Canada

Stockage du carbone: 400 scientifiques s’opposent au crédit d’impôt fédéral

Mis à jour il y a 10 h
Stockage du carbone: 400 scientifiques s’opposent au crédit d’impôt fédéral

(Source: Patrick Hendry / Unsplash)

  • Dans une lettre ouverte, 400 scientifiques canadiens ont demandé jeudi au gouvernement Trudeau d’abandonner le crédit d’impôt qu’il prévoit de mettre en place cette année pour les entreprises qui capturent et stockent du carbone.
  • Selon les scientifiques, un tel crédit d’impôt serait une subvention aux énergies fossiles. La mesure aiderait les pétrolières à stocker du carbone dans le sol et les inciterait à augmenter leur production. Or, disent-ils, les projets de capture et de stockage ne sont «ni économiquement viables, ni éprouvés à grande échelle».

Trudeau s’inquiète de voir la Chine politiser les Jeux olympiques

Publié avant-hier
Trudeau s’inquiète de voir la Chine politiser les Jeux olympiques

(Source: Comité d’organisation des Jeux de Pékin / Xinhua / He Changshan)

  • Plusieurs médias rapportent que la Chine utilise des tests de dépistage qui détectent des infections à la Covid-19 remontant à plusieurs semaines. Par conséquent, un athlète pourrait s’avérer positif à son arrivée en Chine même s’il s’est déjà remis d’une infection.  
  • À 15 jours des JO de Pékin, Justin Trudeau a indiqué mercredi qu’il va «suivre» les préoccupations soulevées par les tests employés par Pékin. Le premier ministre espère que le gouvernement chinois permettra aux athlètes d’être à leur meilleur lors des épreuves.    

Tous les athlètes et les journalistes qui se rendent aux Jeux d’hiver de Pékin doivent avoir obtenu jusqu’à 5 résultats négatifs avant leur départ.  

Mais, selon de nombreux médias, le gouvernement chinois ne tient pas compte des tests réalisés à l’étranger.

Sur le même sujet: Jeux olympiques d’hiver à Pékin: quels risques prend la Chine?

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Réchauffement climatique: la forêt boréale captera-t-elle autant de CO2?

Publié le 16 janv. 2022
Réchauffement climatique: la forêt boréale captera-t-elle autant de CO2?

(Source: Pixabay)

  • Dans certaines régions nordiques du Canada et de la Russie, la forêt boréale profitera d’un climat plus chaud et gagnera du terrain vers le nord. 
  • Mais, du point de vue de la quantité de CO2 capté, ces gains ne compenseront peut-être par les territoires que la forêt perdra dans le sud, la disparition des tourbières actuelles qui emmagasinent du carbone, et l’effet des incendies de forêt qui dégèlent le pergélisol. 

Les forêts boréales canadiennes et russes s’étendront vers le nord à cause du réchauffement climatique. 

Mais elles perdront du terrain au sud. 

  • Selon une étude de l’Université du Minnesota, d’ici la fin du siècle, il n’y aura plus de forêt boréale dans l’État du Minnesota ni sur une portion du territoire canadien d’environ 300 km, de la frontière vers le nord.

Les tourbières qu’abritent actuellement les forêts boréales emmagasinent en moyenne 2 fois plus de carbone que les forêts proprement dites. 

  • C’est la raison pour laquelle un groupe de chercheurs s’était intéressé en 2020 au recul des tourbières dans un futur climat nord-américain plus chaud.
  • L’une de leurs conclusions est qu’il faut s’attendre à des pertes du carbone emmagasiné à cause des tourbières qui disparaitront.

Puisque la forêt boréale progresse vers le nord, cela ne signifie-t-il pas, à long terme, de nouvelles tourbières, qui compenseraient pour les pertes subies plus au sud?

Le problème est que le réchauffement n’est pas linéaire: il se produit actuellement 2 à 3 fois plus vite dans l’Arctique que dans le reste du monde, avec un potentiel destructeur que les chercheurs ne peuvent pas estimer. 

Les incendies des dernières années sont la marque la plus visible de ce potentiel destructeur.

Les feux brûlent la couche organique du sol. 

  • Cela expose les minéraux en dessous, et favorise la croissance des arbres.

Mais les feux réduisent aussi l’isolation dont jouissait le pergélisol – le sol gelé en permanence. 

  • En dégelant, ce sol évacue davantage de carbone et de méthane dans l’air.
Agence Science-Presse
En savoir plus En savoir plus

Entrevue

Le Canada veut resserrer ses liens commerciaux avec Taïwan

Publié le 11 janv. 2022
Le Canada veut resserrer ses liens commerciaux avec Taïwan

L’ancien ambassadeur du Canada en Chine Guy Saint-Jacques

  • Le gouvernement fédéral a dévoilé lundi sa nouvelle «stratégie indopacifique». Ottawa veut développer ses relations commerciales en Asie au-delà de la Chine. Taïwan «est une partie importante» de cette stratégie. L’île est le sixième partenaire commercial du Canada en Asie.
  • Un rapprochement avec Taïwan comporte «certains risques», croit l’ancien ambassadeur du Canada en Chine Guy Saint-Jacques. «La Chine sera fâchée, dit-il à InfoBref, mais c’est une excellente nouvelle». Taïwan est «un partenaire commercial fiable». C’est aussi «un grand producteur de microprocesseurs. Et nous en avons besoin».

La ministre du Commerce international Mary Ng a annoncé lundi qu’Ottawa discute avec Taïwan d’un accord sur la protection des investissements étrangers (APIE). 

Taïwan est «un partenaire clé en matière de commerce et d’investissement, dit-elle, au moment où le Canada élargit ses liens commerciaux et intensifie ses partenariats économiques dans la région indopacifique».

Les deux gouvernements disent vouloir continuer à travailler ensemble pour:  

  • consolider leur chaîne d’approvisionnement;
  • développer des débouchés commerciaux mutuellement avantageux; et 
  • renforcer leur collaboration en science, technologie, innovation, éducation, affaires autochtones et économie verte.

En 2020, la valeur des investissements directs du Canada à Taïwan a atteint 557 millions $, et celle des investissements taïwanais au Canada, 256 millions $.

Ottawa devrait aller plus loin, croit Guy Saint-Jacques, et soutenir la candidature de Taïwan dans l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP).

  • Le PTPGP est un accord de libre-échange entre le Canada et 10 pays de l’Asie-Pacifique: Australie, Brunéi, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam.
  • La Chine et Taïwan ont demandé à rejoindre le PTPGP en septembre. 

Le Canada devrait «voir d’un bon œil l’entrée de Taïwan dans l’Accord», dit-il.  

  • «Il pourrait dire que Taïwan est plus près de remplir les conditions d’entrées.» 
  • «Ce n’est pas le cas de la Chine: elle ne respecte pas ses engagements et utilise le commerce comme une arme pour punir les autres pays.»

Il est important «de diversifier notre commerce», souligne le diplomate, tant que la Chine ne sera pas «un partenaire plus fiable qui joue selon les règles du jeu».

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le Canada n’ouvre pas assez son marché du lait aux producteurs américains

Publié le 4 janv. 2022
Le Canada n’ouvre pas assez son marché du lait aux producteurs américains

(Source: Unsplash)

  • C’est ce qu’a décrété un groupe spécial de règlement des différends établi en vertu de l’Accord Canada – États-Unis – Mexique (ACEUM), dans la toute première décision rendue après un litige entre deux pays signataires.
  • Les États-Unis donnent désormais quelques semaines au Canada pour se conformer aux modalités de l’entente, sans quoi le gouvernement américain pourrait imposer des pénalités commerciales. 

Les États-Unis reprochent au Canada d’appliquer un système de gestion de l’offre qui empêche les producteurs laitiers américains de vendre équitablement leurs produits aux consommateurs canadiens. 

  • Selon le gouvernement américain, le système canadien des quotas, dans sa formule actuelle, va à l’encontre de l’ACEUM.
  • Ce système fait en sorte que les importations de lait et de produits laitiers au Canada sont limitées et davantage taxées que la production canadienne. 
  • De plus, une part des importations laitières doit être destinée aux transformateurs, plutôt que revendue directement aux commerçants. 

Le gouvernement américain a obtenu gain de cause: dans une décision rendue publique hier, le panel indépendant chargé d’étudier le litige a déclaré que «le système canadien actuel ne répond plus aux exigences de l’accord».

Le Canada a normalement jusqu’au 3 février pour adapter sa politique. 

Cependant, selon Ottawa, le jugement du panel n’a pas remis en cause le fondement même du système de gestion de l’offre. 

  • Ce sont ses modalités d’application qui doivent être modifiées.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

2021, une excellente année pour les bourses canadienne et américaine

Publié le 3 janv. 2022
  • Le S&P/TSX, l’indice de référence de la bourse de Toronto, a augmenté l’an dernier de 22%. C’est sa meilleure performance depuis 13 ans: l’indice avait augmenté de 31% en 2009, juste après la crise financière de 2008. 
  • Aux États-Unis, l’indice S&P 500 a fait encore mieux: il a augmenté de 27% l’an dernier. Selon la firme américaine d’analyse financière Bespoke Investment Group, le rendement total de l’indice a dépassé 100% depuis la fin 2018. Il faut remonter à l’éclatement de la bulle Internet à la fin des années 1990 pour trouver une autre période où le rendement total du S&P 500 sur 3 ans a dépassé 100%.

Les 10 plus grandes catastrophes ont coûté 170 milliards $US cette année

Publié le 27 déc 2021
Les 10 plus grandes catastrophes ont coûté 170 milliards $US cette année

L’ouragan Dennis, à Key West en Floride (Source: David Mark / Pixabay)

  • Les 10 catastrophes météorologiques les plus coûteuses de l’année ont causé au total 170 milliards $US en dommages, soit 20 milliards de plus que les 10 catastrophes les plus coûteuses de 2020, selon un rapport de l’ONG britannique Christian Aid. 
  • La tempête Ida, dans les Caraïbes et à New York début septembre, a causé des dommages estimés à 65 milliards $US; les inondations de juillet en Allemagne et en Belgique, 43 milliards $US; la tempête hivernale qui a paralysé le Texas en février, 23 milliards $US; et les inondations qui ont frappé la Colombie-Britannique en novembre, 7,5 milliards $US. 

Québec recevra d’Ottawa presque 500 millions $ de plus pour la santé

Publié le 21 déc 2021
Québec recevra d’Ottawa presque 500 millions $ de plus pour la santé

(Source: David Mark / Pixabay)

  • Ottawa va bonifier de près d’un demi-milliard $ le transfert pour la santé qui sera versé au Québec pour l’année 2022-2023. 
  • Ottawa versera aussi au Québec 13,7 milliards $ en péréquation. Le Québec recevra ainsi 62% de tous les paiements de péréquation distribués aux provinces. 

Le montant de péréquation que reçoit une province est calculé selon sa capacité à générer ses propres recettes fiscales. 

Ottawa a annoncé les montants que le Québec recevra l’an prochain pour deux «transferts» fédéraux en plus de la péréquation:

  • 10,15 milliards $ pour la santé; et 
  • 3,6 milliards $ pour les programmes sociaux: 

En santé, le Québec recevra ainsi 446 millions $ de plus que cette année.

  • Cependant, c’est moins que les 6 milliards $ de plus que réclamait le gouvernement de François Legault pendant la campagne électorale fédérale. 

Près du tiers du budget du Québec dépend des transferts fédéraux.

  • Pour l’année 2021-2022, le budget annuel du Québec est de 143,5 milliards $.
  • 29,5% de ce montant est financé par des transferts fédéraux. 

Par habitant, le Québec n’est cependant pas la province la plus gourmande.

En ajoutant la péréquation et les transferts pour la santé et les services sociaux (il y a aussi d’autres transferts), voici le montant par habitant des 5 provinces qui en reçoivent:

  • Île-du-Prince-Édouard: 4607 $
  • Nouveau-Brunswick: 4565 $ 
  • Nouvelle-Écosse: 4101 $
  • Manitoba: 3706 $
  • Québec: 3177 $
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Le variant Omicron se transmet rapidement au Canada

Publié le 13 déc 2021
Le variant Omicron se transmet rapidement au Canada

(Source: Alexandra Koch / Pixabay)

  • C’est ce qu’a confirmé l’administratrice en chef de l’Agence de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam: Omicron se propage rapidement dans la population un peu partout au pays.
  • L’Ontario a annoncé lundi qu’Omicron représente désormais 21% des cas enregistrés dans la province. La transmission est plus faible ailleurs au pays, mais ce ne serait qu’une «question de temps» avant qu’elle augmente dans les autres provinces, croit la Dre Tam.

Omicron est beaucoup plus contagieux que les autres variants. 

  • Le nombre de cas qu’il cause double tous les 3 jours, selon la santé publique de l’Ontario. 
  • Dans la province, son taux de reproduction – le nombre moyen de personnes qui seront contaminées par une personne infectée par ce variant – est actuellement de 3,3 contre 1,3 pour tous les autres variants combinés.

En Ontario, les experts croient que le variant Omicron devrait représenter: 

  • plus de 50% des infections d’ici la fin de la semaine; et 
  • plus de 95% dans 10 jours.  

Or, si Omicron devient le variant dominant au Canada, il pourrait y avoir plus de 26 000 cas de ce variant par jour au pays, selon les dernières prévisions de l’ASPC. 

L’ASPC appelle donc les provinces à être prudentes et à limiter le nombre de convives autorisés pendant les Fêtes.

Au Québec, François Legault a confirmé lundi que la nouvelle limite de 20 personnes vaccinées pour les rassemblements privés s’appliquera à compter du 23 décembre.

«Il n’y a pas de changement prévu» pour les Fêtes, dit Legault. 

  • «Ce qui se passe actuellement avec l’Omicron en Ontario, on peut penser que ça va venir ici, reconnaît-il, et on suit ça de jour en jour.»
  • Mais les hospitalisations restent stables au Québec, dit-il, et aucun resserrement des mesures sanitaires n’est prévu pour l’instant. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Michael Kovrig et Michael Spavor sont «en liberté sous caution»

Publié le 9 déc 2021
Michael Kovrig et Michael Spavor sont «en liberté sous caution»

Michael Kovrig et Michael Spavor (Source: Twitter)

  • Les 2 Canadiens sont revenus au pays après avoir été «arbitrairement» détenus près de 3 ans en Chine, mais ils ne sont pas entièrement libres, a révélé mercredi soir sur CBC la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly. 
  • Lors de leur libération le 25 septembre, une porte-parole du gouvernement chinois a indiqué que les 2 Canadiens avaient été libérés «sous caution pour des raisons médicales».

En vertu du droit criminel chinois, leurs soucis judiciaires ne sont donc «pas encore réglés», explique Mélanie Joly.

Au lendemain de l’annonce du boycottage diplomatique des Jeux olympiques de Pékin, la ministre a assuré qu’Ottawa entend «trouver une solution» avec Pékin pour mettre fin à leurs ennuis judiciaires.

Les 2 Michael ont été libérés par Pékin juste au moment où la justice canadienne a laissé Meng Wanzhou rentrer en Chine. 

  • La directrice financière du géant des télécommunications Huawei n’avait jusque-là pas le droit de quitter le Canada depuis son arrestation il y a 3 ans.

Le Canada soutient que les 2 Canadiens ont été emprisonnés «arbitrairement» comme mesure de rétorsion à l’arrestation de Meng Wanzhou.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le Canada n’enverra pas de diplomates aux JO de Pékin

Publié le 8 déc 2021
Le Canada n’enverra pas de diplomates aux JO de Pékin

(Source: Unsplash)

  • Justin Trudeau a annoncé mercredi que son gouvernement boycottera les Jeux olympiques de Pékin. Ottawa suit ainsi les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande qui ont annoncé plus tôt cette semaine qu’ils n’enverront pas de diplomates en Chine en février prochain. 
  • Ces boycottages diplomatiques visent à dénoncer le génocide contre les Ouïghours dans la province de Xinjiang. Le premier ministre a dit qu’il était «profondément troublé» par les violations des droits de la personne commises par le gouvernement chinois.

La Banque du Canada devrait avoir sa propre monnaie numérique, croit l’institut CD Howe

Publié le 25 nov. 2021
La Banque du Canada devrait avoir sa propre monnaie numérique, croit l’institut CD Howe

(Source: Unsplash)

  • La Banque du Canada devrait émettre une cryptomonnaie stable liée au dollar canadien, affirme dans un rapport le groupe de recherche CD Howe. 
  • L’institut croit qu’une monnaie numérique stable pourrait être attrayante si elle était convertible en dollar canadien et si elle était bien réglementée.  

Une cryptomonnaie stable (stablecoin en anglais) est une monnaie numérique dont la valeur est liée à celle d’un actif reconnu et relativement stable, comme le dollar canadien.  

Une monnaie numérique de la Banque du Canada devrait être émise sous forme de jeton, en s’appuyant sur une technologie décentralisée pour en gérer les transactions, selon les auteurs de l’étude.

  • Ils croient que ce mécanisme permettrait de conserver avec cette monnaie numérique les mêmes avantages qu’avec le dollar canadien. 

La Banque du Canada retirerait plusieurs bénéfices d’émettre une cryptomonnaie, selon l’étude. La Banque pourrait ainsi:

  • faciliter l’émergence des cryptomonnaies au Canada; 
  • conserver le dollar canadien comme principale monnaie au pays;
  • encourager le secteur privé à introduire de nouvelles cryptomonnaies stables; et
  • faciliter l’accès au dollar canadien sur les plateformes de cryptomonnaies.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus