François Legault

Québec devrait assouplir les mesures sanitaires dans certaines régions à partir du 8 février

Mis à jour il y a 11 h
Québec devrait assouplir les mesures sanitaires dans certaines régions à partir du 8 février

(Photo bureau du premier ministre)

  • Si la tendance à la baisse observée ces derniers jours se confirme, François Legault annoncera la semaine prochaine un assouplissement des mesures sanitaires qui pourrait être différent d’une région à l’autre.
  • Dans les dernières 24 h, moins de 1200 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés au Québec. La moyenne du nombre d’infections au cours des sept derniers jours se situe désormais autour de 1500 nouveaux cas par jour.

Il n’y aura pas de relâchement avant le lundi 8 février. 

On ne sait pas encore quelles mesures seront allégées à cette date.

  • Mais une levée du couvre-feu n’est pas encore envisagée, a dit le premier ministre. 

La situation n’est pas la même partout au Québec.

  • La région du Grand Montréal reste la plus touchée par la pandémie.
  • Les habitants de la métropole doivent donc s’attendre à ce que des restrictions importantes restent en vigueur au-delà du 8 février.
  • D’autres régions pourraient bénéficier d’allègements.

Par ailleurs, l’objectif de Québec de vacciner 225 000 Québécois d’ici le 8 février vient d’être atteint avec deux semaines d’avance.

  • À cause des retards de livraison de Pfizer, le programme de vaccination a été temporairement perturbé, notamment dans les résidences pour aînés (RPA).
  • Mais, selon le ministre de la Santé Christian Dubé, le nombre de doses qui devraient être livrées à partir du 8 février permettra une «reprise massive» de la vaccination.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le gouvernement Legault refuse d’exempter les itinérants du couvre-feu

Publié le 19 janv. 2021
  • Le décès d’un itinérant, mort de froid la nuit parce qu’il se cachait des policiers dans une toilette extérieure au centre-ville de Montréal, a provoqué l’indignation générale. 
  • La mairesse de la ville Valérie Plante et de nombreux élus de l’opposition ont demandé au gouvernement que les itinérants ne soient plus arrêtés dans les rues après 20 h. Mais François Legault n’entend pas faire d’exception, car cela compliquerait l’application du couvre-feu. Selon le premier ministre, «n’importe qui pourrait dire qu’il est un itinérant».

Analyse POLITIQUE

Reconfinement et couvre-feu: est-ce vraiment, vraiment le dernier effort?

Publié le 8 janv. 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Reconfinement et couvre-feu: est-ce vraiment, vraiment le dernier effort?

(Photo Chris Liverani/Unsplash)

  • L’imposition d’un couvre-feu pour limiter la propagation du virus de la Covid-19 est une première au Québec. Le signe d’une situation devenue hors de contrôle.
  • François Legault, jusqu’ici «bon père de famille», se fait «Père Fouettard» pour réinstaurer l’esprit de discipline de la première vague au printemps dernier.

Le juste équilibre a toujours caractérisé le plan de campagne du premier ministre pour freiner la propagation de la pandémie. Avant d’imposer un couvre-feu, à chacune de ses interventions, on pouvait constater son souci de:

  • mobiliser ses concitoyens sans outrepasser leur capacité à accepter les sacrifices exigés d’eux – trop demander pouvait créer l’effet inverse;
  • épargner les secteurs d’activités les plus vitaux au plan économique et au plan social – dans la mesure du possible, la vie devait continuer afin de préserver le moral de la population.

Tout au long du mois de décembre, on a vu Legault ses déchirements personnels.

  • Dans un premier temps, il a cherché à relâcher la pression pour le temps des fêtes. Lui-même disait avoir besoin de se retrouver avec les siens à Noël.
  • Mais il dut se plier aux demandes de la Santé publique et interdire les regroupements en cette fin d’année.

Ce fut un coup d’épée dans l’eau! Le virus l’emporta haut la main, sa course étant facilitée par la multiplication des rencontres en dépit des injonctions gouvernementales.

Un Québécois sur deux aurait effectué «une» visite à des parents et à des amis, selon un sondage de la maison Léger pour le compte de l’Association des études canadiennes. Une transgression que les sondeurs soupçonnent être plus élevée que ce que les personnes sondées ont reconnu.

Cela a sans doute un lien avec le sentiment d’impuissance que ces mêmes personnes entretiennent quant à la capacité d’endiguer la propagation du virus.

Seulement 33% des Québécois ont confiance qu’on pourra limiter la contagion dans les prochaines semaines.

Comme s’ils croyaient moins qu’avant que «ça va bien aller».

> Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

Le bon père de famille s’est fait autoritaire cette semaine avec un nouveau confinement et ce couvre-feu imposés pour un mois. Désormais, les Québécois seront contraints à participer à l’effort collectif par les limites imposées à la libre-circulation des personnes.

Cet autre ultime effort, sera-t-il vraiment le dernier?

  • Certains le croient dans la sphère scientifique, comme Benoît Mâsse, chef de l’Unité de recherche appliquée au CHUM.
  • D’autres en doutent. Du moins, ils auraient souhaité que des secteurs comme la construction et le manufacturier voient aussi leurs activités réduites.

La campagne de vaccination sera déterminante pour la suite des choses.

Une fois les plus de 65 ans vaccinés, la pression sur le système de santé diminuera puisque c’est la partie de la population le plus gravement atteinte.

Mais le virus continuera de se répandre et ses «variants» pourraient causer des dommages aujourd’hui insoupçonnés. Les moins de 65 ans pourront se voir imposer, de nouveau, un ultime effort.

Avant d’être libéré de toutes contraintes, il faudra du temps.

François Legault lui-même disait ce jeudi espérer être «capable, d’ici la fin de l’année, de revoir ses proches et d’avoir une vie plus normale».

Comprenons que ce virus sera présent dans nos vies pendant encore bien des mois.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin (et à son complément InfoBref Soir pour un survol de l’actualité à 16h)

En savoir plus En savoir plus

À quoi ressemblera le reconfinement?

Publié le 5 janv. 2021
À quoi ressemblera le reconfinement?

(Source: Bureau du premier ministre)

  • Le gouvernement a pris une journée de plus pour affiner son plan. François Legault va présenter de nouvelles mesures aux Québécois aujourd’hui à 17 h.
  • La pause du temps des Fêtes sera prolongée et d’autres mesures sanitaires plus strictes seront certainement imposées. 

Ce nouveau confinement pourrait ressembler à celui du printemps dernier.

  • Les commerces et activités non essentiels resteraient fermés pendant plusieurs semaines.
  • Les élèves poursuivraient les cours à distance, avec une durée qui pourrait varier entre le primaire et le secondaire.

Le gouvernement pourrait même pour la première fois:

  • imposer un couvre-feu;
  • limiter les déplacements des Québécois.

Au sujet des écoles, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge doit prendre la parole demain.

Le ministre va préciser les mesures qui s’appliqueront aux élèves. 

Il doit également communiquer les résultats des tests de qualité de l’air réalisés dans les établissements québécois.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le Québec se dirige-t-il vers un nouveau confinement?

Publié le 4 janv. 2021
Le Québec se dirige-t-il vers un nouveau confinement?

François Legault (Source: Twitter)

  • Près de 1300 Québécois sont actuellement hospitalisés. Si la situation ne s’améliore pas, le gouvernement devra probablement envisager de nouveaux délestages des services et un triage des cas de Covid-19 à traiter en priorité pour soulager le réseau de la santé.
  • Pour ne pas en arriver là, le gouvernement devrait prendre dès maintenant les mesures nécessaires pour réduire le nombre de cas quotidiens et limiter la hausse des hospitalisations, explique à InfoBref le professeur en santé publique Benoît Mâsse.

Le Québec fait face à un début d’année très difficile.
Nous sommes, selon Benoît Mâsse, dans la situation qu’il fallait éviter à tout prix: une deuxième vague toujours en croissance après le congé des Fêtes.

Le gouvernement n’a plus de marge de manœuvre.
Le professeur pense que, aujourd’hui ou demain, Québec doit prendre des décisions «déchirantes»:

  • fermer les écoles, et continuer les cours à distance pour tous les élèves;
  • ne pas rouvrir les commerces et les activités non-essentiels.

Les experts savent que ces mesures fonctionnent et garantissent un impact rapide. 

  • Mais elles sont excessivement difficiles pour les Québécois, déplore Benoît Mâsse.
  • Ces mesures nécessaires auront des effets collatéraux sur les enfants, la structure sociale, la santé mentale, et l’économie. 

François Legault doit se prononcer demain après-midi sur la gestion de la pandémie. Le premier ministre a reporté le point de presse qu’il devait initialement tenir aujourd’hui.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Nouvelles restrictions sanitaires: le gouvernement peut-il se contenter de cibler seulement les commerces?

Publié le 14 déc 2020
Nouvelles restrictions sanitaires: le gouvernement peut-il se contenter de cibler seulement les commerces?

François Legault (Source: Twitter)

  • Face à l’augmentation des hospitalisations et à un nombre de nouveaux cas quotidiens trop élevé, François Legault doit annoncer aujourd’hui de nouvelles mesures sanitaires.
  • «Il faut couper l’oxygène à cette vague», dit le professeur en santé publique montréalais Benoît Mâsse, pour qui une fermeture des commerces pendant les Fêtes ne suffira pas.

Il faut réduire les contacts.
Pour casser cette deuxième vague, on doit réduire les contacts étroits à l’intérieur, explique à InfoBref Benoît Mâsse. 

Or, les commerces ne contribuent pas de façon substantielle à ces contacts étroits.

  • Surtout depuis l’ajout des restrictions sur la densité dans les commerces – une seule personne est autorisée par 20 mètres carrés.

Il faut surtout cibler les écoles et certains milieux de travail.

  • Les élèves vont suivre leurs cours à distance à partir de jeudi. Mais, selon Benoît Mâsse, le gouvernement devrait prolonger l’école à distance d’une dizaine de jours en janvier.
  • Les entreprises non-essentielles qui créent beaucoup de contacts étroits peuvent également, selon lui, être fermées.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus
Nouvelles restrictions sanitaires: le gouvernement peut-il se contenter de cibler seulement les commerces?

François Legault (Source: Twitter)

Le gouvernement Legault a conclu un accord de principe avec la FIQ

Publié le 8 déc 2020
  • Après le rejet d’un accord le mois dernier, les déléguées de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) ont cette fois accepté une entente qui concerne la charge de travail, le ratio patients/infirmière, les horaires et les congés.  
  • Cette nouvelle entente s’appliquera aux 76 000 membres de la FIQ qui travaillent dans les établissements de santé publics du Québec. 

Tendances MÉDIAS

Liste de lectures de Legault: ce que tous les gestionnaires doivent retenir du fiasco de l’ALQ

Publié le 5 déc 2020
Steve Proulx
par Steve Proulx
Liste de lectures de Legault: ce que tous les gestionnaires doivent retenir du fiasco de l’ALQ
  • Une liste des lectures favorites de François Legault partagée avec l’association des libraires nous a permis d’assister à une énième représentation d’un même spectacle: des gestionnaires surpris par une tempête dans un verre d’eau.
  • En tant qu’organisation, faut-il s’astreindre à un acte de contrition chaque fois qu’un contenu a son 15 minutes de controverse? La réponse: surtout pas.

Ce qui s’est passé:

  • Depuis le début de la pandémie, l’Association des libraires du Québec (ALQ) invite des personnalités à partager leurs coups de cœur littéraires dans le cadre de l’initiative #lireenchoeur.
  • Grand lecteur, le premier ministre François Legault s’est prêté au jeu.
  • Parmi ses choix, le livre par lequel le scandale est arrivé: L’empire du politiquement correct de Mathieu Bock-Côté, prolifique chroniqueur et essayiste à droite du spectre politique.
  • S’en est suivi un torrent de critiques dans les médias sociaux; de nombreux internautes ont été choqués que notre premier ministre glisse l’essai d’un conservateur notoire entre des œuvres plus consensuelles de Dany Laferrière ou de Marie Laberge.

Ce qui s’est surtout passé:

  • Devant le flot de critiques, l’ALQ a paniqué.
  • Dans une tentative d’étouffer l’affaire, on a retiré certaines publications liées aux choix de lectures de Legault; on a aussi ajouté une mise en garde au début de la vidéo du premier ministre.
  • Toutes ces manœuvres n’auront fait qu’amplifier le scandale: les commentaires dénonçant la censure s’ajoutant à ceux dénonçant Bock-Côté.
  • Dans un message publié sur Facebook le 30 novembre, l’ALQ annonçait en fin de compte avoir remis en ligne l’intégralité des contenus du premier ministre, et s’excusait d’avoir «pris la décision trop rapidement de retirer certaines publications sur les réseaux sociaux».

Ce qui aurait dû se passer:

  • Rien.

Il y a des leçons à tirer de cet épisode:

  • Partager des contenus dans les médias sociaux fait désormais partie de la panoplie des outils de communication des organisations.
  • Chaque contenu partagé a cependant le potentiel de générer un peu, beaucoup, énormément de commentaires négatifs…
  • C’est un risque incontournable, qu’une organisation gère d’abord en publiant des contenus qu’elle saura défendre.

Céder à la panique et se livrer à une forme d’autocensure lorsqu’un contenu s’attire les foudres d’une certaine frange de la population, c’est s’engager sur une pente glissante. C’est sauter dans le train fou de la culture du bannissement (cancel culture).

●    L’ALQ n’est pas sortie gagnante de l’épisode François Legault.Rien dans l’intervention du premier ministre ne justifiait une quelconque forme de censure; aucun propos haineux, raciste ou mensonger.

  • En fait, réagir aussi promptement à un problème inexistant n’a fait que… donner de la légitimité à un problème inexistant!
  • Surtout, elle a démontré un manque de courage de la part de l’ALQ.

Devant le déluge de critiques:

  • La réaction sensée aurait été d’affirmer et de célébrer le droit inaltérable de François Legault d’ajouter le livre de Mathieu Bock-Côté à ses prescriptions littéraires, et son droit d’expliquer son choix (ce qu’il a fait).
  • La réaction audacieuse aurait été de profiter de l’occasion pour inviter Mathieu Bock-Côté à partager ses propres coups de cœur littéraires…

Nous ne sommes encore qu’aux balbutiements des changements de société qu’imposeront les médias sociaux.

Si les organisations ne cultivent pas rapidement le courage d’assumer ce qu’ils publient sur ces plateformes, aussi bien ne pas chercher à participer à la conversation publique.

Pour recevoir la chronique Tendances Médias de Steve Proulx chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin (et à son complément InfoBref Soir pour un survol de l’actualité à 16h, si vous le souhaitez)

En savoir plus En savoir plus

Plan vert 2030: l’hydrogène vert est-il la carte cachée de Legault?

Publié le 2 déc 2020
Plan vert 2030: l’hydrogène vert est-il la carte cachée de Legault?

(Source: Greenfield Global)

  • Le Plan pour une économie verte 2030 de Québec octroie une aide de 15 millions $ à la filière de l’hydrogène et promet pour l’an prochain une stratégie pour faire du Québec un leader mondial de l’hydrogène «vert».
  • L’hydrogène «bleu» qu’on utilise actuellement est polluant, car il est fait à partir d’hydrocarbures – le remplacer par de l’hydrogène vert tiré de sources renouvelables non polluantes représente un marché qui pourrait valoir plus de 1000 milliards $US en 2050.

Produire de l’hydrogène «vert» par électrolyse demande d’importantes quantités d’énergie et d’eau, ce qui rend sa production coûteuse. 

Par contre, de l’hydrogène vert produit au Québec coûterait moins cher que l’hydrogène bleu. Le calcul n’a pas échappé à plusieurs géants internationaux de l’énergie:

  • Air Liquide développe présentement une technologie d’électrolyse prometteuse à Bécancour.
  • La société québécoise H2V Énergies investit 1,3 milliard $ dans une usine située elle aussi à Bécancour et qui devrait entrer en service en 2022.
  • Le géant allemand Hy2Gen et le producteur d’éthanol canadien Greenfield Global produiront de l’hydrogène vert à Varennes au courant de la prochaine année.

La demande va croître rapidement pour l’hydrogène vert.

  • L’Europe prévoit avoir besoin de l’équivalent de 720 milliards $US en hydrogène vert d’ici 2050 pour réduire sa dépendance aux énergies fossiles.
  • La Chine, le Chili et les États-Unis prévoient chacun investir des dizaines de milliards $ dans des infrastructures qui faciliteront l’accès à ce type d’hydrogène.

Même Hydro-Québec s’y intéresse: transformée en hydrogène, sa capacité hydroélectrique excédentaire pourrait être exportée par bateau partout dans le monde, et pas seulement là où se rend son réseau de distribution actuel.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Ottawa pourrait fournir 700 000 doses de vaccins au Québec d’ici mars prochain

Publié le 1er déc 2020
  • Selon les informations dont dispose François Legault, le Québec devrait recevoir environ 700 000 doses d’ici le 31 mars 2021 – ce que le premier ministre juge insuffisant. 
  • Néanmoins, la Santé publique va finaliser sa «stratégie de déploiement» dès la semaine prochaine, et le gouvernement québécois dit qu’il sera prêt à commencer la vaccination en janvier.  

Transferts en santé: Justin Trudeau est ouvert à en discuter avec les provinces

Publié le 1er déc 2020
Transferts en santé: Justin Trudeau est ouvert à en discuter avec les provinces

Le premier ministre fédéral Justin Trudeau (Source: YouTube)

  • Le 10 décembre prochain, Justin Trudeau discutera avec les premiers ministres provinciaux de la lutte contre la Covid-19, de la logistique pour la distribution des vaccins, mais également du renforcement des soins de santé.
  • Les premiers ministres ont déjà signifié qu’ils feront de la hausse des transferts en santé un enjeu majeur de cette réunion.

Le premier ministre fédéral a affirmé hier que la question des Transferts canadiens en matière de santé (TCS) serait bel et bien abordée le 10 décembre.

  • Justin Trudeau a même laissé entendre qu’il n’arriverait pas les mains vides à la rencontre avec ses homologues.

Les premiers ministres ont été déçus de ne voir aucune mention de la hausse des TCS dans l’énoncé économique de lundi.

  • Depuis plusieurs mois, les provinces réclament un financement stable à long terme en matière de santé.

Selon François Legault, le premier ministre fédéral n’a proposé jusqu’ici que des mesures ponctuelles, «alors que le deux tiers des dépenses en santé, c’est du personnel, donc, par définition, de l’argent récurrent».

Les provinces demandent que la contribution fédérale passe de 22% à 35% des dépenses de santé, soit une hausse des TCS de 28 milliards $ pour cette année.

  • Cela donnerait au Québec 6 milliards $ «de plus par année, sans condition», a souligné hier le premier ministre québécois.

Cependant, l’énoncé économique fédéral ne prévoit pour l’instant qu’un transfert ponctuel d’un milliard $ supplémentaire pour les centres de soins de longue durée dans l’ensemble du pays.

  • De plus, ce financement est conditionnel à l’établissement de normes nationales pour ces centres de soins, ce que les provinces refusent.
  • François Legault a même dit hier ne pas voir «ce que le fédéral connaît là-dedans».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le gouvernement Legault se dit prêt à vacciner les Québécois, mais il attend des nouvelles d’Ottawa

Publié le 24 nov. 2020
  • Lors du point de presse d’hier, le ministre de la Santé Christian Dubé a souligné que la campagne en cours contre la grippe était un bon apprentissage pour la future campagne anti-Covid – plus de 800 000 personnes ont déjà été vaccinées contre l’influenza cette saison, notamment grâce à la collaboration des pharmaciens.
  • François Legault s’est montré impatient de commencer: «nous n’avons pas de nouvelles du fédéral. On a très hâte de savoir la date où on va pouvoir commencer à vacciner».