Alimentation

La popularité de l’épicerie en ligne et la fermeture prolongée des restaurants va continuer de profiter à Goodfood

Publié le 14 janv. 2021
La popularité de l’épicerie en ligne et la fermeture prolongée des restaurants va continuer de profiter à Goodfood

(Photo Goodfood)

  • Le spécialiste montréalais des boîtes-repas Goodfood (TSX: FOOD) a été profitable pour un troisième trimestre d’affilée grâce à un chiffre d’affaires en hausse de 62% par rapport au même trimestre (septembre à novembre) de l’an dernier.
  • La demande soutenue dans le créneau des boîtes-repas livrées à domicile surprend les analystes. Ils croient quand même que Goodfood va continuer à croître plus rapidement que ses rivaux grâce à son offre combinée de recettes préassemblées et d’aliments individuels.

Demande d’action collective contre Uber Eats, DoorDash et SkipTheDishes devant la Cour supérieure du Québec

Publié le 12 janv. 2021
Demande d’action collective contre Uber Eats, DoorDash et SkipTheDishes devant la Cour supérieure du Québec

(Photo DoorDash)

  • La demande a été déposée contre les éditeurs de ces trois applications au nom de tous les restaurants qui ont utilisé leurs services depuis 2018, en raison des frais de 30% que ces services imposent lors de la livraison des repas.
  • Ces frais sont jugés «abusifs» par le restaurant montréalais Deli Boyz, qui a déposé la demande. Les propriétaires du restaurant veulent que le gouvernement du Québec impose aux frais de livraison un plafond de 15% du prix de vente des produits livrés, comme le font déjà l’Ontario et la Colombie-Britannique.

Les protéines de remplacement ont connu une bonne année 2020

Publié le 10 janv. 2021
Les protéines de remplacement ont connu une bonne année 2020

(Source: Impossible Foods)

  • Impossible Foods, qui produit des «viandes véganes» pour les restaurateurs et les transformateurs, vient – pour une deuxième fois en un an – de réduire de 15% le prix de ses produits.
  • La demande accrue pour des aliments véganes stimule la consommation de protéines de remplacement. Elles coûtent actuellement environ deux fois plus cher à produire que la viande, mais Impossible Foods assure que leur prix va continuer à descendre cette année.

Impossible Foods dit avoir multiplié par 6 sa production de protéines de remplacement depuis 12 mois. L’entreprise californienne vend ses produits à de grandes chaînes comme Burger King et Starbucks, qui ont dû revoir leur approvisionnement à cause de la fermeture de plusieurs transformateurs de viande de bœuf et de porc durant la pandémie.

Beyond Meat, le principal rival américain d’Impossible Foods, s’est également bien tiré d’affaires l’an dernier, à tel point que le cours de son action (NASDAQ: BYND) s’est apprécié de 65% en 2020.

Yves Veggie Cuisine demeure le chef de file des viandes de remplacement au Canada, malgré l’émergence des nouvelles marques américaines. Yves Veggie vend ses produits en épicerie depuis de nombreuses années. 

Ce marché devrait continuer à croître dans les prochaines années. Une étude de la firme d’analyse MarketsandMarkets prédit que, si les prix continuent de baisser, les ventes dans ce marché doubleront d’ici 2025 au Canada et aux États-Unis.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

La livraison d’alcool par un tiers est désormais permise au Québec

Publié le 12 déc 2020
La livraison d’alcool par un tiers est désormais permise au Québec

(Photo Pexels)

  • Le projet de loi approuvé hier après-midi permet aux restaurateurs d’inclure des boissons alcoolisées dans les repas qu’ils font livrer à leurs clients par des services comme DoorDash ou Uber Eats.
  • Quand les salles à manger pourront rouvrir dans les zones actuellement rouges, les restaurants pourront y servir de l’alcool aux clients majeurs sans avoir à leur vendre un repas, a précisé la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault.

L’Union des producteurs agricoles lance un jeu vidéo pour intéresser les jeunes à l’agriculture locale

Publié le 9 déc 2020
L’Union des producteurs agricoles lance un jeu vidéo pour intéresser les jeunes à l’agriculture locale
  • Appelé Kasscrout, ce jeu propose des missions dans lesquelles il faut aller récupérer des ingrédients frais aux quatre coins d’un monde virtuel s’apparentant au Québec.
  • Le jeu, qui cible les jeunes de 9 à 12 ans, a été mis en ligne par l’UPA pour remplacer l’édition 2020 des Portes ouvertes sur les fermes du Québec, annulée en raison de la Covid-19.

Faire l’épicerie coûtera en moyenne 695 $ de plus à chaque famille canadienne l’an prochain

Publié le 8 déc 2020
Faire l’épicerie coûtera en moyenne 695 $ de plus à chaque famille canadienne l’an prochain

(Source: Unsplash)

  • Une jeune famille de quatre personnes avec deux enfants à l’adolescence paiera en moyenne 13 907 $ pour son panier d’épicerie en 2021, soit 5% de plus qu’en 2020.
  • Ce sont surtout la viande et les légumes qui coûteront plus cher l’an prochain, un phénomène qui s’amenuisera à l’été quand les agriculteurs canadiens effectueront leur première récolte de l’année.

D’ici là, les consommateurs canadiens devront se rabattre sur des aliments importés qui sont plus rares et qui coûtent plus cher, parce que les frontières sont fermées et que la pandémie a ralenti la production.

Aliments dont le prix montera le plus en 2021:

  • la viande: +6,5%
  • fruits et légumes: +6,5%
  • pain et articles de boulangerie: +5,5%

La hausse moyenne du prix des aliments devrait être de 4% en 2021. 

Mais comme les Canadiens sont friands de produits frais, la hausse du coût de leur épicerie risque d’être au-dessus de cette moyenne.

  • «Santé Canada veut qu’on mange davantage de légumes, mais ce sera plus difficile puisqu’ils coûtent plus cher», observe le Docteur Simon Somogyi, chercheur à l’Université de Guelph et coauteur de l’édition 2020 du Rapport annuel sur le prix des aliments au Canada.
  • «Les consommateurs devront davantage regarder du côté des aliments surgelés, aussi nutritifs, mais nettement moins chers.»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le gouvernement fédéral précise comment il va compenser les pertes des agriculteurs liées au libre-échange

Publié le 29 nov. 2020
  • Ottawa va consacrer près de 700 millions $ sur 10 ans à compenser les pertes subies chez les producteurs de volaille et d’œufs à cause des accords de libre-échange signés par le Canada depuis 2017.
  • De leur côté, les producteurs de lait devraient recevoir l’aide de 1,75 milliard $ qui leur avait été promise sur trois ans seulement et non plus sur huit ans, comme l’envisageait le gouvernement fédéral l’an dernier.

Loblaw: après la marque sans nom, la livraison sans conducteur

Publié le 23 nov. 2020
Loblaw: après la marque sans nom, la livraison sans conducteur
  • L’épicier ontarien testera au cours des prochains mois cinq camions de livraison sans conducteur de la société californienne Gatik.
  • Ces camions ne se rendront pas chez les clients de Loblaw: ils feront la navette entre un entrepôt de Loblaw et des points de cueillette prédéterminés répartis dans la région de Toronto.

Autonomie alimentaire: le ministre de l’Agriculture lance un défi aux Québécois

Publié le 19 nov. 2020
  • André Lamontagne demande aux Québécois de remplacer chaque semaine 12 $ de leurs achats alimentaires produits à l’étranger par des aliments québécois, pour faire gagner un milliard $ par an à l’industrie alimentaire d’ici.
  • Grâce à une enveloppe de 157 millions $ incluse dans la mise à jour économique de la semaine dernière, le ministre espère créer 3800 emplois et augmenter l’autonomie alimentaire du Québec de 51% à 56%.

Après une interruption de six ans, le ketchup Heinz sera à nouveau produit au Canada

Publié le 17 nov. 2020
Après une interruption de six ans, le ketchup Heinz sera à nouveau produit au Canada

(Source: Unsplash)

  • Kraft Heinz produira 45 millions de kilos de ketchup à partir de son usine de Ville Mont-Royal à partir de l’été prochain.
  • Cette production, qui sera vendue exclusivement au Canada, entrainera la création de 30 nouveaux emplois dans le grand Montréal.

Les Canadiens se sont mis à acheter des aliments en ligne durant la pandémie et ils ne reviendront pas en arrière

Publié le 12 nov. 2020
Les Canadiens se sont mis à acheter des aliments en ligne durant la pandémie et ils ne reviendront pas en arrière
  • Un Canadien sur trois qui a commandé de la nourriture en ligne ces six derniers mois l’a fait parce que c’était plus pratique.
  • Un sur six seulement l’a fait par crainte de la Covid-19, révèle un sondage sur l’évolution du commerce électronique dans le secteur alimentaire mené par l’Université Dalhousie, d’Halifax.

Le Laboratoire en science analytique agroalimentaire a sondé 7290 Canadiens au début novembre. Selon ce sondage:

  • 63% des Canadiens ont transigé via un site web ou une appli mobile pour commander de l’épicerie, des restaurants ou des marchés agricoles depuis le début de la pandémie.
  • Trois millénariaux sur quatre l’ont fait, comparativement à un baby-boomer sur deux.
  • Ces six derniers mois, 4,2 millions de consommateurs canadiens ont acheté de la nourriture par Internet pour la première fois.

Au vu de ces chiffres, le directeur du laboratoire universitaire Sylvain Charlebois prédit, dans un communiqué, «que les Canadiens vont continuer de commander leur nourriture par Internet de façon régulière une fois la pandémie terminée».

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Dunkin Donuts pourrait-elle revenir au Canada?

Publié le 27 oct. 2020
  • Dunkin’ Brands, la société qui gère l’enseigne aux États-Unis, est en négociation avec Inspire Brands, une firme d’Atlanta qui possède déjà un portfolio comprenant Arby’s et Buffalo Wild Wings et souhaite y ajouter Dunkin Donuts.
  • Si elle réalise cette acquisition, Inspire aurait comme intention de faire de Dunkin Donuts une marque forte sur Internet, appuyée par des boutiques-phares dans les principaux marchés de la planète.