ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Voici ce que vous auriez reçu par courriel ce matin si vous étiez abonné·e à InfoBref

1. Projet de méga-usine de batteries Northvolt en Montérégie – voici l’essentiel

Projet de méga-usine de batteries Northvolt en Montérégie – voici l’essentiel

La future usine de Northvolt (Source: Northvolt)

  • L’entreprise suédoise Northvolt va construire une usine de fabrication de composantes de batteries pour véhicules électriques sur un terrain qui chevauche les villes de Saint-Basile-le-Grand et de McMasterville, en Montérégie.
  • À terme, cette usine pourrait employer jusqu’à 3000 personnes.

L’usine qui sera construite près de Montréal produira des cellules de batteries et d’autres composantes. Le début de la production est annoncé pour 2026.

  • L’usine aura une superficie estimée à près de 320 terrains de football américain. 
  • Sa production annuelle devrait pouvoir alimenter 1 million de véhicules électriques par an.
  • Elle pourrait employer 3000 personnes lorsqu’elle aura atteint son plein potentiel, à une date qui n’a pas été précisée.

RECEVEZ GRATUITEMENT chaque jour par courriel L’ESSENTIEL DES NOUVELLES économiques, technologiques et financières : abonnez-vous ici à l’infolettre matinale d’InfoBref, ou cliquez Infolettres en haut à droite


L’entreprise Northvolt, d’où vient-elle?

  • Elle a été créée en Suède il y a 7 ans par d’anciens employés de Tesla. 
  • Depuis, elle a reçu plusieurs milliards $ en financement, provenant entre autres de la grande firme américaine de gestions d’actifs BlackRock.
  • Elle a commencé à produire des composantes de batterie à la fin de 2021. 
  • Son carnet de commandes totalise plusieurs dizaines de milliards $. Il vise à fournir plusieurs constructeurs européens, dont Volkswagen, BMW, Volvo et Polestar.

[voir aussi: Québec et Ottawa investiront jusqu’à 7 milliards $ dans l’usine de Northvolt]

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

2. Québec et Ottawa investiront jusqu’à 7 milliards $ dans l’usine de Northvolt

Québec et Ottawa investiront jusqu’à 7 milliards $ dans l’usine de Northvolt

(Source: compte X de François Legault / Émilie Nadeau)

  • François Legault et Justin Trudeau ont salué l’arrivée de Northvolt au Québec. Ils soutiennent que les batteries pour véhicules électriques qui seront produites dans son usine, à partir de sources d’énergie propres, seront «parmi les plus vertes au monde».
  • Les 2 gouvernements investiront ensemble 2,7 milliards $ dans le projet de l’entreprise suédoise. Ils lui accorderont aussi jusqu’à 4,6 milliards $ d’incitatifs à la production. Selon Québec et Ottawa, le projet devrait générer des retombées économiques égales à la valeur de ces incitatifs 5 à 9 ans après le début des activités commerciales de l’usine.

Estimée à 7 milliards $, la première phase du projet de Northvolt représente «le plus grand investissement manufacturier de l’histoire du Québec», affirme François Legault. 

Les gouvernements soutiennent qu’elle permettra au Québec de «mettre en place tous les éléments de la filière batterie, de la mine jusqu’au recyclage». 

  • Les usines de Northvolt permettront de transformer sur place les ressources naturelles québécoises, au lieu de les exporter.  

Financement public

Pour financer la construction de l’usine de Northvolt: 

  • Le Québec investira 1,37 milliard $ (420 millions $ en participation et le reste sous forme de prêt pardonnable). 
  • Le Canada investira jusqu’à 1,34 milliard $. 

De plus, Québec et Ottawa fourniront à Northvolt une aide financière à la production qui sera équivalente au crédit pour production manufacturière de pointe offert par le gouvernement américain. 

  • Ces incitatifs s’appliqueront aux batteries que Northvolt fabriquera et vendra. 
  • Ils atteindront jusqu’à 4,6 milliards $, dont un tiers sera payé par le Québec.

Le financement total provenant des gouvernements pourrait donc dépasser 7 milliards $.

  • Pour comparaison, la plus récente estimation du cout total du Réseau express métropolitain (Rem) est de 8 milliards $.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 5 minutes? C’est ce que vous offre notre infolettre InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi près de 20 000 Québécois·es la reçoivent chaque jour: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Retombées attendues

À terme, les gouvernements s’attendent à ce que le projet de Northvolt: 

  • crée, directement et indirectement, des dizaines de milliers d’emplois à travers le Canada (dès la première phase du projet, l’usine de Northvolt devrait créer directement jusqu’à 3000 emplois au Québec); et
  • injecte chaque année jusqu’à 1,6 milliard $ dans l’économie canadienne (PIB).

Réactions de l’opposition au Québec 

Le co-porte-parole solidaire Gabriel Nadeau-Dubois qualifie le projet de «gigantesque» et espère que les Québécois «en auront pour leur argent».  

Le député libéral Frédéric Beauchemin soutient le projet, mais s’inquiète par rapport aux manques actuels de logements et «de bras», et au potentiel manque d’énergie. 

Le député péquiste Joël Arseneau se demande si la production de l’électricité nécessaire pour le projet est compatible avec l’objectif du Québec de réduire avant 2030 ses émissions de GES de 37,5%.

[voir aussi: Projet de méga-usine de batteries Northvolt en Montérégie – voici l’essentiel]

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

3. Le gouvernement Legault étudie plusieurs projets de barrages 

  • François Legault a dit à Radio-Canada que son gouvernement examinait différents moyens d’augmenter la capacité de production d’énergie renouvelable du Québec. Il souhaite accueillir d’autres grands projets comme celui de la méga-usine de batteries Northvolt. 
  • Le premier ministre a précisé que 3 ou 4 nouveaux projets de barrages hydroélectriques sont actuellement à l’étude, et que leur construction fera l’objet d’un débat de société. «Veut-on avoir plus de barrages pour avoir plus d’entreprises qui créent des jobs payants au Québec? Moi, dit-il, je réponds clairement oui.»

4. Il est possible de prendre rendez-vous pour recevoir le nouveau vaccin anti-Covid

  • Le directeur national de santé publique Luc Boileau a confirmé que la nouvelle campagne de vaccination débutera le 10 octobre pour l’ensemble de la population. Elle commencera dès lundi dans les CHSLD et les Résidences pour ainés. Il est déjà possible pour tous de prendre rendez-vous sur le portail Clic Santé.
  • La Santé publique recommande «particulièrement» aux personnes vulnérables ou à risque, y compris les 60 ans et plus, les personnes atteintes de maladies chroniques ou immunosupprimées et les femmes enceintes, de recevoir une nouvelle dose de vaccin cet automne. 

5. De nouveaux contenants seront bientôt consignés 

De nouveaux contenants seront bientôt consignés 

(Source: Skitterphoto / Pixabay)

  • À compter du 1er novembre, la consigne sera élargie à tous les contenants de boissons en aluminium de 100 ml à 2 litres. L’Association québécoise de récupération de contenants de boissons estime qu’alors environ 5 milliards de contenants seront consignables, soit 2 fois plus qu’aujourd’hui.
  • Le montant de la consigne sera par ailleurs uniformisé. Il passera de 5 à 10 cents pour la majorité des contenants, et de 20 à 10 cents pour les canettes de bière de plus de 450 ml. La consigne des bouteilles de verre de 500 ml à 2 litres sera de 25 cents.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles

Chaque matin, au réveil, recevez 10 nouvelles à connaitre pour commencer la journée, à lire en 5 minutes : abonnez-vous gratuitement à l’infolettre

6. La république séparatiste du Nagorny-Karabakh a annoncé sa dissolution 

  • Son dirigeant a indiqué que la république cessera d’exister le 1er janvier. Elle sera alors pleinement intégrée à l’Azerbaïdjan. Le Nagorny-Karabakh avait été séparé de l’Arménie et intégré à l’Azerbaïdjan en 1921, puis avait proclamé son indépendance en 1991.
  • Une semaine après une offensive militaire éclair de l’Azerbaïdjan [détails (20 sept.)], plus de la moitié de la population du Nagorny-Karabakh (estimée à 120 000 personnes) s’est déjà réfugiée en Arménie, selon les autorités arméniennes. Elles estiment que d’ici quelques jours, il n’y aura plus aucun arménien au Nagorny-Karabakh.

7. La Banque Laurentienne a subi une longue panne

  • La Banque Laurentienne a annoncé hier que ses services bancaires étaient rétablis, après une panne de 5 jours. Toutefois, l’accès à ses services en ligne pourrait prendre plus de temps qu’à l’habitude en raison de l’achalandage, a indiqué la banque québécoise. 
  • La panne aurait été causée par une mise à jour des systèmes informatiques de l’institution financière. Elle a empêché ses clients de faire plusieurs opérations courantes, comme transférer des fonds et payer des factures.

8. Hyundai rappelle plus de 300 000 véhicules au Canada en raison d’un risque d’incendie

Hyundai rappelle plus de 300 000 véhicules au Canada en raison d’un risque d’incendie

(Source: Hyundai)

  • Le risque provient d’une possible fuite de liquide de frein qui peut causer un court-circuit. Les propriétaires canadiens peuvent vérifier sur le site de Hyundai si leur véhicule fera l’objet d’un rappel. Le fabricant dit qu’il informera les automobilistes concernés d’ici la mi-novembre. Ils pourront alors conduire leur véhicule à un concessionnaire pour faire remplacer, sans frais, la pièce défectueuse.
  • Hyundai indique qu’en attendant, les conducteurs concernés peuvent continuer à conduire leur véhicule, mais recommande de le stationner loin des bâtiments tant que le problème n’est pas réglé.

Prenez soin de votre argent

Recevez gratuitement chaque samedi les conseils de nos chroniqueurs experts en finances personnelles et consommation. Abonnez-vous à l'infolettre 

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

9. Au tour de Meta d’avoir son robot conversationnel

  • Le patron de Meta, Marck Zuckerberg, a présenté un nouveau robot conversationnel qui sera prochainement testé aux États-Unis.
  • Nommé Meta AI, il sera disponible dans les applications WhatsApp, Messenger et Instagram, et par l’intermédiaire des lunettes Ray-Ban intelligentes et du casque de réalité virtuelle Quest 3. Grâce à un partenariat entre Meta et Bing, le moteur de recherche de Microsoft, Meta AI pourra fournir, à la demande, des informations en temps réel. Il pourra aussi, assure Meta, générer des images photoréalistes créées à l’aide de l’intelligence artificielle.

10. L’entreprise derrière ChatGPT chercherait à fabriquer un nouvel appareil pour détrôner l’iPhone

L’entreprise derrière ChatGPT chercherait à fabriquer un nouvel appareil pour détrôner l’iPhone

(Source: Mojahid Mottakin / Unsplash)

  • Selon le Financial Times, OpenAI, la société qui a développé le robot conversationnel ChatGPT, aurait eu des discussions avec l’ancien chef du design d’Apple, Jony Ive, pour construire «l’iPhone de l’intelligence artificielle».
  • Cet appareil viserait à rendre plus naturelles et intuitives les interactions entre l’humain et l’intelligence artificielle. La conception et la mise en marché d’un tel appareil pourrait prendre plusieurs années avant de se concrétiser, selon les sources citées par le journal.

Trouvez la meilleure carte de crédit pour vous

Notre comparateur identifie la carte qui convient le mieux à vos besoins selon les programmes de récompenses, les remises en argent, les autres avantages, le taux d’intérêt et les frais annuels. Trouvez maintenant>

InfoBref Votre argent

Notre guide hebdomadaire pour vous aider à gagner plus, dépenser mieux et investir plus efficacement

Recevez gratuitement chaque samedi notre infolettre avec les conseils de finances personnelles et de consommation de nos chroniqueurs

Conseils pour vos FINANCES

Le cout caché des CPG – il n’y a pas de lunch gratuit!

Mis à jour il y a 5 h
Fabien Major
par Fabien Major
Le cout caché des CPG – il n’y a pas de lunch gratuit!

[crédit photo: David Tyemnyak | Unsplash]

  • Depuis un an, plusieurs encensent les certificats de placement garantis (CPG) en raison de la protection qu’ils offrent à leurs détenteurs, des taux d’intérêt alléchants, et aussi de leur gratuité.
  • Ce dernier argument est erroné. Non seulement les CPG ne sont pas gratuits pour l’utilisateur, mais ils sont probablement les produits financiers les plus lucratifs pour les institutions.

Un CPG, qu’est-ce que c’est?

Les CPG sont des produits d’investissement à faible risque qui offrent un rendement fixe sur une période donnée.

  • En ce moment, il est facile d’obtenir plus de 5% pour un CPG de 12 mois.

Lorsqu’un client dépose de l’argent dans un CPG, en échange d’un taux d’intérêt garanti, il s’engage à ne pas retirer ses fonds pendant une période déterminée.

Les CPG sont souvent utilisés comme un moyen sûr de faire fructifier des économies en vue d’un projet précis, sans risquer de perdre son capital.


Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque samedi l’infolettre InfoBref Votre argent. Elle est gratuite: abonnez-vous ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Pourquoi est-ce si intéressant pour les banques?

Les banques utilisent les dépôts des clients, y compris les CPG, comme une source de financement pour leurs activités de prêt.

En d’autres termes, l’argent que vous déposez dans un CPG est ensuite prêté à d’autres clients sous forme de prêts personnels, automobiles, commerciaux, et surtout hypothécaires.

C’est ainsi que les banques génèrent des revenus: en prêtant de l’argent à un taux d’intérêt plus élevé qu’elles ne paient sur les dépôts.

Combien les banques peuvent-elles prêter?

On entend couramment que les banques peuvent prêter jusqu’à 10 fois le montant des dépôts qu’elles reçoivent.

C’est parfois le cas, mais cette affirmation est une simplification.

  • Au Canada, les banques sont soumises à des règlementations strictes concernant le montant qu’elles peuvent prêter par rapport à leurs dépôts. Ce ratio est souvent appelé le «ratio de levier» ou le «ratio de capital».
  • Il ne s’agit pas d’un multiplicateur fixe comme «10 fois», mais plutôt d’un ratio calculé en fonction de divers facteurs, y compris le type de prêt et le profil de risque associé.
  • En tenant compte de tous les facteurs, en fin de compte, ça peut être plus ou moins que 10 fois.

Découvrez les autres chroniques Conseils pour vos finances de Fabien Major publiées chaque samedi dans InfoBref Votre argent. Pour recevoir gratuitement l’essentiel des nouvelles économiques et financières et nos chroniques d’experts en finances et consommation, inscrivez-vous gratuitement aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Comment les banques profitent-elles de l’effet de levier?

Lorsqu’elle reçoit un dépôt en CPG, la banque peut donc prêter votre argent en s’en servant comme levier. Elle ne s’en prive pas, c’est même la base de son modèle d’affaires.

Prenons un exemple: Richard a 100 000 $ qu’il souhaite placer.

  • Sa banque lui propose un CPG d’un an à 5%.
  • Au bout de 12 mois, Richard recevra 5000 $ en intérêt (100% imposables dans un compte au comptant qui ne fait pas partie d’un REER ni d’un CELI).

Si la banque prête la même somme dans le cadre d’une hypothèque d’un an à 7,25%, la banque fera un profit brut de 2250 $, soit 2,25% du montant.

Cet «écart» entre le rendement de Richard et celui perçu par la banque n’est pas à proprement parler un frais pour Richard.

Mais c’est certainement une perte d’opportunités. Sans l’apport en capital de Richard, la banque ne pourrait recevoir le revenu de cet écart, qu’elle ne partagera pas avec le déposant.


Savoir l’essentiel des nouvelles chaque matin en 5 minutes? C’est possible, grâce à l’infolettre quotidienne d’InfoBref. Simple, claire, et utile. Faites comme près de 20 000 Québécois·es, essayez-la: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


L’avantage, pour la banque, ne s’arrête pas là.

Si les ratios le lui permettent, elle pourrait bien prêter le montant déposé de 100 000 $ non pas une fois, mais 10 fois.

Ici, on parle d’un million $.

À 7,25%, son bénéfice brut serait alors de 2250 $ + (7250 $ x 9) = 67 500 $.

Par rapport au montant apporté par Richard, ce serait une marge bénéficiaire brute de 67,5%, en une année seulement.

Le prix de l’apparente gratuité

Si la raison pour laquelle Richard choisit d’investir dans un CPG est qu’il juge que les frais des fonds, FNB ou les honoraires des planificateurs sont trop élevés, le petit «détail» que je viens d’exposer devrait le secouer.

  • Prétendre auprès de Richard que le CPG qu’on lui propose est un produit financier sans frais serait, d’une certaine façon, trompeur.
  • Appelons cela écart, marge, cout, loyer, indemnisation ou autrement: le résultat est que la banque s’enrichit avec ses capitaux.

Certes, l’exemple de Richard est très simplifié. Il ne tient pas compte de nombreux éléments: frais administratifs, couts de gestion des risques, impôts, provisions pour pertes sur prêts, etc.

Il donne néanmoins une bonne idée de la manière dont les banques génèrent des profits avec les prêts hypothécaires qu’ils peuvent proposer à certains clients grâce aux dépôts d’autres clients.

Pour recevoir la chronique Conseils pour VOS FINANCES de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

En savoir plus En savoir plus

GAGNER plus

Prêt bancaire: vaut-il mieux un taux fixe ou un taux variable?

Mis à jour il y a 5 h
Olivier Schmouker
par Olivier Schmouker
Prêt bancaire: vaut-il mieux un taux fixe ou un taux variable?

[photo: Robin Higgins | Pixabay]

  • La Banque du Canada a laissé inchangé en septembre son taux directeur, à 5%. Mais elle garde le doigt sur la gâchette, prête à hausser encore le taux si elle le juge nécessaire. 
  • La plupart des analystes s’attendent à ce que les taux d’intérêt restent encore élevés pendant un bon bout de temps. Est-ce le bon moment pour opter pour un prêt bancaire à taux fixe? Ou vaut-il mieux en choisir un à taux variable?

C’est à l’ouverture d’un prêt ou à son renouvèlement que vous pouvez choisir entre un taux fixe ou un taux variable.

  • Un taux fixe demeure le même durant toute la durée du prêt. Le montant de vos paiements est immuable.
  • Un taux variable fluctue en fonction des hausses et des baisses du taux directeur de la Banque du Canada. Le montant de vos paiements est donc amené à augmenter ou diminuer au fil du temps.

La logique voudrait que, comme le taux directeur est à la hausse depuis mars 2022, ceux qui s’en sortent le mieux soient ceux qui ont choisi un taux fixe.

Pourtant, une étude de Moshe Milevsky, professeur de finance à l’Université York de Toronto, sur les taux d’intérêt depuis 1950 a mis au jour le fait que, dans 90% des cas, il était plus intéressant sur le plan financier d’opter pour un taux variable

Sommes-nous actuellement dans le 10% de cas particuliers où il est payant d’avoir un taux fixe?

Tout dépend de votre profil financier.

Un taux fixe vous convient si:    

  • Vous préférez des mensualités identiques tout au long de votre emprunt.
  • Vous n’avez pas beaucoup de marge de manœuvre dans votre budget.
  • Vous anticipez une hausse des taux d’intérêt à court terme et vous désirez vous en protéger.

Le taux fixe offre surtout la tranquillité d’esprit.

Il permet de se protéger des éventuelles hausses du taux directeur de la Banque du Canada, mais il empêche de profiter des éventuelles baisses.

Un taux variable vous convient si:

  • Vous tolérez bien les variations imprévues du marché.
  • Votre situation financière vous permet d’assumer une hausse de vos mensualités, si jamais les taux se mettent à augmenter.
  • Vous anticipez une baisse des taux d’intérêt à court terme et vous désirez en tirer profit.

Le taux variable permet de subir des pénalités plus faibles.

  • En cas de remboursement anticipé, les pénalités sont en général plus élevées avec un taux fixe qu’avec un taux variable.
  • Elles représentent souvent trois mois d’intérêts dans le cas d’un taux variable.

Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque samedi l’infolettre InfoBref Votre argent. Elle est gratuite: abonnez-vous ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Taux variable avec versements fixes

Si vous avez du mal à trancher entre taux fixe ou variable, certaines institutions financières peuvent vous proposer un prêt à taux variable avec des versements fixes.

  • Si votre taux d’intérêt baisse, vous remboursez alors plus en capital et moins en intérêts; et vice versa si votre taux augmente. 
  • Si, pendant le terme prévu, les taux atteignent un certain seuil de pourcentage déterminé, alors votre institution financière vous contacte pour ajuster vos paiements.

Cependant, même si vos versements sont fixes, les fluctuations de taux auront un impact lors du renouvèlement de votre prêt. Vous devrez peut-être:      

  • augmenter le montant de vos versements pour conserver la même période d’amortissement; ou        
  • refinancer votre hypothèque et prolonger votre amortissement pour maintenir des paiements plus bas.

Taux variable plafonné

Enfin, il vous est également possible de recourir au taux variable plafonné. 

Un taux variable plafonné fluctue au gré du marché, mais ne dépasse jamais un plafond préétabli. 

  • Cette option vous permet de profiter des baisses de taux, tout en vous protégeant en cas de hausse majeure.

Notez qu’il y a souvent une prime à payer pour pouvoir bénéficier de ce type de taux.

Bref, vous avez tout à gagner à bien étudier votre profil financier avant de déterminer si votre prochain emprunt sera à taux fixe, variable, ou une formule hybride.

Pour recevoir chaque samedi la chronique «GAGNER plus» et les autres conseils de nos experts en finances personnelles et consommation, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre hebdomadaire InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

En savoir plus En savoir plus