Troisième lien Québec-Lévis / REC Réseau express de la Capitale

Nouvelles et développements sur le projet de Réseau express de la capitale (REC) annoncé en mai 2021 et qui doit englober le fameux troisième lien entre Québec et Lévis sous la forme d’un tunnel (voir aussi: Climat, Environnement, Québec – ville et région, Transports)

Ottawa et le Bape ne pourront pas bloquer le 3e lien, dit Québec

Publié le 2 nov. 2021
Ottawa et le Bape ne pourront pas bloquer le 3e lien, dit Québec

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Le ministre de l’Environnement Benoit Charette a assuré mardi que le gouvernement fédéral ne pourra pas bloquer la construction du tunnel autoroutier entre Québec et Lévis. 
  • Le gouvernement Legault ne suivra pas, dit-il, les conclusions d’une étude environnementale ou d’un avis fédéral, car Ottawa «n’a pas d’autorité sur la construction d’infrastructures au Québec». 

Le nouveau ministre canadien de l’Environnement Steven Guilbeault a annoncé la semaine dernière qu’Ottawa allait mener sa propre évaluation environnementale du projet.

C’est une évaluation «inutile» qui va entraîner des délais, dit Benoit Charette. 

  • Quel que soit le résultat de cette évaluation, Québec ne tiendra pas compte de l’avis du gouvernement fédéral parce que, dit-il, il «n’a aucune compétence sur une infrastructure qui doit être développée en sol québécois». 

Est-ce que le rapport du Bape pourrait bloquer le projet?

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (Bape), un organisme québécois, doit lui aussi examiner le projet. 

Mais, selon le ministre de l’Environnement, le rapport que fera le Bape ne pourrait pas, lui non plus, empêcher la construction du tunnel. 

  • Pour de telles infrastructures, les évaluations environnementales «visent à atténuer les impacts environnementaux négatifs», croit-il, mais elles n’empêcheront pas sa construction. 
  • Selon lui, les évaluations permettront seulement à Québec «d’ajuster certaines façons de faire pour s’assurer d’avoir le minimum d’impacts possibles».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

La CAQ compte sur Steven Guilbeault pour financer le 3e lien Québec-Lévis

Publié le 26 oct. 2021
La CAQ compte sur Steven Guilbeault pour financer le 3e lien Québec-Lévis

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Le gouvernement Legault espère toujours qu’Ottawa financera une partie du tunnel autoroutier qu’il veut faire construire entre Québec et Lévis. 
  • La ministre responsable des Relations canadiennes Sonia LeBel croit qu’elle sera capable de convaincre le nouveau ministre fédéral de l’Environnement Steven Guilbeault.

Interrogée sur la composition du nouveau gouvernement Trudeau [détails dans notre bulletin de mardi soir], Sonia LeBel s’est montrée plutôt confiante sur le soutien financier qu’elle attend du gouvernement fédéral.

Le tunnel «sert également le transport collectif», souligne LeBel. 

  • Sonia LeBel affirme que le projet est «gagnant pour l’environnement». 
  • Elle rappelle par ailleurs que Québec souhaite «aller vers l’électrification des transports». 

Le soutien de François Legault au Parti conservateur pendant la dernière campagne fédérale aura-t-il un impact?

  • Non, Sonia Lebel dit s’attendre à la même collaboration de la part d’Ottawa.  
  • Il n’y a aucune raison, dit-elle, que les deux gouvernements ne puissent plus travailler ensemble. 

Par ailleurs, le ministre québécois des Transports François Bonnardel a annoncé un changement important au projet de 3e lien: 

  • La sortie (et entrée) du tunnel qui était prévue en pleine ville de Québec, dans le quartier Saint-Roch, ne sera pas accessible aux automobilistes – ils devront utiliser 2 autres accès, près d’autoroutes urbaines.
  • Cette sortie dans Saint-Roch sera réservée aux autobus; et il n’est pas exclu qu’elle soit éliminée ou remplacée par un autre point d’accès, selon une réévaluation du tracé que doivent maintenant faire des ingénieurs.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les conservateurs s’engagent à financer le troisième lien Québec-Lévis

Publié le 17 août 2021
Les conservateurs s’engagent à financer le troisième lien Québec-Lévis

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Le Parti conservateur a promis hier qu’un gouvernement dirigé par Erin O’Toole assumerait 40% de la facture totale – qui pourrait atteindre 10 milliards $ – pour construire le tunnel entre Québec et Lévis. C’est exactement la part que le gouvernement Legault demande à Ottawa de financer.
  • Les conservateurs ont reproché au chef bloquiste Yves-François Blanchet son refus de prendre position lundi sur le projet de tunnel. De son côté, le gouvernement Trudeau dit qu’il refuse de financer des projets autoroutiers. 

Les 7 candidats conservateurs de la région de Québec ont appuyé hier le projet de tunnel du gouvernement Legault.

  • Ils pensent que le tunnel autoroutier de 8,3 km n’engendrera pas davantage de pollution.

Le Bloc ne prend pas «ses responsabilités», croit le PCC: 

  • Pierre Paul-Hus, député conservateur sortant de Québec, a reproché au chef du Bloc québécois son refus de prendre parti sur le projet. 
  • Yves-François Blanchet estimait lundi que le gouvernement fédéral n’a pas à «avoir d’opinion» sur les projets du gouvernement québécois.   
  • Le Bloc a assuré qu’il soutiendrait la demande d’aide financière du gouvernement Legault, sans intervenir ni juger «les choix» de Québec en matière d’infrastructure. 

Les libéraux étudieront le projet:

  • Le gouvernement Trudeau a déjà prévenu Québec que «la réussite du test des évaluations environnementales sera essentielle».
  • Les libéraux refusent de financer des projets d’autoroutes.
  • Si le projet réussit les tests environnementaux, les libéraux n’accorderaient leur soutien qu’à la partie du projet qui concerne le transport en commun. 

Le NPD et le Parti vert sont fermement opposés au projet de tunnel autoroutier, et à son financement par le gouvernement fédéral.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Analyse POLITIQUE

Troisième lien: le pari de 10 milliards $ de François Legault

Publié le 21 mai 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Troisième lien: le pari de 10 milliards $ de François Legault
  • Québec aura son troisième lien. S’il n’en tient qu’à François Legault et aux électeurs de la CAQ, le tunnel devant relier Québec à Lévis sera le projet de la décennie pour la région de la Capitale nationale.
  • Ce troisième lien ne fait pas l’unanimité. Les milieux d’affaires approuvent. Les environnementalistes dénoncent une vision passéiste privilégiant l’automobile comme mode de transport, avec en corollaire l’étalement urbain.

Établir une troisième voie de communication entre les rives nord et sud du Saint-Laurent est l’objet de débat depuis des années. On doit aux radios de la capitale d’en avoir fait un enjeu politique.

  • Le premier ministre Couillard a, le premier, cédé à leur pression avec un projet de tunnel passant par l’île d’Orléans.
  • La Coalition Avenir Québec fit de sa réalisation la promesse phare de son programme électoral en 2018, s’engageant à ce que les travaux débutent au cours d’un premier mandat.
  • Le projet dévoilé lundi reliera Lévis au centre-ville de Québec. Il ne sera ouvert à la circulation qu’en 2031.

Aucune étude n’existait d’emblée pour justifier ce projet.

Encore aujourd’hui on les cherche.

Celles du gouvernement sur la fréquentation prévue (55 000 véhicules/jour) ne sont pas publiques.

Ce troisième lien prétend réduire la congestion automobile.

L’expérience montre plutôt qu’il n’y a pas de fin à ce phénomène.

  • À peine une nouvelle autoroute urbaine est-elle construite que les banlieues s’étendent et que les bouchons reviennent.

Les planificateurs du ministère des Transports devraient le savoir.

  • Ils ont construit à Québec autoroute sur autoroute.
  • Cette ville est au Canada la deuxième pour le nombre de kilomètres de voies rapides par habitant.

Le transport en commun comme solution de rechange n’y a, par contre, jamais eu la faveur.

Les premières voies réservées ont dû être retirées devant les levées de boucliers.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Le temps a fait son œuvre.

À la force du poignet, le maire Régis Labeaume aura obtenu l’appui du gouvernement à son projet de tramway.

Quant au tunnel, deux de ses six voies seront réservées aux autobus.

Le gouvernement croit avoir trouvé là l’équilibre entre deux visions.

Certes, il y a progrès, mais l’auto garde la cote.


Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, ancien directeur du Devoir, publiées un samedi sur deux dans InfoBref Matin [pour les recevoir par courriel, avec chaque jour l’essentiel des nouvelles Affaires, Politique et Techno, inscrivez-vous gratuitement à nos infolettres]


Demeure la question de la nécessité d’un troisième lien situé à l’est, alors que le besoin se fait plutôt sentir à l’ouest.

10 milliards $, c’est beaucoup pour un projet dont la seule rentabilité assurée est électorale.

À ces milliards, s’ajouteront les coûts liés au développement urbain et à l’environnement.

En toute logique, ce nouveau lien, dont la tête sud se situera à la limite de la zone agricole à Lévis, engendrera de l’étalement urbain.

Du côté nord, ce sera plus de congestion pour le centre-ville de Québec.

La réalité est qu’aux questions soulevées par les opposants à ce projet, le gouvernement n’a pas de réponses aujourd’hui.

Non plus pour celles relatives au développement économique attendu. Elles viendront, là aussi, a posteriori.

Pour l’instant, c’est un vaste pari sur l’avenir.

François Legault ne s’en cache d’ailleurs pas, disant: «Pour moi, c’est comme une gageure qu’on fait sur la grande région de Québec».

On saura dans dix ou quinze ans, si ce pari aura été gagnant.

Entre-temps, il peut dire «promesse tenue» à ses électeurs, et leur donner rendez-vous à la prochaine élection pour mettre en chantier ce troisième lien.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux un samedi sur deux dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

À Québec, le transport en voiture coûterait 5 fois plus cher à la société que le transport collectif

Publié le 21 mai 2021
À Québec, le transport en voiture coûterait 5 fois plus cher à la société que le transport collectif

(Source: RTL)

  • Selon une étude de l’Université Laval à Québec, qui s’inspire d’une étude similaire réalisée à Vancouver, chaque dollar dépensé en frais de transport par un individu dans la Commission municipale de Québec coûterait à la collectivité 5,77 $ s’il s’agit d’un déplacement en voiture et 1,21 $ pour un déplacement en transport collectif.
  • Pour calculer ce résultat, l’étude tient compte de tous les coûts directs et indirects reliés à chaque mode de transport, dont l’entretien des routes, les accidents et l’utilisation des espaces. 

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Le troisième lien entre Québec et Lévis ne fait pas l’unanimité

Publié le 18 mai 2021
Le troisième lien entre Québec et Lévis ne fait pas l’unanimité

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Des groupes environnementaux ont lancé une campagne nationale pour dire non au projet de tunnel, présenté lundi par le gouvernement Legault, qui devrait coûter entre 7 et 10 milliards $. 
  • Par ailleurs, Ottawa pourrait refuser de financer le projet comme l’espère Québec. Pour recevoir l’aide du gouvernement fédéral, le troisième lien devra passer haut la main les évaluations environnementales. Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) devrait se prononcer sur le projet en 2023.

Équiterre, Accès Transports viables, Trajectoire Québec, la Fondation David Suzuki, Vivre en ville, et le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale font front commun contre le troisième lien. 

Ce tunnel est un «gaspillage de fonds publics», dénoncent-ils. 

Avec 10 milliards $, selon ces groupes, il serait possible de financer:

  • 978 nouvelles écoles;
  • 39 hôpitaux; ou
  • 84 000 logements sociaux.

Cette infrastructure serait «injustifiée.

Les six groupes environnementaux affirment que rien ne justifie, à ce jour, la construction du tunnel entre Québec et Lévis. 

Ils mettent notamment en avant:

  • une quantité de déplacements prévue insuffisante; et
  • un achalandage trop marginal pour le transport en commun. 

Ce projet aurait «des impacts négatifs sur l’environnement et l’aménagement durable du territoire».

Le tunnel:  

  • ferait grimper les émissions de gaz à effet de serre (GES), à cause du trafic;
  • menacerait la biodiversité, à cause de l’étalement urbain; et
  • aurait des conséquences sur la qualité de l’air, et la qualité de vie de la population. 

Ottawa étudiera le projet.

Le gouvernement Legault a sollicité une contribution financière d’Ottawa, puisque le projet intègre du transport collectif.

Mais le gouvernement Trudeau a déjà prévenu que «la réussite du test des évaluations environnementales sera essentielle».

  • Le gouvernement fédéral refuse désormais de financer des projets d’autoroutes.
  • Même si le projet passe les tests environnementaux, Ottawa pourrait décider de ne financer que la partie qui concerne le transport en commun. 



Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Québec prévoit 7 milliards $ pour construire le tunnel entre Québec et Lévis

Publié le 17 mai 2021
Québec prévoit 7 milliards $ pour construire le tunnel entre Québec et Lévis

François Legault (Source: Twitter / Émilie Nadeau)

  • Le gouvernement Legault a présenté son plan pour construire, en 10 ans, un troisième lien – souterrain, celui-ci – entre Québec et Lévis. Les travaux préparatoires doivent commencer l’an prochain.
  • En plus du tunnel, le méga-projet, présenté sous le nom de Réseau express de la capitale (REC), prévoit d’élargir plusieurs autoroutes pour créer 100 km de voies réservées aux autobus, et il inclut la construction du tramway de Québec.

Le tunnel entre Québec et Lévis devrait coûter entre 6 et 7 milliards $.

  • Mais le gouvernement prévoit déjà des «réserves et autres frais» qui pourraient faire grimper son coût total à 9 milliards $.
  • Québec compte demander à Ottawa de financer une partie du budget.

Ce troisième lien de 8,3 km relierait l’autoroute 20 à l’autoroute Laurentienne.

  • Le projet prévoit six voies superposées sur deux étages: trois voies, dont une réservée aux autobus, dans chaque direction; et
  • deux stations souterraines: Colline Parlementaire et Jean-Paul-L’Allier.

Au total, le Réseau express de la capitale devrait coûter directement 11 milliards $: 7 milliards $ pour le tunnel, et 3,3 milliards $ pour le tramway et les voies réservées.

Le gouvernement envisage de permettre aux voitures électriques d’emprunter les voies réservées aux autobus.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus