Bell

Nouvelles, données, nouveaux produits, résultats financiers, transactions et débats concernant Bell Canada (BCE) [voir aussi: Infonuagique, Télécommunications, Sans-fil, Vidéotron]

Bell s’associe à Amazon pour augmenter les capacités de son réseau 5G

Publié le 4 juin 2021
Bell s’associe à Amazon pour augmenter les capacités de son réseau 5G

(Source: Bell)

  • En s’associant avec Amazon Web Services, Bell souhaite que son réseau 5G puisse gérer un plus important volume de données. 
  • L’entente annoncée hier lui permettrait de réduire le temps de latence et ultimement, d’offrir une meilleure expérience, notamment dans les domaines des jeux vidéo immersifs et de la diffusion de vidéo en continu en ultra-haute définition. 

D’autres géants des télécommunications ont récemment conclu des ententes similaires. 

  • Plus tôt cette année, Telus a conclu un accord de 10 ans avec Google, afin de moderniser son réseau informatique et de fournir des services sans-fil de cinquième génération. 
  • L’an dernier, Rogers s’est associée à Microsoft pour développer des réseaux privés. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Bell achète le Grand Prix du Canada

Publié le 30 avr. 2021
Bell achète le Grand Prix du Canada

[image: site du Grand Prix du Canada]

  • Bell va acheter le Groupe de course Octane, promoteur du Grand Prix du Canada – le plus grand événement sportif et touristique canadien. Le montant de la transaction n’est pas dévoilé. Bell a fait en sorte de prolonger de deux ans le contrat d’Octane avec la F1: le groupe demeurera donc promoteur du Grand Prix du Canada au moins jusqu’en 2031.
  • Octane continuera d’être exploitée comme une entreprise indépendante. François Dumontier, fondateur et unique propriétaire d’Octane depuis 2010, reste à sa tête et suivra l’entreprise chez Bell. La transaction n’affecte pas les employés d’Octane, qui conservent leur emploi.

Bell Canada est toujours le fournisseur de services de télécommunications qui reçoit le plus de plaintes

Publié le 29 mars 2021
Bell Canada est toujours le fournisseur de services de télécommunications qui reçoit le plus de plaintes

(Image: Unsplash)

  • Bell a été à l’origine de 20% des plaintes de Canadiens reçues entre le 1er août et le 31 janvier derniers par la Commission des plaintes relatives aux services de télécom-télévision du Canada (CPRST). Suivent Rogers (13%), Fido (10%) et Telus (7%).
  • Le nombre total de plaintes a augmenté de 8% par rapport aux six mois précédents. La lenteur ou l’indisponibilité du service Internet sont les problèmes qui ont connu la plus forte progression semestrielle, même si les plaintes liées aux services sans fil demeurent les plus nombreuses.

Les services sans-fil sont toujours le secteur qui suscite le plus grand nombre de plaintes des consommateurs canadiens, soit 41% du total.

  • 85% des plaintes liées aux services sans fil portent sur des frais trop élevés ou sur le manque de clarté des conditions de service.
  • 15% des plaintes seulement portent sur la qualité du signal sans fil.

L’accès à Internet – qui a été particulièrement sollicité par les foyers canadiens au cours du semestre – accapare 33% des plaintes reçues par la CPRST au dernier semestre. 

Les autres services (télévision, téléphonie locale et autres) ont vu leur nombre de plaintes diminuer.

Une bonne nouvelle pour les consommateurs:

  • neuf plaintes sur dix ont été résolues à l’intérieur de la période de six mois;
  • et la plupart l’ont été dans les 30 jours suivant la plainte.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Internet en région: Bell dit avoir tout mis en place pour faciliter l’accès à ses poteaux par d’autres fournisseurs de services Internet au Québec

Publié le 18 mars 2021
Internet en région: Bell dit avoir tout mis en place pour faciliter l’accès à ses poteaux par d’autres fournisseurs de services Internet au Québec

(Source: Unsplash)

  • Karine Moses, présidente de la direction de Bell au Québec, affirme que Bell est prête à répondre rapidement aux fournisseurs qui souhaitent accéder à ses structures pour déployer leur propre réseau Internet. 
  • Québecor, le principal concurrent de Bell au Québec, critique depuis des mois le manque de collaboration de Bell dans le partage de ses poteaux. Québecor a demandé à plusieurs reprises une intervention directe du premier ministre François Legault.

Bell dit avoir posé plusieurs gestes depuis un an pour réduire le temps d’attente des fournisseurs qui demandent à accéder à ses structures.

  • Le processus de demande d’accès a été simplifié.
  • Un Centre d’excellence a été créé afin de partager les meilleures pratiques pour présenter une demande et pour accéder aux structures de Bell.

«Bell a tout mis en place pour permettre aux différents fournisseurs de service Internet de brancher un maximum de Québécois à Internet haute vitesse le plus rapidement possible», assure Karine Moses par communiqué.

Bell réagit aux critiques répétées de Pierre-Karl Péladeau, PDG de Québecor, qui se plaint régulièrement depuis un an de la difficulté qu’aurait sa filiale Vidéotron à déployer son réseau dans les régions plus éloignées du Québec.

Le mois dernier, Péladeau s’indignait dans un tweet du fait que le chalet du PDG de Bell, Mirko Bibic, près d’un lac en Outaouais, a accès à Internet haute vitesse alors que, disait Péladeau, les habitants d’autres régions n’y ont pas accès en raison de délais imposés par Bell à ses concurrents.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

La Cour suprême déboute les géants canadiens des télécoms dans le conflit qui les oppose aux fournisseurs indépendants

Publié le 25 fév 2021
La Cour suprême déboute les géants canadiens des télécoms dans le conflit qui les oppose aux fournisseurs indépendants

(Source: Unsplash)

  • Bell, Rogers, Shaw et Vidéotron ne pourront pas contester devant la cour la décision du CRTC qui les oblige à diminuer le prix auquel ils revendent leur signal Internet à des fournisseurs régionaux indépendants.
  • En plus de devoir réduire leurs tarifs jusqu’à 77% dans certains cas, les grands fournisseurs devront rembourser aux fournisseurs indépendants les sommes perçues en trop pendant qu’ils contestaient ces nouveaux tarifs – un remboursement qui pourrait s’élever à 450 millions $.

La décision du CRTC d’imposer une baisse des tarifs de revente en gros des services Internet aux principaux fournisseurs canadiens remonte à 2016.

  • L’organisme fédéral avait qualifié de déraisonnables et d’erronés les calculs des grossistes pour justifier leurs tarifs en vigueur à ce moment-là.
  • Les baisses de tarifs imposées variaient de 3% à 77% selon le fournisseur. Les redevances par abonné exigées aux fournisseurs indépendants ont été réduites de 15% à 40%, selon le cas.

La contestation devant la Cour suprême du Canada était le dernier recours des grands fournisseurs.

La prochaine étape sera de négocier avec les fournisseurs indépendants la façon dont le remboursement rétroactif des montants perçus en trop se fera, explique Opérateurs des réseaux concurrentiels canadiens (ORCC), un regroupement de fournisseurs indépendants qui comprend notamment B2B2C, ColbaNet, Distributel et Ebox.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Bell critiquée pour des coupures malgré un bénéfice annuel à peu près stable et une aide fédérale de 122 millions $

Publié le 4 fév 2021
Bell critiquée pour des coupures malgré un bénéfice annuel à peu près stable et une aide fédérale de 122 millions $
  • L’an dernier, Bell a vu ses revenus et son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) baisser de 4%. Elle vient cependant d’augmenter le dividende qu’elle verse à ses actionnaires.
  • En parallèle, Bell a récemment coupé plus de 200 postes dans sa division média, alors que la société a reçu 122 millions $ en aide salariale d’urgence du gouvernement fédéral. Le syndicat Unifor critique ces coupures.

Bell a enregistré une bonne performance financière au quatrième trimestre,: son bénéfice a grimpé de 32% par rapport même trimestre de l’an passé. 

  • Le reste de l’année avait été plus difficile. La société a bouclé 2020 avec un BAIIA de 9,6 milliards $, en baisse de 4% comparativement à 10 milliards en 2019.
  • Mais la société a choisi d’augmenter son dividende de 5% pour le porter à 87,5 cents par action.

Bell se fait vivement critiquer depuis cette annonce par les syndicats et par d’autres entreprises du secteur des télécommunications, qui établissent un lien avec la récente restructuration de sa filiale Bell Média.

  • Plus tôt cette semaine, Bell a annoncé la coupure de 210 postes au sein de la portion anglophone de cette filiale. Les coupures affectent notamment la radio montréalaise anglophone CJAD.
  • L’aide de 122 millions $ qu’elle a reçu du fédéral l’année dernière était justement dans le cadre d’un programme de maintien des emplois, rappelle Unifor, le syndicat des employés de Bell.
  • En augmentant en plus son dividende, c’est comme si Bell remettait cette aide à ses actionnaires plutôt qu’à ses employés, ajoute un rival ontarien, le fournisseur de télécommunications indépendant TekSavvy.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Tendances MÉDIAS

Noovo prépare une «guerre des nouvelles» contre TVA: jeunes loups contre vieux routiers

Publié le 29 janv. 2021
Steve Proulx
par Steve Proulx
Noovo prépare une «guerre des nouvelles» contre TVA: jeunes loups contre vieux routiers

Noémie Mercier, Meeker Guerrier, Lisa-Marie Blais, Michel Bherer (image: Noovo)

  • Le tiraillage commercial entre Québecor et Bell ne date pas d’hier. Les deux géants des médias et des télécommunications bataillent sur plusieurs fronts: ils se disputent des abonnés, des cotes d’écoute, des revenus publicitaires.
  • Avec le rachat de V par Bell Média et l’arrivée prochaine d’un service de nouvelles digne de ce nom à l’antenne de la chaîne rebaptisée Noovo, assistera-t-on au retour de la «guerre des nouvelles»?

Des querelles commerciales, Québecor Média et Bell Média nous en ont donné plusieurs:

  • la guerre des sports entre RDS et TVA Sports;
  • la guerre du streaming entre Crave et club Illico;
  • la guerre du dimanche soir, bientôt, entre Star Académie (TVA) et Big Brother Célébrités (Noovo).

Ce printemps, les deux géants fouleront un nouveau champ de bataille: celui de l’information.

Depuis des mois, Noovo recrute à gauche et à droite les talents qui composeront sa future salle de nouvelles.

Les chefs d’antenne déjà annoncés: Noémi Mercier (ex-L’actualité), Lisa-Marie Blais (ex-LCN), Michel Bherer (ex-Radio-Canada) et Meeker Guerrier (idem).

Clairement, Noovo entend se démarquer en misant sur la jeunesse et la diversité.

Un retour aux premières années de Télévision Quatre-Saisons:

À sa fondation en 1986, le réseau Télévision Quatre-Saisons (devenu TQS, puis V, puis Noovo) avait aussi osé mettre à la barre de ses émissions d’information des têtes plus jeunes, souvent inconnues du grand public.

L’audace était belle, mais ces jeunes recrues n’ont jamais représenté une menace sérieuse aux bulletins de nouvelles de TVA.

Jusqu’en 1999.

L’événement: l’arrivée de Jean-Luc Mongrain aux commandes du Grand Journal de TQS. «Le mouton noir de la télé» sortait l’artillerie lourde avec un présentateur de nouvelles archiconnu, aimé du public et capable de livrer un vrai «show» de nouvelles, soir après soir.

Le succès a été immédiat.

Découvrez les autres chroniques Tendances Médias de Steve Proulx, une de nos chroniques d’experts publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

La guerre des nouvelles entre TQS et TVA a fait rage jusqu’en 2008, année de la fermeture du service de l’information par le nouveau propriétaire du «mouton noir», Remstar.

C’est Québecor, lors de la courte période durant laquelle l’entreprise détenait TQS, qui a embauché Jean-Luc Mongrain… justement pour damer le pion à TVA. Bien sûr, c’était avant que l’empire Péladeau mette la main sur Vidéotron (et donc sur TVA) et que le CRTC ordonne à Québecor de se départir de TQS en 2001.

Ironiquement, c’est donc Québecor qui a mis au monde la concurrence la plus menaçante que TVA a dû affronter ces dernières décennies.

L’histoire se répétera-t-elle?

La nouvelle équipe de jeunes loups que Noovo mettra à l’antenne ce printemps saura-t-elle ébranler les vieux routiers de TVA que sont Pierre Bruneau ou Sophie Thibault?

Le contexte est tellement différent. Les journaux télévisés ont perdu beaucoup de leur importance au cours des 10-15 dernières années. Ce ne sont tout simplement plus des rendez-vous incontournables.

Les jeunes adultes, que semble vouloir viser Bell Média, s’informent grâce aux médias sociaux. Changeront-ils leurs habitudes? Deviendront-ils des habitués des bulletins de nouvelles à la télé?

C’est un gros «peut-être» qu’il sera intéressant de surveiller ces prochains mois.

Pour recevoir nos chroniques d’experts en politique, finances et techno chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Le CRTC peut imposer des tarifs plus bas pour l’accès à Internet, tranche la Cour

Publié le 10 sept. 2020
Le CRTC peut imposer des tarifs plus bas pour l’accès à Internet, tranche la Cour

(Image: Unsplash)

  • La Cour d’appel fédérale déboute Vidéotron, Bell, Rogers et Cogeco en autorisant les tarifs réduits proposés par le CRTC sur la bande passante qu’ils revendent aux fournisseurs indépendants.
  • «Le CRTC doit encore rendre sa décision finale, mais ce jugement aura un effet immédiat sur le prix de l’accès à Internet au Canada», assure Jean-Philippe Béïque, PDG du fournisseur québécois Ebox.

Ce verdict de la Cour fédérale est accueilli avec soulagement par les fournisseurs indépendants partout au Canada, car plusieurs y jouaient leur survie.

  • Ça évite une augmentation allant jusqu’à 77% du coût de la bande passante, ce qui aurait rendu leur modèle économique déficitaire sur-le-champ.
  • La décision invalide aussi les tarifs de 225 millions $ que les géants canadiens des télécoms souhaitaient leur facturer rétroactivement sur des contrats remontant jusqu’en 2016.

Dans les 82 pages expliquant leur décision, les trois juges qui ont entendu l’affaire rappellent que «le CRTC n’a pas fait preuve d’injustice procédurale» en obligeant une réduction du coût de la bande passante vendue en gros.

  • C’est une bataille, mais pas la guerre qui vient de se terminer: le PDG d’Ebox s’attend à ce que ce jugement soit porté en appel à la Cour suprême.
  • Ottawa pourrait aussi intervenir à la faveur des grands fournisseurs: le ministre de l’Industrie Navdeep Bains redoute qu’ils réduisent leur investissement dans les réseaux de prochaine génération.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus
Le CRTC peut imposer des tarifs plus bas pour l’accès à Internet, tranche la Cour

(Image: Unsplash)