TI/Techno en entreprise

Nouvelles, données, annonces et tendances concernant l’utilisation des technologies de l’information (TI) en entreprise, dans une perspective québécoise

Les hausses de salaire vont s’accélérer en 2022

Publié avant-hier
Les hausses de salaire vont s’accélérer en 2022

(Source: Unsplash)

  • Les organisations québécoises comptent augmenter de 2,9% les salaires de leurs employés l’année prochaine, selon une enquête de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA). C’est plus que la prévision de 2,4% enregistrée l’année dernière pour cette année.
  • Les employés des secteurs des technologies de l’information et des communications devraient obtenir la plus forte augmentation de salaire, de 3,4% en moyenne. Ils seraient suivis par les employés du secteur des assurances (+3,3%).  

Les incertitudes liées à la pandémie s’amenuisent, selon le CRHA.

  • Par conséquent, la majorité des organisations ne prévoient pas de nouveaux gels salariaux. 

Dans les organisations qui ont des structures salariales souvent liées à des conventions collectives, et qui sont généralement de grandes organisations, les hausses anticipées sont plus modestes: 2,2% à 2,3%, ce qui est quand même supérieur aux prévisions enregistrées l’an dernier.

Les secteurs où les salaires augmenteront le moins :

  • Administrations publiques (+2,3%)
  • Arts, spectacles et loisirs (+2,4%) 
  • Soins de santé (+2,7%) 

L’attraction et la rétention des employés seront des enjeux majeurs l’an prochain, selon le CRHA.

  • Cela devrait pousser les employeurs à innover dans la «rémunération globale» qu’ils offrent à leurs employés – autrement dit, à bonifier les avantages et conditions de travail en parallèle aux augmentations de salaire.
  • Pour tirer leur épingle du jeu, le CRHA suggère aux employeurs de miser aussi sur «l’expérience employé», notamment en offrant une conciliation travail-vie personnelle et de la reconnaissance, et en donnant un sens au travail. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

La firme de TI montréalaise Logient est rachetée par un de ses dirigeants

Publié le 8 sept. 2021
La firme de TI montréalaise Logient est rachetée par un de ses dirigeants

Vincent Godcharles, PDG de Logient

  • Après y avoir été gestionnaire pendant plus de 6 ans, Vincent Godcharles a acheté toutes les actions de Logient et pris le poste de président et chef de la direction.
  • En entrevue à InfoBref, Vincent Godcharles a indiqué que ce rachat a été suivi d’un roulement des actifs de Logient vers Oliva Capital, une société de gestion de Terrebonne qu’il a joint en tant qu’associé.

Fondée à Montréal en 2000, Logient connaît une forte croissance depuis quelques années.

  • Elle offre différents services technologiques aux entreprises, comme la création de logiciels et d’applications sur mesure.
  • L’entreprise compte 190 employés. Elle dit avoir un chiffre d’affaires supérieur à 20 millions $, soit 6 fois plus qu’en 2014.

Vincent Godcharles n’a pas voulu préciser à qui il avait acheté l’entreprise.

  • Mais le profil LinkedIn de Jean-François Rioux, qui a été cofondateur de Logient, indique qu’il a quitté son poste de président du conseil exécutif de l’entreprise en juin.

Oliva Capital est un gestionnaire d’investissements privés et de capital de risque créé il y a trois ans par un regroupement d’entrepreneurs québécois.

  • C’est désormais cette société d’investissement, dans laquelle Vincent Godcharles est maintenant partenaire avec 4 autres associés, qui est propriétaire de Logient.
  • Vincent Godcharles voit dans cette structure un levier stratégique et financier pour soutenir les projets d’expansion de Logient.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les entreprises québécoises manquent particulièrement d’employés compétents en technologie

Publié le 1er sept. 2021
Les entreprises québécoises manquent particulièrement d’employés compétents en technologie

(Source: Unsplash)

  • 84% des entreprises québécoises disent qu’elles ont de la difficulté à trouver des employés possédant de bonnes compétences technologiques, selon un sondage de la firme d’audit KPMG. 
  • Le problème est plus aigu au Québec que dans le reste du Canada, puisque la moyenne nationale est de 68%.

L’arrivée de la Covid-19 a amplifié le problème: 84% des entreprises québécoises disent aussi que la pandémie les pousse à utiliser davantage d’outils technologiques. 

Les solutions envisagées par les entreprises québécoises pour recruter des employés compétents en technologie:

  • 92% veulent former leur personnel.
  • 67% veulent recruter des travailleurs étrangers.

Les compétences les plus recherchées sont celles liées à la cybersécurité à l’analyse de données. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Facebook propose des réunions de travail en réalité augmentée avec Horizon Workrooms

Publié le 19 août 2021
Facebook propose des réunions de travail en réalité augmentée avec Horizon Workrooms

(Source: Oculus)

  • Le réseau social a lancé une version bêta d’Horizon Workrooms, une nouvelle application de réalité augmentée pour tenir à distance des réunions qui ressemblent davantage à des réunions «en présentiel». 
  • L’application réunit sous la forme d’avatars, autour d’une même table virtuelle, des intervenants qui peuvent ensuite discuter, bouger et même écrire sur un tableau.   

L’application est gratuite.

Mais pour en profiter, il faut porter un casque de réalité virtuelle Oculus Quest 2 vendu par Facebook – à 460 $ l’unité actuellement.

Horizon Workrooms réunit jusqu’à 16 participants pour une réunion d’équipe.

  • 34 personnes supplémentaires peuvent les rejoindre par simple appel vidéo, sans casque de réalité virtuelle.

Chaque participant prend la forme d’un avatar qu’il contrôle. 

  • Le participant peut prendre des notes sur un clavier virtuel et dessiner sur un tableau virtuel.
  • Il peut partager son écran avec d’autres personnes, comme dans une vidéoconférence. 
  • Une fonction d’audio spatial module la voix des intervenants selon leur emplacement dans la pièce virtuelle.

Vers le Métavers:

Facebook considère le lancement d’Horizon Workrooms comme une première étape vers la construction du «Métavers», une sorte d’univers virtuel en 3D créé essentiellement pour socialiser.

L’entreprise a beaucoup investi en réalité virtuelle ces dernières années.

  • Elle a développé ses propres casques de réalité augmentée Oculus VR, ainsi que des lunettes et des bracelets. 
  • Elle a acquis plusieurs studios de jeux en réalité virtuelle. 
  • En juillet, elle annonçait la création d’une équipe entièrement consacrée au Métavers. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les États-Unis, le Canada et leurs alliés accusent le gouvernement chinois de cyberattaque

Publié le 19 juil 2021
Les États-Unis, le Canada et leurs alliés accusent le gouvernement chinois de cyberattaque

[Source: Pixabay]

  • Le gouvernement canadien accuse la Chine d’avoir délibérément orchestré une cyberattaque qui a visé en mars dernier les serveurs Microsoft Exchange et qui a paralysé plusieurs milliers d’ordinateurs dans le monde. 
  • Le Canada joint donc sa voix à celle des États-Unis, de l’Otan et de plusieurs de leurs alliés, qui ont publiquement accusé hier Pékin de mener de telles attaques. 

«Le Canada est convaincu que le ministère de la Sécurité de l’État (MSE) de la RPC [République populaire de Chine] est responsable de la compromission généralisée des serveurs Microsoft Exchange,» peut-on lire dans une déclaration commune des ministres canadiens Marc Garneau (Affaires étrangères), Harjit S. Sajjan (Défense) et Bill Blair (Sécurité publique et Protection civile). 

La Chine voulait, selon le gouvernement canadien: 

  • accéder à des réseaux pour y voler de la propriété intellectuelle; et
  • acquérir des renseignements permettant d’identifier des personnes.

Le gouvernement américain a aussi fait une déclaration qui accuse le gouvernement chinois de mener des cyberattaques de type rançongiciel à des fins lucratives. 

Au mois de mars, des dizaines de milliers de comptes professionnels du logiciel Microsoft Exchange, le système de messagerie de Microsoft, avaient été touchés par une cyberattaque.

  • Microsoft avait rapidement attribué cette attaque à un groupe de pirates informatiques soutenus par Pékin.  

Le gouvernement chinois nie toute responsabilité dans cette affaire. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Mise à jour importante: l’appli Google Disque pour ordinateur de bureau

Publié le 18 juil 2021
Mise à jour importante: l’appli Google Disque pour ordinateur de bureau

[copie d’écran: InfoBref]

  • Google a activé ces derniers jours un changement dans la façon dont ses usagers accèdent à leurs fichiers enregistrés dans Google Disque.
  • Le changement concerne autant les usagers individuels, qui utilisent en grande majorité une version gratuite de Google Disque, que les usagers professionnels, qui utilisent une version payée par leur organisation. Désormais, les deux catégories d’usagers vont utiliser la même application.

Il y avait jusqu’ici 2 applications différentes pour accéder, d’un ordinateur sous Windows ou macOS, à des fichiers enregistrés dans Google Disque (Google Drive):

  • Les consommateurs utilisaient une application Sauvegarde et synchronisation (Backup and sync): elle conservait simultanément les fichiers sur l’ordinateur et dans le nuage – autrement dit, dans les serveurs de Google – et les synchronisait.
  • Les utilisateurs professionnels de Google Workspace (anciennement G Suite) utilisaient plutôt Drive File Stream: cette application permettait d’accéder à distance aux fichiers qui restaient, par défaut, seulement dans le nuage – même s’il était possible de conserver certains dossiers ou fichiers en permanence sur l’ordinateur.

Google remplace ces 2 applications par une nouvelle: Google Disque pour ordinateur de bureau.

Elle est censée reprendre toutes les fonctionnalités offertes par les applications qu’elle remplace, d’une façon unifiée. [précisions sur le site de Google]

Cette convergence est en droite ligne avec l’orientation qu’a prise Google en rebaptisant la suite professionnelle G Suite pour lui donner le nom de Google Workspace, puis en rendant Google Workspace accessible à ses utilisateurs grand public le mois dernier. 

En installant la nouvelle application, un usager peut choisir entre:

  • diffuser (stream) ses fichiers, c’est-à-dire les enregistrer uniquement dans le nuage et y accéder ponctuellement lorsque l’ordinateur est connecté à Internet (il est néanmoins possible de sélectionner certains fichiers pour qu’ils restent accessibles hors connexion); ou
  • dupliquer (mirror) ses fichiers, pour en conserver en permanence une copie dans l’ordinateur – ce qui a l’avantage de permettre de travailler en tout temps hors ligne sur ces fichiers, et l’inconvénient d’utiliser beaucoup d’espace mémoire dans l’ordinateur.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Avantage pour ceux qui utilisent plusieurs comptes Google, particulièrement ceux qui font cohabiter un compte personnel et un compte professionnel:

  • La nouvelle application Google Disque pour ordinateurs supporte simultanément jusqu’à 4 comptes Google distincts.

Il sera obligatoire de remplacer son application actuelle par la nouvelle et Google recommande fortement de le faire dès maintenant.

  • L’incitation à changer a commencé à apparaitre quand on lance chacune des anciennes applications.
  • À partir de septembre, les usagers qui n’ont pas fait le changement verront systématiquement des alertes leur disant que les anciennes applications ne permettent plus de synchroniser les fichiers entre l’ordinateur et le nuage.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Un glossaire pour aider l’industrie de la réalité virtuelle à parler en français

Publié le 7 juil 2021
Un glossaire pour aider l’industrie de la réalité virtuelle à parler en français

(Source: Unsplash)

  • L’Office québécois de la langue française (OQLF) a regroupé 120 concepts utilisés dans l’industrie de la réalité virtuelle, qui jusqu’ici étaient souvent désignés avec d’autres langues, pour leur trouver un équivalent en français. 
  • Son nouveau vocabulaire francisé de la réalité virtuelle est joliment intitulé Plus vrai que nature.

L’OQLF note que la réalité virtuelle est utilisée dans de nombreuses sphères d’activité, dont le divertissement, la formation, la médecine, la robotique, la défense, l’industrie, l’architecture, le tourisme et l’art. 

Mais, comme beaucoup de secteurs qui se sont développés rapidement autour d’une nouvelle technologie, son vocabulaire est souvent dominé par des mots anglais.

Vous voulez apprendre deux mots savants pour avoir l’air branché sur la réalité virtuelle?

Conflit visuovestibulaire: «Incohérence sensorimotrice provoquée par la perception d’informations contradictoires en provenance du système visuel d’une part et du système vestibulaire [oreille interne] d’autre part.» 

Cybercinétose : «Sensation de malaise, s’apparentant au mal de mer, qui survient parfois à la suite d’une utilisation prolongée de systèmes de réalité virtuelle.» 

Or, devinez quoi, «la cybercinétose se manifeste généralement lors d’un conflit visuovestibulaire».

Vocabulaire complet

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Le chiffre d’affaires moyen d’un consultant en TI est de 159 000 $ au Québec

Publié le 23 juin 2021
  • C’est ce que révèle l’Association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants (AQIII) dans son Portrait de l’industrie de la consultation en TI pour l’année 2021.
  • Ramené à un taux horaire, ce chiffre d’affaires moyen équivaut à environ 102 $ de l’heure, soit 5,7% de plus qu’il y a deux ans, alors qu’il s’établissait à environ 97 $ de l’heure.

Québec investit 19 millions $ pour des stages en entreprise dans le secteur des technologies de l’information

Publié le 31 mai 2021
Québec investit 19 millions $ pour des stages en entreprise dans le secteur des technologies de l’information

(Source: Pixabay)

  • Le gouvernement a annoncé un investissement de 18,8 millions $ sur deux ans pour former 700 travailleurs en alternance travail-études.
  • L’objectif est de leur permettre soit de conserver leur emploi en mettant à jour leurs compétences, soit d’intégrer le marché du travail.

L’investissement s’inscrit dans le cadre du Programme de formations de courte durée, instauré par Québec en 2016. 

  • Il permettra à des entreprises de se faire rembourser jusqu’à 25 $ de l’heure pour la formation, jusqu’à concurrence de 20 000 $ par travailleur. 

Le programme privilégie les formations de courte durée priorisées par la Commission des partenaires du marché du travail (COUD), tels que: 

  • les attestations d’études professionnelles (AEP);
  • les attestations d’études collégiales (AEC);
  • les attestations de spécialisation professionnelle (ASP);
  • les diplômes d’études professionnelles (DEP); et
  • les formations de niveau universitaire comprenant entre 9 et 30 crédits ou entre 130 à 500 heures, telles que les diplômes d’études supérieures spécialisées (DESS) et les certificats universitaires.

Selon le gouvernement, il y a actuellement 10 000 postes à combler dans le secteur des technologies de l’information. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Québec investit 40 millions $ en formation aux technologies de l’information

Publié le 24 mai 2021
Québec investit 40 millions $ en formation aux technologies de l’information

Le ministre du Travail Jean Boulet (Source: Twitter)

  • Le gouvernement Legault crée un nouveau programme pour aider les personnes qui souhaitent se réorienter en intelligence artificielle, en conception de logiciels, en robotique, en automatisation industrielle, ou en programmation de sites web.
  • Avec son Programme pour la requalification et l’accompagnement en technologie de l’information et des communications (Pratic), Québec propose, dès la rentrée, des formations accélérées et rémunérées. 

Il y a environ 10 000 postes vacants dans le secteur des technologies de l’information et des communications.

Ce manque d’effectifs a un impact sur la reprise économique, a affirmé hier le ministre du Travail Jean Boulet, lors du lancement du Programme Pratic.

  • Le gouvernement souhaite attirer 2500 travailleurs pour combler une partie de la pénurie de main-d’œuvre.

Avec ce nouveau programme, les personnes qui veulent se requalifier dans le secteur bénéficieront:

  • d’une formation accélérée payée 650 $ par semaine; et 
  • d’une bourse de 1950 $ une fois la formation réussie.

Ce programme s’adresse:

  • aux chômeurs qui ont perdu leur emploi durant la pandémie; et
  • aux personnes qui n’ont pas étudié à temps complet depuis un an.

Les formations proposées mèneront:

  • à une attestation d’études collégiales; 
  • à des certificats; 
  • à des microprogrammes universitaires; ou 
  • directement à un emploi.

Les inscriptions ouvriront le 1er juillet, et les formations débuteront en septembre.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les pirates informatiques diversifient les cibles de leurs cyberattaques

Publié le 21 mai 2021
Les pirates informatiques diversifient les cibles de leurs cyberattaques

(Source: Pixabay)

  • Selon une recherche de la firme de cybersécurité eSentire, de Toronto, les cyberattaques de type rançongiciel ont frappé depuis le début de l’année au moins 292 nouvelles organisations dans le monde, dont Bombardier. 
  • En étudiant les activités de six groupes connus de cyberpirates, eSentire a constaté qu’ils ne s’attaquent plus seulement aux gouvernements et aux municipalités, aux institutions scolaires, aux établissements de santé et aux cabinets d’avocats, mais aussi aux entreprises manufacturières, aux sociétés de transport et de logistique, et aux entreprises de construction – et ce, y compris au Canada.

La généralisation du télétravail semble augmenter les risques de cyberattaques pour les entreprises

Publié le 13 mai 2021
La généralisation du télétravail semble augmenter les risques de cyberattaques pour les entreprises

(Source: Unsplash)

  • 63% des entreprises canadiennes ont subi davantage de cyberattaques ciblées depuis que le télétravail est devenu pratique courante pour leurs salariés. C’est ce qui ressort d’un sondage mené pour Proofpoint, une entreprise américaine de cybersécurité.
  • La moitié des chefs de la sécurité d’entreprises canadiennes croient que l’erreur humaine est leur plus grande vulnérabilité face aux cyberattaques.