Éducation

La moitié des classes ne sont pas conformes à l’objectif de qualité de l’air fixé par Québec

Mis à jour il y a 22 h
  • Dans 49% des 15 000 classes qui ont été testées, les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) sont au-dessus du plafond de 1000 parties par million (ppm) fixé comme objectif par le gouvernement Legault pour garantir une bonne qualité de l’air.
  • «Ce n’est pas idéal, reconnaît le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge, mais c’est sécuritaire». La concentration de CO2 reste, selon lui, «acceptable» en dessous de 1500 ppm. D’après le rapport publié hier, le taux de CO2 dépassait 2000 ppm dans 350 classes.  

Le Parti québécois veut élargir la loi 101 aux cégeps

Publié le 18 avr. 2021
  • Les membres du Parti québécois ont adopté hier, lors de la dernière journée de leur Conseil national, une mesure proposée par l’aile jeunesse du parti qui prévoit d’étendre la loi 101 au niveau collégial.
  • Le PQ prévoit désormais dans son «projet national» d’appliquer la Charte de la langue française jusqu’aux classes de cégeps. Cela impliquerait qu’un étudiant francophone ou de langue maternelle étrangère ne pourrait pas choisir d’étudier en anglais au niveau collégial. 

Québec va modifier le protocole de tests de la qualité de l’air à l’école

Publié le 15 avr. 2021
  • Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a indiqué que le protocole pour mesurer les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans les classes sera revu l’année prochaine.
  • Roberge dit que son ministère va tenir compte des critiques formulées. Au début du mois, les partis d’opposition demandaient sa démission. Ils l’accusaient d’avoir menti en affirmant que le protocole des tests avait été approuvé par la santé publique. François Legault l’a soutenu hier en disant qu’il ne prévoyait aucun remaniement d’ici la fin de son mandat et que les parents et les enseignants pouvaient faire confiance au ministre.

Entente de principe entre la Fédération autonome de l’enseignement et Québec sur le renouvellement de la convention collective

Publié le 15 avr. 2021
  • L’entente concerne les salaires et les conditions de travail. Elle doit cependant encore être approuvée par le Conseil fédératif de négociation de la FAE, puis par ses membres. La FAE représente 49 000 enseignants du primaire, du secondaire, et de la formation professionnelle.
  • En parallèle, les négociations se poursuivent entre Québec et la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui représente les 73 000 enseignants qui étaient en grève mercredi

Plus de 70 000 enseignants seront en grève mercredi matin

Publié le 12 avr. 2021
Plus de 70 000 enseignants seront en grève mercredi matin

(Photo Unsplash)

  • Cette grève prévue de minuit à 9h30 concerne les enseignants représentés par la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) des niveaux préscolaire, primaire, secondaire, ainsi que ceux en formation professionnelle, en centres de services scolaires francophones et dans les commissions anglophones.
  • La Cour supérieure a rejeté aujourd’hui la demande d’injonction présentée par les gestionnaires scolaires pour suspendre la grève. Selon les centres de services scolaires, cette grève de quelques heures aura des répercussions sur le transport d’écoliers et les services de garde. Elle est liée à l’impasse des négociations des conventions collectives échues depuis mars 2020.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Québec resserre les mesures sanitaires et élargit la vaccination

Publié le 6 avr. 2021
Québec resserre les mesures sanitaires et élargit la vaccination

François Legault (Photo Bureau du premier ministre)

  • Le gouvernement Legault revient sur certains allégements des mesures sanitaires «par prévention». Les gyms vont fermer dès jeudi et les élèves de secondaire retourneront en classe à mi-temps à partir de lundi prochain.
  • Par ailleurs, la vaccination sera ouverte aux personnes âgées de 60 ans et plus partout au Québec d’ici la fin de la semaine. Et le vaccin d’AstraZeneca sera offert aux 55 ans et plus à partir de jeudi. 

Devant l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans certaines régions et face à la présence croissante de variants plus contagieux, Québec ajoute de nouvelles «mesures préventives».

En zone rouge: 

  • les gyms ferment;
  • les activités sportives à l’intérieur seront limitées; et
  • les lieux de culte ne pourront plus accueillir que 25 personnes. 

À compter de lundi, les élèves de secondaire 3, 4 et 5 retournent en classe un jour sur deux et les activités parascolaires sont suspendues. 

En zone orange

Le port du masque devient obligatoire au primaire et les lieux de cultes ne pourront plus accueillir que 100 personnes.

Il est toujours interdit de se réunir dans les maisons.

  • François Legault menace: «en cas d’augmentation du nombre de cas, on remettra le couvre-feu à 20 h».

Par ailleurs, les 55 ans et plus pourront recevoir le vaccin d’AstraZeneca à partir de jeudi.

  • Ces personnes pourront donc être vaccinées plus vite avec ce vaccin.
  • Certains grands centres leur permettront même d’être vaccinées sans rendez-vous.

Le ministre de la Santé Christian Dubé espère que, d’ici la fin de la semaine, le rythme de vaccination pourra monter jusqu’à 70 000 doses par jour. Plusieurs entreprises vont d’ailleurs commencer à vacciner prochainement.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le gouvernement n’a pas sollicité l’INSPQ pour qu’il «commente officiellement» les tests de qualité de l’air pour les écoles

Publié le 1er avr. 2021
Le gouvernement n’a pas sollicité l’INSPQ pour qu’il «commente officiellement» les tests de qualité de l’air pour les écoles

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge (Source: Twitter)

  • Les partis d’opposition demandent la démission du ministre de l’Éducation Jean-François Roberge. Ils l’accusent d’avoir menti en affirmant que le protocole des tests de qualité de l’air dans les écoles avait été approuvé par la santé publique.
  • Roberge a publié un document pour démontrer qu’il avait consulté la santé publique et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) avant d’établir le protocole des tests. Mais l’INSPQ affirme de son côté que le ministère de l’Éducation ne lui a jamais demandé de valider le protocole.  

François Legault a pris hier la défense de son ministre de l’Éducation à l’Assemblée nationale. 

  • Le premier ministre a déposé plusieurs documents qui prouvent, selon lui, que le gouvernement a bien consulté la direction nationale de la santé publique et a suivi ses recommandations. 

Plus tard dans la journée, Jean-François Roberge a publié un document pour démontrer que l’INSPQ avait commenté le protocole de tests de qualité de l’air utilisé dans les écoles.

Mais l’INSPQ a «rectifié» hier soir la déclaration du ministre de l’Éducation.

Dans une déclaration écrite, la porte-parole de l’Institut Isabelle Girard affirme que l’INSPQ «n’a jamais été sollicité par le ministère de l’Éducation pour valider ou commenter officiellement son protocole de mesure de CO2 dans les écoles».

Selon l’INSPQ, en novembre dernier, la Direction générale de santé publique a sollicité le Dr Stéphane Perron, médecin spécialiste à l’INSPQ, pour connaître ses impressions sur un document intitulé Note technique pour la mesure du dioxyde de carbone dans les bâtiments du ministère de l’Éducation.

  • Le Dr Perron a émis des réserves importantes sur la validité des mesures de CO2.
  • Mais ni le Dr Perron ni aucun autre expert de l’INSPQ n’a vu la version finale de cette note technique.


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Québec offre 4,1 milliards $ aux employés du secteur public

Publié le 31 mars 2021
Québec offre 4,1 milliards $ aux employés du secteur public

La présidente du Conseil du trésor Sonia LeBel (image YouTube)

  • Le gouvernement Legault fait une nouvelle offre salariale aux 550 000 employés de l’État qui travaillent dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la fonction publique.
  • La présidente du Conseil du trésor Sonia LeBel propose d’augmenter les hausses salariales sur trois ans: au lieu de 5%, les hausses seraient de 6% si la croissance se confirme et que l’inflation ne dépasse pas 5%.

Sonia LeBel a présenté ce matin la troisième offre de Québec, dans le cadre des négociations des conventions collectives des employés du secteur public – qui sont échues depuis un an.

Selon Québec, cette nouvelle offre représente une hausse de sa masse salariale de 4,1 milliards $ en trois ans.

Comme base, le gouvernement maintient son offre précédente estimée à 3,3 milliards $ qui prévoit une augmentation de 5% sur trois ans: 1,75% pour 2020-2021 et 2021-2022, et 1,5% pour 2022-2023.

Québec propose aujourd’hui d’ajouter:

  • d’abord, une somme forfaitaire ponctuelle de 400 millions $ pour l’ensemble du personnel;
  • ensuite, une majoration salariale récurrente qui pourrait atteindre 400 millions $, à condition toutefois que la croissance prévue se confirme et que l’inflation ne dépasse pas 5%.

L’offre bonifiée prévoit:

  • des augmentations pour les employés qui gagnent moins de 50 000 $ par an; et
  • d’autres augmentations pour les travailleurs des réseaux de la santé et de l’éducation.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) se dit «extrêmement déçue» par cette offre, qu’elle juge semblable à celle qu’elle a rejetée en 2020.

  • Selon la CSN, les montants forfaitaires proposés par Québec sont «éphémères» et ne sont pas suffisants pour «attirer et retenir le personnel».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Une trentaine de cégeps sont en grève aujourd’hui

Publié le 29 mars 2021
  • Cette première de cinq journées de grève ponctuelles devrait être suivie par 10 000 membres de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). La liste des établissements concernés est sur le site de la CSQ.
  • Les enseignants et les employés de ces établissements protestent contre l’impasse dans les négociations avec le gouvernement de leur convention collective, échue depuis bientôt un an.

Les syndicats enseignants demandent à Québec de fermer les établissements scolaires qui ne disposent pas de masques conformes

Publié le 28 mars 2021
Les syndicats enseignants demandent à Québec de fermer les établissements scolaires qui ne disposent pas de masques conformes

(Source: Pixabay)

  • La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a demandé hier au gouvernement d’interdire l’ouverture des établissements scolaires et de la petite enfance «qui ne sont pas en mesure de fournir des équipements conformes».
  • Jeudi dernier, Santé Canada a mis en garde sur les potentiels effets toxiques des masques SNN20064 de Metallifer – qui étaient distribués par Québec dans plusieurs établissements. Le ministère de la Santé a demandé vendredi de ne plus les utiliser. Mais selon la CSQ, plusieurs établissements n’ont pour l’instant pas d’autres équipements de protection à offrir aux élèves et au personnel.

Alexandre Cloutier pilotera le comité d’experts sur la liberté académique

Publié le 23 mars 2021
  • La ministre de l’Enseignement supérieur Danielle McCann a annoncé la composition du Comité sur la reconnaissance de la liberté académique. Il sera présidé par l’ancien ministre péquiste Alexandre Cloutier, qui travaille maintenant à l’Université du Québec à Chicoutimi. Le comité devra dresser un portrait de la situation et émettre des recommandations d’ici la fin de l’année.
  • En février dernier, après la controverse générée par l’utilisation du mot commençant par n à l’Université d’Ottawa, François Legault s’était dit choqué par la décision de l’Université de suspendre la professeure Verushka Lieutenant-Duval. Le premier ministre avait défendu le concept de liberté académique et avait promis d’agir contre l’autocensure.

Une quarantaine de cégeps seront en grève à la fin du mois

Publié le 18 mars 2021
  • La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a annoncé que 10 000 enseignants et employés de cégeps seront en grève le 30 mars prochain. Voici la liste des établissements concernés.
  • La CSQ déplore «l’impasse» dans les négociations avec Québec de leur convention collective – échue depuis bientôt un an. Si aucun accord n’est trouvé pour améliorer leurs conditions de travail, d’autres mouvements de grèves sont à prévoir. Le mois dernier, les membres de la CSQ – y compris les enseignants du primaire et du secondaire – ont voté en faveur de cinq journées de grève ponctuelles.