Économie

Un taux minimum mondial d’imposition des sociétés à 21% rapporterait presque 11 milliards $ au gouvernement canadien

Publié le 17 avr. 2021
  • Le président américain Joe Biden propose d’imposer les profits des multinationales à au moins 21% dans chaque pays où elle réalisent ces profits.
  • Si le Canada suivait cette règle, il générerait des recettes fiscales annuelles additionnelles de presque 11 milliards $, calcule une étude de chercheurs de l’Université Charles, de Prague, en République tchèque, associés à l’ONG Tax Justice Network.

Investir 100 milliards $ dans la relance de l’économie canadienne, est-ce vraiment nécessaire?

Publié le 14 avr. 2021
Investir 100 milliards $ dans la relance de l’économie canadienne, est-ce vraiment nécessaire?

Justin Trudeau (Source: PLC)

  • La vive reprise économique depuis l’automne a permis au Canada de revenir à 80% du niveau d’emploi et à plus de 95% du niveau d’activité économique d’avant la pandémie. Dans ces circonstances, il peut apparaître moins indispensable d’adopter un ambitieux plan de relance pour l’ensemble du pays.
  • Moins d’une semaine avant la publication par le gouvernement Trudeau de son budget pour l’exercice 2021-2022, des économistes se demandent s’il ne serait pas plus sage de réduire les dépenses – et surtout, l’endettement – du gouvernement fédéral.

L’économie canadienne n’est pas si mal en point, avancent des observateurs.

  • L’aide d’urgence fédérale dès les premières semaines de la pandémie a bien soutenu l’économie nationale. Faut-il s’endetter encore plus maintenant que la crise semble s’estomper?
  • Les effets du méga-plan de relance des États-Unis pourraient suffire à pousser le PIB canadien au-delà de son niveau d’avant la pandémie.

Le Canada peut s’endetter à faible coût présentement. Alors que des rumeurs d’élections hâtives s’intensifient, les libéraux pourraient voir un avantage électoral à adopter un budget très généreux.

  • «Évitons de trop stimuler l’économie», a averti plus tôt cette semaine le PDG de la Banque Royale David McKay, à l’occasion d’une table ronde avec les médias. «Voyons comment l’économie se remet de la crise, puis réagissons rapidement si les choses ne se produisent pas comme prévu.»
  • Le patron de la RBC croit que les taux d’intérêt historiquement bas et l’épargne record accumulée par les Canadiens depuis un an suffiront à ranimer l’économie, sans qu’Ottawa ait besoin d’endetter davantage le pays.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le PDG de la Banque Scotia propose à Ottawa d’augmenter l’allocation pour enfants à 20 000 $

Publié le 13 avr. 2021
  • Brian Porter propose trois mesures, qui ont été analysées par la Scotia, pour que la croissance économique du Canada ne retombe pas sous la barre des 2% annuellement, soit son rythme moyen de croissance des 20 dernières années.
  • Ces mesures sont: hausser l’allocation pour enfants de 8000 à 20 000 $ par an; égaler la somme qu’investissent les entreprises pour moderniser leur équipement; et mettre fin une fois pour toutes aux barrières tarifaires interprovinciales.

Les prix des maisons au Canada auraient peu de chances de redescendre à moyen terme

Publié le 12 avr. 2021
Les prix des maisons au Canada auraient peu de chances de redescendre à moyen terme

(Source: Unsplash)

  • Parmi les 25 pays qui composent l’Indice sur le prix des propriétés du magazine The Economist, le Canada est celui qui a connu la plus forte hausse depuis 20 ans: selon cet indice, le prix moyen des maisons a presque triplé au pays depuis l’an 2000.
  • La hausse n’est pas terminée, même si elle devrait se calmer un peu au cours des prochaines années. Selon cet indice, le prix des maisons devrait augmenter au Canada d’environ 3,5% par an d’ici avril 2023.

La surchauffe de l’immobilier résidentiel va cesser à moyen terme, mais le marché ne va pas s’effondrer, croient les créateurs de l’indice. 

Ils se basent sur deux facteurs:

  • La tendance haussière est internationale – le Canada n’est pas dans une situation exceptionnelle ou spéculative particulière, ce qui réduit les risques d’une chute subite de valeur.
  • Les conditions économiques à moyen terme sont positives: malgré la pandémie, le nombre de saisies immobilières demeure faible et le marché de l’emploi est en croissance. 

Cela dit, les gouvernements devraient faire deux choses pour stabiliser les prix, ajoute The Economist:

  • réduire les déductions fiscales qui favorisent l’accès à la propriété; et
  • rendre la construction de nouveaux logements plus facile et plus abordable.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le système fédéral d’accueil des travailleurs étrangers saisonniers: un «bordel», dit l’UPA

Publié le 10 avr. 2021
Le système fédéral d’accueil des travailleurs étrangers saisonniers: un «bordel», dit l’UPA

(Photo Unsplash)

  • L’Union des producteurs agricoles demande à Ottawa d’assurer que les travailleurs étrangers temporaires qui débarquent au Canada puissent travailler dès leur sortie de quarantaine. Ces derniers mois, le système de dépistage du fédéral a connu des ratés qui ont étiré la période d’isolement pour plusieurs travailleurs temporaires.
  • Le système du fédéral n’est accessible qu’en anglais, ce qui rend la situation plus difficile encore pour ces travailleurs qui ne parlent pour la plupart que l’espagnol. Si rien n’est fait, avec les milliers de travailleurs attendus cet été, «ça va être le bordel», a averti Marcel Groleau, président de l’UPA, lors d’un point de presse hier.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Les entreprises canadiennes, américaines et mexicaines veulent un marché nord-américain plus intégré

Publié le 6 avr. 2021
Les entreprises canadiennes, américaines et mexicaines veulent un marché nord-américain plus intégré

(Source: Wikimedia)

  • L’Accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique (ACÉUM) entre à peine en vigueur que des représentants du monde des affaires des trois pays demandent aux gouvernements de revisiter l’entente pour profiter de la croissance économique post-pandémique.
  • Dans une lettre publique, le Conseil canadien des affaires, le Business Roundtable des États-Unis et le Comité des gens d’affaires du Mexique encouragent les gouvernements à mieux soutenir la création de chaînes d’approvisionnement nord-américaines et l’établissement d’une économie numérique continentale.

L’ACÉUM contient des mesures pour réduire la corruption, régler rapidement les litiges commerciaux et faciliter les échanges électroniques. Mais il faut aller plus loin, croient les trois organismes. Selon eux:

  • les trois pays devraient avant tout harmoniser leurs mesures sanitaires pour accélérer la réouverture des frontières entre les trois pays;
  • les trois marchés doivent demeurer ouverts et «favoriser les échanges commerciaux dans les secteurs de l’énergie et de l’innovation»; et
  • les chaînes d’approvisionnement nord-américaines devraient être favorisées plutôt que de s’approvisionner ailleurs, notamment en Asie. 

L’Amérique du Nord doit être «plus compétitive» si elle compte profiter de la forte croissance économique anticipée au cours des prochaines années, conclut la lettre.

  • Elle recommande aux trois pays de créer rapidement un comité pour élaborer d’ici la fin de l’année une politique continentale en vue d’améliorer la productivité et la compétitivité des trois économies nationales.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Trois travailleurs du secteur pétrolier canadien sur quatre risquent de voir leur emploi disparaître

Publié le 6 avr. 2021
  • La volonté du gouvernement du Canada d’être entièrement carboneutre en 2050 menace de disparition entre 312 000 et 450 000 des 600 000 emplois que compte l’industrie canadienne du gaz et du pétrole, estime la Banque TD.
  • Dans un rapport, la banque torontoise prévoit que les nouveaux emplois créés par les technologies propres ne suffiront pas à compenser ces pertes d’emplois. Elle suggère au gouvernement de prévoir des mesures de transition pour les travailleurs qui seront touchés par le virage vers la carboneutralité.

GNL Québec ferait monter de 400 millions $ la facture annuelle d’électricité des Québécois, affirment des opposants au projet

Publié le 1er avr. 2021
  • La quantité d’électricité qui sera nécessaire pour exploiter ce projet de gazoduc et d’usine de liquéfaction de gaz naturel obligera Hydro-Québec à trouver de nouvelles sources d’approvisionnement en énergie qui coûteront cher, affirment des organismes environnementaux dont Nature Québec et Greenpeace.
  • Pour amortir le coût élevé de cet approvisionnement, Hydro-Québec pourrait devoir hausser ses tarifs de 4,5% à partir de 2030, calculent ces organismes. Ils estiment le coût total de cette hausse à 10 milliards $ sur la durée de vie de GNL Québec, soit 25 ans.

L’économie canadienne va mieux que prévu depuis le début de l’année

Publié le 31 mars 2021
L’économie canadienne va mieux que prévu depuis le début de l’année

(Source: Unsplash)

  • Selon Statistique Canada, le PIB canadien a augmenté de 0,7% en janvier comparativement à décembre. Janvier était le neuvième mois consécutif de croissance pour l’économie canadienne.
  • C’est un rythme de croissance plus rapide que prévu: Statistique Canada et beaucoup d’économistes anticipaient plutôt une croissance de 0,5% pour le premier mois de l’année.

L’économie canadienne a débuté 2021 sur les chapeaux de roue. 

  • La croissance pour l’ensemble du premier trimestre devrait également être supérieure aux prévisions.

Mais le PIB national demeure toutefois 3% sous son sommet d’avant la pandémie, rappelle le Conference Board du Canada.

La reprise économique est d’ailleurs inégale d’un secteur d’activité à l’autre, ajoute le Conference Board.

  • Les produits forestiers profitent de la forte demande en matériaux de construction tant au Canada qu’aux États-Unis. C’est un des secteurs qui connait la croissance la plus forte.
  • Les secteurs du pétrole et de la pétrochimie sont aussi en croissance supérieure à la moyenne.
  • À l’inverse, le commerce de détail souffre encore de la fermeture de nombreux commerces, surtout au Québec et en Ontario.
  • Les secteurs de l’hébergement et du tourisme continuent également à pâtir de la pandémie.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le Canada pourrait perdre 12 milliards $ dans Trans Mountain, selon des chercheurs

Publié le 31 mars 2021
Le Canada pourrait perdre 12 milliards $ dans Trans Mountain, selon des chercheurs

(Photo Trans Mountain)

  • Le coût pour achever la construction de ce pipeline reliant l’Alberta à l’océan Pacifique a plus que doublé depuis son rachat par Ottawa en 2018. Cela rend pratiquement nulles ses chances d’être rentable un jour, selon des chercheurs de l’École de gestion des ressources et de l’environnement de l’université Simon Fraser, en Colombie-Britannique.
  • Les chercheurs estiment que la demande mondiale en pétrole ne suffira pas à justifier ce coût. Ils croient qu’il serait plus rentable pour Ottawa de mettre fin au projet et d’investir cette somme dans des projets d’énergie renouvelable plus prometteurs.

Selon ces chercheurs, la construction du pipeline coûtera 12,6 milliards $ – bien plus que les 5,4 milliards $ prévus il y a trois ans, quand Ottawa a racheté Trans Mountain de Kinder Morgan pour la somme de 4,5 milliards $.

Sa rentabilité est rendue plus compliquée encore suite à l’adoption par plusieurs pays dans le monde de politiques climatiques qui feront baisser rapidement la demande en pétrole, surtout pour du pétrole extrait des sables bitumineux canadiens, très coûteux et polluant.

Thomas Gunton, le professeur de Simon Fraser qui signe l’étude, suggère par communiqué à Ottawa de minimiser ses pertes en s’inspirant des grandes pétrolières.

  • «Des pétrolières comme BP et Shell prévoient déjà une baisse de la demande en pétrole et investissent dans les énergies propres. Le fédéral devrait suivre leur exemple.»
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

La valeur de la bourse américaine pourrait doubler d’ici 10 ans, selon des analystes

Publié le 30 mars 2021
  • Le S&P 500, l’indice-phare de la bourse de New York, se situe présentement un peu en dessous de 4000 points. 
  • Il pourrait dépasser 8000 points à la fin de la décennie, selon la firme Sanford C. Bernstein, reconnue pour les analyses boursières qu’elle fournit à de nombreux investisseurs institutionnels américains.

La firme new-yorkaise estime que l’environnement politique a complètement changé depuis un an et qu’il est désormais nettement plus favorable aux actions.

Selon une note publiée par les stratèges de Sanford C. Bernstein, les taux d’intérêt devraient demeurer faibles et l’inflation devrait augmenter légèrement.

Ces deux facteurs pousseront les grands investisseurs à orienter leurs investissements vers des entreprises cotées en bourse capables de générer des rendements supérieurs à la moyenne – ce qui assurera une croissance soutenue à l’indice S&P 500.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Montréalais, votre maison vaut, à long terme, 19% moins que vous le croyez, selon Fitch Ratings

Publié le 30 mars 2021
Montréalais, votre maison vaut, à long terme, 19% moins que vous le croyez, selon Fitch Ratings

(Source: Unsplash)

  • Un immeuble résidentiel de Montréal qui se vend 1 million $ vaut en réalité 810 000 $, si l’on en croit l’indice sur les prix durables de l’immobilier de l’agence américaine de cotation de crédit Fitch Ratings. Le «prix durable» des résidences dans une région est estimé en corrigeant le prix du marché pour tenir compte du revenu moyen des habitants de la région.
  • À Montréal, Fitch calcule ainsi que le prix des maisons est surestimé de 19%. L’écart est de 23% à Toronto et de 32% à Vancouver. Selon l’agence de notation de crédit, de tels écarts signalent des régions où l’immobilier est très coûteux pour les acheteurs.