CAQ

Le PLQ réclame plus d’assouplissements et de visibilité pour l’industrie touristique

Publié le 11 juil 2021
  • Le Parti libéral du Québec a demandé hier au gouvernement Legault de «fournir un plan détaillé» des futurs allégements des mesures sanitaires aux entreprises de l’industrie touristique.
  • Dans un communiqué, le porte-parole du PLQ Saul Polo a souligné que les restrictions sur la taille des rassemblements compromettent, cet été encore, la tenue de plusieurs festivals et évènements. Selon Saul Polo, «les pertes de revenus sont énormes». Le PLQ propose de prolonger après septembre l’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM). 

Ottawa dit non au projet de terminal de conteneurs Laurentia

Publié le 29 juin 2021
Ottawa dit non au projet de terminal de conteneurs Laurentia

Le projet de terminal de conteneurs Laurentia (Source: Laurentia)

  • Le gouvernement Trudeau a rejeté hier le projet d’agrandissement du port de Québec. L’Administration portuaire de la ville pourra toutefois soumettre de nouvelles propositions.
  • «Au 21e siècle, le développement économique doit se faire dans le respect de l’environnement», a affirmé le député de Québec et président du Conseil du Trésor Jean-Yves Duclos, en annonçant la décision fédérale.   

Le projet d’agrandissement du port de Québec avait échoué, il y a trois semaines, le test de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC).

  • Dans son rapport final, l’AEIC affirme que le projet aurait des effets négatifs importants sur la santé humaine et l’écosystème de la baie de Beauport.

Le terminal Laurentia devait permettre au port de Québec d’accueillir d’immenses navires, de 15 000 conteneurs, et au total jusqu’à 700 000 conteneurs par an.

  • Estimé à 775 millions $, le projet prévoyait surtout d’ajouter une ligne de quai de 610 mètres en eau profonde.

Au Québec, la ministre de la Sécurité publique et responsable de la Capitale-Nationale Geneviève Guilbault s’est dite déçue de la décision du gouvernement fédéral d’abandonner le projet Laurentia. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Exclue de la CAQ, la députée Claire Samson offre son siège aux conservateurs

Publié le 18 juin 2021
Exclue de la CAQ, la députée Claire Samson offre son siège aux conservateurs

[Source: Twitter]

  • La députée d’Iberville Claire Samson a été expulsée de la CAQ mardi, parce qu’elle avait fait un don de 100 $ au Parti conservateur du Québec – un geste perçu comme un affront par le gouvernement Legault.  
  • Siégeant actuellement comme députée indépendante, elle a annoncé ce matin qu’elle se joindra au Parti conservateur du Québec dirigé par Éric Duhaime dès la rentrée parlementaire, en septembre. Elle deviendra ainsi la première députée de ce parti de droite à siéger à l’Assemblée nationale. 

Entrevue InfoBref

Contrats sans appel d’offres: Anglade dénonce une décision «arbitraire» et craint des «dérapages»

Publié le 17 juin 2021
Contrats sans appel d’offres: Anglade dénonce une décision «arbitraire» et craint des «dérapages»

La cheffe du Parti libéral Dominique Anglade (Source: Parti libéral du Québec)

  • Quelques jours après la fin de la session parlementaire, le gouvernement Legault a autorisé hier par décret le Centre d’acquisitions gouvernementales à conclure des contrats sans appel d’offres en santé jusqu’au 31 mars 2022. 
  • La cheffe du Parti libéral Dominique Anglade explique à InfoBref que, selon elle, ce prolongement «sans débat» entre les partis «ne fait aucun sens»: le gouvernement semble «vouloir cacher de l’information à la population». 

Dominique Anglade réclame plus de transparence.

  • La cheffe de l’opposition officielle demande au gouvernement Legault de s’expliquer sur ce prolongement de 9 mois et ce qui le justifie réellement, alors que la situation sanitaire s’est grandement améliorée. 
  • Le Parti libéral du Québec a aujourd’hui interpellé une nouvelle fois la Vérificatrice générale sur ce décret.
  • Le PLQ avait déjà demandé à la VG d’enquêter sur les contrats sans appel d’offres conclus depuis le début de la pandémie.

«Il y a un problème sur la forme et le fond», dit Dominique Anglade.

Sur la forme:

  • La cheffe du PLQ déplore que le gouvernement ait attendu la fin de la session parlementaire pour faire passer ce décret: «c’est particulier, et cela ouvre la porte à plusieurs dérapages».   
  • Elle s’oppose à ce que des contrats «de milliards de dollars» puissent être conclus avec des entreprises «sans aucun contrôle».

Sur le fond:

  • Dominique Anglade aimerait comprendre «pourquoi on a besoin de faire ces contrats»: s’il y a des ruptures de stock dans certains services, «on aimerait savoir où sont les ruptures et quels sont les enjeux». 
  • Elle craint que le gouvernement cache des risques pour les patients, notamment les 150 000 personnes qui sont actuellement en attente d’une chirurgie
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Santé mentale des jeunes: le Québec manque de psychologues, dit Legault

Publié le 11 juin 2021
Santé mentale des jeunes: le Québec manque de psychologues, dit Legault

François Legault (Source: Twitter)

  • François Legault reconnaît que le nombre croissant de jeunes qui souffrent de problèmes de santé mentale «engorge» les urgences de la province. «Malheureusement, dit-il, il manque du personnel qualifié disponible.»
  • Selon l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (Inesss), en janvier et février, les admissions de jeunes à l’hôpital pour un problème de santé mentale étaient en hausse de 40% par rapport à l’an dernier. 

L’opposition demande au gouvernement d’agir en matière de santé mentale.

Le Parti libéral a réclamé des mesures il y a déjà 8 mois, a rappelé hier à l’Assemblée nationale sa cheffe Dominique Anglade.

  • Le PLQ veut adopter un système d’accès universel aux soins en santé mentale. 

Québec ne peut se «contenter de bonnes intentions», dit le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois.

  • QS demande un plan «concret» pour venir en aide aux jeunes en détresse.

Le premier ministre a souligné que son gouvernement a lancé un programme pour embaucher des psychologues du privé, afin de réduire les listes d’attentes dans les établissements publics.  

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Fitzgibbon ne voulait pas «nuire» au gouvernement

Publié le 2 juin 2021
Fitzgibbon ne voulait pas «nuire» au gouvernement

Pierre Fitzgibbon (Source: Twitter)

  • Si Pierre Fitzgibbon a démissionné hier de ses fonctions de ministre de l’Économie, c’est parce que sa situation causait un «problème» pour le gouvernement. 
  • Il a convenu avec François Legault que «c’était la meilleure chose à faire», après le dépôt d’un rapport de la commissaire à l’éthique qui recommandait sa suspension.  

Le député de Terrebonne a expliqué à La Presse qu’il avait refusé des arrangements qui lui auraient permis de se défaire de ses intérêts pour le tirer rapidement d’affaire.

  • «Il y a tellement de gens qui ne voulaient pas que je quitte, dit-il, certains m’ont même offert d’acheter mes actions en disant: on verra plus tard, on va les mettre en pension.»
  • «Mais mon éthique est telle que je voulais faire une vraie vente», assure-t-il.  

Pierre Fitzgibbon envisage de retrouver sa place au ministère de l’Économie «si les choses se règlent».

  • «Entre-temps, dit-il, le gouvernement mérite d’être réélu, et je voulais tout faire pour ne pas lui nuire.»

Le député se présentera aux prochaines élections s’il parvient à vendre les actions qu’il détient dans les entreprises ImmerVision et White Star Capital, qui font affaire avec Québec. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Ventilation dans les écoles: Legault défend Roberge, dont l’opposition réclame la démission

Publié le 27 mai 2021
Ventilation dans les écoles: Legault défend Roberge, dont l’opposition réclame la démission

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge (Source: Twitter)

  • Les partis d’opposition exigent à nouveau la démission du ministre de l’Éducation Jean-François Roberge, après la révélation par Radio-Canada de courriels internes.
  • Dans ces échanges, qui datent du mois de mars, le conseiller médical stratégique de la Santé publique Richard Massé dit qu’il refuse qu’on lui «mette des mots dans la bouche», et d’écrire que «le processus semble conforme».

Le ministère de l’Éducation est maintenant accusé d’avoir tenté d’influencer le ministère de la Santé pour qu’il affirme que la Santé publique avait validé le protocole de tests de qualité de l’air dans les écoles.

L’opposition demande la création d’une commission parlementaire d’ici la fin de la session, le 11 juin prochain, pour faire «la lumière sur la gestion du dossier».

François Legault ne lâche pas son ministre.

Le premier ministre défend la version de Jean-François Roberge: cette affaire est un malentendu entre le ministère de l’Éducation et la Santé publique.

  • Selon Legault, Roberge a bien consulté la Santé publique, sans qu’elle ait «validé» le protocole de tests.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le Parti libéral et Québec solidaire réclament une enquête sur les nombreux sondages de la CAQ

Publié le 26 mai 2021
Le Parti libéral et Québec solidaire réclament une enquête sur les nombreux sondages de la CAQ

(Source: Pixabay)

  • Depuis 2018, le gouvernement de François Legault aurait déboursé plus d’un million $ d’argent public pour réaliser des sondages auprès des citoyens.
  • C’est une dépense «astronomique», pour la cheffe libérale Dominique Anglade. En comparaison, le gouvernement de Philippe Couillard n’aurait dépensé que 13 000 $ en quatre ans, pour un seul sondage. Cette dépense gouvernementale aurait donc augmenté de 5000%, calcule Anglade. 

Le Parti libéral et Québec solidaire demandent à la vérificatrice générale de se pencher sur cet aspect de la gestion des fonds publics par le gouvernement Legault.

L’ensemble des partis d’opposition exigent également que les questions des sondages soient rendues publiques pour savoir comment cet argent a été utilisé. 

François Legault a expliqué mardi que ces sondages ont surtout servi à mesurer le niveau d’adhésion des Québécois aux consignes sanitaires.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

L’opposition attaque le troisième lien entre Québec et Lévis

Publié le 25 mai 2021
L’opposition attaque le troisième lien entre Québec et Lévis

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Les trois partis d’opposition ont vivement critiqué le tunnel proposé par la CAQ. Ils réagissaient pour la première fois à l’Assemblée nationale depuis l’annonce du projet de tunnel entre Québec et Lévis, qui pourrait coûter jusqu’à 10 milliards $.
  • François Legault a défendu le projet de son gouvernement avec virulence, ce qui lui a valu un avertissement du président de l’Assemblée nationale. 

«Un tunnel nommé délire», dit la cheffe de l’opposition officielle.

  • Pour la cheffe libérale Dominique Anglade, le projet «ne tient pas la route», il est «irresponsable, surréaliste, pharaonique, et rétrograde».
  • «Aucune étude scientifique, aucune donnée», dit-elle, ne viennent appuyer la construction de ce tunnel. 

François Legault rappelé à l’ordre:

Le premier ministre a défendu qu’il y avait un problème de mobilité entre la Rive-Nord et la Rive-Sud de Québec auquel «Mme Anglade n’avait aucune solution constructive à apporter». 

  • François Legault a reçu un avertissement du président de l’Assemblée lorsqu’il a déclaré: «la cheffe de l’opposition avait promis qu’elle ferait de la politique autrement, qu’elle ne ferait pas juste chialer». 

«La CAQ doit reculer», dit le chef du Parti québécois.

  • Le chef du PQ Paul St-Pierre Plamondon déplore que le gouvernement soit prêt à injecter 10 milliards $ dans un tunnel, alors que Québec «impose des cadres budgétaires austères à des projets de transports en commun» comme le prolongement de la ligne bleue à Montréal et le tramway de Québec.

Un projet «de réchauffement climatique et d’écoblanchiment olympique», selon la porte-parole de Québec solidaire Manon Massé.

  • La députée solidaire Catherine Dorion, qui représente le centre-ville de la capitale, parle d’un «désastre» pour la ville de Québec, et elle s’inquiète qu’une grande partie du quartier Saint-Roch soit «bulldozé». 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Martine Ouellet lance un nouveau parti politique: Climat Québec

Publié le 14 mai 2021
Martine Ouellet lance un nouveau parti politique: Climat Québec

Martine Ouellet (Source: YouTube)

  • L’ancienne cheffe du Bloc québécois Martine Ouellet est de retour sur la scène politique provinciale au sein de Climat Québec. 
  • Ce nouveau parti politique est «dédié complètement à la cause du climat». Il considère l’indépendance du Québec comme «une nécessité», peut-on lire dans son texte fondateur. Climat Québec veut être représenté par des candidats dans les 125 circonscriptions électorales à la prochaine élection provinciale de 2022.

L’opposition réagit de façon variée au projet de réforme de la loi 101

Publié le 13 mai 2021
L’opposition réagit de façon variée au projet de réforme de la loi 101

Les chefs des quatre partis réunis [en décembre dernier](Source: Bureau du premier ministre)

  • Le ministre responsable de la Langue française Simon Jolin-Barrette a déposé le projet de loi 96 qui prévoit de modifier la Charte de la langue française. 
  • Les partis d’opposition ont rapidement commenté les mesures proposées par le gouvernement Legault pour renforcer le statut du français: le Parti libéral reste prudent, le Parti québécois déplore des mesures «superficielles», et Québec solidaire voudrait aller plus loin. 

Les consultations et l’étude du projet de loi 96 devraient attendre l’automne, mais l’opposition a fait part de ses premières impressions. 

Ce projet de loi est «tentaculaire», selon la cheffe de l’opposition officielle.

  • La cheffe libérale Dominique Anglade s’est réjouie d’y retrouver certaines mesures proposées par son parti: des cours de français gratuits, un poste de commissaire à la langue française, et un guichet unique pour la francisation.
  • Mais Dominique Anglade reste prudente. Et elle réclame des consultations générales pour entendre le plus de gens possible sur les mesures proposées.

«La CAQ a fait le strict minimum», selon le chef du Parti québécois.

  • Pour Paul St-Pierre Plamondon, le projet du gouvernement Legault n’amène rien dans les domaines fondamentaux: l’immigration, la langue de l’enseignement supérieur et la langue du travail.
  • Les mesures proposées n’auront, dit-il, aucun effet réel pour freiner le déclin du français.  

L’essentiel n’y est pas, selon Québec solidaire.

  • La responsable en matière de langue française Ruba Ghazal estime que certaines propositions sont «intéressantes».
  • Néanmoins, Ruba Ghazal constate que des mesures essentielles, proposées par QS, n’y figurent pas, comme l’application de la loi 101 aux entreprises de 10 employés et plus, et une bonification de la loi sur la formation de la main-d’œuvre – pour y inclure des sommes réservées à la francisation. 


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Que contient le projet de loi qui doit réformer la loi 101?

Publié le 13 mai 2021
Que contient le projet de loi qui doit réformer la loi 101?

Simon Jolin-Barrette et François Legault (Source: Twitter / Émilie Nadeau)

  • Le projet de loi 96 prévoit de modifier la Charte de la langue française pour renforcer le statut du français et en faire «la seule langue officielle et commune au Québec».
  • Le ministre responsable de la Langue française Simon Jolin-Barrette l’a déposé ce matin à l’Assemblée nationale. Mais les consultations et son étude détaillée auront lieu cet automne.

Le gouvernement Legault estime que cette réforme est nécessaire pour contrer le recul du français au Québec, principalement à Montréal.

Le projet de loi a quatre principaux objectifs:

  • faire du français la seule langue officielle et commune au Québec;
  • renforcer son statut dans toutes les sphères de la société;
  • assurer l’exemplarité de l’État dans son utilisation; et
  • instaurer une structure gouvernementale neutre pour le protéger.

Pour les remplir, le gouvernement Legault propose:

  • d’inscrire dans la Loi constitutionnelle canadienne de 1867 la «reconnaissance de la nation ainsi que du français comme seule langue officielle et commune du Québec»;
  • créer un ministère de la Langue française, chargé de protéger le français et d’appliquer des politiques linguistiques;
  • créer un poste de commissaire à la Langue française, chargé de traiter les plaintes et de rendre compte de la situation linguistique. 

Le français deviendrait la langue officielle du travail et de l’appareil d’État.

  • L’administration publique devrait s’exprimer en français dans ses communications écrites et orales avec les personnes physiques.

La loi 101 s’appliquerait aux entreprises:

  • de 25 à 49 employés; et
  • celles qui sont soumises à la Charte fédérale. 

L’affichage commercial devrait assurer une «nette prédominance» du français.

  • Le gouvernement veut également «protéger le droit du consommateur d’être informé et servi en français». 

Pour les cégeps anglophones, les places qui y sont disponibles seraient gelées à 17,5% des places totales du réseau collégial. 

Dans son budget 2021-2022, Québec avait déjà prévu 104 millions $ sur cinq ans pour financer la mise en place des mesures de son projet de loi.

Le gouvernement Legault a confirmé qu’il utilisera la clause dérogatoire – qui permet de déroger à la Charte canadienne des droits et libertés – pour protéger certaines dispositions de son projet contre d’éventuels recours devant les tribunaux.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus