Travail

La haute direction des entreprises canadiennes continue d’avoir l’air d’un «boys club»

Publié avant-hier
La haute direction des entreprises canadiennes continue d’avoir l’air d’un «boys club»

(Source: Pixnio)

  • Seulement 9 des 223 plus importantes sociétés canadiennes cotées en bourse ont une femme à titre de PDG, soit une proportion de 4%.
  • C’est très peu, encore moins que la proportion de 6% des femmes qui dirigent une entreprise faisant partie de l’indice S&P 500 de la bourse de New York.

En tout, les femmes représentent seulement 13% des quelque 1000 hauts cadres qui composent la direction des entreprises canadiennes présentes à la bourse de Toronto, révèle une analyse du Globe and Mail.

Plus d’une entreprise canadienne sur deux composant le principal indice de la bourse torontoise, le S&P/TSX, ne compte aucune femme parmi ses cadres dirigeants (executive officers).

À titre comparatif, 41 des entreprises faisant partie du palmarès Fortune 500, soit 9% des 500 plus grandes entreprises aux États-Unis, ont une femme à leur tête.

Le Québec fait peut-être un peu mieux que l’ensemble du Canada en la matière, même s’il est très loin de la parité.

  • Une analyse de l’Université Laval datant de 2019 établissait à 19% la présence des femmes dans les conseils d’administration des sociétés québécoises cotées en bourse.
  • Mais les membres des conseils d’administration, s’ils sont les responsables ultimes de la gestion d’une entreprise, n’en sont pas les dirigeants qui prennent les décisions au quotidien.

L’équité salariale est un autre enjeu. Les femmes qui dirigent des entreprises au Canada gagnent les deux tiers (68%) du salaire d’un homme qui occupe un poste similaire, selon le Centre canadien de politiques alternatives.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le projet de loi 59, qui doit moderniser les normes de santé et de sécurité au travail, ne fait aucune mention du télétravail

Publié le 23 janv. 2021
Le projet de loi 59, qui doit moderniser les normes de santé et de sécurité au travail, ne fait aucune mention du télétravail

(Photo Unsplash)

  • L’organisme Télétravail Québec a demandé à la commission parlementaire chargée du projet de loi 59 pour que les nouvelles normes obligent toutes les entreprises à adopter une politique sur le télétravail – puisque cette forme de travail, devenue très courante pendant la pandémie, n’était pas mentionnée dans le texte.
  • Mais le ministre du Travail Jean Boulet préfère seulement inciter les entreprises à adopter une politique de télétravail plutôt que de les y forcer. Il rappelle au passage que leurs obligations en matière de santé et de sécurité sont valables peu importe où travaillent leurs employés.

Le prolongement du confinement met en péril 2,4 millions d’emplois au Canada, selon la FCEI

Publié le 21 janv. 2021
Le prolongement du confinement met en péril 2,4 millions d’emplois au Canada, selon la FCEI

(Photo Unsplash)

  • 180 000 propriétaires de PME au Canada songent sérieusement à fermer pour de bon à cause de la crise liée à la Covid-19. Cela représenterait une PME sur six, soit 2,4 millions d’employés à temps plein ou partiel.
  • Ces éventuelles fermetures s’ajouteraient aux 58 000 entreprises qui ont disparu en 2020 en raison de la pandémie, révèle une enquête de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) parue ce matin. L’enquête dit qu’en ce moment, seule une entreprise sur deux tourne à plein régime.

Les travailleurs vont retourner dans les bureaux du centre-ville plus vite qu’on l’imagine

Publié le 19 janv. 2021
Les travailleurs vont retourner dans les bureaux du centre-ville plus vite qu’on l’imagine

(Photo Unsplash)

  • C’est ce qu’avance le PDG de la firme d’investissement torontoise Brookfield. Il cite en exemple le retour au bureau d’une majorité de travailleurs dans des villes comme Shanghai, Dubaï et Melbourne, où la pandémie a frappé plus tôt et moins fort qu’ici.
  • Les investisseurs qui croient que le télétravail et les achats par Internet resteront la norme une fois la pandémie passée se trompent, affirme Bruce Flatt dans une entrevue au Financial Times, en justifiant sa décision récente de racheter pour 6 milliards $ la division immobilière de son entreprise en vue de la privatiser.
Les travailleurs vont retourner dans les bureaux du centre-ville plus vite qu’on l’imagine

(Photo Unsplash)

Contre toute attente, WeWork renaît de ses cendres

Publié le 17 janv. 2021
Contre toute attente, WeWork renaît de ses cendres

L’espace de WeWork au 1010 de la rue Sainte-Catherine Ouest, à Montréal

  • Après une tentative avortée d’entrer en bourse à la fin 2019 et une pandémie qui a forcé certains de ses rivaux, comme la société montréalaise Breather, à fermer la majorité de leurs espaces locatifs, WeWork va mieux et prévoit être rentable en 2022.
  • Pour y arriver, WeWork a réduit la taille de ses opérations. Elle mise sur une demande pour ses espaces de travail partagés, y compris ceux situés à Montréal, qui sera plus durable maintenant que les travailleurs et les employeurs ont pris goût au travail à distance.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Le régime de santé et de sécurité au travail du Québec est le plus coûteux et le moins compétitif au Canada, selon Morneau Sheppell

Publié le 13 janv. 2021
  • Le régime administré au Québec par la CNESST, mais entièrement financé par les employeurs, coûte 43% plus cher que celui de l’Ontario et 33% plus cher que celui de l’Alberta, constate une analyse nationale effectuée par la firme de gestion en ressources humaines Morneau Sheppell (PDF).
  • Le principal défaut du régime québécois: les délais dans le traitement des dossiers – ils sont les plus importants au pays, ils font monter les coûts associés aux indemnisations et ils retardent le retour au travail des employés.

La reprise du marché du travail sera longue et inégale, avertit la Banque du Canada

Publié le 11 janv. 2021
  • Une majorité d’entreprises canadiennes ne prévoient de recommencer à embaucher qu’à la fin de cette année, quand elles seront persuadées que la pandémie est terminée, indique la dernière enquête trimestrielle sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada.
  • Le marché de l’emploi prendra encore plus de temps à retrouver son niveau d’avant la pandémie: le quart des entreprises prévoit garder des effectifs réduits au moins jusqu’en 2022.

La moitié des entreprises canadiennes d’au moins 20 employés ont donné des bonis de fin d’année en 2020

Publié le 4 janv. 2021
  • Parmi celles qui ont accordé des bonis de fin d’année, six entreprises sur dix ont été plus généreuses qu’en 2019.
  • Dans la majorité des cas, c’est moins la bonne santé financière de l’entreprise que le besoin de retenir les employés qui a motivé cette augmentation, indique un sondage auprès de 600 dirigeants effectué fin novembre par la firme de consultation Robert Half.

Meilleurs produits TECHNO

Ces applications feront de vous un meilleur collègue de bureau en 2021

Publié le 1er janv. 2021
Alain McKenna
par Alain McKenna
Ces applications feront de vous un meilleur collègue de bureau en 2021

• Ce début d’année est un bon moment pour revoir des habitudes prises un peu à la va-vite sous la pression de la pandémie.

• Voici cinq applications qui vous permettront de reprendre le contrôle de votre travail et provoqueront l’envie de vos collègues de bureau – même à distance.

Les réunions d’équipe, les conférences et même les pauses café ont évolué l’an dernier, confinement oblige. Certains changements seront plus durables que d’autres. Les cinq applications suivantes vous aideront à mieux naviguer dans le monde du travail à distance.

Mmhmm

Teams, Webex, Zoom… Les applications de conférences vidéo ont toutes le même défaut: elles n’offrent qu’un contrôle très limité sur ce qu’on peut présenter aux autres participants. C’est là que Mmhmm entre en scène. Ce petit logiciel s’insère entre votre webcaméra et la conférence. Il agit comme un studio de réalisation complet que vous pouvez gérer en trois clics ou moins.

Plus: fonds virtuels statiques ou animés à volonté; images en mortaise; possibilité d’ajuster la taille et le positionnement de l’intervenant à l’écran.

Moins: en bêta; la version Windows tarde à voir le jour; certaines fonctions ne peuvent pas être désactivées.

Mmhmm gratuit sur Mac


NeuralCam Live

La meilleure caméra web est celle que vous possédez déjà sur votre iPhone. NeuralCam Live s’assure que vous pouvez l’utiliser à partir de votre ordinateur personnel Mac, comme si c’était une véritable caméra web.

Plus: la luminosité se règle intelligemment; l’effet de «bulle» met efficacement le sujet en vedette; les principales fonctions sont gratuites.

Moins: pour iPhone et Mac seulement; l’abonnement est coûteux; le suivi intelligent du visage manque de précision.

NeuralCam Live gratuit sur iOS (iPhone)


Available

Vous trouverez des tonnes de services web qui comparent les agendas de tous les invités pour déterminer quand tenir une rencontre d’équipe. Mais aucun n’a la simplicité de ce plugiciel pour le navigateur Chrome.

Plus: gratuit; interface dépouillée; ne passe pas par un site web tiers; échange les disponibilités par courriel.

Moins: moins polyvalent que d’autres; nécessite d’utiliser le navigateur Chrome.

Available gratuit sur Chrome

Voyez nos autres sélections de Meilleurs produits Techno publiées chaque samedi dans InfoBref Matin


Dark Noise

L’ambiance du bureau vous manque? La musique ou la conférence Teams des enfants vous dérangent en plein élan de créativité? Enfilez un casque d’écoute et lancez Dark Noise pour générer un bruit de fond qui vous ramènera dans de meilleures dispositions pour être productif.

Plus: prix raisonnable; bon répertoire de bruits ambiants en tout genre; possibilité de mixer des sons pour créer sa propre ambiance.

Moins: fonctionne seulement sur iOS; utilité relativement limitée.

Dark Noise 6$ sur iOS


Relax Melodies

Se détendre après une journée de télétravail, ce n’est pas si simple si on ne change pas un peu d’environnement. Relax Melodies est une application montréalaise qui permet de passer efficacement en mode détente.

Plus: outils de relaxation; ambiances pour méditer ou mieux dormir; grandement personnalisable.

Moins: version gratuite limitée; abonnement annuel coûteux; interface web un peu lourde.

Relax Melodies gratuit sur Android, iOS et sur le web


Pour recevoir la sélection des Meilleurs produits Techno d’Alain McKenna chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin (et à son complément InfoBref Soir pour un survol de l’actualité à 16h)

En savoir plus En savoir plus

L’emploi s’est remis plus vite de la pandémie au Québec que dans les autres provinces

Publié le 17 déc 2020
  • Au troisième trimestre de 2020, le Québec avait un niveau d’emploi équivalent à 97% de ce qu’il était au dernier trimestre de l’an dernier.
  • Pendant les neuf premiers mois de l’année, le nombre de personnes employées au Québec n’a donc baissé que de 3%, soit moins que partout ailleurs au Canada, selon l’Institut de la statistique du Québec.

Dans l’ensemble du Canada, le nombre de personnes employées au troisième trimestre 2020 était 5% plus bas de ce qu’il était au quatrième trimestre 2020. 

En Ontario, la baisse était de 6%.

Le Québec fait également mieux que les autres provinces du pays en ce qui a trait au taux de chômage.

  • Au troisième trimestre, le taux de chômage au Québec était de 8,5%, soit le plus bas taux au pays.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

L’impact d’Amazon, selon Bloomberg: une baisse du salaire des employés d’entrepôts

Publié le 17 déc 2020
L’impact d’Amazon, selon Bloomberg: une baisse du salaire des employés d’entrepôts

(Photo Amazon)

  • Amazon emploie plus d’un million de personnes dans le monde et elle ne cesse d’embaucher du nouveau personnel.
  • Son effet sur les salaires est important – et, de façon générale, il est négatif: le revenu des employés d’entrepôts recule en moyenne de 6% dans les deux années qui suivent l’ouverture d’un entrepôt d’Amazon dans leur région, révèlent des statistiques du Bureau américain du Travail.

L’agence de presse Bloomberg a analysé les statistiques salariales dans 68 pays où Amazon possède des entrepôts

Vu l’importance de ses activités commerciales, quand Amazon inaugure des installations dans une région, l’entreprise devient rapidement un des plus importants gestionnaires d’entrepôt de la région, sinon le plus important.

Dans les régions où les salaires sont bas, l’arrivée d’Amazon coïncide avec une hausse du salaire moyen des travailleurs en entrepôt. 

Mais dans les régions où les salaires sont plus élevés, l’effet est inverse: le salaire moyen des travailleurs baisse. 

  • Or, ces régions correspondent au cas le plus fréquent.
  • Il faut ensuite attendre des années avant que le salaire moyen des employés d’entrepôts ne revienne à ce qu’il était avant l’arrivée d’Amazon, conclut Bloomberg.

Amazon nie catégoriquement ces conclusions. Selon l’entreprise, elles vont «à l’encontre de 50 ans de pensée économique: on ne peut pas embaucher davantage de personnel en le payant moins [que le reste de l’industrie]».

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Télétravail obligatoire: Québec et Ottawa simplifient les déductions fiscales

Publié le 16 déc 2020
  • Comme, à partir d’aujourd’hui, sauf exception, le télétravail est obligatoire au Québec, les employés qui doivent s’ajuster pourront obtenir jusqu’à 400 $ de déductions fiscales en 2020, au provincial et au fédéral, grâce à une procédure temporaire simplifiée.
  • Pour en bénéficier, il faut avoir fait des dépenses qui ne sont pas remboursées par son employeur, et être en télétravail à cause de la pandémie pendant plus de 50% de son temps de travail sur au moins quatre semaines ininterrompues.