Économie

Un Canadien lauréat du prix Nobel d’économie

Publié le 12 oct. 2021
Un Canadien lauréat du prix Nobel d’économie

David Card, Joshua D. Angrist et Guido W. Imbens (Illustration de Niklas Elmehed / Prix Nobel)

  • Le prix Nobel d’économie a été décerné à 3 économistes, dont le Canadien David Card. Le jury dit avoir récompensé leurs «nouvelles idées» sur le marché du travail «tirées d’expériences naturelles» – basées sur l’analyse de ce qui s’est réellement passé.
  • Professeur à l’Université de Berkeley, en Californie, David Card a notamment démontré – en étudiant les effets du salaire minimum, de l’immigration et de l’éducation sur le marché du travail – que la hausse du salaire minimum n’entraîne pas forcément une diminution du nombre d’emplois. 

Ottawa devrait protéger les enfants de la publicité des influenceurs, selon Option consommateurs

Publié le 7 oct. 2021
Ottawa devrait protéger les enfants de la publicité des influenceurs, selon Option consommateurs

(Source: Unsplash)

  • Le marketing d’influence manque de transparence et crée de la confusion, surtout chez les moins de 13 ans, croit Option consommateurs.
  • L’OSBL suggère que le gouvernement fédéral légifère davantage en la matière pour unifier les symboles qui servent à identifier une publicité et pour interdire les publicités en ligne destinées aux moins de 13 ans. 

Le marketing d’influence est une forme de marketing qui s’appuie sur l’influence et la portée de personnalité publiques pour promouvoir une marque, un produit ou un service. 

Selon les lois canadiennes, le marketing d’influence ne doit pas permettre de faire de la publicité trompeuse. 

  • Les influenceurs qui font la promotion d’une marque ou d’un produit sur le web identifient normalement leur message d’un symbole, représenté par un mot-clic, tel que «ad», «pub» ou «sponsored», précédé d’un signe #. 

Mais il manque d’uniformité entre les symboles proposés par les Normes de la publicité et ceux proposés par certains réseaux sociaux, selon le rapport de recherche Marketing d’influence: la publicité à l’ère des médias sociaux, rédigé par Option consommateurs (OC). 

  • Chez les adultes, les nuances entre les mots-clics utilisés en ligne ne sont pas très bien comprises par tous, note le rapport. 
  • Il faudrait uniformiser les symboles servant à identifier une publicité.

Les moins de 13 ans sont encore plus à risque, selon OC, qui suggère d’interdire toute forme de publicité leur étant destinée. 

  • Pour les enfants, la notion de publicité est abstraite, mais elle a tout de même une forte influence sur eux, souligne le rapport.
  • De plus, dans le cadre de l’étude menée par OC, peu d’enfants ont reconnu des symboles identifiant une publicité, tels que #ad ou #pub.

Le rapport note que le Québec est la seule province canadienne à s’être doté de dispositions pour protéger les consommateurs des publicités en ligne, notamment l’interdiction de la publicité destinée aux enfants. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Avec ses politiques actuelles, le Canada va rater sa cible de réduction de GES

Publié le 6 oct. 2021
Avec ses politiques actuelles, le Canada va rater sa cible de réduction de GES

(Source: Unsplash)

  • Selon un rapport de l’Institut de l’énergie Trottier de Polytechnique Montréal, les stratégies actuelles du gouvernement fédéral ne permettront de réduire que de 16% la production canadienne de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 2005. 
  • C’est très inférieur à la réduction de 40% promise par le premier ministre Justin Trudeau. 

Le rapport indique que les gouvernements devraient concentrer leurs efforts sur restreindre les émissions issues des secteurs industriel et commercial, qui présentent les plus importants potentiels de réduction.

«À eux seuls, les secteurs du pétrole brut et du gaz naturel représentent respectivement 26% et 22% des émissions de gaz à effet de serre produites au Canada», a précisé à InfoBref Normand Mousseau, professeur de physique à l’Université de Montréal et l’un des auteurs de l’étude.

  • Pour comparaison, l’étude attribue moins de 20% des émissions de GES aux choix directs de la population, comme le chauffage résidentiel (6%) et le transport personnel (11% pour l’utilisation des véhicules individuels et 1% pour les voyages en avion).
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les principaux transporteurs aériens veulent être carboneutres d’ici 2050

Publié le 5 oct. 2021
Les principaux transporteurs aériens veulent être carboneutres d’ici 2050

[Source: Unsplash]

  • L’Association internationale du transport aérien (Iata), qui représente 290 compagnies aériennes (dont Air Canada et Air Transat) assurant 82% du trafic aérien mondial, s’est engagée à ce que l’ensemble de ses membres atteignent zéro émission nette de CO2 d’ici 2050.
  • Cet objectif est «audacieux» a admis le président de l’Iata, d’autant plus que l’association prévoit que ses membres perdront collectivement 52 milliards $US cette année et presque 12 milliards $US l’an prochain.

Les Canadiens voudront encore acheter en ligne auprès des PME après la pandémie

Publié le 28 sept. 2021
Les Canadiens voudront encore acheter en ligne auprès des PME après la pandémie

(Source: Unsplash)

  • Selon un sondage d’Ipsos pour la banque RBC, 4 Canadiens sur 5 souhaitent continuer de magasiner en ligne auprès des PME lorsque l’économie se sera entièrement rétablie de la crise sanitaire. 
  • 72% des Canadiens disent par ailleurs que la forte présence sur les médias sociaux des petits commerces les a aidés à découvrir leur offre de produits.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

L’inflation au Canada vient de battre un record vieux de 18 ans

Publié le 16 sept. 2021
L’inflation au Canada vient de battre un record vieux de 18 ans

(Source: Pixabay)

  • L’Indice des prix à la consommation, qui mesure l’inflation, a augmenté de 4,1% en août par rapport au même mois l’an dernier. 
  • C’est le rythme d’inflation le plus élevé depuis mars 2003, selon Statistique Canada. L’organisme gouvernemental explique cette hausse par la faiblesse des prix pendant l’été 2020, et par de fortes hausses de prix dans certains secteurs comme les transports et l’immobilier.

Hydro-Québec veut relier les Îles-de-la-Madeleine à son réseau

Publié le 8 sept. 2021
Hydro-Québec veut relier les Îles-de-la-Madeleine à son réseau

La centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine (Source: Hydro-Québec)

  • Après des hésitations, la société d’État a annoncé qu’elle prévoyait installer un câble sous-marin de 225 kilomètres pour relier Percé à l’archipel. Les travaux, dont la facture est estimée à 1 milliard $, devraient débuter en 2025 et se conclure 2 ans plus tard. 
  • La centrale au mazout qui alimente actuellement les Îles-de-la-Madeleine en électricité demeurera utilisée lors de périodes de grands froids, mais ses émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 94% par la connexion au réseau d’Hydro-Québec.

Construire plus de logements: est-ce la seule solution à l’inflation immobilière?

Publié le 2 sept. 2021
Construire plus de logements: est-ce la seule solution à l’inflation immobilière?

(Source: Unsplash)

  • Pour résorber la flambée des prix sur le marché immobilier québécois, la seule solution est de construire plus de logements pour réduire le déséquilibre, prône l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).
  • Mais les principaux partis politiques, qui ont fait de l’accès au logement l’un de leurs principaux chevaux de bataille dans la campagne fédérale en cours, promettent certes quelques mesures pour construire de nouveaux logements, mais aussi plusieurs incitatifs financiers pour aider les ménages à se loger. 

L’APCHQ estime qu’il manque entre 40 000 et 60 000 logements au Québec.

Accélérer le rythme des mises en chantier permettrait, selon l’APCHQ:

  • de résorber la pénurie; et 
  • de faire diminuer la pression sur les prix.

Pour augmenter le nombre de constructions, l’association demande aux gouvernements: 

  • de limiter les taxes que doivent payer les promoteurs (comme les redevances de transport, les frais de parc, les taxes d’amélioration locale); et
  • de renoncer à une part de la TPS et de la TVQ sur les habitations abordables neuves, autant pour les logements locatifs que les logements pour propriétaires-occupants. 

Les critères de remboursement des taxes pourraient être «modulés selon plusieurs éléments», suggère dans un communiqué Paul Cardinal, directeur du Service économique de l’APCHQ.

  • Ces éléments pourraient comprendre le prix de l’habitation, sa vocation (occupation par le propriétaire ou location) ou encore le statut de l’acheteur (nouvel acheteur ou acheteur expérimenté).

Dans le cadre de la campagne électorale fédérale, les partis politiques promettent de construire plus de logements, mais pas seulement. 

  • Les libéraux veulent construire, maintenir ou rénover 1,4 million de logements et aussi offrir aux aspirants propriétaires divers incitatifs, comme l’instauration d’un nouveau compte d’épargne libre d’impôt pour accumuler une mise de fonds. 
  • Les conservateurs promettent de construire 1 million de nouveaux logements d’ici 3 ans. Ils veulent aussi faciliter l’accès à l’assurance hypothécaire dans les marchés immobiliers où les prix sont élevés. 
  • Le Bloc Québécois propose la création d’une taxe sur la spéculation immobilière et veut qu’Ottawa transfère plus d’argent aux provinces pour la construction de logements sociaux.  
  • Le NPD veut construire 500 000 nouveaux logements abordables en 10 ans et promet une aide financière allant jusqu’à 5000 $ aux locataires qui ont du mal à payer leur loyer. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

À cause de la sécheresse, vous payez votre viande et votre pain plus cher

Publié le 1er sept. 2021
À cause de la sécheresse, vous payez votre viande et votre pain plus cher

(Source: Unsplash)

  • Le manque de précipitations et le temps très chaud cet été ont eu un effet dévastateur sur certains types de récoltes au pays, notamment le blé, le canola et le soya. 
  • L’impact se fait sentir sur certains produits vendus en épicerie, comme les viandes et les produits céréaliers, explique à InfoBref l’économiste Sylvain Charlebois. En revanche, les récoltes de certains fruits et légumes vont si bien que les prix ont baissé dans la dernière année.

Cette année, Statistique Canada estime que la production canadienne va diminuer de:

  • 35% pour le blé;
  • 27% pour l’orge;
  • 33% pour l’avoine;
  • 24% pour le canola; et
  • 8% pour le soya.

Ces baisses auront un effet significatif sur le prix des viandes, des volailles et du pain, a souligné à InfoBref Sylvain Charlebois, directeur du Laboratoire d’analyse agroalimentaire de l’Université Dalhousie.

«Le climat n’est pas la seule variable qui affecte les prix», indique le chercheur, puisque d’autres facteurs poussent à la hausse le prix de certains aliments. 

Dans la dernière année :

  • les frais liés à la logistique ont augmenté; et
  • la main-d’œuvre est plus difficile à recruter. 

«Mais le prix de certains autres aliments a baissé», tempère Sylvain Charlebois. 

  • C’est par exemple le cas des fruits et légumes, qui ont connu de meilleures conditions de récolte. 

De juillet l’an dernier à juillet cette année, les prix au Canada ont fluctué différemment, selon la catégorie d’aliment :

  • +3,1% pour les viandes
  • +8,6% pour la volaille 
  • +3,5% pour les produits laitiers
  • -0,6% pour les fruits frais
  • -7,5% pour les légumes frais
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Plus de deux-tiers des PME canadiennes se sont endettées à cause de la Covid-19

Publié le 31 août 2021
Plus de deux-tiers des PME canadiennes se sont endettées à cause de la Covid-19

(Source: Unsplash)

  • Un rapport de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) indique que 70% des PME canadiennes ont contracté des dettes attribuables à la Covid-19, d’un montant de 170 000 $ en moyenne. 
  • Le secteur de la restauration et de l’hôtellerie est le plus touché, puisque la dette attribuable à la pandémie y est de 333 000 $, soit près du double de la moyenne.

Le remboursement de cette dette sera le prochain grand défi de ces entreprises, selon François Vincent, vice-président à la FCEI.

  • 76% des PME qui ont contracté des dettes disent qu’il leur faudra au moins un an pour les rembourser.  
  • Cette proportion passe à 87% dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration.
  • Seulement 39% des PME ont retrouvé un revenu normal, similaire à celui qu’elles avaient avant la pandémie, selon la FCEI. 

Pour éviter que les PME ne s’endettent davantage, l’organisme demande au gouvernement d’adopter diverses mesures, comme le prolongement des subventions et des programmes de soutien liés à la Covid-19. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Surprise: l’économie canadienne s’est contractée au deuxième trimestre

Publié le 31 août 2021
Surprise: l’économie canadienne s’est contractée au deuxième trimestre

(Source: Unsplash)

  • Le produit intérieur brut (PIB) réel canadien a chuté de 0,3% entre la fin mars et la fin juin, soit une baisse annualisée de 1,1%, selon Statistique Canada. 
  • C’est le premier recul trimestriel depuis le deuxième trimestre 2020, alors que la Covid-19 avait frappé de plein fouet l’économie mondiale.

L’économie semble se diriger dans le sens inverse des prévisions. 

  • Avec la vaccination qui progresse, la plupart des analystes s’attendaient à une hausse annualisée de l’ordre de 2% à 2,5% pour le second trimestre. 
  • Même Statistique Canada, il y a encore un mois, prévoyait une croissance annualisée de 2,5% pour ce deuxième trimestre.

Statistique Canada explique la baisse du trimestre, selon ses nouveaux chiffres, par le ralentissement des exportations et de la revente en immobilier résidentiel. 

Les exportations ont baissé de 4% au 2e trimestre et de 15% en rythme annualisé.

  • Statistique Canada souligne que des perturbations dans les chaines d’approvisionnement ont réduit la production.
  • L’industrie automobile est particulièrement touchée, en raison de la pénurie de semi-conducteurs nécessaire à la fabrication de puces électroniques.

Les reventes de maisons ont beaucoup ralenti dans les derniers mois. 

  • L’ensemble des coûts de transfert de propriétés résidentielles entre acheteurs et vendeurs a baissé de 17% au dernier trimestre.  

De plus, après cette baisse trimestrielle, Statistique Canada indique que, selon ses estimations préliminaires, le PIB a également reculé en juillet, de 0,4%.

Plusieurs économistes ont déjà revu leurs prévisions après la publication de ces chiffres ce matin.

  • Doug Porter, économiste en chef à la Banque de Montréal, a réduit de 6% à 5% sa prévision de croissance annuelle pour l’économie canadienne.
  • Andrew Kelvin, stratège principal à la Banque TD, a dit à BNN Bloomberg que ces nouvelles données pourraient interférer dans la campagne électorale fédérale.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les Canadiens ont réduit leurs dettes, hors hypothèques, pour la première fois en plus de 20 ans

Publié le 24 août 2021
Les Canadiens ont réduit leurs dettes, hors hypothèques, pour la première fois en plus de 20 ans

(Source: Unsplash)

  • Du début de la pandémie à janvier cette année, les Canadiens ont remboursé un peu plus de 20 milliards $ de dettes non hypothécaires, dont près de 17 milliards $ en soldes impayés de carte de crédit, selon Statistique Canada. C’est la première fois depuis le milieu des années 1990 que les dettes non hypothécaires des ménages diminuent au pays. 
  • Mais les dettes hypothécaires, elles, ont augmenté de 100 milliards $ pendant la même période, à cause de l’augmentation du prix des maisons unifamiliales.