Bombardier

Bombardier supprime 1600 postes, dont 700 au Québec, et cesse la production des avions d’affaires Learjet

Publié le 11 fév 2021
Bombardier supprime 1600 postes, dont 700 au Québec, et cesse la production des avions d’affaires Learjet

(Image YouTube)

  • La pandémie continue de peser sur les affaires de l’avionneur montréalais. Les nouvelles mises à pied seront concentrées dans les bureaux plutôt que dans les usines. Elles s’ajoutent aux 2500 congédiements annoncés l’été dernier.
  • Bombardier réduira de moitié la taille de son siège social à Montréal et vendra une partie significative des terrains qui entourent son usine de Saint-Laurent.

Mince consolation pour les employés québécois de Bombardier: les activités de finition intérieure pour les avions d’affaires Global 5000 et Global 7500 seront rapatriées dans la province.

  • Elles devaient initialement se faire aux États-Unis.

La réduction de la taille de l’usine de Saint-Laurent ne s’explique pas que par une baisse de la demande pour les avions de Bombardier.

  • Éric Martel, son PDG, dit que l’usine n’est pas adaptée pour assembler le Global 7500, le nouveau modèle d’avion d’affaires grâce auquel Bombardier espère renouer avec la croissance.
  • Une toute nouvelle usine sera construite en banlieue de Toronto pour assembler le Global 7500.

L’absence d’initiative du gouvernement Trudeau, qui n’a pas lancé de programme d’aide spécifique à l’industrie aéronautique canadienne, est vivement critiquée par les syndicats. 

  • «Le Canada est le seul pays doté d’une industrie aérospatiale importante qui n’a pas encore mis en place de mesures d’aide spécifique», rappelle dans un communiqué l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale, qui représente les employés de Bombardier.
  • «Tous les pays du G7 ont annoncé une aide importante de dizaines de milliards de dollars pour maintenir en opération leur industrie», ajoute Renaud Gagné, directeur général d’Unifor. «Qu’attend donc le gouvernement fédéral?»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Bombardier recevra moins d’argent que prévu pour ses usines mais pourrait mieux s’en tirer à plus long terme

Publié le 26 oct. 2020
Bombardier recevra moins d’argent que prévu pour ses usines mais pourrait mieux s’en tirer à plus long terme

(Image Bombardier)

  • L’équipementier américain Spirit AeroSystems paiera finalement 275 millions $US pour des usines fabriquant des pièces d’avions situées en Irlande, au Maroc et aux États-Unis, plutôt que les 500 millions $US prévus initialement.
  • En revanche, Spirit assumera un passif plus important – 824 millions $US plutôt que 700 millions $US – et promet à Bombardier au moins 100 millions $US d’économies sur les composants que le fabriquant québécois lui achètera au cours des prochaines années pour ses futurs avions d’affaires.