Finances personnelles

À cause de la pandémie, deux fois plus de Canadiens sont en situation financière plus précaire qu’il y a un an

  • Les travailleurs indépendants, les employés à temps partiel et ceux gagnant moins de 50 000 $ sont les plus susceptibles d’avoir vu leur situation financière se détériorer en raison des turbulences économiques des derniers mois.
  • Au Québec, six personnes sur dix déjà endettées affirment ne pas pouvoir faire face à leurs paiements si elles ne réduisent pas leurs dépenses, révèle un sondage Angus Reid mené au début septembre pour le cabinet comptable BDO Canada.

Dans l’ensemble du pays, la dette des ménages a reculé pendant l’été , alors que beaucoup de travailleurs confinés à la maison ne pouvaient plus aller dans des commerces où dépenser une partie de leur salaire.

  • Mais la situation varie grandement d’un ménage à l’autre. Ainsi, 40% des répondants québécois disent avoir peu économisé ou n’avoir pas pu le faire depuis le début de l’année.

Un répondant sur deux espère maintenant pouvoir se créer un fonds d’urgence qui l’aidera à traverser une éventuelle nouvelle crise dans une position financière plus confortable.

En raison de la COVID-19, «les Canadiens ont également plus de mal à faire face à l’endettement, ce qui va probablement exercer un stress à long terme sur les familles et sur l’économie», observe dans un communiqué Doug Jones, président des Services de redressement financier de BDO Canada.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

La génération Z s’inquiète de l’effet de la COVID-19 sur sa situation financière à long terme

  • Une majorité de Canadiens de 30 ans ou moins se déclare plus prudente face à l’endettement qu’avant la pandémie.
  • Deux jeunes adultes sur trois au pays comptent resserrer leurs dépenses afin d’être mieux préparés en cas de nouvelle crise, indique un sondage effectué pour Interac à la fin août.

Les millénariaux et les membres de la génération Z craignent davantage de manquer de ressources financières que les baby-boomers. La pandémie a changé durablement les habitudes des consommateurs moins âgés, indique le sondage.

Un retour à l’essentiel

  • 56 % des Canadiens entre 18 et 30 ans dépensent plus pour des produits essentiels, mais moins pour des achats discrétionnaires
  • 67 % d’entre eux affirment qu’ils continueront à dépenser moins une fois la crise actuelle terminée.

L’étude révèle un détail que souligne volontiers Interac: une majorité de consommateurs canadiens de tous les âges croit qu’utiliser la carte débit aide à faire moins d’achats impulsifs que l’argent comptant ou le crédit.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus