Telus

Les frais de téléphonie mobile ont-ils réellement baissé cette année?

Publié le 7 nov. 2021
Les frais de téléphonie mobile ont-ils réellement baissé cette année?

(Source: Niek Verlaan / Pixabay)

  • Le ministère fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie a indiqué ces derniers jours que les prix des forfaits de données sans-fil allant de 2 Go à 6 Go avaient baissé entre 10% et 25% par rapport au début 2020. Ottawa qualifie cette baisse de pas dans la bonne direction.
  • Mais, dans les faits, le prix des forfaits de téléphonie cellulaire baisse-t-il réellement? Pas nécessairement, selon ce qu’a expliqué à InfoBref Nadir Marcos, cofondateur et PDG de PlanHub, une plateforme québécoise qui permet de comparer les forfaits de téléphonie cellulaire.

Le gouvernement fédéral vante les mesures qu’il a prises pour favoriser la concurrence sur le marché du sans-fil.

  • L’an dernier, Ottawa avait modifié les règles pour favoriser les plus petits fournisseurs dans la vente aux enchères de licences de spectre dans la bande des 600 MHz.
  • Selon le gouvernement, ces changements doivent amener les trois plus gros joueurs, Rogers, Bell et Telus, à réduire d’ici l’an prochain de 25% le prix de leurs forfaits de 2 Go à 6 Go par rapport à 2020.

Mais, dans les faits, beaucoup de consommateurs paieraient toujours aussi cher leurs forfaits de téléphonie cellulaire.

  • «Les données mobiles coûtent de moins en moins cher, mais les consommateurs recherchent des forfaits qui offrent de plus en plus de données», explique Nadir Marcos.
  • Les téléphones sont plus puissants que les précédents, mais coûtent aussi plus cher, observe-t-il: «Au final, le consommateur moyen paie au moins aussi cher qu’avant.»
  • Selon Nadir Marcos, les fournisseurs de données mobiles tirent toujours le même revenu moyen par usager qu’ils le faisaient il y a deux ans.

Comment économiser sur un forfait de téléphonie cellulaire?

  • «Les prix fluctuent beaucoup selon la période de l’année», note Nadir Marcos.
  • Selon lui, le meilleur moment pour magasiner un forfait est lors du «vendredi fou» qui suit le 4e jeudi du mois de novembre – vendredi 26 novembre cette année.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Bell et Telus s’opposent à l’achat par Québecor d’ondes 5G dans l’Ouest canadien

Publié le 30 août 2021
Bell et Telus s’opposent à l’achat par Québecor d’ondes 5G dans l’Ouest canadien

(Source: Unsplash)

  • Vidéotron, filiale de Québecor, a acheté 294 blocs de spectre d’ondes pour les télécommunications sans fil 5G en Colombie-Britannique, en Alberta et au Manitoba, dans le cadre d’une enchère organisée par le gouvernement fédéral.
  • Mais Bell et Telus, exclus de cette vente, croient que Vidéotron n’aurait pas dû y participer.

La vente organisée par le gouvernement visait à stimuler la concurrence. 

  • Cette vente était une portion de l’enchère générale pour allouer des ondes 5G – pour «5e génération» de réseaux sans fil.
  • Elle devrait permettre à de petits joueurs de l’industrie des télécommunications d’acheter certains blocs d’ondes à meilleurs prix que les autres blocs achetés par les plus gros fournisseurs.
  • Dans le cadre de la vente pour petits fournisseurs, Québecor a acheté 294 blocs pour 830 millions $. 

Or, Bell et Telus accusent le gouvernement de ne pas avoir respecté les règles de la vente. 

  • Organisée par le ministère de l’Industrie, la vente de blocs «pour petits fournisseurs» était réservée aux entreprises qui ont déjà des activités dans les provinces concernées, soit la Colombie-Britannique, l’Alberta et le Manitoba.
  • Selon Bell et Telus, Vidéotron aurait dû être exclue puisqu’ils estiment que l’entreprise n’exploite aucun réseau de téléphonie cellulaire dans ces provinces. 

Le ministère a défendu son choix en affirmant que Vidéotron a une présence commerciale dans ces régions via sa filiale Fibrenoire, acquise en 2016.

  • Fibrenoire offre aux entreprises un service de fibre optique. 

Mais Bell et Telus ont porté plainte à la Cour fédérale. 

  • Elles plaident que Fibrenoire ne fournit pas de services de télécommunications commerciales au grand public dans les régions concernées, comme l’exigeaient les règles d’enchères. 
  • Bell et Telus demandent à la cour de bloquer l’achat et de reprendre l’enchère. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Sans fil: le CRTC va favoriser de nouveaux fournisseurs, régionaux ou virtuels, pour stimuler la concurrence et faire baisser les prix

Publié le 15 avr. 2021
Sans fil: le CRTC va favoriser de nouveaux fournisseurs, régionaux ou virtuels, pour stimuler la concurrence et faire baisser les prix

(Source: Unsplash)

  • Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications (CRTC) annonce la mise en place de nouvelles mesures pour augmenter la concurrence dans le marché canadien du sans-fil en favorisant l’entrée de nouveaux fournisseurs.
  • L’organisme fédéral veut également que les frais d’itinérance soient plus clairs pour les clients et il impose aux fournisseurs de services sans fil d’offrir un forfait à bas prix.

Le CRTC permettra aux fournisseurs régionaux de devenir des exploitants nationaux de réseaux mobiles virtuels.

  • Les fournisseurs qui investissent dans une infrastructure régionale de réseau mobile et qui détiennent des droits sur certaines fréquences du spectre sans fil – comme Vidéotron – obtiendront un accès aux réseaux sans fil de Bell, Rogers et Telus.

Les fournisseurs régionaux pourront à leur tour revendre à des exploitants entièrement virtuels leur accès aux réseaux nationaux.

Cet accès à l’infrastructure des trois grands devrait multiplier la concurrence partout au pays, croit le CRTC.

Le CRTC supervisera les négociations entourant les tarifs de gros imposés aux fournisseurs virtuels. Les ententes entre les fournisseurs nationaux et les exploitants virtuels devront être d’une durée d’au moins sept ans.

Des forfaits à moindre coût devront être offerts aux consommateurs par tous les fournisseurs.

  • Le prix du forfait postpayé (facturé mensuellement) le moins cher devra être de 15 $ par mois. Il devra inclure au moins 100 minutes d’appels, les textos illimités et 250 mégaoctets de données mobiles par mois.
  • Ces forfaits à bas prix devront être annoncés clairement sur le site web des fournisseurs pour être facilement accessibles par les consommateurs intéressés.

Les frais d’itinérance devront être plus transparents. 

  • Les fournisseurs devront mieux expliquer aux consommateurs les frais qu’ils encourent en changeant de réseau lors de leurs déplacements.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Telus n’utilisera pas d’équipement Huawei dans son réseau 5G

Publié le 23 nov. 2020
  • Le fournisseur de services sans fil Telus achètera exclusivement de l’équipement provenant de fournisseurs occidentaux ou sud-coréens.
  • Telus devient ainsi le dernier des principaux exploitants de réseaux au Canada à abandonner Huawei – avant même qu’Ottawa ait pris une décision sur une éventuelle interdiction d’utiliser de l’équipement du fabricant chinois.

Ottawa et Telus investissent 15M$ pour renforcer le réseau Internet dans l’Est du pays

Publié le 24 sept. 2020
  • Trois pannes majeures ont eu lieu depuis le début août sur les réseaux avec et sans fil de Bell, Rogers et Telus dans l’Est de l’Ontario, sur la Côte-Nord du Québec et dans les Maritimes.
  • Le problème: les câbles de fibre optique n’ont aucune redondance à ces endroits, et quand une connexion flanche, c’est tout le réseau qui tombe en panne.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi