24 nominations aux Oscars, un record. Le service de diffusion en continu fracasse cette année son record de l’an dernier avec 35 nominations, se propulsant ainsi loin devant les autres grands studios d’Hollywood.
  • Mais ce que Netflix change surtout, ces sont les histoires et la façon de les raconter.

Netflix et la course aux Oscars:

Oui, un vent de changement souffle sur Hollywood. En décrochant 35 nominations aux Oscars, dont 2 dans la catégorie du Meilleur film, Netflix s’impose comme la nouvelle superpuissance dans l’industrie du cinéma.

La conquête de Netflix est impressionnante. En 2014, la plateforme récoltait sa première nomination aux Oscars pour un documentaire sur la révolution égyptienne (The Square).

À peine sept ans plus tard, Netflix coiffe tous les autres grands studios au palmarès des nominations: plus du double des nominations décrochées par Amazon, son plus proche rival, et plus de quatre fois celles décrochées par Walt Disney et Warner Bros.

Bien entendu, la fermeture des cinémas pendant une bonne partie de 2020 a contribué à cette domination des plateformes numériques dans l’actuelle course aux Oscars.

Il n’empêche, le streaming en général et Netflix en particulier sont désormais aux premières loges du 7e art mondial. Et ce sera encore le cas après la pandémie.

Comme dirait l’autre: la game vient de changer.

Quel est l’impact de l’effet Netflix?

Les observateurs de l’industrie parlent depuis quelques années déjà de «l’effet Netflix», sans toutefois s’entendre sur une définition formelle du phénomène.

En ce qui me concerne, l’effet Netflix, c’est la mainmise d’une seule entreprise sur ce qu’on pourrait appeler la «culture mondialisée».

  • D’un côté, Netflix nous donne accès à des films et des séries provenant des quatre coins du monde: Allemagne, Corée du Sud, Russie, Turquie, France, Espagne, Afrique du Sud.
  • De l’autre, peu importe dans quel pays elles sont nées, les productions Netflix ont toutes un petit air américain.

Le film québécois Jusqu’au déclin, produit par Netflix et racontant le cauchemar d’un groupe de survivalistes, aurait pu avoir été tourné dans une forêt du Michigan avec des acteurs américains — sans changer une ligne au scénario.

La bagarre finale entre les deux protagonistes est d’ailleurs assez inédite dans le cinéma québécois; c’est toutefois la fin classique d’à peu près tous les films d’action américains depuis des décennies.

En fait, Jusqu’au déclin est un film américain tourné dans la langue de Félix Leclerc.

> Découvrez les autres chroniques Tendances Médias de Steve Proulx, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

J’ai regardé récemment la série allemande Les tribus d’Europe. Une série post-apocalyptique classique qui s’adonne à se dérouler quelque part en Allemagne. Une série américaine, tournée dans la langue de Goethe.

J’ai regardé le film sud-coréen #Alive. Une histoire de zombies à la Walking Dead, mais avec des acteurs locaux. Je n’ai strictement rien appris de la culture sud-coréenne, j’ai seulement regardé un autre film de zombies.

Voilà ce qu’est pour moi l’effet Netflix. Un rouleau compresseur culturel d’une ampleur inégalée. Une machine à planter des histoires américaines aux quatre coins du monde, en les faisant passer pour des productions «internationales»…

Pour recevoir la chronique Tendances Médias de Steve Proulx chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

La startup montréalaise Livescale lève 2,5 millions $ et veut s’imposer comme plateforme de «liveshopping» de référence au Canada

Publié le 17 mars 2021
La startup montréalaise Livescale lève 2,5 millions $ et veut s’imposer comme plateforme de «liveshopping» de référence au Canada

(Source: Livescale)

  • Il s’agit d’une seconde ronde de financement pour Livescale depuis sa fondation en 2016. La somme récoltée doit servir à peaufiner sa plateforme de vente intégrée à la vidéo en ligne, et à étendre ses activités aux États-Unis et à l’Europe. L’entreprise veut obtenir un financement plus substantiel (de «série A») cet été.
  • Le «live shopping» consiste à vendre des produits directement à partir de vidéos diffusées en direct sur les réseaux sociaux. Le phénomène, encore méconnu au Canada, est déjà fort en Asie et en Europe.

On a peu de statistiques sur le magasinage vidéo en direct au Québec, mais cette pratique représente déjà un marché de plusieurs milliards de dollars ailleurs dans le monde.

  • Ici, ce sont surtout les pionniers du marketing numérique qui s’y intéressent pour le moment, mais c’est en train de changer, affirme en entrevue à InfoBref Virgile Ollivier, cofondateur et PDG de Livescale.
  • Livescale espère profiter de cet engouement naissant pour s’imposer comme la plateforme de référence au Québec et au Canada.
L’équipe de Livescale (Source: Livescale)

Le virage numérique s’est accéléré durant la pandémie. 

  • Il a forcé les détaillants à trouver de nouvelles avenues pour rejoindre plus directement une clientèle cible sur Internet, ajoute Virgile Ollivier.
  • «Dans le monde de l’après-Covid, il est difficile pour les petits commerçants de se démarquer en passant par les canaux traditionnels. Le liveshopping est une nouvelle expérience transactionnelle qui leur offre une meilleure visibilité auprès des consommateurs.»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le gouvernement fédéral a sous-estimé les sommes que pourrait rapporter une taxe sur la diffusion en ligne

Publié le 10 fév 2021
  • Le directeur parlementaire du budget calcule qu’imposer la taxe de vente fédérale (ou la taxe de vente harmonisée dans les provinces où elle s’applique) sur les services de diffusion en ligne étrangers présents au Canada rapporterait au moins 1,34 milliard $ sur cinq ans.
  • Or, dans son énoncé économique de novembre dernier, Ottawa a estimé les recettes d’une telle taxe sur cinq ans à 1,2 milliard $. Le gouvernement prévoit taxer les services en ligne dès cette année.

Entre Apple, Netflix et Disney, la plateforme pour télés connectées Roku continue de tirer son épingle du jeu

Publié le 6 janv. 2021
Entre Apple, Netflix et Disney, la plateforme pour télés connectées Roku continue de tirer son épingle du jeu

(Source: Roku)

  • L’année 2020 a été profitable pour Roku: elle a profité de la popularité de la vidéo sur demande pour tripler son nombre d’utilisateurs actifs, qui a franchi le cap des 50 millions à la fin décembre.
  • Contrairement à ses rivaux AppleTV+, Disney+ et Netflix, Roku ne produit pas de contenu original. Elle se positionne comme la principale plateforme connectée capable de regrouper tous ces services dans une seule interface unifiée.

Tendances MÉDIAS

Séries vidéo en ligne: ce qui nous attend sur nos écrans en 2021

Publié le 2 janv. 2021
Steve Proulx
par Steve Proulx
Séries vidéo en ligne: ce qui nous attend sur nos écrans en 2021
  • Le confinement imposé par la pandémie de Covid-19 a permis aux plateformes de diffusion en continu de faire le plein d’abonnés en 2020. Et ces plateformes concurrentes ne regardent pas à la dépense pour se tailler une part du gâteau.
  • Résultat: pour meubler ses soirées télé en 2021, le consommateur aura l’embarras du choix.

Voici ma sélection de séries à surveiller, par plateforme:

Sur Netflix

Selon certaines prévisions, Netflix pourrait investir cette année 19 milliards $US pour enrichir son offre.

Dans un contexte de rude concurrence, et alors que de nombreux ayants droit rapatrient sur leur propre plateforme des productions qui ont fait le succès de Netflix ces dernières années (Friends, The Office, Gossip Girl), le roi du streaming mise plus que jamais sur ses contenus originaux pour fidéliser ses 195 millions d’abonnés.

Au programme en 2021:

  • Lupin – Omar Sy (Intouchables) incarne un concierge au Musée du Louvre qui se lance sur les traces du célèbre Arsène Lupin en mettant sur pied un cambriolage ambitieux… pour venger la mort de son père. Dès le 8 janvier.
  • L’héritage de Jupiter – En achetant l’éditeur de comics Millarworld en 2017, Netflix voulait mettre la main sur un univers de superhéros pour rivaliser avec Marvel, qui appartient à Disney, et DC Comics, qui est dans le giron de WarnerMedia. La série L’héritage de Jupiter, tournée à Toronto et mettant en vedette Justin Theroux, fera défiler une ribambelle de nouveaux justiciers aux pouvoirs extraordinaires. À venir en 2021.

[Bande-annonce de Lupin]

Sur Disney+

Après un peu plus d’un an d’existence, la plateforme vidéo de Disney est parvenue à recruter 86 millions d’abonnés. Un exploit bien au-delà des attentes: Disney espérait 90 millions d’abonnés… à sa quatrième année! Il faut dire que le concurrent le plus sérieux de Netflix a un atout de taille dans sa manche: les univers de Marvel, de Pixar, de Star Wars… et de Disney.

  • Star Wars – Le succès de la série The Mandalorian n’était qu’un hors-d’œuvre: la célèbre galaxie très, très lointaine est en pleine expansion. Plus d’une dizaine de productions inspirées de l’univers de Star Wars débarqueront sur Disney+ dans les 24 prochains mois, dont la très attendue Obi Wan Kenobi, mettant en vedette Ewan McGregor dans le rôle-titre.
  • Marvel – Les superhéros de Marvel ne seront pas en reste. Une dizaine de productions est dans les cartons – dont WandaVision, dès le 15 janvier, qui apparaît comme la première sitcom de l’univers cinématographique de Marvel. Ce que ce sera? Une curiosité, assurément!

[Bande-annonce de WandaVision]

> Découvrez les autres chroniques Tendances Médias de Steve Proulx, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

Sur Apple TV+

Annoncée pour cette année, Fondation est la série que tous les vrais amateurs de science-fiction attendent. Basée sur la trilogie du légendaire auteur Isaac Asimov, parue dans les années 50, elle mettra en vedette Lee Pace (Halt and Catch Fire) et Jared Harris (Chernobyl).

[Bande-annonce de Fondation]

Sur Ici Tou.tv

Jean-Carl Boucher (1981) découvrira qu’il est le dernier humain sur la planète… avant de rencontrer Maude. La comédie fantastique Félix, Maude et la fin du monde sera offerte à compter de mars 2021.

Sur Club illico

Nostalgique de la série Alfred Hitchcock présente…? Cet hiver, on aura droit à notre propre série d’anthologie provenant du sombre imaginaire de notre maître local du suspense, Patrick Senécal. Au menu de Patrick Senécal présente… dix histoires à faire frissonner, réalisées par Stéphane Lapointe (Tout sur moi).

Pour recevoir la chronique Tendances Médias de Steve Proulx chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi