Commerce de détail

Les quincailliers du Québec demandent à Legault d’intervenir pour mettre fin à la pénurie de bois de construction

Publié le 8 avr. 2021
Les quincailliers du Québec demandent à Legault d’intervenir pour mettre fin à la pénurie de bois de construction

(Image AQMAT)

  • Dans une lettre au gouvernement, l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT) demande de réserver le bois récolté sur toute terre publique afin qu’il soit traité puis vendu exclusivement au Québec, plutôt que d’être exporté à l’extérieur de la province.
  • Dans un contexte où le bois de construction est l’objet une demande très forte partout en Amérique du Nord, le président de l’AQMAT Richard Darveau s’inquiète qu’aucun des objectifs fixés en décembre dernier par la Stratégie nationale de production du bois ne privilégie l’utilisation locale du bois récolté au Québec.

Le Québec manque de bois, affirme l’AQMAT.

  • Le déséquilibre entre l’offre et la demande est attribuable à un boum dans l’immobilier résidentiel aux États-Unis «qui n’est pas près de s’estomper», explique l’organisme.
  • Or, à l’heure actuelle, la moitié du bois récolté au Québec est exporté aux États-Unis, ce qui explique la pénurie de bois dans la province.

Le bois provenant des terres publiques devrait donc être traité au Québec, le plus près possible des lieux de sa récolte, souhaite l’AQMAT.

  • Surtout qu’avec sa Politique d’intégration du bois, Québec promet de privilégier ce matériau pour la construction d’écoles et de CHSLD.

L’association note que, dans les produits laitiers, l’énergie et les biens culturels, des mécanismes privilégient l’achat au Québec de produits et services du Québec. 

Le Bloc québécois semble d’accord avec l’AQMAT.

  • Le parti fédéral a justement présenté aujourd’hui une stratégie de valorisation du bois – dans la construction et dans la recherche de nouveaux matériaux écologiques comme les bioplastiques – qui favoriserait l’approvisionnement local.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Empire (IGA) propose un code de conduite au secteur alimentaire pour améliorer les relations entre épiciers et fournisseurs

Publié le 25 mars 2021
Empire (IGA) propose un code de conduite au secteur alimentaire pour améliorer les relations entre épiciers et fournisseurs

(Source: Unsplash)

  • Le groupe canadien Empire, qui possède IGA, admet que la chaîne alimentaire canadienne est brisée, et que les agriculteurs, les transformateurs et les consommateurs sont lésés par des tactiques d’intimidation utilisées par les grands épiciers canadiens.
  • Après avoir consulté ses fournisseurs, l’entreprise propose un code de conduite commun à tous les acteurs de l’industrie. Elle a remis le document à un groupe de travail gouvernemental qui doit recommander à Ottawa des solutions pour mettre fin aux pratiques jugées déloyales des épiciers.

Les épiciers imposent de nombreux frais arbitraires et des pénalités de plus en plus sévères à leurs fournisseurs, surtout depuis le début de la pandémie.

  • Cela comprend les frais d’entreposage qui ont été haussés l’an dernier par Loblaw, Walmart et Metro pour financer leur virage numérique.
  • Les distributeurs doivent aussi payer un dédommagement pour des livraisons incomplètes ou qui ne comprennent pas tous les articles commandés par le commerçant.
  • Les fournisseurs doivent parfois rembourser les épiciers pour des articles qui ont été endommagés une fois en épicerie.

L’association de fabricants Produits alimentaires, de santé et de consommation du Canada (PASC) décrie depuis longtemps ces pratiques. 

  • Les fournisseurs n’ont pas le choix d’assumer ces frais additionnels, sous peine de voir les grands épiciers arrêter de faire affaire avec eux, estime l’organisme.

Empire et PASC ont justement élaboré le code de conduite ensemble pour mieux encadrer, réduire ou éliminer certains frais exigés des fournisseurs par les chaines d’épicerie.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Alimentation Couche-Tard veut se départir de 355 commerces au Canada et aux États-Unis

Publié le 22 mars 2021
Alimentation Couche-Tard veut se départir de 355 commerces au Canada et aux États-Unis

(Source: Alimentation Couche-Tard)

  • Le géant du commerce de détail de Laval a vendu 49 magasins situés en Oklahoma, aux États-Unis, à la société américaine Casey’s General Stores pour 39 millions $US. La direction de Couche-Tard a identifié 306 autres sites, dont 37 au Canada, dont elle souhaite se départir d’ici le mois de mai.
  • Le PDG de Couche-Tard Brian Hannasch explique dans un communiqué qu’il continue à optimiser son réseau de magasins. Sa stratégie vise à augmenter les ventes par magasin et la marge bénéficiaire sur les produits vendus.

Les ventes au détail des commerçants québécois n’ont pratiquement pas baissé l’an dernier, selon le CQCD

Publié le 17 mars 2021
Les ventes au détail des commerçants québécois n’ont pratiquement pas baissé l’an dernier, selon le CQCD

(Source: Unsplash)

  • Les ventes au détail au Québec en 2020 ont été de 131 milliards $, soit un très faible recul de 0,2% par rapport à l’année précédente, révèle le bilan annuel du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). À titre comparatif, les ventes au détail ont reculé l’an dernier de 1,3% dans l’ensemble du Canada et de 3,5% en Ontario.
  • Les consommateurs québécois ont donc continué de dépenser à peu près au même rythme l’an dernier qu’avant la pandémie. Toutefois, les types de biens et services qu’ils ont achetés, eux, ont beaucoup changé en un an.

Ce qui a distingué les consommateurs québécois durant la pandémie: 

  • Ils ont été proportionnellement plus nombreux que les Canadiens à se tourner vers le jardinage, les loisirs et la rénovation, indique le CQCD.
  • Les Canadiens, eux, ont acheté davantage de produits électroniques.

Trois secteurs ont connu l’an dernier une hausse significative de leurs ventes au Québec, malgré le confinement:

  • les matériaux de construction et de jardinage: +17%;
  • les biens de loisirs (matériel sportif, passe-temps, livres et musique): +15%;
  • l’alimentation: +10%.

Quatre secteurs ont, au contraire, été particulièrement affectés par la pandémie au Québec:

  • la mode: -24%;
  • les vêtements: -16%;
  • les stations-service: -15%;
  • la vente de produits automobiles: -10%.

Plusieurs détaillants québécois demeurent dans une situation précaire à l’heure actuelle, rappelle par communiqué Josée Fiset, porte-parole du CQCD.

  • Elle demande de «prioriser l’achat local chez nos détaillants de quartier et nos bannières québécoises en ligne ou en magasin, pour favoriser une meilleure relance économique.»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

La menace d’une grève des débardeurs du Port de Montréal commence à inquiéter les entreprises manufacturières canadiennes

Publié le 15 mars 2021
  • Une trêve de sept mois, qui devait faciliter les négociations entre le syndicat des 1125 débardeurs du Port de Montréal et l’Association des employeurs maritimes, se termine cette semaine. 
  • Rien ne dit qu’une entente surviendra et des transporteurs maritimes ont déjà commencé à rediriger leurs conteneurs vers d’autres ports. 

Pas moins de trois médiateurs travaillent avec les deux parties pour arriver à une entente de principe avant la fin de la trêve.

Si les négociations n’aboutissent pas rapidement, la Chambre de commerce du Canada craint qu’un arrêt de travail «paralyse l’économie et nuise à la livraison de biens essentiels pour lutter contre la Covid-19».

Elle demande à la ministre fédérale du Travail, Filomena Tassi, d’intervenir personnellement pour régler le litige.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

La Baie accueille d’autres commerces sur son site web pour diversifier son offre au-delà des vêtements et des articles de mode

Publié le 4 mars 2021
La Baie accueille d’autres commerces sur son site web pour diversifier son offre au-delà des vêtements et des articles de mode
  • D’ici la fin du mois, la plus vieille société privée du Canada vendra des appareils électroniques, des articles de sport et des centaines d’autres produits provenant de vendeurs tiers. La Baie vendra ces produits seulement sur son site web, mais la plupart pourront, au besoin, être retournés en magasin.
  • La Baie espère ainsi attirer et fidéliser des consommateurs pour qui l’achat en ligne est une nouvelle pratique, et qui pourraient préférer une enseigne canadienne à des géants étrangers comme Amazon ou Walmart.
La Baie accueille d’autres commerces sur son site web pour diversifier son offre au-delà des vêtements et des articles de mode

Les Québécois ne craignent pas de retourner magasiner en personne, mais ils préfèrent visiter moins de commerces

Publié le 1er mars 2021
  • Deux Québécois sur trois se disent peu ou pas du tout inquiets pour leur santé lorsqu’ils visitent un commerce, révèle un sondage du Conseil québécois du commerce de détail effectué le mois dernier.
  • En revanche, les mesures sanitaires mises en place forcent les consommateurs à changer leurs habitudes. Ainsi, quatre répondants sur cinq disent qu’ils préfèrent regrouper leurs achats afin de limiter leur nombre de sorties dans différents commerces.

L’intérêt des Québécois pour l’achat local s’essouffle un peu

Publié le 25 fév 2021
L’intérêt des Québécois pour l’achat local s’essouffle un peu

(Source: Unsplash)

  • Un Québécois sur quatre commence à en avoir assez d’entendre parler d’achat local. La proportion monte à un Québécois sur trois chez les 18-34 ans.
  • Un sondage de Léger montre que la volonté des Québécois de privilégier l’achat local se maintient, mais reste fragile. Le prix et la difficulté d’identifier les produits québécois demeurent les principaux obstacles. Aussi, la forte croissance des achats en ligne défavorise l’achat local.

Léger a interrogé à la fin de l’an dernier 1500 Québécois responsables des achats pour leur foyer. La firme de recherche leur a posé les mêmes questions que huit mois plus tôt, juste après le lancement du Panier bleu.

L’intérêt pour l’achat local progresse moins:

  • 54% des répondants prévoient de conserver la part actuelle des achats locaux dans leur consommation;
  • 40% prévoient de l’augmenter, mais la proportion était de 58% peu après le début de la pandémie: beaucoup de consommateurs semblent donc penser qu’ils font déjà leur part.

Les raisons de favoriser l’achat local n’ont pas changé:

  • 77% le font pour aider l’économie locale;
  • 9% pour éviter de dépendre de chaînes d’approvisionnement internationales;
  • 6% parce que les produits locaux sont de meilleure qualité;
  • 6% pour des raisons écologiques;
  • 3% par fierté nationale.

«Le protectionnisme économique est un réflexe naturel en temps de crise, mais il se maintient difficilement à long terme», a observé Christian Bourque, vice-président exécutif de Léger, en présentant l’étude lors d’une conférence en ligne à laquelle InfoBref assistait.

Christian Bourque pense que l’achat local serait beaucoup plus fort s’il était soutenu par des arguments plus stables, comme la qualité et le prix.

  • Or, même dans la catégorie des produits alimentaires frais et préparés, seulement 27% des Québécois pensent que les produits québécois sont de meilleure qualité.

Autres obstacles à surmonter:

  • 70% trouvent qu’il est parfois difficile d’identifier les produits québécois en magasin.
  • 60% disent que les produits qu’ils achètent en ligne sont rarement locaux. La proportion monte à 67% chez les 18-34 ans. La croissance du commerce en ligne crée donc une difficulté supplémentaire pour l’achat local.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

La supergrappe québécoise Scale AI dévoile cinq projets d’application de l’intelligence artificielle en entreprise

Publié le 22 fév 2021
La supergrappe québécoise Scale AI dévoile cinq projets d’application de l’intelligence artificielle en entreprise

(Source: Alimentation Couche-Tard)

  • Financés par Scale AI et les gouvernements du Québec et du Canada, les cinq projets visent à élargir l’utilisation de l’intelligence artificielle à des secteurs d’affaires variés dont l’alimentation, le commerce de détail, le transport et l’aéronautique.
  • Ces projets représentent un investissement de 17 millions $. Alimentation Couche-Tard, Bell Canada Bombardier et Transport Trimac sont parmi les entreprises qui en bénéficient.

Les cinq projets sont:

  • la création par Alimentation Couche-Tard d’une solution de tarification optimisée en fonction de la demande des consommateurs;
  • le déploiement par Bombardier d’un outil permettant de mieux anticiper la demande en pièces de rechange qui vont dans l’entretien de ses avions;
  • l’automatisation par Bell Canada d’une partie de sa prise de commandes pour accélérer l’installation de connexions à Internet par fibre optique au sein des entreprises;
  • le développement d’algorithmes pour aider les sociétés de transport Ray-Mont et Argus Transport à réduire le nombre de déplacements à vide qu’effectuent leurs véhicules sur une base régulière; et
  • la conception par la société de camionnage Trimac et l’Université McGill d’un système qui aiderait à prévoir les pannes des véhicules pour réduire les coûts et l’impact sur le transport de marchandises.

Scale AI a été créée en 2018 au Québec, dans le cadre du projet de «supergrappes technologiques» du gouvernement fédéral, pour stimuler l’adoption par les entreprises canadiennes d’applications concrètes d’intelligence artificielle (IA) en vue d’améliorer leur productivité et d’être plus compétitives.

Ottawa espère que les investissements faits dans le cadre de Scale AI d’ici 2028 ajouteront 16,5 milliards $ au PIB du Canada et créeront 16 000 nouveaux emplois spécialisés en IA.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Les centres de la rénovation Patrick Morin achetés par Home Hardware et Groupe Turcotte

Publié le 17 fév 2021
Les centres de la rénovation Patrick Morin achetés par Home Hardware et Groupe Turcotte

(Source: Patrick Morin)

  • La chaîne ontarienne de quincailleries Home Hardware acquiert de la famille Morin 21 magasins et un centre de distribution, tous situés au Québec. La valeur de la transaction n’a pas été dévoilée, mais serait supérieure à 250 millions $. Les magasins garderont le nom Patrick Morin.
  • Les 1700 employés de Patrick Morin deviennent pour leur part des employés du Groupe Turcotte, une entreprise québécoise du secteur de l’inspection et de la rénovation résidentielle, qui exploite déjà plusieurs magasins Home Hardware.

Le syndicat représentant les travailleurs du secteur forestier s’indigne de la plus récente publicité de Martin Matte pour les épiceries Maxi

Publié le 2 fév 2021
Le syndicat représentant les travailleurs du secteur forestier s’indigne de la plus récente publicité de Martin Matte pour les épiceries Maxi

(Source: Maxi)

  • Dans une publicité télévisée qui vante le fait que Maxi élimine la version imprimée de sa circulaire hebdomadaire, l’humoriste Martin Matte laisse entendre que cela évitera de couper inutilement des arbres.
  • Or, indique la Fédération de l’industrie manufacturière, un syndicat affilié à la CSN, au Québec, le papier qui sert à imprimer des circulaires est fabriqué à partir de copeaux provenant du sciage de bois d’œuvre. Cesser de distribuer des circulaires n’aura aucun impact sur la coupe forestière, conclut le syndicat.

Un quart des Québécois ne semble pas s’être privés dans leurs dépenses de magasinage pendant les Fêtes

Publié le 1er fév 2021
Un quart des Québécois ne semble pas s’être privés dans leurs dépenses de magasinage pendant les Fêtes

(Source: Unsplash)

  • Selon un sondage, un consommateur canadien sur quatre a dépensé plus qu’il avait prévu de le faire pendant la récente période des Fêtes. Il a dépensé en moyenne environ 600 $ de plus.
  • La proportion de ceux qui ont dépassé leur budget est la même au Québec, mais l’écart, par rapport à leur budget initial, y est beaucoup plus important: 25% des Québécois disent avoir dépassé leur budget par plus de 1000 $.

Les consommateurs canadiens ont dépensé l’an dernier en moyenne 735 $ pour leurs achats des Fêtes, selon un sondage annuel effectué pour le compte de la Banque Royale.

  • Malgré la pandémie – ou peut-être à cause d’elle, s’ils avaient dépensé moins pendant l’année, la dépense moyenne a atteint un montant record. Elle était en hausse de 4% par rapport aux Fêtes de 2019.

Pourtant, ils n’avaient pas prévu de dépenser autant.

  • Les Canadiens qui ont dépassé leur budget l’ont fait par une plus grande marge en 2020 (588 $) qu’en 2019 (459 $).

De toutes les provinces, c’est au Québec que la marge de dépassement du budget a été la plus élevée.

  • 25% des Québécois ont excédé leur budget de 1074 $, soit près du double de la moyenne nationale.

Selon RBC, ce sont les consommateurs les plus jeunes qui ont le moins respecté leur budget initial.

Les deux tiers des gens qui ont dépensé plus que prévu n’ont pas encore payé toutes leurs factures des Fêtes.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus