Ressources naturelles

Les prix du bois d’œuvre sont brutalement retombés

Publié le 19 juil 2021
Les prix du bois d’œuvre sont brutalement retombés

[Source: Unsplash]

  • Après avoir très fortement augmenté au cours des mois précédents, les prix du bois d’œuvre ont baissé de 70% depuis la mi-mai selon Random Lengths, une firme américaine qui surveille les marchés du bois. 
  • Elle explique cette baisse par une offre abondante dans un contexte où la demande diminue.  

Les scieries ont beaucoup diminué le prix facturé aux grossistes. 

Prix pour 1000 pieds-planche de 2 par 4 (épinette, pin et sapin de l’Ouest):

  • En mai: 1630 $US
  • À la mi-juillet: 485 $US

Il faudra probablement plusieurs semaines avant que la baisse des prix se répercute entièrement sur les ventes au détail, selon plusieurs observateurs, puisque le bois disponible en magasins a été payé plus cher par les grossistes. 

Les prix du bois d’œuvre avaient beaucoup augmenté depuis l’été 2020, avant de commencer à redescendre il y a 8 semaines. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Investir dans de nouveaux projets d’énergie fossile aggraverait la crise climatique, selon l’Agence internationale de l’énergie

Publié le 19 mai 2021
Investir dans de nouveaux projets d’énergie fossile aggraverait la crise climatique, selon l’Agence internationale de l’énergie

(Source: Unsplash)

  • L’Agence, qui s’efforce de coordonner les politiques énergétiques des pays développés, a élaboré une nouvelle feuille de route pour atteindre la «neutralité carbone» à l’échelle planétaire d’ici 2050. Neutralité carbone signifie que les émissions de gaz à effet de serre ne dépassent pas les capacités d’absorption de la planète.   
  • Dans son rapport préparé en vue du sommet sur le climat COP26, qui doit avoir lieu en novembre, l’AEI recommande de mettre un terme aux investissements dans de nouveaux projets d’approvisionnement en combustibles fossiles (gaz, pétrole et charbon). Elle prescrit également de ne plus vendre de nouvelles voitures à essence d’ici 2035, et d’intensifier le déploiement de l’énergie solaire et éolienne.

La grève est déclenchée pour les 2500 travailleurs d’ArcelorMittal

Publié le 11 mai 2021
  • Les employés syndiqués de deux mines d’ArcelorMittal sur la Côte-Nord ont voté et rejeté à la quasi-unanimité l’offre globale et finale de leur employeur. Ils ont déclenché hier soir une grève générale et illimitée. 
  • Craignant un impact négatif de cette grève sur l’économie de la Côte-Nord et du Québec, le ministre du Travail et de l’Emploi Jean Boulet a invité ce matin les parties à revenir à la table de négociation. Les 2500 travailleurs veulent que leurs conditions de travail – notamment leurs salaires et leur régime de retraite – reflètent l’augmentation du prix du fer.

Le gazoduc de GNL Québec reçoit un appui de gens d’affaires québécois la veille du dévoilement des conclusions du BAPE sur le projet

Publié le 9 mars 2021
Le gazoduc de GNL Québec reçoit un appui de gens d’affaires québécois la veille du dévoilement des conclusions du BAPE sur le projet

(Source: Symbio Infrastructure)

  • Le projet de construction d’un gazoduc de 780 km de long et d’une usine de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay a reçu hier un investissement de 2 millions $ de la part de gens d’affaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de l’Abitibi-Témiscamingue.
  • Comme le coût global de réalisation de ce projet est évalué à 14 milliards $, cet investissement est une contribution symbolique. L’objectif est de convaincre des investisseurs étrangers qu’il y a au Québec un appui pour GNL Québec, au moment même où le BAPE doit se prononcer sur son impact environnemental.

Le projet GNL Québec – qui vient d’être rebaptisé Symbio Infrastructure par ses promoteurs – suscite beaucoup d’intérêt et d’interrogations dans la région de Saguenay.

  • Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a dû repousser du 13 janvier au 10 mars la remise de son rapport après avoir reçu plus de 2600 mémoires sur la question – du jamais vu pour le BAPE –, en plus d’avoir tenu 22 séances publiques à Saguenay.

Le projet est controversé parce qu’il implique l’érection d’un gazoduc qui traversera plusieurs cours d’eau importants dans le nord du Québec.

  • Les gens d’affaires qui sont en faveur du projet insistent sur les retombées économiques importantes qu’il générera dans la région. 

Le BAPE remettra aujourd’hui son rapport au ministre de l’Environnement Benoît Charette.

  • Le ministre aura ensuite 15 jours pour le commenter publiquement et prendre officiellement position par rapport.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le Plan d’action nordique du gouvernement Legault mise sur l’accès aux ressources minières du Grand Nord québécois

Publié le 7 déc 2020
  • Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Jonathan Julien, a annoncé ce matin un plan de 1,4 milliard $ qu’investiront Québec et Ottawa dans le Grand Nord québécois, dont 1,3 milliard pour l’amélioration de l’accès routier, ferroviaire et portuaire.
  • Parmi les 49 mesures prévues dans ce plan, on trouve aussi des projets touristiques et sociaux, y compris le déploiement d’un réseau de fibre optique dans la région de Eeyou Istchee Baie-James.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Les minéraux considérés comme stratégiques par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles seront retracés grâce à une technologie québécoise

Publié le 17 nov. 2020
  • La société de Québec Optel va diriger un projet pilote pour tenter de démontrer la conformité environnementale et sociale des matériaux qui seront extraits du sol québécois.
  • Objectif: positionner le Québec comme chef de file dans la production responsable de composants pour batteries, tels que le lithium et le graphite, pour se démarquer de la Chine et attirer des investisseurs soucieux de critères sociaux et environnementaux.

Québec veut faire du secteur minier québécois le leader nord-américain des matériaux stratégiques

Publié le 29 oct. 2020
Québec veut faire du secteur minier québécois le leader nord-américain des matériaux stratégiques

(Image: Adobe)

  • Le gouvernement Legault a identifié 22 minéraux prisés des fabricants de voitures et d’appareils électroniques, qu’il espère trouver puis extraire en grande quantité du sous-sol québécois.
  • En parallèle, Québec compte créer une industrie de la transformation et du recyclage de ces métaux, qui comprennent le cobalt, le lithium et le graphite.

La Chine et la Corée sont en avance sur le Québec, mais le moment demeure bien choisi, assure Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

  • «En Amérique du Nord, on se positionne au bon moment: nous sommes en avance de cinq à six mois», a affirmé le ministre en point de presse.
  • «Sur les 20 prochaines années, il sera impératif pour les (fabricants nord-américains) d’avoir une chaîne d’approvisionnement le plus proche possible», a ajouté le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon.

90 millions $ seront utilisés par Québec durant les cinq prochaines années pour cartographier le sous-sol québécois, surtout dans le nord et l’est de la province.

Un milliard $ est prêt à être investi par le gouvernement Legault dans les éventuels projets miniers qui s’aligneront sur cette stratégie.

C’est un pari risqué: Nemaska Lithium, à l’abri de ses créanciers depuis la fin 2019 et dont la reprise va coûter au bas mot 300 millions $ à Investissement Québec (sans aucune promesse de rendement par la suite), illustre bien la difficulté que pourrait avoir le gouvernement à atteindre son but.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus