Russie

L’ONU dénonce les reculs des droits de la personne enregistrés l’an dernier

Publié le 21 juin 2021
L’ONU dénonce les reculs des droits de la personne enregistrés l’an dernier

À droite, la haute-commissaire aux droits de l’homme Michelle Bachelet (Source: Twitter)

  • La haute-commissaire aux droits de l’homme Michelle Bachelet a appelé hier à «une action concertée» pour affronter ce qu’elle décrit comme les «plus vastes et sévères reculs» des droits de la personne, lors d’un discours devant les membres du Conseil des droits de l’homme. 
  • Michelle Bachelet a dénoncé les graves violations commises dans la région du Tigré, en Éthiopie. La haute-commissaire espère par ailleurs accéder cette année à la région chinoise du Xinjiang. Elle a également cité l’affaire Navalny en Russie. 

À l’ouverture de la 47e session du Conseil des droits de l’homme, l’ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet a dressé la liste des reculs des droits de la personne qu’elle a observés au cours de la dernière année – les reculs les plus importants qu’elle ait jamais vus. 

Elle a dénoncé:

  • les abus commis contre les civils dans la région éthiopienne du Tigré, en Afrique de l’Est, où plus de 350 000 personnes sont en situation de famine;
  • les graves violations des droits de l’homme, rapportées par plusieurs organisations, contre la minorité musulmane ouïghoure dans la région du Xinjiang, en Chine – à laquelle les représentants de l’ONU n’ont toujours pas accès; et
  • le non-respect des droits civils et politiques en Russie: Michelle Bachelet demande à Moscou de se conformer aux normes internationales en matière de libertés d’expression, de réunion pacifique et d’association, et de cesser de qualifier arbitrairement d’extrémistes des organisations ou des individus que le pouvoir juge indésirables, notamment l’opposant russe Alexeï Navalny.


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Washington s’apprête à sanctionner à nouveau la Russie

Publié le 20 juin 2021
Washington s’apprête à sanctionner à nouveau la Russie

Le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan (Source: Wikimedia)

  • Quatre jours après la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine, le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan a déclaré hier sur CNN que les États-Unis vont imposer de nouvelles sanctions à la Russie pour l’empoisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny.
  • La porte-parole du Kremlin Maria Zakharova croit plutôt que ces nouvelles sanctions seront liées au projet de gazoduc Nord Stream 2 qui reliera bientôt la Russie à l’Allemagne. Le mois dernier, les États-Unis ont sanctionné des sociétés russes qui participent à la construction du gazoduc. 

De quoi Joe Biden et Vladimir Poutine ont-ils parlé?

Publié le 16 juin 2021
De quoi Joe Biden et Vladimir Poutine ont-ils parlé?

Joe Biden et Vladimir Poutine, lors de leur rencontre mercredi à Genève (Source: The White House)

  • Le président américain et le président russe ont évoqué le retour de leur ambassadeur respectif dans l’autre pays, des «consultations» sur la cybersécurité, et un éventuel «compromis» sur un échange de prisonniers. 
  • Vladimir Poutine a assuré qu’il n’y avait eu «aucune animosité» au cours de sa première rencontre attendue avec le nouveau président américain Joe Biden. Les deux dirigeants prônent l’apaisement, mais rien n’est encore réglé. 

À Genève, en Suisse, les deux dirigeants ne se sont fait qu’une seule promesse:

  • Ils ont convenu du retour de leurs ambassadeurs.
  • L’ambassadeur américain en Russie et l’ambassadeur russe aux États-Unis avaient été rappelés dans leur pays respectif plus tôt cette année.

Selon Poutine: Biden est un président constructif et équilibré.

  • Sur beaucoup de questions, nos évaluations divergent, dit Poutine, mais il croit que les deux parties cherchent à se comprendre.
  • Selon de nombreux experts, le président russe aurait surtout apprécié que le président américain qualifie leurs deux pays de «grandes puissances».

Le président russe a toutefois longuement critiqué les États-Unis sur:

  • l’attaque du Congrès du 6 janvier dernier;
  • le bombardement de civils en Afghanistan; et
  • les violences policières contre les afro-américains.

Selon Biden: Poutine ne cherche pas une Guerre froide avec les États-Unis.

  • Le président américain estime que les deux dirigeants essayent de trouver «leurs intérêts communs» et comment ils peuvent coopérer.
  • Lorsque c’est impossible, Biden espère au moins «établir une façon prévisible et rationnelle de gérer les désaccords».  

Le président américain a mis en garde Poutine au sujet des cyberattaques:

  • Joe Biden dit qu’il a transmis au président russe une liste d’infrastructures «intouchables», dont celles qui gèrent la distribution de l’eau et de l’énergie.
  • En cas d’attaque russe, les États-Unis pourraient répondre avec les mêmes armes.
  • Biden a aussi affirmé qu’il ne tolérerait pas de «tentatives de déstabilisation des élections», en faisant référence à l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les organisations de l’opposant russe Alexeï Navalny sont jugées «extrémistes»

Publié le 9 juin 2021
Les organisations de l’opposant russe Alexeï Navalny sont jugées «extrémistes»

L’opposant russe Alexeï Navalny (Source: Wikimedia)

  • La justice russe a tranché que les organisations fondées ou dirigées par Alexeï Navalny diffusent «des informations incitant à la haine et à l’hostilité envers les représentants du pouvoir», et commettent «des crimes et délits extrémistes».
  • Cette décision vise le Fonds de lutte contre la corruption (FBK), qui mène des enquêtes sur les dirigeants russes, et les bureaux régionaux du parti d’Alexeï Navalny. Ce jugement autorise les autorités russes à liquider les organisations du principal opposant de Vladimir Poutine, et ce trois mois avant les élections législatives.

Affaire Navalny: la Russie sanctionne des responsables canadiens

Publié le 7 juin 2021
  • Moscou interdit jusqu’à nouvel ordre l’entrée sur son territoire à neuf hauts responsables canadiens, dont les ministres de la Justice et des Affaires intergouvernementales, et le chef du renseignement des Forces canadiennes.
  • La Russie dit agir «en représailles» des sanctions adoptées par Ottawa, en mars dernier, pour faire pression sur les hauts responsables russes impliqués dans la tentative de meurtre contre l’opposant Alexeï Navalny.  

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

La justice russe suspend les activités des organisations d’Alexeï Navalny

Publié le 26 avr. 2021
La justice russe suspend les activités des organisations d’Alexeï Navalny

L’opposant russe Alexeï Navalny (Source: Wikimedia)

  • Un tribunal a ordonné hier la suspension des activités du Fonds de lutte contre la corruption et d’autres organisations liées à l’opposant au président russe Vladimir Poutine. Ces organisations pourraient prochainement être déclarées «extrémistes» et interdites.
  • Alexeï Navalny a été condamné à trois ans et demi de prison en février. Il a mis un terme vendredi dernier à la grève de la faim qu’il menait depuis 24 jours, parce que son état de santé s’était aggravé.

Poutine «espère que personne n’aura l’idée de franchir une ligne rouge» face à la Russie

Publié le 21 avr. 2021
Poutine «espère que personne n’aura l’idée de franchir une ligne rouge» face à la Russie

Le président russe Vladimir Poutine (Source: Pixabay)

  • Lors de son discours annuel devant l’Assemblée fédérale, le président russe Vladimir Poutine a promis hier une riposte «dure» aux pays qui tenteraient de s’en prendre à la Russie.
  • Le pays a récemment fait l’objet de nombreuses sanctions, à cause de ses troupes militaires postées à la frontière ukrainienne, d’accusations de cyberattaques, et d’ingérences dans les élections électorales américaines. Poutine n’a pas abordé ces sujets ni prononcé le nom de son opposant Alexeï Navalny – en grève de la faim depuis trois semaines.

Les États-Unis sanctionnent la Russie et expulsent dix diplomates

Publié le 15 avr. 2021
Les États-Unis sanctionnent la Russie et expulsent dix diplomates

Le président américain Joe Biden (Source: Flickr)

  • Washington a annoncé une série de sanctions financières et l’expulsion des États-Unis de dix diplomates russes. L’administration Biden dit punir Moscou pour son rôle dans le piratage de l’éditeur de logiciels SolarWinds l’an dernier, et ses ingérences dans l’élection présidentielle américaine de 2020.
  • Joe Biden a signé un décret qui interdit aux institutions financières américaines d’acheter de la dette émise par la Russie à compter du 14 juin prochain. Le Trésor américain sanctionne six sociétés technologiques pour la cyberattaque, et une trentaine d’entités et de personnes accusées d’avoir tenté d’influencer les élections. 

Les États-Unis demandent à la Russie de «faire baisser les tensions» en Ukraine

Publié le 13 avr. 2021
  • Lors d’une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, le président américain Joe Biden a affirmé hier «le soutien inébranlable des États-Unis à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine» et appelé à «une normalisation de la situation» entre la Russie et son voisin ukrainien.
  • Selon l’Ukraine, plus de 80 000 soldats russes sont massés à sa frontière. Après une réunion d’urgence de l’OTAN hier à Berlin, Washington a annoncé l’envoi de 500 militaires supplémentaires en Europe dès cet automne. Par ailleurs, Biden a proposé à Poutine de le rencontrer dans un pays tiers «dans les prochains mois».

L’Ukraine presse l’OTAN de l’accepter comme membre pour envoyer «un signal» à Moscou

Publié le 6 avr. 2021
L’Ukraine presse l’OTAN de l’accepter comme membre pour envoyer «un signal» à Moscou

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Source: Wikimedia)

  •  Le président ukrainien Volodymyr Zelensky affirme que l’adhésion de son pays à l’OTAN est «la seule voie vers la fin de la guerre dans le Donbass», territoire en proie à un conflit avec des séparatistes prorusses, à l’est de l’Ukraine. Justin Trudeau s’est entretenu avec Zelensky hier. Le premier ministre a condamné «l’escalade de la violence et les violations constantes des accords de cessez-le-feu de la part de la Russie».
  • La Russie réplique que l’adhésion de son voisin ukrainien à l’Alliance atlantique, adversaire de la Russie, ne ferait qu’«empirer la situation». 

Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu’en 2036

Publié le 5 avr. 2021
Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu’en 2036

Le président russe Vladimir Poutine (Source: Pixabay)

  • Le président russe a signé hier une loi qui l’autorise à se représenter pour deux nouveaux mandats présidentiels. Poutine aurait normalement dû se retirer en 2024, à la fin de son mandat actuel.
  • Aux commandes de la Russie depuis 2000, le président russe avait pris en 2008 le poste de premier ministre, avant d’être réélu président en 2012 et en 2018. La Constitution a été révisée l’été dernier pour garantir aux présidents russes une immunité judiciaire à vie.

Kiev accuse Moscou de «faire pression» sur l’Ukraine en plaçant ses troupes à la frontière

Publié le 1er avr. 2021
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce une démonstration de force de la Russie. Kiev accuse Moscou de préparer l’entrée de ses forces armées dans des territoires séparatistes prorusses, à l’est de l’Ukraine. 
  • Le Kremlin a répondu que la Russie «déplace ses troupes sur son territoire comme elle l’entend» et que ces mouvements militaires «ne menacent personne». Le porte-parole de la diplomatie américaine a mis en garde Moscou contre «tout acte agressif qui aurait pour but d’intimider ou menacer» l’Ukraine.