Marketing

Nouvelles, données, bonnes pratiques et tendances en marketing, particulièrement en marketing numérique, et en publicité, commandite, communications et promotion dans le contexte du Québec et du Canada
[Vos produits et services s’adressent aux entrepreneurs et aux professionnels? Découvrez les solutions publicitaires que vous offre InfoBref]

Lush va fermer plusieurs comptes de réseaux sociaux

Publié le 22 nov. 2021
Lush va fermer plusieurs comptes de réseaux sociaux

(Source: Facebook/Capture d’écran InfoBref)

  • Lush Cosmetics, une entreprise britannique qui fabrique et vend des savons et produits de beauté et qui a 5 boutiques au Québec, a annoncé hier son intention de fermer, à partir de vendredi, ses comptes Instagram, Facebook, TikTok et Snapchat.  
  • L’entreprise compte maintenir cette politique dans les 48 pays où elle est présente, dont le Canada, jusqu’à ce que les plateformes «prennent des mesures pour offrir un environnement plus sûr» à leurs utilisateurs.

Lush dit qu’elle ferme ses comptes pour la santé mentale de ses clients.

L’entreprise appuie sa décision sur les récentes révélations faites par des lanceurs d’alerte, comme l’ancienne employée de Facebook France Haugen.

Elle avait: 

  • révélé que Facebook préférait le «profit à la sécurité»; et 
  • porté plainte contre son ancien employeur, qui aurait contredit les résultats de ses recherches internes sur les discours haineux et la santé mentale. 

Lush indique que ses comptes demeureront fermés jusqu’à ce que ces plateformes «puissent fournir un environnement plus sûr à leurs utilisateurs».

En revanche, les comptes de l’entreprise sur YouTube, Twitter et Pinterest demeureront en activité. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Jeune entreprise québécoise innovante

Coinmiles vous récompense en bitcoins pour vos achats

Publié le 14 nov. 2021
Coinmiles vous récompense en bitcoins pour vos achats

Dave Pouliot, fondateur et PDG, et Chris Yeramian, chef des finances et de l’exploitation, de Coinmiles

  • Les bitcoins font beaucoup parler, mais seule une minorité de gens ont pris le risque d’en acheter. Et si on leur en offrait gratuitement, les prendraient-ils?
  • Sans aucun doute, si l’on en croit la startup montréalaise Coinmiles. Elle offre des bitcoins en récompense pour des achats auprès de marchands partenaires, et les clients sont au rendez-vous.

L’opportunité qu’a voulu saisir Dave Pouliot, fondateur et PDG de Coinmiles, c’est d’abord l’engouement pour les cryptomonnaies, et le potentiel marketing qu’il représente pour les commerçants.

  • «Ceux qui s’intéressent aux bitcoins constituent un auditoire idéal pour les marchands, dit Dave Pouliot.
  • Ce sont principalement des jeunes professionnels qui ont de bons revenus et sont ouverts aux nouveautés.»

L’idée pour exploiter cette opportunité est d’associer les bitcoins aux programmes de fidélisation, qui sont déjà une stratégie solidement implantée dans le monde du commerce.

Comme la plupart de ces programmes, Coinmiles offre des remises sur les achats effectués chez des commerçants partenaires.

La différence est que ces remises sont en bitcoins – plus précisément en satochis, souvent appelés sats, qui correspondent à des cent millionièmes de bitcoins.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Le fonctionnement de Coinmiles est simple pour les usagers.

  • Ils installent une application sur leur téléphone, et ils y ouvrent un compte.
  • Ensuite, lorsqu’ils font des achats chez des marchands partenaires et que ces achats sont liés à leur compte, ils reçoivent automatiquement une remise en bitcoins.
  • Ces remises s’ajoutent à celles que, par ailleurs, l’usager pourrait obtenir en utilisant une carte de fidélité du détaillant ou un programme de récompense de sa carte de crédit.

«L’usager ne dépense aucun montant ni supplément pour obtenir des bitcoins, précise Dave Pouliot. C’est une récompense offerte par le marchand pour avoir acheté chez lui. Elle se situe généralement entre 1% et 15% du prix payé pour l’achat, mais peut aller jusqu’à 35%.»

  • Une fois la récompense reçue, tant qu’elle est conservée en bitcoins, sa valeur fluctue selon l’évolution du cours de la cryptomonnaie.
  • Malgré des turbulences fréquentes à court terme, beaucoup espèrent que la tendance à moyen terme va rester à la hausse.

«À tout moment, poursuit Dave Pouliot, un usager peut demander la conversion de ses bitcoins en argent, et les dépenser comme il le souhaite. Notre formule plait particulièrement à ceux qui pensent que le bitcoin va prendre de la valeur.»

Il assure que l’entreprise détient les bitcoins accumulés par ses membres et pourra donc leur remettre l’argent à tout moment.


Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Le modèle d’affaires est basé sur une rémunération à la performance.

«Nos marchands partenaires nous paient pour le volume de transaction qu’on leur amène, et on partage cette rémunération avec nos membres en leur remettant des bitcoins», résume Dave Pouliot.

Où en est l’entreprise actuellement?

Coinmiles a lancé son application à la fin de 2020. Elle compte déjà plus de 40 000 usagers.

Ils peuvent bénéficier de remises à l’achat de produits de plus de 1000 entreprises – dont beaucoup de marques connues dont Sephora, Nike, Home Depot, Canadian Tire, Indigo, Best Buy et Reebok Canada – et ce autant pour des achats en ligne qu’en magasin.

Coimiles compte une dizaine d’employés.

L’entreprise a reçu 1,25 million $ en investissement, provenant principalement d’investisseurs providentiels («anges») québécois.

Elle a été sélectionnée comme l’une des Révélations 2021 par Montréal inc. [découvrez nos portraits des autres Révélations 2021].


Suivez l’actualité des entreprises technologiques québécoises dans la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref en vous abonnant à notre infolettre quotidienne gratuite InfoBref Matin : cliquez ici ou sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Prochaines étapes à surveiller

Dave Pouliot veut continuer à étendre le bassin des produits pour lesquels ses usagers peuvent obtenir des récompenses.

  • Coinmiles va très bientôt offrir des récompenses sur des réservations d’hôtels.

Mais il veut aussi déployer rapidement Coinmiles hors du Canada pour devenir la référence des systèmes de récompense en bitcoins.

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Facebook imposera de nouvelles restrictions sur le ciblage publicitaire

Publié le 10 nov. 2021
Facebook imposera de nouvelles restrictions sur le ciblage publicitaire

(Source: Unsplash)

  • Meta, la société mère de Facebook, n’autorisera plus les annonceurs à faire du ciblage publicitaire en utilisant certains thèmes jugés sensibles, tels que la race, l’origine ethnique, l’affiliation politique, la religion ou l’orientation sexuelle de ses usagers. 
  • Ces nouvelles restrictions entreront progressivement en vigueur à partir du 19 janvier et s’appliqueront à toutes les applications de Meta, dont Facebook, Instagram et Messenger. 

Le ciblage publicitaire sur Facebook permet aux annonceurs de concentrer la diffusion de leurs pubs vers des groupes d’utilisateurs que les algorithmes associent à des mots clés reflétant leurs intérêts et leurs caractéristiques.

Meta prévoit de supprimer plusieurs milliers de catégories actuellement disponibles pour du ciblage.

  • Des termes tels que «mariage homosexuel», «chimiothérapie» et «église catholique» ne pourront plus faire l’objet d’un ciblage publicitaire.
  • Ces restrictions concerneront les nouvelles publicités à partir 19 janvier, et toutes les publicités à partir du 17 mars. 

L’entreprise a longtemps hésité à restreindre le ciblage publicitaire, malgré les critiques dont elle faisait l’objet.

  • L’an dernier, peu de temps avant les émeutes du Capitole, l’entreprise a diffusé des publicités ciblées vers des groupes d’extrême droite à propos d’étuis à revolver et de gilets pare-balles. 
  • En 2019, elle avait été accusée d’autoriser des annonces immobilières qui excluaient les personnes de couleur, les femmes, les handicapés et les familles avec enfants. 

Plus tôt cette année, Meta a cependant limité le ciblage publicitaire de ses utilisateurs de moins de 18 ans à quelques critères de base tels que l’âge, le genre et la localisation.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Facebook a une peur bleue que les ados abandonnent Instagram

Publié le 24 oct. 2021
Facebook a une peur bleue que les ados abandonnent Instagram

(Source: Kate Torline / Unsplash)

  • Facebook s’inquiète de plus en plus que les adolescents délaissent Instagram pour d’autres médias sociaux, parce que le bassin d’usagers des applications appartenant à Facebook pourrait alors perdre une source régulière de jeunes adultes et ne plus se renouveler. 
  • Facebook y voyait en 2018 une «menace existentielle», selon des documents internes révélés ces derniers jours par le New York Times. Sa crainte est telle qu’Instagram consacre presque la totalité de son budget marketing, de 390 millions $US cette année, à cibler les adolescents pour les intéresser à son application. 

Malgré les efforts d’Instagram, les adolescents lui préfèrent 2 applications concurrentes.  

  • Même si Instagram a gagné des utilisateurs pendant la pandémie, l’application n’est que le 3e média social préféré des adolescents américains, selon un récent sondage réalisé pour la banque d’investissement américaine Piper Sandler.
  • Snapchat est la plus populaire, avec 35% des ados qui la préfèrent. TikTok suit à 30%. Seulement 22% préfèrent Instagram.

Facebook tente d’attirer les ados sur Instagram, une application qu’elle a acquise en 2012.

En 2016, Instagram a copié une fonction clé de Snapchat, la Story, qui permet aux utilisateurs de capter de courtes vidéos et des photos et de les publier en guise de statut visible pour 24h seulement.

  • Mais, dans une présentation interne datant de l’été 2017, Instagram notait que c’étaient les étudiants d’âge universitaire qui avaient été les plus rapides à adopter la fonction Stories, suivis des 15 à 19 ans. 
  • Les ados de 13 à 15 ans, eux, n’avaient que très peu utilisé cette fonction. 

Facebook projette aussi d’initier les enfants à Instagram. 

  • Au printemps dernier, des documents internes obtenus par Buzzfeed News révélaient qu’Instagram travaillait sur une version pour les moins de 13 ans.  
  • Une série d’articles du Wall Street Journal a par la suite révélé que Facebook est bien consciente des effets potentiels négatifs d’Instagram sur la santé mentale des enfants.

Devant le tollé de réactions négatives face à son projet, Facebook a annoncé le mois dernier qu’elle le mettait sur la glace, sans pour autant l’annuler [détails].

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Ottawa devrait protéger les enfants de la publicité des influenceurs, selon Option consommateurs

Publié le 7 oct. 2021
Ottawa devrait protéger les enfants de la publicité des influenceurs, selon Option consommateurs

(Source: Unsplash)

  • Le marketing d’influence manque de transparence et crée de la confusion, surtout chez les moins de 13 ans, croit Option consommateurs.
  • L’OSBL suggère que le gouvernement fédéral légifère davantage en la matière pour unifier les symboles qui servent à identifier une publicité et pour interdire les publicités en ligne destinées aux moins de 13 ans. 

Le marketing d’influence est une forme de marketing qui s’appuie sur l’influence et la portée de personnalité publiques pour promouvoir une marque, un produit ou un service. 

Selon les lois canadiennes, le marketing d’influence ne doit pas permettre de faire de la publicité trompeuse. 

  • Les influenceurs qui font la promotion d’une marque ou d’un produit sur le web identifient normalement leur message d’un symbole, représenté par un mot-clic, tel que «ad», «pub» ou «sponsored», précédé d’un signe #. 

Mais il manque d’uniformité entre les symboles proposés par les Normes de la publicité et ceux proposés par certains réseaux sociaux, selon le rapport de recherche Marketing d’influence: la publicité à l’ère des médias sociaux, rédigé par Option consommateurs (OC). 

  • Chez les adultes, les nuances entre les mots-clics utilisés en ligne ne sont pas très bien comprises par tous, note le rapport. 
  • Il faudrait uniformiser les symboles servant à identifier une publicité.

Les moins de 13 ans sont encore plus à risque, selon OC, qui suggère d’interdire toute forme de publicité leur étant destinée. 

  • Pour les enfants, la notion de publicité est abstraite, mais elle a tout de même une forte influence sur eux, souligne le rapport.
  • De plus, dans le cadre de l’étude menée par OC, peu d’enfants ont reconnu des symboles identifiant une publicité, tels que #ad ou #pub.

Le rapport note que le Québec est la seule province canadienne à s’être doté de dispositions pour protéger les consommateurs des publicités en ligne, notamment l’interdiction de la publicité destinée aux enfants. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Des anti-masques attaquent la réputation numérique de commerces promouvant les mesures sanitaires

Publié le 22 juil 2021
Des anti-masques attaquent la réputation numérique de commerces promouvant les mesures sanitaires

[Source: Pixabay]

  • Au Québec et en Ontario, certains commerçants ont reçu ces derniers jours de mauvaises notes ou de mauvais commentaires associés à leur commerce ou à leur page Facebook, qui n’étaient pas justifiés par le mauvais service de ces commerçants.
  • Leur tort: ils avaient promu des mesures sanitaires anti-Covid, ou les avaient simplement appliquées.

En Ontario, le site SafeTO-Do avait été mis en ligne la semaine dernière pour répertorier les entreprises dont le personnel est entièrement vacciné, ou qui demandent à leurs clients une preuve de vaccination. 

  • Mais ce site a rapidement dû être fermé, parce qu’un groupe de personnes s’est attaqué aux entreprises répertoriées en donnant, dans Google Mon entreprise, de faux avis négatifs sur ces entreprises – par exemple, en leur attribuant une seule étoile.

Au Québec, InfoBref a constaté dans un groupe Facebook qui s’adresse à des gestionnaires québécois de médias sociaux que plusieurs gestionnaires s’occupant de commerçants disent que leurs clients ont été, ces derniers jours, la cible de groupes Facebook anti-masques – dont le groupe «sansmasque», qui semble avoir été fermé depuis peu. 

  • Ces groupes auraient incité leurs membres à attribuer des avis négatifs et de mauvaises notes, dans Google Mon entreprise et dans Facebook, à des commerces qui respectent ou promeuvent les mesures sanitaires gouvernementales. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Faute de touristes étrangers, le Québec veut attirer des Ontariens

Publié le 30 juin 2021
Faute de touristes étrangers, le Québec veut attirer des Ontariens

(Source: Bonjour Québec)

  • L’alliance de l’industrie touristique du Québec, qui représente 10 000 entreprises touristiques québécoises, a lancé – à la demande du gouvernement – une campagne publicitaire pour attirer les Ontariens à venir passer leurs vacances dans la province. Le slogan? Wherever bonjour takes you
  • L’annonce de cette campagne, qui sera en vigueur jusqu’au 27 septembre, survient quelques jours après la réouverture de la frontière qui sépare le Québec de l’Ontario. Selon la ministre du Tourisme Caroline Proulx, les touristes ontariens dépensent en moyenne 1,3 milliard $ chaque année au Québec.

Shopify se lance dans le marketing d’affiliation

Publié le 22 juin 2021
  • Selon le site américain The Information, Shopify aurait approché plusieurs grands éditeurs pour que ces derniers présentent, sur leurs sites web, des produits vendus par des marchands qui utilisent la plateforme de commerce en ligne de Shopify. En échange, ces sites toucheraient une commission sur les ventes générées. Le média américain Buzzfeed aurait déjà accepté.
  • Shopify ajouterait ainsi une corde à son arc pour concurrencer Amazon, qui utilise largement ce type de marketing d’affiliation depuis plusieurs années. 

Quelles sont les deux marques qui ont le plus de valeur? Leur nom commence par un A

Publié le 21 juin 2021
Quelles sont les deux marques qui ont le plus de valeur? Leur nom commence par un A

(Source: Unsplash)

  • Amazon et Apple sont, encore cette année, les deux marques globales qui ont la valeur la plus élevée, selon le dernier palmarès des 100 marques les plus fortes établi par la firme de consultants britannique Kantar.
  • Malgré la pandémie, la majorité des grandes marques ont beaucoup augmenté leur valeur l’an dernier. Tesla et TikTok sont les marques dont la valeur a le plus augmenté.

Pour évaluer la valeur d’une marque, Kantar tient compte de deux aspects: la performance financière et l’avis des consommateurs.

Son classement Brandz est établi par marque et non par entreprise. 

  • Par exemple, Instagram – propriété de l’entreprise Facebook – se classe au 18e rang;
  • alors que la marque Facebook se classe elle-même au 6e rang.

Les 10 marques ayant le plus de valeur en milliards $US, selon Kantar:

1. Amazon: 684
2. Apple: 612
3. Google: 458
4. Microsoft: 410
5. Tencent (Chine): 241  
6. Facebook: 227 
7. Alibaba (Chine): 197 
8. Visa: 191 
9. McDonald: 155
10. MasterCard: 113  

Les plus fortes croissances:

  • Tesla: +275%; classée 47e avec une valeur de 43 milliards $US
  • TikTok: +158%; classée 45e avec une valeur de 44 milliards $US

Elles font leur entrée parmi les 100 marques globales les plus fortes:

  • le logiciel Zoom
  • la plateforme audio Spotify 
  • les fabricants de puces Nvidia et AMD
  • l’application Snapchat
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les Canadiens préfèrent les véhicules utilitaires sport, et c’est un problème pour l’environnement

Publié le 20 juin 2021
Les Canadiens préfèrent les véhicules utilitaires sport, et c’est un problème pour l’environnement

(Source: Pixabay)

  • Les véhicules utilitaires sport (VUS) sont le type de véhicule le plus apprécié des Canadiens, selon une étude du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (Cirano): ils donnent aux VUS une note d’appréciation globale de 71/100, contre 66/100 aux berlines, 49/100 aux camionnettes et 39/100 aux fourgonnettes.
  • Équiterre, l’organisation environnementale qui a commandé l’étude, demande au gouvernement fédéral de mieux réglementer les publicités automobiles – susceptibles d’influencer les goûts des consommateurs – pour qu’elles soient plus cohérentes avec les engagements climatiques du pays. 

Les consommateurs sont induits en erreur par les tactiques de marketing des constructeurs, soutient Équiterre. 

Le sondage, mené en novembre 2020 et dévoilé récemment, montre en effet que la publicité a réussi à associer les VUS aux notions de liberté et de plein air, et au concept de famille.

Près de 80% des véhicules vendus au Canada sont des VUS, des camionnettes et des fourgonnettes.

  • Les femmes et les 25-34 ans sont les principaux groupes démographiques qui ont la plus forte intention d’acheter des VUS.

Selon Équiterre, l’augmentation du nombre de VUS serait une cause importante de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre au Canada.

Pour limiter la pollution causée par l’augmentation des ventes de VUS, l’organisme propose:

  • d’instaurer de nouvelles taxes fédérales sur la vente de nouveaux VUS et camionnettes; 
  • de renforcer les normes d’émissions de GES et d’autres polluants des véhicules;
  • d’instituer une norme VZE (véhicule zéro émission) fédérale stricte; et
  • d’offrir d’autres incitatifs financiers pour les acheteurs de véhicules électriques.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Facebook veut mettre de la pub partout, même dans la réalité virtuelle

Publié le 18 juin 2021
  • Depuis avril, Facebook testait dans certains pays la diffusion de publicité à l’intérieur d’Instagram Reels, son outil qui permet de créer et d’éditer de courtes vidéos – et qui constitue la réplique directe de Facebook à TikTok. La période de test est terminée: Reels permet maintenant aux annonceurs de diffuser des publicités partout dans le monde.
  • Par ailleurs, Facebook va commencer à tester des publicités dans ses casques de réalité virtuelle Oculus, en commençant par les insérer dans le jeu de tir Blaston de Resolution Games. Facebook tire plus de 97% de ses revenus de la publicité.

L’agence de publicité Cossette redevient en partie québécoise

Publié le 4 mai 2021
L’agence de publicité Cossette redevient en partie québécoise

Les bureaux de Cossette à Québec [Source : page Facebook de Cossette]

  • La Caisse de dépôt et placement du Québec et CVC Capital Partners – une société d’investissement basée au Luxembourg – vont acquérir conjointement une participation majoritaire dans les agences de marketing de BlueFocus International, une filiale du groupe chinois BlueFocus Intelligent Communication. Cette transaction survient 12 ans après la vente de Cossette à des intérêts américains, puis chinois.
  • BlueFocus International comprend Vision7 International, qui englobe plusieurs agences, dont Cossette et Cossette Média. Le siège social de ce nouveau groupe international d’agences de publicité et de services de marketing sera situé à Québec, où Cossette a été fondée. On ignore la part que détiendra la Caisse de dépôt dans ce groupe.