Climat

Comment le Québec et le reste du monde font face aux gigantesques défis de l’urgence climatique – nouvelles, études, données, projets, programmes, prévisions, investissements, initiatives et innovations (voir aussi Électrification, Environnement, et Technologies propres)

Elon Musk est prêt à donner 100 millions $US à quiconque créera une technologie véritablement capable de capturer du carbone ou de le retirer de l’atmosphère

Publié le 24 janv. 2021
Elon Musk est prêt à donner 100 millions $US à quiconque créera une technologie véritablement capable de capturer du carbone ou de le retirer de l’atmosphère

Elon Musk (Source: Wikimedia)

  • Les technologies permettant d’absorber le gaz carbonique dans l’air, puis de l’enfouir ou de le transformer en autre chose, sont vues comme un élément indispensable à long terme pour lutter contre les changements climatiques.
  • Or, aucune technologie à ce jour ne le fait encore efficacement. Cela a motivé le fondateur de Tesla à lancer ce défi sur Twitter – un premier geste de sa part pour redistribuer une partie de sa fortune évaluée à plus de 180 milliards $US.

Le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris aura un impact au Canada sur la lutte climatique et sur les technologies propres

Publié le 21 janv. 2021
  • La première chose qu’a faite le président Joe Biden en arrivant à la Maison-Blanche est de signer l’Accord de Paris, qui vise à limiter à 2 degrés la hausse moyenne de la température de la planète par rapport à son niveau de l’époque préindustrielle.
  • Les États-Unis rejoignent ainsi le traité international qu’ils avaient quitté en novembre dernier. Cela devrait faciliter la lutte climatique des autres pays signataires, dont le Canada, et offrir des occasions de croissance à plusieurs entreprises d’ici.

Le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris aura au moins trois effets positifs:

  • Les États-Unis sont le deuxième plus important marché énergétique au monde après la Chine. Le décarboniser représente un énorme potentiel pour les entreprises spécialisées dans les technologies propres.
  • Cela stimulera la recherche sur le climat et l’investissement dans la mise en marché de technologies luttant contre le réchauffement climatique.
  • Les autres pays signataires, dont le Canada, verront leur fardeau de réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre réduit.

Le Canada et le Québec en sortent gagnants. 

L’électrification de l’industrie nord-américaine du transport devra s’accélérer, prédisent déjà les experts.

  • Il va y avoir plus de demande pour les véhicules électriques, y compris les véhicules commerciaux (camions, autobus) – un secteur que le Canada veut développer.
  • Cela entraînera sans doute la construction d’usines pour fabriquer des batteries électriques, un créneau de croissance pour le secteur minier québécois.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Quels sont les premiers décrets du président Biden?

Publié le 20 janv. 2021
Quels sont les premiers décrets du président Biden?

Joe Biden (Source: Flickr)

  • Le nouveau président américain n’a pas perdu de temps. Dès son entrée en fonction, Joe Biden a signé ses premiers décrets présidentiels pour annuler plusieurs décisions politiques controversées de l’administration Trump. 
  • Ces décrets devraient avoir un impact direct sur la lutte contre la pandémie et le changement climatique, l’immigration et l’injustice raciale.  

PANDÉMIE
Le gouvernement fédéral se place désormais au centre des efforts pour produire, fournir et distribuer des équipements de protection individuelle, des vaccins et des tests.
Le port du masque devient obligatoire dans les édifices fédéraux.
OMS: le président met fin au processus de retrait des États-Unis de l’Organisation mondiale de la Santé. 

CLIMAT
Accord de Paris: les États-Unis seront de retour dans un mois au sein de l’accord international sur le climat.
L’oléoduc Keystone XL n’a plus de permis d’expansion aux États-Unis.
La réserve faunique de l’Arctique est temporairement fermée aux forages.  

IMMIGRATION
Les musulmans de certains pays, qui ne pouvaient plus venir aux États-Unis, sont à nouveau les bienvenus. 
La construction du mur à la frontière mexicaine est suspendue.
Une procédure de naturalisation sera offerte à 700 000 jeunes arrivés clandestinement aux États-Unis lorsqu’ils étaient enfants.
Les non-citoyens américains seront à nouveau inclus dans le recensement officiel. 
Le décret sur la sécurité intérieure qui imposait une application sévère des lois sur l’immigration a été abrogé.  

INJUSTICES RACIALES
Les formations à la diversité sont réinstaurées. Les agences fédérales devront évaluer les inégalités raciales dans leurs programmes et leurs politiques.
Au travail, de nouvelles mesures sont prises pour prévenir la discrimination fondée sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle.
Les règles d’éthique sont renforcées pour les nominations politiques au sein de l’administration.

SOCIAL
Le moratoire sur les expulsions locatives et les saisies immobilières se prolongera au moins jusqu’à fin mars.
Les prêts étudiants seront prolongés au moins jusqu’à fin septembre. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Trudeau attend de Joe Biden un réengagement des États-Unis sur la scène internationale

Publié le 14 janv. 2021
  • Selon le premier ministre, le Canada et d’autres alliés attendent avec impatience un réengagement des États-Unis pour le libre-échange et la protection de la démocratie à travers le monde. D’après Justin Trudeau, il est temps, également, de réagir face à la montée en puissance de la Chine.
  • Dans une vidéo diffusée hier par l’agence Reuters, Trudeau dit qu’il a l’intention de rencontrer son homologue américain rapidement après son investiture, notamment pour parler de lutte contre les changements climatiques. 

Il y a quand même eu des bonnes nouvelles en 2020

Publié le 30 déc 2020
  • L’année n’a pas été simple à bien des égards, mais de grands progrès ont pourtant été observés à l’échelle mondiale.
  • Réductions des émissions et reforestations, avancées scientifiques dans le domaine de la santé, voici quelques bonnes raisons de se réjouir en cette fin d’année.

SANTÉ 

La polio a officiellement été éradiquée du continent africain.

L’une des pires épidémies d’Ebola a été maîtrisée en République démocratique du Congo. 

Un patient a été guéri du VIH grâce à une greffe de cellules souches.

Les premiers vaccins contre la Covid-19 ont été élaborés à une vitesse record.

ENVIRONNEMENT

Le Québec a atteint sa cible fixée par l’ONU. Désormais, 17% de son territoire sont des aires protégées. 

Les forêts britanniques ont continué à s’étendre. Elles recouvrent aujourd’hui autant de superficie qu’au Moyen Âge.

Le Pérou s’est engagé à reboiser le Machu Picchu: un million d’arbres doivent être plantés sur le site au cours des cinq prochaines années.

Une meilleure qualité de l’air a été observée grâce aux confinements du printemps dernier. Ils ont causé une baisse temporaire des émissions de CO2.

Et on a appris en 2020 que les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) du secteur de l’énergie avaient diminué de 2% en 2019, la plus forte baisse depuis 1990. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Selon des chercheurs de McGill, le «seuil critique» des changements climatiques arrivera plus tôt que prévu

Publié le 22 déc 2020
  • Le «point de non-retour» – où la température de la Terre aura augmenté de 1,5 degré Celsius au-dessus de la température moyenne de l’époque pré-industrielle  – pourrait survenir aussi tôt qu’en 2027, selon une étude publiée par le professeur  de l’Université McGill Bruno Tremblay dans la revue scientifique Climate Dynamics.
  • C’est beaucoup plus tôt que ce que prédit le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC): il prévoit que l’on constatera cette hausse de température risque vers 2052.

Réduction des émissions de GES: où en est le Québec?

Publié le 21 déc 2020
Réduction des émissions de GES: où en est le Québec?

(Source: Flickr)

  • Le gouvernement du Québec a publié hier son plus récent bilan annuel des émissions de gaz à effet de serre (GES), avec des chiffres pour l’année 2018.
  • Les émissions ont baissé de seulement 0,1% de 2017 à 2018, et d’à peine 6% entre 1990 et 2018.

En 2018, les émissions de GES du Québec s’élevaient à 80,6 millions de tonnes. 

En 2017, elles étaient de 80,7 millions de tonnes. La baisse sur un an est donc très faible.

Encore faut-il espérer que les chiffres de 2018 ne soient pas revus à la hausse dans l’avenir. 

  • En effet, le bilan publié hier (PDF) rectifie à la hausse les chiffres précédents de 2017. 
  • Alors qu’on croyait que 2017 avait vu une baisse des émissions, on réalise maintenant que 2017 avait plutôt vu une hausse, de 2,6% – soit l’une des plus fortes hausses annuelles observées au Québec.

Le Québec est loin d’atteindre ses objectifs. 

Le gouvernement Legault a déjà reconnu qu’il ne pourra pas atteindre la cible de réduction des GES qui était fixée pour 2020, soit une réduction de 20% par rapport à 1990.

Avec son Plan pour une économie verte, le nouvel objectif de Québec est de réduire ses émissions de 37,5% d’ici 2030, par rapport à 1990.

  • Cela porterait les émissions du Québec à 54 millions de tonnes en 2030.
  • Or l’Accord de Paris, qui vise à limiter le réchauffement climatique mondial à 1,5 °C, exigerait que le Québec réduise ses émissions annuelles à 40 millions de tonnes en 2030.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le coût des batteries baisse assez vite pour que les véhicules électriques coûtent la même chose que leurs équivalents à essence en 2023

Publié le 20 déc 2020
Le coût des batteries baisse assez vite pour que les véhicules électriques coûtent la même chose que leurs équivalents à essence en 2023

(Source: Chevrolet)

  • Le coût des matériaux nécessaires pour fabriquer les batteries des véhicules électriques a baissé de 80% depuis 2013, pour atteindre 137 $US du kilowattheure (kWh) en 2020.
  • À ce rythme, les batteries devraient coûter environ 100 $US/kWh en 2023, un niveau à partir duquel les experts prédisent qu’un véhicule électrique ne coûtera pas plus cher à produire qu’un véhicule similaire à essence.

Deux facteurs expliquent la baisse soutenue des coûts de fabrication des batteries pour véhicules électriques, selon une étude de Bloomberg New Energy Finance (NEF):

  • l’augmentation du nombre de batteries produites permet des économies d’échelle;
  • les fabricants de batteries ont progressivement réduit leurs coûts en diversifiant les matériaux qu’ils utilisent, en ajoutant du nickel, du cobalt, du fer ou du phosphate au lithium.

La combinaison lithium fer phosphate – comme celle utilisée par Hydro-Québec dans les batteries de sa nouvelle filiale Evlo – pourrait même abaisser le coût des batteries de prochaine génération à 80 $US/kWh.

Au rythme actuel, comme la batterie représente une part importante du coût d’un véhicule électrique, Bloomberg NEF prédit que le coût global de production des véhicules électriques descendra sous celui des véhicules à essence équivalents.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Laval s’allie au MIT pour rendre une partie de son centre-ville innovant et carboneutre

Publié le 15 déc 2020
Laval s’allie au MIT pour rendre une partie de son centre-ville innovant et carboneutre
  • La ville de Laval et le Massachussetts Institute of Technology (MIT) ont formé un partenariat de trois ans afin d’implanter dans le centre-ville de Laval une cité de l’innovation qui serait également carboneutre.
  • L’administration municipale souhaite y construire 3000 logements pour attirer des entreprises technologiques d’envergure et leurs employés.

Appelé Carré Laval, ce quartier se structurerait autour d’un parc quatre saisons situé dans une ancienne carrière qui se trouve en plein cœur de la ville, derrière le palais de justice municipal.

  • Le parc combinerait des aires d’activité physique et de rencontres qui favoriseraient l’interaction, autant pour des activités de loisir que des activités liées au travail.
  • Le quartier serait conçu de manière telle que les résidents du quartier puissent tout faire à pied, à vélo ou en transport collectif.

Laval présente sur son site web un guide détaillant les six concepts qui l’aideront à élaborer ce nouveau projet.

  • Le parc serait équipé de surfaces interactives et d’hologrammes incitant à bouger.
  • Les résidents pourraient créer leurs propres sculptures grâce à une station de gravure au laser.
  • Le mobilier du parc serait connecté à Internet, ce qui permettrait d’analyser son utilisation en temps réel.
  • Les tables de pique-nique pourraient être converties en tableau blanc pour des séances de remue-méninges.
  • La réalité augmentée aiderait à faire visiter le parc.
  • Des espaces alimentaires seraient aménagés pour accueillir des producteurs locaux.

Le Senseable City Lab (SCL), un centre du MIT axé sur la technologie et l’urbanisme, croit que ces concepts rendront le parc plus attrayant pour tout le monde, et qu’ils permettront aux Lavallois de «découvrir des façons inédites de travailler ou de pratiquer des loisirs».

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Plan climatique du Canada: quelles entreprises cotées en bourse en sortiront gagnantes ou perdantes?

Publié le 14 déc 2020
Plan climatique du Canada: quelles entreprises cotées en bourse en sortiront gagnantes ou perdantes?
  • La volonté du gouvernement fédéral de hausser le prix de sa taxe carbone de 30$ à 170$ la tonne d’ici 2030 punira principalement les sociétés pétrolières qui font de la raffinerie au Canada, puisque c’est l’activité la plus polluante au pays.
  • Selon l’analyste Jason Bouvier de la Banque Scotia, le secteur des énergies renouvelables et des infrastructures vertes sera pour sa part bien placé pour profiter de cette transition énergétique.

Outre la taxe carbone, le plan climatique d’Ottawa promet un accès à de l’énergie propre pour toutes les régions du pays, et un meilleur soutien à l’électrification du transport.

Deux sociétés québécoises sont identifiées par la Scotia comme étant parmi les plus susceptibles de profiter de la manne qui découlera de ces promesses:

  • Boralex (TSX: BLX) construit et gère des centrales solaires et éoliennes dans l’est du Canada, aux États-Unis et en France – l’entreprise a les capitaux nécessaires pour faire croître ses activités dans le reste du Canada.
  • Innergex (TSX: INE) construit et opère des centrales hydroélectriques, solaires et éoliennes – surtout au Québec, mais elle a commencé à prendre de l’expansion en Ontario et en Colombie-Britannique.

L’impact négatif sur les pétrolières et les grands pollueurs sera inégal, précise Jason Bouvier.

  • Suncor (TSX: SU) et L’Impériale (Esso: TSX: IMO) seront les plus affectées, car elles sont présentes dans les sables bitumineux et raffinent au Canada, explique l’analyste.
  • À l’inverse, les sociétés pétrolières qui exportent seront moins affectées puisque leurs émissions sont concentrées à l’extérieur du pays.
  • Les distributeurs – comme les exploitants d’oléoducs et les sociétés ferroviaires – seront peu affectés eux aussi puisqu’ils jouissent d’une position de quasi-monopole et qu’ils pourront refiler à leurs clients le coût supplémentaire dû à la taxe carbone.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le Canada présente un plan climatique de 15 milliards $ qui s’appuie sur une hausse graduelle de sa taxe carbone

Publié le 11 déc 2020
  • Le gouvernement Trudeau a déposé aujourd’hui une mise à jour de son plan climatique qui fera monter la taxe carbone de 15 $ par an à partir de 2023, pour atteindre 170 $ la tonne en 2030.
  • Ottawa promet – une fois de plus – de planter 2 milliards d’arbres; d’investir dans les sources d’énergie renouvelables pour réduire les émissions de GES du pays de 30% sous le niveau de 2005 d’ici 2030; et d’atteindre la carboneutralité en 2050.

Carbone: Ottawa ne taxera pas le Québec tant que les objectifs nationaux sont atteints

Publié le 10 déc 2020
  • Le gouvernement fédéral n’appliquera pas une taxe sur le carbone au Québec tant que le prix sur la pollution que la province impose par sa participation à la bourse du carbone restera au moins égal aux objectifs nationaux.
  • Le secrétaire parlementaire du ministre de l’Environnement Jonathan Wilkinson a confirmé que le système du Québec est conforme aux attentes nationales et a présenté la province comme un exemple à suivre dans la lutte contre les changements climatiques.