Hydro-Québec

Analyse POLITIQUE

Hydro-Québec: le rêve américain devient réalité

Publié hier
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Hydro-Québec: le rêve américain devient réalité

[crédit photo: Mathilde Paret | Unsplash]

  • Hydro-Québec vient de réaliser un de ses grands rêves avec la signature attendue d’un contrat majeur d’exportation d’électricité pour alimenter la ville de New York. À la clé, 20 milliards $ de revenus en 25 ans.
  • Avec les immenses réservoirs de ses barrages hydroélectriques, le Québec devient à la faveur de la crise climatique un partenaire stratégique majeur pour les États de l’est des États-Unis qui veulent réduire leurs émissions de GES.

Il y a longtemps que le Québec ambitionne de conclure de grands contrats d’exportation d’électricité, tel celui qu’on se prépare à signer avec New York. [détails sur l’annonce faite ces derniers jours]

Le premier ministre Robert Bourassa publiait en 1985 son ouvrage L’Énergie du Nord destiné autant à un public américain que québécois. [livre disponible sur Amazon]

Il rêvait d’une deuxième Baie-James.

  • Mais le projet Grande Baleine n’a pu voir le jour, victime du contexte économique et de la vive opposition des environnementalistes et des Cris.

François Legault revenait à la charge en 2016.

  • Alors chef de l’opposition, il voyait le Québec comme «la batterie verte de l’est de l’Amérique du Nord».
  • Son idée fut reçue avec scepticisme.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Hydro-Québec dispose de surplus importants pour lesquels les États-Unis représentent un débouché naturel.

Devant l’opposition des producteurs américains d’énergie, elle a dû se limiter essentiellement à des ventes d’énergie pendant les périodes de pointe de consommation, sur ce qu’on appelle «le marché spot» qui fonctionne selon un mécanisme d’enchère.

  • L’an dernier, elle a exporté 32 TW d’énergie à un prix moyen de 4,2 cents le kilowattheure.
  • Ces ventes ont été de 537 millions $ et ont contribué pour 2,3 milliards $ à son bénéfice net. Ce n’est pas rien.

L’intérêt d’un contrat d’exportation ferme est de pouvoir monnayer sur une longue durée ses surplus, à un prix stable et plus élevé, pour une énergie reconnue comme propre et renouvelable.

Les producteurs américains ont bataillé fort pour fermer la porte à Hydro-Québec.

  • Ils ont contesté la valeur environnementale de l’hydro-électricité produite au Québec.
  • Ils ont instrumentalisé l’opposition des groupes autochtones et des citoyens.

Le contrat de 20 ans signé avec le Massachusetts de 9,45 TW est ainsi toujours menacé par l’opposition de groupes du Maine qui tentent de bloquer la ligne qui traversera leur État.

Mais la crise climatique fait tourner le vent en faveur du Québec.

L’État de New York veut réduire ses émissions de GES.

Il entend réduire le recours aux énergies fossiles dans la production d’électricité de 85% à 70% d’ici 2030, grâce notamment à la fourniture par Hydro-Québec de 1250 MW d’électricité à la ville de New York.


Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, ancien directeur du Devoir, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin [pour les recevoir par courriel, inscrivez-vous gratuitement à nos infolettres]


Le président Biden est favorable à ce projet.

Il a accordé un permis présidentiel à la ligne de transport de cette électricité, permis qui avait été refusé au pipeline Keystone XL pour l’exportation du pétrole albertain.

Cette ligne sera souterraine et sous-marine ira jusqu’à New York.

La partie québécoise de 60 km sera réalisée en partenariat avec la communauté autochtone de Kahnawake qui en sera copropriétaire dans une proportion qui pourrait être de 10 à 20%.

Tout cela devrait faciliter la conduite à terme du projet.

Ce deuxième contrat d’envergure a valeur de symbole.

  • Après celui avec le Massachusetts, il ouvre des perspectives de développement pour Hydro-Québec.
  • Ses surplus demeurent importants et elle peut dégager d’importantes marges additionnelles par d’éventuels programmes d’efficacité énergétique.

Visionnaire, Robert Bourassa l’était sans doute lorsqu’il parlait d’électricité.

Mais il n’imaginait pas qu’il faudrait autant de temps pour réaliser cette percée qui va placer le Québec au cœur de la métropole américaine.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

L’État de New York ouvre les portes de la ville de New York à Hydro-Québec

Publié le 20 sept. 2021
L’État de New York ouvre les portes de la ville de New York à Hydro-Québec

(Source: Hydro-Québec)

  • L’État de New York a choisi un projet auquel participe Hydro-Québec pour acheminer de l’énergie propre à la ville de New York. 
  • Si un contrat est conclu comme l’espèrent Hydro-Québec et ses partenaires, la société d’État pourrait acheminer vers New York en 2025 suffisamment d’électricité pour alimenter au moins 1 million de foyers. Il s’agirait du plus important contrat d’exportation qu’obtiendrait Hydro-Québec.

Le projet consiste à construire une nouvelle ligne de transport de 545 kilomètres aux États-Unis. 

  • Cette ligne, baptisée projet Champlain Hudson Power Express (CHPE), serait en partie située sous les lacs Champlain et Hudson. 
  • Elle acheminerait à la ville de New York 1250 mégawatts d’hydroélectricité du Québec. 
  • L’hydroélectricité «verte» acheminée remplacerait une partie de l’électricité qui alimente actuellement l’état de New York, et dont 85% est produite à partir d’énergies fossiles. 

Dans ce projet, Hydro-Québec est associée à une filiale du fonds d’investissement américain Blackstone.

Hydro-Québec et le Conseil des Mohawks de Kahnawake, une communauté autochtone sur la Rive-Sud de Montréal, seraient copropriétaires de la ligne de transport qui serait construite au Québec et raccordée à la ligne CHPE.

La ville de New York verserait des paiements à Hydro-Québec à partir de 2025, après que la ligne aurait été mise en service. 

  • Il reste cependant à négocier un contrat, et à ce qu’il soit approuvé par la commission des services publics de New York.

Hydro-Québec prend de l’expansion sur le marché américain.   

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Hydro-Québec veut relier les Îles-de-la-Madeleine à son réseau

Publié le 8 sept. 2021
Hydro-Québec veut relier les Îles-de-la-Madeleine à son réseau

La centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine (Source: Hydro-Québec)

  • Après des hésitations, la société d’État a annoncé qu’elle prévoyait installer un câble sous-marin de 225 kilomètres pour relier Percé à l’archipel. Les travaux, dont la facture est estimée à 1 milliard $, devraient débuter en 2025 et se conclure 2 ans plus tard. 
  • La centrale au mazout qui alimente actuellement les Îles-de-la-Madeleine en électricité demeurera utilisée lors de périodes de grands froids, mais ses émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 94% par la connexion au réseau d’Hydro-Québec.

Hydro-Québec et Innergex achètent ensemble deux centrales hydroélectriques aux États-Unis

Publié le 18 août 2021
Hydro-Québec et Innergex achètent ensemble deux centrales hydroélectriques aux États-Unis

(Source: Hydro-Québec)

  • Hydro-Québec et l’entreprise de Longueuil Innergex (TSX: INE) achètent à parts égales deux centrales hydroélectriques dans l’État de New York, pour 388 millions $.
  • C’est la première acquisition conjointe d’Hydro-Québec et Innergex depuis que les deux organisations ont formé une alliance stratégique l’an dernier.  

Elles viennent de conclure une entente d’achat avec l’entreprise américaine Atlantic Power, qui produit de l’hydroélectricité aux États-Unis.

  • Innergex et Hydro-Québec mettront la main sur le complexe Curtis Power, qui compte 2 centrales hydroélectriques dans l’État de New York: une de 48 mégawatts et l’autre de 12 mégawatts.
  • Les deux acheteurs se diviseront à 50/50 les parts de Curtis Power.
  • La transaction doit encore être approuvée par les autorités réglementaires américaines. 

Innergex financera sa part de l’acquisition. Pour cela, la société émettra:

  • pour 175 millions $ d’actions ordinaires; et
  • un placement privé en actions de 43,5 millions $ à Hydro-Québec.

Hydro-Québec veut prendre de l’expansion sur le marché américain.   

  • La société d’État avait déjà annoncé qu’elle voulait relier son réseau à celui du Massachusetts et à la ville de New York.
  • En février 2020, elle avait formé une alliance avec Innergex pour réaliser des acquisitions stratégiques aux États-Unis. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Hydro-Québec: appel d’offres pour 780 MW d’énergie renouvelable cette année

Publié le 14 juil 2021
Hydro-Québec: appel d’offres pour 780 MW d’énergie renouvelable cette année

(Source: Pixabay)

  • Le gouvernement souhaite qu’Hydro-Québec publie, d’ici la fin de l’année, un appel d’offres pour la production de 780 mégawatts d’énergie renouvelable, dont 300 mégawatts d’énergie éolienne. 
  • Le Conseil des ministres a adopté hier un décret pour mener la société d’État vers de nouvelles sources d’approvisionnement en énergie renouvelable – qui devraient être en fonction en 2026. 

Le contrat que les fournisseurs concluront avec Hydro-Québec sera d’une durée de 30 ans.

Selon Québec, ces nouvelles sources d’approvisionnement à long terme sont nécessaires pour: 

  • développer de nouveaux marchés, comme des serres agricoles et des véhicules électriques; 
  • réduire les émissions de gaz à effet de serre de la province de 37,5% d’ici 2030, et atteindre la carboneutralité d’ici 2050 – les 2 objectifs fixés par Québec.    

D’ici 2029, le Québec aura besoin d’au moins 1400 mégawatts et 1,5 térawattheure d’énergie supplémentaire.

Le gouvernement veut que l’éolien comble une part importante de ces besoins.

  • Actuellement, les parcs éoliens du Québec, sous contrat avec Hydro-Québec, représentent une puissance de 4000 mégawatts.
  • Selon Hydro-Québec, 1000 mégawatts représentent la consommation d’énergie de 160 000 foyers.

Pour obtenir ces contrats d’Hydro-Québec, chaque projet de fourniture d’énergie renouvelable devra:

  • appartenir au moins à 50% à des intérêts locaux;
  • faire au moins 60% de ses dépenses au Québec; et
  • faire au moins 35% de ses dépenses dans la municipalité régionale de comté (MRC) où se situe le projet, dans la MRC de La Matanie, près de Matane, ou dans la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Une coalition autochtone met en demeure Hydro-Québec de suspendre la construction de la ligne Appalaches-Maine

Publié le 6 juil 2021
Une coalition autochtone met en demeure Hydro-Québec de suspendre la construction de la ligne Appalaches-Maine

(Source: Hydro-Québec)

  • Des communautés autochtones d’Abitibi, de Haute-Mauricie et de la Côte-Nord ont déposé une mise en demeure contre Hydro-Québec et le gouvernement québécois. La coalition menace d’intenter une poursuite si ses revendications sont ignorées.
  • Les 5 Premières Nations affirment ne pas avoir été consultées, alors que 36% de l’électricité que la ligne doit exporter vers les États-Unis provient de leurs territoires. Ces communautés dénoncent surtout l’impact, qu’elles jugent dévastateur, des installations déjà aménagées sur la faune, la flore, et leurs modes de vie traditionnels. 

Lac-Mégantic teste un nouveau concept d’électricité solaire produite localement

Publié le 6 juil 2021
Lac-Mégantic teste un nouveau concept d’électricité solaire produite localement

Panneaux solaires installés sur le centre sportif de Lac-Mégantic (Source: Hydro-Québec)

  • La ville de Lac-Mégantic en Estrie inaugurait aujourd’hui en partenariat avec Hydro-Québec son propre microréseau électrique, qui comprend une série d’installations pour produire et emmagasiner de l’électricité solaire.
  • 8 ans jour pour jour après l’explosion d’un train transportant du pétrole, qui avait ravagé son centre-ville et fait 47 victimes, c’est l’occasion pour la ville de faire une plus grande place aux énergies propres, et pour Hydro-Québec de tester ce modèle avant de l’appliquer à des régions dépendantes aux énergies fossiles. 

Qu’est-ce qu’un microréseau électrique? 

  • C’est un réseau local de production d’électricité, produite à partir d’énergie solaire dans le cas de Lac-Mégantic. Il est raccordé au réseau principal d’Hydro-Québec. 
  • Ce microréseau est doté de dispositifs de stockage de l’énergie, et d’outils pour gérer la consommation en énergie des bâtiments. 

Pourquoi un microréseau?

  • En cas de panne du réseau principal d’Hydro-Québec, le microréseau peut prendre la relève et alimenter les clients qui y sont branchés. 
  • Inversement, puisque le microréseau est relié au réseau principal d’Hydro-Québec, l’électricité solaire inutilisée à Lac-Mégantic peut être acheminée au réseau central. 

Si l’expérience est concluante, Hydro-Québec voudrait appliquer ce modèle à ses 22 réseaux éloignés où l’électricité est produite à partir de combustibles fossiles, comme dans certains villages du Grand Nord ou aux Îles-de-la-Madeleine.  

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Hydro-Québec inaugure deux premières centrales solaires pour tester ce type d’énergie

Publié le 21 juin 2021
Hydro-Québec inaugure deux premières centrales solaires pour tester ce type d’énergie

Panneaux photovoltaïques à la centrale solaire de La Prairie (Source: Hydro-Québec)

  • Ces deux premières centrales solaires sont situées en Montérégie: l’une à La Prairie, l’autre à l’Institut de recherche d’Hydro-Québec de Varennes.
  • Ensemble, elles doivent permettre de produire l’énergie nécessaire à la consommation électrique de 1 000 clients résidentiels.

Hydro-Québec veut se servir de ces deux installations pour déterminer si l’énergie solaire est bien adaptée au climat du Québec.

La province jouit d’un ensoleillement moins favorable à ce type d’énergie que certaines régions du monde où l’énergie solaire occupe une plus grande part de l’électricité qui y est produite, par exemple en Californie (14%) et en Arizona (plus de 7%). 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Ottawa autorise Hydro-Québec à relier son réseau à ceux du Maine et du Massachussets

Publié le 21 mai 2021
Ottawa autorise Hydro-Québec à relier son réseau à ceux du Maine et du Massachussets

(Source: Hydro-Québec)

  • La Régie de l’énergie du Canada a émis le permis pour la construction et l’exploitation de la ligne d’interconnexion Appalaches-Maine. Le gouvernement du Québec avait déjà autorisé le projet le 7 avril dernier. 
  • Cette ligne reliera les 100 kilomètres qui séparent Saint-Adrien-d’Irlande, près de Thetford-Mines dans la région de Chaudière-Appalaches, à la ville de Lewiston, dans le Maine.

Hydro-Québec prévoit de débuter les travaux dans les prochaines semaines. Les installations devraient entrer en service à partir de 2023. 

La société d’État prévoit que sa nouvelle ligne permettra d’acheminer 1 200 mégawatts d’hydroélectricité du Québec jusqu’aux états de la Nouvelle-Angleterre. 

À la frontière, la nouvelle ligne se raccordera à la New England Clean Energy Connect, une ligne de 233 kilomètres dont la construction est entamée depuis février.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Hydro-Québec propose de relier son réseau à la ville de New York

Publié le 12 mai 2021
Hydro-Québec propose de relier son réseau à la ville de New York

(Source: Hydro-Québec)

  • Hydro-Québec veut construire une nouvelle ligne de transport qui acheminerait à la ville de New York de l’électricité «verte» produite au Québec et dans l’état de New York. La construction de la ligne serait réalisée en association avec l’entreprise américaine Transmission Developers et pourrait être terminée en 2025.  
  • Hydro-Québec estime que sa proposition permettrait d’alimenter en électricité 1,2 million de foyers new-yorkais. La société d’État avance qu’utiliser son hydroélectricité plutôt qu’une énergie plus polluante équivaudrait, du point de vue des émissions de gaz à effet de serre, à retirer 44% des voitures qui circulent actuellement dans les rues de New York.

Google veut construire un centre de données à Beauharnois

Publié le 10 mai 2021
Google veut construire un centre de données à Beauharnois

(Source: Unsplash)

  • Le géant des technos a annoncé aujourd’hui son intention d’acquérir un terrain sur la Rive-Sud de Montréal pour y construire le premier centre de données au Canada qui appartiendrait à Google. Le terrain est situé à Beauharnois et appartient actuellement à Hydro-Québec. L’utilisation de l’hydroélectricité pour alimenter ce centre devrait aider Google à atteindre son objectif d’exploiter l’ensemble de ses activités à partir d’énergie renouvelable d’ici 2030.
  • L’investissement de Google est estimé à plus de 700 millions $ et devrait mener à la création d’une trentaine d’emplois permanents. Google envisage déjà, par ailleurs, d’augmenter jusqu’à un millier le nombre de ses employés à Montréal d’ici quelques années.

Hydro-Québec pourra commencer cet été à construire sa ligne vers le Massachusetts

Publié le 14 avr. 2021
Hydro-Québec pourra commencer cet été à construire sa ligne vers le Massachusetts
  • Le gouvernement Legault autorise la construction de la partie québécoise de la ligne d’interconnexion Appalaches-Maine qui permettra à Hydro-Québec de se connecter au réseau New England Clean Energy Connect dans le Maine. Il ne manque plus que de l’accord de la Régie de l’énergie du Canada – que la société d’État attend avant l’été.
  • Le coût de cette ligne est évalué à 600 millions $. Sa mise en service est prévue pour le printemps 2023, dans le cadre d’une entente d’approvisionnement par laquelle Hydro-Québec vendra à l’État du Massachusetts 9,45 térawatts-heure d’hydroélectricité par an pendant 20 ans.