Europe

Les 10 plus grandes catastrophes ont coûté 170 milliards $US cette année

Publié le 27 déc 2021
Les 10 plus grandes catastrophes ont coûté 170 milliards $US cette année

L’ouragan Dennis, à Key West en Floride (Source: David Mark / Pixabay)

  • Les 10 catastrophes météorologiques les plus coûteuses de l’année ont causé au total 170 milliards $US en dommages, soit 20 milliards de plus que les 10 catastrophes les plus coûteuses de 2020, selon un rapport de l’ONG britannique Christian Aid. 
  • La tempête Ida, dans les Caraïbes et à New York début septembre, a causé des dommages estimés à 65 milliards $US; les inondations de juillet en Allemagne et en Belgique, 43 milliards $US; la tempête hivernale qui a paralysé le Texas en février, 23 milliards $US; et les inondations qui ont frappé la Colombie-Britannique en novembre, 7,5 milliards $US. 

300 milliards d’euros pour contrer l’influence de la Chine

Publié le 1er déc 2021
300 milliards d’euros pour contrer l’influence de la Chine

La présidente de la Commission européenne Ursula von der leyen (Source: Commission européenne)

  • L’Union européenne prévoit 434 milliards $ pour financer des projets d’infrastructures à travers le monde d’ici 2027. Cette nouvelle stratégie vise, sans l’afficher, à concurrencer les grands projets d’infrastructures chinois des Nouvelles Routes de la soie lancées en 2013 par Pékin. 
  • Selon la Commission européenne, ce nouveau programme Global Gateway a pour objectifs de développer des liens «intelligents, propres et sûrs» dans les domaines du numérique, de l’énergie et des transports; renforcer les systèmes de santé, d’éducation et de recherche; et relever des défis mondiaux, comme la crise climatique et la sécurité sanitaire. 

Le MONDE en questions

Migrants: l’Union européenne doit-elle clôturer ses frontières?

Publié le 18 nov. 2021
Johanna Sabys
par Johanna Sabys
Migrants: l’Union européenne doit-elle clôturer ses frontières?

[crédit photo: Markus Spiske / Unsplash]

  • «Absolument pas», répond sans hésiter à InfoBref le professeur en droit international public de l’Université McGill François Crépeau, ancien Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme des migrants. «Au contraire, dit-il, l’Europe s’est même engagée à faciliter la mobilité.»
  • La question divise aujourd’hui les pays européens. La Commission européenne refuse fermement de financer des murs aux portes de l’UE, mais plusieurs États membres le demandent en coulisses, et le président du Conseil européen l’envisage.

Début novembre, la situation s’est tendue aux frontières européennes lorsque des milliers de migrants venus du Moyen-Orient se sont massés à la frontière polonaise.

Un afflux créé par la Biélorussie.

La Pologne et les instances européennes ont formellement accusé la Biélorussie d’avoir orchestré cette crise aux portes de l’Europe pour se venger de sanctions occidentales contre son régime autoritaire.

  • Une source au Conseil européen a confirmé à InfoBref que cet afflux de migrants n’a jamais été perçu comme un problème migratoire et qu’il s’agit bien d’une «attaque hybride».  

«C’était un chantage évident», affirme le professeur Crépeau.

Il dénonce toutefois «une instrumentalisation de la vie humaine indigne de l’UE».

  • Au-delà du conflit avec la Biélorussie, «sauver des vies auraient dû être la priorité» des pays européens.
  • Au moins 12 migrants sont morts de froid, souligne-t-il, parce que l’Europe ne les a pas laissé entrer. 

L’Europe ne doit pas «s’emmurer»,dit le professeur Crépeau.

«Elle s’est même engagée à faciliter la mobilité. Mais ce n’est pas ce qu’elle fait en ce moment ni ce qu’elle prévoit de faire dans les 10 prochaines années.» 

Le problème, dit-il, c’est qu’aucun politicien ne mettra sa carrière en jeu en prenant des engagements pro-migrants.

  • «Comment gagner des voix en favorisant l’immigration? lâche-t-il, les migrants ne votent pas et les citoyens s’en fichent.»
  • «Le seul électorat mobilisable sur l’immigration, c’est celui de l’extrême droite qui n’a qu’un seul agenda: voter contre.»

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


La Commission européenne s’oppose aux murs.  

  • «L’Union européenne a été divisée par des murs dans le passé», rappelle une source à la Commission européenne, qui est un peu l’équivalent du gouvernement de l’Europe.
  • «Pour la Commission, c’est une position de longue date que les barbelés et les murs ne sont pas financés par le budget de l’UE.»

Mais elle n’empêche pas les États d’en ériger

Les États membres ont la responsabilité d’effectuer le contrôle aux frontières et il leur appartient de déterminer comment le faire.

Le droit de l’UE n’exclut pas d’utiliser des barrières physiques aux frontières, confirme la même source. 

En fait, reconnaît-elle, cela a déjà été fait par certains États membres.

  • La Pologne, par exemple, a dressé des barbelés le long de sa frontière et prévoit de construire un mur sur plus de 100 km.

Mais ces barrières ont été financées au niveau national.

Les fonds de l’UE sont, eux, seulement utilisés «pour renforcer les capacités de contrôle aux frontières des États membres».

Dans le dernier cadre financier européen (2021-2027), 6,4 milliards d’euros ont été alloués aux États pour financer des équipements de surveillance électronique, des véhicules de patrouille ou des images par satellite des infrastructures critiques.

«C’est la gestion des frontières que nous soutenons», a assuré mardi soir dans un discours la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, sans mentionner une seule fois les murs ni les barbelés.

«Sur la Question migratoire, la Commission est prisonnière du fait que l’initiative est au Conseil européen», observe le professeur Crépeau.

(Le Conseil européen réunit les chefs d’État des 27 membres de l’UE et veille aux intérêts des pays.)

  • «Sur la plupart des sujets, la Commission a l’initiative législative. Mais aujourd’hui, en matière migratoire, elle fera ce que le Conseil estime politiquement adéquat», croit-il. 
  • La Commission sait pourtant très bien que l’immigration n’est pas une menace, plutôt une richesse, témoigne-t-il, mais elle est incapable de l’affirmer.

Pour recevoir nos chroniques d’experts en politique, actualité internationale, finances et techno chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin


Le Conseil européen croit que l’UE pourrait financer des murs.

Le président du Conseil, Charles Michel, a reconnu le mois dernier que cette question avait été abordée lors d’un sommet européen, le 22 octobre à Bruxelles.

  • «Quelques États membres ont présenté une lettre en ce sens, et la possibilité de financer la construction de barrières physiques a été discutée», confirme une source au Conseil européen.
  • «Un bon nombre d’États membres considèrent que ce serait bien, et il ne s’agit pas seulement des États qui sont aux frontières de l’Europe.»

Juridiquement, la décision reviendrait à la Commission.

Charles Michel souhaite qu’une décision soit prise bientôt sur ce sujet important.

Il faut clarifier, a-t-il dit, si l’UE peut montrer sa solidarité aux pays qui sont en première ligne en les aidant à protéger leurs frontières nationales qui sont aussi les frontières européennes.

  • À l’intérieur de l’espace Schengen – qui regroupe 26 pays européens – il n’y a pas de frontières.
  • Les frontières extérieures de l’UE sont donc, en effet, des frontières de certains de ses États membres.

Les migrants, eux, ne participent pas au débat, déplore le professeur Crépeau. 

  • Dans tous les pays, dont le Canada, «ils remplissent un rôle important dans la société, mais ne sont pas reconnus comme des acteurs sociaux.»

«Les lois d’immigration sont faites par des politiciens non migrants, pour les non-migrants qui votent pour eux.»

Pour recevoir la chronique «Le monde en questions» un samedi sur deux dans votre courriel, et chaque matin l’essentiel des nouvelles politiques, économiques et internationales, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Pourquoi la Suède ne donne plus le vaccin de Moderna aux jeunes?

Publié le 6 oct. 2021
  • La Suède a décidé mercredi de suspendre «par précaution» l’injection du vaccin anti-Covid Spikevax de Moderna aux moins de 30 ans. 
  • De leur côté, ses voisins le Danemark et la Norvège déconseillent ce vaccin aux 12 à 17 ans. Ils ne leur proposent que le vaccin Comirnaty de Pfizer. 

Le vaccin Spikevax ne sera plus donné aux Suédois de moins de 30 ans. 

  • L’agence suédoise de santé publique a suspendu l’administration du vaccin chez les jeunes en raison d’un risque d’inflammation cardiaque. 
  • Cette décision a été prise «par précaution» après avoir observé des risques accrus d’inflammations du myocarde et du péricarde.

Selon l’agence, le risque augmenterait après la 2e dose – en particulier chez les jeunes hommes. 

Il s’agit toutefois d’un effet secondaire très rare: la probabilité d’être atteint reste «minime».

  • De plus, ces inflammations cardiaques disparaissent souvent sans causer de problèmes durables, dit l’agence.

Mais les symptômes doivent être évalués par un médecin.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Pour freiner la hausse des loyers, les Berlinois veulent exproprier leurs propriétaires

Publié le 20 sept. 2021
Pour freiner la hausse des loyers, les Berlinois veulent exproprier leurs propriétaires

(Source: Unsplash)

  • Il n’y a pas qu’au Canada que les prix des logements connaissent de fortes hausses. À Berlin, en Allemagne, les loyers ont augmenté en moyenne de 85% entre 2007 et 2019.
  • Après avoir recueilli près de 350 000 signatures dans une pétition, des militants pour l’abordabilité du logement ont obtenu le droit d’organiser un référendum. Ils demanderont aux Berlinois si la ville devrait exproprier les propriétaires qui possèdent chacun plus de 3000 logements. 

Cette mesure radicale pourrait permettre à la ville de racheter 240 000 logements. 

  • Les autorités municipales pourraient ensuite mieux contrôler le prix des loyers. 

Mais cela pourrait coûter cher. 

  • Les initiateurs de la pétition estiment que la ville pourrait devoir payer 15 milliards $.
  • Mais la ville croit qu’exproprier les grands propriétaires pourrait plutôt lui coûter 54 milliards $. 

Les grandes entreprises immobilières qui détiennent des milliers de logements dans la ville sont accusées d’être responsables de la flambée des prix.

  • Ces entreprises cherchent à faire croitre les dividendes qu’elles versent à leurs actionnaires, ce qui, selon les organisateurs du référendum, les pousse à augmenter les loyers.

Au Québec, plusieurs facteurs ont été évoqués pour expliquer la hausse des prix du logement. 

Les Berlinois se prononceront le dimanche 26 septembre, en même temps que les élections nationales et régionales. 

  • Selon un sondage du quotidien Tagesspiegel, 47% des Berlinois seraient favorables au projet d’expropriation.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Cascades jette l’éponge en Europe

Publié le 5 juil 2021
  • Cascades met fin à sa présence sur le continent européen. La papetière québécoise se départit de sa participation de 58% dans Reno de Medici, un fabricant italien de carton. 
  • Elle la vend à Appolo Global Management, un fonds de capital-investissement américain, dans le cadre d’une entente évaluée à 461 millions $. Cascades (TSX: CAS) va ensuite recentrer ses activités sur l’Amérique du Nord.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) participe à la transaction. 

  • Elle en profite pour vendre les actions qu’elle détient dans l’entreprise Reno de Medici. 
  • Elle en récoltera environ 73,5 millions $. 

Cascades était présente en Europe depuis 1985.

  • Elle avait d’abord acheté une papetière dans les Alpes françaises. 
  • Elle avait ensuite, en 2018, fusionné ses activités européennes à celles de Reno de Medici.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les touristes canadiens sont de nouveau les bienvenus en Europe

Publié le 1er juil 2021
  • Les États membres de l’Union européenne ont ajouté hier le Canada à la liste des pays dont les voyageurs sont autorisés à entrer dans l’UE – même s’ils ne sont pas encore vaccinés contre la Covid-19.
  • L’UE a commencé à accepter les voyageurs étrangers vaccinés au mois de mai. Dans les semaines suivantes, les voyageurs d’une quinzaine de pays ont été autorisés dans l’UE, même s’ils n’avaient pas reçu deux doses de vaccins. Dix nouveaux pays, dont le Canada, ont rejoint hier la liste des pays d’origine autorisés. 

Le «certificat Covid» européen sera en place d’ici juillet

Publié le 9 juin 2021
Le «certificat Covid» européen sera en place d’ici juillet

(Source: Unsplash)

  • Les députés européens ont donné leur feu vert final au certificat numérique qui doit servir à faciliter les déplacements au sein de l’Union européenne. 
  • Les États membres doivent maintenant le mettre en place avant le 1er juillet.

Ces certificats européens attesteront:

  • qu’une personne a été vaccinée contre la Covid-19; 
  • qu’elle a obtenu un résultat négatif à un test de dépistage; ou 
  • qu’elle est immunisée après avoir contracté la maladie. 

Ils seront délivrés gratuitement, en format numérique ou papier, et devraient mettre fin aux quarantaines observées dans les pays de destination.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les États-Unis et le Danemark sommés de s’expliquer sur des allégations d’espionnage

Publié le 31 mai 2021
  • Plusieurs pays européens, dont la France et l’Allemagne, réclament des explications aux deux pays sur des allégations d’espionnage de responsables européens, dont la chancelière allemande Angela Merkel.
  • Selon une enquête de la télévision publique danoise, Washington se serait servi, au moins jusqu’en 2014, du réseau de câbles sous-marins danois pour écouter à leur insu des responsables allemands, français, suédois et norvégiens. 

La Biélorussie est sanctionnée après avoir détourné un avion pour arrêter un opposant

Publié le 24 mai 2021
  • L’Union européenne a sanctionné hier soir le gouvernement biélorusse, qui est accusé d’avoir dérouté un vol commercial entre la Grèce et la Lituanie pour arrêter un journaliste opposé au régime du président Alexandre Loukachenko. Pour leur part, les autorités biélorusses affirment avoir agi à cause d’une alerte à la bombe.
  • Les 27 États membres de l’UE, déjà suivis par d’autres pays, ont fermé leur espace aérien aux avions biélorusses, et ils demandent aux compagnies de contourner la Biélorussie. L’UE et l’ONU réclament la libération immédiate du journaliste biélorusse Roman Protassevitch, et la tenue d’une enquête indépendante. 

Les anticorps anti-Covid resteraient dans le sang pendant au moins 8 mois

Publié le 11 mai 2021
  • Selon une étude italienne, les anticorps qui neutralisent la Covid-19 restent dans le sang pendant au moins 8 mois après une infection – quelque soit la gravité de la maladie, l’âge des patients ou la présence d’autres maladies.
  • L’étude a été menée par un hôpital milanais et l’organisme qui conseille le gouvernement italien en matière de santé publique. Principal résultat: 8 mois après leur diagnostic de Covid-19, 159 des 162 patients suivis avaient encore des anticorps.

Les pays du G7 devraient investir 10 000 milliards $US dans la transition énergétique, selon un rapport britannique

Publié le 11 mai 2021
Les pays du G7 devraient investir 10 000 milliards $US dans la transition énergétique, selon un rapport britannique

(Source: Pixabay)

  • Ce rapport est signé par un éminent économiste de la London School of Economics. Il a été demandé par le premier ministre britannique Boris Johnson, en préparation du prochain sommet du G7 qui se tiendra en Angleterre du 11 au 13 juin. Le G7 regroupe 7 pays qui détiennent près de la moitié de la richesse mondiale.
  • Le rapport leur propose d’abord de financer la vaccination à l’échelle planétaire, puis d’investir massivement dans une relance basée sur la volonté de ralentir les changements climatiques. Pour transformer l’économie mondiale, le rapport suggère que les pays du G7 augmentent leurs investissements d’environ 1000 milliards $US par an pendant les dix prochaines années.