Chine

L’essentiel de l’actualité concernant la Chine vue du Québec

Les États-Unis et la Chine s’engagent à coopérer pour affronter la crise climatique

Publié le 18 avr. 2021
  • Dans un communiqué signé par l’émissaire américain pour le climat John Kerry et son homologue chinois, chacun des deux pays dit vouloir développer d’ici la fin de l’année sa stratégie nationale pour atteindre la carboneutralité.
  • Cet accord intervient à quelques jours d’un sommet virtuel sur l’environnement organisé par le président américain Joe Biden, jeudi et vendredi. Il énumère les formes de coopération envisagées par les deux premières économies mondiales, comme soutenir la transition vers les énergies vertes des pays en développement, et éliminer la production et la consommation des hydrofluorocarbures – des gaz utilisés dans les climatiseurs et les aérosols. 

La Chine inflige une amende record au géant du commerce en ligne Alibaba

Publié le 11 avr. 2021
La Chine inflige une amende record au géant du commerce en ligne Alibaba

Le fondateur de l’entreprise Alibaba Jack Ma (Source: Wikimedia)

  • Pékin réclame plus de 3 milliards $ au groupe chinois pour abus de position dominante, après une enquête de plusieurs mois. Ce montant record représente 4% du chiffre d’affaires du groupe en 2019.
  • Alibaba est notamment accusé d’exiger depuis 2015 l’exclusivité aux commerçants qui souhaitent vendre leurs produits sur sa plateforme. Selon Chine nouvelle, l’agence de presse du gouvernement chinois, «ce comportement a restreint la concurrence et l’innovation dans le secteur et a violé les droits et intérêts des entreprises et des consommateurs». 

Les États-Unis pourraient boycotter les Jeux de Pékin l’an prochain

Publié le 6 avr. 2021
  • L’administration Biden envisage un boycottage des Jeux olympiques prévus en Chine l’hiver prochain pour protester contre les violations des droits de la personne et le génocide dans la province de Xinjiang.
  • Selon un porte-parole du département d’État américain, les États-Unis consultent actuellement d’autres pays «pour faire front commun». Cependant, dans un courriel à Radio-Canada, le ministère du Patrimoine canadien a indiqué «qu’un boycottage n’est pas une solution souhaitable». Ottawa estime que la décision de participer ou non revient au comité olympique canadien.

Ouïghours: l’ONU négocie avec la Chine pour envoyer des observateurs au Xinjiang

Publié le 28 mars 2021
  • Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies Antonio Guterres a affirmé sur CBC que des «négociations sérieuses» sont en cours avec Pékin pour permettre à des représentants de l’ONU d’accéder «sans restriction» à la province du Xinjiang.
  • La semaine dernière, le Canada a sanctionné des responsables chinois impliqués dans les persécutions menées en Chine contre la communauté musulmane ouïghoure. En réponse, samedi, Pékin a sanctionné à son tour le Canada, en visant notamment le député conservateur ontarien Michael Chong. Justin Trudeau doit participer aujourd’hui à une conférence de presse avec le secrétaire général de l’ONU. 

Ottawa sanctionne Pékin pour la violation des droits des Ouïghours

Publié le 22 mars 2021
  • En même temps que les États-Unis, le Canada vient d’imposer des sanctions à l’encontre de quatre fonctionnaires chinois et d’un bureau de la sécurité publique du Xinjiang pour «leur participation à des violations flagrantes et systématiques des droits de la personne dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang».
  • Ces sanctions interdisent toute transaction financière au Canada, et les personnes visées sont désormais interdites sur le territoire canadien. Le mois dernier, la Chambre des communes a adopté à l’unanimité une motion qui reconnait que la communauté musulmane ouïghoure est victime d’un génocide en Chine. 

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

En Chine, le procès du deuxième détenu canadien a lieu aujourd’hui à Pékin

Publié le 21 mars 2021
En Chine, le procès du deuxième détenu canadien a lieu aujourd’hui à Pékin

Michael Kovrig et Michael Spavor (Source: Twitter)

  • L’ex-diplomate Michael Kovrig – détenu en Chine depuis 2018 – doit être jugé aujourd’hui pour espionnage. Vendredi dernier, le procès de l’autre détenu canadien, Michael Spavor, a duré seulement deux heures et aucun verdict n’a été rendu. Les diplomates canadiens n’ont pas été autorisés à assister à l’audience. 
  • Justin Trudeau a affirmé que la «détention arbitraire» des deux Canadiens et le «manque de transparence» entourant leurs procès était inacceptable et menaçait les relations de la Chine avec les pays occidentaux. 

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken accuse la Chine de «menacer la stabilité mondiale»

Publié le 18 mars 2021
Le secrétaire d’État américain Antony Blinken accuse la Chine de «menacer la stabilité mondiale»

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken (Source: Flickr)

  • À l’ouverture du premier sommet entre l’administration Biden et la Chine, en Alaska, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a énuméré «les profondes inquiétudes» de Washington au sujet des actes de Pékin: le sort des Ouïghours, Hong Kong, Taiwan, et les cyberattaques contre les États-Unis.
  • Le responsable de la diplomatie chinoise Yang Jiechi a répondu que Pékin était «fermement opposé aux ingérences américaines» dans les affaires intérieures de la Chine – en faisant référence à la région du Xinjiang, Hong Kong et Taiwan. Il a appelé les États-Unis à «abandonner la mentalité de Guerre froide» et affirmé ne vouloir «ni confrontation ni conflit».

Les deux Canadiens détenus en Chine vont être jugés

Publié le 17 mars 2021
  • Le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau a confirmé que les procès de Michael Spavor et Michael Kovrig vont débuter respectivement vendredi et lundi prochain.
  • Détenus en Chine depuis 2018, les deux Canadiens sont accusés d’espionnage. Marc Garneau dénonce leurs «détentions arbitraires» et réaffirme que leur libération est une «priorité absolue». Ottawa réclame un «accès consulaire continu» et demande à être présent lors des comparutions.  

La Chine lance son «certificat de santé pour les voyages internationaux»

Publié le 9 mars 2021
  • La Chine vient de mettre en place une application qui affiche et authentifie les données sanitaires de ses citoyens. Ce passeport numérique doit permettre aux Chinois de prouver qu’ils sont vaccinés lors d’un voyage vers ou depuis l’étranger. Pékin dit que ce passeport devrait faciliter la relance économique mondiale et le passage des frontières.
  • Le recours à un passeport vaccinal fait l’objet de discussions dans de nombreux pays. Les États-Unis et le Royaume-Uni envisagent actuellement de lancer des applications similaires. En Europe, la Commission européenne doit présenter son projet de passeport vaccinal dans une semaine. 

Les messageries Microsoft d’au moins 60 000 entreprises ont été piratées

Publié le 7 mars 2021
  • Des pirates chinois exploitent une faille de sécurité du service de messagerie Exchange de Microsoft pour voler les données de ses utilisateurs professionnels. Jusqu’ici au moins 60 000 comptes auraient été piratés dans le monde, a dit à Bloomberg un ancien haut responsable américain.  
  • Selon Microsoft, un groupe de pirates soutenu par Pékin nommé Hafnium serait responsable des attaques en cours. Les victimes sont principalement des PME. Microsoft a demandé à ses utilisateurs d’appliquer rapidement les mises à jour effectuées pour corriger les failles.

La directrice financière de Huawei est de retour devant la Cour

Publié le 1er mars 2021
  • Meng Wanzhou, fille du fondateur du géant chinois des télécoms Huawei, est de retour devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique qui tranchera – à la fin des audiences mi-mai – si elle sera ou non extradée aux États-Unis.
  • Depuis plus de deux ans, les avocats de Meng Wanzhou tentent d’empêcher son extradition en affirmant que les droits de leur cliente ont été bafoués. La directrice financière a été arrêtée fin 2018 à l’aéroport de Vancouver, à la demande des États-Unis qui veulent la juger pour fraude bancaire. Ils l’accusent d’avoir menti à la Banque HSBC sur les liens entre Huawei et une filiale qui vendait des équipements de télécoms à l’Iran. 

Analyse POLITIQUE

Face à la Chine, le Canada doit parler plus fort

Publié le 26 fév 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Face à la Chine, le Canada doit parler plus fort
  • Sous la direction de Xi Jinping, la Chine pratique une politique d’intimidation devant laquelle le Canada fait le dos rond. Il dénonce, mais n’ose pas poser des gestes.
  • La diplomatie douce que mène le Canada suscite de plus en plus de réserves – y compris au sein des rangs ministériels, où des voix réclament l’adoption de mesures de représailles.

Chien qui jappe ne mord pas, dit le dicton.

La Chine l’a bien compris. Elle a pu voir tous les ministres du gouvernement Trudeau s’abstenir lundi dernier lors de l’adoption par les Communes d’une résolution qui reconnaît l’existence d’un génocide en cours contre les Ouïghours et d’autres musulmans turciques.

Ce vote tenu aux Communes s’est révélé être un moment de vérité pour le gouvernement libéral:

  • l’occasion se présentant de dire haut et fort qu’il y a génocide, le voilà qui se tient coi – alors que, depuis des mois, il tente aux Nations-Unies de convaincre d’autres pays de se joindre à lui pour dénoncer ce génocide.

Comme s’il se pliait aux injonctions de l’ambassadeur chinois à Ottawa de ne pas intervenir dans les affaires domestiques chinoises!

Une autre fois, le gouvernement Trudeau a obtempéré.

La détention par Beijing depuis deux ans de deux otages canadiens en représailles à l’affaire Meng Wanzhou force Ottawa à la plus grande prudence tant que la libération des «deux Michael» n’est pas assurée.

Il en sera ainsi aussi longtemps que la vice-présidente de Huawei restera détenue par le Canada dans le cadre d’un processus d’extradition vers les États-Unis.

D’anciens ministres et diplomates, et même l’ancien premier ministre Jean Chrétien, avaient suggéré dès le départ de libérer Meng Wanzhou, quitte à déplaire à Washington.

  • Le Canada aurait pu ainsi préserver, voire consolider, sa relation avec son deuxième partenaire commercial.

Il est trop tard pour revenir en arrière. Le Canada s’est enfermé dans une stratégie qui consiste à obtenir des appuis de ses alliés, dont les États-Unis.

Le président Joe Biden s’est engagé cette semaine. Il est celui qui détient la clé.

  • Il pourrait retirer la demande d’extradition de Meng Wanzhou.
  • Mais il ne le fera que si cela sert sa propre relation avec Beijing.

> Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

Continuer à plier l’échine est la pire des stratégies.

Les partis d’opposition, mais aussi des députés libéraux veulent que des gestes suivent les paroles. Ils demandent:

  • la création d’un programme spécial pour les réfugiés ouïghours;
  • l’interdiction de l’importation de biens fabriqués sous un régime de travail forcé;
  • l’adoption de sanctions contre les dirigeants chinois responsable de ce génocide.

Question de cohérence, le Canada pourrait aussi interdire à son Régime de pension d’investir ses fonds en Chine.

Il pourrait également se retirer de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, qui est dirigée depuis Beijing, et demander au Conseil national de recherches en sciences de cesser le financement de projets en partenariat avec la filiale canadienne de Huawei.

Les Canadiens sont peu nombreux à avoir une image positive de la Chine. Depuis deux ans, soit depuis l’affaire Wanzhou, leur perception s’est dégradée: la part de ceux qui voient la Chine d’un bon œil est passée de 23% à 15%, selon un récent sondage Nanos.

Si le gouvernement Trudeau choisit d’élever le ton, il aura l’appui des Canadiens.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus