Santé

(voir aussi Covid-19)

La moitié des classes ne sont pas conformes à l’objectif de qualité de l’air fixé par Québec

Mis à jour il y a 6 h
  • Dans 49% des 15 000 classes qui ont été testées, les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) sont au-dessus du plafond de 1000 parties par million (ppm) fixé comme objectif par le gouvernement Legault pour garantir une bonne qualité de l’air.
  • «Ce n’est pas idéal, reconnaît le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge, mais c’est sécuritaire». La concentration de CO2 reste, selon lui, «acceptable» en dessous de 1500 ppm. D’après le rapport publié hier, le taux de CO2 dépassait 2000 ppm dans 350 classes.  

Le Bloc votera le budget fédéral si Ottawa hausse les transferts en santé

Mis à jour il y a 7 h
Le Bloc votera le budget fédéral si Ottawa hausse les transferts en santé

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet (Source: Twitter)

  • Le Bloc québécois a déposé un sous-amendement pour réclamer au gouvernement Trudeau d’inclure dans le budget de cette année la hausse des transferts en santé demandée par les provinces. Il doit être soumis au vote en fin de journée. «La porte est grande ouverte pour que le gouvernement obtienne le vote du Bloc québécois dans ce budget», affirme le chef du Bloc Yves-François Blanchet.
  • Le ministre des Finances du Québec Eric Girard s’est dit hier «grandement déçu» qu’Ottawa ignore la principale demande du Québec: un «financement stable et à long terme» en santé. 

Les 45 ans et plus deviennent admissibles au vaccin d’AstraZeneca

Mis à jour il y a 13 h
Les 45 ans et plus deviennent admissibles au vaccin d’AstraZeneca

(Source: Bureau du premier ministre)

  • Tous les Québécois de 45 ans et plus pourront, à compter de demain, recevoir le vaccin d’AstraZeneca. Ce vaccin n’était administré jusqu’ici qu’aux personnes de 55 ans et plus.
  • Le gouvernement a également annoncé le prolongement jusqu’au 3 mai des mesures spéciales d’urgence dans la Capitale-Nationale, en Chaudière-Appalaches et dans l’Outaouais.

L’Ontario, l’Alberta, le Manitoba et la Colombie-Britannique ont choisi ces derniers jours d’offrir le vaccin d’AstraZeneca à leurs résidents dès l’âge de 40 ans.

Le comité d’immunisation du Québec (CIQ) a plutôt recommandé d’abaisser l’âge d’admissibilité de 55 à 45 ans.

Le directeur national de santé publique Horacio Arruda explique que, pour fixer cette nouvelle limite, le CIQ a pris en compte:

  • «les bénéfices et le potentiel de risque» au Québec; et
  • «le nombre de doses disponibles».

Le vaccin sera disponible avec ou sans rendez-vous.
Le ministre de la Santé Christian Dubé conseille aux Québécois qui sont devenus admissibles et souhaitent se faire vacciner de «se lever de bonne heure» demain.

  • «Il y aura des files d’attente», prévient-il.


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le vaccin d’AstraZeneca sera bientôt disponible pour les moins de 55 ans

Publié avant-hier
Le vaccin d’AstraZeneca sera bientôt disponible pour les moins de 55 ans

Le directeur national de la Santé publique Horacio Arruda (Source: Santé publique du Québec)

  • Le directeur national de la Santé publique Horacio Arruda a confirmé aujourd’hui que la limite d’âge minimale pour recevoir ce vaccin était sur le point d’être abaissée.
  • Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) devrait rendre son avis sur le sujet d’ici la fin de la journée. 

Selon le Dr Arruda, la limite avait été fixée à 55 ans «par mesure de précaution».

  • Depuis, «d’autres données» ont confirmé que ce vaccin est sécuritaire.
  • «Est-ce que ce sera 50 ans, 45 ans, ou 40 ans? Je vais attendre de voir ce que dira le comité d’immunisation», a indiqué le directeur national de la Santé publique, après avoir reçu le vaccin de Moderna dans une pharmacie de Saint-Eustache.

La décision finale reviendra ensuite au ministre de la Santé Christian Dubé.

L’Ontario, l’Alberta et le Manitoba ont déjà abaissé à 40 ans la limite d’âge pour recevoir le vaccin d’AstraZeneca.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Troisième vague: Ottawa fait appel aux provinces pour offrir «un soutien d’urgence» à l’Ontario

Publié le 18 avr. 2021
Troisième vague: Ottawa fait appel aux provinces pour offrir «un soutien d’urgence» à l’Ontario

Justin Trudeau (Source: CPAC)

  • Justin Trudeau a annoncé de nouvelles mesures pour aider l’Ontario à lutter contre la très forte augmentation du nombre d’infections à la Covid-19 que la province subit actuellement. Ottawa demande la collaboration des provinces les moins touchées par la pandémie.
  • Avec une moyenne de plus de 4300 nouveaux cas par jour, le nombre d’hospitalisations atteint des sommets en Ontario: plus de 2100 personnes y sont hospitalisées, dont environ 750 aux soins intensifs. La frontière entre le Québec et l’Ontario est fermée depuis tôt ce matin.

Pour aider la province, les premiers ministres de Terre-Neuve-et-Labrador, de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse ont été contactés par Ottawa qui leur demande de «prêter» du personnel médical pour assurer le bon fonctionnement des hôpitaux ontariens.

  • Ceux du Yukon, du Nouveau-Brunswick, et des Territoires du Nord-Ouest ont aussi été sollicités pour déterminer comment ils pourraient contribuer.

Ottawa s’est engagé à payer la facture et à coordonner le déploiement du personnel médical vers l’Ontario. 

Le gouvernement fédéral prévoit également:

  • de déployer de l’équipement dans les régions les plus touchées;
  • d’expédier des tests de dépistage rapide pour freiner la propagation du virus;
  • d’investir dans des sites d’isolement volontaire, et pour améliorer les services de santé virtuels.

Au Québec, la situation est plus stable.

  • Sur les sept derniers jours, la moyenne est de 1530 nouveaux cas quotidiens.
  • Hier, 683 Québécois étaient hospitalisés, dont 175 aux soins intensifs.
  • Pour la première fois depuis le début du mois, le nombre d’hospitalisations a baissé hier – 9 personnes de moins que samedi.  


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Les études scientifiques le confirment: l’hydroxychloroquine ne protège pas contre la Covid-19, au contraire

Publié le 18 avr. 2021
Les études scientifiques le confirment: l’hydroxychloroquine ne protège pas contre la Covid-19, au contraire

(Source: Wikimedia)

  • Des chercheurs de l’Université Stanford ont fait la synthèse de près de 150 études.
  • Résultat: «le traitement avec l’hydroxychloroquine (HCQ) est associé à une mortalité accrue, et [il ne donne] aucun bénéfice».

Dans leur méta-analyse, publiée jeudi dernier dans la revue Nature Communications, les trois auteurs de l’université californienne couvrent principalement des études publiées, mais ils incluent aussi des études qui n’ont pas été révisées par des pairs. 

  • Pour les études non publiées, les chercheurs prennent en considération le fait que certaines des expériences ont été interrompues au printemps 2020, lorsqu’il est devenu clair que ce médicament n’apportait pas plus de bénéfices qu’un placebo.

La Covid-19 a provoqué un déluge sans précédent de recherches sur de possibles traitements.

  • Rien que dans le premier trimestre de 2020, près de 700 études cliniques ont été recensées pour des médicaments potentiels testés sur des humains.
  • Mais beaucoup d’études se sont poursuivies au-delà du premier trimestre, ou ont même été lancées plus tardivement l’année dernière.

Un traitement sur cinq ciblait l’HCQ ou la chloroquine.

  • Ce n’est donc pas étonnant qu’on ait pu voir rapidement se dégager la conclusion qu’il s’agissait d’une fausse piste.

En conclusion, les chercheurs américains révèlent que 14% des patients traités avec de l’HCQ sont décédés.

  • Lorsqu’on tient compte des tailles et des différences entre les groupes, ce taux de décès est légèrement supérieur à celui enregistrée dans les «groupes contrôles» – soit les patients qui ont reçu un placebo lors des essais cliniques.
  • Précision: la majorité des études ont évalué l’HCQ sur des patients hospitalisés, mais le traitement a également été testé sur des personnes sans symptômes.

L’intérêt principal de cette méta-analyse, selon les chercheurs, ne réside toutefois pas dans ce pourcentage de décès, mais dans l’effort d’être allé chercher des résultats non publiés.

  • En recherche, la tendance à moins publier des résultats négatifs introduit un biais: lorsqu’une étude montre qu’un médicament ne fonctionne pas, on en entend moins parler.
Agence Science-Presse
En savoir plus En savoir plus

Québec va modifier le protocole de tests de la qualité de l’air à l’école

Publié le 15 avr. 2021
  • Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a indiqué que le protocole pour mesurer les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans les classes sera revu l’année prochaine.
  • Roberge dit que son ministère va tenir compte des critiques formulées. Au début du mois, les partis d’opposition demandaient sa démission. Ils l’accusaient d’avoir menti en affirmant que le protocole des tests avait été approuvé par la santé publique. François Legault l’a soutenu hier en disant qu’il ne prévoyait aucun remaniement d’ici la fin de son mandat et que les parents et les enseignants pouvaient faire confiance au ministre.

Le Canada fait des réserves de médicaments contre la Covid-19

Publié le 14 avr. 2021
  • Le gouvernement fédéral dit qu’il a acheté à des compagnies pharmaceutiques canadiennes douze médicaments anti-Covid en quantité suffisante pour trois mois. Il s’agit des médicaments les plus utilisés dans les hôpitaux canadiens pour traiter les patients atteints d’une forme sévère de la maladie. 
  • La facture de 26 millions $ est partagée entre Ottawa et cinq provinces, dont l’Ontario et la Colombie-Britannique, qui ont choisi de participer à la création de cette réserve. Le Québec n’a pas signé le protocole d’entente pour faire partie du groupe. 

Ottawa lance un nouveau programme d’immigration pour les personnes jugées essentielles à la lutte contre la pandémie et à la relance post-Covid

Publié le 14 avr. 2021
  • Le ministre fédéral de l’Immigration Marco Mendicino a annoncé qu’un statut de résident permanent serait accordé à 90 000 travailleurs étrangers temporaires et étudiants internationaux qui se trouvent actuellement au Canada.
  • À compter du 6 mai, ce programme concernera les personnes qui ont les compétences dont le Canada a besoin pour lutter contre la pandémie et contribuer à la relance économique. Une centaine de métiers sont concernés [liste]. Selon le ministère de l’Immigration, ce programme devrait permettre à Ottawa d’atteindre son objectif d’accueillir 401 000 nouveaux résidents permanents cette année. 

Quand faut-il porter un masque à l’extérieur?

Publié le 14 avr. 2021
Quand faut-il porter un masque à l’extérieur?

François Legault (Source: Twitter / Émilie Nadeau)

  • François Legault est revenu sur l’obligation de porter un masque lors de toute activité à l’extérieur – une mesure que les partis d’opposition avaient vivement critiquée. 
  • Le premier ministre a clarifié hier la consigne et les situations dans lesquelles elle doit désormais s’appliquer. 

Selon les précisions apportées par François Legault, le masque est seulement obligatoire dans les situations où il est «difficile de respecter en tout temps la distance de deux mètres» avec des personnes n’habitant pas à la même adresse.

Le masque n’est donc finalement pas obligatoire pour:

  • pratiquer des sports où la distance de deux mètres peut être respectée, comme le golf ou le tennis;
  • un couple qui n’habite pas à la même adresse; et
  • une personne seule qui s’est greffée à une bulle familiale. 

Il n’est pas obligatoire non plus lorsque deux personnes marchent ensemble ou sont assises à deux mètres de distance.

L’opposition demandait des explications au gouvernement.

  • Cette mesure était «très dure à suivre», déplorait le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois.
  • La cheffe du Parti libéral Dominique Anglade était surprise qu’une telle mesure soit imposée après un an de pandémie, alors que l’on a répété qu’à l’extérieur, «le risque de contamination est beaucoup plus faible». 

La contamination à l’extérieur existe, confirme à InfoBref la professeure en santé publique Roxane Borgès Da Silva.

  • Mais selon les études, elle est 19 fois moins probable qu’à l’intérieur, précise-t-elle.
  • «Elle est nécessairement plus élevée avec les variants. De combien? On ne sait pas encore.»

En conférence de presse mardi, le directeur national de santé publique Horacio Arruda avait reconnu qu’aucune «étude contrôlée» n’appuyait l’obligation de porter un masque à l’extérieur. 

  • Le Dr Arruda affirmait toutefois que la mesure avait été «retenue par les experts [de la santé publique] par consensus», à cause de la «très grande transmissibilité des variants».



Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le port du masque devient obligatoire lors de toute activité à l’extérieur

Publié le 13 avr. 2021
  • Lorsque deux personnes qui n’habitent pas à la même adresse font une activité ensemble à l’extérieur, elles doivent désormais porter un masque pendant toute la durée de l’activité.
  • Le ministère de la Santé a précisé hier les seuls cas où le port du masque n’est pas requis: si les personnes sont assises à 2 mètres les unes des autres, ou lorsqu’elles se baignent ou pratiquent des sports nautiques. Pour toute activité extérieure, il est toujours interdit de se réunir à plus de 8 personnes en zone rouge, et à plus de 12 personnes en zone orange. 

Le délestage reprend à Québec

Publié le 13 avr. 2021
Le délestage reprend à Québec

Le directeur des services professionnels du CHU de Québec Stéphane Bergeron

  • Le CHU de Québec doit délester à compter d’aujourd’hui 20% à 35% des opérations et des consultations pour soigner les patients Covid.
  • «On est rendus là», a annoncé hier le directeur des services professionnels du CHU Stéphane Bergeron. «Cette situation, elle nous attriste. On la trouve épouvantable. Mais on n’a pas vraiment le choix».

Certains secteurs comme l’oncologie, la pédiatrie ou l’obstétrique seront préservés. 

Mais plusieurs services doivent réduire leurs activités.

  • Une centaine de chirurgies et plusieurs centaines de rendez-vous par semaine ne pourront pas être offerts, indique le Dr Bergeron.
  • Si le nombre de cas continue d’augmenter, il prévoit déjà que le délestage pourrait «passer à une vitesse supérieure».  

En cause: la forte augmentation du nombre de patients Covid dans la région.

  • L’hôpital compte actuellement plus de 60 personnes hospitalisées à cause de virus, dont 14 aux soins intensifs et 7 aux urgences.
  • Une vingtaine d’entre elles viennent d’arriver en l’espace de quelques jours.
  • «Ces patients s’ajoutent à tous les autres patients qui n’ont pas la Covid, mais qui ont aussi besoin de soins urgents», dit le Dr Bergeron.

Le CHU de Québec a dû augmenter sa capacité de lits et ouvrir plusieurs unités, alors que 66 de ses travailleurs ont la Covid et que 76 sont en isolement préventif.

  • Le délestage est inévitable explique Stéphane Bergeron: «On doit soigner beaucoup plus de gens qu’avant et on est de moins en moins nombreux à pouvoir le faire». 


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus