Aviation

La prise de participation du gouvernement fédéral fait plonger le titre d’Air Canada en bourse

Publié le 13 avr. 2021
La prise de participation du gouvernement fédéral fait plonger le titre d’Air Canada en bourse

(Source: Air Canada)

  • Dans le cadre de son plan d’aide de 5,9 milliards $, le gouvernement fédéral achètera pour 500 millions $ d’actions d’Air Canada à un prix de 23,18$ chacune, et il se réserve le droit d’en acheter d’ici dix ans 400 millions $ à 27,28$ chacune. Si Ottawa exerce cette option, il détiendra presque 10% des actions votantes du transporteur.
  • Ottawa redevient ainsi actionnaire d’Air Canada pour la première fois depuis 1988, alors que le secteur aérien était déréglementé et que la société était privatisée. Les réactions au retour de l’État comme actionnaire sont mitigées et ont fait chuter le titre d’Air Canada à la bourse de Toronto.

Le prix payé par Ottawa pour ses actions d’Air Canada a mené plusieurs analystes à revoir à la baisse leurs prévisions quant à sa valeur en bourse.

  • La Banque Nationale, la Banque Scotia et la Banque TD ont toutes trois abaissé aujourd’hui de 31$ à 29$ la valeur-cible sur 12 mois du titre d’Air Canada en raison de cette prise de participation.
  • À plus long terme, les analystes croient toutefois qu’Air Canada a maintenant les liquidités nécessaires pour espérer se relancer quand le secteur de l’aviation international redémarrera.

Les investisseurs boursiers ne sont pas les seuls à voir des aspects négatifs dans le retour du gouvernement fédéral comme actionnaire. C’est aussi le cas de certains autres transporteurs.

Air Canada garantit qu’elle assurera entre autres la liaison avec les régions abandonnées en raison de la pandémie.

  • Certains transporteurs régionaux comme Pascan Aviation, qui dessert la plupart des régions du Québec à partir de l’aéroport de Saint-Hubert, sur la rive-sud de Montréal, pourraient trouver que l’aide fédérale donnera à Air Canada un avantage concurrentiel injuste.
  • À Québec, la députée péquiste de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, demande qu’Air Canada sous-traite ses vols régionaux aux transporteurs déjà présents, plutôt que leur faire concurrence.

Cela dit, la plupart des observateurs jugent que, de façon générale, Ottawa a bien fait d’intervenir pour soutenir Air Canada, et s’attendent à d’autres mesures prochainement pour aider d’autres entreprises du secteur de l’aviation.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Ottawa conclut un plan d’aide de 6 milliards $ avec Air Canada

Publié le 12 avr. 2021
Ottawa conclut un plan d’aide de 6 milliards $ avec Air Canada

(Source: Air Canada)

  • Cette entente prévoit des «accords de financement», en grande partie sous forme de prêts, qui permettront au transporteur d’obtenir jusqu’à 5,8 milliards $ par l’intermédiaire du Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE).
  • Le gouvernement Trudeau conclut ce plan d’aide financière avec la compagnie une semaine avant le dépôt du budget fédéral. Pour en bénéficier, Air Canada devra toutefois respecter plusieurs conditions. 

Selon la ministre des Finances Chrystia Freeland, Air Canada devra:

  • reprendre les services suspendus pour assurer des liaisons aériennes entre les communautés régionales et le reste du pays;
  • rembourser les clients dont les vols ont été annulés à cause de la pandémie;
  • protéger les emplois, les pensions et les conventions collectives; et
  • rester un client du secteur aérospatial canadien.

Ce plan devrait offrir à Air Canada «un niveau de protection important», lui permettre de rembourser tous ses clients, de maintenir ses effectifs et de revenir sur les marchés régionaux, confirme son PDG Michael Rousseau.

Des négociations sont en cours avec d’autres transporteurs canadiens.

  • Le ministère des Finances indique que chaque entente conclue avec le gouvernement obligera la compagnie à rembourser les passagers pour les vols annulés. 


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Transat pourrait bien demeurer indépendant

Publié le 7 avr. 2021
Transat pourrait bien demeurer indépendant

(Source: Air Transat)

  • Deux des trois groupes d’investisseurs qui avaient fait une offre concurrente à celle d’Air Canada l’an dernier ont admis ces derniers jours à divers médias qu’ils ne comptaient plus acquérir Transat. Seul Pierre-Karl Péladeau se dit toujours intéressé. 
  • Or, Peter Letko, vice-président de Letko Brosseau, le plus gros actionnaire de Transat, n’a aucune intention de vendre ses actions du transporteur montréalais au prix offert par Pierre-Karl Péladeau. Selon lui, si le groupe Transat reçoit l’aide d’urgence qu’il a demandée aux gouvernements, cela suffira à relancer ses activités pour de bon.

Québec tient à ce que Transat reste québécois

Publié le 6 avr. 2021
Québec tient à ce que Transat reste québécois

(Source: Air Transat)

  • Le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon a dit aujourd’hui que le gouvernement privilégierait une «solution québécoise» pour relancer Transat, qu’il s’agisse de trouver un partenaire financier ou un acquéreur.
  • Entre temps, Québec est prêt à soutenir financièrement le transporteur montréalais, a ajouté le ministre: «ma préoccupation première est de m’assurer que Transat ait la structure de capital pour passer à travers la période difficile».

L’action de Transat plonge après l’abandon du projet d’achat par Air Canada

Publié le 5 avr. 2021
  • À la Bourse de Toronto, l’action de Transat (TMX: TRZ) a perdu hier presque 15% de sa valeur, terminant la journée à 4,69 $ après avoir plongé jusqu’à 4,25 $ en début de journée.
  • Air Canada avait annoncé vendredi qu’elle renonçait à acheter Transat pour la somme de 180 millions $. Le patron de Québecor Pierre Karl Péladeau avait alors confirmé que son offre de rachat, présentée en décembre dernier, était «toujours valide». 

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Air Canada renonce à acheter Transat

Publié le 2 avr. 2021
Air Canada renonce à acheter Transat

(Photo Transat)

  • Air Canada et Transat AT annoncent qu’ils mettent fin à leur convention d’arrangement qui devait mener au rachat de Transat par Air Canada pour la somme de 180 millions $.
  • Air Canada se justifie en indiquant par communiqué qu’il est devenu évident que la Commission européenne «n’approuvera pas l’acquisition» selon les conditions qui étaient prévues.

Air Canada dit qu’elle se concentrera sur le rétablissement de ses propres activités, durement affectées par la pandémie de Covid-19.

  • Compte tenu du contexte particulièrement difficile, la direction indique qu’elle tentera surtout d’éviter d’avoir à réduire à nouveau son offre de vols et la taille de son personnel.

Transat recevra 12,5 millions $ en frais de résiliation de la part d’Air Canada.

  • Son sort demeure incertain: sa direction affirmait plus tôt cet hiver qu’elle ne pourrait pas continuer ses activités sans une aide financière gouvernementale importante si la transaction avec Air Canada échouait.

L’homme d’affaires montréalais Pierre-Karl Péladeau, qui s’était montré intéressé à acquérir Transat si l’offre d’Air Canada avortait, n’a pas encore réagi à la nouvelle.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Un nouveau transporteur aérien québécois propose des vols nolisés vers les régions abandonnées par Air Canada

Publié le 8 mars 2021
Un nouveau transporteur aérien québécois propose des vols nolisés vers les régions abandonnées par Air Canada

(Source: Air Nolisé)

  • Comme son nom l’indique, Air Nolisé organise des vols nolisés. La société compte louer de petits avions d’autres compagnies aériennes pour desservir des villes comme Gaspé, Rouyn-Noranda et Sept-Îles, selon ce que lui demanderont les voyageurs sur son site web.
  • L’entreprise compte se faire une niche dans le marché québécois des vols régionaux – un marché déserté l’an dernier par Air Canada, qui le jugeait trop peu rentable.

Seulement 7% des Canadiens revenant de l’étranger seront exemptés de la quarantaine à l’hôtel

Publié le 24 fév 2021
  • Ottawa estime que 93% des voyageurs qui prennent l’avion effectuent des trajets non essentiels et doivent se soumettre à la quarantaine supervisée, dont le coût est estimé à 2000 $.
  • Seules raisons valables de voyager: assister à des funérailles et venir au chevet d’un proche gravement malade, ou recevoir des soins médicaux. Mais les mineurs et les enfants à charge qui voyagent seuls, les travailleurs qui fournissent des services d’urgence, des diplomates et des athlètes, ainsi que certains travailleurs saisonniers et personnes guéries de la Covid-19 pourraient également être exemptés sous certaines conditions. 

Les voyageurs doivent subir un test de dépistage à leur arrivée au Canada

Publié le 21 fév 2021
  • À partir d’aujourd’hui, les voyageurs qui entrent au Canada, par voie aérienne ou terrestre, devront subir en arrivant un test de dépistage de la Covid – en plus du test négatif réalisé 72 h avant leur arrivée qu’ils doivent déjà fournir.
  • De plus, les voyageurs qui arrivent par avion doivent s’isoler au moins trois jours dans un hôtel autorisé par le gouvernement; et ceux qui arrivent aux frontières terrestres devront passer un troisième test à la fin de leur quarantaine.

Malgré le feu vert d’Ottawa, l’acquisition de Transat AT par Air Canada a du plomb dans l’aile

Publié le 16 fév 2021
  • La date butoir qui était fixée au 15 février pour conclure la transaction ne sera pas remise à plus tard, a indiqué Air Canada. Le secteur de l’aviation commerciale continue de souffrir de la pandémie. La situation financière des deux transporteurs pourrait forcer une révision à la baisse de la valeur de la transaction.
  • Cela pourrait mener d’autres acquéreurs potentiels à manifester leur intérêt de racheter Transat à la place d’Air Canada, observent les analystes. L’homme d’affaires Pierre-Karl Péladeau a d’ailleurs réitéré son intérêt pour Transat la fin de semaine dernière.

Le gouvernement donne son feu vert à l’acquisition de Transat A.T. par Air Canada

Publié le 11 fév 2021
  • Ottawa a donné son accord en posant quelques conditions: Air Canada doit garder au moins 1500 employés, encourager d’autres transporteurs à reprendre les liaisons transatlantiques assurées par Air Transat, offrir des services dans les deux langues officielles, et conserver le siège social au Québec.
  • Il reste encore à obtenir l’approbation de la Commission européenne pour finaliser la transaction, qui devrait être bouclée d’ici lundi prochain.

Les partis d’opposition ont refusé d’adopter l’amendement qui vise à priver les voyageurs de la prestation fédérale de 1000 $

Publié le 25 janv. 2021
  • La Chambre des communes n’a finalement pas adopté hier l’amendement qui vise à empêcher les vacanciers de retour de l’étranger de demander une prestation fédérale pendant leur quarantaine obligatoire.
  • Les partis d’opposition veulent aller plus loin. Le Bloc québécois demande que les voyages concernés remontent au mois de septembre, et non seulement au 3 janvier. Le NPD souhaite apporter d’autres modifications au programme d’aide fédéral.