Politique économique

Ottawa se prépare à ajouter 20 milliards $ de nouvelles dépenses annuellement pour favoriser les initiatives environnementales et à caractère social

Mis à jour il y a 2 h
Ottawa se prépare à ajouter 20 milliards $ de nouvelles dépenses annuellement pour favoriser les initiatives environnementales et à caractère social

Chrystia Freeland et Justin Trudeau (Photo Twitter)

  • La vice-première ministre Chrystia Freeland prépare pour la fin novembre une mise à jour économique où elle présenterait de nouvelles mesures fiscales structurantes à long terme.
  • Ces mesures pourraient coûter jusqu’à 20 milliards $ annuellement et s’ajouteront au déficit déjà anticipé de 343 milliards $ pour 2020, ainsi qu’à l’aide de 40 milliards $ déjà annoncée pour soutenir l’économie durant la deuxième vague.

Du côté des initiatives vertes, Ottawa a déjà donné un aperçu de sa stratégie en investissant conjointement avec l’Ontario dans des usines automobiles qui produiront des véhicules électriques.

Quant aux programmes sociaux, deux mesures seraient au programme, selon une source anonyme au sein du gouvernement citée par Bloomberg:

  • un réseau national de garderies auquel les provinces pourraient également contribuer;
  • une assurance-médicaments bonifiée.

Les détails exacts ne sont pas connus, mais Trudeau et Freeland préparent le terrain pour cette annonce depuis quelques jours déjà.

  • «Si nous en faisons moins, la relance sera plus lente et les déficits dureront plus longtemps», a dit le Premier ministre mercredi.
  • «En faire trop peu est bien plus dangereux et finira par coûter plus cher qu’en faire trop», déclarait au même moment la ministre des Finances, dans le cadre du Toronto Global Forum.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Abolir les barrières tarifaires interprovinciales serait un des meilleurs moyens de relancer l’économie canadienne, dit le monde des affaires

Mis à jour il y a 8 h
Abolir les barrières tarifaires interprovinciales serait un des meilleurs moyens de relancer l’économie canadienne, dit le monde des affaires
  • La Banque de Montréal estime qu’éliminer les taxes imposées sur les échanges commerciaux entre provinces ajouterait jusqu’à 2% au PIB national au cours des dix prochaines années.
  • «Les Canadiens ont protesté avec raison quand Donald Trump a imposé des taxes sur l’acier et l’aluminium canadiens, et pourtant nous tolérons un frein économique significatif imposé par notre propre gouvernement», déplore le Conseil canadien des affaires.

L’organisme, qui représente les 150 plus grandes entreprises au pays, a identifié trois grandes séries de mesures qui pourraient rapidement contribuer à récupérer la part du PIB effacée par la pandémie.

  • L’éducation et la formation spécialisée doivent être plus facilement accessibles pour les Canadiens et celles des nouveaux arrivants doivent être mieux reconnues.
  • L’investissement privé doit être facilité en réduisant les barrières superflues, comme les taxes interprovinciales.
  • La recherche universitaire et la propriété intellectuelle doivent être davantage valorisées, ajoute le Conseil, qui fait écho à une demande similaire des entreprises canadiennes de technologie.

La productivité stagne au Canada depuis des années, rappelle le Conseil canadien des affaires. Il conclut que le moment est propice pour mettre de nouvelles mesures en place qui éviteront qu’on revienne à cette stagnation une fois passée la crise de la pandémie.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus
Abolir les barrières tarifaires interprovinciales serait un des meilleurs moyens de relancer l’économie canadienne, dit le monde des affaires

Québec veut faire du secteur minier québécois le leader nord-américain des matériaux stratégiques

Publié hier
Québec veut faire du secteur minier québécois le leader nord-américain des matériaux stratégiques

(Image: Adobe)

  • Le gouvernement Legault a identifié 22 minéraux prisés des fabricants de voitures et d’appareils électroniques, qu’il espère trouver puis extraire en grande quantité du sous-sol québécois.
  • En parallèle, Québec compte créer une industrie de la transformation et du recyclage de ces métaux, qui comprennent le cobalt, le lithium et le graphite.

La Chine et la Corée sont en avance sur le Québec, mais le moment demeure bien choisi, assure Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

  • «En Amérique du Nord, on se positionne au bon moment: nous sommes en avance de cinq à six mois», a affirmé le ministre en point de presse.
  • «Sur les 20 prochaines années, il sera impératif pour les (fabricants nord-américains) d’avoir une chaîne d’approvisionnement le plus proche possible», a ajouté le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon.

90 millions $ seront utilisés par Québec durant les cinq prochaines années pour cartographier le sous-sol québécois, surtout dans le nord et l’est de la province.

Un milliard $ est prêt à être investi par le gouvernement Legault dans les éventuels projets miniers qui s’aligneront sur cette stratégie.

C’est un pari risqué: Nemaska Lithium, à l’abri de ses créanciers depuis la fin 2019 et dont la reprise va coûter au bas mot 300 millions $ à Investissement Québec (sans aucune promesse de rendement par la suite), illustre bien la difficulté que pourrait avoir le gouvernement à atteindre son but.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Une centaine d’entrepreneurs techno demandent à Ottawa une stratégie pour stimuler la création d’entreprises innovantes

Publié le 27 oct. 2020
Une centaine d’entrepreneurs techno demandent à Ottawa une stratégie pour stimuler la création d’entreprises innovantes
  • Les dirigeants d’entreprises de partout au pays, y compris les québécoises Lightspeed, Hopper et Coveo, déplorent que le Canada soit loin derrière des pays comme la Slovénie en matière d’innovation.
  • Le Canada a «besoin d’une stratégie de prospérité qui permettra de récupérer les emplois perdus à cause de la pandémie», écrivent-ils dans une lettre ouverte.

Représentés par le Conseil canadien des innovateurs (CCI), ces gens d’affaires de tous les horizons identifient trois axes autour desquels une stratégie d’innovation pourrait s’articuler:

  • la transformation numérique de l’économie;
  • un plus grand soutien pour la recherche, pour créer davantage de propriétés intellectuelles canadiennes;
  • un virage prononcé vers des technologies propres et des solutions à la crise climatique.

«La pandémie de la Covid-19 a révélé l’urgence de mettre en place des projets à grande portée adaptés à nos réalités contemporaines», ajoutent les signataires.

Dès 2015, le gouvernement libéral promettait qu’il reverrait les politiques nationales afin de mettre en valeur l’innovation canadienne. Cela n’a toujours rien donné, constate le CCI.

«Nous attendons toujours la concrétisation de la promesse de créer une stratégie nationale en matière de données, de déployer une stratégie nationale en matière de propriété intellectuelle et d’appliquer les recommandations des Tables sectorielles de stratégies économiques.»

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Projet de loi 66: l’Union des municipalités du Québec veut les mêmes pouvoirs que le gouvernement

Publié le 21 oct. 2020
  • L’UMQ accueille favorablement le projet du gouvernement qui doit permettre de réaliser 181 grands projets d’infrastructure, mais l’organisme souhaite que les chantiers municipaux soit mis eux aussi «sur la voie rapide».
  • La présidente de l’UMQ Suzanne Roy soutient que les projets dans les municipalités stimulent l’économie locale: «on ne peut pas attendre des mois et des années pour démarrer nos chantiers».

L’aide de 295 millions $ accordée par Ottawa à une usine de Ford en Ontario fait rêver au Québec

Publié le 8 oct. 2020
L’aide de 295 millions $ accordée par Ottawa à une usine de Ford en Ontario fait rêver au Québec

(Source: Ford Canada)

  • «Le Canada a le potentiel d’être un chef de file dans la fabrication de véhicules électriques», a dit Justin Trudeau en annonçant cet investissement.
  • «On compte maintenant sur [le gouvernement fédéral] pour investir au Québec afin de fournir les batteries de ces véhicules et pour soutenir la transition de l’industrie d’ici, comme il le fait avec l’automobile en Ontario», a réagi Sarah Houde, PDG de Propulsion Québec, qui représente la plupart des acteurs de cette industrie.

Le plus gros investissement du genre en 15 ans

Le premier ministre a annoncé hier qu’Ottawa égalera l’investissement du gouvernement de l’Ontario dans l’usine de Ford à Oakville. À terme, 3000 employés devraient y assembler des véhicules électriques.

  • Le coût total de la transformation de cette usine est évalué à 1,8 milliard $.
  • À la fin septembre, le syndicat des travailleurs canadiens de l’automobile avait déjà souhaité que cet investissement en entraîne d’autres ailleurs dans l’industrie canadienne.

Des batteries québécoises dans des autos ontariennes?

Pendant que l’Ontario espère devenir un important fabricant de véhicules électriques, le Québec, lui, aimerait lui fournir les composants nécessaires à leur fabrication.

  • Ottawa ferait d’une pierre deux coups en misant «sur l’expertise et les ressources naturelles du Québec pour fournir des batteries aux véhicules ontariens», soutient Sarah Houde, de Propulsion Québec.
  • Elle ajoute que le fédéral pourrait aussi «accompagner les fabricants de véhicules à essence faits au Québec».
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le Canada doit privilégier la relance des entreprises à forte croissance

Publié le 3 sept. 2020
  • C’est l’avis du Conseil canadien des innovateurs, qui recommande à Ottawa de hausser l’aide aux sociétés en forte croissance, de faciliter l’immigration de travailleurs qualifiés et d’accélérer la diplomation universitaire.
  • Dirigé par l’entrepreneur Jim Balsillie, le CCI déplore la rareté des jeunes pousses technos d’ici parmi les fournisseurs de services gouvernementaux tant au niveau fédéral que provincial.