Startup

Nouvelles, données, rondes de financement, lancements et tendances concernant les entreprises en démarrage (jeunes pousses), particulièrement dans des secteurs liés aux technologies [voir aussi: Aides financières, Capital de risque et de développement, Innovation, Investissement, Technos québécoises]

Mercedes Benz choisit la startup montréalaise Algolux pour un projet d’intelligence artificielle

Publié le 21 juil 2021
Mercedes Benz choisit la startup montréalaise Algolux pour un projet d’intelligence artificielle

[Source: YouTube]

  • Algolux, qui se spécialise dans les logiciels de vision par ordinateur, travaillera avec une vingtaine de partenaires chapeautés par Mercedes Benz dans un programme de 3 ans pour élaborer un système de conduite autonome de niveau 4 pour des véhicules destinés au grand public. 
  • Algolux contribuera à produire un nouveau système de capteurs adapté à des conditions de faible visibilité.

Le coût total du projet est de 32 millions $.

  • Algolux en recevra environ 3 millions $. 

Les niveaux d’autonomie d’un véhicule:

  • Niveaux 1 et 2: le véhicule peut contrôler certains paramètres de conduite (direction, vitesse, freinage), mais le conducteur doit effectuer certaines manœuvres.
  • Niveau 3: le véhicule s’occupe de toutes les manœuvres de la conduite, mais le conducteur doit demeurer vigilant, puisqu’il peut être appelé à reprendre le contrôle du véhicule à tout moment, notamment en cas d’imprévu. 
  • Niveau 4: le véhicule s’occupe de toutes les manœuvres de la conduite. Toutefois, le conducteur peut être appelé à conduire si les conditions sont trop mauvaises pour le système d’intelligence artificielle du véhicule. C’est le niveau visé par le projet.
  • Niveau 5: il n’y a ni volant ni pédale. Le véhicule prend en charge tous les aspects de la conduite. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Chantal Bernatchez remporte une bourse pour son projet de bâches thermiques recyclées

Publié le 13 juil 2021
Chantal Bernatchez remporte une bourse pour son projet de bâches thermiques recyclées

Chantal Bernatchez [Courtoisie]

  • L’entrepreneure québécoise Chantal Bernatchez a gagné la bourse de pré-démarrage du programme Fondatrices de la fondation Montréal inc. pour son projet Iso-Protek. 
  • La jeune entreprise montréalaise réutilise des bâches thermiques de conteneur pour isoler et transporter des produits sensibles aux variations de température, par exemple lors de la livraison de nourriture.  

Iso-Protek se spécialise dans le recyclage d’un produit: des grandes bâches qui isolent des conteneurs servant au transport de marchandises.

  • En les découpant, l’entreprise fabrique plusieurs types d’emballages isolants.
  • Le produit qui semble le plus porteur est une boite souple de livraison, pour la livraison des repas.

Chantal Bernatchez, ingénieure chez Hydro-Québec, a cofondé l’entreprise avec son conjoint.

  • Elle gagne une bourse de 5000 $ pour faire avancer son projet d’entreprise.
  • Elle sera accompagnée pendant six mois par des conseillers et des coachs-bénévoles de Montréal inc. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Taïga obtient 40 millions $ des gouvernements pour construire une usine de véhicules récréatifs électriques à Shawinigan

Publié le 12 juil 2021
Taïga obtient 40 millions $ des gouvernements pour construire une usine de véhicules récréatifs électriques à Shawinigan

(Source: Taiga Motors)

  • Moteurs Taïga (TSX: TAIG), une startup québécoise qui conçoit et fabrique des véhicules récréatifs électriques, a reçu un soutien financier conjoint des gouvernements fédéral et provincial pour construire à Shawinigan une usine de motoneiges, motomarines, bloc-piles et systèmes de motorisation électriques.
  • Lorsque l’usine sera entièrement opérationnelle, elle pourrait embaucher 370 personnes et produire 80 000 unités par année.

L’usine devrait être terminée d’ici la fin de l’an prochain.

Le coût total du projet est estimé à 125 millions $. 

Détail du soutien financier obtenu:

  • Prêt de 30 millions $ du fédéral, dont un «pardon» pouvant aller jusqu’à 6 millions $
  • Prêt de 10 millions $ du provincial
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Premier investissement au Canada du méga-fonds Vision du géant japonais SoftBank, dans la licorne Clearco

Publié le 8 juil 2021
Premier investissement au Canada du méga-fonds Vision du géant japonais SoftBank, dans la licorne Clearco

Le milliardaire Masayoshi Son (Source: YouTube)

  • La société de financement Clearco, de Toronto, vient d’obtenir un financement de 215 millions $US auprès d’investisseurs internationaux dans une ronde menée par le fonds de capital de risque Vision Fund 2.
  • Cet énorme fonds – doté de plus de 100 milliards $US en capital – est géré par l’entreprise techno japonaise SoftBank dirigée par le milliardaire Masayoshi Son.

Son s’est fait remarquer ces dernières années en investissant des sommes colossales dans des startups et des entreprises en forte croissance: 

  • Son premier Vision Fund a notamment investi dans Doordash, Uber, WeWork et Didi.

Clearco est la première entreprise canadienne dans laquelle un Vision Fund investit. 

  • Il le fait en compagnie d’Intuit, éditeur américain des logiciels TurboImpôt et Quickbooks, et des fonds californiens Bow Capital et Park West, qui participent à la ronde. 

Clearco veut utiliser l’argent qu’elle vient de recevoir pour accélérer son expansion internationale, en particulier en Europe et en Asie.

En avril, Clearco avait levé un financement de 350 millions $US, dont 100 millions $US en actions, ce qui lui avait donné une valeur de presque 2 milliards $US.

  • Ce financement lui avait permis d’atteindre le statut de «licorne», un terme qui désigne les startups non cotées en bourse qui atteignent une valorisation de 1 milliard $. 
  • L’entreprise se développe rapidement, puisque la société compterait aujourd’hui 378 employés, soit 78 de plus qu’en avril.

­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Le modèle d’affaire de Clearco a évolué

  • Au début, elle prêtait de l’argent à des startups pour qu’elles développent leurs ventes.
  • Aujourd’hui, elle fournit aux jeunes entreprises un éventail plus large de solutions de financement et d’outils technologiques.

Michele Romanow, cofondatrice et présidente de Clearco, est une entrepreneuse en série très connue au Canada anglais.

  • Elle participe comme juge-investisseuse à l’émission télévisée Dragon’s Den, la version originale anglaise de Dans l’œil du dragon.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

La majorité des startup québécoises sont en meilleure position qu’avant la pandémie

Publié le 6 juil 2021
La majorité des startup québécoises sont en meilleure position qu’avant la pandémie

[Source: Unsplash]

  • Les jeunes pousses québécoises semblent avoir remarquablement bien résisté à la pandémie, si on en croit le sondage Baromètre startup du Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec (Main). 
  • 57% des startups sondées jugent aujourd’hui que leur situation est meilleure qu’avant la pandémie. 22% estiment au contraire que leur situation est pire et 21%, qu’elle n’a pas changé.

C’est un renversement complet par rapport aux premières semaines de la crise. 

  • Fin avril 2020, seuls 14% s’estimaient en meilleure position qu’avant le début de la crise alors que 32% s’estimaient plutôt dans une situation pire.

Ce qui a aidé les entreprises en démarrage à traverser la crise:

  • Les aides gouvernementales: 68% ont eu recours à des mesures d’aide financière du gouvernement fédéral et 55%, à des mesures d’aide du gouvernement québécois.
  • Le soutien de leurs investisseurs: 56% indiquent qu’au moins un investisseur leur a apporté un soutien essentiel pendant la crise.
  • L’opportunisme et la capacité d’adaptation: dès avril 2020, 59% avaient trouvé une occasion d’affaires en lien avec la crise et, 3 mois plus tard, 64% disaient qu’elles offraient une solution à un des enjeux de la crise.

53% des jeunes pousses ont été transformées par la pandémie:

  • Dès juin 2020, 11% jugeaient que la Covid-19 «avait tout changé» pour leur organisation, alors que 42% disaient qu’elle avait eu un impact important sur leur organisation.
  • Constat surprenant: plus de startups ont jugé que, somme toute, l’impact de la pandémie sur leur entreprise avait été positif (46%) que négatif (44%).
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

La startup montréalaise d’éducation en ligne Paper lève 100 millions $US

Publié le 30 juin 2021
La startup montréalaise d’éducation en ligne Paper lève 100 millions $US

Aperçu de la pateforme Paper [Source: Paper]

  • Fondée il y a trois ans, Paper vend des cours en ligne aux districts scolaires – l’équivalent des commissions scolaires au Québec – de différentes régions des États-Unis. Ces cours couvrent en plusieurs langues 200 sujets différents et sont offerts aux élèves qui ont besoin de tutorat. 
  • Institutional Venture Partners (IVP), une firme de capital d’investissement de la Silicon Valley, a mené la ronde de financement. Les fonds américains Birchmere Ventures, Bullpen Capital, Reach Capital et Salesforce Ventures, et les fonds canadiens Framework Venture Partners et BDC Capital y ont participé.

Paper Education Company, qui est basée à Montréal, a connu une forte croissance depuis son lancement, initialement sous le nom de GradeSlam. Cette croissance a été fulgurante dans la dernière année.

  • Avant la pandémie, elle employait 100 tuteurs et 30 autres employés; elle compte aujourd’hui 1 000 tuteurs et 130 employés.

Paper tire ses revenus de la vente d’abonnement annuel à ses services, au coût de 50 à 100 $US par élève et par an. 

  • En 2019, ses revenus étaient inférieurs à 1 million $US. 
  • Mais la société prévoit d’atteindre un revenu annuel de 50 millions $US d’ici la fin de l’année.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Un fonds d’investissement montréalais réunit 200 millions $ pour les start-up médicales

Publié le 18 juin 2021
  • Amplitude, une firme montréalaise de capital de risque, avait lancé en 2019 un fonds d’investissement en médecine de précision. L’entreprise vient de dépasser son objectif qui était de collecter 200 millions $ pour ce fonds. Ils proviennent de capitaux canadiens, américains et français.  
  • Amplitude veut investir dans des entreprises innovantes qui développent des molécules ou des appareils médicaux. Le fonds a déjà investi dans plusieurs entreprises canadiennes, dont les Montréalaises Repare Therapeutics (Nasdaq: RPTX) et Giant Pharma, ainsi que Radiant Biotherapeutics, de Toronto.

Une startup soutenue par United Airlines dévoile un modèle de taxi volant électrique

Publié le 12 juin 2021
Une startup soutenue par United Airlines dévoile un modèle de taxi volant électrique

avion-taxi électrique Maker de Archer Aviation

  • La startup américaine Archer Aviation prévoit que son avion-taxi électrique Maker entrera en service en 2024, d’abord à Los Angeles, puis à Miami. Cet avion à décollage et atterrissage vertical est conçu pour les vols de moins de 100 kilomètres, par exemple pour relier l’aéroport international de Los Angeles à Hollywood.
  • United Airlines, qui a investi 20 millions $US dans Archer Aviation, veut acquérir jusqu’à 200 de ces avions. 

Hypothèques en ligne: Nesto obtient un investissement de 76 millions $

Publié le 10 juin 2021
Hypothèques en ligne: Nesto obtient un investissement de 76 millions $

[Capture YouTube]

  • Nesto est un service en ligne de courtage hypothécaire établi à Montréal. Créée il y a trois ans, cette startup vient d’obtenir 76 millions $ dans le cadre d’un financement de série B.
  • Ce financement vient de plusieurs investisseurs en capital de risque, dont Portage Ventures et Diagram Ventures, deux filiales de Sagard Holdings, qui appartient à Power Corporation, ainsi que de l’investisseur américain Jim Breyer et de l’entrepreneur montréalais Marc Alloul. 

La ronde de financement a été menée par Michael Rowell et Michael Paulus. 

  • Ces deux entrepreneurs avaient lancé la société d’assurance en ligne Assurance IQ, qui a été vendue en 2019 à l’assureur américain Prudential Financial pour plus de 3 milliards $.

Nesto avait déjà levé 11,5 millions $ l’an dernier, notamment auprès d’Investissement Québec et de Diagram Ventures.

Power Corporation a déjà, en plus de Nesto, récemment participé au financement de plusieurs startups, dont: 

  • le service de gestion de placement en ligne Wealthsimple;
  • le fournisseur de services bancaires mobiles Koho Financial; et
  • le fournisseur de services médicaux en ligne Dialogue Technologies de la santé.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Breather, qui a été une vedette de la scène des startups montréalaises, sera vendue pour une fraction des investissements qu’elle a reçus

Publié le 28 mai 2021
  • Selon le site The Logic, Breather, un fournisseur montréalais d’espace de travail flexible – une sorte de Airbnb de bureaux et de salles de réunions, sera bientôt vendue à une compagnie américaine qui loue des espaces collaboratifs, pour la somme de 3 millions $US. 
  • Ce prix d’achat est bien en deçà des 127 millions $US levés par Breather depuis sa fondation en 2012 auprès d’investisseurs de haut niveau, dont plusieurs sociétés de capital-risque et de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Attention aux raccourcis vers la bourse: les SAVS (SPAC) des technos américaines déçoivent

Publié le 24 mai 2021
Attention aux raccourcis vers la bourse: les SAVS (SPAC) des technos américaines déçoivent

(Source: Burak K | Pexels)

  • Depuis l’an dernier, beaucoup de jeunes entreprises vont en bourse en évitant le chemin habituel d’un premier appel public à l’épargne: elles fusionnent plutôt avec une société d’acquisition à vocation spécifique (SAVS), une sorte de «coquille vide» déjà cotée en bourse.
  • Mais après ce genre d’opération, le cours de l’action en bourse n’obtient pas forcément une bonne performance. Pour les entreprises américaines de techno qui ont procédé de cette manière entre janvier 2020 et avril 2021, le cours de l’action a plutôt baissé de 13% en moyenne.

Les données:

  • Elles viennent d’une étude faite par deux chercheurs de l’Université de Floride.
  • Entre janvier 2020 et avril 2021, 44 entreprises américaines de technologie sont entrées en bourse par l’intermédiaire d’une SAVS (ou SPAC en anglais).
  • En comparant le cours de leur action entre le jour de l’introduction en bourse et le cours de clôture le 17 mai 2021, la baisse est en moyenne de 12,6%.
  • Plus de la moitié des 44 entreprises ont même vu le cours de leur action baisser de plus de 20%.

Le contexte: 

  • Selon le Wall Street Journal, plusieurs entreprises de techno américaines qui envisageaient récemment de fusionner avec une SAVS pour entrer en bourse ont abandonné ce projet. 
  • Elles réalisent que, une fois une société cotée en bourse, il lui est difficile de maintenir une valorisation élevée si elle ne peut pas soutenir une croissance remarquablement rapide de ses revenus.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

La startup montréalaise Wingocard lance une appli bancaire et une carte de débit pour les ados américains

Publié le 19 mai 2021
La startup montréalaise Wingocard lance une appli bancaire et une carte de débit pour les ados américains

(Source: Wingocard)

  • Wingocard permettra aux parents américains de verser des fonds de leur propre compte à leurs enfants de 13 ans et plus. 
  • Les adolescents pourront ensuite gérer leur pécule dans une application bancaire conçue pour eux, et faire eux-mêmes des achats avec une carte de débit Visa.

Selon Wingocard, ce mécanisme devrait contribuer à l’éducation financière des adolescents.

L’entreprise a récemment levé 2 millions $ pour financer son application.

  • Cette deuxième ronde s’ajoutait à une première ronde de 2 millions $ à l’été 2020.
  • Le financement de Wingocard vient de fonds de capital de risque, dont un alimenté par Power Corp., et d’anges investisseurs québécois. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus