Santé

(voir aussi Covid-19)

Incertitudes à la tête de la FIQ, en plein débat sur la vaccination obligatoire

Mis à jour il y a 19 h
  • Nancy Bédard a cédé sa place à la présidence de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) seulement 4 mois après sa réélection pour un second mandat, et quelques jours après la démission de la vice-présidente Kathleen Bertrand.  
  • Les déléguées de l’organisation syndicale qui représente 76 000 infirmières, infirmières auxiliaires et autres professionnels de la santé ont désigné Nathalie Lévesque, vice-présidente du comité exécutif de l’organisme, pour remplacer la présidente par intérim. Une nouvelle présidente sera élue en décembre.

Un juge tranchera sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé

Mis à jour il y a 19 h
Un juge tranchera sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé

(Source: Daniel Bone / Pixabay)

  • Une quarantaine de médecins, infirmières et autres professionnels de la santé demandent à la Cour supérieure d’invalider le décret du gouvernement Legault qui leur impose d’être adéquatement vaccinés contre la Covid-19.  
  • Comme l’entrée en vigueur du décret a été reportée au 15 novembre, le juge saisi du dossier a écarté jeudi la demande présentée en urgence. Mais un procès débutera le 27 octobre.

Il est dans «l’intérêt» des Québécois «de bénéficier d’un jugement sur la question», a dit lors de l’audience le juge Michel Yergeau. 

  • Il a l’intention de rendre son jugement avant la nouvelle date butoir du 15 novembre.

Les travailleurs de la santé affirment que la suspension des employés non vaccinés: 

  • provoquerait une «catastrophe» pour la population – dans leur demande, ils mentionnent le risque de ruptures de service, d’opérations reportées et de patients abandonnés; et 
  • ne respecte ni leur choix de ne pas se faire vacciner ni leurs droits fondamentaux. 

La solution qu’ils proposent: dépister les non-vaccinés avec des tests rapides. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les travailleurs de la santé ont 30 jours de plus pour se faire vacciner

Publié avant-hier
Les travailleurs de la santé ont 30 jours de plus pour se faire vacciner

Le ministre de la Santé Christian Dubé (Source: Émilie Nadeau / Twitter)

  • Le gouvernement Legault a repoussé ce matin au 15 novembre la date où les travailleurs de la santé devront obligatoirement être vaccinés. 
  • À 2 jours de la date butoir initiale, l’entrée en vigueur de la mesure aurait mis «en péril le réseau», reconnaît finalement le ministre de la Santé Christian Dubé. Mais le report qu’il a annoncé est risqué, explique à InfoBref le professeur André Veillette.

Plus de 22 000 employés du réseau devaient être suspendus sans solde vendredi parce qu’ils ne sont pas adéquatement vaccinés. 

  • Le ministre de la Santé et le premier ministre continuaient ces derniers jours d’affirmer que le gouvernement resterait ferme sur cette date. 

Le réseau allait «foncer dans un mur», admet aujourd’hui Christian Dubé.

  • Le départ des travailleurs non vaccinés allait ajouter «une pression beaucoup trop forte» sur les employés restant au travail, dit-il. 
  • Même si l’on avait offert un sursis aux travailleurs ayant reçu une première dose de vaccin, le réseau allait perdre plus de 14 000 employés.

Au Québec, 80 des 470 salles d’opération sont actuellement fermées. 

Si la mesure était entrée en vigueur vendredi:  

  • 35 salles d’opération de plus et 600 lits de courte durée allaient fermer; et 
  • 35% des CHSLD allaient devoir réduire leurs services.

Ce report «inquiète» toutefois le professeur André Veillette, immunologiste à l’Institut de recherches cliniques de Montréal.

  • «Les gens qui viennent à l’hôpital ne sont pas tous vaccinés, les immunosupprimés peuvent être infectés par le personnel et en mourir», dit-il en entrevue à InfoBref. 
  • Selon lui, «tout employeur a la responsabilité d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour augmenter l’adhésion de ses employés à la vaccination».

Mais il est «difficile de mettre ces gens à la porte», admet le Dr Veillette.

  • «Le réseau a un problème de personnel.»
  • Le sursis pourrait permettre à certains travailleurs de se faire vacciner. 
  • Cependant, dans un mois, «beaucoup ne le seront toujours pas».  
  • Québec pourrait alors, croit-il, à nouveau «reporter, ou laisser tomber». 

D’ici le 15 novembre, tous les employés non vaccinés du réseau seront:  

  • dépistés au début de leur quart de travail 3 fois par semaine; et 
  • privés de leurs primes Covid. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

La FIQ part en guerre contre le temps supplémentaire obligatoire

Publié le 12 oct. 2021
La FIQ part en guerre contre le temps supplémentaire obligatoire

(Source: David Mark / Pixabay)

  • La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec va déployer dans les prochains jours un plan d’action pour mettre fin aux heures supplémentaires imposées aux travailleurs de la santé. 
  • Le temps supplémentaire obligatoire (TSO) «assassine la profession», selon le vice-président aux relations de travail de la FIQ Patrick Guay. Il se dit déterminé «à forcer le gouvernement et tous les acteurs concernés à y mettre un terme définitivement».

Selon Patrick Guay, ces heures imposées: 

  • anéantissent tous les efforts de recrutement;
  • provoquent des départs anticipés et des arrêts de travail pour épuisement; 
  • compromettent la mise en place de ratios sécuritaires dans le réseau;
  • mettent la sécurité des patients à risque; et 
  • impactent la vie personnelle et familiale du personnel soignant. 

Pour en finir avec le TSO, la FIQ compte:  

  • presser les ordres professionnels et la Direction nationale des soins infirmiers (DNSSI) à prendre une position plus ferme; puis 
  • les mettre en demeure pour les «contraindre à jouer leur rôle de protection» envers le public et leurs membres. 

La fin des «prises d’otage à répétition»:

  • Après 16h de travail, «personne ne peut prétendre offrir des soins et des services de qualité», affirme Patrick Guay dans un communiqué. 
  • Selon lui, les gestionnaires du réseau de la santé n’ont d’ailleurs pas besoin «d’attendre une directive pour appliquer le gros bon sens». 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Jeune entreprise québécoise innovante

Gray facilite le traitement du cancer

Publié le 11 oct. 2021
Gray facilite le traitement du cancer

André Diamant, cofondateur et PDG de Gray Solutions pour l’Oncologie [crédit photo: Gray]

  • Le cancer est la deuxième cause de décès dans le monde. Il fait 10 millions de morts par an. Ses traitements sont particulièrement longs et coûteux. Et à cause de leurs effets secondaires et des multiples rendez-vous à l’hôpital qu’ils exigent, ils affectent profondément la qualité de vie des patients.
  • Pour faciliter et optimiser les activités des centres de cancérologie et pour adoucir un peu l’épreuve du traitement pour les patients, la startup montréalaise Gray a développé un logiciel de planification logistique spécialisé en oncologie.

Le problème: planifier le calendrier de traitement d’une personne malade d’un cancer est un véritable casse-tête.

  • Les hôpitaux doivent coordonner étroitement jusqu’à 3 types de traitement: la radiothérapie, la chimiothérapie et la chirurgie.
  • Or, les soins de chaque discipline sont prodigués par des équipes gérées séparément et qui communiquent assez peu entre elles.

«Coordonner les rendez-vous d’un patient en radio, en chimio et en chirurgie, c’est comme jouer à Tetris, mais en beaucoup plus que 2 dimensions», illustre André Diamant, cofondateur et PDG de la jeune entreprise montréalaise Gray Solutions pour l’oncologie.

La solution: le logiciel Gray OS automatise et optimise le flux des patients dans les centres de cancérologie.

Il prend en compte:

  • le protocole de traitement décidé par le médecin;
  • la disponibilité des ressources des différents départements dans l’hôpital; et
  • les préférences du patient – par exemple, un patient qui habite loin du centre voudra probablement regrouper autant que possible ses rendez-vous le même jour et éviter les débuts et fins de journée pour tenir compte du temps nécessaire à son déplacement.

Le logiciel établit ensuite le calendrier de rendez-vous optimal pour le centre de cancérologie et pour le patient.

«GrayOS est comme un système d’exploitation pour les centres de cancérologie, explique André Diamant. Il leur permet à la fois d’optimiser l’utilisation de leurs ressources et d’offrir au patient un traitement qui limite les nuisances à sa vie quotidienne.»

Le modèle d’affaires:

Le logiciel est vendu aux centres de cancérologie sous la forme de licence d’utilisation pour plusieurs années.

  • Le prix dépend de la complexité des activités du centre, notamment du nombre de patients qu’il traite.
  • Le marché mondial des logiciels de planification médicale est déjà de plusieurs centaines de millions $ et il est en croissance rapide.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


GrayOS est disponible:

  • comme logiciel installé sur des ordinateurs dans les locaux de l’hôpital; ou
  • comme logiciel-service accessible à partir du nuage.

La plateforme interagit avec les autres systèmes informatiques déjà en place dans l’hôpital, et elle utilise le dossier de santé électronique des patients – mais les données ne quittent pas l’hôpital.

Où en est l’entreprise actuellement?

Créée par 5 personnes venues du milieu académique, l’entreprise a débuté ses opérations au début de 2020. Elle emploie aujourd’hui 8 personnes.

Cet été, elle a clôturé une première ronde de financement de 1,25 million $ à laquelle ont participé Anges Québec, le fonds AQC Capital et plusieurs anges providentiels – dont le réputé chercheur montréalais en intelligence artificielle Yoshua Bengio.

Gray a été nommée l’une des Révélations 2021 par Montréal inc. [découvrez nos portraits des autres Révélations 2021]

Son logiciel est à l’essai, en mode de projet pilote, au Centre intégré de cancérologie du CHUM, à Montréal.

Il doit bientôt être déployé, toujours sous forme de projet-pilote, dans 2 autres grands centres de traitement.

Prochaines étapes à surveiller:

Pour l’instant, GrayOS ne planifie que les rendez-vous de radiothérapie et de chimiothérapie.

  • Ceux de chirurgie doivent bientôt s’y ajouter.

Au lieu de se cantonner seulement à l’aspect logistique, le logiciel devrait évoluer dans l’avenir vers un rôle de conseil au médecin pour l’aider à choisir les meilleures ressources pour le traitement du patient à long terme.

L’entreprise souhaite exporter assez rapidement son logiciel hors du Québec.

Elle visera en premier d’autres provinces canadiennes, à commencer par l’Ontario et l’Alberta.

  • Il y a une cinquantaine de centres de cancérologie au Canada.

Mais le marché le plus important à moyen terme est celui des États-Unis.

  • On y compte plusieurs milliers de centres de cancérologie, dont beaucoup sont indépendants des hôpitaux.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Les infirmières non vaccinées ne pourront plus exercer au Québec

Publié le 11 oct. 2021
Les infirmières non vaccinées ne pourront plus exercer au Québec

(Source: Luis Melendez / Unsplash)

  • À partir du 15 octobre, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) va suspendre le droit d’exercer de ses membres non vaccinés. 
  • Cette sanction s’ajoute au fait que, dès vendredi, les travailleurs de la santé – dont les infirmières – qui n’ont pas encore reçu 2 doses de vaccin anti-Covid seront suspendus sans solde.

Le ministre de la Santé a salué la décision de l’ordre des infirmières: 

  • Selon Christian Dubé, l’OIIQ envoie ainsi un signal «clair»: «il ne sera pas possible de contourner la vaccination obligatoire» imposée aux travailleurs de la santé par le gouvernement Legault.
  • Vendredi dernier, il avait lui-même incité les ordres professionnels de la santé à suspendre les permis d’exercice des travailleurs non vaccinés. 

La décision de l’OIIQ est «excessive», selon la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), parce que les travailleurs non vaccinés seront déjà suspendus sans salaire.

  • La FIQ s’engage à contester les décisions des ordres professionnels qui porteront «un préjudice démesuré» à ses membres.

Fin septembre, le Collège des médecins du Québec a annoncé qu’il suspendra le 15 octobre le droit d’exercer des médecins qui ne sont pas adéquatement vaccinés. 

  • Ils ne pourront plus offrir de téléconsultations ni faire de suivis d’examens avec leurs patients.
  • Selon l’ordre, plus de 97% des médecins sont vaccinés.

Dès vendredi, les travailleurs de la santé seront suspendus tant qu’ils ne sont pas adéquatement vaccinés. 

  • Plus de 4000 infirmières sont concernées, a indiqué le président de l’OIIQ Luc Mathieu à Radio-Canada.
  • Il a toutefois précisé que des infirmières pourraient remplir certaines tâches à distance si leur établissement le permet.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

La quatrième vague va s’estomper plus vite que prévu

Publié le 8 oct. 2021
La quatrième vague va s’estomper plus vite que prévu

(Source: Unsplash)

  • Selon la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de l’Agence de la Santé publique du Canada, l’ampleur de la quatrième vague, principalement due au variant Delta, pourrait diminuer dans les semaines à venir. 
  • Les nouvelles prévisions de l’Agence sont nettement plus optimistes que les précédentes, faites début septembre et qui entrevoyaient plutôt une forte résurgence des cas pendant l’automne.  

À l’échelle nationale, l’épidémie a déjà commencé à ralentir dans les derniers jours.

  • Du 1er au 7 octobre, une moyenne de 3 745 nouveaux cas a été signalée chaque jour. 
  • Cela représente une baisse de 14% par rapport à la semaine précédente.

Le nombre de nouveaux cas va diminuer en octobre et en novembre si les niveaux de transmission demeurent stables, a indiqué Theresa Tam. 

La vaccination et les autres mesures de santé publique doivent cependant continuer à s’appliquer pour que se réalisent ces nouvelles prévisions.

  • Même si 82% des Canadiens admissibles ont reçu leurs 2 doses de vaccins, les mesures de santé publique, comme le port du masque et la limitation des contacts, «demeurent essentielles» pour gérer l’épidémie, a précisé Theresa Tam.  

Les hospitalisations et les admissions aux soins intensifs concernent principalement des personnes non vaccinées. 

Entre le 22 août et le 18 septembre 2021, à l’échelle nationale, il y a eu:

  • 10 fois plus cas de Covid-19 signalés chez les non-vaccinés que chez les personnes entièrement vaccinées; et
  • 36 fois plus de cas d’hospitalisation chez les non-vaccinés que chez les personnes entièrement vaccinées.

Les cas d’infection et les hospitalisations demeurent plus nombreux dans les régions où la couverture vaccinale est plus faible, comme dans l’Ouest du pays et les Territoires du Nord-Ouest. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Lululemon veut percer le marché canadien de l’entrainement virtuel

Publié le 7 oct. 2021
Lululemon veut percer le marché canadien de l’entrainement virtuel

Le Mirror de Lululemon (Source: Lululemon)

  • L’entreprise de Vancouver, reconnue principalement pour ses vêtements de sport, va introduire sur le marché canadien le Mirror, un grand panneau interactif d’entrainement déjà commercialisé aux États-Unis. 
  • Cet appareil arrive dans un marché déjà bien occupé par une foule d’autres produits d’entrainement interactifs récemment développés par de grandes marques.

Le Mirror de Lululemon est un appareil semblable à un grand miroir. 

  • Doté d’un écran, il peut diffuser des cours d’entrainement en ligne. 
  • Il dispose également d’une caméra que l’utilisateur peut activer pour obtenir des commentaires d’un entraineur lors de cours diffusés en direct.

L’appareil sera d’abord présenté en démonstration dans plusieurs magasins Lululemon au pays, avant d’être disponible pour achat en novembre. 

Il n’est pas à portée de toutes les bourses:

  • Le prix de base de l’appareil sera de 1895 $. 
  • Des frais mensuels de 49 $ seront ensuite requis pour accéder à du contenu.  

Il devra se tailler une place dans le marché de l’entrainement à la maison, qui s’est développé rapidement ces deux dernières années – particulièrement sous l’impulsion du confinement dû à la pandémie.

  • Apple, Nike et Amazon ont récemment lancé leurs propres applications d’entrainement virtuel.
  • Google a acheté plus tôt cette année Fitbit, un fabricant de moniteurs d’activité physique.
  • Plusieurs fabricants d’appareils d’entrainement, comme NordicTrack et Peloton, donnent déjà accès à du contenu d’entrainement en ligne.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Exemptions religieuses à la vaccination: Ottawa dit oui (en théorie) et Québec dit non

Publié le 7 oct. 2021
Exemptions religieuses à la vaccination: Ottawa dit oui (en théorie) et Québec dit non

(Source: Towfiqu Barbhuiya / Unsplash)

  • Le gouvernement Trudeau dit qu’il acceptera d’exempter les fonctionnaires fédéraux qui refusent de se faire vacciner contre la Covid-19 pour des motifs religieux.  
  • Au Québec, les travailleurs de la santé qui refusent de se faire vacciner ne pourront pas invoquer de motif religieux pour demeurer en poste.

Justin Trudeau a annoncé mercredi que les 250 000 employés fédéraux devront avoir reçu 2 doses de vaccin anti-Covid d’ici le 29 octobre [détails dans notre article de mercredi]. 

Les employés fédéraux pourront toutefois être exemptés s’ils présentent: 

  • un document médical certifié par un médecin; ou 
  • une attestation d’un commissaire de la croyance religieuse qui les empêche de se faire vacciner.

Ils pourraient alors continuer à travailler s’ils se font dépister chaque semaine.

Des exemptions «très difficiles à obtenir et rares», a averti Trudeau: 

  • Le premier ministre n’a pas précisé quels groupes religieux pourraient être concernés, mais une «conviction personnelle» anti-vaccin ne suffira pas.
  • Selon une source gouvernementale interrogée par La Presse, cette exemption religieuse serait même seulement «théorique»: elle existerait «essentiellement pour respecter le droit constitutionnel à la liberté de religion». 

Le Bloc québécois demande de supprimer ces exemptions

  • «La santé publique ne doit en aucun cas être compromise par les croyances religieuses personnelles», soutient le député bloquiste Martin Champoux. 
  • Le gouvernement fédéral «doit reculer», dit-il, et réserver l’exemption aux personnes «qui ne peuvent se conformer aux règles pour des raisons de santé». 

Aucune exemption au Québec:

  • Le ministre de la Santé Christian Dubé a été très clair: au Québec, «il n’y aura pas d’exception».
  • «C’est une recommandation de la santé publique, dit-il, il n’y a pas de question religieuse là-dedans».

Très peu de religions s’opposent à la vaccination, selon le Dr Anthony Fauci. 

  • Interrogé sur cette question aux États-Unis, l’infectiologue américain a affirmé sur CNN dimanche qu’il y a «très peu de religions qui disent réellement» qu’il ne faut pas se faire vacciner, «moins d’une poignée».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

1000 infirmières de plus à temps complet dans le réseau public

Publié le 7 oct. 2021
1000 infirmières de plus à temps complet dans le réseau public

(Source: Vladimir Fedotov / Unsplash)

  • Le ministre de la Santé Christian Dubé a indiqué hier que 1000 infirmières arriveront bientôt en renfort à temps complet, et que 1900 autres candidats négocient actuellement leur arrivée. 
  • Le gouvernement Legault espère recruter au moins 4300 infirmières pour pallier le manque d’effectif et remplacer les travailleurs de la santé qui ne seront pas adéquatement vaccinés le 15 octobre. 

La «petite révolution» à 1 milliard $ fonctionne, selon Christian Dubé. 

Il y a 2 semaines, Québec a promis d’investir 1 milliard $ pour offrir «les meilleures conditions de travail» et des primes allant jusqu’à 18 000 $ aux infirmières [détails].

Parmi les 1007 infirmières qui viennent d’accepter un poste à temps plein:  

  • 720 étaient déjà employées à temps partiel dans le réseau;
  • 231 ont été recrutées; et 
  • 56 étaient à la retraite. 

Près de 2000 infirmières de plus prochainement? 

  • Selon le ministre de la Santé, 1900 candidats négocient actuellement leurs conditions de travail et ce nombre «augmente toutes les heures».

Le gouvernement s’est engagé à réorganiser les services pour que le départ des employés non vaccinés le 15 octobre ne provoque pas de bris de services.  

  • Dubé doit présenter son plan de contingence en début de semaine prochaine. 
  • Actuellement, 27 000 employés n’ont pas encore reçu leurs 2 doses de vaccin. 

Cette réorganisation mènera forcément à des coupures, s’inquiète l’opposition. 

  • «Ce n’est pas une réorganisation», mais des coupures «de services de proximité dans les régions du Québec», déplore la cheffe du Parti libéral Dominique Anglade. 
  • «Il y aura des bris de service, c’est clair», et ce n’est pas parce que Québec «se rentre la tête dans le sable et appelle ça de la réorganisation qu’il n’y en aura plus», affirme le député de Québec solidaire Vincent Marissal. 
  • Le Parti québécois craint également des bris de services «généralisés» dans le réseau et demande un report de la date butoir du 15 octobre – sur laquelle le gouvernement restera ferme, a confirmé ce matin Christian Dubé. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Pourquoi la Suède ne donne plus le vaccin de Moderna aux jeunes?

Publié le 6 oct. 2021
Pourquoi la Suède ne donne plus le vaccin de Moderna aux jeunes?

(Source: Ian-hutchinson / Unsplash)

  • La Suède a décidé mercredi de suspendre «par précaution» l’injection du vaccin anti-Covid Spikevax de Moderna aux moins de 30 ans. 
  • De leur côté, ses voisins le Danemark et la Norvège déconseillent ce vaccin aux 12 à 17 ans. Ils ne leur proposent que le vaccin Comirnaty de Pfizer. 

Le vaccin Spikevax ne sera plus donné aux Suédois de moins de 30 ans. 

  • L’agence suédoise de santé publique a suspendu l’administration du vaccin chez les jeunes en raison d’un risque d’inflammation cardiaque. 
  • Cette décision a été prise «par précaution» après avoir observé des risques accrus d’inflammations du myocarde et du péricarde.

Selon l’agence, le risque augmenterait après la 2e dose – en particulier chez les jeunes hommes. 

Il s’agit toutefois d’un effet secondaire très rare: la probabilité d’être atteint reste «minime».

  • De plus, ces inflammations cardiaques disparaissent souvent sans causer de problèmes durables, dit l’agence.

Mais les symptômes doivent être évalués par un médecin.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

La vaccination bientôt obligatoire pour les voyageurs canadiens et les fonctionnaires fédéraux

Publié le 6 oct. 2021
La vaccination bientôt obligatoire pour les voyageurs canadiens et les fonctionnaires fédéraux

(Source: Claudio-Schwarz / Unsplash)

  • Dès la fin du mois, les Canadiens de 12 ans et plus devront être adéquatement vaccinés pour voyager au pays en avion, en train et en bateau.
  • Les 250 000 employés fédéraux devront eux aussi avoir reçu 2 doses de vaccin anti-Covid d’ici le 29 octobre – cette mesure vise tous les employés des ministères et organismes fédéraux et les policiers de la GRC. 

Une preuve vaccinale pour voyager au Canada

Seules les personnes doublement vaccinées pourront désormais voyager en avion, en train et en bateau. 

  • La mesure concerne tous les Canadiens de 12 ans et plus dès le 30 octobre. 

Mais Ottawa prévoit une période de grâce d’un mois. 

  • Les voyageurs non vaccinés pourront continuer à emprunter les transports jusqu’au 30 novembre s’ils présentent un test de dépistage négatif.

Les employés fédéraux devront déclarer leur statut vaccinal d’ici le 29 octobre: 

  • Les fonctionnaires qui auront reçu 1 seule dose de vaccin à cette date auront un délai de 10 semaines pour obtenir leur 2e dose. 
  • Ceux qui refusent de se faire vacciner seront mis en congé sans solde à compter du 15 novembre. 

Les exemptions seront «très difficiles à obtenir et rares», a averti ce matin Justin Trudeau en conférence de presse. 

  • Elles seront toutefois possibles pour les travailleurs qui présenteront un document médical certifié ou en cas de motif religieux.
  • Les travailleurs exemptés devront se faire dépister chaque semaine.

La vaccination devrait prochainement être imposée aux membres des Forces armées, a indiqué la vice-première ministre Chrystia Freeland. 

  • Les sociétés de la Couronne et les organisations sous réglementation fédérale ont également été invitées à l’imposer à leurs employés.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus