Aéronautique

Nouvelles, données et tendances concernant l’industrie aéronautique, particulièrement à Montréal, au Québec et au Canada [voir aussi: Aérospatiale, Aviation, Bombardier, Transports]

Québec et Ottawa injectent près d’un milliard $ pour électrifier l’aéronautique

Publié le 15 juil 2021
Québec et Ottawa injectent près d’un milliard $ pour électrifier l’aéronautique

François Legault (Source: Twitter / Émilie Nadeau)

  • Les gouvernements provincial et fédéral vont investir ensemble jusqu’à 693 millions $ pour soutenir le secteur aéronautique québécois. 250 millions $ supplémentaire pour les PME du secteur s’ajouteront à ce montant. 
  • Ces investissements appuieront les projets des entreprises CAE, Pratt & Whitney, et Bell Textron Canada. Ils devraient créer 1000 emplois au Québec.  

Pour soutenir les 3 entreprises, les gouvernements vont investir:

  • 440 millions $ pour le fédéral, via le Fonds stratégique pour l’innovation; et
  • jusqu’à 253 millions $ pour le provincial, via Investissement Québec. 

Les projets des entreprises représentent des investissements totaux de 2 milliards $, dont 1,6 milliard $ au Québec. 

CAE recevra jusqu’à 190 millions $ d’Ottawa et 150 millions $ sous forme de prêts de Québec pour un projet qui doit créer plus de 700 emplois – dont 600 à Montréal. 

  • D’ici 5 ans, l’entreprise veut mettre en place un programme de recherche et développement dans les domaines des technologies numériques, de l’aviation électrique et de la santé. 
  • CAE veut également développer des technologies et des solutions d’aéronefs électriques pour réduire son empreinte carbone.

Pratt & Whitney recevra jusqu’à 49 millions $ d’Ottawa et 20 millions $ sous forme de prêts de Québec pour un projet qui doit créer plus de 115 emplois.

  • D’ici 4 ans, l’entreprise veut développer un premier avion à propulsion hybride électrique. 

Bell Textron Canada recevra jusqu’à 200 millions $ d’Ottawa et 75 millions $ sous forme de prêts de Québec pour un projet qui doit créer plus de 320 emplois.

  • L’entreprise veut commercialiser des technologies respectueuses de l’environnement. 

250 millions $ supplémentaires pour l’aérospatiale:

  • Le gouvernement fédéral a lancé l’Initiative de relance régionale de l’aérospatiale (IRRA). 
  • Avec ce programme, Ottawa doit verser 250 millions $ – dont 93 millions $ viendront de Québec – sur 3 ans pour relancer l’industrie aérospatiale, et aider les PME du secteur à devenir plus écologiques et plus productives. 
  • Le programme accepte les demandes des PME dès maintenant. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Avis aux chercheurs d’aubaines: Bombardier rénovera ses vieux jets d’affaires pour les vendre quelques millions de moins

Publié le 8 juil 2021
Avis aux chercheurs d’aubaines: Bombardier rénovera ses vieux jets d’affaires pour les vendre quelques millions de moins

(Source: Bombardier)

  • Bombardier lance un programme d’avions certifiés: l’avionneur veut racheter certains de ses vieux jets d’affaires construits il y a plusieurs années pour les inspecter, les rénover et les mettre à niveau, avant de les remettre sur le marché. 
  • Ce programme devrait permettre à des particuliers ou des entreprises de mettre la main sur un avion d’affaires vendu à une fraction du prix d’un avion neuf, qui peut atteindre quelques dizaines de millions $. 

Dassault dévoile son avion d’affaires Falcon 10X, concurrent direct de Bombardier

Publié le 6 mai 2021
Dassault dévoile son avion d’affaires Falcon 10X, concurrent direct de Bombardier

L’avion d’affaires Falcon 10X (Source : Dassault)

  • Ce nouvel avion d’affaires haut de gamme devrait être prêt en 2025. Selon Dassault, il disposera de l’habitacle le plus large de l’industrie et d’une autonomie de vol de 15 heures ou 14 000 kilomètres. Le Falcon 10X concurrencera notamment le Global 7500 de Bombardier.
  • L’entreprise de Longueuil Héroux-Devtek s’occupera de concevoir, développer et construire le système de train d’atterrissage du Falcon 10X. L’entreprise québécoise va également approvisionner Dassault en pièces de rechange et lui fournir un service après-vente. 

La Caisse de dépôt aide CAE à acheter le spécialiste américain en formation militaire L3Harris pour 1,35 milliard $

Publié le 1er mars 2021
La Caisse de dépôt aide CAE à acheter le spécialiste américain en formation militaire L3Harris pour 1,35 milliard $

(Photo L3Harris)

  • L3Harris se spécialise dans la simulation d’opérations militaires. Basé au Texas, ses revenus annuels sont d’environ 500 millions $US. Avec son acquisition, la firme montréalaise CAE double la taille de ses activités de formation militaire aux États-Unis.
  • La Caisse de dépôt et placement du Québec et la firme d’investissement GIC, de Singapour, investissent respectivement 475 millions $ et 225 millions $ dans CAE pour l’aider à effectuer cette transaction. La Caisse devient de ce fait le plus important actionnaire de CAE.

Les Boeing 777 des lignes aériennes canadiennes ne sont pas affectés par la recommandation de Boeing de clouer certains de ses avions au sol

Publié le 22 fév 2021
Les Boeing 777 des lignes aériennes canadiennes ne sont pas affectés par la recommandation de Boeing de clouer certains de ses avions au sol

(Photo United Airlines)

  • Le Boeing 777 d’United Airlines qui a fait un atterrissage d’urgence à Denver cette fin de semaine en raison d’un problème mécanique était propulsé par un moteur Pratt & Whitney. Boeing recommande aux lignes aériennes d’immobiliser leurs appareils qui ont ce moteur. La société procédera sous peu à des inspections détaillées.
  • Des 777 sont en service au Canada. Air Canada en compte 25. Mais ils ne sont pas affectés par la recommandation de rester au sol, puisqu’ils sont munis de moteurs fabriqués par General Electric.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Bombardier supprime 1600 postes, dont 700 au Québec, et cesse la production des avions d’affaires Learjet

Publié le 11 fév 2021
Bombardier supprime 1600 postes, dont 700 au Québec, et cesse la production des avions d’affaires Learjet

(Image YouTube)

  • La pandémie continue de peser sur les affaires de l’avionneur montréalais. Les nouvelles mises à pied seront concentrées dans les bureaux plutôt que dans les usines. Elles s’ajoutent aux 2500 congédiements annoncés l’été dernier.
  • Bombardier réduira de moitié la taille de son siège social à Montréal et vendra une partie significative des terrains qui entourent son usine de Saint-Laurent.

Mince consolation pour les employés québécois de Bombardier: les activités de finition intérieure pour les avions d’affaires Global 5000 et Global 7500 seront rapatriées dans la province.

  • Elles devaient initialement se faire aux États-Unis.

La réduction de la taille de l’usine de Saint-Laurent ne s’explique pas que par une baisse de la demande pour les avions de Bombardier.

  • Éric Martel, son PDG, dit que l’usine n’est pas adaptée pour assembler le Global 7500, le nouveau modèle d’avion d’affaires grâce auquel Bombardier espère renouer avec la croissance.
  • Une toute nouvelle usine sera construite en banlieue de Toronto pour assembler le Global 7500.

L’absence d’initiative du gouvernement Trudeau, qui n’a pas lancé de programme d’aide spécifique à l’industrie aéronautique canadienne, est vivement critiquée par les syndicats. 

  • «Le Canada est le seul pays doté d’une industrie aérospatiale importante qui n’a pas encore mis en place de mesures d’aide spécifique», rappelle dans un communiqué l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale, qui représente les employés de Bombardier.
  • «Tous les pays du G7 ont annoncé une aide importante de dizaines de milliards de dollars pour maintenir en opération leur industrie», ajoute Renaud Gagné, directeur général d’Unifor. «Qu’attend donc le gouvernement fédéral?»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Les compagnies aériennes ne sortiront pas de la zone de turbulence Covid avant la fin 2021, selon des experts

Publié le 6 janv. 2021
Les compagnies aériennes ne sortiront pas de la zone de turbulence Covid avant la fin 2021, selon des experts

(Source: Cirium)

  • Le secteur aérien est encore en pleine crise: les compagnies aériennes vont continuer à disparaître, et les avions seront plus petits et moins occupés cette année.
  • En fait, un retour à la normale n’est plus envisagé: l’aviation sortira grandement transformée de la crise actuelle, avertit la firme de consultation spécialisée Cirium.

Malgré la période des Fêtes, l’achat de billets d’avion dans le monde était encore plus faible durant les trois derniers mois de 2020 qu’au courant de l’été, au plus fort de la crise de Covid-19.

  • D’octobre à décembre 2020, le nombre de réservations a été 78% moins élevé que durant la même période en 2019.

C’est l’incertitude pour 2021. Les compagnies aériennes ne savent pas à quoi s’attendre et préfèrent réduire leurs dépenses. 

  • Les plus gros et plus vieux avions sont retirés des flottes au profit d’avions plus compacts, qui coûtent moins cher à exploiter.
  • Comme elles ont peu de liquidités, les compagnies aériennes préfèrent louer leurs avions plutôt que de les acheter. 2021 pourrait devenir la première année où plus de la moitié de tous les avions en activité dans le monde appartiendront à des agences de crédit-bail, prédit Cirium dans un rapport sur les tendances du secteur.

La consolidation va continuer. 

  • Mondialement, plus de 40 lignes aériennes ont disparu en raison de la Covid-19.
  • Cirium croit que des transporteurs en difficulté financière pourraient devenir des cibles pour d’autres sociétés de plus grande taille.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

La moitié des émissions polluantes causées par les avions est due à seulement un pour cent de la population

Publié le 18 nov. 2020
La moitié des émissions polluantes causées par les avions est due à seulement un pour cent de la population
  • Les voyageurs qui parcourent 56 000 km ou plus chaque année à bord d’avions commerciaux ou privés ont contribué au relâchement de 500 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère en 2018.
  • C’est injuste, car ces voyageurs et les sociétés aériennes ne sont pas tenus responsables de ces «dommages climatiques» dont la valeur s’élève à 100 milliards $US, conclut une étude tout juste publiée par des chercheurs européens.

La ministre Mélanie Joly demeure évasive sur un éventuel soutien ciblé à l’industrie aéronautique québécoise

Publié le 2 nov. 2020
La ministre Mélanie Joly demeure évasive sur un éventuel soutien ciblé à l’industrie aéronautique québécoise

Mélanie Joly, à gauche (Photo Twitter)

  • Ce matin, la ministre du Développement économique et des Langues officielles a dit vouloir «répondre présent pour aider le secteur aérospatial», avant de nuancer: «on doit le faire de façon intelligente».
  • Mélanie Joly participait au dévoilement d’un plan d’action pour le secteur aérien produit par Aéro Montréal et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, qui demande justement une aide publique ciblée comme celle consentie par les États-Unis et l’Europe à leur industrie respective.
La ministre Mélanie Joly demeure évasive sur un éventuel soutien ciblé à l’industrie aéronautique québécoise

Mélanie Joly, à gauche (Photo Twitter)

Bombardier recevra moins d’argent que prévu pour ses usines mais pourrait mieux s’en tirer à plus long terme

Publié le 26 oct. 2020
Bombardier recevra moins d’argent que prévu pour ses usines mais pourrait mieux s’en tirer à plus long terme

(Source: Bombardier)

  • L’équipementier américain Spirit AeroSystems paiera finalement 275 millions $US pour des usines fabriquant des pièces d’avions situées en Irlande, au Maroc et aux États-Unis, plutôt que les 500 millions $US prévus initialement.
  • En revanche, Spirit assumera un passif plus important – 824 millions $US plutôt que 700 millions $US – et promet à Bombardier au moins 100 millions $US d’économies sur les composants que le fabriquant québécois lui achètera au cours des prochaines années pour ses futurs avions d’affaires.

EXCLUSIF InfoBref

CAE est prête à investir dans le développement d’un avion électrique québécois

Publié le 8 oct. 2020
CAE est prête à investir dans le développement d’un avion électrique québécois
  • Officiellement carboneutre depuis la fin septembre, l’entreprise montréalaise aimerait améliorer ce bilan en électrifiant d’ici 5 ans la moitié des 250 petits avions qu’elle utilise pour la formation de nouveaux pilotes.
  • «Il existe un ou deux avions hybrides ou électriques ailleurs dans le monde, mais CAE serait prête à investir dès aujourd’hui dans la recherche et développement d’un avion électrique développé au Québec», affirme Hélène V. Gagnon, vice-présidente des affaires publiques, en entrevue à InfoBref.

Hélène Gagnon, qui siège par ailleurs au conseil d’administration d’Hydro-Québec, indique que CAE a déjà parlé de ce projet à une poignée de fabricants et de motoristes depuis un an, mais que les discussions sont demeurées au stade exploratoire.

Il faut dire que les avions électriques déjà prêts à décoller ne sont pas nombreux, ni très gros.

  • Le plus gros avion électrique réellement fonctionnel à ce jour est un Cessna Grand Caravan pouvant accueillir 14 passagers, modifié par la société MagniX, de Seattle.
  • Sa portée de 1600 kilomètres est courte comparée à celle d’avions traditionnels, mais elle supérieure à la distance parcourue par la moitié des vols commerciaux dans le monde, assure son fabricant.

Un tel avion conviendrait à CAE, indique Mme Gagnon, mais elle préférerait un modèle fabriqué au Québec. «On a l’expertise au Québec pour développer [un tel avion]», dit-elle.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Airbus produira un jet d’affaires de luxe à partir de l’A220

Publié le 6 oct. 2020
Airbus produira un jet d’affaires de luxe à partir de l’A220

Airbus 220

  • L’ACJ Two Twenty sera dérivé du A220 et créera «un tout nouveau segment de marché pour les avions d’affaires extra larges», croit l’avionneur français.
  • Airbus vante sa cabine trois fois plus spacieuse, son coût de vol réduit du tiers et un impact sonore moitié moins important que celui des avions d’affaires déjà sur le marché.