ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

À quoi ressemblera le mini-budget d’automne de Québec?

Mis à jour le 17 mars 2022
par Johanna Sabys

Le ministre des Finances Eric Girard (Source: Patrick Lachance MCE / compte Twitter du ministre)

  • Le ministre des Finances Eric Girard déposera une mise à jour économique le 25 novembre prochain. 
  • Ce mini-budget doit permettre au gouvernement de prendre de nouvelles mesures pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre et la hausse du coût de la vie. 

Eric Girard veut «donner l’heure juste» aux Québécois. 

L’exercice sera l’occasion de faire le point sur les finances et l’économie du Québec. 

  • Dans le dernier budget [détails dans notre article du mois de mars], le déficit du gouvernement était de 15 milliards $ pour l’année en cours. 

Le gouvernement en profitera aussi pour renouveler son engagement de retrouver l’équilibre budgétaire à compter de 2027-2028.

L’économie a été impactée par l’inflation

  • L’inflation oscille normalement autour de 2% par an, précise le ministre. 
  • Mais, cette année, elle pourrait atteindre 4%, soit 2 fois sa valeur habituelle. 

Selon Eric Girard, cette hausse s’explique par «des éléments temporaires et des éléments permanents».

  • L’une des raisons est que l’économie «sort très bien de la crise».  
  • L’économie du Québec se porte si bien, dit-il, que le gouvernement doit composer avec le spectre d’une surchauffe économique.

Cette accélération de l’inflation se traduit par une augmentation particulièrement rapide du prix des carburants, de l’électricité, des paniers d’épicerie ou du logement. 

Le revenu disponible doit augmenter au moins aussi vite que l’inflation, selon le ministre.  

Le gouvernement prévoit donc d’aider les Québécois «qui ne bénéficient pas des hausses de revenu pour faire face aux hausses du coût de la vie».

Johanna Sabys