Netflix

Netflix ne paiera pas le nouvel impôt canadien sur les services numériques

Publié le 4 mai 2021
Netflix ne paiera pas le nouvel impôt canadien sur les services numériques

(Source: Unsplash)

  • La nouvelle «taxe» fédérale de 3% sur les revenus provenant des services numériques ne s’appliquera pas aux recettes des frais d’abonnements facturés aux consommateurs canadiens par des diffuseurs de contenu payant tels que Netflix.
  • Annoncé dans le dernier budget fédéral, le nouvel impôt doit entrer en vigueur le 1er janvier prochain. Il vise les fournisseurs de services numériques qui ont un revenu brut d’au moins 1,1 milliard $. Il sera prélevé sur les revenus tirés au Canada de la publicité, des médias sociaux, et de l’exploitation de données des utilisateurs et de marchés en ligne – mais pas de la vente de contenus par abonnement.

Vidéo: les revenus de YouTube pourraient bientôt rattraper ceux de Netflix

Publié le 2 mai 2021
Vidéo: les revenus de YouTube pourraient bientôt rattraper ceux de Netflix
  • Dans son dernier rapport trimestriel, Alphabet, société mère de Google, a divulgué que YouTube avait généré 6 milliards $US en revenus publicitaires au premier trimestre cette année, contre 4 milliards $US durant le même trimestre l’an dernier. 
  • Si sa croissance se poursuit à ce rythme, YouTube pourrait générer 30 milliards $US de revenus cette année. Ce serait autant que Netflix, un autre géant de la vidéo, dont les revenus d’abonnement ont augmenté deux fois moins vite, au premier trimestre par rapport à l’an dernier, que les revenus publicitaires de YouTube.

Tendances MÉDIAS

Votre guide pour regarder les Oscars ce dimanche

Publié le 23 avr. 2021
Steve Proulx
par Steve Proulx
Votre guide pour regarder les Oscars ce dimanche

[image: lesslemon | Adobe Stock]

  • Avec un peu de retard, la 93e cérémonie des Oscars aura finalement lieu ce dimanche. Et ce ne sera pas une «soirée Zoom»: il y aura de vraies vedettes qui remettront de vraies statuettes devant un vrai gratin d’Hollywood.
  • On s’attend tout de même à une cérémonie qui sera à l’image de l’année qui vient de s’écouler: inédite. À quoi ressemblera la fête du cinéma, version pandémie?

L’année des plateformes de diffusion:

J’en parlais dans une récente chronique, l’année 2021 a bien sûr été marquée par les mesures sanitaires et par la fermeture des salles de cinéma. De nombreuses sorties de films ont par conséquent été repoussées.

Du coup, pour avoir des films à honorer, l’Académie des Oscars a dû modifier ses critères d’éligibilité.

Alors qu’un film devait avoir été présenté exclusivement au cinéma pendant au moins sept jours pour entrer dans la course, on a permis cette année aux films distribués uniquement en ligne de concourir.

Pour la première fois, on retrouve donc une quantité record de films en nomination qui n’ont jamais vu l’ombre d’une salle de cinéma. Netflix a raflé 35 nominations, et Amazon, 18.

2021 sera peut-être l’année où un film distribué en streaming remportera pour la première fois l’Oscar du meilleur film.

À quoi ressemblera la soirée?

Une partie de la cérémonie se tiendra au Dolby Theater, comme d’habitude, mais le gros du spectacle se déroulera à la gare Union Station de Los Angeles, réputée pour son architecture art déco. La gare a d’ailleurs accueilli plusieurs tournages dans le passé (The Way We Were, Blade Runner, The Dark Knight Rises).

En raison des restrictions sanitaires, seuls les nommés, leurs invités et les stars qui présenteront des prix seront dans la salle. La production du gala a tenu à démontrer ces derniers jours les efforts qui ont été déployés pour garder tout ce beau monde en santé.

On verra des masques, dit-on. Ils joueront même un rôle important dans cette soirée qui promet néanmoins d’être chic.

En revanche, il n’y aura aucune possibilité de recevoir son prix par Zoom. C’est une bonne chose: personne ne souhaite voir Anthony Hopkins en découdre avec la caméra de son iPad pendant qu’il fait ses remerciements.

Pour la troisième année consécutive, il n’y aura pas de maître de cérémonie. Le producteur de la soirée, le réalisateur Steven Soderbergh, promet une soirée des Oscars plus proche d’un film que d’un spectacle télévisé: l’ensemble sera tourné en 24 images par seconde, au format 16:9, avec des plans de caméras propres au 7e art.

Ça promet.

> Découvrez les autres chroniques Tendances Médias de Steve Proulx, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

Au-delà de ces nouveautés, les Oscars se dérouleront sous le signe de la diversité:

  • C’est la première fois que deux acteurs d’origine asiatique sont en nomination pour l’Oscar du meilleur acteur, Steven Yeun et Riz Ahmed. Ahmed est aussi le premier acteur musulman à être en nomination pour ce prix.
  • Chloé Zhao (Nomadland) est la première femme d’origine chinoise en nomination pour la meilleure réalisation.
  • Pour la première fois, deux femmes sont en nomination dans la catégorie Meilleure réalisation.
  • L’actrice Yuh-Jung Youn (Minari) est la première actrice coréenne en nomination pour un rôle de soutien.
  • Viola Davis (Ma Rainey’s Black Bottom) est devenue l’actrice noire ayant reçu le plus de nominations aux Oscars (4 nominations).
L’actrice Viola Davis dans le film Ma Rainey’s Black Bottom [image: site de Netflix]

Hélas, encore cette année, aucun film canadien n’est parvenu à décrocher une place dans la catégorie Meilleur film international. Le film Rebelle de Kim Nguyen (2012) est le dernier à avoir reçu cet honneur.

Où regarder les Oscars?

La 93e cérémonie des Oscars sera présentée à CTV à 20h, à la télé ou en ligne.

Pour recevoir la chronique Tendances Médias de Steve Proulx chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Netflix, maisons vides et véhicules de luxe: quelques nouvelles taxes prévues dans le budget

Publié le 19 avr. 2021
Netflix, maisons vides et véhicules de luxe: quelques nouvelles taxes prévues dans le budget

[photo: Lynn Vdbr | Unsplash]

  • À côté des programmes de dépenses, le budget prévoit la création de nouvelles taxes spécialisées.
  • Netflix, les acheteurs de voitures et de bateaux de luxe, et les propriétaires étrangers de biens immobiliers au Canada sont parmi les cibles visées par ces changements à la fiscalité.

Les acheteurs d’une auto ou d’un avion valant plus de 100 000 $ et les acheteurs d’un bateau valant plus de 250 000 $ seront soumis à une nouvelle taxe de vente.

  • Ils devront payer le montant le plus bas entre 20% de l’excédent par rapport à 100 000$ ou 250 000 $, et 10% de la valeur totale du véhicule.
  • Ottawa estime que cela générera 600 millions $ sur cinq ans en recettes fiscales.

Netflix devra désormais payer au Canada des impôts en rapport avec la diffusion de ses contenus.

  • À défaut d’une entente avec les gouvernements des autres pays qui prévoirait un mécanisme fiscal commun, Ottawa imposerait un impôt de 3% sur les revenus canadiens de services et de contenus numériques fournis par des entreprises étrangères qui ont chiffre d’affaires global supérieur à 750 millions d’euros, soit environ 1,1 milliard $.
  • Ottawa calcule que cela lui rapporterait 3,4 milliards $ sur cinq ans.

Les propriétaires étrangers d’une résidence au Canada qui reste inoccupée pendant au moins un an seraient soumis à une taxe spéciale.

  • À partir de 2022, ils devraient payer chaque année 1% de la valeur de leur résidence.
  • Ottawa espère percevoir avec cette taxe 700 millions $ sur quatre ans.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Tendances MÉDIAS

Comment Netflix uniformise la façon de raconter des histoires

Publié le 19 mars 2021
Steve Proulx
par Steve Proulx
Comment Netflix uniformise la façon de raconter des histoires

[Image de la série Les tribus d’Europe. Crédit: Netflix]

  • Netflix avait écrit une page d’histoire l’an dernier en récoltant 24 nominations aux Oscars, un record. Le service de diffusion en continu fracasse cette année son record de l’an dernier avec 35 nominations, se propulsant ainsi loin devant les autres grands studios d’Hollywood.
  • Mais ce que Netflix change surtout, ces sont les histoires et la façon de les raconter.

Netflix et la course aux Oscars:

Oui, un vent de changement souffle sur Hollywood. En décrochant 35 nominations aux Oscars, dont 2 dans la catégorie du Meilleur film, Netflix s’impose comme la nouvelle superpuissance dans l’industrie du cinéma.

La conquête de Netflix est impressionnante. En 2014, la plateforme récoltait sa première nomination aux Oscars pour un documentaire sur la révolution égyptienne (The Square).

À peine sept ans plus tard, Netflix coiffe tous les autres grands studios au palmarès des nominations: plus du double des nominations décrochées par Amazon, son plus proche rival, et plus de quatre fois celles décrochées par Walt Disney et Warner Bros.

Bien entendu, la fermeture des cinémas pendant une bonne partie de 2020 a contribué à cette domination des plateformes numériques dans l’actuelle course aux Oscars.

Il n’empêche, le streaming en général et Netflix en particulier sont désormais aux premières loges du 7e art mondial. Et ce sera encore le cas après la pandémie.

Comme dirait l’autre: la game vient de changer.

Quel est l’impact de l’effet Netflix?

Les observateurs de l’industrie parlent depuis quelques années déjà de «l’effet Netflix», sans toutefois s’entendre sur une définition formelle du phénomène.

En ce qui me concerne, l’effet Netflix, c’est la mainmise d’une seule entreprise sur ce qu’on pourrait appeler la «culture mondialisée».

  • D’un côté, Netflix nous donne accès à des films et des séries provenant des quatre coins du monde: Allemagne, Corée du Sud, Russie, Turquie, France, Espagne, Afrique du Sud.
  • De l’autre, peu importe dans quel pays elles sont nées, les productions Netflix ont toutes un petit air américain.

Le film québécois Jusqu’au déclin, produit par Netflix et racontant le cauchemar d’un groupe de survivalistes, aurait pu avoir été tourné dans une forêt du Michigan avec des acteurs américains — sans changer une ligne au scénario.

La bagarre finale entre les deux protagonistes est d’ailleurs assez inédite dans le cinéma québécois; c’est toutefois la fin classique d’à peu près tous les films d’action américains depuis des décennies.

En fait, Jusqu’au déclin est un film américain tourné dans la langue de Félix Leclerc.

> Découvrez les autres chroniques Tendances Médias de Steve Proulx, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

J’ai regardé récemment la série allemande Les tribus d’Europe. Une série post-apocalyptique classique qui s’adonne à se dérouler quelque part en Allemagne. Une série américaine, tournée dans la langue de Goethe.

J’ai regardé le film sud-coréen #Alive. Une histoire de zombies à la Walking Dead, mais avec des acteurs locaux. Je n’ai strictement rien appris de la culture sud-coréenne, j’ai seulement regardé un autre film de zombies.

Voilà ce qu’est pour moi l’effet Netflix. Un rouleau compresseur culturel d’une ampleur inégalée. Une machine à planter des histoires américaines aux quatre coins du monde, en les faisant passer pour des productions «internationales»…

Pour recevoir la chronique Tendances Médias de Steve Proulx chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Netflix lance Fast Laughs, de courtes séquences vidéo amusantes qui s’inspirent de TikTok

Publié le 3 mars 2021
Netflix lance Fast Laughs, de courtes séquences vidéo amusantes qui s’inspirent de TikTok

(Source: Netflix)

  • Cette nouveauté de Netflix est pour le moment exclusive à son application pour iPhone. Inspirée de TikTok, elle propose de très courtes séquences vidéo tirées de séries télé et de films présents sur sa plateforme, dont la série d’animation Big Mouth et la comédie The Crew.
  • Les abonnés à Netflix peuvent visionner en rafale ces vidéos ou créer leur propre liste de lecture. Ils peuvent également partager ces séquences sur Instagram, Snapchat, Twitter et WhatsApp. 

Les Golden Globes ont couronné The Crown et récompensé la série canadienne Bienvenue à Schitt’s Creek

Publié le 28 fév 2021
Les Golden Globes ont couronné The Crown et récompensé la série canadienne Bienvenue à Schitt’s Creek

Les acteurs de la série Bienvenue à Schitt’s Creek (Source: Twitter)

  • Lors de la 78e cérémonie des Golden Globes, la série Bienvenue à Schitt’s Creek a remporté les prix de la meilleure série comique et de la meilleure actrice pour la Torontoise Catherine O’Hara. Mais la grande gagnante de la soirée, la série dramatique The Crown, a raflé quatre prix, dont le Golden Globes de la meilleure série dramatique.
  • Du côté des longs métrages, le prix de la meilleure comédie a été attribué au film Borat Subsequent Movie et le prix du meilleur drame au film Nomadland. Dans les comédies, Rosamund Pike a gagné le prix de la meilleure actrice et Sacha Baron Cohen celui du meilleur acteur. Dans les drames, Andra Day a gagné le prix de la meilleure actrice et Chadwick Boseman – décédé d’un cancer l’été dernier – celui du meilleur acteur.

L’industrie canadienne des médias continuera sa transformation numérique en se tournant davantage vers l’étranger

Publié le 31 janv. 2021
L’industrie canadienne des médias continuera sa transformation numérique en se tournant davantage vers l’étranger

(Illustration FMC)

  • Les bouleversements de 2020 ont provoqué des changements durables dans la façon dont le public consomme l’information et le divertissement audiovisuel.
  • L’industrie canadienne a dû s’adapter. Selon le Fonds canadien des médias (FMC), elle espère avoir identifié des tendances de consommation qui lui permettront de retrouver la croissance – notamment hors du Canada.

Le virage numérique et virtuel amorcé en 2020 se poursuivra en 2021, si on se fie au rapport annuel du FMC traitant des tendances sur nos écrans pour cette année.

  • Les salles de cinéma, désertées depuis mars dernier, prévoient diversifier leur offre au-delà de la projection de films pour reconquérir leur public.
  • Outre Netflix, Disney+ et Crave, des plateformes de diffusion numériques jusqu’ici plus nichées, comme Twitch, s’ouvriront au grand public.
  • La réalité virtuelle et augmentée servira à remplacer ou compléter les événements extérieurs, les festivals et des activités culturelles (expositions et concerts).
  • Les consommateurs se feront proposer davantage de services récurrents offerts par abonnement, plutôt que des événements uniques payés à la pièce.

Bonne nouvelle pour les médias canadiens: ils s’exporteront mieux grâce à ce virage numérique, croit Catherine Mathys, directrice veille stratégique pour le FMC.

  • Les contenus plus ciblés pourront mieux s’exporter, attirer un auditoire international, et ainsi se rentabiliser.
  • Les grands événements locaux pourront eux aussi développer leur clientèle internationale plus aisément grâce à un volet numérique ou virtuel.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Pourquoi Netflix est désormais une entreprise «post-pandémique»

Publié le 19 janv. 2021
Pourquoi Netflix est désormais une entreprise «post-pandémique»

(Source: Unsplash)

  • Netflix a publié hier ses résultats financiers pour le quatrième trimestre de son exercice 2020. Ils ont surpassé les attentes des analystes quant aux revenus et à la hausse du nombre d’abonnés.
  • L’entreprise a par ailleurs grandement amélioré son flux de trésorerie, au point où il est presque positif. L’entreprise a donc non seulement traversé avec succès la crise de la Covid-19 et l’arrivée massive de nouveaux concurrents; elle peut aussi envisager une croissance soutenue après la pandémie.

Netflix a connu un de ses meilleurs trimestres.

  • Durant les trois derniers mois de 2020, ses revenus ont atteint le niveau record de 6,6 milliards $US.
  • Le service a accueilli 8,5 millions de nouveaux abonnés, une croissance de clientèle qu’il n’a atteint que quatre fois dans son histoire.

L’année 2020 n’a pourtant pas été si facile pour Netflix.

  • Certes, le confinement généralisé a joué en faveur des services de vidéo sur demande.
  • Mais l’apparition de nombreux nouveaux services concurrents et moins chers a atténué l’attrait pour les consommateurs: ce n’était plus la seule option.
  • La direction de Netflix s’était même inquiétée publiquement, au début de l’an dernier, de l’impact qu’auraient ces nouveaux venus sur sa croissance future.

Certains concurrents obtiennent une bonne performance, mais Netflix poursuit sa croissance.

Des analystes appellent «post-pandémiques» des entreprises qui, comme Netflix, sont sorties de la crise de 2020 dans une position financière enviable.

  • Les investisseurs semblent convaincus: le titre (NASDAQ: NFLX) a bondi de 11% hier soir après la publication des résultats.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Entre Apple, Netflix et Disney, la plateforme pour télés connectées Roku continue de tirer son épingle du jeu

Publié le 6 janv. 2021
Entre Apple, Netflix et Disney, la plateforme pour télés connectées Roku continue de tirer son épingle du jeu

(Source: Roku)

  • L’année 2020 a été profitable pour Roku: elle a profité de la popularité de la vidéo sur demande pour tripler son nombre d’utilisateurs actifs, qui a franchi le cap des 50 millions à la fin décembre.
  • Contrairement à ses rivaux AppleTV+, Disney+ et Netflix, Roku ne produit pas de contenu original. Elle se positionne comme la principale plateforme connectée capable de regrouper tous ces services dans une seule interface unifiée.

Les habitudes numériques des Québécois ont beaucoup changé cette année

Publié le 16 déc 2020
Les habitudes numériques des Québécois ont beaucoup changé cette année
  • Sans surprise, la pandémie a augmenté le temps d’écran: 63% des adultes québécois sondés par l’enquête NETendances ont passé plus de temps cette année devant un écran branché à Internet.
  • La Covid-19 a accéléré la croissance des services vidéo payants, mais elle a aussi créé un revirement inattendu, en diminuant un peu le rôle du téléphone mobile par rapport à celui de l’ordinateur.

L’ordinateur et redevenu, de peu, l’appareil plus utilisé pour aller sur Internet en 2020, selon l’édition 2020 de l’enquête NETendances

  • 41% des internautes ont navigué principalement à partir d’un ordinateur – une hausse de 7 points de pourcentage par rapport à l’an passé.
  • 40% ont utilisé un téléphone principalement, en baisse de 8 points par rapport à 2019.

Ces chiffres contredisent la tendance observée depuis des années.

  • La diminution des déplacements – surtout dans les transports en commun – et l’augmentation du travail et des études à distance expliquent sans doute ce retour inattendu de l’ordinateur.

Les Québécois se préparent à acheter beaucoup d’appareils électroniques l’an prochain.

  • 41% des adultes québécois envisagent d’acheter d’ici 12 mois un téléphone, une tablette, une montre intelligente ou un bracelet connecté.
  • 27% prévoient, plus spécifiquement, d’acheter un téléphone intelligent.

Les services payants de diffusion vidéo par Internet sont devenus incontournables.

  • 70% des détenteurs d’une connexion Internet à la maison sont abonnés à au moins un service de diffusion vidéo payant.
  • La proportion était de seulement 40% il y a quatre ans. 

Les services vidéo américains dominent de plus en plus ce marché.

  • Netflix reste largement en tête: plus de 50% des détenteurs d’une connexion Internet à la maison y sont maintenant abonnés.
  • Amazon Prime Video est passé second devant Club Illico de Vidéotron, et le nouveau service Disney+ talonne déjà Club Illico pour la 3e place. 
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Netflix se dit prête à payer sa part d’impôt… au Vietnam

Publié le 11 nov. 2020
Netflix se dit prête à payer sa part d’impôt… au Vietnam
  • Netflix et Apple ont été accusées de mauvaise foi par le gouvernement vietnamien, parce qu’elles n’auraient pas respecté leurs obligations fiscales au Vietnam.
  • Apple n’a pas réagi, mais Netflix a répondu via l’agence de presse Reuters qu’il suffirait de mettre en place un mécanisme adéquat pour que l’entreprise paye ses impôts comme il se doit.