Europe

Pour freiner la hausse des loyers, les Berlinois veulent exproprier leurs propriétaires

Publié le 20 sept. 2021
Pour freiner la hausse des loyers, les Berlinois veulent exproprier leurs propriétaires

(Source: Unsplash)

  • Il n’y a pas qu’au Canada que les prix des logements connaissent de fortes hausses. À Berlin, en Allemagne, les loyers ont augmenté en moyenne de 85% entre 2007 et 2019.
  • Après avoir recueilli près de 350 000 signatures dans une pétition, des militants pour l’abordabilité du logement ont obtenu le droit d’organiser un référendum. Ils demanderont aux Berlinois si la ville devrait exproprier les propriétaires qui possèdent chacun plus de 3000 logements. 

Cette mesure radicale pourrait permettre à la ville de racheter 240 000 logements. 

  • Les autorités municipales pourraient ensuite mieux contrôler le prix des loyers. 

Mais cela pourrait coûter cher. 

  • Les initiateurs de la pétition estiment que la ville pourrait devoir payer 15 milliards $.
  • Mais la ville croit qu’exproprier les grands propriétaires pourrait plutôt lui coûter 54 milliards $. 

Les grandes entreprises immobilières qui détiennent des milliers de logements dans la ville sont accusées d’être responsables de la flambée des prix.

  • Ces entreprises cherchent à faire croitre les dividendes qu’elles versent à leurs actionnaires, ce qui, selon les organisateurs du référendum, les pousse à augmenter les loyers.

Au Québec, plusieurs facteurs ont été évoqués pour expliquer la hausse des prix du logement. 

Les Berlinois se prononceront le dimanche 26 septembre, en même temps que les élections nationales et régionales. 

  • Selon un sondage du quotidien Tagesspiegel, 47% des Berlinois seraient favorables au projet d’expropriation.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Cascades jette l’éponge en Europe

Publié le 5 juil 2021
  • Cascades met fin à sa présence sur le continent européen. La papetière québécoise se départit de sa participation de 58% dans Reno de Medici, un fabricant italien de carton. 
  • Elle la vend à Appolo Global Management, un fonds de capital-investissement américain, dans le cadre d’une entente évaluée à 461 millions $. Cascades (TSX: CAS) va ensuite recentrer ses activités sur l’Amérique du Nord.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) participe à la transaction. 

  • Elle en profite pour vendre les actions qu’elle détient dans l’entreprise Reno de Medici. 
  • Elle en récoltera environ 73,5 millions $. 

Cascades était présente en Europe depuis 1985.

  • Elle avait d’abord acheté une papetière dans les Alpes françaises. 
  • Elle avait ensuite, en 2018, fusionné ses activités européennes à celles de Reno de Medici.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les touristes canadiens sont de nouveau les bienvenus en Europe

Publié le 1er juil 2021
  • Les États membres de l’Union européenne ont ajouté hier le Canada à la liste des pays dont les voyageurs sont autorisés à entrer dans l’UE – même s’ils ne sont pas encore vaccinés contre la Covid-19.
  • L’UE a commencé à accepter les voyageurs étrangers vaccinés au mois de mai. Dans les semaines suivantes, les voyageurs d’une quinzaine de pays ont été autorisés dans l’UE, même s’ils n’avaient pas reçu deux doses de vaccins. Dix nouveaux pays, dont le Canada, ont rejoint hier la liste des pays d’origine autorisés. 

Le «certificat Covid» européen sera en place d’ici juillet

Publié le 9 juin 2021
Le «certificat Covid» européen sera en place d’ici juillet

(Source: Unsplash)

  • Les députés européens ont donné leur feu vert final au certificat numérique qui doit servir à faciliter les déplacements au sein de l’Union européenne. 
  • Les États membres doivent maintenant le mettre en place avant le 1er juillet.

Ces certificats européens attesteront:

  • qu’une personne a été vaccinée contre la Covid-19; 
  • qu’elle a obtenu un résultat négatif à un test de dépistage; ou 
  • qu’elle est immunisée après avoir contracté la maladie. 

Ils seront délivrés gratuitement, en format numérique ou papier, et devraient mettre fin aux quarantaines observées dans les pays de destination.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les États-Unis et le Danemark sommés de s’expliquer sur des allégations d’espionnage

Publié le 31 mai 2021
Les États-Unis et le Danemark sommés de s’expliquer sur des allégations d’espionnage

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron (Source: Wikimedia)

  • Plusieurs pays européens, dont la France et l’Allemagne, réclament des explications aux deux pays sur des allégations d’espionnage de responsables européens, dont la chancelière allemande Angela Merkel.
  • Selon une enquête de la télévision publique danoise, Washington se serait servi, au moins jusqu’en 2014, du réseau de câbles sous-marins danois pour écouter à leur insu des responsables allemands, français, suédois et norvégiens. 

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

La Biélorussie est sanctionnée après avoir détourné un avion pour arrêter un opposant

Publié le 24 mai 2021
  • L’Union européenne a sanctionné hier soir le gouvernement biélorusse, qui est accusé d’avoir dérouté un vol commercial entre la Grèce et la Lituanie pour arrêter un journaliste opposé au régime du président Alexandre Loukachenko. Pour leur part, les autorités biélorusses affirment avoir agi à cause d’une alerte à la bombe.
  • Les 27 États membres de l’UE, déjà suivis par d’autres pays, ont fermé leur espace aérien aux avions biélorusses, et ils demandent aux compagnies de contourner la Biélorussie. L’UE et l’ONU réclament la libération immédiate du journaliste biélorusse Roman Protassevitch, et la tenue d’une enquête indépendante. 

Les anticorps anti-Covid resteraient dans le sang pendant au moins 8 mois

Publié le 11 mai 2021
  • Selon une étude italienne, les anticorps qui neutralisent la Covid-19 restent dans le sang pendant au moins 8 mois après une infection – quelque soit la gravité de la maladie, l’âge des patients ou la présence d’autres maladies.
  • L’étude a été menée par un hôpital milanais et l’organisme qui conseille le gouvernement italien en matière de santé publique. Principal résultat: 8 mois après leur diagnostic de Covid-19, 159 des 162 patients suivis avaient encore des anticorps.

Les pays du G7 devraient investir 10 000 milliards $US dans la transition énergétique, selon un rapport britannique

Publié le 11 mai 2021
Les pays du G7 devraient investir 10 000 milliards $US dans la transition énergétique, selon un rapport britannique

(Source: Pixabay)

  • Ce rapport est signé par un éminent économiste de la London School of Economics. Il a été demandé par le premier ministre britannique Boris Johnson, en préparation du prochain sommet du G7 qui se tiendra en Angleterre du 11 au 13 juin. Le G7 regroupe 7 pays qui détiennent près de la moitié de la richesse mondiale.
  • Le rapport leur propose d’abord de financer la vaccination à l’échelle planétaire, puis d’investir massivement dans une relance basée sur la volonté de ralentir les changements climatiques. Pour transformer l’économie mondiale, le rapport suggère que les pays du G7 augmentent leurs investissements d’environ 1000 milliards $US par an pendant les dix prochaines années.

L’Union européenne pourrait ne pas renouveler son contrat avec AstraZeneca

Publié le 9 mai 2021
L’Union européenne pourrait ne pas renouveler son contrat avec AstraZeneca

Le commissaire européen au Commerce extérieur Thierry Breton (Source: Wikimedia)

  • L’UE ne compte pour l’instant pas renouveler son contrat avec AstraZeneca au-delà du mois de juin, a annoncé hier le commissaire européen au Commerce extérieur Thierry Breton. La Commission européenne poursuit le groupe pharmaceutique anglo-suédois pour d’importants retards de livraison de son vaccin anti-Covid. 
  • L’Union européenne vient en revanche de signer un nouveau contrat avec Pfizer pour acheter jusqu’à 1,8 milliard de doses de son vaccin.

Les indépendantistes écossais exigent un deuxième référendum

Publié le 9 mai 2021
Les indépendantistes écossais exigent un deuxième référendum

La première ministre écossaise Nicola Sturgeon (Source: Flickr)

  • Après la victoire de son parti aux élections locales ces derniers jours, la première ministre écossaise Nicola Sturgeon veut donner à nouveau au peuple écossais l’occasion de se prononcer sur son avenir en tenant un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse.
  • Le gouvernement britannique conservateur de Boris Johnson s’y oppose.

En 2014, lors d’un premier référendum, 55% des Écossais avaient choisi de rester au sein du Royaume-Uni. 

Mais le Parti national écossais estime que la situation n’est plus la même depuis le Brexit. 

  • La majorité des Écossais ne souhaitaient pas sortir de l’Union européenne. 
  • Le parti indépendantiste voudrait rejoindre l’UE en tant qu’État indépendant. 

L’Écosse peut légiférer pour organiser un référendum. 

Si Londres maintient son opposition, un tribunal pourrait devoir trancher sur la question. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Levée des brevets sur les vaccins: que va-t-il se passer?

Publié le 9 mai 2021
Levée des brevets sur les vaccins: que va-t-il se passer?

(Source: Pixabay)

  • Les États-Unis ont annoncé la semaine dernière qu’ils approuvent la suspension des brevets des vaccins anti-Covid. La nouvelle a été applaudie par les experts en santé publique et tous ceux qui jugent que c’est la solution la plus prometteuse pour lutter contre la pandémie à l’échelle mondiale.
  • Mais la décision de la Maison-Blanche n’est que le premier pas d’un long processus. Elle pourrait aussi n’être qu’une belle annonce, parce que la décision de lever les brevets ne dépend pas que de Washington. Les 164 pays de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) doivent se mettre d’accord.  

Les capacités de production des usines associées aux fabricants de la demi-douzaine de vaccins qui ont été approuvés sont limitées.

Comme les règles internationales sur le commerce empêchent d’autres intervenants que le détenteur du brevet de produire un médicament breveté, des pays comme l’Inde et l’Afrique du Sud ont demandé en octobre dernier à l’OMC que cet interdit soit levé, pour permettre à d’autres pays d’en fabriquer des copies. 

  • Quelque 60 pays les appuient aujourd’hui.

Jusqu’ici les États-Unis, l’Union européenne, la Grande-Bretagne et le Japon y étaient opposés. 

  • Mais le président Joe Biden a officiellement donné son accord mercredi dernier.  

Le problème serait donc en voie d’être réglé?

Pas vraiment, puisqu’il faut encore obtenir l’unanimité des 164 pays de l’OMC pour modifier les règles sur ce qu’on appelle la «propriété intellectuelle».

L’Union européenne est divisée sur la question.

  • Le président français y est favorable, tandis que l’Allemagne s’y oppose, en alléguant que «la protection de la propriété intellectuelle est source d’innovations».

Au Canada, la ministre du Commerce international Mary Ng s’est contentée de dire qu’Ottawa est prêt à discuter de la suspension des brevets.

  • À la Chambre des communes, les libéraux ont bloqué la semaine dernière une motion demandant au gouvernement fédéral d’appuyer leur suspension. 

Par ailleurs, le problème de production n’est pas aussi simple.  Les usines de produits pharmaceutiques ne possèdent pas toutes l’équipement et l’expertise nécessaires pour produire un vaccin.

  • Le vaccin de Pfizer est fait de 280 composés provenant de 86 fournisseurs situés dans 19 pays.

Une éventuelle levée des brevets devra donc s’accompagner d’une forme de «transfert de technologie», ce qui nécessitera de forcer la main des compagnies pharmaceutiques.

  • Moderna s’y était montrée ouverte l’automne dernier.
  • Mais l’association américaine des fabricants a déjà fait savoir son mécontentement face à l’annonce de Biden.



Agence Science-Presse
En savoir plus En savoir plus

L’Union européenne veut freiner la concurrence déloyale de la Chine

Publié le 5 mai 2021
  • La Commission européenne veut pouvoir empêcher les entreprises étrangères soutenues par un État – comme le sont la plupart des grandes entreprises chinoises – d’acheter une entreprise européenne ou d’accéder à un marché public en Europe. La Commission a également mis à jour sa stratégie pour aider l’UE à réduire sa dépendance vis-à-vis de l’étranger, et en particulier de la Chine.
  • L’UE peut contrôler les aides accordées par les États membres, mais pas celles qui proviennent de pays tiers. Avec le projet proposé hier, une entreprise étrangère qui souhaite acquérir une société européenne – dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 736 millions $ – devra informer la Commission de toute contribution financière versée par un pays tiers.