Startup

Nouvelles et tendances concernant les jeunes pousses (voir aussi Technos québécoises)

La société techno montréalaise Haivision réussit son entrée à la Bourse de Toronto

Publié le 16 déc 2020
  • Le titre de l’entreprise, spécialisée dans l’encodage de vidéos pour leur diffusion en direct par Internet, a clôturé la séance d’hier à 7,77$, soit une prime de 30% par rapport à son prix d’introduction de 6$.
  • Haivision est la plus récente société technologique canadienne à s’inscrire à la bourse, après Nuvei, également à Toronto, et Lightspeed, à New York.

Haivision est une entreprise plutôt discrète, mais son chiffre d’affaires était de 74 millions $, l’an dernier.

  • Surtout, l’entreprise est déjà profitable, ce qui n’est pas le cas de toutes les technos entrées en bourse ces dernières semaines.

Selon les analystes, le segment de marché dans lequel œuvre Haivision connaît une croissance soutenue en ce moment, et il poursuivra sa croissance au cours des prochaines années.

Haivision est parmi les leaders dans ce créneau, aux côtés d’autres fournisseurs spécialisés comme la plateforme américaine de vidéos en ligne Brightcove.

  • Mirko Wicha, fondateur et PDG de Haivision, compte utiliser l’argent récolté lors de son inscription à la Bourse de Toronto pour faire des acquisitions et grossir le chiffre d’affaires de son entreprise à 250 millions $.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Au moins une douzaine de sociétés technos parmi les plus populaires comptent entrer en bourse en décembre

Publié le 22 nov. 2020
Au moins une douzaine de sociétés technos parmi les plus populaires comptent entrer en bourse en décembre

(Source: Pixabay)

  • Ces entreprises ouvrent leur capital au public maintenant pour profiter de la reprise rapide de l’économie attendue l’an prochain.
  • Parmi ces futures sociétés cotées en bourse, on trouve la plateforme d’hébergement de courte durée Airbnb et le service de livraison de repas DoorDash.

L’année 2020 était déjà une bonne année jusqu’à maintenant en termes de premier appel public à l’épargne en Amérique du Nord.

Ce n’est pas terminé. Outre Airbnb et DoorDash, qui sont probablement les deux noms les plus connus, on verra également apparaître sur Wall Street en décembre:

  • Roblox, un éditeur de jeux vidéo mobiles très populaires;
  • Wish, un site de commerce électronique;
  • Affirm, une solution d’étalement des paiements pour les achats en ligne.

Au total, une douzaine d’entreprises valant chacune entre 1 et 30 milliards de dollars $US devraient faire leur inscription d’ici Noël.

Cela aura des répercussions au Canada dans le cas de la firme californienne Affirm.

  • La société canadienne Shopify possède une participation de 5% dans cette plateforme de paiement.
  • Si, comme les experts s’y attendent, Affirm atteint 10 milliards $US en capitalisation au moment de son inscription en bourse, cela rapportera d’un coup 500 millions $US à Shopify.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Une IA montréalaise rendant les immeubles commerciaux plus «intelligents» connaît du succès à l’international

Publié le 26 oct. 2020
Une IA montréalaise rendant les immeubles commerciaux plus «intelligents» connaît du succès à l’international
  • D’ici six mois, AMP Capital, un des plus grands gestionnaires d’immeubles d’Asie-Pacifique et d’Océanie, automatisera le chauffage et la climatisation dans tous ses immeubles commerciaux d’Australie et de Nouvelle-Zélande en recourant à la technologie de BrainBox AI.
  • Un an et demi après sa fondation, cette startup montréalaise compte déjà une trentaine de clients sur cinq continents, grâce à une solution logicielle qui promet de réduire de 25% la facture d’énergie des immeubles trois mois seulement après son installation.

La montréalaise Carebook entre en Bourse grâce une prise de contrôle inversée

Publié le 7 oct. 2020
La montréalaise Carebook entre en Bourse grâce une prise de contrôle inversée

(Photo: Carebook)

  • La spécialiste des soins de santé numériques est inscrite à la Bourse de croissance du TSX depuis mardi grâce à la prise de contrôle inversée de Pike, une société de Colombie-Britannique.
  • Carebook a bouclé un financement de 21 millions $ avant de mener à terme cette transaction à la forme relativement peu courante, mais de plus en plus populaire.

Plus populaire que jamais: à la Bourse de New York, le tiers des nouveaux arrivants cette année ont utilisé une variante de la prise de contrôle inversée qui consiste à être rachetée par une société d’acquisition à vocation spéciale déjà inscrite, puis à en prendre le plein contrôle.

DraftKing, Nikola et Virgin Galactic sont des sociétés américaines bien connues qui ont procédé de la sorte ces derniers mois, afin d’éviter un premier appel à l’épargne qui aurait pris plus de temps et dont le succès aurait été plus incertain.

  • À la Bourse de Toronto, Carebook espère justement amasser du capital rapidement pour s’attaquer au marché en forte croissance des soins de santé, un marché qui pourrait valoir jusqu’à 500 milliards $US en 2025.
  • «Notre objectif est de fournir une approche de santé accessible et connectée aux entreprises et aux particuliers» de partout dans le monde, explique Pascale Audette, chef de la direction de Carebook.

Pour souligner son arrivée sur Bay Street, la direction de Carebook fera sonner la cloche signalant l’ouverture de la Bourse de Toronto vendredi matin.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Une IA californienne crée 30 emplois à Montréal pour améliorer le soutien technique des entreprises d’ici

Publié le 6 oct. 2020
  • Peritus.AI a mis au point une plateforme qui passe en revue tous les cas passés de soutien technique pour aider les centres d’appels à fournir plus rapidement les bonnes réponses aux consommateurs.
  • La start-up a été fondée en 2017 par deux vétérans du secteur techno, dont le Canadien Robin Purohit, et possède également un bureau en Inde.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Le Canada doit privilégier la relance des entreprises à forte croissance

Publié le 3 sept. 2020
  • C’est l’avis du Conseil canadien des innovateurs, qui recommande à Ottawa de hausser l’aide aux sociétés en forte croissance, de faciliter l’immigration de travailleurs qualifiés et d’accélérer la diplomation universitaire.
  • Dirigé par l’entrepreneur Jim Balsillie, le CCI déplore la rareté des jeunes pousses technos d’ici parmi les fournisseurs de services gouvernementaux tant au niveau fédéral que provincial.