Médias / réseaux sociaux

Nouvelles, annonces, données d’utilisation, pratiques, débats, controverses et tendances concernant les médias sociaux, vus du Québec [sujets connexes: Clubhouse, Facebook et Meta, GAFAM+, Google et Alphabet, Métavers, Microsoft, Réalité virtuelle / augmentée / mixte, TikTok]

Locket est devenue en 10 jours l’appli la plus téléchargée au Canada

Publié le 12 janv. 2022
Locket est devenue en 10 jours l’appli la plus téléchargée au Canada

(Source: App Store/ Locket)

  • La tendance du moment dans l’univers des applications mobiles s’appelle Locket: elle est depuis quelques jours l’application la plus téléchargée sur l’App Store au Canada et aux États-Unis. 
  • Sortie au jour de l’An, elle a déjà plus de 2 millions d’utilisateurs.

Locket permet de créer un cercle de 5 amis qui peuvent s’envoyer des photos. 

  • Quand un destinataire reçoit une photo, elle s’affiche dans un widget sur l’écran d’accueil de son iPhone. 
  • Il peut répondre en appuyant sur la photo pour en envoyer une à son tour. 

Pour le moment, l’appli n’est disponible que dans l’App Store. Elle peut être téléchargée pour les systèmes d’exploitation iOS 14 et 15 sur iPhone et iPad. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Instagram va offrir un choix entre 3 versions de son fil de publications

Publié le 10 janv. 2022
Instagram va offrir un choix entre 3 versions de son fil de publications

(Source: Instagram)

  • D’ici l’été prochain, les utilisateurs d’Instagram pourront choisir entre 3 façons différentes de faire défiler le contenu sur la page d’accueil de l’application. 
  • Le premier fil, baptisé Home, affichera le contenu selon les intérêts de l’utilisateur perçus par l’algorithme, comme le fait le fil actuel. Le deuxième, Favorites, présentera une sélection de publications de comptes suivis par l’utilisateur. Le troisième, Following, fera défiler par ordre chronologique toutes les publications des comptes auxquels un utilisateur est abonné, comme aux débuts d’Instagram – le retour d’un affichage chronologique était demandé par beaucoup d’usagers.

Après y avoir semé la zizanie, Reddit entrera en bourse

Publié le 16 déc 2021
Après y avoir semé la zizanie, Reddit entrera en bourse

(Source: Reddit)

  • Reddit, une plateforme web américaine qui comprend plus de 100 000 communautés de discussions, a déposé une demande d’introduction en bourse auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis. 
  • Les babillards électroniques de Reddit, en particulier son fil de discussion WallStreetBets, ont largement contribué il y a quelques mois à gonfler les cours de certaines actions comme celles de GameStop et AMC. 

La croissance de Reddit a explosé cette année. 

  • Reddit a déclaré des revenus de 100 millions $US au dernier trimestre, soit trois fois plus qu’au même trimestre l’an dernier. 

Les actions «mèmes» expliquent en grande partie cette croissance.

Plusieurs investisseurs amateurs se sont récemment réunis sur Reddit pour aller à contre-courant: ils ont massivement acheté des titres d’entreprises au modèle d’affaires jugé dépassé par de plus gros investisseurs.

  • Ainsi, des titres comme ceux de la chaine de location de jeux vidéo GameStop (EB Games au Québec) ou de la chaine de cinémas AMC sont devenus des «mèmes» – des phénomènes qui font l’objet d’un très grand nombre de partages sur internet. 

Ces investissements massifs ont fait perdre beaucoup d’argent à certains investisseurs professionnels, notamment des fonds de vente à découvert habitués à miser sur la chute de ces titres. 

Reddit pourrait valoir 15 milliards $US lors de son introduction en bourse, selon une source de Reuters. 

  • En août, Reddit a été évaluée à 10 milliards $US dans le cadre d’une levée de capitaux. 
  • En janvier dernier (plus récents chiffres publiés), l’entreprise comptait 52 millions de membres actifs. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Menaces sur les réseaux sociaux: 6 adolescents ont été arrêtés

Publié le 13 déc 2021
Menaces sur les réseaux sociaux: 6 adolescents ont été arrêtés

(Source: John Schnobrich / Unsplash)

  • Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a indiqué aujourd’hui qu’il avait arrêté 6 adolescents âgés de 13 à 17 ans suspectés d’avoir proféré des menaces visant des écoles secondaires. 
  • Au cours des derniers jours, plusieurs établissements de la région de Montréal et leur personnel ont été ciblés par des menaces sur les réseaux sociaux. 

Selon la police

  • Des élèves créent des profils sur les réseaux sociaux et encouragent les autres élèves de leur école à y partager des messages de manière anonyme – ce mouvement s’appelle «Confession».
  • Certains adolescents ont utilisé ce moyen pour publier des menaces. 

Le module Cyberenquête du SPVM a, grâce à une vigie des réseaux sociaux, retracé et identifié en fin de semaine les adolescents qui ont proféré ces menaces. 

Le SPVM dit prendre chaque menace «très au sérieux»

  • Toute menace proférée expose son auteur à des poursuites criminelles, rappelle-t-il. 
  • Les élèves qui diffusent ou relaient ce type de message s’exposent également à des poursuites. 

Des policiers ont été postés aux abords des écoles visées.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Un YouTube «de droite»: la startup torontoise Rumble doit entrer en bourse

Publié le 5 déc 2021
Un YouTube «de droite»: la startup torontoise Rumble doit entrer en bourse

(Source: Rumble / capture d’écran InfoBref)

  • Rumble, une plateforme torontoise de partage de vidéos similaire à YouTube, se prépare à devenir une société cotée à la bourse américaine Nasdaq.
  • La plateforme se positionne comme une solution de rechange à YouTube pour les créateurs de contenu et les utilisateurs de droite. 

Rumble prévoit de fusionner, au deuxième trimestre en 2022, avec une société d’acquisition à vocation spéciale (SAVS, ou SPAC en anglais) qui est déjà cotée (Nasdaq: CFVI). 

  • Cette transaction pourrait permettre à Rumble de récolter 400 millions $US et d’être valorisée à 2,1 milliards $US. 

Positionnement à droite:

Une recherche par InfoBref dimanche du mot «News» dans les chaines hébergées par Rumble montre que les deux qui comptent le plus d’abonnés sont One America News Network et Newsmax TV, deux chaines de télévision américaines pro-Trump de nouvelles et de débats, considérées comme plus à droite que Fox News.

  • One America est actuellement poursuivie pour avoir divulgué de fausses informations sur les élections américaines de 2020. 

Rumble héberge aussi une chaîne de l’ancien président américain Donald Trump, qui avait été banni de Facebook et Twitter l’an dernier, et une chaîne de chacun de ses fils Donald Jr. et Eric. 

  • La chaîne de Donald Trump sur YouTube est encore ouverte, mais l’ancien président n’y a publié aucun contenu depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche. 

Malgré l’étiquette «de droite» que lui assignent la majorité des observateurs, Rumble se présente plutôt comme une «plateforme neutre», fondée sur la liberté d’expression et qui ne «censure» et ne «punit» pas la créativité. 

  • On y voit aussi des vidéos non politiques, et des publicités d’annonceurs québécois – dont la Banque Nationale.

Rumble affirme avoir eu 44 millions d’utilisateurs actifs au mois d’août.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Twitter interdit le partage d’images «privées» sans consentement

Publié le 2 déc 2021
Twitter interdit le partage d’images «privées» sans consentement

(Source: Twitter)

  • La politique de Twitter sur les informations privées, qui interdisait déjà le partage d’informations sensibles comme des documents d’identité ou des informations financières personnelles, permet maintenant aux utilisateurs de demander que les photos ou les vidéos sur lesquelles ils apparaissent sans leur consentement soient retirées de la plateforme. 
  • Twitter justifie cette nouvelle mesure en soulignant que des images ou vidéos partagées sans consentement peuvent devenir des «outils de harcèlement» et porter atteinte à la vie privée, notamment chez les femmes, les militants, les dissidents et les minorités. Cette nouvelle mesure de protection de la vie privée exclut les personnalités publiques.

Jack Dorsey quitte son poste de PDG de Twitter

Publié le 29 nov. 2021
Jack Dorsey quitte son poste de PDG de Twitter

Jack Dorsey, ex PDG et cofondateur de Twitter (Source: YouTube/Capture d’écran InfoBref)

  • Jack Dorsey, cofondateur de Twitter, cède son poste de PDG au directeur de la technologie de l’entreprise, Parag Agrawal. Dorsey conservera son siège au conseil d’administration jusqu’à l’expiration de son mandat en 2022.
  • Patrick Pichette, québécois d’origine et président du conseil d’administration de l’entreprise, cède lui aussi sa place. Il continuera toutefois de siéger au conseil. 

Jack Dorsey dit qu’il quitte Twitter parce qu’il croit que «l’entreprise est prête à quitter ses fondateurs».

Dorsey, 45 ans, est l’un des 4 membres fondateurs de Twitter, lancé en 2006. 

  • Devenu une première fois PDG de l’entreprise en 2007, il avait été critiqué pour sa mauvaise gestion et remplacé de son poste en 2008.
  • Il avait ensuite repris les rênes de l’entreprise en 2015. 
  • La même année, il a cofondé Square, un service de paiement numérique, qu’il a continué à diriger en parallèle de Twitter.

En janvier 2021, Dorsey avait décidé de suspendre le compte Twitter de l’ancien président américain Donald Trump, que l’entreprise accusait d’avoir encouragé les émeutes du Capitole. 

Aux côtés de Satya Nadella à Microsoft, Sundar Pichai à Google et Arvind Krishna à IBM, Parag Agrawal rejoint le club des PDG de grandes entreprises technologiques américaines qui sont nés en Inde.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Lush va fermer plusieurs comptes de réseaux sociaux

Publié le 22 nov. 2021
Lush va fermer plusieurs comptes de réseaux sociaux

(Source: Facebook/Capture d’écran InfoBref)

  • Lush Cosmetics, une entreprise britannique qui fabrique et vend des savons et produits de beauté et qui a 5 boutiques au Québec, a annoncé hier son intention de fermer, à partir de vendredi, ses comptes Instagram, Facebook, TikTok et Snapchat.  
  • L’entreprise compte maintenir cette politique dans les 48 pays où elle est présente, dont le Canada, jusqu’à ce que les plateformes «prennent des mesures pour offrir un environnement plus sûr» à leurs utilisateurs.

Lush dit qu’elle ferme ses comptes pour la santé mentale de ses clients.

L’entreprise appuie sa décision sur les récentes révélations faites par des lanceurs d’alerte, comme l’ancienne employée de Facebook France Haugen.

Elle avait: 

  • révélé que Facebook préférait le «profit à la sécurité»; et 
  • porté plainte contre son ancien employeur, qui aurait contredit les résultats de ses recherches internes sur les discours haineux et la santé mentale. 

Lush indique que ses comptes demeureront fermés jusqu’à ce que ces plateformes «puissent fournir un environnement plus sûr à leurs utilisateurs».

En revanche, les comptes de l’entreprise sur YouTube, Twitter et Pinterest demeureront en activité. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Facebook imposera de nouvelles restrictions sur le ciblage publicitaire

Publié le 10 nov. 2021
Facebook imposera de nouvelles restrictions sur le ciblage publicitaire

(Source: Unsplash)

  • Meta, la société mère de Facebook, n’autorisera plus les annonceurs à faire du ciblage publicitaire en utilisant certains thèmes jugés sensibles, tels que la race, l’origine ethnique, l’affiliation politique, la religion ou l’orientation sexuelle de ses usagers. 
  • Ces nouvelles restrictions entreront progressivement en vigueur à partir du 19 janvier et s’appliqueront à toutes les applications de Meta, dont Facebook, Instagram et Messenger. 

Le ciblage publicitaire sur Facebook permet aux annonceurs de concentrer la diffusion de leurs pubs vers des groupes d’utilisateurs que les algorithmes associent à des mots clés reflétant leurs intérêts et leurs caractéristiques.

Meta prévoit de supprimer plusieurs milliers de catégories actuellement disponibles pour du ciblage.

  • Des termes tels que «mariage homosexuel», «chimiothérapie» et «église catholique» ne pourront plus faire l’objet d’un ciblage publicitaire.
  • Ces restrictions concerneront les nouvelles publicités à partir 19 janvier, et toutes les publicités à partir du 17 mars. 

L’entreprise a longtemps hésité à restreindre le ciblage publicitaire, malgré les critiques dont elle faisait l’objet.

  • L’an dernier, peu de temps avant les émeutes du Capitole, l’entreprise a diffusé des publicités ciblées vers des groupes d’extrême droite à propos d’étuis à revolver et de gilets pare-balles. 
  • En 2019, elle avait été accusée d’autoriser des annonces immobilières qui excluaient les personnes de couleur, les femmes, les handicapés et les familles avec enfants. 

Plus tôt cette année, Meta a cependant limité le ciblage publicitaire de ses utilisateurs de moins de 18 ans à quelques critères de base tels que l’âge, le genre et la localisation.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Facebook a mesuré l’impact de la désinformation sur la pandémie

Publié le 31 oct. 2021
Facebook a mesuré l’impact de la désinformation sur la pandémie

(Source: Glen Carrie / Unsplash)

  • Les chercheurs de Facebook ont été capables de mesurer à l’interne les impacts néfastes de Facebook sur la pandémie.
  • Ils ont conclu dans la dernière année que la désinformation dominait des segments précis de leur plateforme, créant des effets de «chambre d’écho» – lorsque des groupes n’entendent plus que ce qui correspond à ce qu’ils disent eux-mêmes – ce qui a renforcé l’hésitation face aux vaccins. 

À l’interne, les chercheurs de Facebook ont pu documenter à quel point des messages émanant, par exemple, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), pouvaient être submergés par des commentaires anti-vaccins.

Mais rien n’avait jusqu’ici filtré à l’extérieur de la compagnie, en dépit des demandes répétées d’universitaires et de politiciens pour obtenir davantage de données sur la façon dont les fausses nouvelles sur la crise sanitaire se disséminaient.

Les révélations se succèdent depuis la mi-octobre sur ce que les dirigeants de Facebook savaient des impacts néfastes de leurs algorithmes sur la politique américaine ou internationale. 

  • Ces révélations émanent principalement de dizaines de milliers de pages de documents, les «Facebook papers», distribués à des médias par une ancienne employée de Facebook, Frances Haugen. 

«Ces documents révèlent à quel point Facebook étudiait la désinformation sur le coronavirus et sur les vaccins à travers sa plateforme», affirme le Washington Post dans un article publié la semaine dernière. 

  • Or, dans les messages publics et dans les témoignages de son président devant les élus, Facebook s’est toujours contentée de mettre l’accent sur les aspects positifs de sa réponse à la pandémie, comme le nombre de comptes fermés ou de messages effacés. 
  • La compagnie a systématiquement refusé de divulguer ses propres études ou a carrément nié leur existence. 
  • Ce qui, aujourd’hui, fournit du carburant aux politiciens qui voudraient qu’une loi impose une plus grande transparence aux géants du numérique.

Les documents internes de Facebook révèlent que la compagnie peut: 

  • mesurer la vitesse à laquelle une fausse information se répand ou l’ampleur qu’elle peut atteindre; 
  • identifier les personnes qu’on a appelées les «super-propagateurs»; et 
  • cibler un nombre relativement petit de désinformateurs pour avoir un impact sur la quantité de désinformation en circulation. 

Pourtant, en mars dernier, lorsque le Center for Countering Digital Hate, un organisme militant américain, avait identifié 12 «super-propagateurs», l’idée de bloquer ces usagers avait été mise en doute par la direction de Facebook.   

  • Il n’est pas clair aujourd’hui si la suggestion de l’organisme a été suivie. 
  • En août, la compagnie a tout au plus dénoncé les «failles» de l’étude, sans dire que ses propres recherches à l’interne confirmaient qu’un petit pourcentage de gens était responsable d’un fort pourcentage de désinformation.

Les nouvelles icônes de Facebook amplifient-elles le problème? 

Dans une étude sur ces désinformateurs les plus actifs, les employés de Facebook ont noté que les commentaires anti-vaccins partent avec une longueur d’avance: 

  • Ils sont renforcés dans l’algorithme par des «j’aime» et des «j’adore». 

Par contre, les usagers qui se risquent à émettre un commentaire favorable aux vaccins sont accueillis par les icônes «colère», «triste» ou moqueuses («ha ha»), lesquelles ont pour conséquence de diminuer la valeur qu’acquiert le commentaire dans l’algorithme.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

LinkedIn lance une plateforme pour recruter des travailleurs autonomes

Publié le 31 oct. 2021
LinkedIn lance une plateforme pour recruter des travailleurs autonomes
  • Le réseau social LinkedIn de Microsoft est surtout connu pour permettre aux professionnels de se connecter entre eux et de recruter des employés permanents. 
  • La plateforme vient d’ajouter une corde à son arc: son nouveau produit Marketplace de services permet désormais de donner des contrats à des travailleurs pigistes. Il est disponible partout depuis quelques jours, après plusieurs mois de test aux États-Unis.

LinkedIn concurrence ainsi des plateformes spécialisées déjà bien implantées dans le recrutement de travailleurs contractuels et l’assignation de contrats, comme l’Américaine Upwork, l’Israélienne Fiverr et la Québécoise HelloDarwin.

Dans la nouvelle place de marché de services de LinkedIn:

Les clients/employeurs peuvent trouver des fournisseurs/travailleurs pigistes. 

  • Après leur avoir donné un contrat, ils peuvent leur attribuer une note pour indiquer leur niveau de satisfaction.

Les travailleurs, de leur côté, ne peuvent que s’afficher en créant une page présentant les services qu’ils proposent. 

  • Contrairement à d’autres plateformes, ils ne peuvent pas envoyer une proposition pour un contrat spécifique, ni noter le donneur d’ouvrage. 

Comment accéder au Marketplace de services?

  • Sur ordinateur, une fois connecté à votre compte Linkedin, ouvrez la boite Produits en haut en droite de l’écran, puis sélectionnez Marketplace de services.

Le service est gratuit pour le moment. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Facebook n’est plus seulement un réseau social: sa société-mère devient Meta

Publié le 28 oct. 2021
Facebook n’est plus seulement un réseau social: sa société-mère devient Meta

(Source: Facebook)

  • Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé jeudi lors de l’événement Facebook Connect que l’entreprise changeait de nom pour Meta, qui signifie «au-delà» en grec ancien. 
  • Le nom Facebook ne sera désormais plus utilisé que pour nommer le réseau social qui était à l’origine de l’entreprise, et qui côtoie aujourd’hui les autres divisions du groupe, soit Instagram, WhatsApp et Oculus.

Objectif annoncé de ce changement de nom: Mark Zuckerberg veut concentrer ses efforts pour construire le Métavers. 

Il souhaite que le Métavers (Metaverse en anglais), un Internet qui prendrait l’apparence d’un espace social 3D fonctionnant à l’aide des technologies de réalité virtuelle et augmentée, soit le cœur de tous les produits de l’entreprise [détails sur le métavers dans un article paru en juillet].

  • Dans un article de blogue, Zuckerberg explique qu’il s’agit du début du «prochain chapitre pour Internet» et pour son entreprise. 

À partir de l’an prochain, les produits de réalité virtuelle Oculus Quest seront renommés Meta Quest. 

  • En revanche, Facebook et les autres applications de médias sociaux conserveraient leurs noms. 

Une façon de faire oublier la mauvaise image de Facebook?

Ce changement de nom survient alors que Facebook est sévèrement critiqué.

L’entreprise est pointée du doigt pour:

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus