Inflation

Données, tendances et prévisions sur l’inflation (hausse des prix à la consommation) au Québec, au Canada et aux États-Unis

L’inflation au Canada vient de battre un record vieux de 18 ans

Publié le 16 sept. 2021
L’inflation au Canada vient de battre un record vieux de 18 ans

(Source: Pixabay)

  • L’Indice des prix à la consommation, qui mesure l’inflation, a augmenté de 4,1% en août par rapport au même mois l’an dernier. 
  • C’est le rythme d’inflation le plus élevé depuis mars 2003, selon Statistique Canada. L’organisme gouvernemental explique cette hausse par la faiblesse des prix pendant l’été 2020, et par de fortes hausses de prix dans certains secteurs comme les transports et l’immobilier.

Les prix du bois d’œuvre sont brutalement retombés

Publié le 19 juil 2021
Les prix du bois d’œuvre sont brutalement retombés

[Source: Unsplash]

  • Après avoir très fortement augmenté au cours des mois précédents, les prix du bois d’œuvre ont baissé de 70% depuis la mi-mai selon Random Lengths, une firme américaine qui surveille les marchés du bois. 
  • Elle explique cette baisse par une offre abondante dans un contexte où la demande diminue.  

Les scieries ont beaucoup diminué le prix facturé aux grossistes. 

Prix pour 1000 pieds-planche de 2 par 4 (épinette, pin et sapin de l’Ouest):

  • En mai: 1630 $US
  • À la mi-juillet: 485 $US

Il faudra probablement plusieurs semaines avant que la baisse des prix se répercute entièrement sur les ventes au détail, selon plusieurs observateurs, puisque le bois disponible en magasins a été payé plus cher par les grossistes. 

Les prix du bois d’œuvre avaient beaucoup augmenté depuis l’été 2020, avant de commencer à redescendre il y a 8 semaines. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

L’inflation aux États-Unis atteint 5,4%, son rythme le plus élevé depuis 2008

Publié le 13 juil 2021
L’inflation aux États-Unis atteint 5,4%, son rythme le plus élevé depuis 2008

(Source: Pixabay)

  • Alors que les analystes s’attendaient en juin à une hausse des prix de 0,5% par rapport à mai, la hausse a plutôt été de 0,9% sur un mois, et de 5,4 % sur un an – soit la plus élevée depuis 13 ans.   
  • Cette hausse est liée à une forte reprise de la demande et à des difficultés d’approvisionnement, qui touchent particulièrement le secteur de l’automobile. 

La production de voitures neuves est ralentie par la pénurie de semi-conducteurs, ce qui pousse vers le haut le prix des véhicules. 

  • Les prix des voitures d’occasion a bondi de 45% en un an.

En parallèle, le prix de l’essence a subi la même augmentation: +45%.

L’inflation sous-jacente, qui exclut les coûts de l’énergie et des aliments, a été de 4,5% sur un an, soit la plus forte hausse en plus de 30 ans. 

La Banque centrale américaine (la Fed) n’a pas l’intention de modifier sa politique monétaire pour limiter l’inflation, du moins pas pour l’instant.

  • Elle pourrait relever son taux directeur et limiter les mesures d’aide à l’économie américaine. 
  • Mais elle a indiqué qu’elle attendrait que l’inflation annuelle reste supérieure à 2% pendant un certain temps, sans en préciser la durée, avant d’entreprendre de tels changements. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Nouveau record en 10 ans au Canada pour l’inflation, qui a atteint 3,6% en mai

Publié le 17 juin 2021
  • L’indice des prix à la consommation (IPC), une mesure utilisée par Statistique Canada pour suivre l’inflation, a progressé de 3,6% en mai par rapport au même mois l’an dernier. Déjà, en avril, l’IPC avait progressé de 3,4% par rapport à avril 2020, ce qui correspondait à la plus forte hausse des dix dernières années. 
  • Statistique Canada attribue la hausse en mai à l’augmentation du prix des logements, de l’essence et des voitures. Selon la Banque du Canada, l’inflation devrait être d’un rythme annuel de 3% cet été, avant de ralentir jusqu’à 2% d’ici la fin de l’année.  

L’inflation est à son niveau le plus élevé au Canada depuis 2011

Publié le 19 mai 2021
L’inflation est à son niveau le plus élevé au Canada depuis 2011

(Source: Pixabay)

  • L’Indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 3,4% en avril par rapport au même mois l’an dernier.
  • L’IPC, qui mesure l’inflation, s’est apprécié de 0,5% pendant le seul mois d’avril.

Selon Statistique Canada, la hausse des prix sur un an est la plus forte depuis mai 2011.

  • Elle s’explique en grande partie par l’augmentation des prix des transports (+9,4%), surtout en raison des prix de l’essence qui ont augmenté de 62,5% entre avril 2020 et avril 2021.

Sur un an, les prix du logement ont quand même progressé de 3,2 %, alors que ceux des aliments ont connu une baisse beaucoup plus modeste (0,9%).

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

CE LUNDI en rafale

Publié le 17 mai 2021
  • Un séisme de magnitude 3,9 a secoué ce matin le sud-ouest du Québec – son épicentre se situait à 3 km de L’Épiphanie, dans Lanaudière.
  • La vaccination à l’auto sur rendez-vous est ouverte depuis ce matin à l’aéroport Montréal-Trudeau. La clinique recevra aussi ce jeudi des automobilistes sans rendez-vous entre 11h et 19h. 
  • Bilan Covid: 551 nouveaux cas enregistrés au cours des dernières 24h. 501 Québécois sont hospitalisés, soit 7 de moins qu’hier.
  • Élections municipales: l’avocat Marc-Antoine Desjardins a annoncé ce matin sa candidature à la mairie de Montréal à la tête du jeune parti Ralliement pour Montréal.
  • Megabus assurera à partir du 20 mai prochain une liaison routière entre Ottawa et Toronto et reprendra ainsi la place laissée vacante par Greyhound, qui a annoncé la semaine dernière la cessation définitive de ses liaisons intérieures au Canada. 
  • Les ventes de maisons ont diminué au Canada de 12,5% en avril par rapport aux transactions enregistrées en mars – toutefois, elles ont augmenté de 256% par rapport aux ventes d’avril 2020.  
  • L’inflation actuelle aux États-Unis serait temporaire, transitoire et contrôlable, selon le vice-président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Richard Clarida.

Conseils pour vos FINANCES

Combien de millions vous faut-il pour cesser de travailler?

Publié le 7 mai 2021
Fabien Major
par Fabien Major
Combien de millions vous faut-il pour cesser de travailler?

[photo: MonikaDesigns | Pixabay]

  • Si vous pensez un jour arrêter de travailler, vous vous demandez probablement si et quand vous en aurez les moyens.
  • Le secret d’une bonne planification de retraite repose davantage sur une estimation juste de vos besoins que sur une cible d’actifs à accumuler.

Entre amis et collègues de travail, il est courant d’échanger sur ses projets pour la retraite, en évoquant des scénarios de retraite précoce et en s’interrogeant sur le montant d’argent nécessaire pour la financer.

À mon humble avis, le rêve de retraite est surfait.

À l’exception de ceux qui n’aiment vraiment pas leur boulot, dont le travail exige un grand effort physique, ou qui ont une santé fragile, une majorité de gens souhaitent plutôt travailler le plus longtemps possible – ou, du moins, tant qu’ils en tirent encore une satisfaction.

Dans les faits, la retraite ne se pointe pas toujours au moment désiré: ce sont souvent les évènements qui nous y obligent.

  • Lorsqu’on les questionne pour un sondage, les Québécois disent, en moyenne, qu’ils veulent prendre leur retraite à 65 ans.
  • Pourtant, en réalité, ils la prennent plutôt à 62 ans.
  • Les fermetures d’entreprises, les abolitions de poste, l’attrition, l’épuisement, le deuil et la maladie contrecarrent fréquemment les plans les mieux préparés.

Mais souvent, quelques mois après avoir pris sa retraite, une étincelle jaillit. On veut retourner travailler, alors plutôt à temps partiel, ou dans un domaine complètement différent.

Ce retour se fait sans stress et sans pression lorsqu’on a les ressources pour s’autosuffire.

L’autonomie financière passe AVANT la retraite

Parce qu’on ne sait pas à quel moment le destin nous fera une jambette, mieux vaut préparer ses arrières.

Combien vous faut-il d’argent pour attendre l’autonomie?

1 million $? 2 millions? 5 millions?


Découvrez les autres chroniques Conseils pour vos finances de Fabien Major, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin [pour les recevoir par courriel, inscrivez-vous gratuitement à nos infolettres]


Pour trouver la réponse, vous n’avez pas le choix: vous devez calculer votre «coût de vie».

Combien vous faut-il pour honorer tous vos engagements?

On ne s’en sort pas, il faut faire un budget. Et ne rien oublier – ni même les cadeaux et les imprévus.

Lorsque vous aurez estimé le montant annuel de revenus qui vous sera nécessaire, vous devrez ensuite, pour calculer le capital initial dont vous aurez besoin pour l’obtenir chaque année, utiliser un taux de croissance raisonnable de votre épargne.

Basons-nous sur les normes d’hypothèses de projection publiées chaque année par l’Institut québécois de planification financière.

  • Elles viennent tout juste d’être mises à jour.

L’IQPF estime qu’on doit utiliser ces taux de rendement annuels comme base de projection pour un horizon de 10 ans et plus:

  • Revenu fixe (obligations, notamment): 2,7%
  • Actions canadiennes: 6,2%
  • Actions de pays étrangers développés (principalement États-Unis, Europe et Japon): 6,6%
  • Actions de marchés émergents: 7,8%

­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Exemple avec une cible de 100 000 $ par an pour deux

Plusieurs couples m’ont confié qu’une fois leurs enfants hors du nid, la maison et la voiture payées, des revenus bruts de 100 000 $ par an pour deux leur garantiraient une retraite paisible et TRÈS confortable.

Supposons que vous êtes dans ce cas, et que vous avez un portefeuille plutôt dynamique, avec une espérance de rendement annuel moyen de 5%.

[À lire aussi: selon Credit Suisse, 1 Canadien sur 20 est maintenant millionnaire!]

Pour obtenir un revenu brut de 8333 $ par mois:

  • Vous avez besoin d’un peu moins que 1,7 million $ en investissements – sachant que ces capitaux seront épuisés au bout de 35 ans.
  • Cependant, pour maintenir un décaissement de 100 000 $ par an en dollars d’aujourd’hui, il faut tenir compte de l’inflation, à un taux de 2% selon l’IQPF. Il vous faudrait alors plutôt accumuler près de 2,2 millions $.
  • Enfin, si vous souhaitez décaisser uniquement les revenus de vos placements et laisser le capital à vos héritiers, vous aurez besoin d’amasser 2,6 millions $.

(Cet exemple peut ne pas vous convenir. Une planification complète est souhaitable pour avoir une vue d’ensemble et pour tenir compte de toutes les particularités comme: les montants accumulés dans les régimes de retraite, la RRQ, la pension de la Sécurité de vieillesse du Canada, les impôts et vos besoins précis.)

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Face à l’inflation, des entreprises haussent leurs prix pour refiler la facture aux consommateurs

Publié le 29 avr. 2021
  • Plusieurs entreprises ont annoncé récemment qu’elles vont augmenter leurs prix afin d’absorber l’augmentation de leurs coûts d’exploitation. C’est le cas de Groupe d’alimentation MTY, un franchiseur de Montréal qui a 7000 restaurants sous ses bannières. MTY mentionne la hausse du coût de l’emballage, des protéines et de l’huile à cuisson pour justifier des hausses de prix dans ses restaurants au cours des derniers mois.
  • L’inflation frappe particulièrement certaines matières premières dont le bois d’œuvre, le cuivre et le soya. 

Conseils pour vos FINANCES

L’inflation vous inquiète? Voici comment vous en protéger

Publié le 26 mars 2021
Fabien Major
par Fabien Major
L’inflation vous inquiète? Voici comment vous en protéger

(Source: Pixabay)

  • En plus d’éroder votre pouvoir d’achat, l’inflation vous oblige à augmenter vos cotisations d’épargne retraite. Il faut donc s’en soucier.
  • Actuellement, on peut anticiper que l’inflation va s’accélérer. Cela devrait avoir un impact sur vos objectifs financiers et sur la répartition de vos placements.

L’inflation fait bien plus de dommages économiques à long terme que les pandémies.

C’est la bête noire des banques centrales. Elle peut avoir des effets dévastateurs sur le service de la dette des gouvernements et des familles.

Sur les 40 dernières années, le taux d’inflation moyen a été de 2,72% par an.

Vos placements doivent vous offrir un rendement au moins équivalent, ou vous allez vous appauvrir à petit feu.

Vous aurez beau peaufiner vos scénarios et changer de stratégies d’investissement au gré des saisons, si vous ne parvenez pas à dépasser le taux annuel de l’indice des prix à la consommation, votre épargne stagnera.

Impact direct sur vos objectifs financiers

Je dis souvent que le plus important, en planification financière, c’est de définir ses objectifs.

Battre les indices boursiers n’est pas, en soi, un objectif pertinent pour un investisseur.

  • Si le Dow Jones chute de -35% et que vous faites -34%, vous ferez mieux que l’indice, mais il n’y aura pas de quoi pavoiser.

Votre premier objectif doit plutôt être lié au niveau de vie que vous souhaitez avoir dans l’avenir en tenant compte de l’effet de l’inflation.

Le rendement annuel moyen que vous viserez dépendra de nombreux facteurs: vos économies, votre stabilité d’emploi, votre endettement et vos engagements financiers, votre âge, l’âge auquel vous souhaitez prendre votre retraite, vos sources de revenus présentes et futures, et votre tolérance à la volatilité.

Ainsi, un rendement cible de 5,4% sera peut-être approprié dans votre cas, alors que 4,2% sera suffisant pour votre voisin.


­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Les assurances anti-inflation 

Étant donné que les taux directeurs sont au plancher et que les gouvernements ont injecté plusieurs billions de dollars pour soutenir l’économie, il est certain que l’inflation se manifestera un peu partout.

  • L’augmentation du prix des matériaux de construction en témoigne déjà.
  • Nous observerons le phénomène dans la majorité des secteurs.

Warren Buffett est d’avis que, pour défendre efficacement son capital contre les poussées inflationnistes, rien ne vaut les actions – surtout celles qui offrent de bons dividendes en croissance.

Suivant son raisonnement, il serait donc approprié d’augmenter maintenant la part des placements investie en actions au détriment des obligations. 


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Quelle industrie a toujours offert la meilleure couverture contre l’inflation?

La plupart des investisseurs diraient les sociétés aurifères et l’or métal.

Pourtant, selon Mark Hulbert, chroniqueur du site américain MarketWatch, la bonne réponse est: le secteur de la santé.

Il base sa conclusion sur une étude de l’université Darmouth College qui a analysé la performance de 49 groupes industriels depuis 1926.

On ne devrait pas se surprendre de constater que les soins de santé l’emportent sur les autres secteurs pour couvrir l’inflation.

En effet, la demande de soins de santé est relativement à l’abri des pressions inflationnistes.

À l’exception de quelques soins de chirurgie esthétique, vous ne refuserez probablement pas de recevoir des soins médicaux parce qu’ils coûtent plus cher. Surtout, si vous avez une bonne couverture d’assurance.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

La Réserve fédérale ne tentera plus de contenir l’inflation sous les 2%

Publié le 28 août 2020
  • La Fed préfère garder les taux d’intérêt au plus bas afin de faciliter le remboursement de prêts tant par les particuliers que par les commerçants américains.
  • L’institution veut stimuler l’emploi afin de relancer une économie américaine au ralenti et très dépendante du niveau de dépense des consommateurs.