ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Emploi: il y a eu rattrapage post-pandémie, mais la croissance a ralenti, surtout chez les femmes

Mis à jour le 18 mars 2022
par Félix Côté

(source: Unsplash)

  • Deux ans après le début de la pandémie, la reprise de l’emploi a été plus rapide chez les femmes que chez les hommes, selon un rapport du Conseil de l’information sur le marché du travail (CIMT).
  • L’organisme estime toutefois que, globalement, la pandémie a ralenti le rythme de création de nouveaux emplois, particulièrement chez les femmes. 

Entre février 2020 et février 2022, 178 000 femmes de plus ont occupé un emploi, ce qui représente, sur 2 ans, une hausse de 2% du nombre de femmes employées. 

Chez les hommes, 192 000 de plus sont employés, soit une hausse de 1,9%.

Comme 3 millions de Canadiens avaient perdu leur emploi entre février et avril 2020, au début de la pandémie, les chiffres récents montrent qu’on a plus que rattrapé cette perte initiale.

Pourtant, le marché du travail n’est pas encore entièrement rétabli de la Covid-19, croit le CIMT. 

En comparant le niveau d’emploi actuel à ce que la tendance de long terme (basée sur les chiffres depuis 2005) indiquait, l’organisme calcule que:

  • le nombre d’emplois occupés actuellement par des femmes est inférieur de 0,9% à ce qu’il aurait été si la pandémie n’avait pas eu lieu; et que 
  • chez les hommes, le nombre d’emplois occupés actuellement est inférieur de 0,5% à ce qu’indiquait la tendance.

Les jeunes et les travailleurs plus âgés, eux, n’ont pas récupéré tous leurs emplois.

Alors que les travailleurs d’âge moyen (25 à 55 ans) ont plus que rattrapé leur nombre d’emplois d’avant la Covid, ce n’est le cas ni des moins de 25 ans, ni des plus de 55 ans: en février dernier, ils étaient encore moins nombreux à avoir un emploi qu’avant la pandémie.

Félix Côté