Transports

Breffage Affaires

L’essentiel sur ce qui reste du 11 septembre 2001 dans les affaires aujourd’hui

Publié le 1er oct. 2021
L’essentiel sur ce qui reste du 11 septembre 2001 dans les affaires aujourd’hui
  • Alors qu’on semble sortir lentement de la pandémie de Covid-19, ces dernières semaines ont marqué le 20e anniversaire d’une autre crise majeure: celle des attentats du 11 septembre 2001.
  • Ces attentats n’ont pas laissé que les images saisissantes des tours jumelles du World Trade Center en train de s’effondrer. En plus des conséquences géopolitiques qu’il a entraînées – dont les guerres en Irak et en Afghanistan, le 11 septembre a laissé des traces durables dans l’économie et les pratiques d’affaires.

Résumé d’une conversation le 28 septembre 2021 lors d’un midi-conférence de l’Association des MBA du Québec avec Martin Massé, MBA, v.-p. affaires publiques et v.-p développement durable d’ADM Aéroport de Montréal, et François Normand, candidat MBA, journaliste économique et financier du journal Les Affaires.

L’héritage du 11 septembre: des conséquences qui perdurent

Sécurité accrue dans des transports aériens

Des mesures de sécurité draconiennes se sont ajoutées dans les aéroports et dans les avions, notamment:

  • la fouille plus complète, qui exige que les voyageurs arrivent à l’aéroport avec beaucoup d’avance sur l’horaire de leur vol; et
  • la porte du cockpit renforcée pour protéger le poste de pilotage.

À cause du temps d’attente, l’espace commercial des aéroports s’est déplacé de la zone «ville», ouverte aux familles qui accompagnaient les voyageurs sur leur départ, à la zone contrôlée, après le point de fouille: cette zone est devenue un centre commercial et un pôle de divertissement.

La protection de données stratégiques a été renforcée

Si la banque d’affaires Morgan Stanley, qui était le plus important locataire du World Trade Center, a pu reprendre ses activités rapidement, c’est parce qu’elle avait conservé une copie de ses données stratégiques hors de l’île de Manhattan.

Après le 11 septembre, la majorité des grandes organisations ont réalisé qu’elles devaient mieux protéger leurs données stratégiques, et se donner les moyens de recommencer à fonctionner même si leur siège social était hors service.

Prise de conscience de l’importance des risques géopolitiques

Avant le 11 septembre, les organisations se préoccupaient surtout de risques économiques, et un peu de risques politiques sur les lois et règlements qui pourraient les affecter. Seule une minorité étudiait les risques géopolitiques.

Cela a changé depuis. Beaucoup d’organisations, à commencer par les investisseurs institutionnels comme la Caisse de dépôt , ont pris conscience qu’elles devaient suivre les tendances politiques globales et leur impact possible sur les marchés où ces organisations sont présentes ou vendent leurs produits.

Amélioration de l’efficacité logistique

Alors que les voyages de passagers en avion sont devenus plus longs à cause des contrôles de sécurité, le transport transfrontalier des marchandises, lui, s’est accéléré.

Les entreprises, les transporteurs et les administrations se sont adaptés aux nouvelles exigences de sécurité. Le prédédouanement a permis de désengorger certains contrôles aux frontières à l’arrivée.

Résultat: à la frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis, le camion d’une entreprise exportatrice passe la frontière plus rapidement aujourd’hui qu’avant le 11 septembre.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Des conséquences attendues qui ne se sont pas réalisées

Moins de voyages? Au contraire

Après le choc du 11 septembre, beaucoup prévoyaient un avenir sombre aux secteurs de l’aviation et du tourisme de longue distance.

Pourtant, dès que les gens ont repris confiance dans la sécurité des transports aériens, ils se sont remis à voyager, comme avant – et même davantage.

Passer de «juste à temps» à «juste au cas où»? Pas vraiment

Dans les mois suivants le 11 septembre, des dirigeants d’organisation juraient qu’ils ne se feraient plus prendre par surprise.

  • Ils voulaient revoir leur chaine d’approvisionnement pour la sécuriser, et prévoyaient d’augmenter leurs stocks pour se prémunir contre des défaillances dans cette chaine.
  • L’idée était de passer du mode «juste à temps» à un mode «juste au cas où».

Ce changement a été de courte durée.

  • La pression concurrentielle a de nouveau poussé les organisations vers une logique d’optimisation dans un mode «juste à temps» – on a pu le constater lorsque la pandémie de Covid-19 a frappé.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Mise en perspective: la pandémie de Covid-19 par rapport au 11 septembre

Un choc plus violent pour l’industrie du transport aérien et celle du tourisme

L’impact de la pandémie sur les activités des transporteurs aériens est beaucoup plus profond. Même si les vols n’ont pas été complètement interrompus ou ont repris assez rapidement, le volume de voyageurs est resté nettement plus bas depuis maintenant un an et demi.

Le Canada n’a pas aidé ces transporteurs autant que d’autres pays l’ont fait.

Après la grande récession de 2008, qui avait elle aussi durement affecté le secteur, la pandémie est un autre choc pour cette industrie, dont tous les joueurs ne se remettront sans doute pas.

Des perspectives de reprise moins claires pour les voyages d’affaires

Il n’y a guère d’inquiétude pour les voyages d’agrément.

  • Les voyageurs devront sans doute s’habituer à de nouvelles exigences sanitaires, comme ils se sont habitués aux nouvelles exigences de sécurité qui ont suivi le 11 septembre.
  • Mais quand la vaccination sera généralisée et que la situation sanitaire des transports inspirera à nouveau confiance, les gens recommenceront à voyager, pour le plaisir et pour voir leur famille éloignée. 

L’avenir des voyages d’affaires est moins clair.

  • Même si beaucoup de prospection et de relation clientèle se fait par visioconférence depuis le début de la pandémie, on peut présumer que l’impératif de rencontrer face à face certains prospects et clients importants l’emportera, à terme, sur les réticences à reprendre l’avion.
  • En revanche, à l’intérieur des grandes organisations, il est très possible que, sur le long terme, elles choisissent de réduire de façon importante les voyages de leurs employés entre leur siège social et leurs établissements géographiquement dispersés.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Bombardier reçoit une première commande d’un demi-milliard $ pour le Challenger 3500

Publié le 1er oct. 2021
Bombardier reçoit une première commande d’un demi-milliard $ pour le Challenger 3500

Le nouvel avion daffaires Challenger 3500 de Bombardier [Source: Bombardier]

  • Deux semaines après le lancement du Challenger 3500 – version améliorée du Challenger 350, un jet d’affaires à 10 passagers –, Bombardier a reçu une première commande: un seul client, que Bombardier n’a pas identifié, en a commandé 20. 
  • La commande serait de 534 millions $ au prix courant affiché, selon Bombardier, qui précise que c’est la plus importante commande pour des avions d’affaires que le constructeur a reçue depuis le début de l’année.

L’inflation au Canada vient de battre un record vieux de 18 ans

Publié le 16 sept. 2021
L’inflation au Canada vient de battre un record vieux de 18 ans

(Source: Pixabay)

  • L’Indice des prix à la consommation, qui mesure l’inflation, a augmenté de 4,1% en août par rapport au même mois l’an dernier. 
  • C’est le rythme d’inflation le plus élevé depuis mars 2003, selon Statistique Canada. L’organisme gouvernemental explique cette hausse par la faiblesse des prix pendant l’été 2020, et par de fortes hausses de prix dans certains secteurs comme les transports et l’immobilier.

Les non-vaccinés ne pourront plus prendre l’avion ni le train

Publié le 18 août 2021
  • D’ici la fin du mois d’octobre, les personnes qui refusent de se faire vacciner contre la Covid-19 se verront refuser l’accès à bord des trains et des avions au Canada. C’est ce que vient d’annoncer Justin Trudeau, lors d’une conférence de presse à Vancouver.  
  • Le premier ministre était critiqué ces derniers jours sur le manque de clarté des mesures fédérales. On lui demandait surtout d’expliquer quelles seraient les conséquences pour les fonctionnaires fédéraux et les voyageurs qui refusent de se faire vacciner. 

«Oubliez les tests rapides», dit désormais Trudeau: 

  • «À moins d’avoir une preuve d’exception médicale», les personnes non-vaccinées ne pourront plus utiliser les transports canadiens. 
  • «Quiconque veut embarquer dans un train ou dans un avion» devra être vacciné adéquatement, affirme Justin Trudeau.

Pourtant, la semaine dernière, en annonçant la mise en place d’un passeport vaccinal pour les voyages internationaux, Ottawa avait indiqué:  

  • que les personnes qui n’ont pas reçu 2 doses de vaccin pourraient elles aussi voyager
  • si elles se soumettaient à un test de dépistage et à une quarantaine obligatoire à leur retour.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les conservateurs s’engagent à financer le troisième lien Québec-Lévis

Publié le 17 août 2021
Les conservateurs s’engagent à financer le troisième lien Québec-Lévis

(Source: Gouvernement du Québec)

  • Le Parti conservateur a promis hier qu’un gouvernement dirigé par Erin O’Toole assumerait 40% de la facture totale – qui pourrait atteindre 10 milliards $ – pour construire le tunnel entre Québec et Lévis. C’est exactement la part que le gouvernement Legault demande à Ottawa de financer.
  • Les conservateurs ont reproché au chef bloquiste Yves-François Blanchet son refus de prendre position lundi sur le projet de tunnel. De son côté, le gouvernement Trudeau dit qu’il refuse de financer des projets autoroutiers. 

Les 7 candidats conservateurs de la région de Québec ont appuyé hier le projet de tunnel du gouvernement Legault.

  • Ils pensent que le tunnel autoroutier de 8,3 km n’engendrera pas davantage de pollution.

Le Bloc ne prend pas «ses responsabilités», croit le PCC: 

  • Pierre Paul-Hus, député conservateur sortant de Québec, a reproché au chef du Bloc québécois son refus de prendre parti sur le projet. 
  • Yves-François Blanchet estimait lundi que le gouvernement fédéral n’a pas à «avoir d’opinion» sur les projets du gouvernement québécois.   
  • Le Bloc a assuré qu’il soutiendrait la demande d’aide financière du gouvernement Legault, sans intervenir ni juger «les choix» de Québec en matière d’infrastructure. 

Les libéraux étudieront le projet:

  • Le gouvernement Trudeau a déjà prévenu Québec que «la réussite du test des évaluations environnementales sera essentielle».
  • Les libéraux refusent de financer des projets d’autoroutes.
  • Si le projet réussit les tests environnementaux, les libéraux n’accorderaient leur soutien qu’à la partie du projet qui concerne le transport en commun. 

Le NPD et le Parti vert sont fermement opposés au projet de tunnel autoroutier, et à son financement par le gouvernement fédéral.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Montréal veut investir près d’un milliard $ pour électrifier les transports

Publié le 16 août 2021
Montréal veut investir près d’un milliard $ pour électrifier les transports

Un autobus électrique de la Société de transport de Montréal (Source: STM)

  • La Ville de Montréal a présenté un plan de 885 millions $, s’étalant de 2021 à 2023, pour accélérer l’électrification des transports. 
  • La métropole mise sur l’électricité pour décarboniser les transports collectifs, les transports individuels et le transport de marchandises.

La Ville prévoit, grâce à cet investissement:

  • électrifier sa flotte d’autobus;
  • remplacer ses véhicules municipaux sous-compacts en fin de vie par des modèles électriques;
  • investir dans le prolongement vers l’est de la ligne bleue du métro;
  • ajouter 200 vélos Bixi électriques aux 1900 dont elle dispose actuellement;
  • implanter des mesures incitatives pour accélérer l’électrification de l’industrie du taxi;
  • ajouter au moins 1000 bornes de recharge publiques pour véhicule électrique d’ici 2025, alors que 1000 sont déjà répertoriées sur son territoire; et
  • favoriser l’installation de bornes de recharge en milieu de travail et à proximité des immeubles multirésidentiels.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Après le refus de GNL, Legault veut d’autres projets pour le Port de Saguenay

Publié le 12 août 2021
Après le refus de GNL, Legault veut d’autres projets pour le Port de Saguenay

(Source: Émilie Nadeau / Twitter)

  • François Legault a annoncé hier la construction d’un convoyeur électrique qui permettra de transporter des marchandises du quai aux entrepôts dans le Port de Saguenay. Québec et Ottawa investissent chacun 33 millions $ dans ce projet.  
  • Le premier ministre en a profité pour lancer un appel aux entreprises qui souhaiteraient se lancer au Saguenay. Legault a souligné que son gouvernement protégera l’environnement, mais pas «aux dépens» de l’emploi. 

Le premier ministre était au Saguenay pour la 1re fois depuis le refus du projet de GNL Québec le mois dernier. 

Le futur convoyeur électrique permettra

  • de transporter sans camion des marchandises entre le quai et les espaces industriels du port; 
  • d’améliorer le rendement des installations portuaires; et 
  • de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Legault défend les projets au Saguenay

  • Le premier ministre a assuré hier aux entreprises et aux entrepreneurs qu’aucun autre gouvernement ne leur offrirait plus «d’incitatifs» et ne les aiderait davantage à réaliser leurs projets. 
  • François Legault a dit qu’il faut dans les prochaines années «donner un coup de barre pour créer des emplois de qualité», en défendant les projets miniers et industriels en cours de développement dans la région. 
  • Selon lui, la protection de l’environnement ne doit pas empêcher de créer des emplois. 

Les projets industriels et le développement des activités portuaires prévus devraient augmenter le trafic maritime commercial dans la rivière Saguenay. 

  • Or, selon le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), «tout accroissement du trafic maritime» irait à l’encontre des efforts effectués pour protéger les bélugas.
  • Selon Parcs Canada, l’accroissement du trafic dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent pourrait même «compromettre la capacité du parc à respecter son mandat».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Pour que le Canada soit carboneutre en 2050, 70% des voitures vendues en 2030 devront être à zéro émission

Publié le 20 juil 2021
Pour que le Canada soit carboneutre en 2050, 70% des voitures vendues en 2030 devront être à zéro émission

(Source: Pixabay)

  • Le Canada s’est fixé l’objectif d’être carboneutre en 2050. 
  • Pour que cet objectif se réalise, l’Institut CD Howe calcule qu’au moins 70% des voitures qui seront vendues à partir de 2030 devraient être des véhicules à zéro émission, par exemple des véhicules électriques. 

Autre condition que mentionne le rapport publié par l’institut torontois: en 2030, les véhicules électriques devraient déjà représenter 30% du parc automobile canadien. 

Or, en 2020, les véhicules à zéro émission n’ont représenté que 3,5% des ventes totales de véhicules au pays, selon le rapport.

L’objectif du gouvernement Trudeau:

  • réduire les gaz à effet de serre provenant des transports de 35 mégatonnes (MT), pour les faire passer de 186 MT en 2018 à 151 MT d’ici 2030. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les Américains entièrement vaccinés pourront entrer au Canada le 9 août

Publié le 19 juil 2021
Les Américains entièrement vaccinés pourront entrer au Canada le 9 août

[Source: Unsplash]

  • À compter du 9 août, les citoyens américains et les résidents permanents des États-Unis pourront à nouveau entrer au Canada à condition qu’ils aient reçu 2 doses d’un vaccin approuvé par le gouvernement canadien – soit ceux Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca/Covishield, et Janssen de Johnson & Johnson.
  • Cette réouverture partielle est une étape qui doit mener à la réouverture totale de la frontière aux étrangers entièrement vaccinés, le 7 septembre prochain. 

Le gouvernement Trudeau a annoncé lundi une série d’autres allègements qui entreront en vigueur le 9 août pour tous les voyageurs par avion. 

La quarantaine de 3 jours ne sera plus obligatoire pour les voyageurs qui répondent à tous les critères suivants: 

  • avoir reçu leurs 2 doses au moins 14 jours avant d’entrer au pays;
  • fournir une preuve de vaccination à la frontière avec l’application ArriveCan;
  • fournir un test de dépistage moléculaire négatif effectué avant l’arrivée au Canada; et
  • ne pas présenter de symptômes de la Covid-19 à leur arrivée.

Le test de dépistage à l’arrivée ne sera plus obligatoire pour les voyageurs entièrement vaccinés.

  • Toutefois, des tests de dépistage moléculaire de la Covid-19 seront effectués de façon aléatoire.

5 aéroports pourront recommencer à recevoir des vols internationaux: ceux de Québec, Ottawa, Winnipeg, Halifax et Edmonton.

  • Ils s’ajouteront aux aéroports de Montréal, Toronto, Vancouver et Calgary qui sont les seuls actuellement ouverts aux vols internationaux.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Ottawa propose un plan pour le port de Cap-aux-Meules

Publié le 14 juil 2021
  • Justin Trudeau a dévoilé hier un plan d’action – très attendu par les Madelinots – pour remettre en état le principal port de pêche des îles de la Madeleine. 
  • Des problèmes de structures limitent son utilisation depuis plusieurs mois: 11 des 24 bornes d’amarrage sont condamnées, et la circulation de véhicules lourds et de grues de chargement est interdite. Le gouvernement fédéral a également confirmé qu’il resterait propriétaire du port: il ne le cédera pas dans le cadre de son programme de transfert des installations portuaires.

Nouvelle hausse des prix à la SAQ

Publié le 13 juil 2021
Nouvelle hausse des prix à la SAQ

(Source: Unsplash)

  • À compter du 18 juillet, la Société des alcools du Québec (SAQ) augmentera de 0,7% en moyenne le prix de plus de 2000 vins ou spiritueux vendus sur ses tablettes, tandis que 250 produits seront vendus moins cher. 
  • La SAQ avait déjà augmenté en mai le prix de la plupart de ses produits. Elle les augmente à nouveau deux mois plus tard, ce qui n’est pas habituel, en raison de la hausse du coût de transport maritime de marchandises.

Porter achète ses premiers avions à réaction

Publié le 12 juil 2021
Porter achète ses premiers avions à réaction

Dessin d’un nouveau jet Embraer de Porter (Source: Porter)

  • Le transporteur régional Porter dépensera près de 6 milliards $ pour acheter jusqu’à 80 jets Embraer pouvant transporter 146 passagers.
  • Porter, dont la flotte actuelle est constituée d’avions à turbopropulseurs (moteurs à hélices), prévoit d’étendre son rayon d’action nord-américain pour offrir de nouvelles liaisons entre plusieurs grandes villes canadiennes et les États-Unis, les Caraïbes et le Mexique. 

Porter continuera à assurer ses vols régionaux à l’intérieur du Canada avec des avions à turbopropulseurs. 

Les nouveaux avions à réaction serviront pour les vols vers l’étranger, notamment à partir de Montréal.

À Toronto, Porter devra commencer à utiliser les pistes de l’aéroport Pearson, parce que les avions à réaction ne peuvent pas décoller ni atterrir à l’aéroport Billy Bishop, près du centre-ville de Toronto, parce que sa piste est trop courte.

Porter croit que l’ajout de 80 jets Embraer lui permettra de créer jusqu’à 6 000 nouveaux emplois.

  • Mais, en élargissant ses activités aux vols vers l’étranger, la société devra affronter la concurrence directe de transporteurs aériens déjà bien établis comme Air Canada, WestJet et Air Transat.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus