Entreprises

Harley-Davidson vend ses vélos électriques sous une nouvelle marque

Publié avant-hier
Harley-Davidson vend ses vélos électriques sous une nouvelle marque
  • Nommée en hommage à une des premières motos de Harley-Davidson, sa nouvelle filiale Serial 1 Cycle Company ne vendra, pour débuter, qu’un modèle de vélo urbain à assistance électrique.
  • En pleine restructuration, le fabricant de motos de Milwaukee préfère miser sur une nouvelle marque, car il s’inquiète du manque d’attrait de sa propre marque auprès des jeunes amateurs de vélos et de motos, tant aux États-Unis qu’ailleurs dans le monde.

Une entreprise sur trois au Canada ne sait pas si elle survivra à la Covid-19

Publié avant-hier
Une entreprise sur trois au Canada ne sait pas si elle survivra à la Covid-19

(Image Unsplash)

  • Plus inquiétant encore: un dirigeant sur deux au pays ne sait pas si son entreprise pourra survivre à une éventuelle recrudescence du nombre d’infections qui prolongerait la crise jusqu’en 2021.
  • Pourtant, seulement un peu plus du quart ont perdu des occasions d’affaires et réduit de façon durable leur nombre d’employés, selon un sondage réalisé par la firme torontoise Fuse Insights durant la première semaine d’octobre.

Une majorité des entreprises canadiennes sondées se disent déjà transformées par la pandémie, que celle-ci se prolonge ou non l’an prochain.

  • 56% affirment qu’elle a provoqué des changements dans le mode de fonctionnement et les méthodes de travail au sein de leur organisation.
  • Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, 45% des entreprises ont vu leur virage numérique ralenti – et non accéléré –par la Covid-19.

Une note plus positive clôt ce sondage mené pour le compte de Microsoft: 64% des entreprises croient avoir posé les bons gestes pour croître plus rapidement une fois que l’économie sera de retour sur les rails.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus
Une entreprise sur trois au Canada ne sait pas si elle survivra à la Covid-19

(Image Unsplash)

Une centaine d’entrepreneurs techno demandent à Ottawa une stratégie pour stimuler la création d’entreprises innovantes

Publié le 27 oct. 2020
Une centaine d’entrepreneurs techno demandent à Ottawa une stratégie pour stimuler la création d’entreprises innovantes
  • Les dirigeants d’entreprises de partout au pays, y compris les québécoises Lightspeed, Hopper et Coveo, déplorent que le Canada soit loin derrière des pays comme la Slovénie en matière d’innovation.
  • Le Canada a «besoin d’une stratégie de prospérité qui permettra de récupérer les emplois perdus à cause de la pandémie», écrivent-ils dans une lettre ouverte.

Représentés par le Conseil canadien des innovateurs (CCI), ces gens d’affaires de tous les horizons identifient trois axes autour desquels une stratégie d’innovation pourrait s’articuler:

  • la transformation numérique de l’économie;
  • un plus grand soutien pour la recherche, pour créer davantage de propriétés intellectuelles canadiennes;
  • un virage prononcé vers des technologies propres et des solutions à la crise climatique.

«La pandémie de la Covid-19 a révélé l’urgence de mettre en place des projets à grande portée adaptés à nos réalités contemporaines», ajoutent les signataires.

Dès 2015, le gouvernement libéral promettait qu’il reverrait les politiques nationales afin de mettre en valeur l’innovation canadienne. Cela n’a toujours rien donné, constate le CCI.

«Nous attendons toujours la concrétisation de la promesse de créer une stratégie nationale en matière de données, de déployer une stratégie nationale en matière de propriété intellectuelle et d’appliquer les recommandations des Tables sectorielles de stratégies économiques.»

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Votre entreprise peut-elle éviter les menaces informatiques tout en faisant plus de place au numérique et au télétravail?

Publié le 27 oct. 2020
  • Alors que s’achève le mois de la sensibilisation sur la cybersécurité, les experts s’inquiètent de voir les entreprises canadiennes s’exposer plus que jamais aux menaces en ligne sans renforcer leur vigilance.
  • Les cas d’hameçonnage, de rançongiciel et de vol de données confidentielles sont en hausse dans un contexte de télétravail et de virage numérique – mais il est possible de se protéger efficacement.

Les PME et grandes entreprises qui songent à rendre le télétravail en partie permanent «doivent mettre à jour leurs stratégies pour assurer la protection de leurs données et de leurs systèmes», conseille Guillaume Caron, qui dirige la division de sécurité informatique VARS du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton.

L’expert rappelle que quelques solutions simples contribuent à prémunir l’entreprise contre les menaces:

  • Les antivirus et les logiciels pare-feu sont des outils essentiels pour les postes de travail – des outils sécurisant les accès et le partage sur les réseaux doivent s’y ajouter.
  • Les courriels sont la principale porte d’entrée des logiciels malveillants en entreprise et doivent donc être surveillés de près.
  • Les pirates qui s’infiltrent dans les entreprises recourent à des identifiants qui s’échangent depuis déjà quelque temps sur l’Internet clandestin, le «dark web» – il faut donc inciter tout le monde à renouveler ses codes d’accès pour éliminer ce risque.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Un des plus importants propriétaires d’hôtels à Las Vegas veut maintenant se défaire de ses casinos

Publié le 27 oct. 2020
Un des plus importants propriétaires d’hôtels à Las Vegas veut maintenant se défaire de ses casinos

Le Venetian

  • Sands Corporation serait en pourparlers afin de vendre six des casinos les plus connus de Las Vegas, dont le Venetian et le Sands Expo Convention Center, pour la somme de 6 milliards $US.
  • Selon l’agence Bloomberg, Sheldon Adelson, le milliardaire propriétaire de Sands, songerait à quitter les États-Unis pour se concentrer sur ses hôtels et ses casinos en Asie, à Macao et Singapour.

Dunkin Donuts pourrait-elle revenir au Canada?

Publié le 27 oct. 2020
  • Dunkin’ Brands, la société qui gère l’enseigne aux États-Unis, est en négociation avec Inspire Brands, une firme d’Atlanta qui possède déjà un portfolio comprenant Arby’s et Buffalo Wild Wings et souhaite y ajouter Dunkin Donuts.
  • Si elle réalise cette acquisition, Inspire aurait comme intention de faire de Dunkin Donuts une marque forte sur Internet, appuyée par des boutiques-phares dans les principaux marchés de la planète.

L’achat de Husky Energy par Cenovus marque le début d’une consolidation qui affectera durablement le secteur énergétique canadien

Publié le 26 oct. 2020
L’achat de Husky Energy par Cenovus marque le début d’une consolidation qui affectera durablement le secteur énergétique canadien

(Source: Unsplash)

  • Ça bouillonne dans les sables bitumineux albertains: les petits producteurs peinent à retrouver la profitabilité tandis que les géants européens se délestent d’actifs polluants qu’ils détenaient dans la région.
  • Suncor Energy et Canadian Natural Resources (CNR) pourraient profiter de la situation pour mettre la main à leur tour sur d’autres entreprises albertaines toujours mal en point.

Royal Dutch Shell et Total ont des objectifs de réduction d’émissions de GES qui pourraient les mener à abandonner leur présence dans les sables bitumineux prochainement.

  • Les participations minoritaires des deux pétrolières européennes dans des projets exploités par Suncor et CNR pourraient être rachetées par ces deux derniers.
  • Si un tel transfert de propriété se concrétise, on pourrait assister à la naissance de nouveaux géants pétroliers canadiens, prédit un analyste de la Banque Scotia.

Deux conditions doivent être respectées pour que cette consolidation se produise, écrit-il dans une note:

  • «Le prix pour ces acquisitions devra être assez raisonnable pour générer un rendement rapidement.»
  • «Il devra y avoir des synergies et des économies d’échelle immédiate.»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Une IA montréalaise rendant les immeubles commerciaux plus «intelligents» connaît du succès à l’international

Publié le 26 oct. 2020
Une IA montréalaise rendant les immeubles commerciaux plus «intelligents» connaît du succès à l’international
  • D’ici six mois, AMP Capital, un des plus grands gestionnaires d’immeubles d’Asie-Pacifique et d’Océanie, automatisera le chauffage et la climatisation dans tous ses immeubles commerciaux d’Australie et de Nouvelle-Zélande en recourant à la technologie de BrainBox AI.
  • Un an et demi après sa fondation, cette startup montréalaise compte déjà une trentaine de clients sur cinq continents, grâce à une solution logicielle qui promet de réduire de 25% la facture d’énergie des immeubles trois mois seulement après son installation.

Investissement Québec donne un coup de pouce financier à Chantier Davie pour exécuter un contrat de la Défense nationale

Publié le 26 oct. 2020
Investissement Québec donne un coup de pouce financier à Chantier Davie pour exécuter un contrat de la Défense nationale
  • IQ lui accorde un cautionnement pouvant atteindre 8 millions $, ce qui remplit une exigence du fédéral pour l’octroi d’un contrat d’entretien de trois frégates de la Défense d’une valeur de 500 millions $.
  • «Ce projet s’inscrit parfaitement dans notre vision pour la relance économique de la province», a expliqué par communiqué le ministre de l’Économie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon.

Bombardier recevra moins d’argent que prévu pour ses usines mais pourrait mieux s’en tirer à plus long terme

Publié le 26 oct. 2020
Bombardier recevra moins d’argent que prévu pour ses usines mais pourrait mieux s’en tirer à plus long terme

(Image Bombardier)

  • L’équipementier américain Spirit AeroSystems paiera finalement 275 millions $US pour des usines fabriquant des pièces d’avions situées en Irlande, au Maroc et aux États-Unis, plutôt que les 500 millions $US prévus initialement.
  • En revanche, Spirit assumera un passif plus important – 824 millions $US plutôt que 700 millions $US – et promet à Bombardier au moins 100 millions $US d’économies sur les composants que le fabriquant québécois lui achètera au cours des prochaines années pour ses futurs avions d’affaires.

Un contrat informatique de gré à gré de 23 millions $ entre le ministère de la Santé et la firme Deloitte suscite des inquiétudes

Publié le 25 oct. 2020
Un contrat informatique de gré à gré de 23 millions $ entre le ministère de la Santé et la firme Deloitte suscite des inquiétudes

(Source: Wikimedia)

  • Québec a évoqué l’urgence sanitaire pour justifier l’absence d’appel d’offres pour l’achat d’une technologie qui devrait accélérer le dépistage des infections de Covid-19 et la divulgation des résultats des tests aux patients.
  • Deux expertes questionnées par InfoBref se disent inquiètes, mais pas surprises: des mécanismes d’appels d’offres rapides existent déjà, mais ils sont rarement utilisés par les ministères.

Le contrat octroyé à Deloitte attise les critiques, car la firme ne fait essentiellement que revendre au gouvernement un logiciel produit par la société américaine Salesforce.

  • «Québec a peut-être payé plus cher pour éviter des délais, mais il ne faudrait pas que ça devienne une habitude», dit Nicole Martel, présidente de l’Association québécoise des technologies (AQT).
  • La femme d’affaires ne voit pas de malice dans ce contrat, mais elle reproche au gouvernement de ne pas avoir contacté des spécialistes québécois des TI.

Avec le projet de loi 66, les contrats de gré à gré venant du gouvernement pourraient être plus fréquents, ajoute Caroline De Guire, PDG de la Chambre de commerce et d’industrie de Laval et ancienne dirigeante de l’Association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants (AQIII).

Dans la plupart des cas, c’est une bonne chose, dit-elle, car cela risque de procurer davantage de travail aux entreprises québécoises auprès de divers ministères, comme ceux de la Santé et de l’Environnement.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Google signe un accord-cadre avec Ottawa qui lui permettra de vendre sa plateforme infonuagique directement aux organismes fédéraux

Publié le 25 oct. 2020
  • Certaines sociétés de la Couronne utilisaient déjà des outils en ligne de Google, dont la suite bureautique G Suite (maintenant appelée Workspace) — chose que pourra faire tout le secteur public à l’avenir.
  • Cet accord-cadre survient alors que Google Canada est la cible de différentes poursuites un peu partout au pays pour la façon dont la société californienne collecte et gère les données confidentielles des Canadiens.