ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

1. Meng Wanzhou et «les deux Michael» sont libres

Meng Wanzhou et «les deux Michael» sont libres

Meng Wanzhou [Source: Huawei]

  • La justice canadienne a libéré hier soir Meng Wanzhou, directrice financière du géant des télécommunications Huawei, qui n’avait pas le droit de quitter le Canada depuis son arrestation il y a presque 3 ans. Dans les heures suivantes, elle a pris l’avion pour la Chine.
  • Alors que son avion quittait l’espace aérien du Canada, le premier ministre Justin Trudeau annonçait en conférence de presse que 2 citoyens canadiens détenus en Chine, eux aussi depuis presque 3 ans, Michael Spavor et Michael Kovrig, avaient été libérés, avaient pris l’avion pour le Canada et venaient de quitter l’espace aérien chinois.

Ce qui a tout l’air d’un échange de prisonniers a mis fin, en seulement quelques heures, à une saga judiciaire qui avait créé une vive tension entre Ottawa et Pékin.

Ce qui avait causé la crise :

  • Les États-Unis, sous l’administration Trump, ont accusé Huawei et sa directrice financière d’avoir menti en 2013 en cachant des relations commerciales qu’aurait eues une filiale de Huawei avec l’Iran alors que ce pays faisait l’objet de strictes sanctions commerciales.
  • Les États-Unis ayant demandé au Canada d’extrader Meng Wanzhou vers les États-Unis, la Gendarmerie royale du Canada l’a arrêtée le 1er décembre 2018 à son arrivée à l’aéroport de Vancouver.
  • Meng Wanzhou n’est pas qu’une dirigeante de Huawei. C’est aussi la fille du fondateur et PDG de l’entreprise, qui est l’un des hommes d’affaires en vue en Chine.
  • Dans les semaines suivant l’arrestation de Meng Wanzhou, la Chine a arrêté 2 ressortissants canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor, en les accusant d’espionnage. Ils ont été détenus par la suite, dans des conditions souvent éprouvantes.
  • Tout indiquait que leur détention avait un objectif diplomatique: faire pression sur le Canada pour obtenir la libération de Meng Wanzhou.

Comment la crise s’est résolue:

Meng Wanzhou a conclu un accord avec la justice des États-Unis. Il s’est concrétisé hier après-midi, alors que Meng Wanzhou a comparu virtuellement devant une Cour américaine.

En vertu de cet accord:

  • Meng Wahzhou reconnaît certaines «fautes» et elle accepte certaines conditions.
  • En échange, les États-Unis «reportent» jusqu’à fin 2022 leurs procédures judiciaires contre elle et retirent leur demande d’extradition auprès du Canada.
  • Si Meng Wanzhou respecte ses engagements en vertu de l’accord, les procédures judiciaires à son encontre seront définitivement abandonnées fin 2022.

Le retrait de la demande d’extradition a amené la justice canadienne, qui n’avait pas d’autre raison de retenir Meng Wanzhou, à libérer entièrement la femme d’affaires hier soir.

  • Dès sa libération, Meng Wanzhou a quitté le Canada.

Pour le Canada, le premier impact des événements d’hier est la fin du calvaire des deux Michael et leur retour au pays. Ils devaient arriver au Canada ce matin.

Pourrait s’en suivre une certaine normalisation des relations diplomatiques et commerciales avec la Chine, relations que l’affaire Meng Wanzhou a beaucoup assombries.

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

2. NOUVELLES en rafale

  • Le plan pour recruter plus d’infirmières annoncé par le gouvernement Legault frustre l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), qui regroupe notamment des technologues – se disant «consternée», l’Alliance suspend le vote par ses membres sur le renouvellement de la convention collective parce qu’elle juge que le gouvernement, contrairement à ce qu’il avait dit en négociant la nouvelle convention, dispose encore d’une «marge de manœuvre» financière pour contrer la pénurie de main-d’œuvre partout dans le réseau et pas seulement chez les infirmières. 
  • La députée libérale Marwah Rizqy, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation, a dit hier ceci de Jean-François Roberge en réponse à une question lui demandant pourquoi, selon elle, il était toujours au poste de ministre de l’Éducation: «Si ç’avait été une femme, Roberge aurait été dégommé.»
  • Aux États-Unis, les autorités sanitaires ont décidé, contrairement à l’avis d’un de leurs comités, de recommander une troisième dose de vaccin de Pfizer pour les personnes très exposées au coronavirus dans le cadre de leur travail, y compris les enseignants, les travailleurs de la santé et les gens qui travaillent dans des grands magasins.
  • La banque centrale de Chine a frappé un grand coup contre les cryptomonnaies: elle a carrément interdit toutes les activités financières qui les entourent, y compris les transactions, le minage (l’émission de nouveaux jetons) et toute autre activité dérivée – cette décision inattendue a fait chuter hier la valeur du bitcoin et d’autres cryptomonnaies.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Analyse POLITIQUE

3. Hydro-Québec: le rêve américain devient réalité

Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Hydro-Québec: le rêve américain devient réalité

[crédit photo: Mathilde Paret | Unsplash]

  • Hydro-Québec vient de réaliser un de ses grands rêves avec la signature attendue d’un contrat majeur d’exportation d’électricité pour alimenter la ville de New York. À la clé, 20 milliards $ de revenus en 25 ans.
  • Avec les immenses réservoirs de ses barrages hydroélectriques, le Québec devient à la faveur de la crise climatique un partenaire stratégique majeur pour les États de l’est des États-Unis qui veulent réduire leurs émissions de GES.

Il y a longtemps que le Québec ambitionne de conclure de grands contrats d’exportation d’électricité, tel celui qu’on se prépare à signer avec New York. [détails sur l’annonce faite ces derniers jours]

Le premier ministre Robert Bourassa publiait en 1985 son ouvrage L’Énergie du Nord destiné autant à un public américain que québécois. [livre disponible sur Amazon]

Il rêvait d’une deuxième Baie-James.

  • Mais le projet Grande Baleine n’a pu voir le jour, victime du contexte économique et de la vive opposition des environnementalistes et des Cris.

François Legault revenait à la charge en 2016.

  • Alors chef de l’opposition, il voyait le Québec comme «la batterie verte de l’est de l’Amérique du Nord».
  • Son idée fut reçue avec scepticisme.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Hydro-Québec dispose de surplus importants pour lesquels les États-Unis représentent un débouché naturel.

Devant l’opposition des producteurs américains d’énergie, elle a dû se limiter essentiellement à des ventes d’énergie pendant les périodes de pointe de consommation, sur ce qu’on appelle «le marché spot» qui fonctionne selon un mécanisme d’enchère.

  • L’an dernier, elle a exporté 32 TW d’énergie à un prix moyen de 4,2 cents le kilowattheure.
  • Ces ventes ont été de 537 millions $ et ont contribué pour 2,3 milliards $ à son bénéfice net. Ce n’est pas rien.

L’intérêt d’un contrat d’exportation ferme est de pouvoir monnayer sur une longue durée ses surplus, à un prix stable et plus élevé, pour une énergie reconnue comme propre et renouvelable.

Les producteurs américains ont bataillé fort pour fermer la porte à Hydro-Québec.

  • Ils ont contesté la valeur environnementale de l’hydro-électricité produite au Québec.
  • Ils ont instrumentalisé l’opposition des groupes autochtones et des citoyens.

Le contrat de 20 ans signé avec le Massachusetts de 9,45 TW est ainsi toujours menacé par l’opposition de groupes du Maine qui tentent de bloquer la ligne qui traversera leur État.

Mais la crise climatique fait tourner le vent en faveur du Québec.

L’État de New York veut réduire ses émissions de GES.

Il entend réduire le recours aux énergies fossiles dans la production d’électricité de 85% à 70% d’ici 2030, grâce notamment à la fourniture par Hydro-Québec de 1250 MW d’électricité à la ville de New York.


Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, ancien directeur du Devoir, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin [pour les recevoir par courriel, inscrivez-vous gratuitement à nos infolettres]


Le président Biden est favorable à ce projet.

Il a accordé un permis présidentiel à la ligne de transport de cette électricité, permis qui avait été refusé au pipeline Keystone XL pour l’exportation du pétrole albertain.

Cette ligne sera souterraine et sous-marine ira jusqu’à New York.

La partie québécoise de 60 km sera réalisée en partenariat avec la communauté autochtone de Kahnawake qui en sera copropriétaire dans une proportion qui pourrait être de 10 à 20%.

Tout cela devrait faciliter la conduite à terme du projet.

Ce deuxième contrat d’envergure a valeur de symbole.

  • Après celui avec le Massachusetts, il ouvre des perspectives de développement pour Hydro-Québec.
  • Ses surplus demeurent importants et elle peut dégager d’importantes marges additionnelles par d’éventuels programmes d’efficacité énergétique.

Visionnaire, Robert Bourassa l’était sans doute lorsqu’il parlait d’électricité.

Mais il n’imaginait pas qu’il faudrait autant de temps pour réaliser cette percée qui va placer le Québec au cœur de la métropole américaine.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Conseils pour vos FINANCES

4. Faites votre choix parmi les 3 conditions à remplir pour vous enrichir

Fabien Major
par Fabien Major
Faites votre choix parmi les 3 conditions à remplir pour vous enrichir
  • Vouloir être plus riche en remboursant toutes ses dettes: c’est une des 5 résolutions annuelles les plus courantes, aux côtés des souhaits de perdre du poids, de mieux manger, de se remettre en forme, et de cesser de fumer.
  • Mais très peu de gens respectent leurs vœux pieux et modifient durablement leurs comportements. Alors, avec seulement un trimestre à faire avant la fin de 2021, où en êtes-vous?

Il en va des dettes comme du surplus de poids: impossible de s’alléger sans changer quelque chose à son comportement.

À première vue, les variables ne sont pas très nombreuses: on se dit qu’il faut gagner plus, ou dépenser moins, et idéalement faire les deux en même temps.

Récemment, j’échangeais avec Ghislain Maillet, un vice-président de district pour la financière mondiale Fidelity.

Il m’a révélé une recette toute simple, qui mène généralement à l’enrichissement.

La recette est de remplir 2 des 3 conditions suivantes:

  1. Avoir de très bons revenus
  2. Être économe
  3. Faire des placements à long terme

La première condition n’est pas à votre portée? Ce n’est pas un problème.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


2 conditions sur 3

Ghislain me citait l’exemple de Martine, une infirmière. Elle gagnait des revenus moyens, mais:

  • elle était très économe – elle arrivait à mettre 20% de ses revenus nets de côté dans des REEE, des REER et des CELI; et
  • elle investissait le tout dans des placements diversifiés en actions.

À 45 ans, elle avait accumulé 673 000 $.

En y ajoutant la hausse de valeur de son condo, elle est techniquement millionnaire. Sans avoir hérité. Juste grâce à sa persévérance et à son intérêt pour l’investissement. 

Martine n’a certes pas des revenus bien au-dessus de la moyenne, mais elle a respecté les 2 autres exigences: être économe et placer son épargne. Cela lui a réussi. 

Gros revenu, mais peur de la bourse

À l’unité de l’hôpital où elle travaille, Martine côtoie Gilbert.

Ce médecin de 64 ans gagne de très gros revenus.

Il met toujours 5 à 10% de son salaire de côté.

Mais il est incapable de faire des investissements.

  • Il déteste la finance.
  • Il ne peut supporter que la valeur de ses économies fluctue.

Alors, il enferme ses surplus à double tour dans des CPG et des dépôts à terme.

  • Cela lui rapporte moins que l’inflation et il paie un maximum d’impôts sur ces maigres rendements.
  • Mais au moins, il dort tranquille.

­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Pourtant, il y a quelques années, son planificateur l’avait convaincu de diversifier ses avoirs.

Pendant quelque temps, Gilbert a obtenu de meilleurs rendements qu’avec les CPG.

Mais certains placements dans son REER l’inquiétaient.

  • Il faisait une fixation sur ceux qui le décevaient, au point que cela nuisait à son sommeil.

Gilbert a un biais cognitif incontrôlable.

Il fait de la «comptabilité mentale»: il analyse séparément et en détail toutes les composantes de son portefeuille au lieu d’en apprécier le résultat dans son ensemble.

On devine qu’il n’a pas conservé très longtemps sa nouvelle stratégie de placement.

  • Il a préféré retourner à ses placements très sûrs, pour que son magot soit à nouveau protégé par le «gérant de la caisse populaire».
  • Malheureusement pour lui, cette décision défie toute logique et il passe à côté de beaucoup d’opportunités.

Mais ne le plaignons pas trop: Gilbert a maintenant une valeur nette de 2,9 millions $.

  • Comme Martine, il fait partie des 5,6% de Canadiens millionnaires.
  • Il le doit au fait qu’il a rempli lui aussi 2 des 3 conditions minimales pour s’enrichir, mais pas les mêmes que Martine: il a de très gros revenus et il économise.

Imaginez si, en plus, il faisait des placements…

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Meilleurs produits TECHNO

5. Surface Laptop Studio, Pro 8, Pro X, Go 3: Microsoft veut séduire tous les publics

Alain McKenna
par Alain McKenna
Surface Laptop Studio, Pro 8, Pro X, Go 3: Microsoft veut séduire tous les publics
  • Microsoft a présenté cette semaine la plus importante mise à jour de sa gamme d’ordinateurs et de tablettes Surface depuis que cette gamme a été lancée.
  • En plus du téléphone Surface Duo à écran double, Microsoft propose 4 nouveaux appareils à la fois mobiles et polyvalents qui s’adressent chacun à un public différent. Y en a-t-il un conçu pour vous?

Le Surface Laptop Studio est la plus importante nouveauté.

  • Il s’agit d’une version mobile du Surface Studio, un PC tout-en-un à écran tactile destiné aux professionnels créatifs.
  • Le Laptop Studio a pour principale particularité d’avoir un écran qui se rabat par-dessus le clavier pour offrir une expérience entièrement tactile.

Les 3 autres modèles sont ce que Microsoft appelle des PC hybrides.

  • Il s’agit de tablettes à système Windows qui, avec de bons accessoires, peuvent jouer le rôle d’un ordinateur portable plus conventionnel.

À ces nouveautés s’ajoute le Surface Duo 2.

  • L’appareil prend la forme d’un téléphone à système Android 11 muni de 2 écrans de 8,3 pouces de diagonale et d’une mécanique dernier cri comprenant une caméra à 3 objectifs.
  • Le Surface Duo 2 sera mis en vente plus tard cette année.

InfoBref a assisté à la présentation des nouveaux produits Surface. Voici nos premières impressions sur les 4 ordinateurs-tablettes / hybrides / 2-en-1.


Surface Laptop Studio

Ce portable haut de gamme est muni d’un écran tactile de 14,4 po cadencé à 120 hertz.

On peut tirer le bas de l’écran vers l’avant pour dissimuler le clavier. L’appareil est alors presque plat, comme une grosse tablette couchée, ce qui offre une expérience intéressante pour plusieurs fonctions, comme le dessin ou la prise de notes manuscrites.

L’écran peut aussi être placé en position intermédiaire, verticale penchée vers l’arrière, comme une tablette sur un support. Cette position est adaptée au jeu vidéo, à condition d’utiliser un contrôleur de jeu sans fil.

L’appareil est animé par la onzième génération des processeurs Core d’Intel. Il contient une carte graphique GeForce GTX de Nvidia.

  • PLUS: le stockage proposé va de 256 Go à 2 To | forme hybride inusitée, mais intéressante | bonne autonomie de 17h | les modèles plus haut de gamme semblent conçus pour demeurer assez performants pendant plusieurs années
  • MOINS: la carte graphique des versions de base (Intel Iris X) est moins attrayante | prix plutôt élevé

À partir de 2049 $ sur le site de Microsoft


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Surface Pro X

La Surface Pro X a officiellement vu le jour l’an dernier sous la forme d’une tablette dotée d’une connexion sans-fil LTE (en plus du WiFi). La Pro X est encore animée par une architecture SQ2 ARM exclusive à Microsoft qui rend l’appareil plus puissant qu’une Surface Pro 8, mais limite sa compatibilité avec certains logiciels plus âgés.

La version 2021 de la Pro X vient avec une version sans LTE.

Elle est chargée avec Windows 11. Cela doit la rendre à la fois plus abordable et plus polyvalente, puisque cette version 11 du système d’exploitation inclut un émulateur x86 qui rend la Pro X compatible avec tout logiciel conçu pour des PC à processeur Intel.

  • PLUS: prix revu à la baisse | l’étui-clavier comprend un ingénieux rangement pour un stylet |  mécanique SQ2 particulièrement puissante
  • MOINS: l’émulateur x86 ralentit les applis qui y recourent | la mécanique n’a droit à aucune amélioration particulière pour 2021

À partir de 1349 $ sur le site de Microsoft


Consultez la section TECHNO d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Meilleurs produits Techno. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement au bulletin InfoBref Matin ici ou cliquez sur INFOLETRES en haut à droite.


Surface Pro 8

La Pro 8 est la plus récente version de la Surface originale, le premier PC hybride mis en marché par Microsoft il y a une dizaine d’années.

L’appareil a un écran 120 hertz de 13,3 po.

Cette version 8 a droit à des nouveaux processeurs Intel Core de onzième génération et elle est deux fois plus performante que sa prédécesseure.

4 ports USB-C Thunderbolt facilitent le transfert de données à partir des périphériques connectés.

  • PLUS: bonne autonomie de 16h | caméra frontale 4K excellente pour les appels vidéo | haut-parleurs compatibles Dolby Atmos de bonne qualité
  • MOINS: appareil un peu lourd | il faut activer le rafraîchissement 120 Hz manuellement dans les réglages (il est à 60 Hz par défaut) | les versions munies de plus de stockage et de mémoire coûtent très cher

À partir de 1399 $ sur le site de Microsoft


Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Surface Go 3

Avec un écran plus compact de 10,3 po, la Go 3 est le bébé de la gamme Surface.

L’appareil fait un bond de puissance de 60% grâce à de nouveaux processeurs Core i3 d’Intel.

Une version à connexion LTE sera également offerte par Microsoft prochainement pour étendre la portabilité du Go 3.

Cet hybride ordi-tablette est clairement conçu pour les travailleurs très mobiles qui ne veulent pas trop s’encombrer.

  • PLUS: sa polyvalence se compare à celle des plus grandes Surface Pro | la caméra frontale 1080p convient bien aux appels vidéo | la version LTE devrait intéresser les travailleurs toujours sur la route
  • MOINS: la configuration se limite à 128 go de stockage et 8 go de mémoire vive | le processeur Pentium des versions de base est un peu paresseux

À partir de 519 $ sur le site de Microsoft

Pour recevoir la sélection des Meilleurs produits Techno d’Alain McKenna chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin


Que sont les meilleurs produits? InfoBref vous recommande sous la rubrique Meilleurs produits Techno des produits qui ont généralement fait l’objet d’un test par nos journalistes et/ou d’une analyse de tests effectués par des sources crédibles.
Ces recommandations sont faites de façon objective et indépendante. Il se peut qu’InfoBref reçoive une commission d’Amazon si vous achetez un produit après avoir cliqué sur notre site vers celui d’Amazon. Cette pratique n’affecte en rien le jugement de nos journalistes ni leurs recommandations.
Si vous achetez un produit que nous suggérons et qui est disponible sur Amazon, SVP faites-le de préférence en cliquant dans un lien vers Amazon à partir de notre site. Merci d’avance 🙂
(Si des commerçants québécois nous offrent un mécanisme équivalent de commissionnement, nous intègrerons leurs liens commerciaux avec plaisir.)
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Balados partenaires d'InfoBref

À ÉCOUTER cette fin de semaine

À ÉCOUTER cette fin de semaine

InfoBref vous suggère des balados québécois indépendants de qualité, qui traitent de sujets connexes à ceux que nous couvrons:

  • Balado Le Planif de Fabien Major –> La recette ennuyante – mais payante – des gestionnaires de l’équipe Mawer de Calgary | Écoutez ici
  • Une tasse de tech d’Alain McKenna –> Des robots pour sauver les restos québécois? | Écoutez ici
  • Pour votre info de Laurent Therrien –> Comment réinventer l’industrie textile grâce aux données | Écoutez ici 

VENDREDI en rafale

  • Meng Wanzhou a conclu une entente de libération conditionnelle avec la justice américaine, qui suspendrait son procès jusqu’à l’année prochaine et qui lui permettrait de retourner chez elle en Chine – la directrice financière de Huawei est détenue au Canada depuis son arrestation en 2018.
  • Bilan Covid: 701 nouveaux cas enregistrés au cours des dernières 24h. 298 Québécois sont hospitalisés, soit 15 de plus qu’hier.
  • Le port du masque sera, à compter de lundi, obligatoire pour circuler dans les aires communes des résidences privées pour aînés (RPA) situées dans les régions où l’incidence de transmission du virus est élevée: Mauricie et Centre-du-Québec, Estrie, Montréal, Outaouais, Laval, Lanaudière, Laurentides, Montérégie et certaines MRC de Chaudière-Appalaches.
  • KDC/one, une entreprise de Longueuil qui fabrique des produits cosmétiques, avait annoncé qu’elle ferait cette semaine son entrée en bourse – mais elle a changé d’avis: la société abandonne son projet de premier appel public à l’épargne, en évoquant la volatilité des marchés boursiers. 
  • Derek Chauvin, l’ex-policier américain reconnu coupable du meurtre de l’Afro-Américain George Floyd en 2020 et condamné à 22 ans et demi de prison le 25 juin dernier, porte sa condamnation en appel.  
  • Correction: jeudi soir, nous écrivions que GM avait demandé aux propriétaires de Chevrolet Bolt EUV et EV de ne pas stationner leur voiture à moins de 15 mètres de tout autre véhicule pour limiter les risques d’incendie. Cette information venait de l’agence de presse Reuters et, à notre connaissance, n’avait pas été démentie, mais elle datait d’une semaine alors que nous la croyions plus récente. Les plus récentes instructions de GM aux propriétaires des modèles concernés, en date de lundi, recommandent seulement «par mesure de précaution (…) de laisser suffisamment d’espace autour de leur véhicule». Nos excuses.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Québec part en guerre contre les armes de poing

Québec part en guerre contre les armes de poing

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault [Source: Twitter]

  • La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault veut «intervenir sur tous les fronts» pour lutter contre la violence liée aux armes à feu. Elle promet que le cheval de bataille de cette stratégie, l’opération Centaure, «apportera des résultats concrets et immédiats» et agira «à la source du problème».
  • La stratégie que le gouvernement a annoncée aujourd’hui est dotée de 90 millions $. Elle prévoit notamment de renforcer les corps de police de la province, et de perturber les approvisionnements illégaux d’armes à feu. 

L’opération Centaure (Coordination des Efforts Nationaux sur le Trafic d’Armes, Unis dans la Répression et les Enquêtes) vise les crimes par armes à feu, dont le nombre a considérablement augmenté dans les dernières années. 

  • Dans l’ensemble du Québec, les tentatives de meurtre et de complot par armes à feu ont plus que doublé entre 2016 et 2020.
  • À Montréal, pendant la même période, leur nombre a presque quadruplé.  

Ce que l’opération prévoit:

Embaucher plus de personnel affecté à la lutte contre les armes à feu:

  • Près de 75 millions $ serviront à embaucher ou réaffecter 78 personnes qui relèveront de la Sûreté du Québec. 

Renforcer certains corps de police:

  • à Laval: 5,2 millions $ sur 5 ans pour ajouter 5 policiers à l’Escouade crime organisé – armes à feu (Eco-AF);
  • à Longueuil: 3 millions $ sur 5 ans pour ajouter 4 policiers à la Brigade d’intervention multidisciplinaire;
  • à Montréal: 911 000 $ sur 2 ans

La SQ coordonnera des efforts menés:

  • au Québec, avec les services de police de Montréal, Québec, Laval et Longueuil ainsi qu’avec les corps de police autochtones;
  • au Canada, avec la Gendarmerie royale du Canada, l’Agence des services frontaliers du Canada et la Police provinciale de l’Ontario; et
  • aux États-Unis, avec l’équipe d’enquête de la sécurité intérieure (Homeland Security Investigations).

Autres ressources prévues:

  • l’ajout de 15 personnes au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale; et
  • celui de 5 personnes à la Direction du renseignement des Services correctionnels.

La stratégie mentionne quelques mesures de prévention de la criminalité, mais aucune somme n’a été allouée à ces engagements.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Pesticides: l’Ordre des agronomes du Québec ne veut plus de conflit d’intérêts

Pesticides: l’Ordre des agronomes du Québec ne veut plus de conflit d’intérêts

(Source: Pixabay)

  • L’Ordre des agronomes du Québec (OAQ) est maintenant d’accord pour séparer la vente du service-conseil en matière de pesticides. C’est dans cette direction qu’elle va orienter les travaux de modernisation de la Loi sur les agronomes.
  • Actuellement, un agronome qui recommande à un agriculteur d’utiliser un pesticide peut aussi toucher une rémunération pour la vente de ce produit. Une commission parlementaire avait demandé en 2019 de séparer ces 2 rôles pour éviter les conflits d’intérêts, mais l’OAQ avait alors refusé et préféré resserrer les règles entourant la rémunération.

NOUVELLES EN RAFALE

  • Le parti libéral du Canada a remporté ou est en tête au Québec dans 34 circonscriptions, soit 1 de plus que le Bloc québécois: la candidate libérale de Brome-Missisquoi Pascale St-Onge a finalement battu hier la bloquiste Marilou Alarie – dans Laurier-Sainte-Marie, le ministre du Patrimoine Steven Guilbeault a été réélu après une course serrée contre la candidate du NPD Nimâ Machouf. 
  • Québec a présenté hier son plan pour recruter au moins 4300 infirmières: le gouvernement leur propose des primes de 12 000 $ à 18 000 $, et leur promet «les meilleures conditions de travail» dans le réseau public [détails publiés dans notre bulletin d’hier soir].
  • Les ventes au détail ont reculé de 1,1% en juillet au Québec, principalement à cause de baisses des ventes dans les magasins d’alimentation, de matériaux de construction, et de matériel de jardinage – le Québec a enregistré la plus forte baisse parmi toutes les provinces canadiennes.
  • Apple ne permet pas au jeu vidéo Fortnite de réintégrer l’App Store tant que la bataille juridique qui oppose Apple à Epic Games, l’éditeur du jeu, n’est pas réglée. 
  • Le métro de Moscou mettra en service le 15 octobre une technologie de reconnaissance faciale qui permettra aux usagers de payer leur passage simplement en montrant leur visage à une caméra.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les anti-vaccin ne manifesteront plus près des écoles et des établissements de santé

Les anti-vaccin ne manifesteront plus près des écoles et des établissements de santé

(Source: Unsplash)

  • Les manifestations anti-vaccin sont désormais interdites à moins de 50 mètres des garderies, des écoles primaires et secondaires, des établissements de santé, des cliniques de vaccination et des centres de dépistage.
  • Le projet de loi 105, déposé jeudi matin à l’Assemblée nationale, a été adopté par tous les partis en début de soirée. Cette nouvelle loi n’interdit pas aux travailleurs des lieux visés de manifester sur leurs conditions de travail. 

La loi précise:

  • que les manifestants ne pourront pas se trouver à moins de 50 mètres du «terrain» de ces établissements (et non à 50 mètres d’une porte d’entrée); et 
  • qu’un juge de la Cour supérieure du Québec pourra accorder une injonction pour empêcher toute manifestation.

Elle prévoit des amendes: 

  • de 1000 $ à 6000 $ pour les manifestants et toute personne qui organise ou incite à ces manifestations; et
  • de 2000 $ à 12 000 $ pour toute personne qui menace ou intimide une personne qui se rend ou qui sort de ces établissements.

Elle s’appliquera pour une période de 30 jours.  

  • Cette limite de 30 jours a été réclamée par la députée conservatrice Claire Samson.
  • Le gouvernement pourra toutefois en prolonger la durée.

Mais la loi ne s’appliquera plus lorsque l’état d’urgence sanitaire sera levé.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

SNC-Lavalin et 2 de ses anciens dirigeants sont accusés de corruption

SNC-Lavalin et 2 de ses anciens dirigeants sont accusés de corruption

(Source: Google Maps)

  • Normand Morin et Kamal Francis, d’anciens vice-présidents dans le groupe SNC-Lavalin, sont accusés de corruption d’un fonctionnaire fédéral. Ils ont été arrêtés hier. 
  • La GRC les accuse d’avoir versé 2,3 millions $ en pots-de-vin à lancien président de la Société des ponts fédéraux. Ce dernier a ensuite favorisé SNC-Lavalin dans l’octroi du contrat de réfection du pont Jacques-Cartier à Montréal, contrat qui a été réalisé entre 1997 et 2004.

L’ancien PDG de la Société des ponts fédéraux, Michel Fournier, avait déjà reconnu en 2017 qu’il avait reçu au début des années 2000 un pot-de-vin de 2,3 millions $ venant de SNC-Lavalin, mais apparemment sans identifier les représentants de l’entreprise qui étaient en cause.

  • Ce pot-de-vin visait à favoriser un consortium auquel participait SNC-Lavalin dans l’octroi du contrat de 128 millions $ pour la réfection du pont. 
  • Michel Fournier avait été condamné à 5 ans de prison. 

Les sociétés SNC-Lavalin et SNC-Lavalin International, deux entités du groupe SNC-Lavalin, font elles aussi face à des accusations. 

  • Elles sont responsables des gestes de leurs anciens administrateurs, selon le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).
  • Comme leurs 2 anciens employés, elles sont inculpées de corruption, de fraude, de fabrication de faux contrats et de complot. 

Toutefois, elles pourraient éviter de subir un procès

  • Le DPCP souhaite plutôt conclure avec elles un accord de réparation, ce qui permettrait à l’entreprise de continuer à obtenir des contrats publics.
  • Dans un communiqué qui prend acte des accusations, SNC-Lavalin «considère bienvenue» l’invitation à négocier un accord de réparation et souligne que «c’est la première fois qu’une entreprise canadienne est invitée à négocier un tel accord». 

C’est une nouvelle tâche qui s’ajoute à la feuille de route de SNC-Lavalin (TSX: SNC). 

  • En 2015, le groupe avait été accusé de corruption pour avoir versé près de 50 millions $ en pots-de-vin à des fonctionnaires libyens pour obtenir des contrats dans le pays.
  • En 2019, l’ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould avait démissionné après avoir accusé le premier ministre Justin Trudeau et son entourage de faire pression pour qu’elle intervienne en faveur de SNC-Lavalin. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus