Parti libéral du Canada

Nouvelles, annonces, déclarations, propositions, promesses, élus, candidats et résultats électoraux du Parti libéral du Canada (PLC), dirigé par Justin Trudeau

Comment la réélection des libéraux pourrait affecter votre portefeuille

Publié le 21 sept. 2021
Comment la réélection des libéraux pourrait affecter votre portefeuille

[Source: Unsplash]

  • Le maintien au pouvoir du Parti libéral du Canada aura des conséquences sur les finances des Canadiens. Certains risquent d’être plus concernés que d’autres. 
  • Ce pourrait être votre cas si vous souhaitez acheter une maison, si vous avez des enfants, si vous êtes une personne âgée, si votre revenu est élevé ou si vous détenez des actions de grandes banques canadiennes. 

Le parti libéral a obtenu un mandat minoritaire.

  • Par conséquent, il devra négocier avec les autres partis pour mettre en œuvre certaines des promesses faites au cours de la campagne électorale.

Voici quelques-unes des promesses libérales, que l’on regarde d’un autre œil maintenant que l’élection est passée.

En immobilier, le parti de Justin Trudeau veut donner un coup de pouce aux premiers acheteurs. Il s’est engagé à: 

  • créer un nouveau compte d’épargne pour l’achat d’une propriété, qui permettrait aux moins de 40 ans d’accumuler à l’abri de l’impôt jusqu’à 40 000$ pour une mise de fonds;
  • réduire de 25% la prime imposée par la Société canadienne d’hypothèque et de logement pour l’assurance hypothécaire; et
  • doubler le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation (CIAPH), qui passerait de 5 000$ à 10 000$.

Les libéraux veulent aussi augmenter l’offre de logements disponibles. Ils ont promis:

  • de construire, maintenir ou rénover 1,4 million de logements au pays; et
  • d’instaurer un nouveau crédit d’impôt de 15% pour les ménages qui rénovent leur propriété afin de loger un membre de leur famille. 

Découvrez tous nos articles consacrés à l’immobilier dans la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref, et abonnez-vous à nos infolettres quotidiennes gratuites pour recevoir chaque jour l’essentiel des nouvelles (détails en cliquant le bouton Infolettres en haut à droite)


Les parents de jeunes enfants pourraient bénéficier de la promesse du parti libéral de créer un programme national de garderies à 10 $.

  • Le Québec, qui a déjà son propre programme de garderie subventionnée, recevrait en contrepartie 6 milliards $ sur cinq ans pour l’ajout de nouvelles places. 

Les personnes âgées à faibles revenus pourraient bénéficier d’une augmentation du Supplément de revenu garanti de:

  • 500 $ de plus pour les personnes seules; et
  • 750 $ de plus pour les couples.

Les grandes banques canadiennes et les compagnies d’assurance dont les profits sont supérieurs à 1 milliard $ sont la cible du gouvernement libéral, qui veut taxer davantage leurs profits.

  • Le parti a promis de temporairement faire passer de 15% à 18% leur taux d’imposition.
  • Il veut aussi leur imposer un «dividende de relance».
  • Ces deux mesures pourraient, selon le parti libéral, renflouer les coffres de l’État de 2,5 milliards $ en 4 ans.
  • Mais elle pourrait aussi pousser les institutions financières du pays à revoir à la baisse les dividendes qu’elles versent à leurs actionnaires, ce qui influencerait sans doute le cours de leurs actions. 

­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Les Canadiens qui gagnent un revenu élevé pourraient être assujettis à un impôt minimum de 15%.

  • Selon la plateforme libérale, cet impôt éliminerait la «capacité des hauts salariés à ne pas payer d’impôt de façon artificielle par un recours excessif aux déductions et aux crédits».
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les libéraux restent au pouvoir, mais sont toujours minoritaires. Et maintenant?

Publié le 21 sept. 2021
Les libéraux restent au pouvoir, mais sont toujours minoritaires. Et maintenant?

François Legault et Justin Trudeau (Source: Émilie Nadeau / Twitter)

  • Justin Trudeau pense désormais avoir «un mandat clair» pour sortir de la pandémie. Le chef conservateur Erin O’Toole n’est pas du même avis. Mais le Bloc et le NPD disent qu’ils sont prêts à collaborer dans l’intérêt des Québécois. 
  • Au Québec, François Legault ne «regrette pas» d’avoir, dit-il, «défendu les intérêts de la nation québécoise» en soutenant les conservateurs. Le premier ministre affirme toutefois qu’il est «capable» de travailler avec Trudeau. 

Les résultats des élections fédérales sont encore incomplets, à cause du million de bulletins envoyés par la poste, mais on sait que le Parti libéral reste au pouvoir pour un 3e mandat. 

Même sans majorité, Trudeau estime qu’il a reçu le «mandat clair» dont il avait besoin pour sortir de la pandémie. 

  • Le premier ministre dit toutefois qu’il a «entendu» ceux qui ne voulaient pas d’élections. 

O’Toole croit que le parti conservateur prendra le pouvoir «s’il continue de grandir».

  • Le chef conservateur reproche toujours à Trudeau d’avoir déclenché les «élections les plus chères de l’histoire» (612 millions $): selon O’Toole, le premier ministre pourrait même en déclencher d’autres dans les 18 prochains mois. 

Blanchet affirme qu’il coopérera pour faire fonctionner le Parlement.

  • Le chef du Bloc québécois dit que son parti soutiendra en Chambre tout «ce qui bon pour le Québec» et que, en revanche, ce qui ne l’est pas «verra le Bloc se dresser sur son chemin».

Singh assure que le NPD sera là pour le Québec. 

  • «Peu importe le nombre de députés [québécois]» dans son caucus, Jagmeet Singh assure que le NPD «va continuer de se battre» pour les Québécois. 

Legault est «le grand perdant» des élections, selon les partis d’opposition à Québec. 

  • La cheffe du Parti libéral Dominique Anglade croit que François Legault a «parié gros» en prenant position pendant la campagne fédérale, et «qu’il a perdu» et «entraîné tous les Québécois dans sa défaite». 
  • Le chef parlementaire de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois croit qu’il s’agit d’un «retour à la réalité» pour le premier ministre qui «s’est mis les pieds dans les plats» – puisqu’il n’y a pas eu «d’effet Legault», dit Nadeau-Dubois. 
  • Le chef du Parti québécois Paul St-Pierre Plamondon croit aussi que «c’est un échec pour François Legault et la CAQ», et que le premier ministre ne «sera plus en mesure de négocier» avec Ottawa.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les libéraux de Justin Trudeau conservent le pouvoir à Ottawa

Publié le 20 sept. 2021
Les libéraux de Justin Trudeau conservent le pouvoir à Ottawa

Justin Trudeau (Source: Twitter)

  • Les Canadiens ont réélu les libéraux. Justin Trudeau va demeurer premier ministre.
  • Mais le Parti libéral n’aura pas les 170 sièges requis pour obtenir une majorité en Chambre: le gouvernement restera donc minoritaire, et la composition du Parlement va rester très semblable à ce qu’elle était avant l’élection.

Le Parti libéral a actuellement 159 candidats élus ou en tête dans leur circonscription.

Tous les ministres sortants sont réélus ou en voie de se faire réélire, sauf 2: Bernadette Jordan, ministre des Pêches et Maryam Monsef, ministre du Développement économique rural.

Le discours de Trudeau, tard dans la nuit de lundi à mardi:

  • «Vous avez donné aux parlementaires un mandat clair pour qu’on en finisse une fois pour toutes avec cette pandémie.»
  • «Je vous ai entendus, ça ne vous tente plus qu’on parle de politique ou d’élections, vous voulez qu’on se concentre sur le travail qu’on doit faire pour vous.»

Que va-t-il se passer?

Le premier ministre Justin Trudeau peut tenter d’obtenir:

  • la confiance de la Chambre des communes; ou
  • l’appui d’autres partis.

Un gouvernement de coalition pourrait théoriquement être formé si le NPD ou le Parti vert se joignait aux libéraux.  

  • Le Bloc a déjà indiqué qu’il refuserait de se joindre à un gouvernement de coalition.

Les libéraux pourraient aussi chercher une coalition parlementaire, c’est à dire une entente avec un autre parti qui s’engagerait à appuyer le gouvernement sans pour autant y siéger.

  • Le NPD aurait suffisamment de sièges pour assurer une majorité stable à une telle coalition.

Mais le scénario le plus probable est que le Parti libéral va compter, comme c’était le cas depuis 2019, sur l’appui ponctuel d’autres partis pour certains votes, sans pour autant former une coalition stable.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Élections fédérales: que proposent les partis pour soutenir les PME?

Publié le 16 sept. 2021
Élections fédérales: que proposent les partis pour soutenir les PME?

(Source: Twitter)

  • En vue de l’élection fédérale du 20 septembre, les programmes de tous les partis politiques proposent des mesures dont certaines affecteront directement les PME. 
  • Pour aider les entrepreneurs à faire leur choix pour l’élection, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a répertorié, pour chaque parti, les mesures qu’elle juge les plus positives ou au contraire les plus préoccupantes pour les PME. 

Parti Libéral 

  • Positif, selon la FCEI: prolonger le Programme d’embauche pour la relance économique (PEREC) du Canada jusqu’en mars 2022.
  • Préoccupant, selon la FCEI: absence de plan pour élargir la subvention salariale et l’aide au loyer aux entreprises hors du secteur du tourisme; pas non plus de plan pour soutenir les nouvelles entreprises.

Parti conservateur

  • Positif: accorder des prêts allant jusqu’à 200 000 $, dont une partie allant jusqu’à 25% pourra être transformée en subvention.
  • Préoccupant: faire payer des contributions équivalentes aux cotisations à l’assurance emploi aux entreprises de l’économie à la demande, comme Uber, et aux entrepreneurs indépendants / travailleurs autonomes.

NPD

  • Positif: maintenir la subvention salariale (SSUC) et la subvention pour le loyer (SUCL) jusqu’à ce que les entreprises soient en mesure de rouvrir complètement leurs portes.
  • Préoccupant: augmenter de 50% à 75% la part taxable des gains en capital.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Bloc québécois

  • Positif: accorder des délais supplémentaires pour rembourser les prêts contractés durant la pandémie.
  • Préoccupant: absence de plan pour prolonger les programmes d’aide actuels, même pour les secteurs les plus durement touchés.

Parti vert 

  • Positif: prolonger les subventions pour salaires et loyers jusqu’à ce que les restrictions liées à la pandémie soient entièrement levées.
  • Préoccupant: accélérer l’augmentation de la taxe sur le carbone en l’augmentant annuellement de 25 $ la tonne jusqu’en 2030.

Parti populaire du Canada

  • Positif: éliminer le déficit avant la fin d’un premier mandat en comprimant les dépenses.
  • Préoccupant: supprimer progressivement tous les programmes de dépenses liés à la Covid-19, dont la subvention salariale et l’aide au loyer.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Dernière semaine de campagne: qui est favori actuellement?

Publié le 12 sept. 2021
Dernière semaine de campagne: qui est favori actuellement?

(Source: TVA Nouvelles)

  • Le Parti libéral et le Parti conservateur sont au coude-à-coude dans les sondages, mais les libéraux ont repris un léger avantage sur les conservateurs. 
  • Les 2 partis devancent largement le NPD, le Bloc québécois, le Parti populaire et le Parti vert. Mais à 7 jours du scrutin fédéral, aucun parti ne semble en voie d’obtenir un gouvernement majoritaire. 

Selon un sondage Nanos, les conservateurs menaient il y a 2 semaines avec plus de 33% des intentions de vote, contre près de 31% aux libéraux. 

Aujourd’hui, les firmes Nanos et Mainstreet placent plutôt les libéraux en tête avec 34% des voix, contre 30% pour les conservateurs. 

  • La course reste cependant très serrée puisque la marge d’erreur de ces 2 sondages est d’environ 2,8%. 

À quoi peut-on s’attendre en termes de sièges? 

Si les élections avaient lieu aujourd’hui: 

  • sur le site Qc125 Canada, le professeur et chroniqueur Philippe J. Fournier estime que le PLC pourrait récolter 142 sièges et le PCC, 134 sièges; et 
  • d’après les sondages actuels, CBC calcule, de son côté, 154 sièges pour le PLC et 120 pour le PCC. 

 Aucun gouvernement majoritaire à l’horizon

  • Pour avoir un gouvernement majoritaire, un parti doit obtenir 170 sièges.
  • Ce nombre ne semble pour l’instant à la portée d’aucun parti.  

Où en sont les autres partis? 

  • Le NPD réunit 19% des intentions de vote (il pourrait obtenir environ 35 sièges); 
  • le Bloc québécois, environ 6% (28 sièges), autant que le Parti populaire (qui, lui, n’obtiendrait aucun siège); et 
  • le Parti vert, plus de 3% (1 siège). 

Ces chiffres pourraient encore évoluer cette semaine, notamment après:  

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Legault soutient Blanchet et demande des excuses à la modératrice du débat des chefs en anglais

Publié le 10 sept. 2021
Legault soutient Blanchet et demande des excuses à la modératrice du débat des chefs en anglais

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet (Source: Twitter)

  • La tension était palpable hier soir au débat des chefs en anglais, au cours duquel la modératrice a demandé plusieurs fois au chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet pourquoi il appuyait ce qu’elle a qualifié de lois québécoises «discriminatoires».
  • Le chef du Bloc qualifie ces questions «d’insultes», François Legault demande des excuses à la modératrice, et la plupart des chefs politiques critiquent aujourd’hui la façon dont Blanchet a été questionné.

Lors du débat, le chef du Bloc s’est défendu plus d’une fois dans sa langue seconde.

  • La modératrice Shachi Kurl, présidente de l’Institut Angus Reid, lui a demandé pourquoi il appuyait la loi 21 sur la laïcité de l’État et le projet de loi 96 sur la Charte de la langue française, des lois québécoises qu’elle a qualifiées de «discriminatoires».
  • La chef du Parti vert, Annamie Paul, a invité Blanchet à «s’éduquer» (educate yourself) sur le racisme systémique – une invitation qu’il a qualifiée d’insulte.

Plus tard en soirée, Yves-François Blanchet s’est plaint:

  • que le débat avait débuté par une «chaudière d’insultes lancées contre Québec»;
  • de ne pas avoir bénéficié du même temps de parole que les autres chefs; et
  • que ses homologues ne soient pas intervenus pour rejeter des «insultes lancées sur le Québec».

D’autres vives réactions ont suivi aujourd’hui:

Le premier ministre du Québec François Legault demande des excuses de la part de la modératrice du débat, soulignant que «la nation québécoise est attaquée dans ses compétences» et que la loi 21 et la loi 96 «sont parfaitement légitimes».

La cheffe du Parti libéral du Québec Dominique Anglade dit que «les propos tenus au débat accusant le Québec de tous les maux étaient tout simplement inacceptables». 

Le chef libéral Justin Trudeau s’est dit «très surpris par le genre d’amalgame» au sujet de la loi 21 et «insulté en tant que Québécois», mais a répété être en désaccord avec cette loi.

Le chef conservateur Erin O’Toole a indiqué sur Twitter qu’il rejetait la prémisse de la question posée par l’animatrice du débat.

Le chef du NPD Jagmeet Singh dit que le racisme systémique et la discrimination systémique ne sont pas exclusifs à une seule province ou un seul territoire, mais qu’ils existent à la grandeur du pays.  

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Débat officiel des chefs fédéraux en français – voici l’essentiel

Publié le 8 sept. 2021
Débat officiel des chefs fédéraux en français – voici l’essentiel

(Source: Twitter)

  • Les chefs du Parti conservateur, du Parti libéral, du Parti vert, du NPD, et du Bloc québécois ont débattu hier soir en français, en direct du Musée canadien de l’histoire, à Gatineau, à moins de 2 semaines du scrutin fédéral.
  • Ils ont répondu aux questions de plusieurs journalistes et citoyens, et de l’animateur du débat Patrice Roy, notamment sur la pandémie et la santé, la pénurie de main-d’œuvre et la crise climatique.   

PANDÉMIE ET SANTÉ 

Pour le chef libéral Justin Trudeau: 

  • Il n’y a «pas de débat» sur la vaccination, c’est «la façon de s’en sortir». 
  • Trudeau a surtout annoncé qu’il augmenterait de 25 milliards $ les transferts en santé aux provinces – qui réclament une hausse de 28 milliards $ – mais «pas sans condition». 

Pour le chef conservateur Erin O’Toole:

  • Les vaccins sont «primordiaux» et «sécuritaires», mais ce n’est pas le moment d’avoir «une approche qui divise» les Canadiens. 
  • O’Toole promet toujours une augmentation des transferts en santé de 60 milliards $ sur 10 ans – à raison d’une hausse de 6% par an. 

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh promet des soins en santé mentale gratuits pour s’assurer que les gens ont accès à ce «service essentiel». 

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet croit que si l’argent réclamé par les provinces avait été versé avant la pandémie par Ottawa, leurs systèmes de santé auraient été «plus robustes et plus efficaces» pour y faire face. 

La cheffe du Parti vert Annamie Paul ne veut  pas «culpabiliser les non-vaccinés», mais plutôt essayer de leur parler, et il est «triste», dit-elle, que la santé publique soit «politisée».

PÉNURIE DE MAIN-D’ŒUVRE 

Justin Trudeau

  • Le gouvernement libéral a mis en œuvre des programmes de formation, des incitatifs à l’embauche pour augmenter les salaires des employés, et il a favorisé l’immigration. 
  • Ce n’est pas la pandémie ni la PCRE qui ont créé la pénurie, et l’aide d’urgence a déjà été baissée à 330 $ par semaine. 

Erin O’Toole:

  • Il promet «plus de pouvoir en immigration» au Québec, notamment pour embaucher des travailleurs dans le secteur agricole. 
  • Il arrêterait les programmes d’urgences s’il n’y a pas de risque de 5e vague. 

Jagmeet Singh:

  • L’immigration serait une solution, ainsi que l’éducation, et la formation dans les industries qui peuvent recruter. 
  • Il faut continuer d’aider les gens. La PCRE ne les empêche pas de retourner travailler, il faut avant tout leur offrir de «bons salaires». 

Yves-François Blanchet: 

  • Pour créer plus de richesse avec moins de monde, il faut surtout «améliorer la productivité», et ouvrir l’immigration à des gens capables de travailler en français au Québec. 
  • Il faut suspendre la PCRE à compter de fin octobre, sauf dans les arts et le tourisme. 

 Annamie Paul:

  • «Immigration, formation, collaboration, coordination» avec les entreprises pour savoir où sont les lacunes et comment les remplir. 
  • Certains Canadiens ont encore besoin des aides d’urgence pour survivre. 

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


ENVIRONNEMENT 

Justin Trudeau

  • Les libéraux ont un plan «ambitieux»: les émissions du secteur gazier et pétrolier sont plafonnées, et elles vont progressivement baisser jusqu’à atteindre «net zéro». 
  • Selon le chef libéral, les experts disent que son parti est le seul à avoir un plan climatique crédible, les autres partis se basent sur la «pensée magique». 

Erin O’Toole: 

  • Les conservateurs ont un plan avec «beaucoup de détails» pour atteindre les objectifs de Paris, mais O’Toole reconnaît qu’il doit «rétablir la confiance sur cet enjeu».
  • Le PCC veut réduire les émissions en créant des emplois, et en laissant les Canadiens décider comment ils vont réduire leur empreinte carbone, avec son système de «compte épargne personnel». 

Jagmeet Singh

  • Le NPD fera face à la crise climatique mieux que le gouvernement de Justin Trudeau, qui a, dit-il, «manqué toutes les cibles».

Yves-François Blanchet: 

  • Il sera «impossible» de réduire les émissions en augmentant l’exploitation et l’exportation de pétrole, il faut créer de la richesse avec les énergies vertes, et lâcher les hydrocarbures. 

Annamie Paul

  • C’est «une source d’angoisse» pour la cheffe du Parti vert, qui croit être la seule capable de gérer la crise climatique, mais elle se dit prête à travailler avec les autres partis.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les partis fédéraux font des promesses aux travailleurs – voici l’essentiel

Publié le 6 sept. 2021
Les partis fédéraux font des promesses aux travailleurs – voici l’essentiel

(Source: Parti libéral du Canada)

  • À 2 semaines du scrutin fédéral, les chefs des partis fédéraux ont profité de la fête du Travail pour s’adresser directement aux travailleurs. 
  • Les libéraux s’engagent à prolonger plusieurs mesures; les conservateurs promettent de doubler l’Allocation pour les travailleurs; le NPD garantit un salaire minimum de 20 $ l’heure; et le Bloc réclame une «réforme en profondeur» de l’assurance-emploi. 

Le chef du parti libéral Justin Trudeau s’est engagé à: 

  • prolonger le Programme d’embauche pour la relance économique (PEREC) jusqu’au 31 mars 2022 pour permettre aux entreprises d’embaucher;
  • continuer d’élargir l’Allocation canadienne pour les travailleurs pour soutenir 1 million de plus de travailleurs à faibles revenus; 
  • doubler le montant du programme pour la formation et l’innovation en milieu syndical; 
  • «remédier» à la pénurie de main-d’œuvre en facilitant l’immigration pour les travailleurs «talentueux»; et  
  • créer un crédit d’impôt qui permettrait aux ouvriers du bâtiment et de la construction de déduire jusqu’à 4000 $ de frais de déplacement quand ils voyagent pour le travail. 

Le chef du Parti conservateur Erin O’Toole promet: 

  • de doubler l’Allocation canadienne pour les travailleurs jusqu’à 2800 $, et 5000 $ pour les familles – pour ceux qui gagnent entre 12 000 et 28 000 $ par an, cela représenterait une hausse de 1 $ par heure, indique O’Toole; 
  • de verser ces sommes 4 fois par an, sous la forme d’un «dépôt direct trimestriel», plutôt qu’un «remboursement d’impôt annuel»; et 
  • de faire passer le supplément pour invalidité de 713 $ à 1500 $ par mois.

Le chef du NPD Jagmeet Singh garantit aux travailleurs sous réglementation fédérale: 

  • un salaire minimum de 20 $ l’heure; et 
  • 10 journées de congés maladie payés. 

Justin Trudeau s’est, lui aussi, engagé le mois dernier à leur offrir 10 jours payés de congés maladie dans les 100 premiers jours d’un nouveau mandat. 

  • Mais le chef libéral a eu 6 ans pour le faire, souligne Singh.
  • Selon le chef du NPD, depuis 18 mois, les libéraux auraient refusé d’implanter la mesure à 22 reprises.  

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet réclame: 

  • une «réforme en profondeur» de l’assurance-emploi, qui inclurait un accès «facilité» aux prestations pour les travailleurs autonomes;
  • de faire passer de 15 à 50 semaines les prestations d’assurance-emploi pour les personnes malades; 
  • un «soutien adéquat» pour les mères qui perdent leur emploi en fin de congé parental;
  • la fin du délai de carence et un abaissement des seuils de qualification pour les travailleurs saisonniers; et 
  • il demande une nouvelle fois de suspendre «rapidement» la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) – qui est, selon le Bloc, un «obstacle à un sain recours à la force de travail disponible» actuellement. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Premier débat des chefs, à TVA – voici l’essentiel

Publié le 2 sept. 2021
Premier débat des chefs, à TVA – voici l’essentiel

(Source: TVA Nouvelles)

  • Justin Trudeau, Yves-François Blanchet, Jagmeet Singh et Erin O’Toole ont débattu pour la première fois de la campagne hier soir. Lors de ce débat en français organisé par TVA, ils ont notamment abordé la pandémie, les soins de santé, les garderies, et la crise climatique. 
  • Dès l’ouverture du débat, les chefs conservateur, bloquiste et néo-démocrate ont reproché au chef libéral d’avoir déclenché des élections «inutiles» en pleine pandémie. Justin Trudeau a défendu, à plusieurs reprises, qu’il devait obtenir un nouveau mandat des Canadiens avant de prendre des mesures de sortie de crise.  

Pandémie:

  • Trudeau dit qu’il ne forcera pas les Canadiens à se faire vacciner, mais qu’il faut «limiter les privilèges» des 20% qui ont choisi de ne pas le faire. 
  • Blanchet aurait aimé plus de leadership du gouvernement libéral sur la fermeture des frontières. 
  • O’Toole reste contre la vaccination obligatoire, même pour les fonctionnaires, et il veut des «accommodations raisonnables», comme des tests de dépistage quotidiens. 
  • Singh voudrait mettre en place un passeport vaccinal national pour faciliter les voyages à travers le pays. 

Soins de santé: 

  • Trudeau dit qu’il veut être «un partenaire pour les provinces» et améliorer les conditions dans les CHSLD en respectant leurs compétences. Il assure qu’il proposera plus que la hausse de 6% promise par les conservateurs pour les transferts en santé. 
  • Blanchet réfute l’idée que des normes nationales seraient meilleures que celles du Québec dans ses propres champs de compétences. Il rejette l’offre du chef conservateur qui n’offre pas «un sou de plus qu’avant». Selon le bloquiste, les premiers ministres des provinces ont d’ailleurs tous refusé de signer «le contrat» conservateur. 
  • O’Toole affirme qu’il va s’entendre avec François Legault, en lançant à Trudeau et Singh: «vous, c’est la chicane, moi c’est le respect». Mais il a refusé de dire s’il voulait plus de «privé» dans le système de santé. 
  • Singh a confirmé qu’il compte travailler avec les provinces pour éliminer le profit dans les CHSLD. Pour lui, Trudeau ou O’Toole, c’est «bonnet blanc et blanc bonnet». 

Garderies: 

  • Trudeau reproche à O’Toole de ne pas connaître «le dossier». Il dit que le crédit d’impôt des conservateurs «ne créera pas de nouvelles places», alors que les 6 milliards $ que son gouvernement a accordés au Québec permettront d’en créer plus de 37 000. 
  • Blanchet ne comprend pas pourquoi les conservateurs veulent «rompre quelque chose qui marche», en soulignant que sur les garderies, tout le monde était d’accord, pour une fois – Ottawa, Québec et le Bloc. 
  • O’Toole s’est défendu, comme il a pu, en disant qu’il voulait donner de l’argent «directement aux familles». Mais il n’a toujours pas dit s’il retirerait les 6 milliards $ à Québec. 

Environnement

  • Trudeau croit que le pays a, pour l’instant, «encore besoin du pétrole», mais son gouvernement compte «investir tous les profits dans la transition verte», dont ceux du pipeline Trans Mountain.  
  • Blanchet critique le «raisonnement libéral» et son soutien au pipeline. Selon lui: «On ne dit pas à quelqu’un: je vais te soigner ta jambe cassée en te cassant l’autre».
  • O’Toole assure qu’un gouvernement conservateur ne signifie «absolument pas» un recul dans la lutte contre la crise climatique. Et il croit avoir un «plan sérieux» pour atteindre les objectifs de Paris. 
  • Singh ne veut pas de nouveau pipeline. Il pense qu’il faut investir dans «les emplois pour maintenant et pour l’avenir». 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Plateforme libérale: Trudeau promet 78 milliards $ de dépenses

Publié le 1er sept. 2021
Plateforme libérale: Trudeau promet 78 milliards $ de dépenses

Justin Trudeau (Source: Parti libéral du Canada)

  • Justin Trudeau a dévoilé aujourd’hui la plateforme électorale de son parti. Un nouveau gouvernement libéral investirait 78 milliards $ sur 5 ans. 
  • À la veille du premier débat des chefs, le Parti libéral est le dernier parti fédéral à présenter sa plateforme. Elle reprend les promesses faites lors des 17 premiers jours de campagne, ainsi que de nouvelles mesures et des projets que les libéraux espèrent ressusciter.

Les principales nouveautés

  • un crédit d’impôt de 1650 $ pour prolonger la carrière «des aînés qui souhaitent rester dans la population active» – il permettrait aux 65 ans et plus qui travaillent de réduire leurs impôts;
  • un projet de loi pour que les entreprises et les organisations qui décident d’exiger une preuve vaccinale à leurs employés et clients puissent le faire sans craindre une contestation judiciaire;
  • la fin des subventions aux énergies fossiles dès 2023, soit 2 ans plus tôt que prévu actuellement; et
  • des règlements pour que l’avortement reste accessible partout au pays, et des pénalités appliquées aux transferts en santé pour les provinces qui ne respecteraient pas cette norme.

Des projets de retour  

Trudeau s’engage à déposer à nouveau les projets de loi que son gouvernement avait proposés sur: 

  • la radiodiffusion; 
  • la modernisation de la Loi sur les langues officielles; et
  • le contenu haineux en ligne. 

Par ailleurs, un nouveau gouvernement libéral accueillerait 40 000 Afghans au pays d’ici 2022-2023, soit 2 fois plus que prévu. 

Trudeau assure que son plan est «responsable, prudent et transparent».

  • Il compte sur plusieurs nouvelles sources de revenus, dont son engagement d’augmenter de 3% le taux d’imposition des banques
  • Ces recettes supplémentaires par rapport à la situation actuelle atteindraient 25 milliards $ sur 5 ans, soit 3 fois moins que le montant des dépenses proposées.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Trudeau promet des milliards $ en santé mentale, et O’Toole aborde l’équilibre budgétaire

Publié le 31 août 2021
Trudeau promet des milliards $ en santé mentale, et O’Toole aborde l’équilibre budgétaire

Jenna Sudds, candidate libérale de Kanata-Carleton, en Ontario, et Justin Trudeau (Source: Twitter)

  • Justin Trudeau s’est engagé à créer un nouveau transfert fédéral en santé mentale pour les provinces, un fonds pour les étudiants, et une stratégie pour les Autochtones. 
  • De son côté, Erin O’Toole affirme que le plan conservateur va lui permettre de «contrôler les déficits, l’inflation et l’augmentation du coût de la vie», mais il ne dit pas comment.

Le chef du Parti libéral promet de créer

  • un transfert en santé, doté de 4,5 milliards $ sur 5 ans, pour assurer aux provinces «un financement permanent et continu» en santé mentale;
  • un fonds pour les étudiants, doté de 500 millions $, qui permettrait d’embaucher 1200 nouveaux conseillers en santé mentale dans les établissements d’enseignement postsecondaire du pays; 
  • une stratégie de santé mentale pour les Autochtones, dotée de 2 milliards $ sur 5 ans; et 
  • une ligne téléphonique à trois chiffres d’assistance nationale de santé mentale et de prévention du suicide. 

Trudeau affirme qu’il ne va pas «micro-gérer» les soins de santé: 

  • Le premier ministre sortant a confirmé hier qu’il sait que la santé «est une responsabilité provinciale», et indiqué qu’il ne dira pas aux provinces comment elles devront se servir des fonds. 

Le chef du Parti conservateur a présenté son plan «pour assainir les dépenses gouvernementales et équilibrer le budget au cours de la prochaine décennie»:

  • adopter une approche «responsable et réfléchie»; 
  • réduire les déficits pour faire face à l’inflation et à la hausse des produits de première nécessité; 
  • supprimer «progressivement les programmes de soutien d’urgence à mesure que la reprise avance»; et
  • investir dans «des mesures de relance ciblées, comme les infrastructures».

O’Toole n’a pas apporté plus de détails sur son plan:

  • Lorsqu’on lui a demandé hier quels secteurs pourraient pâtir du contrôle des dépenses que les conservateurs mettraient en place, Erin O’Toole a répondu que son gouvernement fera «croître l’économie» pour retrouver l’équilibre budgétaire «sans coupures».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Trudeau investirait 1 milliard $ pour protéger l’eau douce

Publié le 30 août 2021
Trudeau investirait 1 milliard $ pour protéger l’eau douce

Les 5 Grands Lacs nord-américains vus depuis l’espace (Source: Wikipédia)

  • Si le Parti libéral est reporté au pouvoir le 20 septembre, Justin Trudeau a promis aujourd’hui que son gouvernement consacrerait 1 milliard $ sur 10 ans pour restaurer et protéger les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent.
  • Un nouveau gouvernement libéral aurait pour objectif de faire passer les zones protégées de 14% à 30% des superficies marines et côtières du Canada d’ici 2030.

À Granby, en Estrie, Justin Trudeau a affirmé aujourd’hui qu’il est «vital» de protéger les Grands Lacs, qui fournissent actuellement l’eau potable à 1 Canadien sur 4. 

  • Depuis son arrivée au pouvoir en 2015, les zones protégées sont passées de 1% à 14% des superficies marines et côtières, souligne-t-il.  

S’ils sont réélus, les libéraux s’engagent à

  • créer une nouvelle Agence canadienne de l’eau;
  • actualiser la Loi sur les ressources en eau du Canada, notamment pour y inclure les droits des Autochtones sur l’eau; et 
  • investir 37,5 millions $ pour soutenir les travaux de recherche de l’organisme International Institute for Sustainable Development.

Des pipelines nécessaires? 

Oui, a répondu le chef libéral aux journalistes qui lui ont rappelé aujourd’hui que son gouvernement avait soutenu plusieurs projets d’oléoducs. 

  • Selon Trudeau, les pipelines restent en effet «nécessaires tant que la transition vers une économie sans émission n’est pas terminée». 
  • Les oléoducs sont «plus sécuritaires, dit-il, que les camions-citernes et les trains pour le transport du pétrole».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus