Hydro-Québec

Hydro-Québec pourra commencer cet été à construire sa ligne vers le Massachusetts

Publié le 14 avr. 2021
Hydro-Québec pourra commencer cet été à construire sa ligne vers le Massachusetts
  • Le gouvernement Legault autorise la construction de la partie québécoise de la ligne d’interconnexion Appalaches-Maine qui permettra à Hydro-Québec de se connecter au réseau New England Clean Energy Connect dans le Maine. Il ne manque plus que de l’accord de la Régie de l’énergie du Canada – que la société d’État attend avant l’été.
  • Le coût de cette ligne est évalué à 600 millions $. Sa mise en service est prévue pour le printemps 2023, dans le cadre d’une entente d’approvisionnement par laquelle Hydro-Québec vendra à l’État du Massachusetts 9,45 térawatts-heure d’hydroélectricité par an pendant 20 ans.

GNL Québec ferait monter de 400 millions $ la facture annuelle d’électricité des Québécois, affirment des opposants au projet

Publié le 1er avr. 2021
  • La quantité d’électricité qui sera nécessaire pour exploiter ce projet de gazoduc et d’usine de liquéfaction de gaz naturel obligera Hydro-Québec à trouver de nouvelles sources d’approvisionnement en énergie qui coûteront cher, affirment des organismes environnementaux dont Nature Québec et Greenpeace.
  • Pour amortir le coût élevé de cet approvisionnement, Hydro-Québec pourrait devoir hausser ses tarifs de 4,5% à partir de 2030, calculent ces organismes. Ils estiment le coût total de cette hausse à 10 milliards $ sur la durée de vie de GNL Québec, soit 25 ans.

Réorganisation majeure à la tête d’Hydro-Québec: abolition des divisions internes, la PDG veut instaurer une façon de travailler plus «collaborative»

Publié le 24 fév 2021
Réorganisation majeure à la tête d’Hydro-Québec: abolition des divisions internes, la PDG veut instaurer une façon de travailler plus «collaborative»

(Photo: Hydro-Québec)

  • Hydro-Québec abolit ses trois divisions consacrées respectivement à la production, au transport et à la distribution d’électricité. La société d’État regroupe toutes ses opérations en une seule et même entité.
  • Les postes de président des anciennes divisions deviennent des postes de vice-président exécutif d’Hydro-Québec. Un des anciens présidents quitte l’entreprise.

Le changement de structure entraîne le départ de Marc Boucher qui était président de TransÉnergie, l’ancienne division de transport.

  • Claudine Bouchard, jusqu’ici vice-présidente Évolution d’entreprise et approvisionnement stratégique, le remplace en devenant v.-p. exécutive.
  • David Murray et Éric Filion demeurent respectivement à la tête des opérations de production et de distribution, désormais à titre de v.-p. exécutifs.

«Une division, par définition, ça divise», a observé la PDG Sophie Brochu dans une note interne envoyée aux employés pour expliquer ce changement et dont InfoBref a pu consulter des extraits.

  • L’ancienne structure «ne reflète pas notre aspiration à travailler de manière collaborative».
  • «Nous sommes solidairement responsables des résultats (…). Tous les membres du comité de direction dirigeront désormais les activités d’un groupe.»

Cela dit, le marché de l’énergie impose des obligations réglementaires et une séparation fonctionnelle de certaines activités qui demeurent intactes malgré cette réorganisation.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Parc éolien Apuiat: pourquoi ce projet peut maintenant être lancé

Publié le 4 fév 2021
Parc éolien Apuiat: pourquoi ce projet peut maintenant être lancé

(Source: Pixabay)

  • François Legault a officiellement confirmé la construction du parc éolien Apuiat que la CAQ avait mis de côté à son arrivée au pouvoir en 2018.
  • Les travaux de ce parc de 200 mégawatts doivent débuter l’an prochain sur le territoire de communautés innues, près de Port-Cartier, sur la Côte-Nord. Les éoliennes devraient être en service en 2024. 

Le projet estimé à 600 millions $ a très peu changé depuis 2018.

  • Dix communautés innues sont partenaires à 50%.
  • L’entreprise québécoise Boralex reste en charge du projet.
  • Sa construction devrait créer au moins 300 emplois. 

Mais les conditions sont désormais plus favorables.

Le coût de production de l’électricité a baissé

  • Hydro-Québec paiera l’énergie dégagée par les éoliennes d’Apuiat 6 cents du kilowattheure pendant 30 ans – une baisse de 17% par rapport à ce qui était prévu en 2018.
  • À ce tarif, le parc d’Apuiat sera le plus compétitif des parcs éoliens sous contrat au Québec.

Le gouvernement ne s’inquiète plus des surplus d’Hydro-Québec.
Pour justifier le lancement du projet, Legault a évoqué:

  • des contrats pour fournir en électricité le Massachusetts et New York;
  • la demande croissante en électricité; et
  • le souhait de Québec de développer le transport électrique et la culture en serre. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

L’Université de Sherbrooke reçoit 375 000 $ du gouvernement fédéral pour renforcer la cybersécurité des réseaux de distribution électriques

Publié le 27 janv. 2021
L’Université de Sherbrooke reçoit 375 000 $ du gouvernement fédéral pour renforcer la cybersécurité des réseaux de distribution électriques

(Source: Hydro-Sherbrooke)

  • Les chercheurs universitaires et la société Hydro-Sherbrooke tenteront de mettre au point une intelligence artificielle capable de déjouer les attaques informatiques qui pourraient affecter le comportement des réseaux électriques publics.
  • Le Canada souhaite ainsi se prémunir des risques qu’imposent aux réseaux publics l’incorporation de nouvelles sources d’énergie, les interconnexions d’un marché à l’autre plus fréquentes, et l’offre aux consommateurs de nouveaux services passant par Internet.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Hydro-Québec a toutes les autorisations nécessaires aux États-Unis pour aller de l’avant avec sa ligne de transport vers le Massachusetts

Publié le 16 janv. 2021
Hydro-Québec a toutes les autorisations nécessaires aux États-Unis pour aller de l’avant avec sa ligne de transport vers le Massachusetts

(Photo Hydro-Québec)

  • Le département américain de l’Énergie a accordé un «permis présidentiel» pour la construction du projet New England Clean Energy Connect. À partir de 2022, Hydro-Québec compte acheminer annuellement 9,5 térawatts-heure d’électricité au Massachusetts sur cette ligne.
  • La société d’État prévoit de générer grâce à ce projet des revenus totaux de 10 milliards $ sur 20 ans. Elle n’attend plus que le résultat d’évaluations réglementaires de Québec pour le lancer officiellement.

Le coût des batteries baisse assez vite pour que les véhicules électriques coûtent la même chose que leurs équivalents à essence en 2023

Publié le 20 déc 2020
Le coût des batteries baisse assez vite pour que les véhicules électriques coûtent la même chose que leurs équivalents à essence en 2023

(Source: Chevrolet)

  • Le coût des matériaux nécessaires pour fabriquer les batteries des véhicules électriques a baissé de 80% depuis 2013, pour atteindre 137 $US du kilowattheure (kWh) en 2020.
  • À ce rythme, les batteries devraient coûter environ 100 $US/kWh en 2023, un niveau à partir duquel les experts prédisent qu’un véhicule électrique ne coûtera pas plus cher à produire qu’un véhicule similaire à essence.

Deux facteurs expliquent la baisse soutenue des coûts de fabrication des batteries pour véhicules électriques, selon une étude de Bloomberg New Energy Finance (NEF):

  • l’augmentation du nombre de batteries produites permet des économies d’échelle;
  • les fabricants de batteries ont progressivement réduit leurs coûts en diversifiant les matériaux qu’ils utilisent, en ajoutant du nickel, du cobalt, du fer ou du phosphate au lithium.

La combinaison lithium fer phosphate – comme celle utilisée par Hydro-Québec dans les batteries de sa nouvelle filiale Evlo – pourrait même abaisser le coût des batteries de prochaine génération à 80 $US/kWh.

Au rythme actuel, comme la batterie représente une part importante du coût d’un véhicule électrique, Bloomberg NEF prédit que le coût global de production des véhicules électriques descendra sous celui des véhicules à essence équivalents.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Hydro-Québec crée Evlo, une filiale qui fournira des systèmes de stockage d’électricité aux autres producteurs ailleurs dans le monde

Publié le 9 déc 2020
Hydro-Québec crée Evlo, une filiale qui fournira des systèmes de stockage d’électricité aux autres producteurs ailleurs dans le monde
  • Le stockage est essentiel pour exploiter l’énergie renouvelable à partir de sources intermittentes comme le vent et le soleil.
  • Hydro-Québec a créé Evlo en combinant plusieurs technologies développées par l’IREQ, son centre de recherche de Varennes, en Montérégie, afin de répondre directement à ce besoin.

Le potentiel commercial d’Evlo est grand. 

  • Sa technologie modulable cible à la fois les producteurs et les distributeurs d’énergie propre en quête d’une solution de stockage durable.
  • Un premier contrat à l’international est déjà signé avec le distributeur français RTE: il a besoin d’un stockage de 9 mégawatt-heures pour utiliser l’électricité produite en France par la société québécoise Innergex.

Avec Evlo, Hydro-Québec met en valeur son savoir-faire, chose que la société d’État a peu fait par le passé.

  • On trouve des systèmes Evlo dans le microréseau de Mégantic et le parc solaire d’Hydro-Québec à La Prairie.
  • Les batteries au lithium fer phosphate d’Evlo sont plus sécuritaires et plus écologiques, et elles utilisent des matériaux plus abondants et moins toxiques, que les batteries au lithium ion plus largement répandues.

Sophie Brochu, la PDG d’Hydro-Québec, pense que les systèmes de stockage d’Evlo aideront également à réduire l’impact des pics de demande sur les réseaux de distribution.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Shawinigan a réduit sa facture annuelle d’électricité de 300 000 $ grâce à ses 6000 luminaires intelligents

Publié le 26 nov. 2020
Shawinigan a réduit sa facture annuelle d’électricité de 300 000 $ grâce à ses 6000 luminaires intelligents
  • Installé en 2017 par la société québécoise Énergère, le système d’éclairage public intelligent de Shawinigan a permis à la municipalité de Mauricie de réduire de 60% ses besoins en éclairage la nuit.
  • Les luminaires utilisent des DEL peu énergivores qui peuvent être contrôlées à distance et dont l’utilisation peut ensuite être analysée à des fins d’optimisation.

L’installation de ces 6141 luminaires intelligents a été faite en partenariat avec Hydro-Québec. La société d’État en a fait un projet pilote dont pourront s’inspirer d’autres municipalités québécoises à l’avenir.

Pour Shawinigan, ce n’est pas terminé: son maire Michel Angers prévoit une réduction de coût additionnel de 70 000 $, en utilisant davantage les fonctions de télémétrie des luminaires.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

L’électricité coûte en moyenne deux fois moins cher au Québec qu’en Ontario

Publié le 5 nov. 2020
L’électricité coûte en moyenne deux fois moins cher au Québec qu’en Ontario
  • À 0,07 $ du kilowatt-heure (kWh), le coût moyen de l’électricité au Québec est le moins élevé au pays, à égalité avec Terre-Neuve-et-Labrador.
  • À titre comparatif, un kilowatt-heure d’électricité coûte 0,14 $ en Ontario, 0,12 $ en Alberta et 0,10 $ en Colombie-Britannique, selon un rapport de l’Institut C.D. Howe.

Projet dans le Maine: Hydro-Québec s’est ingérée dans un référendum américain d’une façon qui aurait été illégale au Québec

Publié le 13 oct. 2020
Projet dans le Maine: Hydro-Québec s’est ingérée dans un référendum américain d’une façon qui aurait été illégale au Québec

(Photo: Hydro-Québec)

  • Hydro-Québec a investi 8,3 millions $US dans une campagne pour influencer le vote à un référendum dans le Maine sur son projet de ligne de transport d’électricité pour acheminer l’électricité du Québec vers le réseau de la Nouvelle-Angleterre.
  • Or, au Québec, il est interdit à des étrangers de dépenser de l’argent pour influencer le vote à l’occasion d’un référendum.

Le référendum du Maine était l’initiative d’opposants au New England Clean Energy Connect, soutenu par Hydro-Québec, afin d’empêcher le projet.

Ce référendum n’aura finalement pas lieu: il a été jugé inconstitutionnel par la Cour suprême du Maine en août dernier.

Mais avant ce jugement, la société d’État québécoise a dépensé des sommes importantes en communication pour influencer les électeurs du Maine.

Interdit ici, mais légal dans le Maine

Le Globe and Mail note que l’intervention d’Hydro-Québec dans un vote aux États-Unis a soulevé des accusations d’ingérence électorale étrangère.

Le professeur Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal, ne se formalise pas de la campagne de communication qu’a menée Hydro-Québec.

«Il est normal qu’Hydro-Québec défende ses intérêts», écrit le professeur Pineau dans un courriel à InfoBref. «Les lois du Québec ne s’appliquent pas aux États-Unis, alors je ne vois pas d’enjeu.»

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus
Projet dans le Maine: Hydro-Québec s’est ingérée dans un référendum américain d’une façon qui aurait été illégale au Québec

(Photo: Hydro-Québec)

AFFAIRES en rafale

Publié le 6 oct. 2020
AFFAIRES en rafale
  • Le commerce Canada-Chine ne s’est jamais aussi bien porté: il représente presque 7 % de tout le commerce international canadien selon Statistique Canada, un point de pourcentage au-dessus de la moyenne des trois dernières années.
  • L’Alberta fait un virage vers le plastique recyclé et l’hydrogène: la province compte devenir le principal producteur de plastique recyclé en Amérique du Nord d’ici 2030, et un exportateur d’hydrogène de calibre mondial d’ici 2040.
  • Churchill Falls: la Nation innue du Labrador exige 4 milliards $ d’Hydro-Québec en dédommagements pour la destruction de terres ancestrales lors de l’érection du barrage, au début des années 1970.
  • Donald Trump continue son jeu du chat et de la souris avec les réseaux sociaux: hier, Facebook et Twitter ont sévi après la publication d’un billet alléguant que la COVID-19 était moins mortelle que la grippe saisonnière.