Télécommunications

Rogers remboursera une journée à ses clients

Mis à jour il y a 5 h
  • Pour compenser ses clients pour les effets de la panne qui a affecté son réseau lundi, Rogers les créditera automatiquement de l’équivalent d’une journée dans leur facture du mois de mai.
  • «Nous savons qu’une mise à jour des logiciels d’Ericsson a causé la déconnexion des appareils à notre réseau», a indiqué la société dans un communiqué, en promettant un «examen approfondi» de l’incident.

Québecor et Cogeco toutes deux intéressés à racheter Freedom Mobile?

Publié le 1er avr. 2021
Québecor et Cogeco toutes deux intéressés à racheter Freedom Mobile?

(Source: Unsplash)

  • Pierre-Karl Péladeau, PDG de Québecor, a demandé au gouvernement fédéral que, s’il approuve l’offre de rachat de Shaw par Rogers, il exige que Shaw cède sa filiale Freedom Mobile à un autre acquéreur. Péladeau laisse entendre que Québecor pourrait être intéressée à l’acquérir.
  • Si Freedom Mobile échappe à Rogers, on pourrait assister à une rivalité entre Québecor et Cogeco. La direction de Cogeco a déjà manifesté son intérêt d’entrer dans le marché du sans-fil et l’acquisition d’un fournisseur régional comme Freedom Mobile serait une option envisagée.

Devant le comité parlementaire chargé d’étudier l’offre de Rogers pour Shaw, Pierre-Karl Péladeau s’est positionné hier comme premier acquéreur potentiel de Freedom avant Cogeco.

  • «Nous sommes certainement le [meilleur] candidat, avec la latitude financière et l’expertise au niveau des télécommunications et de la commercialisation, pour avoir du succès», a-t-il affirmé.

Grâce à sa filiale Vidéotron, Québecor a déjà une forte présence dans le sans-fil au Québec. 

  • Intégrer Freedom Mobile, qui couvre les principales villes du Canada anglais, lui permettrait de créer un quatrième joueur national derrière Bell, Telus et Rogers-Shaw.

Cogeco est absent du marché du sans fil à l’heure actuelle.

  • Mais son PDG Philippe Jetté a récemment déclaré qu’il souhaiterait voir les autorités canadiennes faciliter l’accès à ce marché par des joueurs régionaux indépendants, plutôt que de miser simplement sur quatre grands réseaux nationaux.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Bell Canada est toujours le fournisseur de services de télécommunications qui reçoit le plus de plaintes

Publié le 29 mars 2021
Bell Canada est toujours le fournisseur de services de télécommunications qui reçoit le plus de plaintes

(Image: Unsplash)

  • Bell a été à l’origine de 20% des plaintes de Canadiens reçues entre le 1er août et le 31 janvier derniers par la Commission des plaintes relatives aux services de télécom-télévision du Canada (CPRST). Suivent Rogers (13%), Fido (10%) et Telus (7%).
  • Le nombre total de plaintes a augmenté de 8% par rapport aux six mois précédents. La lenteur ou l’indisponibilité du service Internet sont les problèmes qui ont connu la plus forte progression semestrielle, même si les plaintes liées aux services sans fil demeurent les plus nombreuses.

Les services sans-fil sont toujours le secteur qui suscite le plus grand nombre de plaintes des consommateurs canadiens, soit 41% du total.

  • 85% des plaintes liées aux services sans fil portent sur des frais trop élevés ou sur le manque de clarté des conditions de service.
  • 15% des plaintes seulement portent sur la qualité du signal sans fil.

L’accès à Internet – qui a été particulièrement sollicité par les foyers canadiens au cours du semestre – accapare 33% des plaintes reçues par la CPRST au dernier semestre. 

Les autres services (télévision, téléphonie locale et autres) ont vu leur nombre de plaintes diminuer.

Une bonne nouvelle pour les consommateurs:

  • neuf plaintes sur dix ont été résolues à l’intérieur de la période de six mois;
  • et la plupart l’ont été dans les 30 jours suivant la plainte.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Cogeco craint que l’achat de Shaw par Rogers rende le marché du sans-fil encore plus difficile d’accès pour les nouveaux fournisseurs

Publié le 24 mars 2021
Cogeco craint que l’achat de Shaw par Rogers rende le marché du sans-fil encore plus difficile d’accès pour les nouveaux fournisseurs

(Source: Unsplash)

  • Si elle est approuvée, l’acquisition de Shaw par Rogers fera passer de quatre à trois le nombre de grands exploitants de réseaux de télécommunications au Canada. Cela réduira les chances que de nouveaux joueurs se taillent une place dans ce marché, vu les coûts élevés pour bâtir sa propre infrastructure.
  • Le PDG de Cogeco pense que la transaction bénéficierait non seulement à Rogers mais aussi à Bell et Telus, puisqu’elle consoliderait du même coup leur part de marché en éliminant un de leurs principaux concurrents.

Le PDG de Cogeco Philippe Jetté a déjà dit par le passé que son entreprise aimerait se lancer dans les services sans fil. Mais l’achat de Shaw par Rogers lui compliquerait la tâche.

  • «Pour entrer dans le sans-fil, les plus petits joueurs doivent avoir accès à une partie des réseaux déjà existants», a expliqué Philippe Jetté lors d’une conférence virtuelle organisée par Desjardins.
  • Or, la transaction prévue éliminerait un joueur déjà établi et donnerait, selon lui, plus de pouvoir à Rogers, Bell et Telus, les seuls à avoir une présence nationale dans le sans-fil.

L’offre d’achat de Rogers doit être approuvée par le CRTC, le Bureau de la concurrence et le gouvernement.

Philippe Jetté espère que les autorités n’oublieront pas leur promesse de stimuler la concurrence en faisant plus de place aux fournisseurs régionaux ou aux nouveaux fournisseurs.

  • «Il faudra créer un environnement juridique qui permet aux petits opérateurs de croître, et qui favorisera l’émergence de plus de concurrence.»

Une solution pourrait être de forcer Rogers à céder une partie de ses fréquences à un autre fournisseur, chose qui s’est déjà vue quand Bell a fait l’acquisition du fournisseur manitobain MTS en 2016.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Investissement Québec participe à un investissement de 10 millions $ dans un fabricant montréalais de composants essentiels aux réseaux 5G

Publié le 17 mars 2021
Investissement Québec participe à un investissement de 10 millions $ dans un fabricant montréalais de composants essentiels aux réseaux 5G

(Image Aeponyx)

  • Le spécialiste montréalais de photonique Aeponyx vient de conclure une ronde de financement de 10 millions $. L’entreprise veut commercialiser des composants, qu’elle dit être parmi les plus abordables sur le marché, nécessaires aux infrastructures réseaux combinant la 5G et la fibre optique.
  • Pour Investissement Québec, cette nouvelle ronde est l’occasion d’une première participation dans Aeponyx. La ronde porte à 40 millions $ le financement total obtenu par la société depuis sa fondation en 2011.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Cogeco pourrait bien être le grand gagnant de l’achat de Shaw par Rogers, croit un analyste

Publié le 16 mars 2021
  • La concentration dans le sans-fil canadien inquiète les autorités. Avant d’approuver la transaction de 26 milliards $, elles pourraient exiger que Shaw se départisse de Freedom Mobile, un fournisseur de services sans fil présent en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique, avance David McFadgen, analyste en télécom pour la firme Cormark Securities.
  • Dans une note aux investisseurs, l’analyste torontois écrit que si cela se produit, Cogeco pourrait vouloir acquérir Freedom Mobile, parce l’entreprise québécoise veut entrer dans le marché du sans-fil, et que «personne jusqu’ici ne lui avait offert une telle occasion».

Achat de Shaw Communications par Rogers: Ottawa devra choisir entre l’industrie et les consommateurs

Publié le 15 mars 2021
Achat de Shaw Communications par Rogers: Ottawa devra choisir entre l’industrie et les consommateurs

(Source: Unsplash)

  • Si elle se réalise, l’offre d’acquisition de 26 milliards $ de Rogers pour Shaw annoncée hier fera passer de quatre à trois le nombre de grands fournisseurs de services de télécommunications au Canada – sans compter Vidéotron, qui ne dessert que le Québec. 
  • Depuis quelques années, le CRTC estime ce marché suffisamment concurrentiel justement parce qu’il compte quatre grands joueurs. Si l’organisme fédéral veut défendre l’intérêt des consommateurs, il refusera probablement la transaction. Mais il pourrait être tenté de l’approuver pour privilégier l’investissement et la création d’emploi dans l’ouest du pays, fait valoir un expert canadien des télécoms.

Si le CRTC tient à baisser les prix du sans-fil et de l’Internet, il refusera l’achat de Shaw par Rogers, affirme en entrevue à InfoBref Michael Geist, directeur de la Chaire canadienne sur Internet et le commerce électronique.

  • «Approuver cette offre serait un recul pour le CRTC, qui tient à ce modèle à quatre joueurs.»
  • Mais ces derniers mois, le CRTC s’est plus souvent montré en faveur de protéger l’industrie et l’investissement que les consommateurs, ce qui rend incertaine la position qu’il prendra dans ce dossier.

Le Bureau de la concurrence et le gouvernement fédéral devront aussi approuver la transaction.

Or, le gouvernement libéral s’est fait élire en promettant de réduire de 25% la facture de sans-fil des Canadiens. 

  • Cette transaction ne l’aidera pas à remplir sa promesse, croit Michael Geist.

Favoriser la création d’opérateurs «virtuels» dans le sans-fil – on appelle ainsi des fournisseurs indépendants qui empruntent l’infrastructure des grands joueurs pour offrir des services au rabais – serait une façon pour le gouvernement de satisfaire à la fois l’industrie et les consommateurs.

Ottawa pourrait approuver le plan de Rogers d’acquérir Shaw, en acceptant la justification que Rogers va investir dans l’Internet filaire et la technologie 5G et créera 3000 emplois dans l’ouest du pays.

Et le gouvernement pourrait ensuite obliger Rogers, ses concurrents directs Bell et Telus, et Vidéotron à partager leur infrastructure sans fil avec des opérateurs virtuels régionaux.

Dans l’Internet résidentiel, l’approche de favoriser des exploitants virtuels a eu un effet à la baisse sur les prix.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Finis les paiements étalés sur trois ans pour les nouveaux téléphones

Publié le 4 mars 2021
Finis les paiements étalés sur trois ans pour les nouveaux téléphones

(Source: Apple)

  • Rogers et Telus ont offert à des clients un financement étalé sur trois ans pour leur faciliter l’achat d’un nouveau sans-fil. Les clients devaient payer un solde pour le téléphone s’ils changeaient de fournisseur après deux ans.
  • Cela va à l’encontre du Code sur les services, a dit hier le CRTC. Ce code limite à 24 mois la durée des contrats de service. Facturer un coût de rachat d’un téléphone au-delà de ce délai revient à retenir les clients prisonniers, ce que le Code interdit.

Des fournisseurs canadiens ont commencé en juillet 2019 à offrir un financement étalé sur 36 mois pour l’achat de nouveaux téléphones.

Ces contrats d’achat étaient parallèles aux contrats de service qui, eux, étaient limitées à 24 mois.

  • Après 24 mois, les clients pouvaient théoriquement quitter leur fournisseur de service.
  • Mais l’obligation de payer un solde pour racheter leur téléphone les gardait, dans les faits, attachés au fournisseur.

Le CRTC interdit désormais clairement les contrats d’achats avec paiements étalés qui imposent un frais ou une pénalité au-delà de 24 mois.

  • Dans ces conditions, les fournisseurs n’offriront plus d’achat étalé sur plus de 24 mois.

Cela va-t-il pénaliser la vente de certains téléphones haut de gamme?

Les sans-fils neufs coûtent cher, et leur prix monte un peu plus chaque année.

À titre d’exemple, le prix d’un iPhone neuf a augmenté de 25% depuis cinq ans. 

  • L’iPhone 12 coûte 950 $ alors que l’iPhone 6 était vendu à partir de 750 $ au moment de son lancement.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

La Cour suprême déboute les géants canadiens des télécoms dans le conflit qui les oppose aux fournisseurs indépendants

Publié le 25 fév 2021
La Cour suprême déboute les géants canadiens des télécoms dans le conflit qui les oppose aux fournisseurs indépendants

(Source: Unsplash)

  • Bell, Rogers, Shaw et Vidéotron ne pourront pas contester devant la cour la décision du CRTC qui les oblige à diminuer le prix auquel ils revendent leur signal Internet à des fournisseurs régionaux indépendants.
  • En plus de devoir réduire leurs tarifs jusqu’à 77% dans certains cas, les grands fournisseurs devront rembourser aux fournisseurs indépendants les sommes perçues en trop pendant qu’ils contestaient ces nouveaux tarifs – un remboursement qui pourrait s’élever à 450 millions $.

La décision du CRTC d’imposer une baisse des tarifs de revente en gros des services Internet aux principaux fournisseurs canadiens remonte à 2016.

  • L’organisme fédéral avait qualifié de déraisonnables et d’erronés les calculs des grossistes pour justifier leurs tarifs en vigueur à ce moment-là.
  • Les baisses de tarifs imposées variaient de 3% à 77% selon le fournisseur. Les redevances par abonné exigées aux fournisseurs indépendants ont été réduites de 15% à 40%, selon le cas.

La contestation devant la Cour suprême du Canada était le dernier recours des grands fournisseurs.

La prochaine étape sera de négocier avec les fournisseurs indépendants la façon dont le remboursement rétroactif des montants perçus en trop se fera, explique Opérateurs des réseaux concurrentiels canadiens (ORCC), un regroupement de fournisseurs indépendants qui comprend notamment B2B2C, ColbaNet, Distributel et Ebox.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Bell critiquée pour des coupures malgré un bénéfice annuel à peu près stable et une aide fédérale de 122 millions $

Publié le 4 fév 2021
Bell critiquée pour des coupures malgré un bénéfice annuel à peu près stable et une aide fédérale de 122 millions $
  • L’an dernier, Bell a vu ses revenus et son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) baisser de 4%. Elle vient cependant d’augmenter le dividende qu’elle verse à ses actionnaires.
  • En parallèle, Bell a récemment coupé plus de 200 postes dans sa division média, alors que la société a reçu 122 millions $ en aide salariale d’urgence du gouvernement fédéral. Le syndicat Unifor critique ces coupures.

Bell a enregistré une bonne performance financière au quatrième trimestre,: son bénéfice a grimpé de 32% par rapport même trimestre de l’an passé. 

  • Le reste de l’année avait été plus difficile. La société a bouclé 2020 avec un BAIIA de 9,6 milliards $, en baisse de 4% comparativement à 10 milliards en 2019.
  • Mais la société a choisi d’augmenter son dividende de 5% pour le porter à 87,5 cents par action.

Bell se fait vivement critiquer depuis cette annonce par les syndicats et par d’autres entreprises du secteur des télécommunications, qui établissent un lien avec la récente restructuration de sa filiale Bell Média.

  • Plus tôt cette semaine, Bell a annoncé la coupure de 210 postes au sein de la portion anglophone de cette filiale. Les coupures affectent notamment la radio montréalaise anglophone CJAD.
  • L’aide de 122 millions $ qu’elle a reçu du fédéral l’année dernière était justement dans le cadre d’un programme de maintien des emplois, rappelle Unifor, le syndicat des employés de Bell.
  • En augmentant en plus son dividende, c’est comme si Bell remettait cette aide à ses actionnaires plutôt qu’à ses employés, ajoute un rival ontarien, le fournisseur de télécommunications indépendant TekSavvy.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Samsung dévoile une gamme de téléphones Galaxy S21 à prix réduit et s’attaque aux AirPods Pro d’Apple

Publié le 14 janv. 2021
Samsung dévoile une gamme de téléphones Galaxy S21 à prix réduit et s’attaque aux AirPods Pro d’Apple

La gamme Galaxy S21 (Source: Samsung)

  • En vente à partir du 29 janvier, le Galaxy S21 coûtera entre 100 $ et 200 $ de moins que le Galaxy S20 présenté l’an dernier, mais il ne sera quand même pas donné: 1130 $ pour le Galaxy S21, 1400 $ pour le Galaxy S21+ et 1650 $ pour le Galaxy S21 Ultra.
  • Ce qui est nouveau: un boîtier plus coloré que celui du S20, un processeur plus puissant, un affichage plus détaillé, une compatibilité avec le stylet S Pen, et de nouveaux écouteurs Galaxy Buds Pro – vendus séparément pour 264$.

François Legault nomme deux nouveaux responsables pour le dossier de l’Internet haute vitesse en région

Publié le 21 déc 2020
  • Le député d’Orford Gilles Bélanger devient adjoint parlementaire du premier ministre responsable d’accélérer le déploiement du réseau Internet haute vitesse partout au Québec. Il sera secondé par Stéphane Le Bouyonnec, un ancien président de la CAQ.
  • Legault retire ainsi le dossier au ministère de l’Économie de Pierre Fitzgibbon, qui n’a pas réussi à rendre disponible la haute vitesse à tous les Québécois – 340 000 ménages n’y ont toujours pas accès.