Parti québécois

Nouvelles, annonces, déclarations, propositions, promesses, élus, candidats et résultats électoraux du Parti québécois (PQ), dirigé par Paul St-Pierre Plamondon (PSPP)

À Québec, les partis s’unissent contre les subventions pétrolières

Publié le 22 sept. 2021
À Québec, les partis s’unissent contre les subventions pétrolières

(Source: Pixabay)

  • L’Assemblée nationale a adopté hier à l’unanimité une motion de Québec solidaire qui demande au gouvernement fédéral de ne plus verser de subventions aux entreprises pétrolières et gazières. 
  • Cette motion souligne qu’il n’y a plus aucun projet d’exploitation ou d’exploration d’hydrocarbures à l’étude au Québec. Elle pointe aussi du doigt l’augmentation de la production de l’Ouest canadien qui va à l’encontre des efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique. 

Québec solidaire croit avoir «réussi l’impossible» en unissant tous les députés contre les subventions aux énergies fossiles. 

Mais la crise climatique semble mobiliser tous les partis depuis la rentrée:  

  • Début septembre, le Parti québécois appelait à un «automne climatique» et doit bientôt déposer 2 projets de loi pour créer un fonds de transition «verte et juste», et interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures.
  • Mercredi dernier, François Legault a admis que son gouvernement souhaite aussi interdire l’exploration et l’exploitation des combustibles fossiles. [détails
  • Dimanche, la cheffe du Parti libéral Dominique Anglade voulait donner un «électrochoc» au Québec en environnement. [détails
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Une commission scolaire nie l’existence de la nation québécoise et le Québec s’indigne

Publié le 7 sept. 2021
Une commission scolaire nie l’existence de la nation québécoise et le Québec s’indigne

Le chef du Bloc Yves-François Blanchet, devant la Cour suprême du Canada (Source: Bloc québécois)

  • La Commission scolaire English Montreal (CSEM) a affirmé que le Québec n’est pas une «nation», ce qui a fait bondir hier les chefs du Bloc québécois, du Parti québécois et d’Ensemble Montréal. 
  • La CSEM entend contester le projet de loi 96 du gouvernement Legault qui doit modifier la Charte de la langue française pour faire du français «la seule langue officielle et commune au Québec». 

La CSEM demande à Québec de retirer son projet de loi 96

  • Elle reproche au gouvernement Legault de vouloir modifier la constitution pour y indiquer que le Québec est une nation où la seule langue est le français, ce qui limiterait, dit-elle, l’accès aux services et à l’éducation en anglais.
  • Selon English Montreal, «ce n’est pas parce qu’on se prête une identité qu’elle devient nôtre: l’intelligentsia québécoise utilise délibérément le mot nation», alors que «le seul mot» pour définir le Québec est «province».
  • La Commission scolaire demande à Ottawa de faire examiner la légalité de la loi par la Cour suprême.

C’est «une insulte pour la nation québécoise», s’est insurgé Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois. 

  • Depuis le dépôt du projet de loi par Québec en mai dernier, Yves-François Blanchet demande aux partis fédéraux de s’engager à ne pas contester la loi une fois qu’elle aura été votée par l’Assemblée nationale. 
  • Le chef du Bloc a souligné que la Commission scolaire s’attaque à une motion appuyée par la Chambre des communes, qui a reconnu la nation québécoise. 

La commission scolaire «méprise les Québécois et les francophones» et fait preuve de «mauvaise foi», affirme Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois. 

Denis Coderre, chef d’Ensemble Montréal, a immédiatement exclu de son caucus le président de la CSEM Joe Ortona. 

  • L’ancien maire et candidat à la mairie de Montréal cet automne assure qu’il reconnaît «le Québec comme nation», et que l’affirmation de la commission scolaire va «totalement à l’encontre des valeurs» de son parti.
  • Après son exclusion, Joe Ortona a dit qu’il songeait éventuellement à se présenter en tant qu’indépendant.

Des propos «déconnectés», dit François Legault

  • Le gouvernement fédéral reconnaît que le Québec est une nation, a rappelé le premier ministre. 
  • Selon lui, les propos de la CSEM sont «déconnectés», et la commission scolaire est devenue «un groupe radical». 

English Montreal «a commis une erreur» en remettant en question le fait que le Québec est une nation, a admis plus tard hier Joe Ortona. 

  • Dans un communiqué, il a affirmé que la commission scolaire ne conteste pas «le concept», mais veut s’assurer que «les Québécois anglophones sont considérés comme faisant partie intégrante de la nation». 
  • Le concept de nation, dit-il, «n’est pas au cœur de notre opposition au projet de loi 96»: il affirme que la résolution de la commission sera modifiée pour «supprimer les références à ce sujet».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Un passeport vaccinal bientôt implanté au Québec

Publié le 5 août 2021
Un passeport vaccinal bientôt implanté au Québec

(Source: Unsplash)

  • François Legault a annoncé hier qu’un passeport vaccinal entrera prochainement en vigueur dans toute la province. Il a présenté ce passeport comme la seule façon d’éviter un nouveau confinement. 
  • Le ministre de la Santé Christian Dubé doit expliquer dans les prochains jours comment et dans quelles circonstances cette preuve vaccinale sera utilisée. 

Les «complètement vaccinés» pourront reprendre une vie presque normale:  

  • Les Québécois qui ont reçu 2 doses de vaccin anti-Covid auront accès à toutes les activités. 
  • Les autres pourraient se voir refuser l’accès à des activités non essentielles jugées «à risque», comme les bars, les gyms et les restaurants.

La rentrée scolaire se fera en présentiel

  • Plus de 80% des adolescents et des étudiants auront reçu leurs 2 doses. 
  • Tous les élèves du primaire, du secondaire, des cégeps et des universités iront donc en classe dès le mois de septembre – leur présence en classe ne sera pas conditionnelle à une preuve vaccinale. 

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge doit faire le point la semaine prochaine sur son plan pour la rentrée scolaire.

La 4e vague a débuté

  • Le premier ministre a reconnu hier que l’augmentation, ces derniers jours, du nombre de cas de Covid-19 a fait entrer le Québec dans sa 4e vague d’infections. 
  • Avec les 305 nouveaux cas rapportés hier, la moyenne quotidienne sur 7 jours est désormais de 184 cas.

Les partis d’opposition veulent être consultés

  • Le porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois s’est dit déçu que le premier ministre refuse de débattre publiquement du passeport vaccinal en commission parlementaire. 
  • Joël Arseneau, porte-parole du Parti québécois en matière de santé, regrette également que le gouvernement décide de retirer «des droits et des libertés» aux Québécois sans débat public ni «évaluation objective des mesures sur le plan éthique et sur le plan sanitaire». 
  • Le Parti libéral du Québec attend de son côté plus de détails pour se prononcer. Marie Montpetit, porte-parole des libéraux en matière de santé, a rappelé que le PLQ avait essuyé un refus mardi en demandant à Québec de mettre en place un passeport vaccinal.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Sylvain Roy croit que Paul St-Pierre Plamondon voulait l’évincer du PQ

Publié le 7 juin 2021
Sylvain Roy croit que Paul St-Pierre Plamondon voulait l’évincer du PQ

Le député de Bonaventure Sylvain Roy (Source: Parti Québécois)

  • Le député de Bonaventure Sylvain Roy a quitté le Parti québécois vendredi dernier en raison, disait-il, d’un «évènement qui a brisé le lien de confiance qui existait entre lui et le chef du parti» Paul St-Pierre Plamondon. Sylvain Roy siège désormais à titre d’indépendant.
  • Il a expliqué à La Presse Canadienne qu’il avait été «discrédité» par le chef du PQ, qui aurait tout fait pour l’évincer du parti. Selon le député gaspésien, Plamondon souhaitait qu’il cède son siège de Bonaventure pour y présenter comme candidat l’avocat et ex-journaliste Alexis Deschênes lors des prochaines élections.

Le Parti québécois demande à Québec d’agir sur les conditions d’accueil des travailleurs étrangers

Publié le 6 juin 2021
Le Parti québécois demande à Québec d’agir sur les conditions d’accueil des travailleurs étrangers

La porte-parole du PQ en matière d’économie, d’immigration, et pour les PME Méganne Perry Mélançon (Source: PQ)

  • Le gouvernement doit garantir «la protection et le bien-être» des travailleurs étrangers temporaires qui viennent «contribuer à la bonne marche de notre économie», croit la porte-parole du PQ en matière d’économie, d’immigration, et pour les PME Méganne Perry Mélançon.
  • La semaine dernière, plusieurs médias ont rapporté que des travailleurs étrangers étaient hébergés dans des conditions insalubres. 

Les logements insalubres réservés aux travailleurs des serres Demers ont été pointés du doigt.

  • Le président des Productions horticoles Demers a présenté ses excuses jeudi dernier, après les révélations qui concernaient son site de Drummondville.

Selon le Parti québécois, pour remédier à cette situation, le gouvernement doit:

  • permettre aux travailleurs étrangers d’accéder à un bassin d’employeurs, au lieu d’être liés à un seul sans pouvoir en changer;
  • offrir dès leur arrivée un soutien adapté à leurs besoins;
  • augmenter le nombre d’inspections; et
  • resserrer les normes qui concernent l’hébergement offert par les employeurs. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Ventilation dans les écoles: Legault défend Roberge, dont l’opposition réclame la démission

Publié le 27 mai 2021
Ventilation dans les écoles: Legault défend Roberge, dont l’opposition réclame la démission

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge (Source: Twitter)

  • Les partis d’opposition exigent à nouveau la démission du ministre de l’Éducation Jean-François Roberge, après la révélation par Radio-Canada de courriels internes.
  • Dans ces échanges, qui datent du mois de mars, le conseiller médical stratégique de la Santé publique Richard Massé dit qu’il refuse qu’on lui «mette des mots dans la bouche», et d’écrire que «le processus semble conforme».

Le ministère de l’Éducation est maintenant accusé d’avoir tenté d’influencer le ministère de la Santé pour qu’il affirme que la Santé publique avait validé le protocole de tests de qualité de l’air dans les écoles.

L’opposition demande la création d’une commission parlementaire d’ici la fin de la session, le 11 juin prochain, pour faire «la lumière sur la gestion du dossier».

François Legault ne lâche pas son ministre.

Le premier ministre défend la version de Jean-François Roberge: cette affaire est un malentendu entre le ministère de l’Éducation et la Santé publique.

  • Selon Legault, Roberge a bien consulté la Santé publique, sans qu’elle ait «validé» le protocole de tests.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

L’opposition attaque le troisième lien entre Québec et Lévis

Publié le 25 mai 2021
L’opposition attaque le troisième lien entre Québec et Lévis

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Les trois partis d’opposition ont vivement critiqué le tunnel proposé par la CAQ. Ils réagissaient pour la première fois à l’Assemblée nationale depuis l’annonce du projet de tunnel entre Québec et Lévis, qui pourrait coûter jusqu’à 10 milliards $.
  • François Legault a défendu le projet de son gouvernement avec virulence, ce qui lui a valu un avertissement du président de l’Assemblée nationale. 

«Un tunnel nommé délire», dit la cheffe de l’opposition officielle.

  • Pour la cheffe libérale Dominique Anglade, le projet «ne tient pas la route», il est «irresponsable, surréaliste, pharaonique, et rétrograde».
  • «Aucune étude scientifique, aucune donnée», dit-elle, ne viennent appuyer la construction de ce tunnel. 

François Legault rappelé à l’ordre:

Le premier ministre a défendu qu’il y avait un problème de mobilité entre la Rive-Nord et la Rive-Sud de Québec auquel «Mme Anglade n’avait aucune solution constructive à apporter». 

  • François Legault a reçu un avertissement du président de l’Assemblée lorsqu’il a déclaré: «la cheffe de l’opposition avait promis qu’elle ferait de la politique autrement, qu’elle ne ferait pas juste chialer». 

«La CAQ doit reculer», dit le chef du Parti québécois.

  • Le chef du PQ Paul St-Pierre Plamondon déplore que le gouvernement soit prêt à injecter 10 milliards $ dans un tunnel, alors que Québec «impose des cadres budgétaires austères à des projets de transports en commun» comme le prolongement de la ligne bleue à Montréal et le tramway de Québec.

Un projet «de réchauffement climatique et d’écoblanchiment olympique», selon la porte-parole de Québec solidaire Manon Massé.

  • La députée solidaire Catherine Dorion, qui représente le centre-ville de la capitale, parle d’un «désastre» pour la ville de Québec, et elle s’inquiète qu’une grande partie du quartier Saint-Roch soit «bulldozé». 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le Parti québécois a présenté son Plan d’urgence pour la langue française

Publié le 17 mai 2021
Le Parti québécois a présenté son Plan d’urgence pour la langue française

Le chef parlementaire du Parti québécois Pascal Bérubé (Twitter)

  • Quelques jours après le dépôt du projet de loi 96 qui prévoit de modifier la Charte de la langue française, le Parti québécois présente son propre plan pour freiner le déclin du français.
  • Le PQ propose une série de mesures qu’il juge «incontournables» en matière d’immigration, d’enseignement supérieur, et en milieu de travail. 

Dans son Plan d’urgence, le Parti québécois prévoit:

  • d’accueillir un maximum de 40 000 immigrants par an;
  • d’interdire aux employeurs d’exiger l’anglais pour des postes où la maîtrise de la langue n’est pas objectivement requise;
  • d’imposer la loi 101 aux cégeps;
  • de retirer le statut de ville bilingue aux villes qui comptent moins de 33% de citoyens anglophones; et
  • de presser les géants américains de la vidéo d’ajouter du contenu québécois sur leurs plateformes.

L’objectif du PQ est de ramener, d’ici 2031, la proportion de Québécois ayant le français pour langue d’usage à 82% – soit le pourcentage qui prévalait en 2011.

  • D’après Statistique Canada, selon la tendance actuelle, le pourcentage descendrait plutôt à 75% en 2036.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Martine Ouellet lance un nouveau parti politique: Climat Québec

Publié le 14 mai 2021
Martine Ouellet lance un nouveau parti politique: Climat Québec

Martine Ouellet (Source: YouTube)

  • L’ancienne cheffe du Bloc québécois Martine Ouellet est de retour sur la scène politique provinciale au sein de Climat Québec. 
  • Ce nouveau parti politique est «dédié complètement à la cause du climat». Il considère l’indépendance du Québec comme «une nécessité», peut-on lire dans son texte fondateur. Climat Québec veut être représenté par des candidats dans les 125 circonscriptions électorales à la prochaine élection provinciale de 2022.

L’opposition réagit de façon variée au projet de réforme de la loi 101

Publié le 13 mai 2021
L’opposition réagit de façon variée au projet de réforme de la loi 101

Les chefs des quatre partis réunis [en décembre dernier](Source: Bureau du premier ministre)

  • Le ministre responsable de la Langue française Simon Jolin-Barrette a déposé le projet de loi 96 qui prévoit de modifier la Charte de la langue française. 
  • Les partis d’opposition ont rapidement commenté les mesures proposées par le gouvernement Legault pour renforcer le statut du français: le Parti libéral reste prudent, le Parti québécois déplore des mesures «superficielles», et Québec solidaire voudrait aller plus loin. 

Les consultations et l’étude du projet de loi 96 devraient attendre l’automne, mais l’opposition a fait part de ses premières impressions. 

Ce projet de loi est «tentaculaire», selon la cheffe de l’opposition officielle.

  • La cheffe libérale Dominique Anglade s’est réjouie d’y retrouver certaines mesures proposées par son parti: des cours de français gratuits, un poste de commissaire à la langue française, et un guichet unique pour la francisation.
  • Mais Dominique Anglade reste prudente. Et elle réclame des consultations générales pour entendre le plus de gens possible sur les mesures proposées.

«La CAQ a fait le strict minimum», selon le chef du Parti québécois.

  • Pour Paul St-Pierre Plamondon, le projet du gouvernement Legault n’amène rien dans les domaines fondamentaux: l’immigration, la langue de l’enseignement supérieur et la langue du travail.
  • Les mesures proposées n’auront, dit-il, aucun effet réel pour freiner le déclin du français.  

L’essentiel n’y est pas, selon Québec solidaire.

  • La responsable en matière de langue française Ruba Ghazal estime que certaines propositions sont «intéressantes».
  • Néanmoins, Ruba Ghazal constate que des mesures essentielles, proposées par QS, n’y figurent pas, comme l’application de la loi 101 aux entreprises de 10 employés et plus, et une bonification de la loi sur la formation de la main-d’œuvre – pour y inclure des sommes réservées à la francisation. 


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

L’Assemblée nationale demande au gouvernement du Québec de bonifier sa cible climatique

Publié le 22 avr. 2021
  • Les députés ont adopté hier à l’unanimité une motion du Parti québécois qui demande au gouvernement Legault de réduire davantage ses émissions. Tous les partis ont voté pour, y compris la CAQ.
  • Le Plan vert du Québec prévoit actuellement de réduire les émissions de GES de la province de 37,5% d’ici 2030 par rapport à leur niveau de 1990. Pour Sylvain Gaudreault, le député du PQ à l’origine de la motion, la nouvelle cible de réduction devrait plutôt se situer entre 42 et 45%.

Le Parti québécois veut élargir la loi 101 aux cégeps

Publié le 18 avr. 2021
  • Les membres du Parti québécois ont adopté hier, lors de la dernière journée de leur Conseil national, une mesure proposée par l’aile jeunesse du parti qui prévoit d’étendre la loi 101 au niveau collégial.
  • Le PQ prévoit désormais dans son «projet national» d’appliquer la Charte de la langue française jusqu’aux classes de cégeps. Cela impliquerait qu’un étudiant francophone ou de langue maternelle étrangère ne pourrait pas choisir d’étudier en anglais au niveau collégial.