Construction et rénovation

Nouvelles, données et tendances concernant l’industrie de la construction et de la rénovation, particulièrement au Québec [voir aussi: Emploi, Immobilier, Prévisions économiques]

Entrevue

Il y aura moins de constructions résidentielles l’an prochain en raison des prix élevés

Publié le 24 nov. 2021
Il y aura moins de constructions résidentielles l’an prochain en raison des prix élevés

(Source: Unsplash)

  • L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) s’attend à ce qu’il y ait 56 000 mises en chantiers résidentielles au Québec l’an prochain, soit 18% de moins que cette année. 
  • Les maisons et les logements sont de moins en moins abordables, observe l’APCHQ. Cela devrait ralentir la demande de nouvelles habitations pour propriétaires occupants. 

Le coût d’achat des nouveaux logements a augmenté de 18,4% entre septembre 2020 et septembre 2021, selon Statistique Canada. 

  • La hausse du coût des nouvelles maisons individuelles est encore plus prononcée, à 21,4%. 

L’APCHQ explique ces hausses par:

  • les problèmes d’approvisionnement;
  • la «flambée» du prix de la plupart des matériaux de construction; et
  • le coût élevé de la main d’œuvre, en raison de la pénurie de main d’œuvre.

2021 aura cependant été une bonne année pour la construction résidentielle au Québec. 

L’APCHQ estime que le total des mises en chantier d’habitations résidentielles s’élèvera à 68 300 au 31 décembre, soit 26% de plus qu’en 2020. 

  • 2020 était déjà une bonne année, avec un peu moins de 55 000 mises en chantier résidentielles, un nombre en hausse de +13% par rapport à 2019.
  • Le record absolu du nombre de mises en chantier résidentielles en un an est de 74 179. Il a été enregistré en 1987.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

La construction résidentielle a repris du poil de la bête

Publié le 16 nov. 2021
La construction résidentielle a repris du poil de la bête

(Source: Unsplash)

  • De novembre 2020 à octobre cette année, il y a eu un peu plus de 58 000 mises en chantier d’immeubles résidentiels au Québec, soit 31% de plus que durant les 12 mois précédents.
  • La construction résidentielle devrait connaitre sa meilleure année depuis 1987 et même se rapprocher du record de presque 69 000 mises en chantiers établi en 1976, selon l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).

Seulement en octobre, l’APCHQ a recensé plus de 5 000 mises en chantier d’habitations.

  • C’est 13% de plus qu’en octobre l’an dernier. 

Les régions où la construction s’est accélérée le plus en octobre 2021 par rapport à octobre 2020:

  • Gatineau: +75% (318 mises en chantier)
  • RMR de Montréal: +15% (2411)
  • Trois-Rivières: +14% (91)

Les régions où la construction a ralenti:

  • Sherbrooke: -45% (263 mises en chantier)
  • Saguenay: -28% (42)
  • RMR de Québec: -15% (662) 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les inspecteurs en bâtiment seront-ils suffisamment bien encadrés?

Publié le 10 nov. 2021
Les inspecteurs en bâtiment seront-ils suffisamment bien encadrés?

(Source: Unsplash)

  • Le gouvernement du Québec a adopté fin 2019 la Loi 16 pour mieux encadrer le travail que font les inspecteurs de bâtiment lors des transactions en immobilier résidentiel.
  • Or, cette loi «ne protège pas les acheteurs et vendeurs» et «expose à de multiples complications et à des dépenses faramineuses», accuse par communiqué Mario Roy, PDG de la Corporation des inspecteurs vérificateurs en qualité de la propriété (CIVQP), une des associations d’inspecteurs en bâtiment. Elle a déposé une mise en demeure contre le gouvernement pour qu’il change les règles actuellement envisagées.

Une nouvelle réglementation pour encadrer les inspecteurs devrait voir le jour en mars prochain.

  • Le gouvernement a mandaté la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), qui a elle-même confié au Bureau de normalisation du Québec (BNQ) la tâche d’élaborer cette nouvelle réglementation. 

Mais la CIVQP critique vivement la future norme issue du travail du BNQ, parce qu’elle ne protégerait pas assez bien les acheteurs.

Voici les arguments de la Corporation.

La future norme serait trop contraignante pour les inspecteurs: 

  • Elle limiterait leur travail à faire de simples inspections visuelles, sans vérification systématique. 
  • Ils ne pourraient plus poser des gestes nécessitant des outils, comme une échelle ou une caméra infrarouge, ni inspecter certaines parties comme le grenier ou les clôtures.
  • En cas de vice caché apparent, ils seraient obligés d’orienter leurs clients vers des experts sans pouvoir les aider. 

Les nouvelles règles ne favoriseraient pas les inspecteurs compétents

  • Elles permettraient à une personne de recevoir un certificat d’inspecteur sans qu’on ait vérifié ses connaissances en propriété résidentielle. 
  • La Corporation voudrait que l’assurance professionnelle que doit détenir un inspecteur en bâtiment soit prolongée au-delà de sa période de pratique, pour permettre à ses anciens clients d’intenter des recours plusieurs années après les faits reprochés. 

La CIVQP propose d’instaurer:

  • une liste standardisée obligatoire des actes qu’un inspecteur devrait poser à chaque inspection; et
  • un certificat de conformité qui serait publié par un organisme indépendant.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

SNC-Lavalin et 2 de ses anciens dirigeants sont accusés de corruption

Publié le 23 sept. 2021
SNC-Lavalin et 2 de ses anciens dirigeants sont accusés de corruption

(Source: Google Maps)

  • Normand Morin et Kamal Francis, d’anciens vice-présidents dans le groupe SNC-Lavalin, sont accusés de corruption d’un fonctionnaire fédéral. Ils ont été arrêtés hier. 
  • La GRC les accuse d’avoir versé 2,3 millions $ en pots-de-vin à lancien président de la Société des ponts fédéraux. Ce dernier a ensuite favorisé SNC-Lavalin dans l’octroi du contrat de réfection du pont Jacques-Cartier à Montréal, contrat qui a été réalisé entre 1997 et 2004.

L’ancien PDG de la Société des ponts fédéraux, Michel Fournier, avait déjà reconnu en 2017 qu’il avait reçu au début des années 2000 un pot-de-vin de 2,3 millions $ venant de SNC-Lavalin, mais apparemment sans identifier les représentants de l’entreprise qui étaient en cause.

  • Ce pot-de-vin visait à favoriser un consortium auquel participait SNC-Lavalin dans l’octroi du contrat de 128 millions $ pour la réfection du pont. 
  • Michel Fournier avait été condamné à 5 ans de prison. 

Les sociétés SNC-Lavalin et SNC-Lavalin International, deux entités du groupe SNC-Lavalin, font elles aussi face à des accusations. 

  • Elles sont responsables des gestes de leurs anciens administrateurs, selon le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).
  • Comme leurs 2 anciens employés, elles sont inculpées de corruption, de fraude, de fabrication de faux contrats et de complot. 

Toutefois, elles pourraient éviter de subir un procès

  • Le DPCP souhaite plutôt conclure avec elles un accord de réparation, ce qui permettrait à l’entreprise de continuer à obtenir des contrats publics.
  • Dans un communiqué qui prend acte des accusations, SNC-Lavalin «considère bienvenue» l’invitation à négocier un accord de réparation et souligne que «c’est la première fois qu’une entreprise canadienne est invitée à négocier un tel accord». 

C’est une nouvelle tâche qui s’ajoute à la feuille de route de SNC-Lavalin (TSX: SNC). 

  • En 2015, le groupe avait été accusé de corruption pour avoir versé près de 50 millions $ en pots-de-vin à des fonctionnaires libyens pour obtenir des contrats dans le pays.
  • En 2019, l’ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould avait démissionné après avoir accusé le premier ministre Justin Trudeau et son entourage de faire pression pour qu’elle intervienne en faveur de SNC-Lavalin. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Comment la réélection des libéraux pourrait affecter votre portefeuille

Publié le 21 sept. 2021
Comment la réélection des libéraux pourrait affecter votre portefeuille

[Source: Unsplash]

  • Le maintien au pouvoir du Parti libéral du Canada aura des conséquences sur les finances des Canadiens. Certains risquent d’être plus concernés que d’autres. 
  • Ce pourrait être votre cas si vous souhaitez acheter une maison, si vous avez des enfants, si vous êtes une personne âgée, si votre revenu est élevé ou si vous détenez des actions de grandes banques canadiennes. 

Le parti libéral a obtenu un mandat minoritaire.

  • Par conséquent, il devra négocier avec les autres partis pour mettre en œuvre certaines des promesses faites au cours de la campagne électorale.

Voici quelques-unes des promesses libérales, que l’on regarde d’un autre œil maintenant que l’élection est passée.

En immobilier, le parti de Justin Trudeau veut donner un coup de pouce aux premiers acheteurs. Il s’est engagé à: 

  • créer un nouveau compte d’épargne pour l’achat d’une propriété, qui permettrait aux moins de 40 ans d’accumuler à l’abri de l’impôt jusqu’à 40 000$ pour une mise de fonds;
  • réduire de 25% la prime imposée par la Société canadienne d’hypothèque et de logement pour l’assurance hypothécaire; et
  • doubler le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation (CIAPH), qui passerait de 5 000$ à 10 000$.

Les libéraux veulent aussi augmenter l’offre de logements disponibles. Ils ont promis:

  • de construire, maintenir ou rénover 1,4 million de logements au pays; et
  • d’instaurer un nouveau crédit d’impôt de 15% pour les ménages qui rénovent leur propriété afin de loger un membre de leur famille. 

Découvrez tous nos articles consacrés à l’immobilier dans la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref, et abonnez-vous à nos infolettres quotidiennes gratuites pour recevoir chaque jour l’essentiel des nouvelles (détails en cliquant le bouton Infolettres en haut à droite)


Les parents de jeunes enfants pourraient bénéficier de la promesse du parti libéral de créer un programme national de garderies à 10 $.

  • Le Québec, qui a déjà son propre programme de garderie subventionnée, recevrait en contrepartie 6 milliards $ sur cinq ans pour l’ajout de nouvelles places. 

Les personnes âgées à faibles revenus pourraient bénéficier d’une augmentation du Supplément de revenu garanti de:

  • 500 $ de plus pour les personnes seules; et
  • 750 $ de plus pour les couples.

Les grandes banques canadiennes et les compagnies d’assurance dont les profits sont supérieurs à 1 milliard $ sont la cible du gouvernement libéral, qui veut taxer davantage leurs profits.

  • Le parti a promis de temporairement faire passer de 15% à 18% leur taux d’imposition.
  • Il veut aussi leur imposer un «dividende de relance».
  • Ces deux mesures pourraient, selon le parti libéral, renflouer les coffres de l’État de 2,5 milliards $ en 4 ans.
  • Mais elle pourrait aussi pousser les institutions financières du pays à revoir à la baisse les dividendes qu’elles versent à leurs actionnaires, ce qui influencerait sans doute le cours de leurs actions. 

­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Les Canadiens qui gagnent un revenu élevé pourraient être assujettis à un impôt minimum de 15%.

  • Selon la plateforme libérale, cet impôt éliminerait la «capacité des hauts salariés à ne pas payer d’impôt de façon artificielle par un recours excessif aux déductions et aux crédits».
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Construire plus de logements: est-ce la seule solution à l’inflation immobilière?

Publié le 2 sept. 2021
Construire plus de logements: est-ce la seule solution à l’inflation immobilière?

(Source: Unsplash)

  • Pour résorber la flambée des prix sur le marché immobilier québécois, la seule solution est de construire plus de logements pour réduire le déséquilibre, prône l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).
  • Mais les principaux partis politiques, qui ont fait de l’accès au logement l’un de leurs principaux chevaux de bataille dans la campagne fédérale en cours, promettent certes quelques mesures pour construire de nouveaux logements, mais aussi plusieurs incitatifs financiers pour aider les ménages à se loger. 

L’APCHQ estime qu’il manque entre 40 000 et 60 000 logements au Québec.

Accélérer le rythme des mises en chantier permettrait, selon l’APCHQ:

  • de résorber la pénurie; et 
  • de faire diminuer la pression sur les prix.

Pour augmenter le nombre de constructions, l’association demande aux gouvernements: 

  • de limiter les taxes que doivent payer les promoteurs (comme les redevances de transport, les frais de parc, les taxes d’amélioration locale); et
  • de renoncer à une part de la TPS et de la TVQ sur les habitations abordables neuves, autant pour les logements locatifs que les logements pour propriétaires-occupants. 

Les critères de remboursement des taxes pourraient être «modulés selon plusieurs éléments», suggère dans un communiqué Paul Cardinal, directeur du Service économique de l’APCHQ.

  • Ces éléments pourraient comprendre le prix de l’habitation, sa vocation (occupation par le propriétaire ou location) ou encore le statut de l’acheteur (nouvel acheteur ou acheteur expérimenté).

Dans le cadre de la campagne électorale fédérale, les partis politiques promettent de construire plus de logements, mais pas seulement. 

  • Les libéraux veulent construire, maintenir ou rénover 1,4 million de logements et aussi offrir aux aspirants propriétaires divers incitatifs, comme l’instauration d’un nouveau compte d’épargne libre d’impôt pour accumuler une mise de fonds. 
  • Les conservateurs promettent de construire 1 million de nouveaux logements d’ici 3 ans. Ils veulent aussi faciliter l’accès à l’assurance hypothécaire dans les marchés immobiliers où les prix sont élevés. 
  • Le Bloc Québécois propose la création d’une taxe sur la spéculation immobilière et veut qu’Ottawa transfère plus d’argent aux provinces pour la construction de logements sociaux.  
  • Le NPD veut construire 500 000 nouveaux logements abordables en 10 ans et promet une aide financière allant jusqu’à 5000 $ aux locataires qui ont du mal à payer leur loyer. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Surprise: l’économie canadienne s’est contractée au deuxième trimestre

Publié le 31 août 2021
Surprise: l’économie canadienne s’est contractée au deuxième trimestre

(Source: Unsplash)

  • Le produit intérieur brut (PIB) réel canadien a chuté de 0,3% entre la fin mars et la fin juin, soit une baisse annualisée de 1,1%, selon Statistique Canada. 
  • C’est le premier recul trimestriel depuis le deuxième trimestre 2020, alors que la Covid-19 avait frappé de plein fouet l’économie mondiale.

L’économie semble se diriger dans le sens inverse des prévisions. 

  • Avec la vaccination qui progresse, la plupart des analystes s’attendaient à une hausse annualisée de l’ordre de 2% à 2,5% pour le second trimestre. 
  • Même Statistique Canada, il y a encore un mois, prévoyait une croissance annualisée de 2,5% pour ce deuxième trimestre.

Statistique Canada explique la baisse du trimestre, selon ses nouveaux chiffres, par le ralentissement des exportations et de la revente en immobilier résidentiel. 

Les exportations ont baissé de 4% au 2e trimestre et de 15% en rythme annualisé.

  • Statistique Canada souligne que des perturbations dans les chaines d’approvisionnement ont réduit la production.
  • L’industrie automobile est particulièrement touchée, en raison de la pénurie de semi-conducteurs nécessaire à la fabrication de puces électroniques.

Les reventes de maisons ont beaucoup ralenti dans les derniers mois. 

  • L’ensemble des coûts de transfert de propriétés résidentielles entre acheteurs et vendeurs a baissé de 17% au dernier trimestre.  

De plus, après cette baisse trimestrielle, Statistique Canada indique que, selon ses estimations préliminaires, le PIB a également reculé en juillet, de 0,4%.

Plusieurs économistes ont déjà revu leurs prévisions après la publication de ces chiffres ce matin.

  • Doug Porter, économiste en chef à la Banque de Montréal, a réduit de 6% à 5% sa prévision de croissance annuelle pour l’économie canadienne.
  • Andrew Kelvin, stratège principal à la Banque TD, a dit à BNN Bloomberg que ces nouvelles données pourraient interférer dans la campagne électorale fédérale.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Habitation: les mises en chantier augmentent pour un deuxième mois consécutif au Québec

Publié le 17 août 2021
Habitation: les mises en chantier augmentent pour un deuxième mois consécutif au Québec

(Source: Unsplash)

  • Le nombre de mises en chantier d’immeubles résidentiels a progressé le mois dernier de 7% par rapport à juillet 2020. En juin, il avait augmenté de 9% par rapport à juin de l’an dernier.  
  • La maison individuelle est la catégorie qui connait la plus forte croissance: selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement, le nombre de mises en chantier pour les résidences unifamiliales a bondi de 64% depuis le début de l’année. 

La pandémie a poussé plus d’acheteurs à désirer une maison individuelle, a expliqué en entrevue à InfoBref Paul Cardinal, directeur du Service économique de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ). 

Cela pousse les constructeurs à construire davantage de maisons.  

  • Paul Cardinal admet qu’il a été surpris par la forte demande pour des maisons individuelles depuis le début de la pandémie – il a dû réviser 2 fois ses prévisions. 
  • Mais il croit que cet engouement devrait «bientôt se calmer au profit de la construction de logements collectifs». 
  • Il pense que le secteur de la construction résidentielle au Québec connaitra peut-être en 2021 sa meilleure année depuis 1987. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les prix du bois d’œuvre sont brutalement retombés

Publié le 19 juil 2021
Les prix du bois d’œuvre sont brutalement retombés

[Source: Unsplash]

  • Après avoir très fortement augmenté au cours des mois précédents, les prix du bois d’œuvre ont baissé de 70% depuis la mi-mai selon Random Lengths, une firme américaine qui surveille les marchés du bois. 
  • Elle explique cette baisse par une offre abondante dans un contexte où la demande diminue.  

Les scieries ont beaucoup diminué le prix facturé aux grossistes. 

Prix pour 1000 pieds-planche de 2 par 4 (épinette, pin et sapin de l’Ouest):

  • En mai: 1630 $US
  • À la mi-juillet: 485 $US

Il faudra probablement plusieurs semaines avant que la baisse des prix se répercute entièrement sur les ventes au détail, selon plusieurs observateurs, puisque le bois disponible en magasins a été payé plus cher par les grossistes. 

Les prix du bois d’œuvre avaient beaucoup augmenté depuis l’été 2020, avant de commencer à redescendre il y a 8 semaines. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Québec adopte un règlement pour tracer les sols contaminés

Publié le 28 juin 2021
Québec adopte un règlement pour tracer les sols contaminés

(Source: Pixabay)

  • Le gouvernement Legault avait promis au printemps 2019 qu’il adopterait un règlement pour protéger les sols et les eaux souterraines, et assurer la réhabilitation des terrains contaminés.
  • Ce règlement vient d’être adopté. Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Benoit Charette croit qu’il permettra de contrer le «fléau des déversements illégaux de sols contaminés».

Le règlement impose un suivi obligatoire des déplacements de sols contaminés à l’extérieur de leur terrain d’origine. 

  • Le système Traces Québec doit permettre de géolocaliser les camions en temps réel jusqu’au lieu désigné pour traiter, valoriser ou enfouir les sols excavés.
  • Selon le gouvernement, cela permettra de détecter les irrégularités et de cibler les terrains qui devraient faire l’objet d’une inspection.

Il s’appliquera progressivement à compter du 1er novembre:

  • d’abord, uniquement aux chantiers de grande envergure et à ceux qui présentent un risque d’être gérés de façon illégale;
  • puis, aux chantiers de moyenne envergure; et
  • à terme, à l’ensemble des chantiers de la province.

Dès la fin de l’été, le système de géolocalisation du gouvernement Traces Québec sera disponible pour les entreprises et les municipalités qui désirent l’utiliser avant l’entrée en vigueur du règlement cet automne. 

Au Québec, plus de 3 millions de tonnes de sols contaminés sont envoyées chaque année vers des sites où ils sont traités ou enfouis.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Construction: une entente de principe a été conclue entre l’Alliance syndicale et les associations patronales

Publié le 26 mai 2021
  • Les deux parties ont signé une entente dans la négociation des conventions collectives des 190 000 travailleurs de la construction. La grève générale qui planait sur le secteur devrait donc être évitée. L’entente devra néanmoins être approuvée par les travailleurs.
  • Un comité sera formé pour régler le principal litige: l’utilisation d’applications mobiles avec géolocalisation pour enregistrer les heures de travail des employés sur leur téléphone personnel. Les conclusions du comité seront intégrées aux conventions collectives.

Construction: il n’y aura pas de grève aujourd’hui

Publié le 24 mai 2021
Construction: il n’y aura pas de grève aujourd’hui

(Source: Unsplash)

  • L’Alliance syndicale, qui représente 190 000 travailleurs de la construction, a accepté hier de poursuivre les négociations avec les associations patronales.
  • Elle a renoncé à lancer aujourd’hui une grève illimitée. 

La grève n’est toutefois pas écartée. 

  • L’Alliance syndicale détient un mandat pour déclencher une grève générale avec seulement 12h d’avis. 

Les deux parties négocient les conventions collectives des quatre prochaines années. 

Le litige porte surtout sur l’utilisation de la géolocalisation pour enregistrer les heures de travail à partir du téléphone personnel des travailleurs.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus