Transports

Nouvelles, annonces, données, débats et tendances concernant l’industrie des transports, les moyens de transport (y compris le transport en commun) et la logistique, dans le contexte du Québec et du Canada
[voir aussi: Auto, Aviation, Climat, Environnement, REM Réseau express métropolitain, Tourisme et voyages, Troisième lien Québec-Lévis / REC, Véhicules électriques]

Des camionneurs préparent un convoi antivaccin pour le 28 janvier

Mis à jour il y a 8 h
Des camionneurs préparent un convoi antivaccin pour le 28 janvier

[crédit photo: Caleb Ruiter | Unsplash]

  • La circulation pourrait être perturbée à certains endroits dans le sud du Québec le vendredi 28 janvier au matin. Des camionneurs se préparent à rejoindre Vaudreuil, à l’ouest de Montréal, vers 9h à partir des postes frontières; puis à poursuivre vers Ottawa par l’autoroute 417.
  • Le «Convoi pour la liberté 2022» est un mouvement pancanadien. Il s’oppose à l’obligation d’être vacciné imposée aux chauffeurs qui viennent des États-Unis.

Depuis la fin de la semaine dernière:

  • les chauffeurs américains doivent être adéquatement vaccinés pour pouvoir entrer au Canada; et
  • les chauffeurs canadiens non vaccinés doivent se mettre en quarantaine lorsqu’ils reviennent des États-Unis.

Pour les camionneurs, c’est un irritant majeur.

  • Environ la moitié des chauffeurs américains ne seraient pas vaccinés actuellement.
  • L’Alliance Canadienne du Camionnage a mené un sondage qui montrait que 10 à 15% des 120 000 camionneurs canadiens qui traversent la frontière seraient prêt à quitter leur travail à cause de l’obligation vaccinale.

Interrogé mercredi sur les retards, pénuries et hausses de prix que semblent causer ou accentuer les nouvelles règles, Justin Trudeau a défendu l’obligation vaccinale imposée aux chauffeurs.

Les États-Unis vont d’ailleurs imposer à partir de samedi une obligation similaire aux camionneurs, comme à tous les visiteurs, sans exception, qui entrent dans leur pays par une frontière terrestre ou maritime.

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Des transporteurs aériens annulent des vols pour cause de Covid

Publié le 7 janv. 2022
Des transporteurs aériens annulent des vols pour cause de Covid

(Source: Unsplash)

  • Air Canada va suspendre ses vols en direction de plusieurs destinations soleil entre le 24 janvier et le 30 avril. Le transporteur s’engage à rembourser les clients touchés par cette suspension. Il réservera certains vols commerciaux pour ramener au Canada les voyageurs qui se trouvent dans les destinations touchées.
  • Air Transat a annulé 30% de ses vols jusqu’au 25 février. Le transporteur explique sa décision par la vague d’annulation de voyages entrainée par la propagation du variant Omicron et les recommandations gouvernementales. Le transporteur s’engage lui aussi à rembourser les clients dont les vols sont annulés.  

La vaccination obligatoire est élargie aux milieux de travail sous réglementation fédérale

Publié le 8 déc 2021
La vaccination obligatoire est élargie aux milieux de travail sous réglementation fédérale

(Source: Tumisu / Pixabay)

  • Le ministre du Travail Seamus O’Regan a annoncé mardi que les employés des entreprises sous réglementation fédérale devront être adéquatement vaccinés contre la Covid-19 d’ici quelques semaines.
  • Le gouvernement Trudeau dit qu’il s’apprête aussi à consulter les acteurs du secteur privé, dont les représentants des PME, pour finaliser le règlement qu’il doit déposer en début d’année pour rendre la vaccination obligatoire.

Les 955 000 employés des secteurs sous réglementation fédérale, soit 6% des travailleurs canadiens, devront avoir reçu 2 doses de vaccin en début d’année. 

  • Cette mesure concerne les personnes qui travaillent dans les banques, les firmes de télécommunication et dans la plupart des sociétés d’État; et
  • leurs employés qui travaillent au bureau comme en télétravail.

La vaccination obligatoire s’applique déjà:

  • aux fonctionnaires fédéraux;
  • aux personnels de la GRC et aux membres des forces armées; et
  • aux employés des entreprises de transport aérien, ferroviaire et maritime.

Ottawa ne précise pas quelles sanctions seront imposées aux employés des entreprises sous réglementation fédérale qui refuseront de se faire vacciner.

Selon le ministre du Travail, les récalcitrants pourraient faire l’objet de mesures de conformité et de sanctions financières.

La FCEI craint que les sociétés qui ont des contrats avec des entreprises sous règlementation fédérales soient, elles aussi, assujetties à cette mesure.

Dans son communiqué, le gouvernement fédéral vise les «milieux de travail sous réglementation fédérale».  

  • Jasmin Guénette, vice-président aux affaires nationales de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), se demandait mardi, dans La Tribune, si la mesure ne concernera bien que les employés des entreprises sous juridiction fédérale.
  • Il croit que le gouvernement doit clarifier la portée de ce nouveau règlement. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

L’application ArriveCan n’est plus obligatoire pour rentrer au pays

Publié le 6 déc 2021
L’application ArriveCan n’est plus obligatoire pour rentrer au pays

(Source: Jue Huang / Unsplash)

  • Les voyageurs qui n’ont pas fourni leurs informations de voyage via l’application du gouvernement fédéral pourront désormais les fournir directement à la frontière.
  • Le ministre fédéral de la Sécurité publique Marco Mendicino a indiqué lundi qu’il avait demandé aux autorités frontalières d’assouplir ainsi la procédure pour les voyageurs canadiens qui ont oublié ou n’ont pas pu utiliser ArriveCan.

Tous les voyageurs qui arrivent au Canada doivent entrer les détails de leur voyage dans l’application ArriveCan

  • Ils y indiquent leur destination, le but du voyage, leurs coordonnées, leur statut vaccinal et le résultat du test de dépistage de la Covid-19 qu’ils ont reçu avant le voyage.

À défaut d’avoir entré ces informations, les autorités peuvent leur refuser le droit d’embarquer à bord d’un avion ou d’un train, ou leur demander de se soumettre à une quarantaine de 2 semaines.

Ottawa veut que les agents frontaliers soient plus cléments envers les Canadiens qui n’ont pas utilisé l’application pour planifier leur retour au pays.

  • Le ministre de la Sécurité publique a demandé à l’Agence des services frontaliers du Canada de permettre aux Canadiens de donner leurs informations en personne à leur retour. 

Le Parti conservateur a indiqué que ses députés avaient reçu des centaines de plaintes au sujet de l’application parce qu’elle était inaccessible et peu fiable.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

400 millions $ pour des autobus scolaires à zéro émission au Québec

Publié le 21 nov. 2021
400 millions $ pour des autobus scolaires à zéro émission au Québec

Autobus scolaires Vision et TX4 de Blue Bird distribués par Girardin (Source: Girardin)

  • La Banque de l’infrastructure du Canada (Bic) va prêter 400 millions $ aux transporteurs scolaires québécois pour acheter 4000 autobus à zéro émission (AZE). 
  • Ce budget doit permettre de couvrir la différence de prix qui existe entre les autobus à moteur diesel et leur équivalent électrique, encore 3 fois plus cher actuellement, et d’installer des bornes de recharge. 

La Bic a conclu une entente avec la Fédération des transporteurs par autobus, qui regroupe plus de 700 transporteurs privés à travers le Québec. 

  • L’entente prévoit un prêt à long terme de 400 millions $ pour financer une partie des coûts d’investissement initiaux que devront faire ces transporteurs pour électrifier leur flotte de véhicules scolaires. 

Les transporteurs devraient ensuite faire des économies grâce aux AZE. 

  • Leur coût d’exploitation devrait être en moyenne inférieur de 35% à celui des autobus diesel, ce qui devrait leur permettre de rembourser leur prêt.

Ces 400 millions $ proviennent d’un budget de 1,5 milliard $ que la Bic administre pour soutenir les transporteurs et les exploitants d’autobus scolaires du Canada dans leur transition énergétique. 

  • Au total, la Bic compte investir jusqu’à 5 milliards $ dans des projets de transport en commun vert au pays. 

Ces 4000 autobus AZE, qui prendront la place de 4000 autobus diesel, devraient réduire les émissions de GES du Québec de 81 000 tonnes par an.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Cop26: Legault annonce 5 milliards $ pour des autobus électriques

Publié le 3 nov. 2021
Cop26: Legault annonce 5 milliards $ pour des autobus électriques

François Legault à Glasgow (Source: Émilie Nadeau / Bureau du premier ministre)

  • François Legault a annoncé à Glasgow, en Écosse, que son gouvernement compte acheter 2148 autobus pour électrifier d’ici 2030 plus de la moitié des autobus urbains du Québec.
  • Sur cet investissement de 5 milliards $, une moitié sera consacrée à l’achat d’autobus entièrement électriques, et l’autre, à construire et convertir des garages. 

Dès son arrivée à la Conférence sur les changements climatiques (Cop26), le premier ministre a fait valoir que le Québec est un «modèle» en matière d’électrification des transports. 

Avec cette commande de 2000 autobus électriques, le Québec représentera «la moitié de tout le carnet de commandes de l’Amérique du Nord», dit Legault. 

Le Québec est très attirant pour les investisseurs, croit-il, notamment grâce à «ses surplus d’électricité et d’énergie propre». 

François Legault dit qu’il «veut être capable d’augmenter la richesse des Québécois», tout en réduisant les émissions de GES de la province. 

Ces 2148 autobus permettraient à Québec d’atteindre son objectif que, d’ici 2030, 55% des autobus urbains soient électriques.

  • 9 grandes sociétés québécoises de transports recevront ces autobus. 
  • Les premiers devraient être livrés à partir de 2025. 

Un «maximum de ces autobus seront fabriqués au Québec», assure Legault, qui espère qu’ils seront tous construits dans la province.

  • Le premier ministre a nommé 2 compagnies qui pourraient se charger de cette commande: Lion Électrique, à Saint-Jérôme, et Novabus, à Saint-Eustache. 

Le gouvernement réglera l’essentiel de la facture: 3,65 milliards $. 

  • 1,35 milliard $ viendra des sociétés de transport et d’Ottawa.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Ottawa et le Bape ne pourront pas bloquer le 3e lien, dit Québec

Publié le 2 nov. 2021
Ottawa et le Bape ne pourront pas bloquer le 3e lien, dit Québec

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Le ministre de l’Environnement Benoit Charette a assuré mardi que le gouvernement fédéral ne pourra pas bloquer la construction du tunnel autoroutier entre Québec et Lévis. 
  • Le gouvernement Legault ne suivra pas, dit-il, les conclusions d’une étude environnementale ou d’un avis fédéral, car Ottawa «n’a pas d’autorité sur la construction d’infrastructures au Québec». 

Le nouveau ministre canadien de l’Environnement Steven Guilbeault a annoncé la semaine dernière qu’Ottawa allait mener sa propre évaluation environnementale du projet.

C’est une évaluation «inutile» qui va entraîner des délais, dit Benoit Charette. 

  • Quel que soit le résultat de cette évaluation, Québec ne tiendra pas compte de l’avis du gouvernement fédéral parce que, dit-il, il «n’a aucune compétence sur une infrastructure qui doit être développée en sol québécois». 

Est-ce que le rapport du Bape pourrait bloquer le projet?

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (Bape), un organisme québécois, doit lui aussi examiner le projet. 

Mais, selon le ministre de l’Environnement, le rapport que fera le Bape ne pourrait pas, lui non plus, empêcher la construction du tunnel. 

  • Pour de telles infrastructures, les évaluations environnementales «visent à atténuer les impacts environnementaux négatifs», croit-il, mais elles n’empêcheront pas sa construction. 
  • Selon lui, les évaluations permettront seulement à Québec «d’ajuster certaines façons de faire pour s’assurer d’avoir le minimum d’impacts possibles».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

La CAQ compte sur Steven Guilbeault pour financer le 3e lien Québec-Lévis

Publié le 26 oct. 2021
La CAQ compte sur Steven Guilbeault pour financer le 3e lien Québec-Lévis

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Le gouvernement Legault espère toujours qu’Ottawa financera une partie du tunnel autoroutier qu’il veut faire construire entre Québec et Lévis. 
  • La ministre responsable des Relations canadiennes Sonia LeBel croit qu’elle sera capable de convaincre le nouveau ministre fédéral de l’Environnement Steven Guilbeault.

Interrogée sur la composition du nouveau gouvernement Trudeau [détails dans notre bulletin de mardi soir], Sonia LeBel s’est montrée plutôt confiante sur le soutien financier qu’elle attend du gouvernement fédéral.

Le tunnel «sert également le transport collectif», souligne LeBel. 

  • Sonia LeBel affirme que le projet est «gagnant pour l’environnement». 
  • Elle rappelle par ailleurs que Québec souhaite «aller vers l’électrification des transports». 

Le soutien de François Legault au Parti conservateur pendant la dernière campagne fédérale aura-t-il un impact?

  • Non, Sonia Lebel dit s’attendre à la même collaboration de la part d’Ottawa.  
  • Il n’y a aucune raison, dit-elle, que les deux gouvernements ne puissent plus travailler ensemble. 

Par ailleurs, le ministre québécois des Transports François Bonnardel a annoncé un changement important au projet de 3e lien: 

  • La sortie (et entrée) du tunnel qui était prévue en pleine ville de Québec, dans le quartier Saint-Roch, ne sera pas accessible aux automobilistes – ils devront utiliser 2 autres accès, près d’autoroutes urbaines.
  • Cette sortie dans Saint-Roch sera réservée aux autobus; et il n’est pas exclu qu’elle soit éliminée ou remplacée par un autre point d’accès, selon une réévaluation du tracé que doivent maintenant faire des ingénieurs.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Lion Électrique reçoit sa plus grosse commande à ce jour, mais elle est «conditionnelle»

Publié le 26 oct. 2021
Lion Électrique reçoit sa plus grosse commande à ce jour, mais elle est «conditionnelle»

(Source: Lion Électrique)

  • La Compagnie Électrique Lion (TSX: LEV), de Saint-Jérôme, a reçu une commande pour 1 000 autobus scolaires électriques de la filiale canadienne de Student Transportation of America, un chef de file nord-américain du transport scolaire qui a pour actionnaire de contrôle la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).
  • Cette commande est cependant conditionnelle à ce que la filiale canadienne soit admissible à «l’octroi satisfaisant» de subventions du Fonds pour le transport en commun à zéro émission d’Infrastructure Canada.

Bientôt des dirigeables construits au Québec?

Publié le 23 oct. 2021
Bientôt des dirigeables construits au Québec?

Vue d’artiste d’un dirigeable LCA60T en opération de chargement de bois (Source: Groupe CNW/Flying Whales)

  • L’entreprise française Flying Whales (baleines volantes), qui conçoit des dirigeables-cargos à propulsion électrique, compte installer une partie de ses activités au Québec dès qu’elle aura obtenu l’approbation d’Ottawa pour le faire. 
  • Pour augmenter les chances que l’entreprise puisse s’établir au Québec, certains de ses actionnaires ont récemment racheté les 25% de parts que détenait Avic General, un investisseur chinois en qui Ottawa voyait un risque d’espionnage industriel. 

Le gouvernement du Québec a déjà investi 30 millions $ dans Flying Whales par l’intermédiaire d’Investissement Québec, et ce avant qu’Ottawa ne bloque le projet, à l’époque où un quart des parts de l’entreprise était détenu par un groupe chinois.   

  • Le gouvernement du Québec possède 25% de la société-mère française et 49,9% de sa filiale québécoise. 

Le projet de Flying Whales est de développer un dirigeable rigide.

  • Il pourrait transporter jusqu’à 60 tonnes. 
  • Il serait conçu pour accéder à des zones difficiles d’accès, comme en forêt. 

Selon La Presse Canadienne, la production des appareils devrait débuter en 2023 en France, puis en 2026 au Québec. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Quelle preuve vaccinale faut-il utiliser?

Publié le 21 oct. 2021
Quelle preuve vaccinale faut-il utiliser?

(Source: Tumisu / Pixabay)

  • Ottawa a lancé jeudi une preuve vaccinale pancanadienne qui sera émise par les provinces. Le gouvernement Trudeau préconise son utilisation à l’étranger, car il croit que sa feuille d’érable sera plus facilement identifiée hors du pays.
  • Au Québec, une preuve vaccinale est requise depuis septembre pour accéder à certaines activités. Le gouvernement a aussi ajouté lundi une nouvelle preuve pour les voyageurs qui souhaitent se déplacer hors du Québec. Cela fait donc 3 preuves de vaccination différentes.

Une preuve vaccinale au Québec

Depuis septembre, les Québécois de 13 ans et plus doivent la présenter pour accéder aux bars, restaurants, gyms ou salles de cinéma.

Une preuve québécoise hors Québec

Depuis lundi, le gouvernement propose une nouvelle preuve qui peut être utilisée partout au Canada, dans plusieurs États américains et d’autres pays [détails dans notre bulletin de lundi soir]. 

  • La liste des pays dans lesquels elle sera reconnue est amenée à évoluer. 
  • Les voyageurs doivent s’informer sur les exigences de vaccination des pays qu’ils comptent visiter.

Une preuve canadienne pour l’étranger 

Le gouvernement fédéral propose désormais sa propre preuve pour le Canada et l’étranger. 

  • Il s’agit d’une preuve bilingue très semblable aux 2 autres preuves vaccinales. 
  • À terme, elle devrait être reconnue par tous les pays. 

En attendant, elle pourra être utilisée pour monter à bord des avions et des trains canadiens. 

  • À compter du 30 octobre, ils n’accepteront plus les voyageurs qui ne sont pas adéquatement vaccinés [détails dans notre article de début octobre].
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

L’inflation s’accélère, les taux d’intérêt devraient suivre

Publié le 20 oct. 2021
L’inflation s’accélère, les taux d’intérêt devraient suivre

(Source: Steve Buissinne / Pixabay)

  • L’inflation au Canada a atteint 4,4% en septembre par rapport au même mois l’an dernier, selon Statistique Canada. Il s’agit de la plus forte augmentation annuelle depuis février 2003. Au Québec, l’inflation était même de 5,1% en septembre.
  • Selon un économiste de la Banque Scotia, la banque du Canada pourrait devoir s’ajuster à cette réalité en augmentant ses taux d’intérêt plus tôt que prévu. 

L’indice des prix à la consommation (IPC), qui sert à mesurer l’inflation, a progressé de 0,2% pendant le mois septembre, ce qui porte sa hausse annuelle à 4,4%.

La hausse est principalement due: 

  • au transport (+9,1%)
  • au logement (+4,8%)
  • aux aliments (+3,9%)

Le prix de l’essence, même s’il affichait un recul de 0,1% en septembre, a progressé de 32,8% d’une année à l’autre. 

Au Québec, les prix sur 12 mois ont progressé plus rapidement (+5,1%) que dans les autres provinces, sauf 3 provinces atlantiques. 

La Banque du Canada pourrait réagir à cette hausse en augmentant son taux directeur dès l’année prochaine, a dit à BNN Bloomberg l’économiste de la Banque Scotia, Derek Holt.

  • Il prévoit que la Banque du Canada augmente 4 fois son taux directeur lors du second semestre l’année prochaine, et 4 fois de plus en 2023.
  • Le taux directeur, actuellement fixé à 0,25%, pourrait ainsi augmenter à 2,25%.  

Mais le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, et son homologue américain, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, ont à plusieurs fois répété que la forte inflation était temporaire et transitoire.

Pour aller plus loin, lisez: L’inflation vous inquiète? Voici comment vous en protéger

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus