Commerce de détail

Nouvelles, données et tendances concernant le commerce de détail, principalement au Québec et au Canada [voir aussi: Aides financières, Amazon, Commerce électronique / en ligne, Lightspeed, Livraison, Relance post-Covid, Restauration, Walmart]

Les fondateurs de Couche-Tard perdent du pouvoir

Publié le 7 déc 2021
Les fondateurs de Couche-Tard perdent du pouvoir

(Source: Alimentation Couche-Tard)

  • À compter d’aujourd’hui, les actions multivotantes de Couche-Tard sont converties en action ordinaires, à vote simple.  
  • Cette conversion entraine un changement important dans l’entreprise: elle limite le contrôle qu’exercent ses 4 cofondateurs. 

Cette conversion est déclenchée aujourd’hui par l’anniversaire de Jacques D’Amours, le plus jeune des cofondateurs: il célèbre son 65e anniversaire. 

  • En 1995, les fondateurs avaient mis en place une clause qui prévoyait la fin de la structure d’actions à deux catégories lorsque le plus jeune des fondateurs atteindrait 65 ans.

Les cofondateurs perdent aujourd’hui beaucoup de droits de vote sur les orientations futures de l’entreprise.  

  • Jusqu’à hier, les actions qu’ils détenaient leur donnaient 10 voix par action: ensemble, ils avaient deux tiers des voix.
  • Après la conversion, toutes les actions de Couche-Tard ne disposent que d’une seule voix par action: ensemble, ils ne représentent guère plus que 1 voix sur 5.

Les fondateurs perdent ainsi l’équivalent d’un droit de veto dans le cas où une autre entreprise proposerait un jour d’acheter Couche-Tard.

Couche-Tard est devenue l’une des plus grandes sociétés au Canada.

  • Fondée en 1980, elle a grandi en achetant d’autres entreprises, comme les dépanneurs Provi-Soir en 1997 et la chaine américaine de dépanneur Circle-K en 2003.
  • Aujourd’hui, sa capitalisation boursière est de 53 milliards $, ce qui en fait l’une des 20 plus grandes entreprises cotées à la Bourse de Toronto (TSX: ATD). 
  • Sur son site web, l’entreprise dit qu’emploie 124 000 personnes et exploite 14 200 magasins répartis dans 26 pays et territoires. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

La chaine de lunetterie montréalaise BonLook est vendue à FYidoctors

Publié le 26 nov. 2021
La chaine de lunetterie montréalaise BonLook est vendue à FYidoctors

(Source: BonLook)

  • Fondée en 2011 sur un modèle de distribution en ligne, BonLook conçoit et vend sa propre marque de lunettes de prescriptions. Ses 36 magasins rejoignent le réseau de 300 boutiques et cliniques de FYidoctors, une entreprise de Calgary qui exploite déjà plusieurs bannières de lunetteries, dont Visique et Grimard Optique. 
  • La transaction permettrait à BonLook d’obtenir «de nouvelles opportunités stratégiques», a indiqué par communiqué Sophie Boulanger, cofondatrice et PDG de BonLook. Le fonds d’investissement montréalais Walter Capital et des anges providentiels d’Anges Québec, qui étaient actionnaires de BonLook, bénéficient de cette transaction.

Les travailleurs d’entrepôt de la SAQ entament une grève illimitée

Publié le 23 nov. 2021
Les travailleurs d’entrepôt de la SAQ entament une grève illimitée

(Source: Unsplash)

  • Les 800 employés syndiqués des entrepôts de la Société des alcools du Québec (SAQ) ont déclenché une grève illimitée hier matin. Ils revendiquent de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail.
  • Cette grève pourrait perturber la chaîne d’approvisionnement des entrepôts et la livraison des bouteilles dans les succursales, les bars, les restaurants et les autres points de vente. Les succursales demeurent tout de même ouvertes, car les employés qui y travaillent sont syndiqués avec un autre syndicat. 

Les Canadiens veulent un peu moins dépenser en cadeaux cette année

Publié le 23 nov. 2021
Les Canadiens veulent un peu moins dépenser en cadeaux cette année

(Source: Unsplash)

  • Selon un sondage réalisé par la firme NielsenIQ, les Canadiens prévoient cette année de dépenser 555 $ en moyenne pour leurs cadeaux, soit moins que les moyennes de 588 $ en 2020 et de 583 $ en 2019.
  • Les Canadiens seront plus nombreux dans les magasins: selon le même sondage, 35% comptent faire leurs emplettes en magasin, contre 30% l’an dernier. Toutefois, ils prévoient de dépenser 2 fois plus dans les grandes surfaces et chez les géants du commerce en ligne que dans les PME, selon un sondage réalisé par Maru Public Opinion pour la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

La montréalaise Intelcom investit pour automatiser ses centres de tri

Publié le 15 nov. 2021
La montréalaise Intelcom investit pour automatiser ses centres de tri

Le nouveau centre de distribution à haut volume d’Intelcom situé à Mississauga (Source: Intelcom Courrier Canada)

  • Intelcom, une entreprise de Montréal spécialisée en livraison de colis, a inauguré hier son premier centre de distribution automatisé à Mississauga, en Ontario, qui est le fruit d’un investissement de 12 millions $. 
  • L’an prochain, l’entreprise, dont la Caisse de dépôt est l’un des principaux actionnaires, prévoit investir 9 millions $ pour faire de ses installations de Montréal son deuxième centre automatisé.

Intelcom est spécialiste «du dernier kilomètre», c’est-à-dire la livraison aux consommateurs.

  • L’entreprise n’exploite pas de flotte de livraison: elle reçoit des colis, puis les redirige vers des consommateurs en confiant la livraison à des sous-traitants. 
  • Les outils technologiques qu’elle développe permettent à ces sous-traitants d’optimiser leurs trajets de livraison.

Mais Intelcom veut modifier son modèle d’affaires. 

Ses nouveaux centres de distribution vont lui permettre de devenir aussi une entreprise «du kilomètre du milieu».

  • Elle veut ainsi livrer des colis vers d’autres centres de distribution, avant la livraison finale vers le consommateur. 
  • Pour parvenir à cet objectif, un nouveau logiciel de contrôle et d’automatisation de convoyeurs équipe son nouveau centre de tri de Mississauga – et équipera bientôt celui de Montréal.

L’entreprise projette aussi de transformer ses autres centres de distribution.

  • Après celui de Montréal l’an prochain, l’entreprise veut transformer ses centres situés en Colombie-Britannique, en Alberta et dans les Maritimes.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Jeune entreprise québécoise innovante

Coinmiles vous récompense en bitcoins pour vos achats

Publié le 14 nov. 2021
Coinmiles vous récompense en bitcoins pour vos achats

Dave Pouliot, fondateur et PDG, et Chris Yeramian, chef des finances et de l’exploitation, de Coinmiles

  • Les bitcoins font beaucoup parler, mais seule une minorité de gens ont pris le risque d’en acheter. Et si on leur en offrait gratuitement, les prendraient-ils?
  • Sans aucun doute, si l’on en croit la startup montréalaise Coinmiles. Elle offre des bitcoins en récompense pour des achats auprès de marchands partenaires, et les clients sont au rendez-vous.

L’opportunité qu’a voulu saisir Dave Pouliot, fondateur et PDG de Coinmiles, c’est d’abord l’engouement pour les cryptomonnaies, et le potentiel marketing qu’il représente pour les commerçants.

  • «Ceux qui s’intéressent aux bitcoins constituent un auditoire idéal pour les marchands, dit Dave Pouliot.
  • Ce sont principalement des jeunes professionnels qui ont de bons revenus et sont ouverts aux nouveautés.»

L’idée pour exploiter cette opportunité est d’associer les bitcoins aux programmes de fidélisation, qui sont déjà une stratégie solidement implantée dans le monde du commerce.

Comme la plupart de ces programmes, Coinmiles offre des remises sur les achats effectués chez des commerçants partenaires.

La différence est que ces remises sont en bitcoins – plus précisément en satochis, souvent appelés sats, qui correspondent à des cent millionièmes de bitcoins.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Le fonctionnement de Coinmiles est simple pour les usagers.

  • Ils installent une application sur leur téléphone, et ils y ouvrent un compte.
  • Ensuite, lorsqu’ils font des achats chez des marchands partenaires et que ces achats sont liés à leur compte, ils reçoivent automatiquement une remise en bitcoins.
  • Ces remises s’ajoutent à celles que, par ailleurs, l’usager pourrait obtenir en utilisant une carte de fidélité du détaillant ou un programme de récompense de sa carte de crédit.

«L’usager ne dépense aucun montant ni supplément pour obtenir des bitcoins, précise Dave Pouliot. C’est une récompense offerte par le marchand pour avoir acheté chez lui. Elle se situe généralement entre 1% et 15% du prix payé pour l’achat, mais peut aller jusqu’à 35%.»

  • Une fois la récompense reçue, tant qu’elle est conservée en bitcoins, sa valeur fluctue selon l’évolution du cours de la cryptomonnaie.
  • Malgré des turbulences fréquentes à court terme, beaucoup espèrent que la tendance à moyen terme va rester à la hausse.

«À tout moment, poursuit Dave Pouliot, un usager peut demander la conversion de ses bitcoins en argent, et les dépenser comme il le souhaite. Notre formule plait particulièrement à ceux qui pensent que le bitcoin va prendre de la valeur.»

Il assure que l’entreprise détient les bitcoins accumulés par ses membres et pourra donc leur remettre l’argent à tout moment.


Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Le modèle d’affaires est basé sur une rémunération à la performance.

«Nos marchands partenaires nous paient pour le volume de transaction qu’on leur amène, et on partage cette rémunération avec nos membres en leur remettant des bitcoins», résume Dave Pouliot.

Où en est l’entreprise actuellement?

Coinmiles a lancé son application à la fin de 2020. Elle compte déjà plus de 40 000 usagers.

Ils peuvent bénéficier de remises à l’achat de produits de plus de 1000 entreprises – dont beaucoup de marques connues dont Sephora, Nike, Home Depot, Canadian Tire, Indigo, Best Buy et Reebok Canada – et ce autant pour des achats en ligne qu’en magasin.

Coimiles compte une dizaine d’employés.

L’entreprise a reçu 1,25 million $ en investissement, provenant principalement d’investisseurs providentiels («anges») québécois.

Elle a été sélectionnée comme l’une des Révélations 2021 par Montréal inc. [découvrez nos portraits des autres Révélations 2021].


Suivez l’actualité des entreprises technologiques québécoises dans la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref en vous abonnant à notre infolettre quotidienne gratuite InfoBref Matin : cliquez ici ou sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Prochaines étapes à surveiller

Dave Pouliot veut continuer à étendre le bassin des produits pour lesquels ses usagers peuvent obtenir des récompenses.

  • Coinmiles va très bientôt offrir des récompenses sur des réservations d’hôtels.

Mais il veut aussi déployer rapidement Coinmiles hors du Canada pour devenir la référence des systèmes de récompense en bitcoins.

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Les Canadiens sont prêts à casser leur tirelire pour les Fêtes

Publié le 27 oct. 2021
Les Canadiens sont prêts à casser leur tirelire pour les Fêtes

(Source: Unsplash)

  • Les Canadiens dépenseront plus pour les Fêtes cette année qu’ils l’ont fait en 2019, selon un sondage de la firme Deloitte Canada.
  • Ils disent qu’ils dépenseront en moyenne 1841 $, soit 31% de plus que l’an dernier et, surtout, 8% de plus qu’en 2019. 

Amazon récoltera une grande part du gâteau

  • 62% des Canadiens prévoient y faire au moins un achat, ce qui fait d’Amazon la première destination d’achat des Canadiens pour les fêtes. 

Autres endroits où les Canadiens prévoient de faire leurs achats:

  • les grands magasins et les grandes chaines (55%)
  • les commerces locaux et les petites entreprises (53%)
  • les épiceries (48%)
  • les entrepôts et magasins-entrepôts réservés aux membres (41%)

Les Canadiens magasinent tôt cette année.

  • 65% prévoient de terminer leurs achats en décembre, alors que 75% prévoyaient le faire en 2019. 
  • 14% comptent avoir terminé d’ici le Cyberlundi (29 novembre).

Les dons de bienfaisance devraient aussi augmenter cette année. 

  • Les Canadiens comptent donner 153 $ cette année en moyenne, par rapport à 87 $ en 2019 – ce serait une augmentation remarquable de 76%.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

La chaine Dormez-vous? a vendu des matelas usagés en les présentant comme neufs

Publié le 29 sept. 2021
La chaine Dormez-vous? a vendu des matelas usagés en les présentant comme neufs

(Source: Dormez-vous)

  • Plusieurs matelas de la chaine présentés comme des fins de ligne ou comme produits démonstrateurs étaient en fait, selon une enquête de Radio-Canada, des produits sous garantie retournés par leur premier acheteur. 
  • Il s’agirait d’une représentation fausse ou trompeuse, donc une pratique interdite, car contraire à la Loi sur la protection du consommateur.

La garantie Échange confort de Dormez-vous? permet à un client de retourner un matelas dans les 100 jours suivant l’achat s’il n’en est pas satisfait. 

Or, plusieurs matelas retournés dans le cadre de cette garantie sont ensuite revendus comme des produits démonstratifs ou des fins de ligne. 

  • Un employé de la chaine a même dit à Radio-Canada qu’il s’agit d’une pratique généralisée. 

20% des vendeurs de Dormez-vous? omettraient de dire aux clients que le démo qu’ils achètent est en fait un matelas usagé. 

Radio-Canada dit avoir consulté des courriels internes de l’entreprise qui démontrent que les cadres versent des bonus aux employés qui parviennent à vendre des démos.

La direction de la chaine de magasins a réagi.

  • Elle s’excuse, dit qu’il s’agit de cas isolés et que les détaillants concernés «n’ont peut-être pas expliqué correctement aux clients» quels étaient exactement les produits qu’ils achetaient. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les hausses de salaire vont s’accélérer en 2022

Publié le 23 sept. 2021
Les hausses de salaire vont s’accélérer en 2022

(Source: Unsplash)

  • Les organisations québécoises comptent augmenter de 2,9% les salaires de leurs employés l’année prochaine, selon une enquête de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA). C’est plus que la prévision de 2,4% enregistrée l’année dernière pour cette année.
  • Les employés des secteurs des technologies de l’information et des communications devraient obtenir la plus forte augmentation de salaire, de 3,4% en moyenne. Ils seraient suivis par les employés du secteur des assurances (+3,3%).  

Les incertitudes liées à la pandémie s’amenuisent, selon le CRHA.

  • Par conséquent, la majorité des organisations ne prévoient pas de nouveaux gels salariaux. 

Dans les organisations qui ont des structures salariales souvent liées à des conventions collectives, et qui sont généralement de grandes organisations, les hausses anticipées sont plus modestes: 2,2% à 2,3%, ce qui est quand même supérieur aux prévisions enregistrées l’an dernier.

Les secteurs où les salaires augmenteront le moins :

  • Administrations publiques (+2,3%)
  • Arts, spectacles et loisirs (+2,4%) 
  • Soins de santé (+2,7%) 

­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous ici à notre infolettre gratuite InfoBref Matin – l’essentiel des nouvelles en 5 minutes ou en cliquant sur «Infolettres» en haut à droite.


L’attraction et la rétention des employés seront des enjeux majeurs l’an prochain, selon le CRHA.

  • Cela devrait pousser les employeurs à innover dans la «rémunération globale» qu’ils offrent à leurs employés – autrement dit, à bonifier les avantages et conditions de travail en parallèle aux augmentations de salaire.
  • Pour tirer leur épingle du jeu, le CRHA suggère aux employeurs de miser aussi sur «l’expérience employé», notamment en offrant une conciliation travail-vie personnelle et de la reconnaissance, et en donnant un sens au travail. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Jeune entreprise québécoise innovante

QuoteMachine aide les commerçants spécialisés à valoriser leur expertise en ligne

Publié le 19 sept. 2021
QuoteMachine aide les commerçants spécialisés à valoriser leur expertise en ligne

Jean-Denis Rocheteau, cofondateur et chef de la direction de QuoteMachine

  • Les services de commerce en ligne fonctionnent bien pour des produits standardisés et pas trop chers. Mais avant de faire un gros achat, habituellement, on aime bien parler à un commerçant qui connaît son affaire et peut nous conseiller.
  • La startup montréalaise QuoteMachine offre aux commerçants ayant pignon sur rue un logiciel de gestion de la relation client qui fait le pont entre la première visite au magasin des futurs clients qui viennent s’informer et la décision d’achat qu’ils prendront plus tard, de chez eux.

Le problème: la difficulté, pour les commerçants, de faire un suivi avec les clients qui viennent les consulter, mais partent avant de finaliser leur achat.

«Lorsque des consommateurs magasinent un produit qui coûte plus de 1000 $ et pour lequel ils doivent choisir entre plusieurs options, ils veulent parler à quelqu’un», observe Jean-Denis Rocheteau, cofondateur et directeur général de QuoteMachine.

Leur réflexe est souvent d’aller voir un commerçant spécialisé, qu’ils connaissent ou dont ils ont entendu parler, pour se faire conseiller.

Mais leur décision d’achat est rarement immédiate, lors de leur première visite.

  • Ils quittent le commerce avec une carte d’affaires du vendeur, ou au mieux une soumission écrite.
  • Et ensuite, le commerçant attend, en espérant que ces clients ne vont pas acheter ailleurs, ou en ligne, sans lui reparler.

La solution: un microsite conçu sur mesure pour en fonction des besoins spécifiques de chaque client, avec juste les produits et les options qui l’intéressent.

QuoteMachine a développé un outil en ligne qui permet au vendeur de créer une soumission interactive, sous la forme d’une page web.

  • En quittant le magasin, le client reçoit par courriel ou par texte l’adresse de ce microsite, pour l’aider à poursuivre sa réflexion.
  • À partir de cette page, le client et le vendeur peuvent planifier une discussion par visioconférence, téléphone, clavardage ou courriel, ou même fixer un autre rendez-vous au magasin.
  • Le commerçant peut, dans le microsite, ajuster son offre aux besoins du client à mesure qu’ils se précisent, et le client peut finaliser son achat sans revenir au magasin.

«Notre logiciel aide le commerçant à valoriser son expertise et à poursuivre la conversation avec ses clients en vue de conclure la vente», explique à InfoBref Jean-Denis Rocheteau.


Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Modèle d’affaires: QuoteMachine est vendu aux commerçants comme un logiciel en tant que service.

L’abonnement mensuel coûte entre 50 et 200 $ par mois, selon la taille du commerce.

  • Il est donc à la portée de beaucoup de petits commerçants.

Où en est l’entreprise actuellement?

Fondée en 2018, QuoteMachine compte maintenant une dizaine d’employés.

Déjà 450 commerces, dont 70% sont aux États-Unis, utilisent son service en ligne.

  • Ce sont soit des commerces indépendants, soit des petites chaînes qui ont quelques succursales.
  • Ils sont spécialisés dans divers secteurs: ameublement et design d’intérieur, domotique, chasse et pêche, design de mode, équipement de sport, vélos, etc.

«En août, notre logiciel en ligne a soutenu plus de 60 millions $ en vente chez nos clients», dit Jean-Denis-Rocheteau.

Léopold Bouchard Décoration et salle de bains, de Lévis, est un des commerces qui utilisent QuoteMachine.

  • «Équiper ou refaire sa salle de bain, ce n’est pas quelque chose qu’on magasine entièrement tout seul en ligne, note Jean-Denis Rocheteau.
  • Les clients veulent parler à un conseiller ou un designer de Léopold Bouchard pour être certains de choisir les bons produits.
  • Toute cette conversation, qui peut être menée partiellement en magasin et partiellement en ligne, est soutenue par notre logiciel.»

QuoteMachine a obtenu 1,2 million $ en capital de risque, notamment de l’accélérateur FounderFuel et du fonds montréalais qui chapeaute cet accélérateur, Real Ventures.

L’entreprise a été désignée l’une des Révélations 2021 par Montréal inc. [découvrez nos portraits des autres Révélations 2021]

Les prochaines étapes:

L’entreprise est en croissance rapide et espère doubler le nombre de ses clients d’ici la fin de l’année 2021.

Son service logiciel est déjà interconnecté avec plusieurs autres qu’utilisent les commerçants, dont Lightspeed, Shopify et QuickBooks.

  • Elle va bientôt y ajouter une intégration au système de paiement Square.

«On ne remplace ni le site web du commerce, ni sa vitrine de commerce électronique s’il en a une, ni les autres outils qu’il utilise déjà, précise Jean-Denis Rocheteau. On s’y intègre pour les compléter et aider les vendeurs à conclure leur vente.»

Suivez l’actualité des entreprises technologiques québécoises dans la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref en vous abonnant à notre infolettre quotidienne gratuite InfoBref Matin : cliquez ici ou sur le bouton «Infolettres» en haut à droite

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Amazon augmente ses salaires pour embaucher 15 000 employés au Canada

Publié le 13 sept. 2021
Amazon augmente ses salaires pour embaucher 15 000 employés au Canada

(Source: Unsplash)

  • Le géant du commerce en ligne voudrait embaucher cet automne 15 000 nouveaux employés pour combler les besoins de ses entrepôts et de ses centres de distribution à travers le Canada. 
  • L’entreprise va aussi augmenter son salaire de départ, qui était de 16 $ l’heure. Il s’établira désormais entre 17 $ et 21,65 $ l’heure. 

En parallèle, Amazon dit qu’elle vient d’augmenter de 1,60$ à 2,20$ les salaires horaires de ses employés actuels. 

La pénurie de main-d’œuvre qui sévit au Canada et aux États-Unis ne semble pas vouloir arrêter le géant dans ses projets d’expansion.

Au Canada, son nombre d’entrepôts et de centres de distribution est passé de 30 à 46 en un an. 

  • Les 15 000 nouveaux employés qu’Amazon veut embaucher s’ajouteront aux 25 000 employés à temps plein et à temps partiel qui travaillent déjà dans ses installations au pays.

Aux États-Unis, Amazon a relevé à 17 $US l’heure le salaire de départ de ses employés et souhaite embaucher 75 000 nouveaux employés d’ici la fin de l’année. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Qu’est-ce qui sera ouvert ou fermé au Québec à la fête du Travail?

Publié le 3 sept. 2021
Qu’est-ce qui sera ouvert ou fermé au Québec à la fête du Travail?

(Source: Unsplash)

  • Beaucoup de Canadiens seront en congé lundi 6 septembre à l’occasion de la fête du Travail.
  • Par conséquent, plusieurs commerces et services seront fermés, mais d’autres restent ouverts. Voici ce qu’il faut savoir.

OUVERTS à la fête du Travail (6 septembre)

  • Petites épiceries
  • Marchés publics
  • Dépanneurs et tabagies
  • Stations d’essence
  • Certaines pharmacies
  • Transports en commun (l’horaire du dimanche ou un horaire spécial peut s’appliquer)
  • Restaurants
  • La plupart des musées
  • La plupart des boutiques
  • Librairies
  • Collecte des ordures ou des matières recyclables
  • Hôpitaux

Attention: pour certains commerces ou services, les heures d’ouverture les jours fériés peuvent varier de l’horaire habituel. Mieux vaut vérifier avant de prévoir un déplacement.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


FERMÉS à la fête du Travail (6 septembre)

  • Points de service gouvernementaux (fédéral, provincial et municipal), par exemple ceux de Passeport Canada ou la ceux de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ)
  • Bureaux de Poste Canada
  • La plupart des succursales SAQ, sauf celles situées dans les marchés publics et les SAQ Express
  • Succursales de la SQDC
  • Magasins d’alimentation à grande surface (certains demeureront ouverts avec un horaire réduit)
  • Écocentres
  • Banques et les caisses
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus