Parti libéral du Canada

Investir 100 milliards $ dans la relance de l’économie canadienne, est-ce vraiment nécessaire?

Publié le 14 avr. 2021
Investir 100 milliards $ dans la relance de l’économie canadienne, est-ce vraiment nécessaire?

Justin Trudeau (Source: PLC)

  • La vive reprise économique depuis l’automne a permis au Canada de revenir à 80% du niveau d’emploi et à plus de 95% du niveau d’activité économique d’avant la pandémie. Dans ces circonstances, il peut apparaître moins indispensable d’adopter un ambitieux plan de relance pour l’ensemble du pays.
  • Moins d’une semaine avant la publication par le gouvernement Trudeau de son budget pour l’exercice 2021-2022, des économistes se demandent s’il ne serait pas plus sage de réduire les dépenses – et surtout, l’endettement – du gouvernement fédéral.

L’économie canadienne n’est pas si mal en point, avancent des observateurs.

  • L’aide d’urgence fédérale dès les premières semaines de la pandémie a bien soutenu l’économie nationale. Faut-il s’endetter encore plus maintenant que la crise semble s’estomper?
  • Les effets du méga-plan de relance des États-Unis pourraient suffire à pousser le PIB canadien au-delà de son niveau d’avant la pandémie.

Le Canada peut s’endetter à faible coût présentement. Alors que des rumeurs d’élections hâtives s’intensifient, les libéraux pourraient voir un avantage électoral à adopter un budget très généreux.

  • «Évitons de trop stimuler l’économie», a averti plus tôt cette semaine le PDG de la Banque Royale David McKay, à l’occasion d’une table ronde avec les médias. «Voyons comment l’économie se remet de la crise, puis réagissons rapidement si les choses ne se produisent pas comme prévu.»
  • Le patron de la RBC croit que les taux d’intérêt historiquement bas et l’épargne record accumulée par les Canadiens depuis un an suffiront à ranimer l’économie, sans qu’Ottawa ait besoin d’endetter davantage le pays.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Il n’y aura pas de rapport d’impôt unique géré par le Québec

Publié le 14 avr. 2021
  • Le député du Bloc québécois Gabriel Ste-Marie a tenté hier de refaire passer le projet de loi C-224 qui devait mener à des discussions entre Ottawa et Québec sur l’instauration d’un rapport d’impôt unique géré par la province. Le Parti conservateur a appuyé le Bloc, mais le Parti libéral et le NPD ont voté contre, mettant ainsi fin au projet. 
  • Le rapport d’impôt unique était une demande récurrente du gouvernement Legault. L’Assemblée nationale s’était prononcée unanimement en faveur du projet en 2018. 

Jagmeet Singh accuse les libéraux d’avoir fait le strict minimum pendant la pandémie

Publié le 11 avr. 2021
Jagmeet Singh accuse les libéraux d’avoir fait le strict minimum pendant la pandémie

Le chef du NPD Jagmeet Singh (Source: NPD)

  • Le chef du NPD Jagmeet Singh a vivement critiqué la gestion du gouvernement Trudeau. Selon lui, Ottawa n’a pas fait grand-chose pour empêcher les pertes d’emplois et les fermetures d’entreprises. Justin Trudeau aurait même contribué à la détérioration des conditions dans les résidences pour aînés, dit-il, en refusant aux provinces une augmentation des transferts en santé.
  • Le chef du NPD s’exprimait hier en clôture du congrès du parti, au cours duquel une dizaine de résolutions ont été adoptées. Le parti souhaite notamment augmenter le salaire minimum à 20 $ de l’heure, améliorer les soins de longue durée, et instaurer des congés maladie payés pour tous les travailleurs.

Les libéraux veulent une relance verte et des normes nationales pour les aînés

Publié le 11 avr. 2021
Les libéraux veulent une relance verte et des normes nationales pour les aînés

La ministre des Langues officielles Mélanie Joly (Source: Wikimedia)

  • Le congrès du Parti libéral du Canada a adopté plusieurs résolutions, non contraignantes pour le gouvernement, en faveur d’une relance verte de l’économie. Toutefois, les délégués ont refusé de mettre fin aux aides publiques pour les énergies fossiles et l’énergie nucléaire.
  • Les libéraux ont largement appuyé le projet – rejeté par Québec – de créer des normes nationales pour les centres de soins de longue durée. Selon la ministre Mélanie Joly, coprésidente de la prochaine campagne libérale, ces normes nationales annoncées dans le discours du Trône pourraient devenir une promesse électorale.

Un réseau national de garderies au cœur de la relance économique du gouvernement libéral?

Publié le 9 avr. 2021
Un réseau national de garderies au cœur de la relance économique du gouvernement libéral?

La ministre des Finances Chrystia Freeland (Source: YouTube)

  • À dix jours de la publication de son premier budget à titre de ministre des Finances, Chrystia Freeland a déclaré hier, à l’occasion du congrès du Parti libéral, que le Canada devait aller de l’avant «maintenant» avec l’instauration d’un réseau national de garderies.
  • Dans son entretien avec Ken Dryden, qui pilotait le dossier des garderies pour les libéraux en 2004 avant que les conservateurs ne prennent le pouvoir, Freeland n’a que très peu parlé des autres thèmes qui pourraient définir le prochain budget fédéral – comme la relance post-Covid ou la lutte climatique.

Le budget fédéral pourrait contenir jusqu’à 100 milliards $ en mesures visant à relancer l’économie canadienne une fois passée la crise de la Covid-19. Il sera présenté par la ministre des Finances le 19 avril prochain.

  • Ses principales mesures pourraient cibler directement les enfants, si on se fie aux propos de Chrystia Freeland.
  • Selon elle, «la Covid a créé une occasion politique unique pour rappeler l’importance des soins et de l’éducation des enfants en bas âge.»

Les libéraux semblent se préparer pour une élection hâtive durant ce congrès de trois jours amorcé hier.

  • Les sujets abordés aujourd’hui et demain touchent à peu près tous au financement, au recrutement et à l’organisation d’une campagne électorale.
  • Pourtant, Justin Trudeau continue de répéter qu’il ne compte pas déclencher d’élections avant la fin de la pandémie.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Analyse POLITIQUE

Pourquoi il y aura des élections fédérales cette année

Publié le 2 janv. 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Pourquoi il y aura des élections fédérales cette année
  • La pandémie de la Covid-19 a pesé lourd sur les dirigeants politiques. Pour Justin Trudeau, ce fut le moment d’une épiphanie où il s’est révélé un politicien transformé.
  • Le pire de la crise sanitaire étant passé, il a aujourd’hui les cartes en main pour espérer obtenir un mandat majoritaire lors d’élections qu’il souhaite tenir le plus tôt possible.

Justin Trudeau a changé.

Durant ces difficiles mois passés à gérer la crise de la pandémie, on a vu un personnage différent émerger.

Le jeune premier ministre qui depuis 2015 collectionnait erreurs et maladresses est apparu peu à peu transformé, plus sûr de lui, plus conscient de ses responsabilités. Plus stratège aussi.

Les Canadiens ont découvert ce nouveau personnage lors de ses points de presse quotidiens sur la pandémie.

  • Devant la gravité de la situation, il manifestait la compréhension attendue et posait les gestes de soutien souhaités.
  • Il incarnait l’État qui sous sa gouverne allait jouer son rôle de protecteur des victimes de la pandémie.

L’automne dernier, ses adversaires politiques ont eu la surprise de voir que le Justin Trudeau vulnérable et toujours sur la défensive depuis l’élection d’octobre 2019… n’existait plus.

Maintenant, c’est lui qui les défiait.

Minoritaire, son gouvernement allait désormais gouverner comme s’il était majoritaire. Finie, la recherche de compromis avec l’opposition: il la laissait sans autre choix que de le défaire.

Ce renversement des rôles créait une nouvelle dynamique.

L’opposition ne pouvant plus le menacer, son gouvernement put se consacrer à préparer la sortie de crise.

Aujourd’hui, il a en main les meilleures cartes du jeu électoral.

  • La campagne de vaccination contre la Covid-19 qui, selon l’opposition, allait être un échec, est en marche. Le Canada est en avance sur la plupart des pays.
  • Un programme de relance économique d’une ampleur inégalée est à venir. De 70 à 100 milliards $ viendront s’ajouter aux quelque 400 milliards qui ont été consacrés aux mesures de soutien financier depuis le début de la pandémie.
  • Un plan environnemental de réduction des GES annoncé début décembre lui permet de se prétendre le leader de la lutte aux changements climatiques.

> Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

Les astres ne peuvent lui être plus favorables.

Les Canadiens ont très largement appuyé sa gestion de la crise.

Ses adversaires le reconnaissent d’ailleurs implicitement: ils sont incapables de dire ce qu’ils auraient fait différemment.

Partisans d’une fiscalité responsable, les conservateurs sont obligés d’avaler cette couleuvre que représente le déficit de près des 400 milliards $ pour l’année en cours. Leur nouveau chef, Erin O’Toole, est pour sa part toujours en manque de notoriété.

Un mandat majoritaire est aujourd’hui à portée de main pour le gouvernement de Justin Trudeau.

Le scénario qui le conduira à l’élection qu’il souhaite est le même que d’autres premiers ministres minoritaires ont suivi par le passé.

Le budget que présentera ce printemps la ministre des Finances, Chrystia Freeland, contiendra une pilule empoisonnée qui mettra les partis d’opposition devant un choix cornélien:

  • soit ils avalent cette pilule et se lient dès lors aux politiques libérales;
  • soit ils font tomber le gouvernement.

Celui-ci n’aura alors duré que 18 mois. Dix-huit mois, c’est le temps que durent les gouvernements minoritaires au Canada.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

À Ottawa, l’opposition demande au gouvernement Trudeau de bonifier les transferts en santé aux provinces avant la fin de l’année

Publié le 2 déc 2020
  • Les partis d’opposition ont adopté une motion non contraignante du Bloc Québécois à 176 voix contre 148, grâce à l’appui des députés du NPD et du Parti conservateur.
  • En premier lieu, la motion vise à reconnaître le dévouement des travailleurs de la santé, mais le texte demande également au gouvernement de bonifier «de façon significative et durable» les Transferts canadiens en santé, comme le souhaitent les provinces.

À Ottawa, les députés demandent au gouvernement d’être plus ferme face à la Chine

Publié le 18 nov. 2020
  • La Chambre des communes a adopté une motion des conservateurs qui demande au gouvernement Trudeau de déposer d’ici 30 jours un plan de lutte contre l’ingérence de la Chine au Canada.
  • La motion impose au gouvernement de décider, dans le même délai , si la société chinoise Huawei aura le droit de fournir ses équipements pour les réseaux sans fil 5G au Canada.

Mise à jour budgétaire: les mesures de relance du gouvernement ne répondent pas aux besoins créés par la crise sanitaire, disent les libéraux

Publié le 12 nov. 2020
Mise à jour budgétaire: les mesures de relance du gouvernement ne répondent pas aux besoins créés par la crise sanitaire, disent les libéraux

La cheffe du Parti libéral du Québec Dominique Anglade (Twitter)

  • Le Parti libéral du Québec critique un «bilan comptable jovialiste» qui ne répond pas aux besoins urgents.
  • Pour le porte-parole libéral et économiste Carlos Leitão, la récession est encore là, et les prévisions de croissance du gouvernement sont très optimistes.

Selon l’opposition libérale, les investissements annoncés hier par Éric Girard ne sont pas suffisants et ils sont mal ciblés.

Les mesures annoncées n’aideraient pas suffisamment les Québécois et les entrepreneurs.

  • «Le gouvernement propose une série de demi-mesures et souhaite bonne chance aux entrepreneurs», ironise le porte-parole André Fortin.
  • La cheffe du parti Dominique Anglade regrette que les aides proposées n’aillent pas directement aux entreprises qui ont des besoins importants aujourd’hui: «pour que les entreprises survivent à la crise, il faut investir tout de suite».

Il serait trop tôt pour parler d’équilibre budgétaire.

  • Carlos Leitão entrevoit encore un ralentissement de l’économie au 4e trimestre. Il note qu’on ignore quand cette récession «atypique et profonde» sera vraiment terminée.
  • Selon l’économiste, c’est le moment d’annoncer des dépenses massives. Si le gouvernement attend 2021, Leitão dit qu’il sera «plus difficile de reconstruire le tissu économique». 


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le directeur parlementaire du budget déplore le manque de transparence d’Ottawa sur ses dépenses liées à la pandémie

Publié le 4 nov. 2020
  • Dans un rapport publié hier, le DPB reproche au gouvernement libéral de ne pas avoir fourni suffisamment d’informations aux parlementaires lorsqu’il leur a demandé d’approuver des dépenses supplémentaires de 79 milliards $.
  • Ces dépenses étaient principalement dédiées aux mesures d’aide d’urgence à cause de la pandémie et leur montant total dépasse maintenant 176 milliards $.

Élections partielles à Toronto: les libéraux conservent leurs sièges, mais de peu

Publié le 27 oct. 2020
  • Deux bastions libéraux ont tremblé hier soir, alors que des électeurs avaient une première occasion d’exprimer un jugement sur la gestion de la pandémie par le gouvernement Trudeau.
  • La nouvelle cheffe du Parti vert Annamie Paul n’entrera pas au Parlement, mais elle peut se féliciter d’une honorable deuxième place.

Après un vote de confiance serré et un désaveu en Chambre lundi sur le vote d’une motion conservatrice, le résultat des élections partielles de Toronto n’est pas très rassurant pour les libéraux.

Dans York-Centre, il a fallu attendre jusqu’à la fin du décompte pour départager la candidate libérale de son adversaire conservateur. La libérale a gagné par seulement 45% des voix contre 42%.

  • Maxime Bernier a complètement raté sa rentrée au Parlement: il finit quatrième avec moins de 4%.

Dans Toronto-Centre, même si la candidate libérale l’a emporté, la cheffe du Parti vert Annamie Paul a recueilli presque 33% des voix, contre 7% lors des élections générales de 2019.

À Ottawa, l’opposition prête au gouvernement minoritaire de Justin Trudeau l’intention de provoquer des élections générales. Le gouvernement s’en défend, assurant qu’il ne veut pas d’élections pour les Canadiens en pleine crise sanitaire.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Comment Ottawa gère la pandémie: la motion du Parti conservateur a été adoptée

Publié le 26 oct. 2020
  • Grâce au soutien du Bloc Québécois, du NPD et du Parti vert, la Chambre des communes a approuvé hier par 176 voix contre 152 une motion qui autorise un comité parlementaire à faire un examen approfondi de la gestion de la pandémie par le gouvernement fédéral.
  • Le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau, qui dénonce les dangers de cette motion en pleine crise sanitaire, devra rendre des comptes lors d’une vaste étude de sa stratégie et des mesures mises en œuvre pour lutter contre la Covid-19.