Transports

Pour que le Canada soit carboneutre en 2050, 70% des voitures vendues en 2030 devront être à zéro émission

Publié le 20 juil 2021
Pour que le Canada soit carboneutre en 2050, 70% des voitures vendues en 2030 devront être à zéro émission

(Source: Pixabay)

  • Le Canada s’est fixé l’objectif d’être carboneutre en 2050. 
  • Pour que cet objectif se réalise, l’Institut CD Howe calcule qu’au moins 70% des voitures qui seront vendues à partir de 2030 devraient être des véhicules à zéro émission, par exemple des véhicules électriques. 

Autre condition que mentionne le rapport publié par l’institut torontois: en 2030, les véhicules électriques devraient déjà représenter 30% du parc automobile canadien. 

Or, en 2020, les véhicules à zéro émission n’ont représenté que 3,5% des ventes totales de véhicules au pays, selon le rapport.

L’objectif du gouvernement Trudeau:

  • réduire les gaz à effet de serre provenant des transports de 35 mégatonnes (MT), pour les faire passer de 186 MT en 2018 à 151 MT d’ici 2030. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les Américains entièrement vaccinés pourront entrer au Canada le 9 août

Publié le 19 juil 2021
Les Américains entièrement vaccinés pourront entrer au Canada le 9 août

[Source: Unsplash]

  • À compter du 9 août, les citoyens américains et les résidents permanents des États-Unis pourront à nouveau entrer au Canada à condition qu’ils aient reçu 2 doses d’un vaccin approuvé par le gouvernement canadien – soit ceux Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca/Covishield, et Janssen de Johnson & Johnson.
  • Cette réouverture partielle est une étape qui doit mener à la réouverture totale de la frontière aux étrangers entièrement vaccinés, le 7 septembre prochain. 

Le gouvernement Trudeau a annoncé lundi une série d’autres allègements qui entreront en vigueur le 9 août pour tous les voyageurs par avion. 

La quarantaine de 3 jours ne sera plus obligatoire pour les voyageurs qui répondent à tous les critères suivants: 

  • avoir reçu leurs 2 doses au moins 14 jours avant d’entrer au pays;
  • fournir une preuve de vaccination à la frontière avec l’application ArriveCan;
  • fournir un test de dépistage moléculaire négatif effectué avant l’arrivée au Canada; et
  • ne pas présenter de symptômes de la Covid-19 à leur arrivée.

Le test de dépistage à l’arrivée ne sera plus obligatoire pour les voyageurs entièrement vaccinés.

  • Toutefois, des tests de dépistage moléculaire de la Covid-19 seront effectués de façon aléatoire.

5 aéroports pourront recommencer à recevoir des vols internationaux: ceux de Québec, Ottawa, Winnipeg, Halifax et Edmonton.

  • Ils s’ajouteront aux aéroports de Montréal, Toronto, Vancouver et Calgary qui sont les seuls actuellement ouverts aux vols internationaux.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Ottawa propose un plan pour le port de Cap-aux-Meules

Publié le 14 juil 2021
  • Justin Trudeau a dévoilé hier un plan d’action – très attendu par les Madelinots – pour remettre en état le principal port de pêche des îles de la Madeleine. 
  • Des problèmes de structures limitent son utilisation depuis plusieurs mois: 11 des 24 bornes d’amarrage sont condamnées, et la circulation de véhicules lourds et de grues de chargement est interdite. Le gouvernement fédéral a également confirmé qu’il resterait propriétaire du port: il ne le cédera pas dans le cadre de son programme de transfert des installations portuaires.

Nouvelle hausse des prix à la SAQ

Publié le 13 juil 2021
Nouvelle hausse des prix à la SAQ

(Source: Unsplash)

  • À compter du 18 juillet, la Société des alcools du Québec (SAQ) augmentera de 0,7% en moyenne le prix de plus de 2000 vins ou spiritueux vendus sur ses tablettes, tandis que 250 produits seront vendus moins cher. 
  • La SAQ avait déjà augmenté en mai le prix de la plupart de ses produits. Elle les augmente à nouveau deux mois plus tard, ce qui n’est pas habituel, en raison de la hausse du coût de transport maritime de marchandises.

Porter achète ses premiers avions à réaction

Publié le 12 juil 2021
Porter achète ses premiers avions à réaction

Dessin d’un nouveau jet Embraer de Porter (Source: Porter)

  • Le transporteur régional Porter dépensera près de 6 milliards $ pour acheter jusqu’à 80 jets Embraer pouvant transporter 146 passagers.
  • Porter, dont la flotte actuelle est constituée d’avions à turbopropulseurs (moteurs à hélices), prévoit d’étendre son rayon d’action nord-américain pour offrir de nouvelles liaisons entre plusieurs grandes villes canadiennes et les États-Unis, les Caraïbes et le Mexique. 

Porter continuera à assurer ses vols régionaux à l’intérieur du Canada avec des avions à turbopropulseurs. 

Les nouveaux avions à réaction serviront pour les vols vers l’étranger, notamment à partir de Montréal.

À Toronto, Porter devra commencer à utiliser les pistes de l’aéroport Pearson, parce que les avions à réaction ne peuvent pas décoller ni atterrir à l’aéroport Billy Bishop, près du centre-ville de Toronto, parce que sa piste est trop courte.

Porter croit que l’ajout de 80 jets Embraer lui permettra de créer jusqu’à 6 000 nouveaux emplois.

  • Mais, en élargissant ses activités aux vols vers l’étranger, la société devra affronter la concurrence directe de transporteurs aériens déjà bien établis comme Air Canada, WestJet et Air Transat.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Les anciens contrats de Bombardier: un boulet pour Alstom?

Publié le 7 juil 2021
Les anciens contrats de Bombardier: un boulet pour Alstom?

(Source: Alstom)

  • En janvier, Bombardier avait cédé sa division ferroviaire à la multinationale française Alstom, qui s’était engagée à reprendre et honorer les contrats de livraison déjà entamés avant la transaction. 
  • Or, certains de ces contrats sont «compliqués à honorer et/ou déficitaires». C’est du moins ce qu’affirme dans un communiqué le PDG d’Alstom. Il dit qu’Alstom devra piger dans son flux de trésorerie pour pouvoir honorer à temps – d’ici 3 ans – les anciens contrats de Bombardier.

Train à grande fréquence: Ottawa s’engage à relier Québec et Toronto d’ici 2030

Publié le 6 juil 2021
Train à grande fréquence: Ottawa s’engage à relier Québec et Toronto d’ici 2030

[Source: Twitter]

  • Le gouvernement fédéral investira jusqu’à 12 milliards $ pour enfin doter le Canada de son premier train à grande fréquence (TGF). Il reliera Montréal, Québec et Toronto. 
  • Grâce à une voie ferrée dédiée, les passagers n’auront plus à céder le passage aux wagons de marchandises. Ottawa prévoit que 90% de ce nouveau service ferroviaire sera électrique.

Via Rail croit que le projet de TGF permettra à ses trains d’arriver à l’heure.

  • Actuellement, les trains de marchandises ont la priorité sur les trains qui transportent des passagers.
  • À cause de cette priorité, seulement 67% des trains arrivent à l’heure prévue. 

À 200 km/h, le TGF fera gagner du temps sur ces trajets:

  • Montréal-Québec se ferait en 2h55 ou 3h – au lieu de 3h24 aujourd’hui; et
  • Montréal-Toronto en 4h – au lieu de 5h.

Laval, Trois-Rivières et l’aéroport de Québec doivent être desservis.

  • Un embranchement permettrait également de se rendre à Ottawa.
  • Mais des trains directs relieront Montréal et Toronto sans passer par la capitale.

Avant de lancer un appel d’offres cet automne, Ottawa doit encore:

  • consulter la trentaine de communautés autochtones qui vivent près des futures voies ferrées; et
  • négocier avec les compagnies de chemin de fer privées.

Dans son budget de cette année, le gouvernement Trudeau a accordé environ 500 millions $ sur 6 ans à Via Rail pour ce projet.

  • Mais cette première enveloppe permettrait seulement d’améliorer la fluidité à certains endroits du réseau.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

1200 autobus scolaires électriques vendus au Québec, à condition que le gouvernement change ses règles

Publié le 4 juil 2021
1200 autobus scolaires électriques vendus au Québec, à condition que le gouvernement change ses règles

Autobus scolaires Vision et TX4 de Blue Bird distribués par Girardin (Source: Girardin)

  • Girardin, un fabricant et distributeur d’autobus de Drummondville qui appartient entièrement à des actionnaires québécois, a signé des ententes avec 99 transporteurs scolaires pour leur vendre un total de 1200 autobus électriques.
  • Mais ces ventes ne pourront être conclues que si le gouvernement modifie sa politique de subventions: parce que les autobus ne sont pas assemblés au Québec, Girardin ne pourra pas en vendre plus de 200 par année.

Quel est le programme de subvention en vigueur?

«Sans cette subvention, les transporteurs n’auraient pas les moyens d’acheter des autobus électriques», dit à InfoBref Michel Daneault, vice-président, ventes et service de Girardin.

Pourquoi Girardin ne peut pas en profiter:

  • Actuellement, le programme d’aide à l’électrification est réservé aux autobus électriques assemblés au Québec.
  • Girardin assemble bien des véhicules scolaires électriques, dans une usine à Drummondville. 
  • Mais ce sont des minibus – pas les grands autobus qui assurent la majorité du transport scolaire. Les grands autobus que Girardin vend sont assemblés par Blue Bird, un fabricant américain.
  • Parce que Girardin fabrique des autobus électriques au Québec et en exporte, le gouvernement lui permet quand même de bénéficier de la subvention sur des grands autobus qu’elle distribue, mais seulement jusqu’à un total de 200 véhicules par an, pendant un maximum de 3 ans.
  • 200 x 3 = 600 véhicules. Ce serait donc seulement la moitié des 1200 grands autobus électriques pour lesquels Girardin dit avoir déjà signé des ententes de vente.

Ce que Girardin demande:

  • La limite annuelle maximale de 200 véhicules admissibles à la subvention est «inacceptable et insuffisante pour répondre à la demande du marché», dit Michel Daneault en entrevue à InfoBref.
  • Il explique que, selon les règles actuelles du programme, le seul fabricant qui se qualifierait entièrement serait Lion Électrique, de Saint-Jérôme.
  • «On juge qu’il y a du favoritisme, poursuit Michel Daneault. On souhaite que le gouvernement rétablisse le libre-marché, et que les transporteurs scolaires puissent choisir le fournisseur de leur choix.»

Girardin évalue à 3000 le nombre d’autobus scolaires électriques que l’entreprise pourrait vendre à des transporteurs scolaires québécois si les conditions actuelles du programme gouvernemental étaient modifiées.

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Au Québec, une Tesla Model 3 doit rouler 13 500 kilomètres avant de devenir moins polluante qu’une Toyota Corolla

Publié le 29 juin 2021
Au Québec, une Tesla Model 3 doit rouler 13 500 kilomètres avant de devenir moins polluante qu’une Toyota Corolla

La Tesla Model 3 (Source: Tesla)

  • C’est ce qui ressort d’une analyse de l’agence de presse Reuters. L’analyse tient compte de plusieurs facteurs pour mesurer l’impact environnemental de la Model 3, y compris le transport pour produire et acheminer les matériaux de construction, et la source d’énergie électrique utilisée pour recharger le moteur. 
  • La distance de 13 500 kilomètres est calculée en fonction d’une énergie entièrement produite par hydro-électricité, comme c’est pratiquement le cas au Québec. 

Aux États-Unis, où le charbon et d’autres combustibles servent à produire de l’électricité, une Tesla Model 3 doit parcourir au moins 22 000 kilomètres pour être, globalement, moins nocive pour l’environnement qu’une Toyota Corolla.

Dans une région où l’électricité est uniquement produite à partir de charbon, elle devrait plutôt parcourir 125 000 kilomètres pour ne pas polluer davantage qu’une Corolla. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Ottawa dit non au projet de terminal de conteneurs Laurentia

Publié le 29 juin 2021
Ottawa dit non au projet de terminal de conteneurs Laurentia

Le projet de terminal de conteneurs Laurentia (Source: Laurentia)

  • Le gouvernement Trudeau a rejeté hier le projet d’agrandissement du port de Québec. L’Administration portuaire de la ville pourra toutefois soumettre de nouvelles propositions.
  • «Au 21e siècle, le développement économique doit se faire dans le respect de l’environnement», a affirmé le député de Québec et président du Conseil du Trésor Jean-Yves Duclos, en annonçant la décision fédérale.   

Le projet d’agrandissement du port de Québec avait échoué, il y a trois semaines, le test de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC).

  • Dans son rapport final, l’AEIC affirme que le projet aurait des effets négatifs importants sur la santé humaine et l’écosystème de la baie de Beauport.

Le terminal Laurentia devait permettre au port de Québec d’accueillir d’immenses navires, de 15 000 conteneurs, et au total jusqu’à 700 000 conteneurs par an.

  • Estimé à 775 millions $, le projet prévoyait surtout d’ajouter une ligne de quai de 610 mètres en eau profonde.

Au Québec, la ministre de la Sécurité publique et responsable de la Capitale-Nationale Geneviève Guilbault s’est dite déçue de la décision du gouvernement fédéral d’abandonner le projet Laurentia. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Sunwing obtient un prêt de 100 millions $ pour rembourser ses clients

Publié le 25 juin 2021
Sunwing obtient un prêt de 100 millions $ pour rembourser ses clients

[Source: Sunwing]

  • Le gouvernement fédéral prêtera à Sunwing Airlines et à Vacances Sunwing jusqu’à 100 millions $ pour rembourser les clients dont les voyages ont été annulés pendant la pandémie.
  • Ce prêt permettra au transporteur de Toronto de rembourser les billets d’avion, les hôtels et les forfaits qui avaient été prévus à partir du 1er février 2020. 

Ottawa avait déjà octroyé plus tôt cette année un autre prêt de 348 millions $ à Sunwing, pour protéger les emplois du transporteur. 

Air Canada et Transat ont aussi reçu de l’aide financière d’Ottawa depuis le début de la pandémie.

Les clients de Sunwing ont jusqu’au 27 août pour demander leur remboursement.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les Canadiens préfèrent les véhicules utilitaires sport, et c’est un problème pour l’environnement

Publié le 20 juin 2021
Les Canadiens préfèrent les véhicules utilitaires sport, et c’est un problème pour l’environnement

(Source: Pixabay)

  • Les véhicules utilitaires sport (VUS) sont le type de véhicule le plus apprécié des Canadiens, selon une étude du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (Cirano): ils donnent aux VUS une note d’appréciation globale de 71/100, contre 66/100 aux berlines, 49/100 aux camionnettes et 39/100 aux fourgonnettes.
  • Équiterre, l’organisation environnementale qui a commandé l’étude, demande au gouvernement fédéral de mieux réglementer les publicités automobiles – susceptibles d’influencer les goûts des consommateurs – pour qu’elles soient plus cohérentes avec les engagements climatiques du pays. 

Les consommateurs sont induits en erreur par les tactiques de marketing des constructeurs, soutient Équiterre. 

Le sondage, mené en novembre 2020 et dévoilé récemment, montre en effet que la publicité a réussi à associer les VUS aux notions de liberté et de plein air, et au concept de famille.

Près de 80% des véhicules vendus au Canada sont des VUS, des camionnettes et des fourgonnettes.

  • Les femmes et les 25-34 ans sont les principaux groupes démographiques qui ont la plus forte intention d’acheter des VUS.

Selon Équiterre, l’augmentation du nombre de VUS serait une cause importante de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre au Canada.

Pour limiter la pollution causée par l’augmentation des ventes de VUS, l’organisme propose:

  • d’instaurer de nouvelles taxes fédérales sur la vente de nouveaux VUS et camionnettes; 
  • de renforcer les normes d’émissions de GES et d’autres polluants des véhicules;
  • d’instituer une norme VZE (véhicule zéro émission) fédérale stricte; et
  • d’offrir d’autres incitatifs financiers pour les acheteurs de véhicules électriques.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus