AFFAIRES, argent et carrière

Félix Côté

avec Félix Côté

Journaliste à InfoBref

Les nouveaux emprunts hypothécaires ont augmenté de 41% au Canada dans la dernière année

Publié le 9 juin 2021
  • Selon un rapport de la société d’évaluation de crédit Equifax, la dette globale des ménages canadiens a augmenté de presque 5% entre le premier trimestre de 2020 et le premier trimestre de 2021. Cette augmentation serait surtout attribuable à une hausse de 41% des nouveaux emprunts hypothécaires d’une période à l’autre. 
  • En revanche, la dette liée à des cartes de crédit a reculé, au premier trimestre 2021, à son plus faible niveau en six ans. Cela révèle que, pendant la pandémie, l’endettement des Canadiens a partiellement migré des cartes de crédit vers les emprunts hypothécaires.

Plusieurs milliardaires américains n’ont payé que peu ou pas d’impôts fédéraux sur le revenu

Publié le 8 juin 2021
Plusieurs milliardaires américains n’ont payé que peu ou pas d’impôts fédéraux sur le revenu

(Source: Pixabay)

  • Les 25 Américains les plus riches, dont Jeff Bezos, Warren Buffet et Elon Musk, ont payé relativement peu d’impôt fédéral sur le revenu – et parfois aucun – entre 2014 et 2018, selon une analyse de l’agence de presse d’investigation ProPublica.
  • L’analyse démontre que, entre 2014 et 2018, les 25 Américains les plus riches n’ont payé que 13,6 milliards $US en impôt, alors que leur richesse a augmenté de 401 milliards $US.

À partir de ces chiffres, ProPublica calcule que ce qu’elle appelle leur «taux d’imposition véritable» a été de seulement 3,4%.

Cela s’explique notamment parce qu’une grande partie de la richesse accumulée par les riches n’est pas considérée comme un revenu imposable.

  • C’est le cas par exemple de l’augmentation de valeur des actions dans les entreprises qu’ils dirigent, de leurs maisons de vacances et de leurs yachts.
  • Ces actifs ne sont imposés que s’ils sont vendus et qu’un gain est réalisé.

L’analyse de ProPublica révèle aussi que, de 2014 à 2018, les 25 Américains les plus riches ont payé en moyenne 15,8% en impôt fédéral sur leurs revenus.

  • C’est à peine plus que la moyenne du taux d’imposition fédéral de 14% qu’a payé, ces dernières années, un ménage américain ayant un revenu médian d’environ 70 000 $US.

En 2011, le fondateur d’Amazon Jeff Bezos n’a payé aucun impôt fédéral.

  • L’homme le plus riche de la planète a même reçu un crédit d’impôt de 4000 $US pour ses enfants. 

L’administration Biden souhaite revoir les règles fiscales américaines. 

  • Joe Biden a proposé de porter le taux marginal d’imposition le plus élevé de 37% à 39,6%, ce qui annulerait les baisses d’impôt de 2017 du président Trump.
  • Des législateurs défendent l’idée d’imposer aux Américains dont la valeur nette dépasse 50 millions $US une taxe de 2% sur la portion de leur valeur nette au-dessus de ce montant. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Nouvelle licorne à Montréal: le détaillant en ligne Ssense est valorisé à 5 milliards $

Publié le 8 juin 2021
Nouvelle licorne à Montréal: le détaillant en ligne Ssense est valorisé à 5 milliards $

(Source: Ssense)

  • La société américaine de capital-risque Sequoia Capital, l’une des plus réputées dans le secteur, vient d’investir dans Ssense, qui vend en ligne des vêtements haut de gamme et de créateurs.
  • Sequoia en devient actionnaire minoritaire. Le montant de l’investissement n’est pas dévoilé, mais il valorise le détaillant montréalais à 5 milliards $. Cela fait de Ssense une «licorne» – un terme utilisé pour désigner les startups, non cotées en bourse, évaluées à 1 milliard $US ou plus.

C’est la première fois que Ssense lève des fonds d’investisseurs externes. 

  • L’entreprise utilisera ce financement pour accroitre sa présence à l’international, notamment sur le marché chinois. 

Depuis sa fondation en 2003, Ssense a diversifié ses produits. 

En plus des vêtements, l’entreprise vend des articles ménagers, des produits technologiques et des accessoires pour animaux de compagnie dans plus de 150 pays.

Les achats en ligne ont nettement augmenté pendant la pandémie. 

  • Jusqu’à présent, l’accélération du commerce électronique a surtout fait grimper la valeur des entreprises qui fournissent des logiciels, des applications et des plateformes pour la vente en ligne, comme Shopify et Lightspeed. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Ottawa accorde une subvention de 15 millions $ au fabricant d’autobus électriques NovaBus

Publié le 8 juin 2021
Ottawa accorde une subvention de 15 millions $ au fabricant d’autobus électriques NovaBus

(Source: Nova Bus)

  • Nova Bus, une division du Groupe Volvo, de Suède, fabrique au Québec des autobus conventionnels et des autobus électriques. Le gouvernement fédéral lui donne une subvention de 15 millions $ dans le cadre d’un projet de «transformation» de Nova Bus, estimé à 185 millions $, pour l’orienter vers le transport à moteur électrique.
  • La subvention servira à augmenter la production d’autobus électriques de NovaBus et à mettre à niveau ses usines de Saint-Eustache, dans les Laurentides, et de Saint-François-du-Lac, dans le Centre-du-Québec. 

Poka, une plateforme québécoise de formation, obtient 25 millions $US en investissement

Publié le 8 juin 2021
Poka, une plateforme québécoise de formation, obtient 25 millions $US en investissement

Antoine Bisson et Alex Leclerc, CTO et CEO de Poka (Source: Poka)

  • Poka donne accès à du contenu pour la formation des employés du secteur manufacturier. 
  • L’entreprise est basée à Québec. Elle a été cofondée par Alex Leclerc, fils du président de Biscuits Leclerc.

Poka vient de réunir 25 millions $US dans le cadre d’un financement de série B.

  • L’argent vient principalement de fonds américains, mais la Caisse de dépôt et placement du Québec participe au financement, ainsi que le Groupe Leclerc. 
  • L’entreprise avait déjà obtenu 20 millions $US lors de financements précédents.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

La pandémie a eu un impact quatre fois plus «dévastateur» sur l’emploi que la crise financière de 2008

Publié le 7 juin 2021
La pandémie a eu un impact quatre fois plus «dévastateur» sur l’emploi que la crise financière de 2008

Le directeur général de l’OIT Guy Ryder (Source: OIT)

  • À l’ouverture de la réunion annuelle des membres de l’Organisation internationale du travail (OIT), son directeur général Guy Ryder a souligné l’effet «dévastateur» de la pandémie sur l’économie mondiale.
  • Selon l’organisme de l’ONU, la crise sanitaire, qui dure maintenant depuis 17 mois, a plongé, à l’échelle de la planète, plus de 100 millions de travailleurs supplémentaires dans la pauvreté. 

Les effets de la pandémie ont été quatre fois plus graves que la crise de 2008.

  • Plus de 100 millions de travailleurs supplémentaires se sont retrouvés dans la pauvreté, affirme l’OIT, à cause de la chute des heures de travail et de la disparition de bons emplois.
  • L’OIT indique que 205 millions de personnes devraient être sans emploi l’an prochain, contre 187 millions en 2019. 

L’emploi ne retrouverait son niveau d’avant pandémie qu’en 2023.

  • La reprise économique dépendra de la vaccination contre la Covid-19, croit Guy Ryder.
  • Elle serait donc inégale selon les pays, dit-il, au vu des tendances actuelles.

Le chef de l’OIT demande aux gouvernements d’agir contre la «Covid longue».

  • Ses nombreux symptômes, qui peuvent perdurer pendant des mois, pourraient, dit-il, «prendre racine dans le monde du travail», et le rendre encore «plus inégal, plus injuste, moins résilient, moins inclusif et moins durable». 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Quels sont les meilleurs courtiers en ligne au Canada? Nouveau classement 2021 de MoneySense

Publié le 7 juin 2021
Quels sont les meilleurs courtiers en ligne au Canada? Nouveau classement 2021 de MoneySense

(Source: Unsplash)

  • Chaque année, le site canadien MoneySense dresse son palmarès des meilleurs services de courtage. Son analyse tient compte de plusieurs données fournies par la firme d’analyse Surviscor, dont les tarifs, le service client, les produits de placement disponibles et l’usage mobile. 
  • Cette année, Questrade arrive au premier rang du classement, suivi de Banque Nationale Courtage direct et de Placements directs TD.

Voici les 5 meilleurs courtiers en ligne canadiens selon ce classement, et les principaux points forts de chacun:

1. Questrade: le service à la clientèle, la première expérience client et le contenu éducatif

2. Banque Nationale Courtage direct: la facilité de transaction des actions et des FNB, l’expérience mobile, le contenu éducatif et les données sur les marchés financiers

3. Placements directs TD: les données sur les marchés financiers et le contenu éducatif

4. BMO Ligne d’action: l’expérience mobile et en ligne

5. Qtrade: l’expérience en ligne et le service à la clientèle

[classement complet sur le site de Moneysense]

Le bas coût d’utilisation n’est pas forcément un grand atout des services qui arrivent en tête de ce classement. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

De nouvelles acquisitions de Lightspeed affichent ses ambitions de concurrencer Shopify

Publié le 7 juin 2021
De nouvelles acquisitions de Lightspeed affichent ses ambitions de concurrencer Shopify

Le PDG de Lightspeed Dax Dasilva (Source: Lightspeed)

  • Le fournisseur montréalais de logiciels de point de vente Ligthspeed va acheter deux plateformes américaines de commerce en ligne, Ecwid et NuOrder, pour un total de 925 millions $US.
  • Ces deux acquisitions laissent transparaitre les ambitions de Lightspeed de concurrencer directement Shopify, le géant canadien du commerce en ligne. 

Ecwid est une plate-forme de commerce électronique qui offre des outils pour créer des commerces en ligne.

  • Lightspeed (TSX: LSPD) l’achètera pour 500 millions $US: 175 millions en espèces et 325 millions en actions. 

NuOrder est une plate-forme en ligne de gestion et d’automatisation des commandes pour approvisionner les commerces en ligne.

  • Lightspeed paiera moitié en espèces et moitié en actions.

Les deux transactions devraient se conclure avant le 30 septembre.

Depuis quelques mois, Lightspeed cherche à élargir sa clientèle et sa gamme de services.

Son fondateur et PDG Dax Dasilva dit que les deux transactions annoncées aujourd’hui feront de son entreprise – qui a débuté en offrant uniquement des solutions de paiement pour les restaurants – le «fil conducteur unissant les commerçants, les fournisseurs et les consommateurs.»

Ces deux transactions font suite à trois importantes acquisitions dans les derniers mois: 

  • Upserve et ShopKeep, des fournisseurs de logiciel de gestion pour les restaurants, l’automne dernier; et 
  • Vend, une société de logiciels de gestion de vente au détail basée en Nouvelle-Zélande, il y a trois mois. 

Lightspeed se rapproche de plus en plus du modèle de Shopify (TSX: SHOP), d’Ottawa, un des chefs de file dans la fourniture de solutions logicielles pour le commerce en ligne.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les hauts dirigeants d’Air Canada renoncent à leurs primes

Publié le 6 juin 2021
Les hauts dirigeants d’Air Canada renoncent à leurs primes

(Source: Air Canada)

  • Le président et chef de la direction et les vice-présidents généraux d’Air Canada ont décidé de rendre les primes et les droits à la plus-value d’actions qu’ils ont reçus pour l’année 2020. L’ancien président et chef de la direction Calin Rovinescu, qui a pris sa retraite en février dernier, les remettra à la Fondation Air Canada.
  • Dans un communiqué, Air Canada précise que «pas le moindre dollar des contribuables et aucuns fonds» provenant du gouvernement fédéral ne servent à financer les primes destinées aux employés ou aux dirigeants de la compagnie. Le gouvernement Trudeau et les députés fédéraux avaient condamné les primes.

Taxation des grandes multinationales: comment fonctionnerait l’impôt minimum mondial?

Publié le 6 juin 2021
Taxation des grandes multinationales: comment fonctionnerait l’impôt minimum mondial?

Les ministres des Finances des pays du G7 (Source: G7 UK)

  • Les ministres des Finances des pays du G7, dont le Canada et les États-Unis, se sont entendus samedi sur un taux minimum de 15% applicable aux profits mondiaux des grandes entreprises multinationales.
  • L’impôt minimum mondial est un des piliers de la réforme fiscale qui se discute depuis plusieurs années au sein de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), qui regroupe la majorité des pays développés.

Quelle est la source du problème?

  • Des petits pays font de leur bas taux d’imposition des sociétés un avantage pour que les grandes sociétés étrangères viennent y établir une filiale: ce sont les «paradis fiscaux».
  • Les grandes entreprises mettent en place des structures corporatives complexes, puis des ententes commerciales entre leurs différentes filiales, pour déplacer leurs profits d’un pays à l’autre afin qu’ils soient enregistrés et taxés dans des paradis fiscaux.

Pourquoi les grands pays semblent-ils désormais motivés à régler le problème?

  • Le phénomène d’évitement fiscal international n’est pas nouveau. 
  • Mais la globalisation et la numérisation de l’économie ont amplifié son envergure.
  • Aujourd’hui, dans un contexte où tous les pays ont dû dépenser des sommes astronomiques pour faire face à la Covid-19, ils ne peuvent plus se permettre de laisser les grandes entreprises – particulièrement les géants du numérique, qui sont les plus profitables – s’en tirer avec un faible taux moyen d’imposition.

Quelle est la solution prévue?

  • Un taux d’impôt minimum s’appliquerait, au niveau mondial, sur tous les profits des grandes sociétés. 
  • Chaque société continuerait à payer, comme actuellement, de l’impôt «normal» sur les profits qu’elle déclare dans le pays où elle basée. Cet impôt est habituellement d’au moins 15% (21% aux États-Unis, 21,5% en moyenne dans les pays de l’OCDE).
  • Mais si, par ailleurs, une société paie, dans un autre pays, moins de 15% sur les profits qu’elle déclare dans ce pays, alors le pays où la société est basée pourra exiger de l’entreprise la différence, en supplément de l’impôt normal, pour atteindre le taux minimum de 15%.

Quand l’impôt mondial minimum sera-t-il mis en place?

Il reste de nombreuses étapes: dans chaque pays, la fiscalité est complexe, et la fiscalité internationale l’est encore plus.

  • Les pays du G7 devront élargir leur consensus aux autres pays du G20.
  • Ensuite, les modalités devront être discutées encore plus largement, dans le cadre de l’OCDE.

Or l’Irlande, membre de l’OCDE, est aussi l’un des principaux paradis fiscaux: le pays pratique un taux d’impôt sur les sociétés de 12,5%. 

  • Il perdrait son avantage auprès des grandes sociétés si une filiale irlandaise ne leur permettait plus de payer seulement 12,5%, puisqu’elles seraient de toute façon sujettes au minimum mondial de 15%.
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Balados partenaires d'InfoBref

À ÉCOUTER cette fin de semaine

Publié le 4 juin 2021
À ÉCOUTER cette fin de semaine

Un seul de nos balados partenaires n’a pas encore commencé sa pause estivale. C’est le moment de le découvrir si vous ne le connaissez pas:

  • Balado Le Planif de Fabien Major – Les effets insoupçonnés de l’inflation | Écoutez ici

Cette rubrique se met à son tour en pause pour une partie de l’été.

Si vous connaissez d’autres bons balados québécois indépendants qui pourraient devenir partenaires d’InfoBref à la rentrée, signalez-les à editeur@infobref.com

Conseils pour vos FINANCES

Pourquoi certains REEE sont à éviter

Publié le 4 juin 2021
Fabien Major
par Fabien Major
Pourquoi certains REEE sont à éviter

[photo: Jan Vasek | Pixabay]

  • Les régimes enregistrés d’épargne-études ne sont pas tous identiques. Avant d’y souscrire à la hâte, soyez vigilants et lisez tous les avertissements en petits caractères.
  • En particulier, soyez conscient que les régimes collectifs sont beaucoup plus restrictifs que les régimes familiaux et individuels.

Le REEE est un régime formidable. Dans presque tous les cas, on fait une bonne affaire.

Permettez-moi de vous le décrire sous cet angle: si je vous présente un véhicule de placement qui vous garantit un gain de 30% sur tous vos dépôts, comment réagissez-vous?

Il y a de quoi être méfiant, j’en conviens.

Et pourtant, c’est bien le résultat qu’on obtient en tenant compte de la subvention fédérale de 20% et de l’incitatif québécois de 10%.

  • Par exemple, si vous cotisez 2000 $ à un REEE, il sera bonifié de 600 $ et ce, peu importe le produit dans lequel vous aurez investi.

Voilà pourquoi le REEE est devenu un incontournable.

C’est sans doute cette popularité qui a engendré des abus, qu’il faut dénoncer.

Les fondations se fissurent

Lorsque la «subvention canadienne pour l’épargne-études» a été introduite en 1998, des institutions se sont créées afin d’exploiter à fond ce filon.

Des organisations qui œuvraient déjà dans le secteur des bourses d’études ont mis les bouchées doubles: elles se sont constitué des forces de vente dynamiques et parfois… très offensives.

  • On parle de vente à pression et de méthodes douteuses de sollicitation.
  • Certains ont été témoins de racolage et de cueillette de données personnelles dans les pouponnières.

Il faut dire que les commissions touchées par leurs vendeurs étaient juteuses.

  • Certains pouvaient toucher 1000 $ pour un contrat de 100 $ par mois dans un REEE collectif.
  • Un bon vendeur, qui en vendait en moyenne 10 par mois, gagnait donc plus de 100 000 $ par année.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent gratuitement les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: inscrivez-vous ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Les fondations Universitas (maintenant Kaleido), Heritage, CST, Du Savoir et Global fonctionnaient toutes de la même manière.

  • Elles mettaient les capitaux des titulaires en commun et leur octroyaient des unités rachetables selon certaines conditions, parfois très complexes.
  • Les parents ne pouvaient pas cesser leurs versements, les diminuer, ni même déplacer les montants accumulés ailleurs sans encourir des pénalités allant jusqu’à 90% des sommes déposées.

Pourquoi de tels frais?

Pour compenser les commissions versées À L’AVANCE à leurs vendeurs ambulants.

C’est exactement ce qui est dénoncé depuis des années et qui a conduit la Cour supérieure du Québec à autoriser une action collective à l’encontre des organisations mentionnées.

Les familles qui ont détenu des unités des REEE collectifs du genre après le 19 juillet 2013, ou qui ont dû payer des pénalités importantes pour sortir de ce joug, seront parties prenantes de l’action menée par le cabinet LPC avocats.


­> Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et la chronique Conseils pour vos finances le samedi


Quelques conseils:

  • Avant qu’un sérieux ménage ne soit effectué dans tous les REEE collectifs des fondations, les investisseurs devraient les éviter.
  • Concentrez-vous sur les REEE individuels ou familiaux: contrairement aux REEE collectifs, ils ne contiennent que vos dépôts et vos subventions et incitatifs. Leur administration est simple et limpide.
  • Soyez attentifs aux produits financiers que vous choisissez dans des REEE. Évitez particulièrement les certificats non rachetables ou assortis de fortes pénalités au rachat.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus