Ottawa promet 5 milliards $ à Terre-Neuve pour terminer une centrale hydroélectrique

Publié avant-hier
  • Le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial de Terre-Neuve-et-Labrador ont conclu un accord concernant le projet de centrale hydroélectrique Muskrat Falls: Ottawa offrira 5,2 milliards $ pour compenser les retards et dépassements de coûts de ce projet. 
  • Ces coûts ont plus que doublé depuis l’annonce du projet en 2012. Sans compensation du fédéral, les tarifs de l’électricité dans la province risquaient d’augmenter de 75% pour couvrir les coûts de Muskrat Falls.  

Le gouvernement ferme la porte à GNL Québec

Publié le 22 juil 2021
Le gouvernement ferme la porte à GNL Québec

(Source: Énergie Saguenay)

  • Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charrette, a rendu hier sa décision: le projet d’implantation d’une usine de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay par GNL Québec ne pourra pas aller de l’avant. 
  • Ce projet de 14 milliards $ n’a pas satisfait les 3 critères fixés par Québec: gagner l’acceptabilité sociale, favoriser la transition énergétique, et contribuer à la réduction des gaz à effet de serre.

Le ministre Charette estime que les risques entourant le projet dépassent les avantages.

Il dit avoir fondé sa décision sur les conclusions du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) publiées en mars dernier.

Le BAPE avait émis plusieurs réserves

  • La population n’accepte pas le projet.
  • Les retombées économiques seraient importantes pour le Québec, mais seulement pendant les quatre années de construction.
  • Des projets concurrents sont déjà en construction. 
  • Le projet ne contribuerait pas à réduire les émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale. 
  • Son impact sur l’industrie touristique du Saguenay–Lac-Saint-Jean aurait été préoccupant.   

GNL Québec aurait acheminé au Saguenay du gaz naturel extrait en Alberta et en Colombie-Britannique par fracturation hydraulique, une technique polluante qui a été critiquée par plusieurs opposants au projet. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Pour que le Canada soit carboneutre en 2050, 70% des voitures vendues en 2030 devront être à zéro émission

Publié le 20 juil 2021
Pour que le Canada soit carboneutre en 2050, 70% des voitures vendues en 2030 devront être à zéro émission

(Source: Pixabay)

  • Le Canada s’est fixé l’objectif d’être carboneutre en 2050. 
  • Pour que cet objectif se réalise, l’Institut CD Howe calcule qu’au moins 70% des voitures qui seront vendues à partir de 2030 devraient être des véhicules à zéro émission, par exemple des véhicules électriques. 

Autre condition que mentionne le rapport publié par l’institut torontois: en 2030, les véhicules électriques devraient déjà représenter 30% du parc automobile canadien. 

Or, en 2020, les véhicules à zéro émission n’ont représenté que 3,5% des ventes totales de véhicules au pays, selon le rapport.

L’objectif du gouvernement Trudeau:

  • réduire les gaz à effet de serre provenant des transports de 35 mégatonnes (MT), pour les faire passer de 186 MT en 2018 à 151 MT d’ici 2030. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Hydro-Québec: appel d’offres pour 780 MW d’énergie renouvelable cette année

Publié le 14 juil 2021
Hydro-Québec: appel d’offres pour 780 MW d’énergie renouvelable cette année

(Source: Pixabay)

  • Le gouvernement souhaite qu’Hydro-Québec publie, d’ici la fin de l’année, un appel d’offres pour la production de 780 mégawatts d’énergie renouvelable, dont 300 mégawatts d’énergie éolienne. 
  • Le Conseil des ministres a adopté hier un décret pour mener la société d’État vers de nouvelles sources d’approvisionnement en énergie renouvelable – qui devraient être en fonction en 2026. 

Le contrat que les fournisseurs concluront avec Hydro-Québec sera d’une durée de 30 ans.

Selon Québec, ces nouvelles sources d’approvisionnement à long terme sont nécessaires pour: 

  • développer de nouveaux marchés, comme des serres agricoles et des véhicules électriques; 
  • réduire les émissions de gaz à effet de serre de la province de 37,5% d’ici 2030, et atteindre la carboneutralité d’ici 2050 – les 2 objectifs fixés par Québec.    

D’ici 2029, le Québec aura besoin d’au moins 1400 mégawatts et 1,5 térawattheure d’énergie supplémentaire.

Le gouvernement veut que l’éolien comble une part importante de ces besoins.

  • Actuellement, les parcs éoliens du Québec, sous contrat avec Hydro-Québec, représentent une puissance de 4000 mégawatts.
  • Selon Hydro-Québec, 1000 mégawatts représentent la consommation d’énergie de 160 000 foyers.

Pour obtenir ces contrats d’Hydro-Québec, chaque projet de fourniture d’énergie renouvelable devra:

  • appartenir au moins à 50% à des intérêts locaux;
  • faire au moins 60% de ses dépenses au Québec; et
  • faire au moins 35% de ses dépenses dans la municipalité régionale de comté (MRC) où se situe le projet, dans la MRC de La Matanie, près de Matane, ou dans la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Québec et Ottawa investissent dans l’éolien en Gaspésie

Publié le 14 juil 2021
Québec et Ottawa investissent dans l’éolien en Gaspésie

(Source: Pixabay)

  • Les 2 gouvernements vont prêter ensemble 54 millions $ à Pales d’éolienne LM pour agrandir son usine qui produit des pales d’éolienne à Gaspé.
  • Selon le ministère de l’Économie et de l’Innovation québécois, le projet doit créer 200 emplois, et consolider les 380 emplois de l’usine gaspésienne.

Pales d’éolienne LM est la seule usine qui fabrique des pales d’éolienne au Canada.

  • L’entreprise canadienne est une filiale de l’entreprise danoise LM Wind Power, qui appartient au géant américain General Electric.

Des investissements, estimés au total à 160 millions $, devraient permettre de produire à Gaspé des pales de 107 m de long – les plus grandes pales du monde – pour l’Europe et les États-Unis.

  • Québec prêtera 29 millions $ – dont 15 millions $ seront pardonnables.
  • Ottawa prêtera 25 millions $. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Une coalition autochtone met en demeure Hydro-Québec de suspendre la construction de la ligne Appalaches-Maine

Publié le 6 juil 2021
Une coalition autochtone met en demeure Hydro-Québec de suspendre la construction de la ligne Appalaches-Maine

(Source: Hydro-Québec)

  • Des communautés autochtones d’Abitibi, de Haute-Mauricie et de la Côte-Nord ont déposé une mise en demeure contre Hydro-Québec et le gouvernement québécois. La coalition menace d’intenter une poursuite si ses revendications sont ignorées.
  • Les 5 Premières Nations affirment ne pas avoir été consultées, alors que 36% de l’électricité que la ligne doit exporter vers les États-Unis provient de leurs territoires. Ces communautés dénoncent surtout l’impact, qu’elles jugent dévastateur, des installations déjà aménagées sur la faune, la flore, et leurs modes de vie traditionnels. 

Lac-Mégantic teste un nouveau concept d’électricité solaire produite localement

Publié le 6 juil 2021
Lac-Mégantic teste un nouveau concept d’électricité solaire produite localement

Panneaux solaires installés sur le centre sportif de Lac-Mégantic (Source: Hydro-Québec)

  • La ville de Lac-Mégantic en Estrie inaugurait aujourd’hui en partenariat avec Hydro-Québec son propre microréseau électrique, qui comprend une série d’installations pour produire et emmagasiner de l’électricité solaire.
  • 8 ans jour pour jour après l’explosion d’un train transportant du pétrole, qui avait ravagé son centre-ville et fait 47 victimes, c’est l’occasion pour la ville de faire une plus grande place aux énergies propres, et pour Hydro-Québec de tester ce modèle avant de l’appliquer à des régions dépendantes aux énergies fossiles. 

Qu’est-ce qu’un microréseau électrique? 

  • C’est un réseau local de production d’électricité, produite à partir d’énergie solaire dans le cas de Lac-Mégantic. Il est raccordé au réseau principal d’Hydro-Québec. 
  • Ce microréseau est doté de dispositifs de stockage de l’énergie, et d’outils pour gérer la consommation en énergie des bâtiments. 

Pourquoi un microréseau?

  • En cas de panne du réseau principal d’Hydro-Québec, le microréseau peut prendre la relève et alimenter les clients qui y sont branchés. 
  • Inversement, puisque le microréseau est relié au réseau principal d’Hydro-Québec, l’électricité solaire inutilisée à Lac-Mégantic peut être acheminée au réseau central. 

Si l’expérience est concluante, Hydro-Québec voudrait appliquer ce modèle à ses 22 réseaux éloignés où l’électricité est produite à partir de combustibles fossiles, comme dans certains villages du Grand Nord ou aux Îles-de-la-Madeleine.  

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Ottawa veut décarboniser l’acier: Algoma Steel recevra 420 millions $ pour ne plus utiliser de charbon

Publié le 5 juil 2021
Ottawa veut décarboniser l’acier: Algoma Steel recevra 420 millions $ pour ne plus utiliser de charbon

Justin Trudeau dans l’aciérie Algoma Steel (Source: Twitter)

  • Justin Trudeau était hier à Sault-Ste-Marie, en Ontario, pour annoncer un investissement de 420 millions $ qui doit permettre à l’aciérie Algoma Steel d’acheter un four à arc électrique pour produire son acier sans utiliser de charbon. 
  • Le premier ministre s’est défendu d’être en campagne électorale. Trudeau a néanmoins affirmé que, contrairement aux conservateurs, les libéraux ont compris depuis longtemps que lutter contre les changements climatiques permettrait de relancer l’économie. 

Cet investissement qui doit verdir le secteur de l’acier a été débloqué par l’adoption, juste avant les congés parlementaires, de certaines mesures du budget fédéral déposé en avril dernier.

Avec ces 420 millions $, l’entreprise ontarienne Algoma Steel devrait:

  • réduire progressivement sa production d’acier à partir de charbon; et
  • s’équiper d’un four à arc électrique qui lui permettra de réduire d’ici 2030 ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 3 millions de tonnes par an – soit les émissions de 900 000 voitures. 

L’investissement fédéral devrait permettre:

  • de créer 500 emplois pendant la phase de construction; et
  • de former 75 employés d’Algoma à des emplois hautement spécialisés dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM).

L’industrie sidérurgique émet 7% des émissions mondiales de GES qui proviennent du secteur énergétique.

  • Cela représente autant que les émissions mondiales de l’aviation, du transport maritime et des produits chimiques réunis.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Coalition transatlantique contre le projet de GNL Québec

Publié le 5 juil 2021
  • Une quarantaine d’organisations allemandes et canadiennes s’opposent au partenariat de la compagnie GNL Québec avec le distributeur gazier allemand Hanseatic Energy Hub. Grâce à un contrat qu’elle a passé il y a un mois, GNL Québec pourrait en effet vendre une partie de sa production future à l’Allemagne.
  • Les groupes environnementaux demandent au gouvernement Legault de rejeter définitivement le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel au Saguenay. Québec doit se prononcer sur son sort d’ici la fin de l’été.

Pétrole: le sommet de l’OPEP+ a été annulé

Publié le 5 juil 2021
Pétrole: le sommet de l’OPEP+ a été annulé

(Source: Unsplash)

  • Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés de l’accord OPEP+ ont annulé hier leur rencontre sans fixer de nouveau rendez-vous.
  • L’OPEP prévoit d’augmenter chaque mois la production de pétrole – de 400 000 barils par jour – pour atteindre 2 millions de barils quotidiens d’ici la fin de l’année. Mais à 76 $ le baril, la hausse n’est pas suffisante pour les Émirats arabes unis – en désaccord avec les autres membres.

Abandon de Keystone XL: TC Énergie réclame 15 milliards $US aux États-Unis

Publié le 4 juil 2021
  • L’entreprise de Calgary TC Énergie demande plus de 15 milliards $US à Washington en compensation de l’annulation en janvier dernier du permis de son pipeline Keystone XL par le président américain Joe Biden.
  • La société a déposé une plainte en vertu de l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena). TC Énergie dénonce «un manquement du gouvernement américain à ses obligations de libre-échange».

Hydro-Québec inaugure deux premières centrales solaires pour tester ce type d’énergie

Publié le 21 juin 2021
Hydro-Québec inaugure deux premières centrales solaires pour tester ce type d’énergie

Panneaux photovoltaïques à la centrale solaire de La Prairie (Source: Hydro-Québec)

  • Ces deux premières centrales solaires sont situées en Montérégie: l’une à La Prairie, l’autre à l’Institut de recherche d’Hydro-Québec de Varennes.
  • Ensemble, elles doivent permettre de produire l’énergie nécessaire à la consommation électrique de 1 000 clients résidentiels.

Hydro-Québec veut se servir de ces deux installations pour déterminer si l’énergie solaire est bien adaptée au climat du Québec.

La province jouit d’un ensoleillement moins favorable à ce type d’énergie que certaines régions du monde où l’énergie solaire occupe une plus grande part de l’électricité qui y est produite, par exemple en Californie (14%) et en Arizona (plus de 7%). 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus