GAFAM+

Pourquoi les grandes entreprises technologiques du GAFAM+ – Alphabet (Google), Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, etc. –  dominent autant l’économie que notre travail et notre vie quotidienne, et comment les gouvernements, les consommateurs et les citoyens cherchent à limiter leur emprise (voir aussi Applications, Infonuagique, Intelligence artificielle, Technos québécoises, Vie privée)

À l’avenir, vous pourrez peut-être payer vos applis iOS hors de l’App Store

Publié le 29 août 2021
À l’avenir, vous pourrez peut-être payer vos applis iOS hors de l’App Store

(Source: James Yarema / Unsplash)

  • Depuis ses débuts, l’App Store d’Apple oblige les éditeurs d’applications payantes à faire payer dans l’App Store l’achat de l’appli ou l’abonnement à son contenu, ce qui permet à Apple de prélever une commission de 30%.
  • Cela pourrait changer: Apple propose d’autoriser les éditeurs à envoyer par courriel à ceux qui viennent de télécharger leur application sur l’App Store des instructions pour aller plutôt payer sur le site web de l’éditeur.

Cette possibilité permettrait aux développeurs de contourner la commission imposée par Apple sur les produits ou les abonnements vendus directement sur iOS. 

  • Cela pourrait théoriquement représenter une économie très importante pour les éditeurs.
  • Dans les faits, cependant, plusieurs grands éditeurs d’applications, dont Netflix et Spotify, contournent déjà le système de paiement et obligent leurs abonnés à payer via leur propre site web – même s’ils ne peuvent pas envoyer de courriel aux gens qui viennent de télécharger leur application pour les inciter à le faire.

Pourquoi Apple ferait cette concession:

  • Le géant fait face à une action collective des petits éditeurs d’applications.
  • Il a négocié une entente avec les avocats de ces éditeurs. L’entente comprend la possibilité de payer une application hors de l’App Store.
  • Elle comprend d’autres dispositions: un fonds de 100 millions $US, dont le montant serait partagé entre les petits éditeurs; et la promesse que les résultats de recherche dans l’App Store seront fondés sur des critères «objectifs», sans être manipulés pour favoriser telle ou telle application au profit d’Apple 

Mais cette entente doit d’abord être autorisée par une juge pour entrer en vigueur.

Il se trouve que la même juge doit, par ailleurs, statuer sur une autre poursuite – indépendante de la première, mais pour des accusations similaires – intentée contre Apple par Epic Games, éditeur du populaire jeu Fortnite.

  • Apple avait retiré Fortnite de l’App Store, justement parce que l’éditeur y avait intégré un mode de paiement direct qui contournait l’App Store.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Cybersécurité: Joe Biden demande aux géants technologiques d’en faire plus

Publié le 26 août 2021
Cybersécurité: Joe Biden demande aux géants technologiques d’en faire plus

Le président américain Joe Biden (Source: The White House)

  • Le président américain Joe Biden a appelé des dirigeants d’entreprises comme Apple, Google et JP Morgan Chase à augmenter leurs efforts pour répondre aux menaces de cybersécurité lors d’un sommet à la Maison-Blanche.
  • Cette réunion faisait suite à une vague de cyberattaques qui a frappé, plus tôt cette année, l’oléoduc Colonial Pipeline et le fournisseur de téléphonie T-Mobile.

 «Le gouvernement ne peut pas relever ce défi seul», a dit le président dans son discours d’ouverture, en rappelant que la plupart des infrastructures informatiques appartiennent à des entreprises privées.  

La pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la cybersécurité complexifie les enjeux liés à la sécurité informatique, a ajouté Biden. 

  • Selon le gouvernement américain, il manquerait 500 000 employés qualifiés en cybersécurité aux États-Unis.

Suite au sommet, les géants de la techno ont promis de consacrer des sommes importantes à la cybersécurité.

Microsoft s’est engagée à investir 20 milliards $US sur 5 ans pour fournir de meilleurs outils de sécurité informatique.

  • Elle a aussi prévu 150 millions $US pour aider les agences gouvernementales américaines à mettre à niveau leurs systèmes de cybersécurité. 

Google promet d’investir au moins 10 milliards $US pour renforcer la cybersécurité sur ses différents outils.

  • Le géant californien veut aussi former 100 000 personnes dans des domaines tels que le support informatique et l’analyse de données. 

Apple va obliger ses 9000 fournisseurs américains à former leur personnel sur des enjeux liés à la cybersécurité. 

Amazon Web Services, la division infonuagique d’Amazon, veut rendre accessible au public une formation de sensibilisation à la cybersécurité qu’elle réserve pour l’instant aux organisations.

D’autres organisations ont annoncé des initiatives pour sensibiliser le public aux enjeux de cybersécurité.

  • Par exemple, Code.org, une organisation à but non lucratif, veut enseigner des concepts de cybersécurité à plus de 3 millions d’étudiants au cours des 3 prochaines années.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Joe Biden veut stimuler la concurrence dans l’économie américaine

Publié le 10 juil 2021
Joe Biden veut stimuler la concurrence dans l’économie américaine

(Source: Twitter)

  • Le président américain Joe Biden a signé hier un décret exécutif qui comprend 72 initiatives pour limiter la concurrence déloyale dans l’économie américaine – parce que beaucoup de secteurs de l’économie et du numérique sont dominés par quelques grands joueurs qui étouffent la concurrence.  
  • L’objectif ultime du président est de faire baisser les prix, d’augmenter les salaires des travailleurs et d’accroitre la compétitivité des entreprises américaines sur l’échiquier mondial.  

Parmi les secteurs ciblés par le décret, le président veut que:

  • les fournisseurs de services internet donnent aux consommateurs des informations plus claires sur leurs services et sur la façon dont ils utilisent les données personnelles de leurs clients;
  • les grandes entreprises de technologies telles que Facebook et Amazon soient plus encadrées pour qu’elles ne puissent plus aussi facilement acheter de petites entreprises pour éviter qu’elles les concurrencent; 
  • les États puissent importer des médicaments sur ordonnance du Canada, où la réglementation gouvernementale fait en sorte que le coût des médicaments est plus bas qu’aux États-Unis.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Un juge rejette les plaintes pour pratiques anticoncurrentielles contre Facebook

Publié le 28 juin 2021
Un juge rejette les plaintes pour pratiques anticoncurrentielles contre Facebook

(Source: Christoph Scholz)

  • Aux États-Unis, un juge fédéral du District de Columbia a rejeté les plaintes portées contre Facebook en décembre par l’autorité américaine de la concurrence (FTC) et par les procureurs de 48 états et territoires. Elle alléguait que l’entreprise élimine systématiquement ses concurrents pour obtenir un monopole. 
  • Facebook avait notamment acquis deux applications qui lui faisaient de l’ombre: Instagram en 2012 et WhatsApp en 2014. Selon la FTC, ces acquisitions avaient engendré une situation de monopole des médias sociaux. 

La FTC et les états plaignants souhaitaient:

  • que Facebook cède Instagram et WhatsApp à des tierces parties; et
  • que les futures acquisitions de Facebook soient sujettes à l’approbation réglementaire des autorités. 

Or, selon le juge fédéral:

  • la FTC n’a pas démontré que Facebook détient le monopole sur le marché des réseaux sociaux; et 
  • la demande des états pour que Facebook se départisse d’Instagram et de WhatsApp survient trop longtemps après leur acquisition. 

Suite au rejet des plaintes, l’action de Facebook (Nasdaq: FB) a grimpé hier de plus de 4%, ce qui a porté pour la première fois la capitalisation boursière de l’entreprise au-delà du seuil symbolique des 1000 milliards $US. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Quelles sont les deux marques qui ont le plus de valeur? Leur nom commence par un A

Publié le 21 juin 2021
Quelles sont les deux marques qui ont le plus de valeur? Leur nom commence par un A

(Source: Unsplash)

  • Amazon et Apple sont, encore cette année, les deux marques globales qui ont la valeur la plus élevée, selon le dernier palmarès des 100 marques les plus fortes établi par la firme de consultants britannique Kantar.
  • Malgré la pandémie, la majorité des grandes marques ont beaucoup augmenté leur valeur l’an dernier. Tesla et TikTok sont les marques dont la valeur a le plus augmenté.

Pour évaluer la valeur d’une marque, Kantar tient compte de deux aspects: la performance financière et l’avis des consommateurs.

Son classement Brandz est établi par marque et non par entreprise. 

  • Par exemple, Instagram – propriété de l’entreprise Facebook – se classe au 18e rang;
  • alors que la marque Facebook se classe elle-même au 6e rang.

Les 10 marques ayant le plus de valeur en milliards $US, selon Kantar:

1. Amazon: 684
2. Apple: 612
3. Google: 458
4. Microsoft: 410
5. Tencent (Chine): 241  
6. Facebook: 227 
7. Alibaba (Chine): 197 
8. Visa: 191 
9. McDonald: 155
10. MasterCard: 113  

Les plus fortes croissances:

  • Tesla: +275%; classée 47e avec une valeur de 43 milliards $US
  • TikTok: +158%; classée 45e avec une valeur de 44 milliards $US

Elles font leur entrée parmi les 100 marques globales les plus fortes:

  • le logiciel Zoom
  • la plateforme audio Spotify 
  • les fabricants de puces Nvidia et AMD
  • l’application Snapchat
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Spotify lance l’appli audio sociale Greenroom, concurrente directe de Clubhouse

Publié le 16 juin 2021
Spotify lance l’appli audio sociale Greenroom, concurrente directe de Clubhouse

(Source: Spotify)

  • Spotify Greenroom est le nouveau nom de Locker Room, une application qui était consacrée aux conversations sur les sports et que Spotify a achetée en mars. 
  • L’application a changé d’apparence et elle invite maintenant ses usagers à parler aussi de musique et de culture. Elle constitue la première tentative de Spotify d’établir un réseau social, basé sur l’audio.

Les usagers de l’application peuvent joindre des groupes pour entamer des conversations en direct.

Les conversations sont enregistrées. 

  • Elles peuvent être transformées en balados.
  • Elles peuvent aussi être surveillées par Spotify.

Greenroom est la plus récente application inspirée par l’appli de conversation audio Clubhouse, qui avait suscité un fort engouement dans la Silicon Valley il y a quelques mois.

  • Twitter a lancé Spaces.
  • Facebook vient de faire les premiers tests publics de ses Live Audio Rooms aux États-Unis.
  • Plusieurs autres entreprises, dont Discord, LinkedIn et Slack, travaillent pour intégrer des conversations audio de groupe à leur application.

Spotify Greenroom est disponible sur iOS et Android, au Canada et dans plus de 130 autres pays, en anglais seulement pour l’instant.

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Loi sur la radiodiffusion: les députés fédéraux ont adopté le bâillon

Publié le 8 juin 2021
  • Les libéraux et les bloquistes ont fait adopter hier une motion d’attribution de temps pour accélérer l’étude du projet de loi C-10 en comité. Les conservateurs, les néo-démocrates et les verts ont voté contre.
  • Le Comité permanent du patrimoine canadien n’avait alors plus que cinq heures pour terminer l’étude du projet de loi, qui vise à soumettre les géants du web à la Loi sur la radiodiffusion. Il est toutefois peu probable que le projet soit adopté par la Chambre des communes et le Sénat avant la fin de la session parlementaire.

Taxation des grandes multinationales: comment fonctionnerait l’impôt minimum mondial?

Publié le 6 juin 2021
Taxation des grandes multinationales: comment fonctionnerait l’impôt minimum mondial?

Les ministres des Finances des pays du G7 (Source: G7 UK)

  • Les ministres des Finances des pays du G7, dont le Canada et les États-Unis, se sont entendus samedi sur un taux minimum de 15% applicable aux profits mondiaux des grandes entreprises multinationales.
  • L’impôt minimum mondial est un des piliers de la réforme fiscale qui se discute depuis plusieurs années au sein de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), qui regroupe la majorité des pays développés.

Quelle est la source du problème?

  • Des petits pays font de leur bas taux d’imposition des sociétés un avantage pour que les grandes sociétés étrangères viennent y établir une filiale: ce sont les «paradis fiscaux».
  • Les grandes entreprises mettent en place des structures corporatives complexes, puis des ententes commerciales entre leurs différentes filiales, pour déplacer leurs profits d’un pays à l’autre afin qu’ils soient enregistrés et taxés dans des paradis fiscaux.

Pourquoi les grands pays semblent-ils désormais motivés à régler le problème?

  • Le phénomène d’évitement fiscal international n’est pas nouveau. 
  • Mais la globalisation et la numérisation de l’économie ont amplifié son envergure.
  • Aujourd’hui, dans un contexte où tous les pays ont dû dépenser des sommes astronomiques pour faire face à la Covid-19, ils ne peuvent plus se permettre de laisser les grandes entreprises – particulièrement les géants du numérique, qui sont les plus profitables – s’en tirer avec un faible taux moyen d’imposition.

Quelle est la solution prévue?

  • Un taux d’impôt minimum s’appliquerait, au niveau mondial, sur tous les profits des grandes sociétés. 
  • Chaque société continuerait à payer, comme actuellement, de l’impôt «normal» sur les profits qu’elle déclare dans le pays où elle basée. Cet impôt est habituellement d’au moins 15% (21% aux États-Unis, 21,5% en moyenne dans les pays de l’OCDE).
  • Mais si, par ailleurs, une société paie, dans un autre pays, moins de 15% sur les profits qu’elle déclare dans ce pays, alors le pays où la société est basée pourra exiger de l’entreprise la différence, en supplément de l’impôt normal, pour atteindre le taux minimum de 15%.

Quand l’impôt mondial minimum sera-t-il mis en place?

Il reste de nombreuses étapes: dans chaque pays, la fiscalité est complexe, et la fiscalité internationale l’est encore plus.

  • Les pays du G7 devront élargir leur consensus aux autres pays du G20.
  • Ensuite, les modalités devront être discutées encore plus largement, dans le cadre de l’OCDE.

Or l’Irlande, membre de l’OCDE, est aussi l’un des principaux paradis fiscaux: le pays pratique un taux d’impôt sur les sociétés de 12,5%. 

  • Il perdrait son avantage auprès des grandes sociétés si une filiale irlandaise ne leur permettait plus de payer seulement 12,5%, puisqu’elles seraient de toute façon sujettes au minimum mondial de 15%.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Les ministres des finances du G7 étudient un projet de taxation globale – voici l’essentiel

Publié le 4 juin 2021
Les ministres des finances du G7 étudient un projet de taxation globale – voici l’essentiel

Rishi Sunak, ministre du gouvernement du Royaume-Uni chargé des finances et du trésor et Chrystia Freeland, ministre des Finances du Canada (Source: Twitter)

  • Le G7 Finances a tenu aujourd’hui à Londres sa première de deux journées de rencontres. Il réunit les ministres des finances de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni.
  • Les 7 pays essaient de s’entendre sur un projet d’impôt mondial minimum pour les grandes multinationales.

Plusieurs géants du numérique comme Google, Amazon et Facebook, enregistrent une grande part de leurs bénéfices dans des pays où ils paient peu ou pas d’impôt.

  • Un impôt mondial minimum viserait à contrer ces stratégies d’évitement de l’impôt des grandes entreprises. 

Pour plusieurs pays éprouvés par la pandémie, un impôt minimal serait aussi une manière de renflouer leurs finances publiques.

Le projet était souhaité depuis plusieurs années par certains pays du G7, dont la France. 

  • Mais il avait été mis sur la glace par l’administration de Donald Trump. 

L’administration Biden l’a ramené au centre des discussions internationales. 

  • Joe Biden a d’abord proposé en avril un impôt minimum des sociétés de 21%, avant de se raviser le mois dernier pour un taux de 15%. 
  • Ce taux d’imposition est supérieur à celui de pays comme l’Irlande (12,5%), mais inférieur à la moyenne du G7, qui est d’environ 27%.
  • Les États-Unis ont aussi proposé que ce nouvel impôt mondial ne soit perçu que sur les 100 plus grandes entreprises au monde. 

­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


La ministre canadienne Chrystia Freeland a dit cette semaine qu’un accord entre les pays du G7 était à portée de main, soulignant le compromis proposé par les Américains. 

Mais même si les membres du G7 adoptent une position commune dans les prochains jours, la décision finale devra être entérinée par d’autres pays, notamment au sein du G20 et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

  • Or, l’Irlande et la Hongrie, deux membres de l’OCDE dont les taux d’imposition des sociétés sont particulièrement bas, ont déjà manifesté leur opposition au projet. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Google se met à jour avec Android 12

Publié le 19 mai 2021
Google se met à jour avec Android 12

(Source: Google)

  • Google a dévoilé la version 12 de son système d’exploitation pour téléphone mobile Android lors de sa conférence I/O. Google a présenté cette version comme le plus grand changement de design apporté à Android depuis sa conception.  
  • Android 12 dispose d’une nouvelle interface et offre de nouvelles options de personnalisation.

Nouvelle interface graphique: baptisée Material You, elle est conçue pour s’adapter à l’utilisateur. 

  • Les couleurs de l’interface peuvent changer selon la couleur sélectionnée pour le fond d’écran. 
  • Il est aussi possible de modifier l’emplacement, la forme et la taille des boutons. 

Nouvelles options de sécurité:

  • Un indicateur vous prévient lorsqu’une application utilise votre caméra ou votre micro. 
  • Un historique des permissions permet de retracer les applications qui ont utilisé la localisation. 

Toutefois, contrairement à la version iOS14 d’Apple, les applications peuvent encore garder votre trace à des fins publicitaires. 


Pour recevoir la sélection des Meilleurs produits Techno d’Alain McKenna chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin


Autres nouveautés

  • Google compte permettre aux constructeurs automobiles de transformer un téléphone intelligent en clé, ce qui permettra à l’utilisateur d’un véhicule de le déverrouiller et de le démarrer à distance.  
  • Android 12 intègre aussi, à même le système, une télécommande qui fonctionne avec les systèmes Android TV et Google TV.

La version finale d’Android 12 sera disponible à l’automne. 

  • Une version bêta est déjà disponible, mais elle n’est compatible qu’avec quelques téléphones, dont le Pixel 5. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Google veut donner une meilleure vitrine aux produits vendus avec Shopify

Publié le 19 mai 2021
Google veut donner une meilleure vitrine aux produits vendus avec Shopify

(Source: Shopify)

  • Annulée l’an dernier en raison de la pandémie, la conférence annuelle Google I/O, destinée aux développeurs, est de retour cette année en format virtuel. Google profite de l’événement pour annoncer plusieurs nouveautés.
  • Une des premières annonces hier était le renforcement d’une entente de partenariat avec l’entreprise de commerce électronique canadienne Shopify (TSX: SHOP). Google veut permettre aux entreprises qui utilisent Shopify de rendre leurs produits plus faciles à découvrir dans l’outil de recherche et les applications de Google, telles que Maps et YouTube.

Les libéraux feront-ils adopter le projet de loi C-10 avant l’été?

Publié le 17 mai 2021
Les libéraux feront-ils adopter le projet de loi C-10 avant l’été?

Steven Guilbeault, Jagmeet Singh et Yves-François Blanchet (Source: Tout le monde en parle)

  • Le ministre du Patrimoine Steven Guilbeault peut compter sur le Bloc québécois et le NPD: les deux partis voteront en faveur du projet qui vise à soumettre les géants du web à la Loi sur la radiodiffusion.
  • Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet propose même d’utiliser le bâillon pour faire adopter le projet de loi C-10 avant la fin de la session parlementaire. Leur seul obstacle: l’opposition du Parti conservateur.   

Le projet de Loi sur la radiodiffusion donnerait au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) le pouvoir de soumettre les géants du web aux mêmes règles que les diffuseurs traditionnels.

  • Selon Steven Guilbeault, le projet de loi prévoit avant tout de s’assurer que les géants du web, comme Netflix et YouTube, paient leur juste part.

L’étude du projet de loi C-10, déposé en mars dernier, a été suspendue.

Le Parti conservateur s’oppose au projet.

  • Son chef Erin O’Toole accuse le gouvernement Trudeau de vouloir brimer la liberté d’expression sur Internet.
  • Selon les conservateurs, le CRTC pourrait abuser de son pouvoir et restreindre les propos des internautes.

Le ministre du Patrimoine s’en défend. 

  • Il assure que le CRTC ne pourra jamais prendre des décisions contraires aux lois canadiennes.
  • Guilbeault a répété plusieurs fois que les internautes ne sont pas visés par la loi. 

L’étude du projet de loi C-10 devrait pouvoir reprendre.

  • Tous les partis fédéraux ont appuyé un article du projet qui stipule que la loi doit respecter la liberté d’expression, la liberté journalistique et la liberté de création.
  • Une analyse juridique a confirmé vendredi dernier que le projet de loi ne restreint pas la liberté d’expression.

Le processus du «bâillon» proposé par le Bloc pourrait permettre, en limitant le temps consacré au débat, d’adopter le projet de loi d’ici deux semaines. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus