Parti conservateur

Vote de confiance au gouvernement: le NPD évite le déclenchement d’élections fédérales cet automne

Mis à jour il y a 2 h
  • La motion du Parti conservateur a été rejetée grâce à l’appui des néo-démocrates: le chef du NPD Jagmeet Singh ne voulait pas «donner à Justin Trudeau les élections» que souhaitaient, selon lui, les libéraux.
  • Les partis se sont prononcés hier sur la motion, proposée par les conservateurs et appuyée par le Bloc québécois, qui réclamait la création d’un comité parlementaire pour enquêter sur l’affaire UNIS.

Vote de confiance au gouvernement Trudeau: la motion conservatrice a été rejetée grâce à l’appui des néo-démocrates

Mis à jour il y a 2 h
  • Les partis se sont prononcés cet après-midi sur la motion conservatrice, devenue un vote de confiance, qui réclamait la création d’un comité parlementaire pour enquêter sur l’affaire UNIS.
  • Le soutien du NPD permet au gouvernement minoritaire de Justin Trudeau de rester au pouvoir; il n’y aura pas d’élections fédérales cet automne.

Voici les positions des partis fédéraux sur ce vote qui aurait pu mettre le gouvernement libéral minoritaire en danger pour son premier anniversaire.

Le Parti conservateur (121 sièges) et le Bloc québécois (32 sièges)

  • Les deux partis se sont prononcés en faveur de la motion. 
  • Ils ont accusé les libéraux d’être prêts à tout pour éviter une nouvelle enquête sur l’affaire UNIS, y compris provoquer des élections qui pourraient leur permettre d’atteindre une majorité parlementaire. 

Les libéraux (154 sièges) 

  • Les libéraux ont évidemment rejeté la motion conservatrice défiant le gouvernement.
  • Justin Trudeau a dit qu’il ne souhaitait pas déclencher des élections en pleine crise sanitaire et a dénoncé «une motion toxique» qui démontre, selon lui, que les conservateurs «n’ont aucune confiance» dans ce gouvernement. 

Les néo-démocrates (24 sièges)

  • Le soutien du NPD a une fois de plus sauvé le gouvernement.
  • Jagmeet Singh a soutenu qu’une campagne électorale se ferait «au détriment de la population aux prises avec une crise d’ampleur historique».

Le Parti vert (3 sièges) 

  • Le parti a également rejeté la motion.
  • Selon la nouvelle chef Annamie Paul, «les Canadiens s’attendent à ce que leurs élus se concentrent sur leurs besoins en cette période de crise».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Affaire UNIS: les conservateurs déposent une motion d’outrage au Parlement

  • Les députés reprochent au gouvernement d’avoir remis des documents caviardés au comité permanent des finances avant de proroger le Parlement, le 18 août dernier.
  • Ces documents, qui concernaient l’octroi sans appel d’offres d’un contrat à l’organisme UNIS, devaient être partagés intégralement, selon les conservateurs.

Erin O’Toole commence sa campagne fédérale au Québec

Erin O’Toole commence sa campagne fédérale au Québec

Erin O’Toole et François Legault lors de leur rencontre. (Source: Twitter)

  • Après sa rencontre avec François Legault, le chef du Parti conservateur a pris des engagements sur des questions primordiales pour le gouvernement québécois.
  • O’Toole s’est également prononcé en faveur des oléoducs et gazoducs dans l’ouest du pays, sans exclure un pipeline qui transporterait du pétrole vers la côte est. 

S’il devient premier ministre, le nouveau chef du Parti conservateur aura des promesses à tenir envers les électeurs québécois:

  • O’Toole s’engage à augmenter les transferts fédéraux en santé.
  • Il ne contestera pas la loi 21 sur la laïcité de l’État québécois, comme l’a fait son prédécesseur Andrew Scheer.
  • Il est ouvert à ce que la loi 101 s’applique aux entreprises de compétence fédérale.
  • Il se dit prêt à donner plus de pouvoirs à la province en matière d’immigration.

Mais des désaccords avec Québec pourraient surgir sur la question pétrolière.

  • Au cours de sa campagne, Erin O’Toole a promis de soutenir les projets d’oléoducs canadiens. Il est en faveur d’oléoducs qui permettraient aux provinces de l’Ouest d’écouler leur pétrole à meilleur prix sur les marchés internationaux.
  • «Il n’y a pas de projet ici maintenant», a répondu O’Toole interrogé sur un éventuel oléoduc au Québec. Sa priorité reste «des oléoducs et des gazoducs en Colombie-Britannique». 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

O’Toole s’engage à augmenter les transferts fédéraux en santé

  • S’il devient premier ministre du Canada, le chef du Parti conservateur s’engage à octroyer plus de fonds aux provinces.
  • «Je donnerai plus de financement pour la santé, d’une manière stable, prévisible et sans condition. C’est important de respecter les champs de compétence des provinces», a déclaré O’Toole lundi, au terme de sa rencontre avec le premier ministre Legault.

Les réactions à l’élection d’Erin O’Toole à la tête du PCC ne se sont pas fait attendre

Les réactions à l’élection d’Erin O’Toole à la tête du PCC ne se sont pas fait attendre
  • Le Parti libéral du Canada invite le nouveau chef conservateur à se distinguer de ses prédécesseurs en acceptant le contrôle des armes à feu et la lutte aux changements climatiques.
  • Sur Twitter, le néo-démocrate Alexandre Boulerice a traité le nouveau chef de l’opposition de «dinosaure» parce qu’il avait promis, durant sa campagne, d’imposer la construction de pipelines dans l’Ouest canadien.

Lundi, les réactions se sont faites un peu plus sérieuses que la veille, où plusieurs élus se sont moqués des délais dans le décompte du vote, qui a pris six heures de plus que prévu.

  • Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, en a profité pour rappeler la position précaire du gouvernement Trudeau, minoritaire.
  • La représentante du Parti vert Elizabeth May a plutôt appelé à «mettre la partisanerie de côté» le temps de sortir de la crise de Covid-19.

C’est parce qu’il a remporté la majorité des voix au Québec que le nouveau chef conservateur a pu vaincre son opposant Peter MacKay au troisième tour.

  • MacKay menait pourtant la course jusque-là, devant O’Toole et deux autres candidats moins imposants, Leslyn Lewis et Derek Sloan.
  • Le nouveau chef conservateur a promis d’unir son parti rapidement pour qu’il soit prêt pour les prochaines élections, «peu importe quand elles surviendront».
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus