Desjardins

Nouvelles, nouveaux produits et services et résultats financiers concernant le Mouvement des Caisses Desjardins [voir aussi: Banques, Finances personnelles, Investissement, Prêts et taux d’intérêt]

Au tour de Desjardins d’abolir les commissions sur les transactions boursières

Publié le 13 sept. 2021
Au tour de Desjardins d’abolir les commissions sur les transactions boursières

[Source: Disnat]

  • Desjardins Courtage en ligne (Disnat) vient d’éliminer la commission de 6,95 $ que ses clients devaient payer sur les transactions d’actions et de FNB canadiens et américains.
  • La plateforme rejoint ainsi la courte liste des plateformes de courtage en ligne au Canada qui ne réclament aucuns frais de transaction. 

Au Canada, 2 autres courtiers permettent déjà de négocier sans frais des actions et des FNB:

  • Wealthsimple Trade a été le premier à le faire dès son lancement en 2019.
  • Banque Nationale Courtage direct a été le premier courtier en ligne d’une grande banque canadienne à abolir ses frais de transaction, à la fin d’août. 

Les autres courtiers en ligne facturent des frais qui oscillent entre 5 $ et 10 $ par transaction [détails dans notre article sur les frais facturés par les courtiers en ligne au Canada].

  • Mais plusieurs experts disent que c’est une question de temps avant que les autres courtiers en ligne offrent eux aussi la gratuité pour les transactions.
  • Déjà, certaines plateformes, comme BMO Ligne d’action de la Banque de Montréal, permettent d’acheter certains FNB sans payer de frais de transaction. 

Si la tendance se maintient, ce que l’on appelait auparavant le courtage à escompte pourrait bientôt devenir du courtage gratuit.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Desjardins emprunte de l’argent pour des investissements responsables

Publié le 9 sept. 2021
  • La coopérative financière a émis ses premières obligations durables, une catégorie de placement que cherchent certains investisseurs, pour un montant totalisant 500 millions $.  
  • Desjardins veut se servir de l’argent prêté par les acheteurs de ces obligations pour financer des prêts ou des projets qui remplissent des critères de responsabilité sur les plans environnemental ou social. 

Ces obligations seront émises sous la forme de billet de premier rang. 

  • Elles offrent un taux d’intérêt fixe de 1,587% et arriveront à échéance en 2026. 

Elles financent des projets en lien avec les catégories suivantes:

  • énergies renouvelables
  • efficacité énergétique
  • transport propre
  • contrôle de la pollution 
  • production alimentaire durable
  • logement abordable
  • bâtiments verts
  • gestion durable de l’eau
  • accès aux services essentiels

Ces catégories sont exclues:

  • tabac, charbon thermique, armes non conventionnelles ou nucléaires, prêts à des conditions abusives, jeux de hasard, divertissement pour adulte.

Dans les prochaines années, Desjardins veut multiplier ses émissions d’actions durables.

  • «On peut s’attendre à des émissions de manière régulière chaque année», a confirmé à InfoBref un responsable chez Desjardins. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les produits d’entretien écologiques Biovert se préparent à l’exportation

Publié le 30 août 2021
Les produits d’entretien écologiques Biovert se préparent à l’exportation

(Source: Biovert)

  • La PME de Terrebonne Savons Prolav, qui fabrique les produits écologiques de nettoyage domestique Biovert, vient de recevoir un important prêt de Desjardins Capital.
  • Prolav, qui a doublé ses ventes en 5 ans, veut s’en servir pour s’attaquer à de nouveaux marchés comme ceux de l’Ontario et des États-Unis. 

Depuis 5 ans, les affaires vont bien pour Savons Prolav.

  • Longtemps une entreprise familiale située à Laval, l’entreprise commercialise des produits d’entretien Biovert depuis 1984.
  • Deux entrepreneurs l’ont achetée en 2019 après avoir agi comme consultants à partir de 2015.
  • Selon eux, les ventes ont bien progressé depuis 5 ans – la croissance a même dépassé 40% l’an dernier. 
  • Ils disent que l’entreprise est chef de file au Québec dans les segments des détergents à lessive biodégradable, du liquide à vaisselle écologique et des pastilles de lave-vaisselle écologiques.

L’entreprise a inauguré une nouvelle usine à Terrebonne le printemps dernier. 

  • Cette usine de 30 000 pieds carrés lui a permis de quadrupler sa capacité de production. 
  • Prolav veut utiliser cette capacité et ses nouveaux moyens financiers pour exporter Biovert ailleurs au Canada, puis à l’international.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Fuite de données: un nouvel employé de Desjardins est visé par l’enquête

Publié le 3 août 2021
  • De nouveaux documents révèlent qu’un ancien directeur de comptes de Desjardins à La Pocatière entretenait des liens avec les courtiers et les prêteurs privés qui auraient acheté une partie des données volées. 
  • Entre 2017 et 2019, les données de millions de membres Desjardins ont été revendues, jusqu’à 1,50 $ par nom, à des sociétés de prêt en quête de nouveaux clients, selon les documents policiers déposés en cour rendus publics lundi. 

Depuis le début de l’enquête, Sébastien Boulanger-Dorval était le seul employé de Desjardins cité dans l’affaire de la fuite de données. 

On sait maintenant que les enquêteurs soupçonnent un autre employé.  

  • Julien Ouellet, un ancien directeur de compte au Centre des entreprises de La Pocatière, est soupçonné d’avoir envoyé des données confidentielles de Desjardins à des sociétés de prêts privées. 
  • L’ancien employé avait travaillé pour l’un des prêteurs visés par l’enquête. 
  • Chez Desjardins, il avait parmi ses clients la firme Prêt Argent 500 – l’une des sociétés qui auraient acheté des noms volés.  

De 40 cents à 1,50 $ par nom:

  • Dans le bureau de Sébastien Boulanger-Dorval, l’employé identifié comme le principal responsable du vol de données, Desjardins a trouvé en 2019 des notes indiquant des prix à l’unité pour la vente de nom.
  • En mai, l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec a indiqué qu’un des suspects de l’enquête avait payé 1 $ par nom pour les 50 000 premiers noms, puis 40 cents par nom pour au moins 100 000 autres. 

Près de 10 millions de victimes:   

  • En 2019, Desjardins indiquait que 2,9 millions de clients avaient été touchés.
  • Mais fin 2020, le rapport de la Commission d’accès à l’information dénombrait 9,7 millions de victimes – dont 7 millions au Québec. 

Jusqu’ici, aucun suspect visé par l’enquête ne fait l’objet d’accusations criminelles.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Avril veut doubler son nombre de magasins d’ici 5 ans

Publié le 18 juin 2021
Avril veut doubler son nombre de magasins d’ici 5 ans

[Source: Avril]

  • La chaine de supermarchés santé Avril exploite 9 succursales dans la province et une autre qui ouvrira bientôt au centre-ville de Montréal. Elle planifie d’ouvrir 10 nouvelles succursales au Québec au cours des 5 prochaines années.
  • Avril se spécialise dans l’alimentation naturelle et biologique, les suppléments alimentaires et les cosmétiques naturels. La chaine a vu son chiffre d’affaires augmenter d’un peu plus de 60% entre 2018 et 2021. Pour financer son expansion, l’entreprise de Granby vient de céder des parts à Desjardins Capital, qui devient actionnaire minoritaire.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Desjardins achète le gestionnaire d’actifs montréalais Hexavest

Publié le 1er juin 2021
  • Hexavest, qui compte une cinquantaine de clients – principalement des investisseurs institutionnels en Asie, en Australie, aux États-Unis et au Canada – a perdu trois quarts de son actif sous gestion depuis janvier 2020. 
  • La transaction permet à Desjardins d’augmenter de 5 milliards $ ses actifs sous gestion. Ils totaliseront 88 milliards $ une fois la transaction finalisée, en septembre. 

Les maisons restent abordables au Québec par rapport aux autres provinces

Publié le 6 mai 2021
Les maisons restent abordables au Québec par rapport aux autres provinces

(Source: Unsplash)

  • L’abordabilité mesure la capacité des ménages à acquérir une propriété et à en assumer les coûts. Selon le plus récent Indice d’abordabilité de Desjardins, l’abordabilité des maisons a reculé au Québec pendant le premier trimestre de 2021, mais seulement de 0,9%. Pour la même période, il a reculé de 8,8% en Ontario et de 11,2% dans l’ensemble du Canada. 
  • La baisse de l’indice a été moins prononcée au Québec parce que les revenus des ménages après impôts y ont augmenté de 0,7% durant le premier trimestre de cette année, alors qu’ils ont au contraire diminué de 2,5% dans l’ensemble du Canada.

Conseils pour vos FINANCES

Flairer les conflits d’intérêts dans la vente de produits financiers

Publié le 15 janv. 2021
Fabien Major
par Fabien Major
Flairer les conflits d’intérêts dans la vente de produits financiers

(Photo Unsplash)

  • Après la fuite massive de données personnelles de ses membres en 2019, on apprend que l’Autorité des marchés financiers (AMF) a dû sermonner une fois de plus le Mouvement Desjardins.
  • Le gendarme de la finance du Québec a infligé à Desjardins Cabinet de services financiers une amende d’un million de dollars pour avoir placé ses conseillers en situation de conflits d’intérêts.

Bien que l’amende et les grands titres des journaux sur l’affaire frappent l’imaginaire, il s’agit d’un fait connu et assez répandu dans l’industrie. Une vérité de La Palice.

Dans les grandes institutions financières, il est fréquent qu’on incite les vendeurs à offrir en priorité, les produits financiers «maison».

  • Ici, l’AMF a révélé que Desjardins offrait aux employés une structure de bonification inégale selon les fournisseurs des produits qu’ils vendaient.
  • Si le vendeur vendait des produits Desjardins, il pouvait compter ses points bonis jusqu’à 150% du volume de vente contre 60% pour des produits externes.

Cet écart d’incitatif monétaire place les employés en conflits d’intérêts. C’est contraire à l’esprit du Règlement 81-105 de la Loi encadrant les services financiers, qui exige qu’un professionnel doive favoriser le meilleur intérêt des clients.

Il y a quelques années, j’en ai discuté avec G.P., un jeune conseiller en Mauricie. Depuis ses débuts, ce planificateur assemblait les portefeuilles de clients en sélectionnant minutieusement des fonds en fonction de critères exhaustifs. G.P. avait beaucoup de succès et touchait de généreux bonis.

Mais, ses portefeuilles ne plaisaient pas à la direction: ils ne contenaient aucun fonds Desjardins.

«Par éthique professionnelle, je ne pouvais pas les choisir. Dans presque toutes les catégories, mes logiciels démontraient que je pouvais trouver mieux auprès d’autres fournisseurs. Je pouvais le faire et je le faisais. Mais cela m’a pénalisé.»

En 2013, avec ses excellents chiffres de ventes et des clients très satisfaits de ses conseils, G.P. s’attendait à recevoir près de 20 000 $ en bonis.

Il reçut plutôt un blâme et zéro dollar. La maison avait modifié sa politique et éliminé tout boni pour les conseillers dont les clients avaient une proportion trop importante de leurs placements dans des produits autres que ceux fournis par l’institution.  

Découvrez les autres chroniques Conseils pour vos finances de Fabien Major, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin [pour les recevoir par courriel, inscrivez-vous gratuitement à nos infolettres]

Le coût d’un mauvais conseil

Si un conseiller vendeur d’une institution favorise son intérêt financier avant le vôtre, qu’est-ce que ça change?

Ça peut coûter très cher en perte d’opportunité. Parfois des milliers de dollars.

  • Si, par exemple, en 2015, un employé de Desjardins avait dirigé votre REER de 100 000 $ dans le Portefeuille SociéTerre croissance maximum au lieu d’un des meilleurs produits ESG du marché, soit le fonds AGF Croissance Durable, vous ne seriez pas de bonne humeur.
  • En janvier 2021, votre placement aurait une valeur de 276 884 $, comparativement à 340 821 $ si vous aviez acheté le produit d’AGF. Une différence de 63 000 $.

La sanction infligée par l’AMF pourrait bien occasionner un effet domino dans l’industrie et provoquer en justice des actions collectives.

À retenir

  • Avant de souscrire un produit de placement, demandez à la personne qui vous le propose de vous expliquer de quelle façon elle est rémunérée.
  • Demandez-lui si elle doit atteindre des cibles de ventes ou si elle a l’obligation de vous vendre des produits précis.
  • Demandez-lui de vous fournir des données écrites récentes sur les produits comparables et d’expliquer en quoi sa proposition favorise vos intérêts.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Desjardins lance un nouveau fonds d’impact social de 50 millions $

Publié le 18 oct. 2020
Desjardins lance un nouveau fonds d’impact social de 50 millions $

(Source: Desjardins)

  • Le nouveau fonds Aequitas investira dans des projets favorisant l’égalité des genres, la lutte des changements climatiques et d’autres objectifs de développement durable en Afrique, en Amérique latine et en Asie.
  • Desjardins apporte au fonds son capital initial de 50 millions $ et invite d’autres investisseurs à y contribuer.

Desjardins, la Caisse de dépôt et plusieurs autres investisseurs s’engagent à plus de diversité et d’inclusion dans la finance canadienne

Publié le 1er oct. 2020
  • 31 institutions canadiennes gérant 2300 milliards $ d’actifs reconnaissent «l’existence du racisme systémique et ses répercussions sur les communautés noires, autochtones et de couleur».
  • À travers la Déclaration des investisseurs canadiens sur la diversité et l’inclusion qu’elles viennent d’adopter, ces institutions promettent d’en faire plus au sein de leur organisation ainsi qu’auprès des entreprises présentes dans leurs portefeuilles.