Google

L’essentiel de l’actualité sur l’entreprise Alphabet (Google) et ses produits – Android, Google Workspace, Chrome, Pixel, YouTube, etc. (voir aussi Applications, GAFAM+, Infonuagique, Intelligence artificielle, Internet)

Google promet d’arrêter de suivre chaque internaute à la trace

Publié le 3 mars 2021
Google promet d’arrêter de suivre chaque internaute à la trace

(Source: Google)

  • Google revoit sa stratégie de suivi publicitaire pour la rendre plus respectueuse de la vie privée des internautes. Le géant techno s’inspire des lois récemment adoptées en Californie et en Europe qui découragent le pistage individuel en ligne que font présentement Google, Facebook et Amazon, entre autres.
  • À partir du deuxième trimestre prochain Google cessera d’utiliser des fichiers-témoins tiers (cookies) et misera plutôt sur des groupes d’audience témoins. Selon cette nouvelle formule, Google promet sur son blogue que «les individus seront cachés dans la foule» d’internautes partageant les mêmes intérêts.

Ce n’est pas la fin du suivi publicitaire, avertit Google.

  • Les annonceurs pourront toujours raffiner leurs campagnes publicitaires en ciblant des groupes d’internautes qui auront accepté dans les réglages de leur navigateur de faire partie d’une «foule web» anonyme.
  • Les internautes auront l’option de se désinscrire de ces groupes d’audience, et ainsi de ne voir que des publicités non ciblées sur les sites qu’ils visitent.

Google croit que son changement de stratégie quant au traçage individuel aura, à court terme, un impact négatif sur ses revenus publicitaires.

  • «Nous réalisons que d’autres fournisseurs continueront d’offrir un suivi publicitaire basé sur l’identité des internautes», note David Temkin, responsable de la vie privée et de la publicité, sur le blogue de Google.
  • «Mais nous croyons que cette solution ne répond pas aux exigences de plus en plus sévères des consommateurs et des autorités en matière de confidentialité, et qu’elle n’est pas plus un investissement à long terme viable.»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Google ne devrait pas rattraper de sitôt Microsoft et Amazon en tête du secteur des services infonuagiques

Publié le 4 fév 2021
Google ne devrait pas rattraper de sitôt Microsoft et Amazon en tête du secteur des services infonuagiques

(Source: Unsplash)

  • Google s’est fixé comme objectif de devenir le leader du marché mondial des services infonuagiques (cloud) d’ici 2023.
  • Actuellement, Amazon et Microsoft devancent Google en tête de cette industrie, et plusieurs analystes ne voient pas Google les surpasser au cours des deux prochaines années.

L’adoption des technologies numériques s’est accélérée avec la pandémie.

Google peut utiliser sa position de force dans la publicité en ligne et la mobilité en entreprise pour stimuler l’adoption de ses services en nuage. Cet avantage devrait l’aider à croître un peu plus vite que ses concurrents dans ce créneau.

Pour la première fois, Google a publié des données financières sur Google Cloud, la division infonuagique.

  • Elle a généré des revenus de 13 milliards $US en 2020, soit une hausse de 46% par rapport à 2019.
  • Malgré cette forte hausse, Google Cloud a terminé l’année avec un déficit de 5,6 milliards $US, alors qu’Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure dégagent des profits.

Les activités infonuagiques de Google ne sont pas davantage profitables cette année. Google prévoit tripler le nombre d’employés de Google Cloud, ouvrir des centres de données un peu partout dans le monde, et investir dans le développement de nouveaux produits.

  • Cet investissement lui permet de signer de nouveaux clients importants. La semaine dernière, Ford a d’ailleurs annoncé qu’elle utiliserait Google Cloud pour l’ensemble de ses opérations mondiales.

Google gagnera des parts de marché dans l’infonuagique en 2021, mais pas assez pour rattraper ses deux rivaux.

  • Google Cloud ne représente encore qu’environ 5% du marché mondial des services infonuagiques.
  • Microsoft Azure détient environ 20% du marché.
  • Amazon Web Services (AWS) en possède 45%.

Le problème de Google est que la croissance du marché est aussi bénéfique pour ses concurrents. 

  • «Même si Google Cloud connaît un énorme succès, il lui sera impossible de rattraper les deux autres», écrit l’analyste américain John Dinsdale, de la firme américaine Synergy Research Group, dans une note aux investisseurs.
  • «Google devra se satisfaire d’une troisième place.»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Les géants technos ont connu une année 2020 record

Publié le 3 fév 2021
Les géants technos ont connu une année 2020 record
  • Apple, Alphabet (Google), Amazon et Facebook ont tous généré des profits records en 2020. À eux quatre, ils ont vu leur bénéfice augmenter de 20% par rapport à 2019.
  • Le virage numérique dont on parle tant depuis un an en raison de la pandémie pourrait leur être tout aussi bénéfique en 2021.

Des profits combinés de 155 milliards $US: c’est ce qu’ont généré ensemble Apple, Alphabet, Amazon et Facebook l’an dernier.

  • Les deux années précédentes, en 2018 et 2019, leurs profits étaient plutôt d’environ 120 milliards $US.

Apple demeure la plus profitable de ces quatre sociétés technos américaines.

  • Elle a engrangé à elle seule un profit record d’un peu plus de 60 milliards $US en 2020.
  • Amazon et Facebook ont aussi augmenté leur profit l’an dernier, tandis que celui d’Alphabet est plutôt stable depuis trois ans.

Cela explique sans doute pourquoi Alphabet coupe, ces jours-ci, dans ses activités de jeu vidéo (Stadia), de réalité virtuelle (Insight VR) et d’accès à Internet par ballons (Loon).

  • Ces trois divisions étaient déficitaires.
  • Même les services infonuagiques de Google ne sont pas rentables: ils ont perdu 6 milliards $US, l’an dernier. C’est la première fois que Google publie des données financières spécifiques à cette division.

L’année 2021 sera au moins aussi bonne, sinon meilleure pour les technos, prévoient les analystes.

  • Partout dans le monde, les entreprises poursuivent leur virage vers l’infonuagique et la vente en ligne, deux créneaux dominés par Google, Amazon, Facebook et Microsoft.
  • De leur côté, les consommateurs sont plus friands que jamais de services numériques par abonnement. C’est positif pour des fournisseurs de contenu comme Netflix ou Disney, mais encore plus pour Apple qui vend, en plus du contenu, des appareils qui permettent d’y accéder.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Google sabre dans ses activités de jeu vidéo et ferme ses studios de Montréal et de Los Angeles

Publié le 1er fév 2021
Google sabre dans ses activités de jeu vidéo et ferme ses studios de Montréal et de Los Angeles

(Source: Google)

  • Google gardera active sa plateforme de jeu vidéo infonuagique par abonnement Stadia, mais ne produira plus de jeux à l’interne, parce qu’elle juge les coûts de production trop élevés.
  • L’entreprise dit qu’elle trouvera d’autres tâches aux 150 employés de son studio montréalais. Mais Jade Raymond, qui dirigeait ce studio depuis sa création il y a un an et demi, quitte Google.

Après Google et Apple, Amazon suspend le compte du réseau social Parler

Publié le 10 janv. 2021
  • À partir d’aujourd’hui, Amazon cesse d’héberger dans son service infonuagique les données du réseau social Parler, ce qui devrait l’empêcher de fonctionner pendant au moins quelques jours.
  • À la suite de la prise d’assaut du Capitole, le réseau social Parler, prisé par les partisans de Donald Trump, a été accusé de relayer des appels à la violence. Google et Apple l’ont déjà retiré de leur boutique de téléchargement d’applications.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Fait rare dans l’industrie des technologies, des ingénieurs de Google fondent un syndicat

Publié le 5 janv. 2021
  • 225 ingénieurs de Google ont créé l’Alphabet Workers Union, qui sera affilié à un syndicat présent notamment au sein du fournisseur de services sans fil AT&T.
  • Ce syndicat représente une infime partie des 120 000 employés de Google, mais il espère pouvoir influencer des décisions de l’entreprise au-delà des salaires et des conditions de travail, comme ses relations d’affaires avec le secteur militaire et avec certains gouvernements non démocratiques.

Google est la cible d’une deuxième accusation de monopole en deux mois aux États-Unis

Publié le 17 déc 2020
  • Dix États, dont le Texas, accusent Google d’utiliser sa position dominante dans le marché de la publicité en ligne pour empêcher la concurrence de s’y établir. 
  • Le Texas accuse également Google et Facebook d’avoir conclu une entente illégale dans laquelle Facebook promettait de ne pas utiliser certaines technologies publicitaires concurrentes à celles de Google.

C’est la deuxième fois en deux mois que Google se trouve accusé de monopole aux États-Unis.

  • À la mi-octobre, le département de la Justice lui a reproché d’imposer son moteur de recherche sur les plateformes de ses concurrents, dont Apple, au détriment d’autres moteurs de recherche moins populaires.
  • Cette fois-ci, la collusion entre Google et Facebook brimerait les lois antitrust des États-Unis, selon ses poursuivants.

Rien dans la loi n’empêche une entreprise d’exercer une position très dominante dans son marché.

  • Dans le dossier des moteurs de recherche, la justice américaine devra prouver que Google détient un monopole, ce qui sera loin d’être évident, selon les experts.

La nouvelle accusation est plus grave.

  • Selon des documents internes découverts par des enquêteurs, Facebook aurait offert à Google de ne plus lui faire concurrence dans un lucratif créneau de publicité en ligne, en échange d’obtenir un accès privilégié à l’inventaire publicitaire de Google.
  • Or, en vertu de la loi américaine, il est illégal pour des entreprises de conclure des ententes qui visent à «restreindre les activités commerciales» d’une entreprise – comme Facebook se serait engagée à le faire dans ce cas.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Voici les expressions les plus recherchées dans Google au Québec en 2020

Publié le 9 déc 2020
Voici les expressions les plus recherchées dans Google au Québec en 2020
  • Coronavirus, Zoom, les élections américaines et la prestation d’urgence du Canada ont été les sujets les plus recherchés par les internautes québécois sur Google cette année.
  • Les autres sujets complétant le top 10: Martin Carpentier, Kobe Bryant, l’action d’Air Canada, le Panier bleu, le point de presse de François Legault et l’ouverture des écoles.

Chaque fin d’année, le palmarès des requêtes les plus populaires dans Google donne un certain portrait de ce qui a défini l’actualité dans différentes régions du monde.

10 expressions les plus recherchées dans Google au Canada en 2020:

  • US election
  • Coronavirus
  • Kobe Bryant [joueur de basket-ball mort dans une accident d’hélicoptère]
  • Zoom
  • Raptors
  • CERB [abréviation en anglais de la PCU]
  • Kim Jong Un
  • Naya Rivera [actrice et chanteuse américaine morte noyée]
  • Joe Biden
  • Trump vs. Biden

10 recherches débutant par «Comment..?» les plus fréquentes au Québec en 2020:

  • Comment faire un masque?
  • Comment perdre du poids? 
  • Comment rembourser la PCU? 
  • Comment couper les cheveux d’un homme?
  • Comment acheter des actions? 
  • Comment avoir des robux gratuits? [robux: monnaie virtuelle dans Roblox, un jeu en ligne multijoueur et gratuit destiné aux enfants et aux adolescents]
  • Comment enlever des faux ongles? 
  • Comment faire pousser un ananas? 
  • Comment faire du Purell maison? 
  • Comment faire de la levure?

10 recherches débutant par «Quand..?» les plus fréquentes au Québec 2020:

  • Quand rembourser la PCU?
  • Quand se faire tester pour la Covid? 
  • Quand faire un test de grossesse? 
  • Quand planter des légumes? 
  • Quoi faire quand on s’ennuie? 
  • Quand changer le détecteur de fumée? 
  • Quand changer un câble électrique maison? 
  • Quand arroser un poinsettia? [poinsettia: plante dont les feuilles prennent une teinte rouge caractéristique et qui est très populaire autour du temps de Fêtes]
  • Quand semer du gazon? 
  • Quand changer les pneus?

Tous les palmarès des requêtes dans Google

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Google fait une percée en recherche médicale qui pourrait grandement accélérer la création de nouveaux médicaments

Publié le 1er déc 2020
Google fait une percée en recherche médicale qui pourrait grandement accélérer la création de nouveaux médicaments

(Source : DeepMind)

  • En réunissant des experts en biologie, en physique et en informatique, DeepMind, la filiale de Google spécialisée en intelligence artificielle, est parvenue à expliquer un comportement des cellules du corps humain qui embête les chercheurs depuis plus de 50 ans.
  • En prédisant correctement le comportement de ces cellules, il serait possible de produire, sur mesure pour chaque patient, des médicaments sans effets secondaires.

Le «repliement des protéines» est le nom du problème vieux de 50 ans que DeepMind aurait résolu.

  • Les protéines sont des molécules complexes, essentielles à la vie et dont le comportement change constamment, ce qui les rend très imprévisibles.
  • Plus maintenant: DeepMind a créé un modèle informatique capable de modéliser très fidèlement des protéines et même de prédire leur changement de structure.

L’impact sur la recherche médicale pourrait être significatif. Si la technologie de DeepMind remplit ses promesses:

  • Les sociétés pharmaceutiques pourront prédire plus rapidement quelle sera la réaction du corps humain aux vaccins et médicaments qu’elles développent.
  • Chaque traitement pourra être adapté en fonction du patient pour minimiser les effets secondaires de certains produits chimiques.

«Cela constitue une avancée inouïe», qui «aura un impact fondamental sur la recherche biologique», assure le lauréat du Prix Nobel de médecine et président de la Société royale britannique Venki Ramakrishnan.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Google planche sur un Google Maps qui aiderait les villes à savoir où planter des arbres

Publié le 26 nov. 2020
Google planche sur un Google Maps qui aiderait les villes à savoir où planter des arbres

Le Tree Canopy Lab de Google (Source: Google)

  • Google et la ville de Los Angeles espèrent retrancher 5 à 10 degrés Celsius de la température des îlots de chaleur du centre-ville en augmentant de 10% à 40% la part de son territoire recouvert par des arbres.
  • Google a répertorié les arbres déjà en place et a créé une cartographie (accessible en ligne) qui aidera à déterminer où les nouveaux arbres devront être plantés.

Au tour d’Amazon d’être dans la mire de l’Union européenne pour sa position dominante dans le commerce électronique

Publié le 10 nov. 2020
  • Le double rôle d’Amazon, qui est à la fois une plateforme d’achat et un vendeur de produits sur cette même plateforme, lui donnerait un avantage injuste envers les autres détaillants.
  • La Commission européenne s’inquiète aussi de la façon dont Amazon détermine quels produits peuvent être achetés directement d’un seul clic par les visiteurs sur son site.

Plus de 700 sociétés étrangères se sont inscrites au programme de Québec pour percevoir la TVQ en ligne

Publié le 2 nov. 2020
  • Le programme de Revenu Québec semble avoir atteint son but d’inciter les géants américains du web à facturer la taxe de vente aux internautes québécois: Facebook, Google et Netflix figurent au registre.
  • Ce programme a permis à la province de collecter 170 millions $ en taxe de vente en ligne depuis janvier 2019.